Facebook Tweeter Tweeter

MDR-Z1R, Sony fête ses 70 ans au casque !

C’est au Festival Son et Image 2016 à Paris que nous avons eu la chance de découvrir la série Signature de Sony. Une nouvelle série de produits audiophiles haut de gamme qui célèbrent les 70 ans de la marque.

Rétrospective

Pour rappel, si Sony est sous les feux des projecteurs grâce à sa gamme de produits destinés à l’image, la marque s’est déjà illustrée à maintes reprises et de manière magistrale dans le monde de l’audio. Souvenons nous du lecteur de Super Audio CD SCD-1, une référence plébiscitée encore de nos jours, ou encore des SCD-777 ES et SCD-555 ES et plus récemment le XA5400ES. Sony a créé des lecteurs de CD de légende et des amplificateurs Hi-Fi exceptionnels dans leur gamme 55ES.

Afin de d’accompagner le SCD-1 Sony avait complété sa série par un ensemble ultra haut de gamme en production très limitée avec le préamplificateur TA-E1 , le bloc d’amplification stéréo TA-N1 et d’incroyables enceintes SS-M9ED.

Souvenons nous de la gamme Qualia qui comportait déjà un casque domestique haut de gamme le Qualia 010, mais aussi une chaîne Hi-Fi à base de Super Audio CD Qualia 007, un intra-Auriculaire MDR-EXQ1, un ensemble baladeur numérique et son casque le Qualia 017 et bien d’autre produits encore tous très prestigieux.

Sony n’en est donc pas à son premier coup d’essais et on peut dire que la marque connait bien son affaire en terme de casque audiophile, d’ailleurs Sony compte bien d’autres références prisées et dont la cotation en occasion dépasse le prix de vente initial de ces produits. La série Signature part sur une expérience de longue date et Sony se devait de marquer les esprits car 70 ans ce n’est pas rien comme anniversaire. La gamme se compose de quatre produits qui se placent sur le sommet de leur catégorie respective. Nous avons un DAC amplificateur casque TA-ZH1ES compatible avec tous les formats audio numérique connus et qui exploite un DAC ultra performant ainsi qu’une amplification hybride D.A. Ce DAC bénéficie d’une conception symétrique pour plus d’efficacité tout en conservant le signal et donc la qualité musicale des morceaux. Comme le monde du nomade est au cœur des évolutions de la Hi-Fi la série Signature propose deux DAP, le NW-WM1A et le très haut de gamme NW-WM1Z. Ces deux baladeurs numériques pourront remplir plusieurs rôles. Ils seront capable de subvenir aux besoins du MDR-Z1R et donc d’assurer un usage nomade, mais leur qualité est telle qu’ils pourront aussi servir de source numérique au TA-ZH1ES. Et pour finir Sony nous propose donc un casque audiophile très innovant et très performant, le MDR-Z1R.

MDR-Z1R

Notre test sera consacré au MDR-Z1R, vous verrez que ce casque s’illustre parmi une concurrence pourtant bien fournie et déjà fortement présente sur cette gamme de prix.

La série Signature de Sony utilise les meilleurs composants du marché :

 

Les liens utiles :

Le MDR-Z1R sur le site de Sony France
La gamme Série Signature

Vidéos officielles du MDR-Z1R :

Les caractéristiques techniques :

Spécifications :

  • Type : Circum-auriculaire
  • Coque : Fermée
  • Transducteur : Dynamique
  • Diaphragme : 70 mm dôme à bobine mobile CCAW
  • Aimant : Néodyme
  • Impédance : 64 ohm à 1 kHz
  • Sensibilité : 100 dB/mW
  • Réponse en fréquence : 20 Hz – 120 kHz
  • Poids (sans câble) : 385 g

Accessoires :

  • Type des câbles : détachables, conducteur cuivre OFC plaqué argent, fiches plaquées or
  • Câble asymétrique : 3 m, jack TRS 3,5 mm
  • Câble symétrique : 1,2 m, jack TRRS 4,4 mm spécifique
  • Adaptateur : Jack TRS 3,5 mm vers jack TRRS 6,35 mm

Prix : 2199€ TTC

Déballage

Déballage et analyse technique

Lorsque l’on réceptionne le MDR-Z1R on peut s’étonner de prime abord par son conditionnement. Nous avons une simple boite en carton sérigraphiée relativement ordinaire même si elle est déjà de bonne qualité. Lorsqu’on soulève la boite on se rend compte qu’il y a du poids, le MDR-Z1R ne fait pas 400 g, il y a donc du monde là-dedans. Et effet Sony n’a pas fait les choses à moitié ! La boite en carton ne sert qu’à la protection de la véritable boite du casque, un magnifique coffret capitonné de cuire véritable de couleur noir. Sobre, classieux mais aussi imposant, ce coffret donne déjà le ton le MDR-Z1R s’annonce comme un produit résolument haut de gamme.

