Le wifi en vol, pour bientôt ?

Le wifi en vol est pour l’instant un privilège réservé à quelques compagnies aériennes et sur quelques modèles. La promesse de Starlink est de parvenir à le démocratiser. Comment ? En utilisant sa constellation de satellites

Un point sur la situation de l’internet dans les airs

Actuellement, pour avoir accès à internet, mieux vaut se situer près d’une antenne relais ou d’une box Wifi. Mais se déploie depuis quelques mois et désormais en France le service Starlink. Une constellation de 1 800 satellites, 4 000 à terme, qui offrent une connexion n’importe où sur Terre avec un débit digne de la fibre. Les bêta-testeurs français sont souvent sur plus de 100 Mo/s en téléchargement. C’est plus qu’appréciable. Mais en train, en avion, sur les bateaux de transport ou de loisirs, l’accès à Internet est une onéreuse option. Cela pourrait désormais changer. S’il existe déjà de l’internet satellitaire, sur quelques compagnies américaines comme United Airlines, American Airlines ou Qantas, les débits restent très éloignés des usages multimédia d’aujourd’hui.

Le wifi en vol, pour bientôt ?
Jouer à Flight Simulator dans l’avion, ça permet de préparer le brevet de pilote ?

Quelle solution pour le wifi en vol alors ?

SpaceX et sa filiale Starlink mettent au point une version spécifique aux avions afin d’utiliser les satellites comme relais pour obtenir dans le wifi en vol, et sans modifications techniques sur les aéronefs. Après tout, même si les avions sont en mouvement, leur vitesse est toute relative face à celle des satellites lancés tout autour de la terre. Et avec un maillage composé bientôt de 4 000 points, la planète est couverte de façon efficace. Et c’est sans compter sur l’utilisation des antennes-relais présentes sur le sol, comme celles qui ont fait tant jaser lorsqu’il a fallu les installer en France. 

Lanceurs SpaceX réutilisables
Heureusement que SpaceX réutilise les lanceurs et les réservoirs

Quels changements pour demain avec le wifi en vol ?

Le wifi en vol est aujourd’hui inefficace. Le wifi des paquebots est tout simplement hors de prix. Avec Starlink et sa puissance de frappe, les prix vont devenir concurrentiels. Il existe déjà bien Intelsat sur le marché, mais l’entreprise est au bord de la faillite. Il existe aussi Viasat pour les compagnies américaines, mais avec des résultats peu utilisables. Du streaming, des jeux en ligne, travailler ou suivre zoom et conférences, cela sera demain possible, tout simplement. Voilà de quoi trouver le temps bien moins long sur les vols longue distance. 

Il faudra faire preuve de patience pour ces installations, d’autant que les compagnies aériennes ont d’autres sujets de proéccupations à court terme suite à la crise du Covid. Mais l’avenir se dessine. 

HDFever
Logo