Poursuites contre Google, la fin d’un monde ?

Depuis que les grandes entreprises informatiques ont acquis une position dominante tant en terme financier que de cumul de capital immatériel comme les brevets ou les datas issus de ses clients, l’administration américaine n’a de cesse de vouloir les faire ployer, les faire se scinder pour mieux les contrôler. Microsoft a essuyé de nombreuses fois des attaques et des amendes phénoménales. Google et Facebook ne font pas non plus exception à la règle. Mais ces nouvelles poursuites contre Google pourraient aller plus loin que de simples amendes, fussent-elles d’un montant record ?

Poursuites contre Google et Facebook, les faits

Illustration de Google
Comment ne pas utiliser Google ?

Pour résumer la situation, Google et Facebook se font poursuivre en justice en raison de leur position dominante dans leurs secteurs. Si cela n’est pas toujours un souci d’un point de vue de la justice, cela le devient quand le déséquilibre avec les concurrents est abyssal et quand la puissance de l’entreprise rivalise avec celle des Etats. Microsoft a en son temps essuyé beaucoup d’attaques judiciaires aussi. Sur Facebook, on lui reproche sa politique agressive qui se sert de sa puissance financière pour racheter ses concurrents ou pour étouffer toute naissance de concurrence. C’est particulièrement le cas avec le rachat d’Instagram et de WhatsApp. Les poursuites contre Google concernent là aussi sa position monopolistique qu’elle met à profit de sa centrale publicitaire et de son moteur de recherche.

De nombreux précédents d’abus de position

Les attaques ne sont pas une première. Rien qu’en 2018, Google a payé presque 5 milliards de dollars en Europe en raison de la position monopolistique d’Android et de son abus de pouvoir quant aux possibilités de recherche sur les appareils équipés de l’OS de Google. Mais si ces attaques qui seront portées au tribunal dès janvier prochain sont nouvelles, c’est parce que l’on y parle plus ouvertement de démantèlement de l’entreprise. Le précédent historique de la Standard Oil en 1914, avec l’application de la loi anti-trust, a marqué l’histoire américaine et l’histoire risque aujourd’hui de se répéter.

Image générique Facebook
Facebook, le pays le plus peuplé de la planète

Faut-il se réjouir des poursuites sur Facebook ou Google ?

Les autorités craignent des GAFAM une position dominante qui leur donne un pouvoir que même un Etat ne pourrait contrôler. La crainte est légitime mais s’il est intéressant de se pencher sur la question, c’est aussi parce que cette position dominante fait l’Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui. Cela explique nombre de ses dérives, mais aussi l’incroyable saut technologique que ces grandes entreprises ont su apporter à notre quotidien. Toutes nos habitudes d’aujourd’hui, à commencer par la généralisation des smartphones dont nous ne nous passons plus, est le résultat de la puissance de ces grands groupes que l’on veut tant démanteler aujourd’hui.

Si, notamment au niveau fiscal, ils ont vraisemblablement des techniques peu morales d’optimisation, qu’en est-il du progrès technologique qu’eux seuls ont pu apporter, des emplois collatéraux qu’ils ont créés ? Vecteurs de croissance, ces entreprises, en perdant leur rôle de locomotive, seraient vraisemblablement un frein de plus à la reprise de l’activité économique.  

HDFever
Logo