On ouvre le coffret pour découvrir le casque (j’y reviendrai plus tard pour vous donner davantage de détails) et ces accessoires. Le coffret dispose de poches supplémentaires qui permettront de ranger d’autres petits accessoires, Sony a vraiment bien pensé les choses. La liste des accessoires est typique de ce que l’on trouve avec un casque. Nous avons deux câbles qui partagent le même type de conducteur en cuivre plaqué argent et une gaine souple en PVC noir d’aspect sombre et classe comme l’inspire le coffret et le MDR-Z1R en lui même. Le premier câble est de définition courante, il s’agit d’un câble de 3 mètres de long terminé par un Jack stéréo asymétrique TRS 3,5 mm. C’est ce câble qui vous servira à un usage du MDR-Z1R sur un amplificateur domestique ou un DAP du marché capable d’amplifier ce casque. L’autre câble est moins courant, il s’agit d’ailleurs d’un câble propriétaire de 1,2 m de long et terminé par une Jack symétrique TRRS de taille spécifique de 4,4 mm. Ce câble est destiné à une usage symétrique sur les autres appareils de la série Signature et qui disposent d’une sortie adaptée. Un câble donc « propriétaire » qui va assurer une parfaite compatibilité symétrique entre les appareils de la gamme. En effet il peut arriver que l’on mélange connecteur Jack symétrique et asymétrique et ce n’est pas sans danger pour les appareils. Au mieux le dispositif ne marchera pas convenablement et on se rendra compte de cette incompatibilité à l’écoute, au pire cela va engendrer une panne.

Sony prend donc le parti de limiter l’usage symétrique du MDR-Z1R aux produits de la série Signature, mais cette démarche vise principalement à éviter les incidents. Toutefois et comme les câbles du Sony MDR-Z1R sont détachables vous pourrez vous procurer un câble symétrique conventionnel avec une terminaison XLR 4 pins ou double mono XLR 3 pins. Les fiches aux transducteurs du MDR-Z1R sont du même format que les casques Beyerdynamic ou Final, il vous sera donc facile de trouver un câble adapté à votre usage ou de vous en faire fabriquer un sur mesure par un spécialiste (il y a beaucoup).

[Si vous souhaitez simplement changer les câbles du MDR-Z1R, notez qu’ils sont déjà de très bonne qualité et spécialement étudiés pour répondre aux impératifs musicaux et de performance du casque. Donc d’un point de vue purement performance, il n’est pas recommandé de changer les câbles livrés par Sony]

Certains DAP disposent également d’une sortie symétrique TRRS (Lotoo, LH Labs et d’autres), un câble symétrique TRRS en 3,5 mm ou 2,5 mm n’est donc pas exclus. Comme le câble principal est terminé par une Jack asymétrique 3,5 mm, Sony livre un adaptateur vers Jack TRS 6,35 mm pour utiliser le MDR-Z1R sur les amplificateurs résidentiels. Enfin, Nous avons la notice et les documents usuels. Le pack d’accessoires est donc typique des casques, comme le MDR-Z1R (malgré son gabarit) peut aussi servir en usage nomade et que les deux DAP de la série Signature sont là pour ça, je regrette l’absence d’une sacoche de transport. Enfin de mon point de vu, le MDR-Z1R ne quittera pas le domicile car il est tout de même encombrant.

La vidéo du déballage du MDR-Z1R :

Parlons enfin du MDR-Z1R, un casque haut de gamme comme il n’en a jamais été fait auparavant et j’en veux pour preuve les nombreuses innovations techniques dont il bénéficie. Le MDR-Z1R se présente comme un casque qui rentre dans la catégorie des gros gabarits, mais ce qui surprend immédiatement est son poids. En effet le MDR-Z1R est assez massif mais reste très léger. D’autre part son port est incroyablement confortable, il s’agit certainement du casque le plus confortable que j’ai porté. Pourtant son système de réglage se fait par des coulisses à crémaillères graduées ce qui est relativement ordinaire et l’arceau recouvert de cuire n’est pas particulièrement large. Les casque Sonorous de chez Final proposent par exemple un dispositif global plus ambitieux. Ou est donc le secret du confort exceptionnel du MDR-Z1R ? Et bien tout commence par le choix des matériaux ce qui explique aussi le poids modéré. L’arceau est probablement fait en titane car il démontre une souplesse hallucinante et permet d’appliquer une véritable torsion sans qu’il n’y est le moindre effort ni le moindre risque de dégâts ! Ainsi le MDR-Z1R s’adapte sans problèmes à toutes les têtes. L’autre facteur vient des larges et épais coussinets ergonomiques qui épousent la forme des oreilles. Le revêtement en peau de mouton et une mousse à la densité très bien dosée renforcent encore la sensation de confort.

D’un point de vue finitions le MDR-Z1R est irréprochable. Son usinage est tout simplement parfait. Nous l’avons constaté, les matériaux utilisés sont de très grande qualité et l’aspect du casque est très qualitatif. Sony pousse les détails assez loin et je trouve que l’initiative est à saluer. Les sérigraphies sont faciles à identifier, le repère côté droite et gauche très visible. Sony ajoute même une petite plaque au coffret sur laquelle correspondra votre numéro de série. Preuve à nouveau que le travail est très soigné et que les contrôles de qualité sont effectifs.

 

La qualité de fabrication va jusqu’aux connecteurs jack des écouteurs. Il s’agira donc d’entrées au format 3,5 mm sur lesquelles Sony ajoutera en périphérie un pas de vis permettant de verrouiller et de sécuriser le câble une fois enfiché. Cet aspect technique permet évidemment de prévenir de toute déconnexion accidentelle mais aussi de s’assurer que le contacte se fera au mieux grâce au serrage.

