Vente Honor par Huawei, le début d’une nouvelle ère

Vous aviez sans doute remarqué que les produits Huawei et Honor étaient particulièrement similaires. S’agissant d’une seule et même entreprise, c’est logique. Ce que l’on sait moins par contre, c’est que Huawei est le numéro 1 mondial de l’équipement en matière de télécommunication et que dans le même temps l’entreprise est engluée avec des sanctions américaines. Un vrai Vaudeville où la vente Honor par Huawei va redistribuer les cartes de la Tech mondiale.

Huawei, une situation compliquée

Huawei est une entreprise chinoise, le premier équipementier mondial de technologies pour la transmission de données. Les modem 5G, le boîtier fibre de votre domicile, les services cloud, Huawei est dans une position dominante exceptionnelle. Mais cela ne l’empêche pas d’avoir été convaincu à plusieurs reprises d’espionnage ou de tentative d’espionnage. En raison de quoi, les USA ont décidé de boycotter l’entreprise. De nombreux autres pays, notamment en Europe, ont suivi cette position.

De grandes entreprises, Google en premier lieu, ont suivi le pas aussi, privant ainsi les derniers smartphones de la marque de l’habituelle suite logiciel de la firme de Mountain View. Évidemment, cela place Huawei dans une situation plutôt délicate, y compris financièrement. C’est d’autant plus le cas que TMSC, l’un des tout premiers fondeurs (fabricants de puces électroniques) au monde, refuse désormais de travailler avec la marque en raison des sanctions américaines.

Un modèle Honor
Modèle de smartphone Honor

Une vente Honor par Huawei inévitable

Huawei avait positionné sa marque Honor à destination des jeunes. Il y avait une question d’image de marque, mais aussi de positionnement tarifaire en proposant des modèles très similaires, à peine moins bien équipés, mais moins cher de façon notable. Aujourd’hui, la vente Honor par Huawei a été faite à un consortium chinois composé, entre autres, du gouvernement de Shenzhen. C’est là que sont concentrées les grandes entreprises de la tech en Chine comme Foxconn, sous-traitant d’Apple, mais aussi Huawei, DJI, TP-Link ou encore ZTE. Avec un chèque d’environ 13 milliards (et quelques centimes) d’euros, cela être enfin la bouffée d’oxygène nécessaire à Huawei. 

Huawei, le Google de demain ?

Moteur de recherche
Aujourd’hui Google, demain Huawei ?

Huawei est dans une situation à double tranchant. Elle peut aujourd’hui tout perdre, ne pas se relever des sanctions américaines, perdre tous ses marchés et disparaître comme tant de nombreuses entreprises de la Tech qui avaient en leur temps tous les pouvoirs dans leurs mains. Ou ces 13 milliards peuvent lui donner un horizon nouveau. Création de sa propre fonderie, qui à terme représente des économies d’échelle fantastiques, un OS maison avec ses propres services (cloud, recherche web), voilà des caractéristiques qui ressemblent à un certain Google. 

C’est peut-être dans cette remarque que cette actualité du jour est la plus intéressante. On sait que les entreprises de la Tech tutoient les sommets parfois, mais tombent aussi vite. Et ce jour de bascule, qui va peut-être écrire l’histoire des grandes entreprises technologiques pour les 10 prochaines années, s’écrit aujourd’hui. Affaire à suivre.

HDFever
Logo