Piratage Facebook, 500 millions de numéro de téléphone dans la nature

La sécurité informatique est, et devrait-être encore plus, un sujet au cœur des préoccupations de chacun. Tous connectés que nous sommes, chacun de nos appareils électroniques connectés d’une façon ou d’une autre à Internet est source de malveillance. L’actualité de la semaine concernant le piratage Facebook et de plus de 500 millions d’adresses en est l’exemple. 

Piratage Facebook, que s’est-il passé ?

Une base de données de Facebook a été piratée et l’affaire a été rendue publique au début de l’année. Le fichier contenant plus de 500 millions de numéro de téléphone avec leurs identifiants a été mise sur le marché noir. Et il semble qu’aujourd’hui il soit devenu une marchandise qui ne se vend même plus, mais se donne et s’échange. En somme, ce sont 500 millions de contacts que Facebook n’a pas su maîtriser à la hauteur de l’enjeu et qui sont aujourd’hui dans la nature. Si ce piratage Facebook n’est pas le premier, c’est aussi le plus important en matière de volume. 

Le vol de ces numéros de téléphone est assez paradoxal puisqu’il faut rappeler qu’ils ne servent pas à Mark Zuckerberg pour vous appeler le jour de votre anniversaire mais à la double authentification de votre compte. C’est-à -dire que le numéro de téléphone est un moyen de sécuriser vos données personnelles. 

Page accueil Facebook
Facebook nous aide à nous connecter à nos amis … et à nos pirates

Données privées, une utopie du web

Ce vol soulève la question de la sécurité des données privées. Malgré les mesures étatiques existantes, on a l’impression tous les jours que ces données sont à la portée de tous. Les révélations d’un chercheur du Trinity College à ce propos sont assez éloquentes. Il a utilisé un smartphone Pixel (Google avec Android 10) et un iPhone 13. Le chercheur a ensuite craqué les appareils pour avoir accès à la totalité des transmissions de données réalisées durant le test. Il les a ensuite paramétrés pour ne pas avoir de compte personnel sur l’appareil et pour récuser toute transmission de données avec les constructeurs. Résultat, le produit Google transmet une info toutes les 4,5 minutes. Sur une période de 24h, la transmission est 20 fois plus importante sur le Google que l’Apple, mais les deux marques le font, même sans votre consentement

L’argument de la nécessité technique s’entend tout à fait. Il faut aussi noter que ces données ne révèlent rien de primordial sur vous. Toutefois, votre accord n’a pas été sollicité et c’est donc illégal.

Sens interdit devant arobase
Vous ne passerez pas ! Enfin, vous ne devriez pas passer !

Que faire contre une situation comme ce piratage Facebook ?

Contre ce piratage Facebook ou celui d’un autre service populaire comme nos boîtes mail, il n’y a pas de réponses idéales. Bien sûr, un mot de passe complexe comme ceux suggérés par Google est intéressant. Le vrai point fort serait de le changer, du moins les plus sensibles, de façon très régulière. Bien entendu, utiliser une double authentification est utile lorsque cela est possible. Mais dans la plupart des cas, l’utilisateur Internet ne fait que suivre les conseils donnés lorsqu’il s’inscrit à un service. Ce sont les géants du web qui ne tremblent même plus devant un scandale de vol de données qui en est responsable.

Vous craignez que votre adresse ait été piratée ? Il existe des outils de vérification en ligne simple et sûrs pour le savoir. Changer votre mot de passe sera nécessaire si vous faîtes bien partie des victimes de l’un des nombreux piratages de ces dernières années.

HDFever
Logo