Jusqu’à présent vous avons décrit un casque de très bonne qualité mais qui n’a rien de bien spécifique. Alors rentrons dans le vif du sujet et abordons sans plus attendre le vrai challenge remporté par le MDR-Z1R : combiner les qualités d’un casque ouvert en terme d’aération de la scène sonore avec tous les avantages dans les basses fréquences d’un casque fermé. Et sans détour le MDR-Z1R reproduit des graves comme un casque fermé avec une image sonore digne des meilleurs casques ouvert. Comment arriver à un tel exploit ? Et bien Sony a repensé tous les principes de l’acoustique associés à un casque et a construit chaque pièce du MDR-Z1R en vu d’arriver à ce double objectif. Au cœur de cette élaboration : les écouteurs bien évidemment. Qu’il s’agisse de la coque ou des transducteurs, tout à été pensé de manière à ce que ces deux éléments se complètent à la perfection. Nous avons donc des pièces très particulières et surtout de dimension peu usuelle, ce qui explique aussi la taille de ce casque. Pour commencer observons les coques. De prime abord on pourrait croire qu’il s’agit de coques fermées, mais en réalité il n’en est rien. Une première remarque, l’aspect ne reprend pas la forme de dôme habituelle mais celle d’un œuf au plat, le but étant de maîtriser au mieux les résonances. Sa structure comporte une armature qui soutient un filtre acoustique spécial qui contrôle la résistance de l’air et élimine toute réverbération générée par le mouvement du diaphragme, afin d’assurer précision et exactitude de la reproduction des fréquences. Vient au final la grille de protection qui constitue la coque. A distance on pourrait pensé que le MDR-Z1R est un casque fermé, mais en réalité il est donc semi-ouvert compte tenu de la tailles des points d’aération.

Afin d’améliorer encore la reproduction des graves, le MDR-Z1r est équipé d’ouvertures se trouvant sur les bagues de soutient entre la coque et les coussinets. Cette ouverture se comporte un peu comme l’évent d’une enceinte ou un caisson de grave.

Mais une coque innovante n’est pas suffisante il faut aussi des transducteurs adaptés. Sony opte alors pour des haut parleurs de casque spécialement étudiés pour le MDR-Z1R. Ce casque est équipé de transducteurs dont les diaphragmes font 70 mm de diamètre, il s’agit d’une très grande taille. A titre de comparaison le Sennheiser HD-800 utilise des transducteurs de 54 mm et ce casque présente déjà des armatures de taille importante. Ces nouveaux diaphragmes avec bords en polymère à cristaux liquides utilisent un dôme en magnésium. Les transducteurs ainsi obtenu sont capable de reproduire des fréquences allant jusqu’à 120 kHz, de quoi écouter de l’audio haute définition sans perdre le moindre détail.

Ecoutes

 

Playlist et écoutes

 

La playlist des écoutes faites avec le MDR-Z1R :

 

Marilyn Manson – Pale Emperor – 24 Bits 44,1 kHz – provenance Qobuz :

J’utilise régulièrement cet album dans la Playlist de mes tests car par delà la signature de l’auteur, réside une composition complexe à reproduire. Cet album me sert à évaluer l’intelligibilité des appareils que j’ai en test et leur capacité à reproduire les graves.

Source Qobuz

 

Bill Evans – At Montreux – DSD64 (provenance SHM-SACD) :

Un son d’antan authentique et vrai. Bill Evans fait parti des figures emblématique du Jazz du XXème siècle. Cet album permet d’évoluer le réalisme des instruments dans un contexte d’enregistrement moins favorable que les prises de son moderne. Cette particularité est souvent vraie pour des albums anciens mais bien enregistré.

Source Qobuz

 

Kuniko – Cantus – 24 bits 192 kHz – provenance LINN Records :

Un album test essentiellement axé sur la reproduction des percutions et des rythmiques.

Source LINN Records

 

LINN Super Audio Collection Vol.7 – DSD64 (source SA-CD) :

Un enregistrement exemplaire qui regroupe de nombreux morceaux de musiques classiques et des opéras. Un enregistrement résolument destiné à évaluer la capacité à reproduire l’exactitude des timbres et des instruments.

Source LINN Records

 

Blue Coast Collection 1 – DSD256 – provenance Blue Coast Records :

Un collectif des artistes du label Blue Coast Records remasterisé en DSD256 à partir des bandes magnétiques analogiques originales. Cet album à l’enregistrement exemplaire peut servir à tout évaluer intégralement un système tant son contenu est varié.

Source Blue Coast Records

 

David Crosby – Lighthouse – 24 Bits 88,2 kHz – provenance Qobuz :

Un album axé les cordes et la tonalité des voix. Qu’il s’agisse des solos de Crosby ou des accompagnements des refrains, cet album impose son naturel et sa précision, preuve que le Hi-Res Audio à du bon. Un album qui pourra aider à évaluer l’équilibre et le naturel tonal allant des bas médiums aux hautes fréquences.

Source Qobuz

 

Jenna Mammina – Close Your Eyes – DSD256 – provenance Blue Coast Records :

Un remastering DSD256 de l’abum de Jenna Mammina effectué à partir des bandes magnétiques originales. Le master ainsi obtenu est d’une qualité saisissante et permet d’apprécier ce que le DSD256 peut offrir. L’album se concentre essentiellement sur la voix envoûtante de Jenna Mammina et sur le réalisme des instruments.

Source Blue Coast Records

 

David Elias – Two Track Mind – Solo Acoustic CDA (MQA) – provenance David Elias :

Après le DSD, David Elias s’intéresse au MQA. David nous livre ici un album intime qu’il a intégralement réalisé, de l’enregistrement au transfert final en MQA. Que vous ayez ou non un DAC compatible je vous invite à écouter cet album au son vrai et ultra réaliste. On écoute la musique comme si on y était, étonnant pour un enregistrement à la base simple CD. Un autre album qui permet d’évaluer le naturel de la reproduction et son authenticité.

