Nikon F6, la fin d’une époque

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Ce temps, c’est celui de la photographie argentique. Le dernier représentant sur le marché, Nikon, y met fin avec le mois d’octobre.

L’argentique, c’est quoi ?

Aujourd’hui, un appareil photo c’est avant tout une application sur son smartphone, un partage sur Instagram ou Facebook et quelques likes entre amis. Hier, c’était un appareil photo, un appareil simplement dédié aux prises de vues et pas à aller sur Internet. On stockait les photos sur l’appareil, une carte mémoire ou un disque dur externe en fonction de la durée de ses vacances.

Mais avant les années 2000, un appareil photo consistait à impressionner une pellicule de papier recouvert de nitrate d’argent, et autres produits chimiques, et après un passage en laboratoire de développement, on obtient une enveloppe contenant notre joli lot de photos. On découvrait ainsi les prises de vues faites quelques jours plus tôt. Et cette époque qui, en 1999, représentait autant d’argent que le numérique, vient de s’éteindre aujourd’hui. Le dernier modèle d’appareil photo argentique de Nikon, le F6, vient de quitter le catalogue de son constructeur.

Photographie d'un Nikon F6
C’était une autre époque

Souvenirs du Nikon F6 et de la photo argentique

Le F6, son nom complet, était un reflex. Son tort ? Naître déjà parmi les derniers appareils de type argentique en 2004, alors que le numérique connaissait une croissance exponentielle. Pourtant lui, et de nombreux autres, avait encore à cette époque de nombreux avantages. Qualité de l’image, grain de la pellicule, perfectionnisme des réglages, les numériques et leur 1 mégapixel ne faisaient pas encore le poids.

Mais la marche de l’histoire était déjà en route. Et la qualité de l’argentique a fini par ne plus faire le poids face au numérique en terme de précision de l’image. L’amélioration des réglages grâce aux puces électroniques permet maintenant un travail de postproduction bien plus aisé, subtil et performant que le maniement de la pellicule. Amateur de photo argentique, de ce gratin particulier, du format même de la pellicule, il ne vous reste plus que le marché de l’occasion. Les offres y sont nombreuses, mais on risque d’y retrouver ce F6, déjà facturé neuf à 3000 euros, encore plus inaccessible.

Un modèle ancien d'appareil photo Nikon
Quand même plus encombrant qu’un smartphone !

Quelle photo pour demain ?

L’argentique classique est mort. Il reste juste quelques petits fabricants de pellicules qui se réservent à des marchés de niche, très spécifiques donc, notamment en proposant des pellicules pensées pour des rendus très particuliers comme des dénaturations de couleur et autres. Là encore, même si le marché est très ciblé et tient à ses pellicules argentiques, le temps leur est compté. Les logiciels de retouche d’image, de plus en plus perfectionnés et accessibles, finissent pas enlever l’intérêt à ces produits chers et peu accessibles. Demain, la photo sera smartphone et instagrammable ou ne sera pas. 

HDFever
Logo