Source David Elias

 

 

Tableau de compatibilité avec divers amplificateurs casque :

Durant ce test nous ne disposons pas des autres appareils de la série Signature et je ne doute pas de leur compatibilité avec le MDR-Z1R. Je dispose de plusieurs amplificateurs casques qui m’ont permis d’établir un tableau de compatibilité.

Les tests sur différents amplificateurs démontrent que le MDR-Z1R peut s’utiliser aussi bien sur un baladeur numérique à la puissance modeste que sur un amplificateur résidentiel plus puissant voir très puissant. Cette polyvalence et cette relative facilité à être amplifié est un atout. Cela veut dire que vous pourrez utiliser le MRD-Z1R presque en toute circonstance. Notez tout de même que ce casque affiche une performance de très haut niveau et qu’il est capable de reproduire un son très précis et d’un très haut niveau qualitatif. pour exploiter le MDR-Z1R au maximum de son potentiel il faudra penser à l’utiliser sur une électronique également d’un bon niveau.

 

Les écoutes, le grand bilan :

Afin d’exploiter au mieux les performances du MDR-Z1R j’ai opté pour un système d’écoute de casque complexe mettant en oeuvre le DAC OPPO HA-1 SE et l’amplificateur casque à tube Modwright TRYST. La source sera mon PC audiophile modifié SOtM. Au moins dans ce contexte j’ai l’assurance de ne pas pénaliser la performance du MDR-Z1R.

Un premier mot concernant le confort du MDR-Z1R. D’après l’analyse technique de ce casque le confort devra être particulièrement bon. En pratique le MDR-Z1R dépasse de loin mes espérances et se révèle être le casque grand format le plus confortable que j’ai écouté. Peut-être que le poids modéré du MDR-Z1R pousse à penser que la performance n’a rien d’extraordinaire, cependant j’ai écouté des casques plus léger et bien moins confortables, certes moins coûteux. Dans tous les cas Sony connait bien son affaire et le MDR-Z1R profite de plusieurs décennies d’expérience de conception de casque. Dire que le confort du MDR-Z1R est exceptionnel n’est pas une conclusion usurpée.

A l’écoute il faudra bien entendu utiliser ce casque d’exception avec une électronique en adéquation. Vous allez vous rendre compte que le MDR-Z1R est tout simplement phénoménal et que son prix n’est finalement pas si élevé surtout comparé à une concurrence directe.

La caractérisation principale, une maîtrise de la dynamique hallucinante. Il s’agit bien de la qualité principale de ce casque Sony et le terme hallucinant pourrait passer pour un usage abusif d’un jugement teinté de superlatif … mais pourtant ! J’ai eu la chance d’écouter quelques casques haut de gamme comme le Sonorous X, le Focal Utopia, des Audeze, le Sennheiser HD-800, le Fostex TH-900 et d’autres. Un caractéristique primordiale qui rejoint aussi mes impératifs au sujet des enceintes, il faut maîtriser la dynamique. En excès et le son devient criard et « pinçant », pas assez et on fini par s’ennuyer ferme. Dans les deux cas la fatigue auditive fini par pousser à abréger les écoutes. Le Sony MDR-Z1R offre ce juste équilibre qui caractérise les meilleurs casques y compris ceux de type Planar Magnetics. Oui j’ose comparer le MDR-Z1R aux casques exploitant cette technologie qui assure une restitution avec une distorsion presque nulle et une dynamique parfaitement dosée. Le MDR-Z1R à beau utiliser des transducteurs dynamiques sa performance dépasse ce qui se fait de mieux en la matière. Le TRYST de Modwright n’y est pas pour grand chose car cet amplificateur casque malgré une conception à tube, maintient une excellente dynamique, il ne la tasse pas et a cette caractéristique rare en tube, de ne pas adoucir le signal. Avec le MDR-Z1R nous percevons donc tous les détails de l’enregistrement jusqu’au plus subtils à peine perceptible ou totalement masqué en temps normal. Ceux qui connaissent des casques de référence comme le HD-800 me diront très justement, que le Sennheiser est aussi capable de réaliser cette performance, tout comme le T-1 de chez Beyerdynamic. Mais le rendu de la dynamique par le MDR-Z1R est sans comparaison. En effet le Sony sort du contexte d’écoute monitoring et offre une écoute plus posée et plus reposante. Il ne s’agit pas d’une mollesse ni encore d’un ton chaleureux, mais bel et bien d’une douceur dans les transitions et une fluidité dans les notes qui dépasse très largement ce qu’un casque dans les 2000€ ferait habituellement. Le secret vient bien entendu du transducteur de 70 mm dont la réponse en fréquence monte à 120 kHz et dont la conception réduit au maximum les distorsions de surface. Sur de l’audio Hi-Res la différence ce fait sentir bien que du simple CD-Audio passe également remarquablement bien. Toutefois et en comparaison avec un autre casque dont la réponse en fréquence serait plus contenue, le MDR-Z1R démontre [à l’instar des enceintes à super tweeter] qu’aller haut en fréquence permet de manière effective de profiter du gain apporté par les harmoniques supplémentaires même si l’oreille humaine ne les entend pas.

Il en découle un naturel des voix qui frise la perfection. La reproduction des voix est également lié à la capacité de reproduire un équilibre tonal en respect avec les médiums et les haut médiums. Sur ce point et d’une manière général, le MDR-Z1R démontre à nouveau son excellence. Dire que le MDR-Z1R est neutre ne sera pas juste car ce n’est pas le cas. Ce casque démontre un léger parti pris mais qui va dans le bon sens, du moins c’est mon point de vu et décidément ce casque flatte mes attentes. Comme si il avait été élaboré suivant mes préférences en terme d’enceinte. En tout cas si vous aimez la reproduction organique des voix qui oblitère toute résiduelle numérique dans la reproduction le MDR-Z1R est fait pour vous. Tout est là et reproduit avec brio ! Les timbres restent parfaitement naturel, les intonations conservent tout leur réalisme … il n’est pas possible d’émettre la moindre critique à moins d’aimer un son plus analytique ? Mais je ne comprendrais pas, le MDR-Z1R va vraiment très loin dans la performance et cette douceur de la reproduction qui t’entache pas les impactes ni le côté vivant et rythmé des morceaux plus vivaces.

Des graves en puissance mais au juste dosage. L’une des ambitions du MDR-Z1R est d’arriver à reproduire des graves à la manière des casques fermés. Je lance alors « Killing Strangers » de Marilyn Manson, un morceau dont la complexité des sonorités et de la reproduction en général permet de tester l’intelligibilité reproduite ainsi que la tenu des graves. En effet de l’intro au final de ce morceau Marilyn Mason nous assène de larsens, de distorsions et de graves omniprésents, c’est du Manson quoi. Le MDR-Z1R s’en sort à la perfection, un exercice qui n’est pas évident avec ce morceau, ainsi que tout le reste de l’album « Pale Emperor ». Au delà des considérations (ou des déconsidérations) artistiques attardons nous les basses et la reproduction des graves. Avec le MDR-Z1R il y en a c’est une évidence. La reproduction est d’ailleurs exemplaire, les graves ont de l’impacte, ils sont tendu et bien présent. Là où le casque Sony fait très fort réside dans le dosage et le niveau de reproduction du bas du spectre. Je ne serai pas étonné de lire une réponse en fréquence très régulière dans le bas du spectre et plutôt à un juste niveau par rapport à l’ensemble de la courbe. Pour le dire plus simplement, le MDR-Z1R reproduit des graves affirmés mais non intrusifs et surtout qui ne s’imposent pas comme une dominante ce qu’un Fostex TH-900 aurait un peu tendance à faire. Proche d’un Planar Magnetic ? Pas entièrement car le Sony MDR-Z1R offre davantage de grave que le ferait un Audeze CLD-X ou CLD-3 que j’ai écouté au festival son et image de Paris 2016. Un casque plus riche en grave et tout aussi équilibré que ces deux références Audeze, ça commence à être intéressant. Je note également une merveilleuse reproduction des percutions. D’une manière générale la reproduction des instruments est saisissante, en particulier sur les morceaux de jazz et de classique qui se concentrent souvent sur cette aspect de la musique. Ecouter du Bill Evans par exemple est un pur bonheur.

La scène sonore, autre force maîtresse du MDR-Z1R. La reproduction de l’image sonore est l’autre challenge relevé par Sony sur ce nouveau casque. Faire un casque qui regroupe les qualités d’un casque fermé et d’un casque ouvert n’est pas évident et d’ailleurs il a très peu d’exemples qui illustrent cette combinaison de performance. Le MDR-Z1R bénéficie d’une conception novatrice spécialement élaborée pour atteindre ce double objectif et disons le sans détour, le challenge est relevé avec excellence. Nous avons déjà convenu des qualités de reproduction sonore du MDR-Z1R, douceur dans les transitions, dynamique parfaitement dosée, forte capacité à reproduire des graves exactes et francs et équilibre tonal exemplaire. Le premier challenge est donc remporté haut la main avec encore plus d’attributs qu’ils en étaient prévu au départ. Le challenge de la reproduction de la scène sonore est accompli avec autant d’aisance et de brio. Et quelle prouesse ! Le MDR-Z1R fait aussi bien sinon mieux qu’un Sennheiser HD-800 qui est pourtant un casque totalement ouvert. Le MDR-Z1R offre une aération d’écoute étonnante avec une scène sonore ample, vaste et très en relief. Ne parlons pas de la cohérence de l’image sonore qui est tout simplement parfaite et sans compromis. La scène sonore reproduite par le MDR-Z1R est une vraie particularité, certes l’écoute reste celle d’un casque, mais la performance ouvre la scène sonore de manière stupéfiante. Le Fostex TH-900, casque de nature fermée, arrive également à reproduire une scène sonore étonnamment vaste, mais le MDR-Z1R va bien plus loin. Le casque de Sony en plus d’une ouverture à l’égale (voire supérieure) de la plus part des casques ouverts, offre une aération que l’on constate sur des casques encore plus haut de gamme et par conséquent bien plus cher.

 

Conclusion

Le Sony MDR-Z1R, le casque audiophile ultime ?

Comme je ne trouve absolument aucuns défauts à ce casque je serai tenté de dire OUI ! Le MDR-Z1R serait le casque ultime, mais la perfection n’étant pas de ce monde et sachant qu’il y des casques dont l’ambition technique dépassent encore celle du Sony il faudra rester modéré. Toutefois il n’est pas possible d’ignorer les nombreuses qualités de ce casque et sa conception innovante. Très personnellement j’ai été bluffé, car non seulement le MDR-Z1R remplit son office et ces promesses, mais en plus il offre une prestation sonore de tout premier ordre. Le prix du MDR-Z1R le place sur le segment des casques haut de gamme et cette place n’est pas usurpée. D’ailleurs dans les mêmes sphères tarifaires il y a bien peu de produits capable de rivaliser avec le Sony. J’ose même clamer que des produits beaucoup plus cher que le Sony ne font pas mieux, certains sont même en dessous.


Le Sony MDR-Z1R est un casque résolument haut de gamme, non pas seulement de par son prix, mais surtout grâce à ses performances hors normes et sa conception très novatrice. Il faudra tenir compte des performances extrêmes de ce casque et lui adjoindre l’électronique en conséquence, mais l’investissement le vaut amplement.

J’ai aimé sur le MDR-Z1R :

  • Son look unique
  • Son confort
  • La qualité de construction
  • La reproduction musicale exceptionnelle
  • La reproduction de la scène sonore tout aussi exceptionnelle
  • La boite, une objet sobre classieux et magnifique
  • La qualité des câbles livré d’origine

J’aurai aimé :

  • Une sacoche de transport pour les séances nomades (la série Signature présente deux DAPs)
  • Un câble symétrique dont la prise jack est standard, mais il est possible de prendre un câble du marché ou d’en faire monter un : les prises aux transducteurs sont elles standard

Le test synthétique et résumé du MDR-Z1R sur notre chaîne Youtube :

22 commentaires

  1. avatar
    Tex /

    Hello,

    Quoi acheter comme dac/lecteur nomade, car l’oppo est un dac pour iphone, alors c’est sympa, mais on reste en MP3

    Je recherche un lecteur nomade de musique démat. Digne de ce nom, pour un prix raisonnable et pourquoi pas ce casque avec.

    Mais je l’écoute au lit, quand mon épouse fait dodo ou dans des lieux publics.

    Donc pas un truc qui va La réveiller, ou m’obliger à baisser le volume.

    J’avais testé un Oppo à 1300€, mais casque totalement ouvert… impossible au lit ou dans le métro ! Et puis cela révélait tous les défauts du MP3, donc inutilisable…

    Le mieux est parfois l’ennemi du bien.

    Tex

  2. avatar
    Stv84 /

    Mettre autant pour écouter du MP3, je m’excuse, mais c’est comme donner de la confiture aux cochons !!!!

  3. avatar
    Tex /

    C’est ce que je dis en gros. Je recherche un ensemble casque DAC/Lecteur à la hauteur du casque.

    J’ai un paquet de DSD, DTS, SACD,etc…. que je n’écoute pas, car j’ai rien à la hauteur !

    Tex

  4. avatar
    Jacko /

    @Tex – Vous cherchez un ensemble casque + ampli afin d’écouter de la musique Hi-Res ? Ou simplement un bon casque sympa pour écouter le soir sur tout type de source ?

  5. avatar
    Tex /

    Bonjour Jacko,

    Ce que je recherche c’est un super casque pour écoiuter la crème de la crème en définition (DSD-DTS-SACD 24 BITS ETC…) à la maison au lit comme dans un avion, sans avoir à gêner les autres.

    Avec ce casque je recherche un lecteur nomade capable de lire ces fichiers (un peu comme mon iphone, ou mon ancien walkman), dans une qualité au top.

    Il faudrait que la mariage soit parfait entre le casque et ce lecteur/dac.

    J’ai tester le DAC Oppo à 399 € et le casque Oppo à 1 390 €, pour un résultat sympa avec du MP3 sur mon iphone, mais franchement, cela révélait aussi les limitations du MP3, ce qui est logique.

    Bref, j’aimerais arriver à du sérieux, et bien sur avec un rapport qualité cohérent pour mon utilisation. Même s’il est vrai que j’écoute peu au casque, mais parce que justement c’est moyen avec un iphone et beats Mix-r (le moins mauvais de la gamme selon moi).

    Avec l’iphone j’ai essayé plein de casque de renom, mais à chaque fois, ça ne passait pas. Bose une cata, focal, propre mais pas de puissance, BeyerDynamis que j’adore, ben avec l’iphone ça passe pas non plus !

    En cause ? Ben l’iphone à 100 % je pense LOL

    Voilà, merci pour vos lumière.

    Tex

  6. avatar
    Jacko /

    Si tu budget est « élastique » tu peux t’intéresser aux casques Final Sonorus. Le Sonorus VIII étant déjà excellent, le X est bien évidemment le top du top et il ne demande pas un ampli super puissant.

  7. avatar
    Roseaux /

    Un super test Jacko as usual. Remarque surement innocente mais Sony n’est pas souvent associé à la philosophie high end (hors video projection). Mais on remarque à travers ce test un véritables savoir faire.
    A lire le test, l’excellent oppo HA1 SE n’est-il pas suffisant car lui est adjoint le tryst de Dan?
    J’ai actuellement un denon adh7100 que j’aime bien (j’hésite à l’envoyer chez casques headphone pour amélioration), mais j’imagine qu’avec ceci on entre dans une autre sphère…je précise que fin mars je me ferai livrer un oppo HA1 SE (dont la toute récente relecture de test hdfever avait achevé de me convaincre -comme préamp pour deux blocs mono et dac/ampli casque). L’intrusion de ce Sony dans l’équation me titille bien dirons-nous!
    Merci à vous et à toi aussi jacko pour ce test!

  8. avatar
    Jacko /

    @Roseaux – Tout à fait nous oublions à tord le positionnement régulier de Sony comme fabriquant audio HDG, disons que la marque s’offre un rappel très ponctuel. Car au-delà de l’innovation (je ne les remercierai jamais assez d’avoir créer le DSD) la marque sait construire des produits de qualité hors norme, et ce MDR-Z1R en est une parfaite illustration.

    cerise sur le gâteau, le prix quoi qu’on en dise, n’est pas stratosphérique au regard des prestations. J’ai vu une vidéo qui m’a fait bondir où il était clamé à répétition « un système hors de prix … » bah même en additionnant avec le prix des appareils complémentaires de cette gamme Signature, nous restons trèèèèèèès loin des systèmes casque nomades et résidentiels les plus cher ! Certes le prix reste une sommes non négligeable, mais AMHA seul le Kennerton Odin offre une prestation global en concurrence à prix équivalent. Attention je ne dis pas que ces deux casques sont équivalent, ils ont leur propre ADN j’ai les deux pour une raison évidente, ils ne sonnent pas de la même manière, excellentissime tous les deux, mais différents.

    Pour en revenir au choix du matos utilisé durant le test j’ai adjoint le TRYST pour Trois raisons.
    La première est assez évidente, il sonne à merveille (c’est une variante du très coûteux PRAUTES en vente via Son-Vidéo) et je voulais en profiter.
    C’était aussi l’occasion de faire un préambule à un éventuel test du TRYST et faire connaitre cet extraordinaire ampli casque. Par la même occasion, donner un coup de pouce à Dan de Modwright qui est un ami … un amitié de mérite car Dan est dévoué à son travail et à la satisfaction de ses clients.
    Et comme indiqué sur le test, placer le MDR-Z1R dans un environnement totalement favorable. Mais très clairement le TRYST sur un MRD-Z1R c’est overkill, car ce casque n’est pas sur une telle demande en puissance et un HA-1 (SE pour l’occasion) suffit largement. Le MDR-Z1R peut aussi servir en mode nomade du moment que l’on utilise le câble symétrique avec un DAP adapté.

  9. avatar
    Souther /

    Bonjour Jacko et un grand bravo pour le test du Sony!

    Le nouveau Denon ah-d 7200 peu t’il lutter contre le Sony? et Le Fostex Th-900 peu t’il aussi lutter? y’a t’il vraiment un grand écart en terme de performance pure entre ces trois casques? merci bien.

  10. avatar
    Jacko /

    @Souther – Aucune idée en ce qui concerne le Denon, mais sa conception très classique ne devrait pas lui permettre de rivaliser. La force du MDR-Z1R réside dans une conception innovante et redoutablement efficace.
    J’ai la première version du TH-900, bien que j’affectionne particulièrement ce casque je dois avouer que le MDR-Z1R va beaucoup plus loin avec un équilibre tonal plus juste tout en gardant une légère dominance dans les graves. l’image sonore est encore plus précise, ouverte et confortable. Ensuite côté accessoires et présentation la comparaison ne peut pas se faire, Sony a vu les choses en grand et franchement ils ne se sont pas loupé sur le coup !
    En terme de performance pure le MDR-Z1R fait très très fort et il pourrait coûter plus cher que son prix actuel !

  11. avatar
    Souther /

    Merci Jacko pour ta rapidité! et ton verdict! si je comprend bien aucun casque a moins de 2000 euros ne peu lutter contre ce Sony mdr-z1r?

  12. avatar
    Jacko /

    En effet et pas à ma connaissance !

    Il faut dire que le MDR-Z1R a été conçu de A à Z sans piocher des composants à un autre produit ou en provenance d’un fournisseur tiers.
    Avec un conception si particulière, même si il s’agit d’un casque à base de transducteurs dynamiques, difficile de lui trouver un concurrent de taille.
    Après tous les goûts sont dans la nature et n’ont pas besoin de se justifier, certains peuvent ne pas aimer le MDR-Z1R … mais franchement je ne comprendrai pas !

  13. avatar
    papaze /

    Bonjour Jacko.

    Vous avez déjà testé le SONOUROUS X et lui avait accordé 5 étoiles comme le MDR-Z1R !

    Aujourd’hui le SONOUROUS X vous semble t-il dépassé par le MDR-Z1R ? Et si oui sur quelles caractéristiques ?

  14. avatar
    matt /

    Jacko le site internet tourne au ralenti depuis un moment, va t’il y avoir du nouveau prochainement a ce niveau la.
    Pas de news réel(hors sortie dvd bluray) pendant 1 mois voir beaucoup plus dernièrement, que se passe t’il?
    Les problèmes de santé sont toujours a l’ordre du jour?
    Jacko, concernant le casque, il a depuis de nombreux concurrents qui font tout aussi bien que ce casque voir mieux même si cela reste une perle pour beaucoup.
    Après il y a les gouts et les couleurs et la, cela ne sert a rien de débattre car tous les gouts sont dans la nature.
    Moi par exemple qui est écouté des casques hifi rodés très cher a plus de 1000 euros pendant plusieurs heures pour les comparer a d’autres casques bien moins cher dans plusieurs magasins hifi car je connaissais bien certains responsables, pourtant je préfère un casque qui pardonne plus au final qu’un casque tellement défini que la grande majorité des enregistrements actuels ne permettent pas d’en profiter voir même bien pire.
    Si au final avec ce genre de casque on est obligé de s’astreindre d’écouter un certain genre de musique spécifique ou support pour pouvoir en profiter, je trouve cela nul pour ma part et bien trop restrictif.
    En plus, je n’ai plus l’oreille de mes 20 ans depuis un moment ou d’un plus jeune qui a une ouïe qui s’étend très haut dans le spectre, je pense que cela a aussi une importance car on perd du spectre en vieillissant.
    Etant amateur de musique électronique aussi et pas que bien sur(variété internationale, rnb, musique de film, new age, deep chill out, etc)il me faut un casque pour la musique électro ou autres qui sache parfaitement retranscrire les infra basses, donc un casque qui sache descendre très bas.
    Donc moi je cherche plutôt un casque polyvalent défini mais qui pardonne et qui descend très bas avec une impédance basse et une bonne sensitivité car j’écoute des labels indépendants et groupe indépendants qui sont moins connus ou la qualité d’enregistrement est moins bonne.
    Et surtout un casque très confortable en port et une grande fiabilité, j’ai eu des déconvenues avec des casques pourtant pas donné.
    Après chacun voit midi a sa porte, il en faut pour tous les gouts et c’est pareil dans tous les domaines.
    Ceci dit si j’avais les moyens je m’offrirais un casque a 3000 euros a écouteur électrostatique et encore sans l’ampli, je me rappelle plus son nom exacte en écrivant le commentaire, mais il est terrible, ce n’est pas le stax bien sur.
    Pour moins de 1000 euros, il y a le Casque électrostatique KS-H3 et amplificateur M10 Kingsound qui sont très bons en électrostatique(850 euros le tout).
    Longue vie au site. :-P :)

  15. avatar
    papaze /

    bonjour Jacko, vous avez déjà testé le casque Final SONOROUS X pouvez-vous faire un petit comparatif avec ce Sony MDR-Z1R ? Merci.

  16. avatar
    pseudoaubol /

    @matt

    Bonjour,

    Je ne comprends pas le sens de votre phrase, y a-t-il un problème avec les STAX ?
    Avez-vous un lien pour le tarif dont vous parlez ? Je n’ai pas trouvé aussi peu cher pour l’ensemble Kingsound.
    Merci

  17. avatar
    Jacko /

    @papaze

    Il s’agit de deux casques bien différent.

    J’ai conservé les deux car ils ne m’offrent pas la même écoute.
    Le rapport qualité / prix du Sonorous X est évidemment moins à son avantage que le MDR-Z1R, mais comme ces deux casques ne sonnent pas de la même manière il est difficile de les classer l’un par rapport à l’autre.

    Donc non, le Sonorous X n’est pas dépassé.

  18. avatar
    Jacko /

    @matt

    Effectivement il faut trouver chaussure a son pied et il y tellement de casques que l’on peut y arriver … à condition de bien défraîchir car il y a tant de références que vous explorons une véritable jungle.

    Je ne pense pas que l’on puisse rallier un casque à un genre musical. Tout comme une enceinte, un produit bon sur un seul genre est un mauvais produit trop coloré.
    L’approche des critères en terme de dynamique, précision, réponse en fréquence, restitution de la scène sonore me semble plus viable car lié aux attentes de l’auditeur et non calquée sur un genre musical. D’ailleurs le genre musical a aussi ses variantes et on ne peut pas caractériser simplement les impératifs. A moins de se restreindre à une sélection musicale bien précise et constante, mais ça serait dommage tant la musique évolue. Le jazz par exemple a tant de variante que l’on ne peut pas simplifier son approche.

    Il y a peu de constructeur de casques électrostatique.
    STAX évidemment, AMHA intéressant à partir de leur moyen/haut de gamme.
    Kingsound, que nous avons testé et qui est excellent avec en plus un rapport qualité/prix à mon avis imbattable.
    Koss
    Le Sennheiser « Orpheus 2 » HE-1 prix …. 8-O
    Le HiFiMAN Shangri-la prix …. 8-O
    ENIGMacoustics Dharma D1000 qui est un hybride électrodynamique / électrostatique.

    Après on a des produits moins connus comme Mitchell and Johnson MJ1 et de l’occasion.

  19. avatar
    Kyosato /

    Bonjour à tous,

    petit post un peu hors sujet (et destiné à Jacko entre autres) : Quelqu’un à des nouvelles de Nicolas ? Le site tourne au (grand) ralenti depuis plusieurs mois.

    Que se passe-t-il?

    Longue vie à HD Fever!

  20. avatar

    Mais Nicolas ou es tu ? Le site est mort depuis le mois de mars ? J espère que tes problèmes de santé ne t ont pas rattrapé. Nous espérons tous te revoir prochainement. Longue vie à HDFEVER

  21. avatar
    matt /

    Oui je suis d’accord jacko sur ta réponse sur le style de musique et sur ta sélection de casque électrostatique.
    Le kingsound KHS03 et M10 oui sont imbattable en rapport qualité prix.

    Par contre, on est le 10 mai demain et plus rien de votre part depuis 2 mois, le site hdfever est il sur le point de disparaitre?
    Plus de nouvelles de nicolas aussi.

    Vous pouvez répondre au moins pour nous signaler si le site va continuer a être mort comme aujourd’hui dans les semaines ou mois qui arrivent ou tout simplement disparaitre?
    C’est tout ce qu’on demande a jacko et nicolas ou autres personnes qui pourrait nous renseigner sur l’état du site et son devenir.

  22. avatar
    Jurgen21 /

    Terminus ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: