Facebook Tweeter Tweeter

Test OPPO HA-1 Special Edition (SE) Audiocom

ha1sehifi

Je pense qu’il n’est plus nécessaire de présenter le DAC / amplificateur casque / préamplificateur OPPO HA-1. Le produit n’est plus une nouveauté et la presse a déjà dit tout ou presque sur cet appareil. Si vous êtes un fervent lecteur de HDfever vous savez très certainement que la marque OPPO est la coqueluche des tweakers aussi bien professionnels qu’amateurs. D’ailleurs, bon nombre de lecteurs de Bluray haut de gamme utilisent une base technologique OPPO. À l’instar des lecteurs de Bluray de la marque, la sortie du HA-1 a fait grand bruit et presque immédiatement les idées de tweaks ont germé ! Mais cette fois-ci passer à l’étape des modifications et des optimisations n’a pas pu se faire facilement. En réalité, des contraintes liées aux dimensions compactes de l’appareil et le constat de ses performances déjà excellentes ont coupé court l’élan des tweakers en herbe même les plus chevronnés.

Toutefois et peut-être parce que ce prestataire est le seul officiellement soutenu par OPPO Europe, Audiocom ne pouvait pas en rester là. La marque a proposé des versions Reference et Signature de tous les produits OPPO distribués officiellement sur l’hexagone, le HA-1 serait-il resté une exception ? Non bien entendu et c’est bien connu, nos voisins britanniques sont d’un naturel tenace. Audiocom après des mois de réflexion lance officiellement la version « Special Edition » du HA-1. Les produits Audiocom sont importés en France par Univers-Hightech qui est aussi l’un des importateurs historiques OPPO sur notre territoire. Univers-HighTech importe donc aussi le HA-1 Special Edition. Afin de compléter votre lecture, je vous invite à consulter notre précédent test de l’OPPO HA-1. Vous y trouverez toutes les informations techniques complémentaires concernant l’OPPO HA-1 standard : http://www.hdfever.fr/2014/07/10/test-oppo-ha-1/

Les liens utiles :

ha1black

OPPO HA-1 SE, plus de 40 modifications !

Le passage de l’OPPO HA-1 à sa version SE n’est pas une petite modification. Audiocom annonce plus de 40 éléments modifiés touchant tous les éléments de l’appareil allant de son alimentation aux étages numériques et analogiques. Le travail principal réalisé par Audiocom consiste principalement à améliorer les circuits d’alimentation du HA-1 SE. En effet la performance de tout appareil Hi-Fi repose sur son alimentation en particulier lorsqu’il s’agit d’un appareil équipé de circuits numériques. A la base l’alimentation de l’OPPO HA-1 est déjà très bien conçue et affiche d’excellentes performances. Arriver à améliorer ces performances n’a pas été une tâche simple et il a fallu de nombreux mois pour que Audiocom arrive à déterminer quelles modifications à apporter. Le choix final se portera sur une combinaison de composants d’origine NOS, New Old Stock soit des composants de provenance classique et des composants axés sur des conceptions audio plus modernes. L’objectif avoué : améliorer l’impact et le corps de la musique sans en perturber son équilibre tonal.

ha1semod01

Audiocom prend le parti de remplacer les régulateurs intégrés standards à trois pins, centre névralgique des conversions DC/DC. En effet les régulateurs font parti intégrante de la conception des circuits d’alimentation d’un appareil. Leur tâche est d’assurer un courant continu stable et propre. Ils peuvent donc se trouver sur l’alimentation principale et compenseront les fluctuations du courant continu en sortie de transformateur lorsque le courant alternatif fera des siennes. Une autre tâche consiste à prendre le relais et à abaisser les tensions afin d’alimenter les circuits secondaires dont le voltage de fonctionnement est différent des sorties de l’alimentation principale et ayant de faibles besoins en puissance. Par exemple, nous pouvons avoir des circuits de pure régulation 12 VDC vers 12 VDC ou encore des circuits 18 VDC vers 12 VDC. Vous comprenez donc l’importance de ces circuits qui sont déterminant au bon fonctionnement des amplificateurs opérationnels (AOP) ou des transistors de puissance. Le bon fonctionnement des composants numériques intégrés comme les DAC, les FPGA, les interfaces numériques et même les horloges dépendent également de la stabilité du courant. Dans un monde idéal, ces dispositifs de régulation sont capables de délivrer un courant stable et exempt de bruit électrique. Ils doivent afficher un PSRR élevé (Power Supply Rejection Ratio ou taux de réjection du mode commun de l’alimentation). Dans tout appareil Hi-Fi, le moindre bruit électrique peut se retrouver imbriqué au signal et pénalise alors la cohérence et l’intelligibilité de l’écoute. Tout peut en pâtir, diaphonie en retrait avec une scène sonore étriquée et incohérente, rendu sonore brouillon, perte de perception des détails, déséquilibre tonal pour aboutir à un rendu agressif et acide.

ha1semod02

Audiocom va remplacer les régulateurs intégrés standards par des régulateurs à composants discrets dont la conception spécifique est parfaitement adaptée aux besoins et aux contraintes inhérentes au HA-1. Le HA-1 SE bénéficie alors de régulateurs parfaitement adaptés affichant un taux réjection du bruit de l’ordre de 1/168 soit 2000 fois plus qu’un régulateur ordinaire. Pour compléter ce travail déjà important, Audiocom va sélectionner les condensateurs les plus importants pour les changer par des références plus performantes et mieux adaptées aux objectifs visés par les modifications, toujours dans le cadre d’un appareil à usage audio donc. Les nouveaux condensateurs seront utilisés à différents niveaux du HA-1 SE. L’alimentation sera bien entendu concernée, mais aussi des circuits de découplage d’alimentation, de bypass et en ligne directe par lesquels le signal audio transite. Pour finir, Audiocom va appliquer des traitements d’amortissement aux emplacements clés en s’assurant de ne pas être excessif ce qui pourrait avoir un effet contraire et pénaliser la performance du HA-1 SE.

ha1semod03

En somme, Audiocom ne déroge pas à sa tradition et ajoute à son travail une correction plus en profondeur des différents circuits d’alimentation par une étude poussée des étages de régulation. Un travail représentant un temps d’exécution très important et surtout il s’agit de la résultante de longues heures de recherche. Il a fallu pas moins de trois prototypes étudiés et testés en parallèle afin d’élaborer et de valider les modifications apportées à l’OPPO HA-1 SE. Vous verrez dans la partie consacrée à nos écoutes que le fruit de ce dur labeur s’entend de manière éloquente.

ha1semod04

Voici quelques visuels qui montrent les modifications apportées par Audiocom. Les flèches indiquent quelles sont les pièces modifiées ou ajoutées. Bien entendu il y en a beaucoup plus, en accord avec Audiocom nous avons eu l’autorisation de vous montrer cette sélection de photos qui donnent un aperçu très partiel de l’ensemble du travail effectué. Vous pouvez déjà constater le soin extrême qui a été apporté aux modifications. À s’y méprendre on pourrait croire que le travail est fait en usine sur les chaînes de montage. Une telle qualité de travail pourrait sembler évidente, mais ce n’est pas toujours le cas et certains tweakers offrent un travail moins soigné. En tout cas, nous pouvons féliciter Audiocom d’opérer un travail techniquement aussi exemplaire. On comprend pourquoi Audiocom propose de conserver la garantie intégrale de votre HA-1 et ajoute un an sur les modifications si celui-ci disposait de moins de 12 mois de garantie.

Le HA-1, une architecture électronique de pointe

ha1inside ha1mapping

HA-1 SE vs HA-1, les mesures de performance

Les mesures de performance se feront à partir du logiciel RightMark Audio Analyzer sur un banc de mesure dont le courant secteur sera filtré. Pour le test du HA-1 SE, les mesures seront exclusivement faites en situation comparative avec un OPPO HA-1 standard. Nous allons donc retenir les tableaux RMAA de mise en comparaison et les graphiques FFT qui s’y rattachent. Les courbes blanches correspondront à l’OPPO HA-1 standard et les courbes vertes correspondront à l’OPPO HA-1 SE modifié par Audiocom. Notez également que les mesures sont des indices et qu’elles n’indiquent pas tout. Il faudra compléter cette analyse par les écoutes afin de se rendre compte effectivement des gains apportés par le travail d’Audiocom.

Mesures du PCM 16 bit 44,1 kHz ou CD Redbook :

ha1se1644

ha1se164401

Réponse en Fréquence

Les mesures du 16 bit 44,1 kHz présentent déjà quelques avantages en faveur de l’OPPO HA-1 SE. Les scores bruts ne donnent pas de grandes différences, mais observons les relevés FFT. La courbe verte est celle du HA-1 SE. Nous constatons qu’il y a moins de fluctuations et que les courbes sont plus régulières. Nous observons moins de pics aux hautes fréquences sur tous les indices. La moyenne retenue de diaphonie est en faveur de l’OPPO HA-1 standard, mais une observation du graphique FFT nous indique malgré tout un avantage pour la version SE. En effet la courbe est plus régulière et donne de meilleurs scores aux hautes fréquences. D’une manière générale nous disposons donc d’un signal de sortie plus stable et moins bruité en faveur de la version Audiocom.

Mesures du PCM 24 bit 44,1 kHz, le format Studio Master le plus répandu :

ha1se2444

ha1se244401

Réponse en Fréquence

Nous passons à un signal haute résolution et dans ce cas, les scores de la version SE creusent un bel écart. La version SE gagne plus de 3 décibels en niveau de bruit et en plage de dynamique. Les taux de distorsion sont manifestement meilleurs et la diaphonie gagne presque 2 décibels. Les observations des graphiques FFT sont encore plus révélatrices qu’en présence d’un signal PCM 16 bit 44,1 kHz. Les pics de bruit sont nettement moins nombreux. Le FFT de la THD + Bruit démontre une belle stabilité à proximité du test tone à 1 kHz, alors que la mesure du HA-1 standard (courbe blanche) est parsemée de pics parasites sur une large bande de fréquence.

Mesures du PCM 24 bit 48 kHz :
ha1se2448

ha1se244801

Réponse en Fréquence.

Les observations sont identiques aux mesures obtenues avec le PCM 24 bits 44,1 kHz. la différence principale vient d’une bande passante accrue.

Mesures du PCM 24 bit 96 kHz :

ha1se2496

ha1se249601

Réponse en Fréquence

Le 24 bit 96 kHz a pour effet principal d’accroître la bande passante théorique de 20 Hz-20 kHz à 20 Hz-50 kHz. Cette incidence est à double tranchant. D’une part, on gagne en harmonique, mais on multiplie également le risque d’avoir davantage de bruit électrique et de pénaliser alors les performances de l’électronique. C’est la situation que nous observons sur cette batterie de mesures. Alors que le HA-1 standard est pénalisé par du bruit supplémentaire qui va réduire considérablement la performance de niveau de bruit et de dynamique, la version SE creuse les écarts en affichant des scores toujours aussi bons. Les relevés FFT démontrent alors des pics de bruit pouvant afficher jusqu’à 20 décibels d’écart ! Dans l’ensemble la version SE présente des courbes plus stables principalement sur les hautes fréquences, mais aussi sur tout le spectre. Il faut avouer que dans ce contexte, la version SE révèle sans ambiguïté le résultat du travail fait par Audiocom sur l’électronique du DAC OPPO.

Récapitulatif des mesures :

ha1semesures

Les mesures correspondantes à l’OPPO HA-1 SE se trouvent dans les cadres rouges.

La traditionnelle playlist utilisée pour les écoutes

Elysian F Ghost of NoElysian Field, Ghost of No, 24 bit 88,2 kHz.

« Venant de célébrer deux décennies de musique par une série de concerts dans différents lieux new-yorkais, le duo de Brooklyn revient ici avec son dixième album. Un Ghosts Of No comprenant onze moments de grâce, entre ballades folk habitées, pop hantées, infusions jazz et longs voyages extatiques. Avec passion, Jennifer Charles (quelle voix !) et Oren Bloedow célèbrent la sensualité, la liberté et d’une certaine manière la beauté. … »

Notes Personnelles : Un album tout en précision sur lequel la voix envoûtante aux timbres mélodieux de Jennifer Charles est mise en valeur de manière remarquable. Un très bel album test qui, cerise sur le gâteau, s’écoute avec un plaisir non dissimulé. Très varié dans sa composition, Ghost of No enchaîne les genres avec toujours ce même objectif de musicalité construite et interprétée de main de maître. Très intelligible, cet album est parfait pour évaluer la précision et le naturel reproduit par l’appareil en test.

omar sosa ileOmar Sosa, Ilé, 24 bit 44,1 kHz

« Le pianiste cubain honore ses racines avec Ilé, qui signifie « terre, foyer » en Lucumí (dialecte Yoruba). Omar Sosa affirme à nouveau sa patte bien reconnaissable entre latin jazz (Mentiras Enemigas), musique urbaine (A Love Lost) et world (Momento I). On ne sera donc pas surpris d’entendre des samples de chants lucumí se mêler à un saxophone rond et chaud, qui lui-même se marie subtilement avec un spoken word urbain. … « 

Notes personnelles : Entre musique du monde et Jazz, Omar Sosa nous offre avec Ilé une composition magnifique, feutrée et authentique. Ilé est un album parfait pour évaluer le naturel des médiums et des voix. Sa scène sonore joue avec la stéréophonie qui nous permet d’accompagner chaque geste des interprètes de manière presque chirurgicale.

afrodeeziaMarcus Miller, Afrodeezia, 24 bit 96 kHz

« Certes il y eut un avant et un après 1986 dans la vie de Marcus Miller. Cette année-là, le jeune bassiste compose et produit le fameux Tutu de Miles Davis… Depuis, le chemin parcouru par ce virtuose de la quatre-cordes s’est étoffé de passionnants albums pour les autres (plus de 500 !) ou pour lui-même (une vingtaine) et de collaborations multiples… Récemment nommé porte-parole de l’Unesco pour le projet La Route de l’Esclavage, le bassiste et producteur a souhaité, pour ce premier album chez Blue Note, suivre les traces de ses ancêtres africains devenus Américains. De l’Afrique de l’Ouest donc à la Louisiane, en passant par le Brésil et les Caraïbes, … »

Notes personnelles : Un album Jazz qui sait varier les genres, après tout le Jazz a élaborer les fondations de la musique moderne et il est tout naturel qu’il puisse emprunter à son tour le résultat de son héritage. On peut tout ré-interpréter avec du Jazz, Marcus Miller le démontre (comme nombre de ses contemporains). Un album test merveilleux à écouter qui mêle les genres et qui permet de presque tout analyser principalement l’équilibre et la musicalité.

coldplayaheadfullof dreamColdplay, A Head Full Of Dreams, 24 bit 192 kHz.

« Et de sept pour la bande de Chris Martin ! Comment aborder un nouvel album quand on s’appelle Coldplay, que l’on a plus grand-chose à prouver quant à sa capacité à accoucher de pop songs parfaites et qu’on s’apprête à souffler ses vingt ans de carrière ? La réponse s’intitule A Head Full Of Dreams. Et quelle réponse ! En signant un opus pétillant, exaltant, coloré et on ne peut plus festif, Coldplay risque d’en surprendre plus d’un. D’ailleurs, pour le cerveau du groupe, il s’agit réellement d’un disque à part. « Ce septième a confié Chris Martin à la BBC, on le voit comme le dernier livre de la saga Harry Potter… « 

Notes personnelles : Lorsqu’il s’agit de tester du matériel il est toujours important d’inclure de la nouveauté au milieu des « classiques benchmarks ». Tant qu’à faire choisir un groupe ou un album singulier que l’on apprécie. Cette fois-ci mon choix se portera sur A head Full of Dreams. Les raisons sont simples, j’apprécie le groupe Coldplay, leurs albums sont faciles à écouter et représentent la mouvance Pop générale sans tomber dans du pur commercial éphémère et finalement trop rapide à digérer. Coldplay est une valeur sûre d’un point de vu musical, un talent établi qui dépasse fort heureusement les affres marketing qui ont la malheureuse conséquence de vulgariser un genre et de le recaler à l’état de simple consommable. Une petite transition récréative peut-être, mais aussi et surtout un réel plaisir d’écoute.

kunikoxenakiKuniko, Xenakis: IX, 24 bits 192 kHz

« KUNIKO’s much-anticipated third studio recording features the works of Iannis Xenakis, whose work has had a huge impact within the world of music, and in particular on percussion repertoire. »

Notes Personnelles : Kuniko c’est effectivement de la percussion et presque rien d’autre. Mais ne vous y trompez pas, si de prime abord l’exercice semble simple vous avez là une véritable virtuose. Cet album servira à tester la précision et l’exactitude des timbres. La restitution analytique et le naturel des transitions seront aussi un point déterminant d’analyse. Un album dont la décomposition servira donc à contrôler la pertinence du système et si il assure un rôle affirmé de haut fidélité sans trop colorer le timbre sonore.

eliascrossingDavid Elias, Crossing, DSD64

David Elias est un artiste indépendant singulièrement à part. Il fait parti des pionniers adoptant l’enregistrement et le mixage de musiques en DSD, le format du SACD. Son implication dans le processus de la création d’une musique le pousse à adopter une position à multiple talents touchant ainsi toutes les étapes de la création d’un album allant de la composition au mixage final de ses chansons.

Notes personnelles : Le DSD est un format formidable pouvant assurer une précision et un naturel saisissant. Lorsqu’un appareil est compatible nativement ou par une étape de conversion PCM il est primordial de le tester avec ce format. Comme l’OPPO HA-1 peut justement traiter le DSD en natif, il s’agit d’une étape obligatoire. On a de la chance, David Elias nous offre des extraits de ces albums et nous aurions tord de nous en priver. Depuis j’ai acquis les albums intégralement et je me retrouve à converser par Email avec David Elias. Car David est comme ça, il remercie en personne ces fans et se montre généreux en explications et en échanges. Un artiste qui a la tête sur les épaules, humble et surtout un vrai passionné par la musique. D’un point de vu purement académique, David Elias nous livre des compositions mélodieuses au rythme posé presque sensuel de ballades très inspirées de son lieux de vie, Hawaï (ne pourrait-on rêver mieux). D’autres compositions plus osées ou plus rythmées s’interposent et confirment le talent de l’auteur interprète. David Elias est à découvrir absolument. Côté exercice de test nous pourrons juger du naturel de reproduction du système et sa capacité à offrir un rendu réel et organique sur les voix. L’exactitude des instrument est également un point fort de cet album. Autre aspect, plus technique celui-ci, David Elias travail le DSD64 uniquement, pas de DSD128 ni de DSD256 à son répertoire. Toutefois le travail rigoureux fait sur tout le processus de création de l’album démontre le potentiel musical fantastique de ce format. Le DSD64 présente déjà des atout affirmés et confirmés par cet album.

QuilesCloudNewportQuiles and Clouds, Blue Coast Records Special Event 39, DSD256

Un enregistrement DSD256 de bout en boute de la chaîne de mixage. De quoi vous convaincre que le DSD est un format musicalement fabuleux et que sa hausse de résolution n’apporte pas un gain superflu, mais une réelle nouvelle étape dans la haute fidélité.

Notes personnelles : Le top de l’enregistrement DSD ! Cet album spécial représente ce qui peut se faire de mieux en terme de naturel. Il est clairement évident que le DSD a du potentiel et on regrette qu’il n’y ait pas plus d’album de disponible. A l’instar de Crossing de David Elias, Cet album permettra de tester la capacité à reproduire les voix et le naturel des instruments. Comme il s’agit d’un DSD256 et que ce format est rare il me semblait important de l’inclure dans la playlist de ce test. l’OPPO HA-1 étant parmi les rares DAC capable de décoder ce format nativement, je me suis senti obligé, une obligation aussi motivée par la qualité artistique et de l’enregistrement : un pur bonheur.

emperor_Marilyn Manson, The Pale Emperor, 24 bit 44,1 kHz

« Manson change de cap. A presque cinquante ans, le chanteur redoutable met de côté les cris et la brutalité musicale pour des titres parfois étrangement groovy. Mais que les fans de la première heure ne s’inquiètent pas, il reste au moins Deep Six, un métal un peu lugubre, et Slaves Only Dream To Be King, un rock lourd et menaçant. Co-écrit avec Tyler Bates, The Pale Emperor prend des airs cinématographiques et laisse une place à la mélodie, « comme si Tyler avait imaginé la musique pour qu’elle mette en valeur ma voix », précise Marilyn Manson. Un changement surprenant … »

Notes personnelles : Je vous l’accorde, je ne suis pas impartial avec « Brian » Marilyn Manson. A une époque lointaine je n’écoutais presque que du métal, personne n’est parfait mais je le dirai toujours haut et fort : « le métal c’est bien ! ». Ma découverte de Marilyn Mason fût plutôt atypique et depuis je suis resté accro. Pourquoi cet album pour tester du matériel ? Après tout Marilyn Manson c’est tout sauf musical, du moins sur la base des préceptes académiques classiques qui voudraient que la Pop est le seul genre musical placé à la frontière du raisonnable. Et bien figurez vous que Pale Emperor s’écoute et c’est même du très bon. D’ailleurs cet album n’est pas fait pour vous casser les oreilles, pas si votre matériel marche comme il le devrait. Distorsions et sons numériques ne sont pas fait pour détruire les tympans, ils font parti de la composition musicale. Aimons ou détestons ce genre musical, libre à chacun d’adhérer ou pas, mais si le rendu est brouillon et agressif c’est que votre chaîne Hi-Fi est défaillante. Admettons simplement (à défaut d’aimer, mais je vous invite à donner sa chance à cet album) qu’il s’agit d’un pur banc d’essais, ça marche vous avez tout bon, ça ne marche pas votre système est bon pour une révision !

brothersDire Straits, Brothers in Arms, CD Redbook

« Brothers in Arms montre Dire Straits au sommet de sa longue ascension musicale. Après un début prometteur avec l’album Dire Straits, le groupe fait son chemin à travers des remplacements de musiciens et une évolution de ses tendances musicales. Le travail de Knopfler avec Bob Dylan (Slow Train Coming et quelques tournées) et l’apparition du groupe au Live Aid a contribué à renouveler leur renommée… »

Notes personnelles : Doit-on encore présenter cet album de légende ? Pour tester du matériel il me semble évident que non. Brothers in Arms a vraiment tout ce qu’il faut pour tester du matériel. Des musiques plus ou moins rock, plus ou moins électriques, plus ou moins instrumentales. Que dire de la voix de Mark Knopfler si jeune à cette époque vif et unique, une vraie rockstar. Percussions, guitares, cuivres … tout y est. A la limite si vous ne deviez écouter qu’un album afin d’évaluer votre matériel, Brothers in Arms pourrait bien être celui-ci.

jarre electronica2Jean-Michel Jarre, Electronica 2: The Heart of Noise, 24 bit 48 kHz

« La sortie d’Electronica 2 s’inscrit dans un projet aux faux airs de All Star Game de l’électro. En effet, ce 19ème album de Jean Michel Jarre est la suite directe d’Electronica 1. Pour les confectionner, le musicien français s’est rendu dans les différents studios où travaillent ses invités afin de collaborer avec eux. C’est donc aux quatre coins du monde qu’Electronica 2 a été composé et enregistré ! La démarche artistique est totale, … »

Notes Personnelles : Ecouter du Jarre c’est comme partir dans un voyage interstellaire et prendre pied avec la réalité. Electronica 2 est un album chargé d’émotion qui vagabondent et se muent au fil des variantes et des rythmes. Un album qui joue sur l’analytique de la prestation Electro propre au talent de Jean-Michel Jarre. Une épreuve pour tout système car pour arriver à reproduire harmonieusement cette composition il est impératif de disposer d’une électronique équilibrée et capable de retranscrire la scène sonore avec rapidité et précision.

Les écoutes aux casques avec l’OPPO HA-1 SE Audiocom

Afin de réaliser les écoutes aux casques, je me suis armé de ma petite collection personnelle. Le HA-1 SE sera utilisé en mode symétrique lorsque le casque le permet. Je pourrai donc faire une écoute plus approfondie du Beyerdynamic T-1 Gen 2 grâce à son câble XLR stéréo optionnel. Nous aurons donc des écoutes par besoin en puissance graduel (rapport entre impédance du casque et sa sensibilité). La source lectrice sera mon PC Hi-Fi modifié SOtM, musique stockée sur un NAS et streamée par le logiciel JRiver. La liaison numérique avec l’OPPO HA-1 se fera par l’intermédiaire d’un câble USB Wireworld Platinum Starlight équipé du filtre D1 de chez TotalDac.

ha1secasques

Impédance faible 16 Ohm, Final Sonorous X

Le Sonorous X est un casque très facile à amplifier. Sa conception rappelle celle des haut-parleurs à haut rendement et le comportement de ce casque s’y rapproche. Une très forte dynamique et une efficience défiant toute concurrence sont des atouts majeurs, mais une telle précision est aussi impardonnable ! Il faut une source et une amplification parfaite. L’OPPO HA-1 SE regroupe ces deux éléments en une seule boite. D’autre part, le Sonorous X se place sur une gamme tarifaire presque deux fois supérieure au prix d’un OPPO HA-1 SE. Une certaine logique voudrait que ce couple soit dépareillé et plus enclin à un divorce qu’à un heureux mariage. Mais au diable la logique commerciale, voyons ce que le HA-1 SE peut offrir sur un tel casque. La distinction de l’OPPO HA-1 SE ne se situera pas sur la puissance d’amplification, car seuls 100 mW sous 16 Ohm peuvent convenir à l’imposant Sonorous X. Le HA-1 SE impose une musicalité tout simplement époustouflante et il s’agit d’un impératif avec le Sonorous X qui est impartial avec le signal qu’il reçoit. C’est d’ailleurs dans cette configuration que le dispositif permet d’apprécier pleinement les gains obtenus grâce à un enregistrement en haute résolution, le DSD est véritablement à la fête !

Cette première approche permet d’apprécier le naturel phénoménal que les modifications Audiocom permettent d’atteindre avec le HA-1. Ce DAC sonnait déjà très bien, mais il faut reconnaître que le HA-1 SE passe un cap. J’ai écouté le Sonorous X sur plusieurs électroniques et sans hésitation, le HA-1 SE fait parti des plus belles, assurément la plus intéressante. Un élément primordial passe presque anodin tant le couple se comporte bien. La dynamique pourtant soutenue par le Sonorous X, ne flanche jamais, mais reste parfaitement à sa place. Jamais un sifflement, jamais une pointe d’agressivité ne se fait entendre, même sur des fichiers DSD128 ou DSD256, pourtant très à leur avantage en terme de dynamique. L’équilibre tonal est alors parfait, l’ampleur est soutenue par une restitution de basses magnifiques. Le naturel soutient une restitution organique des voix tablant sur un réalisme presque surréaliste : les interprètes chantent littéralement à nos oreilles. La prestation me comble à la perfection. Le HA-1 SE présente une amplification déjà surdimensionnée par rapport aux besoins du Sonorous X, un avantage, car jamais le niveau d’écoute ne pourra être pénalisé par une hausse de la distorsion d’amplification. Aux écoutes, le HA-1 SE dévoile tant de qualités qu’il n’est pas possible de mettre en doute son usage sur des casques très haut de gamme. En tout cas, le Sonorous X ne s’en plaindra pas et moi non plus !

Impédance faible 25 Ohm, Fostex TH-900

Nous ne présentons plus ce casque que nous utilisons souvent dans nos tests et qui à fait l’objet d’un compte rendu complet sur nos pages. Pour simple rappel, il s’agit d’un casque Orthodynamique fermé circumaural ayant une impédance de 25 Ohm seulement et est capable d’encaisser des puissances d’amplification confortables de 1800 mW. Côté signature sonore, le TH-900 est généreux et musical avec une tendance à flatter les basses.

Le couple HA-1 standard et TH-900 marchait déjà à merveille, et pour cause l’OPPO donne tout ce qu’il faut en puissance pour exploiter pleinement ce casque haut de gamme Fostex. C’est donc sans surprise que l’OPPO HA-1 SE s’impose également comme un partenaire idéal au TH-900. Nous commençons donc nos écoutes dans une configuration en somme très avantageuse et je me rends immédiatement compte que quelque chose à changé dans l’écoute pour laquelle je suis pourtant habitué. La richesse des basses et l’équilibre du reste du spectre sont toujours reproduits en accord avec la signature sonore du TH-900 voilà déjà une bonne chose. La scène sonore est toujours aussi ouverte et généreuse, un autre point très particulier de ce casque. C’est au niveau de la fluidité des notes et du naturel que la performance passe un cap évident. Si certains auditeurs pouvaient trouver un rendu légèrement trop droit et acide incriminant le DAC ESS9018, dans le cas du HA-1 SE je ne comprendrai pas la critique. Cette version modifiée par Audiocom assure toujours un niveau de détail saisissant, mais jamais une once d’agressivité. En tout cas, le TH-900 chante comme rarement, affirmant un rendu organique et vif à la fois. Sans trop m’avancer, cette version SE comble le vide qu’il aurait face à un amplificateur casque plus haut de gamme et beaucoup plus coûteux.

Impédance faible 32 Ohm, on reste en famille, OPPO PM-1

Le casque OPPO PM-1 est également une habitude de nos écoutes aux casques. Le PM-1 propose une approche assez rare, il offre une mise en oeuvre presque modulaire. Le câble de liaison est détachable, il sera donc possible d’utiliser un câble fait sur mesure ou simplement de la marque OPPO avec une terminaison symétrique stéréo comme c’est le cas pour ce test. Les coussinets sont amovibles et OPPO propose plusieurs alternatives qui changent le rendu sonore. J’utilise personnellement les coussinets en finition velours débarrassé de la rondelle de feutrine. Cette paire de coussinets modifiés confère au MP-1 une écoute plus ouverte et plus riche en basses. Une écoute très personnelle que je préfère au rendu des autres configurations possibles. le PM-1 est un casque planar magnétique semi-ouvert circumaural ayant une impédance de 32 Ohm pour une puissance de 500 mW.

Il s’agit donc d’un casque facile à amplifier ce qui est l’adage de la majorité des casques haut de gamme actuels. Il est évident que le couple OPPO est fait pour s’entendre, cette évidence technique déjà confirmée avec le HA-1 standard prend un autre niveau avec la version Audiocom. En toute logique nous retrouvons les gains identifiés suite à nos écoutes du Fostex TH-900. Le naturel et le confort d’écoute profitent de manière exemplaire des modifications apportées sur le HA-1 SE. A nouveau nous profitons d’un rendu digne des électroniques les plus renommées. Aussi bien sur la précision que sur le naturel des voix, le PM-1 est presque méconnaissable. Nous savions que ce casque est bon et qu’il avait brillé de performance durant notre test des Simaudio MOON 430HA et 230HAD (des amplificateurs casque exemplaires), avec l’OPPO HA-1 SE, le PM-1 retrouve la même virtuosité, plus encore, car cette fois-ci le DAC en faction est meilleur.

Impédance haute 300 Ohm, un peu plus de difficulté, le Sennheiser HD 800

Le Sennheiser HD 800 est un nouveau venu dans mon cheptel de casques. Ce casque, dont la renommée n’est plus à faire, table sur des impératifs différents des deux précédents comparses que je viens d’écouter sur le HA-1 SE. Nous avons là un casque à la vocation plus monitor/Hi-Fi et neutre. Sa description technique le résume à un casque orthodynamique ouvert circumaural mais d’impédance de 300 Ohm pour une puissance maximale de 500 mW. Le HD 800 est donc un casque plus difficile à alimenter, mais qui se veut respectueux de la signature sonore de sa source. D’un point de vu purement amplification le HD 800 présente donc des spécifications techniques moins avantageuses que le TH-900 ou le PM-1. Du moins, il table clairement sur un besoin en puissance plus important, surtout comparé au PM-1 qui peut aussi s’utiliser sur un appareil nomade. Effectivement, la position du potard du HA-1 SE change. Alors qu’un simple quart de tour était largement suffisant, le HD 800 demande de passer à un bon tiers afin de délivrer la même impression de pression acoustique. Une fois l’ajustement fait l’écoute prend son envole.

La neutralité du HD 800 permet de bien apprécier le travail fait par Audiocom sur le HA-1. il est évident que les améliorations apportées sur le circuit d’alimentation ne permettront pas de disposer de davantage de puissance (ou très peu) car les étages à transistor sont inchangés. Toutefois Audiocom a travaillé cet aspect dans le but d’améliorer la qualité des conversions AC/DC et assurer un courant continu plus propre et plus stable. Le travail sur les étages numériques et analogiques complète cette démarche, le HD 800 est alors un bon témoin de gain de performance alors que des casques « typés » tronquent un peu de résultats. Le rendu musical est tout simplement limpide, là où le HA-1 standard pourrait afficher un léger résidu de dureté, le HA-1 SE est comme nettoyé de tout défaut. Il est clair que cette performance est liée à un étage DAC qui marche mieux, preuve que le ESS9018 est un DAC qui a un potentiel énorme (nous le savions déjà) mais dont le rendu musicale dépend énormément de sa mise en oeuvre technique dans l’appareil. Un composant donc très performant, mais aussi très sensible quant à son mode de fonctionnement. Dans tous les cas le HA-1 SE confirme les avantages et l’intérêt d’utiliser un casque neutre, si cela était votre objectif. On profite alors d’une musicalité alliant naturel, précision et offrant une scène sonore ayant une superbe aération, toute l’amplitude et l’ampleur nécessaire pour assurer une immersion sans faille. En tout cas, le Sennheiser HD 800 s’impose ainsi sur le HA-1 SE : confortable, aéré, naturel, précis et organique.

Très forte impédance 600 Ohm, Beyerdynamic T-1 gen 2

Le Beyerdynamic T-1 Gen 2 est le dernier venu dans ma petite famille de casque. Le but avoué de ce choix est clairement de mettre à mal les amplificateurs avec un casque dont l’impédance est de 600 Ohm. Le T-1 Gen 2 est aussi le fleuron de la marque Beyerdynamic et je dois avouer qu’il sonne assez bien du moment que sa mise en oeuvre est faite dans les règles. Ce casque est presque aussi neutre que le Sennheiser HD 800 avec un brin de dynamique en plus. Disons que le rendu de la scène sonore plus contenue de ce casque semi-ouvert à vocation monitor/Hi-Fi affiche une personnalité discrète, mais bien présente. Nous avons un casque Othodynamique semi-ouvert de 600 Ohm d’impédance prévu pour une puissance de 300 mW. Rien d’insurmontable pour le HA-1 SE, mais tout de même plus exigeant en terme de puissance que les casques précédents. Le potard du HA-1 se retrouve donc juste au-dessus du point milieu en connexion TRS 6.35 mm. Beyerdynamic propose aussi un câble symétrique XLR stéréo pour le T-1 Gen 2 et d’après les spécifications du HA-1 cette liaison est préférable avec un casque comme le Beyerdynamic T-1 Gen 2. Dans tous les cas, le résultat déjà obtenu est excellent ! Ce test ne vise plus à déterminer les qualités musicales du HA-1 SE, c’est un fait déjà établi par nos écoutes du Sonorous X, du TH-900, du PM-1 et du HD 800. L’exercice avec le T-1 Gen 2 était de savoir si le HA-1 SE (le HA-1 par extension) était capable d’alimenter un casque ayant une impédance de 600 ohm comme le Beyerdynamic T-1 Gen 2. C’est chose faite ! L’ensemble HA-1 SE et T-1 Gen 2 marche sans problèmes, je dois dire que le rendu est plus que convainquant et le HA-1 SE ne semble pas souffrir d’une hausse de distorsion malgré un ajustement du volume placé au-delà de son point milieu.

Toutefois et par acquit de conscience, je préfère ne pas conseiller l’usage d’une amplification au-delà du point milieu du potard de volume. Je me suis donc équipé du fameux câble symétrique Beyerdynamic destiné au T-1 Gen 2. D’autre part, l’OPPO HA-1 SE est conçu pour fonctionner en mode symétrique. En effet, toute sa topologie vise à optimiser ce mode de fonctionnement, de son étage de préamplification à son amplification casque à proprement dit. Dans cette configuration le gain d’amplification est immédiat, nous pouvons baisser le volume du HA-1 SE sous la barre des 50% de volume. La réserve en puissance est alors suffisante pour pousser l’exigeant T-1 Gen 2 dans ses limites en poussant les watts de l’OPPO presque à leur maximum. La prestation musicale est saisissante, le Beyerdynamic T-1 Gen 2 démontre alors un très haut potentiel d’écoute. Toujours tablant sur des critères de neutralité monitoring, le T-1 Gen 2 développe une superbe dynamique et une exactitude saisissante. Le travail réalisé par Audiocom se ressent immédiatement par une ampleur et une fluidité exemplaire des transitions. L’avantage d’un casque neutre est donc évident et met en avant les qualités de l’électronique qui l’alimente. Ainsi, le ton est clairement donné, le HA-1 SE offre une prestation somptueuse. La maîtrise de la dynamique et de la précision des fichiers Hi-Res Audio démontre une amélioration tout à fait remarquable. Les détails sont restitués de manière irréprochable et le DAC va chercher la micro-information sans en laisser une miette. Tout est remarquablement bien reproduit dans un réalisme magistral, mais en ajoutant un ton légèrement chaleureux.

Sur les écoutes aux casques le HA-1 SE est plus que convaincant. Tout d’abord, la section amplificatrice se montre à même de piloter presque tous les casques. Je signe « presque » car même si nous avons passé au crible des casques de nature technique varié il reste une inconnue. Toutefois, je doute que vous tombiez sur un casque que le HA-1 SE ne puisse pas amplifier. Le gain des modifications apportées par Audiocom touche plus particulièrement le naturel et la fluidité du rendu sonore. Scène sonore améliorée ayant plus d’amplitude, transitions plus naturelles, retranscription plus organique des voix, le HA-1 SE s’affirme encore plus dans sa capacité à restituer un rendu analogique et pourtant la version standard n’était pas en reste et affichait déjà une belle performance. Pour résumer ces écoutes aux casques sur le HA-1 SE : un pur bonheur.

Les écoutes grandeur nature

Cette batterie d’écoute se fera sur mon petit système composé d’enceintes Tannoy DC4 compensées par un caisson de basse REL Quake. L’amplification sera confiée à un étonnant petit amplificateur Teac AX-501. La pièce sera corrigée par le processeur MiniDSP DDRC-22A sous Diraclive. La source numérique demeure mon PC Hi-Fi modifié SOtM relié en USB par mon câble Wireworld Platinum Starlight et son filtre TotalDac D1.

ha1sehifiLes écoutes sont éloquentes et évidentes, nous retrouvons la marque sonore du travail d’Audiocom dès les premières notes. C’est un constat assez prévisible, car il est assez logique de retrouver les gains compte tenu de la nature des modifications effectuées. Le naturel analogique en sortie du HA-1 SE utilisé ici comme simple DAC place le petit OPPO modifié sur le rang des meilleures électroniques du marché. Sans tenir compte du facteur prix, le HA-1 SE est déjà une sacrée machine. L’élément tarifaire de retour dans l’équation laisse perplexe, car alors le comparatif de performance nous invite à confronter le HA-1 SE à des machines beaucoup plus coûteuses. Les habitués des produits Audiocom le savent déjà, un produit qui passe entre leurs mains gagne toujours en performance pour atteindre de très hauts niveaux. Mais ce gain représente un coût évident, car modifier un appareil ne se fait pas si facilement qu’il n’y parait. La phase de recherche est assez longue, car il ne suffit pas de changer quelques éléments par-ci par-là pour améliorer un appareil électronique. Il faut savoir quoi changer et quoi ne pas toucher. Il peut arriver comme c’est le cas du HA-1, que ce travail ne soit pas évident et que le facteur taille de l’appareil limite les possibilités. Ceci explique la longue attente du HA-1 SE, un projet qui semblait oublié. Heureusement, ce ne fut pas le cas.

Bis repetita donc et c’est tant mieux, le HA-1 SE confirme son évolution en terme de sonorité et d’agrément de la scène sonore. Voix d’un naturel saisissant, instrument à leur place et restitué sans coloration, précision exemplaire sans aucune acidité ni agressivité, scène sonore ample et cohérente, équilibre tonal parfait. Bref les qualités du HA-1, mais toutes un cran au dessus pour se placer sur un niveau de gamme supérieur. La juste subtilité dans les timbres et la recherche de la micro-information discrète … tout y est en mieux ! À écouter plus attentivement l’OPPO HA-1 SE nous notons des basses merveilleusement restituées. Tendu à souhait, le bas du spectre est reproduit de manière remarquable reproduisant toute l’information nécessaire pondérée par une énergie parfaitement dosée et équilibrée. Dans la continuité du spectre, les médiums prennent un ton très organique et naturel qui soutient une merveilleuse reproduction des voix et des instruments.

Enfin, le haut du spectre assure une très belle dynamique qui s’équilibre tout au long de la bande passage sans jamais mettre un registre en avant. La reproduction des détails est alors saisissante de naturel. Tout est reproduit avec exactitude et précision. La distinction principale de l’OPPO HA-1 SE par rapport à sa version standard se situe très précisément sur ce registre. Le HA-1 SE savait déjà tempérer le côté très analytique du DAC ESS Sabre ES9018. Nous savons par ailleurs, que la restitution musicale de ce DAC dépend beaucoup de sa mise en oeuvre et des éléments analogiques périphériques. Le HA-1 SE passe la performance à un tout autre niveau, car le résiduel parfois un peu acide a totalement disparu.La scène sonore est toujours aussi remarquablement bien reproduite, il aurait été étonnant que le HA-1 SE ne puisse pas faire aussi bien que sa version standard. Notons tout de même un gain dans la cohérence aussi lié au meilleur équilibre tonal reproduit par la version SE. Les transitions sont toujours aussi rapides et véloces. Fort de sa dynamique et de son absence d’acidité, le HA-1 SE restitue une très belle image sonore vaste et très cohérente. Les mesures de diaphonie avaient déjà donné le ton, la différence avec le HA-1 standard est certes faible, mais les gains sont bien là et le cumule des qualités du SE se font alors remarquer de manière évidente.

Entre subtilité et évidence, l’OPPO HA-1 modifié par Audiocom dans sa version SE, table sur un niveau de performance supérieur. Les mesures indiquaient déjà des gains évidents, les écoutes confirment de manière manifeste ces gains. Pourtant, ce petit ensemble Tannoy DC-4 et Teac AX-501 ne paie pas de mine, preuve que la qualité de la source est un facteur déterminant tant le HA-1 SE a permis d’améliorer les écoutes. De toute évidence, le HA-1 SE mérite d’être utilisé sur un système ambitieux, car sa prestation côtoie celle des électroniques de prestige. Ce n’est pas le HA-1 SE qui constituera le maillon faible de la chaîne audio, bien au contraire.

ha1sejriver

Conclusion

Le HA-1 SE est-il une nouvelle référence ? Oui absolument ! Une des mouvances Hi-Fi la plus prolifique de ces dernières années est bien celle du casque. L’usage nomade en est le moteur principal et nous voilà avec une multitude de nouveaux produits certains bons et d’autres beaucoup moins. L’usage résidentiel fini par suivre la tendance et initie pour notre plus grand bonheur, l’arrivée de DACs performants sur toutes les gammes de prix. Toutefois la bonne Hi-Fi reste globalement très traditionnelle, si on veut l’excellence il faut aussi considérer de gros budgets … sauf à de rares exceptions ! L’OPPO HA-1 faisait parti de ces exceptions, il était même l’un des ambassadeurs précurseur d’une nouvelle catégorie de produits. Un DAC assurément, mais aussi un amplificateur casque et un préamplificateur Hi-Fi.

IMG_2995

De nos jours,le HA-1 côtoie ce créneau de marché avec bon nombre de concurrents, un chiffre toujours en pleine croissance. Toutefois et même aujourd’hui, il y a très peu de produits proposant autant d’entrées / sorties et de possibilités que le HA-1. Il y a des chances pour que cette particularité est été un facteur de choix à l’achat de ce DAC et si vient l’envie d’améliorer son système en ayant déjà un HA-1 il n’est pas évident de savoir quoi choisir pour le remplacer. L’option Audiocom est alors une belle aubaine ! Si on est déjà satisfait de ce que l’on a mais que l’on veut encore mieux, autant conserver les acquis et les améliorer. Le HA-1 SE répond parfaitement à cette situation surtout que la prestation est accompagnée d’une garantie qui nous assure une assistance technique en cas de déconvenue ou de panne. La polyvalence du HA-1 associée au travail d’Audiocom dans sa version SE place le petit OPPO à un très haut niveau de performance. Si bien que la « mise à jour » des propriétaires de HA-1 est vivement recommandée ! Ceux pour qui le HA-1 était bien mais n’arrivait à satisfaire leur très haut niveau d’exigence, pourront considérer de nouveau le HA-1 en version SE qui pousse la performance musicale bien au delà d’une logique de prix. En toute honnêteté, le HA-1 SE place sa performance là où se trouvent des produits d’un créneau tarifaire bien plus élevé.

Reference - 5 étoilesCôté technique, Audiocom démontre encore une fois son savoir faire. Pour arriver au résultat du HA-1 SE le préparateur se base sur deux approches : améliorer l’électronique par un raisonnement purement technique et améliorer le ton (la coloration) de l’électronique, une deuxième approche donc très subjective. Doser justement ces deux prérogatives n’est pas un objectif simple à atteindre. Audiocom y arrive judicieusement en travaillant les fondamentaux : les alimentations et la réduction du bruit électronique. Le travail plus « artistique » se repose sur l’utilisation de techniques traditionnelles : usage de circuits à composants discrets et remplacement d’autres par du New Old Stock (NOS), des éléments électroniques fait à l’ancienne et affichant des propriétés sonores confirmées. Quelque part cette approche rappel celle de marques très haut de gamme chez qui le composant intégré n’est que très rarement utilisé, voir pas du tout.

L’OPPO HA-1 SE Audiocom est plus qu’une évolution d’un produit déjà très performant, il s’agit d’une toute autre machine ! Peut-être est-ce la plus belle réalisation faite par Audiocom à ce jour ?

J’ai aimé sur le HA-1 SE :

  • La musicalité grandement améliorée
  • La scène sonore améliorée
  • Le gain en naturel vers une restitution organique sublime
  • Une dynamique parfaitement maîtrisée et conservée
  • La fluidité des transitions

J’aurai aimé sur le HA-1 SE :

  • J’ai beau chercher un défaut … je n’en trouve pas.

Remerciements particuliers à Mark Bartlett de Audiocom pour sa passion et sa patience sans qui ce test n’aurait pas été possible.

20 commentaires

  1. avatar
    tekko /

    Bon sang, il est parti un moment celui-là :)

  2. avatar
    Drick /

    Merci Jacko, l’attente valait le résultat.

  3. avatar
    Jean-Bernard /

    L’attente fut longue mais le résultat est à la hauteur…
    Merci Jacko pour ce magnifique test.

  4. avatar
    Jacko /

    Oui et désolé pour l’attente.
    Le problème venait de l’alimentation de mon NAS qui faussait toutes les mesures par une montée importante du bruit.
    Le temps de trouver et de corriger le problème, les semaines ont filées !
    L’autre difficulté a été de pouvoir avoir de nouveau le SE et vu la demande à laquelle Audiocom a fait face cela n’a pas été simple.

  5. avatar

    Si vous vous posez la question … mon HA-1 perso est bien entendu parti en Angleterre pour passer en SE !
    Peut-être même qu’il y aura une surprise à l’issu du travail de Audiocom :wink:

  6. avatar
    Mentanalyste /

    Bonjour,

    Merci pour ce test…

    Quel casque me conseillez vous pour accompagner l’oppo HA-1 (non SE) entre le OPPO PM-1 et le seinnheizer HD800s ?

    Par avance merci,

  7. avatar
    Jacko /

    Tout dépendra de vos attentes d’écoute.
    L’OPPO PM-1 sera plus polyvalent et offre des variantes intéressantes suivant les coussinets employés.

    Le HD-800s sera plus neutre et nécessitera l’usage du câble symétrique pour être optimisé sur le HA-1

  8. avatar
    Mentanalyste /

    Merci Jacko,

    Je vais demander à les tester tout les deux mais c’est compliqué en boutique….

    A plus et encore merci.

  9. avatar
    Mentanalyste /

    Merci @Bertille

  10. avatar
    Mentanalyse /

    Hello,

    Après avoir testé les deux casques (OPPO PM-1 et seinnheizer HD800s), j’ai opté pour le nouveau HD 800s. J’ai trouvé le casque OPPO moins ouvert et un effet de pression acoustique qui je trouve fatigue vite malgré l’excellente qualité audio. Le HD800s me semblait plus clair et tout aussi détaillé que le OPPO mais bien plus aéré. Donc excellent pour les écoutes longues… De plus la combinaison du OPPO HA-1 plus chaud et le HD 800s plus neutre donne un excellent résultat subjectif.

    Merci,

  11. avatar
    Jacko /

    Le HD800s est un excellent choix !

  12. avatar
    Jean-Bernard /

    Et bien voilà… Mon Oppo HA-1 est parti chez Audiocom!
    Comment dire… Il me tarde grave de le voir revenir… :mrgreen:
    La faute à Jacko!!! :-P

  13. avatar
    Jacko /

    Pour ce genre de méfait je veux bien être fautif! :mrgreen:

  14. avatar
    Jean-Bernard /

    Ca y est mon OPPO est revenu en SE…!
    En suis-je content… Il suffit de lire ici:
    http://www.hdfever.fr/forum/viewtopic.php?f=24&t=5284&p=245764#p245764

    Encore merci à Jacko sans le test de qui je n’aurais peut-être pas passé le pas… :wink:

  15. avatar
    Jacko /

    Cool ! :mrgreen:

    Dans ma version condensée anglaise du test j’indique en conclusion : « si vous avez déjà un HA-1, faites le modifier au plus vite ».
    A cet instant nous cumulons deux facteurs très favorables :
    Une Livre Sterling basse (Brexit, conséquence immédiate, mais sera t elle durable ?)
    Des accords d’échange encore en vigueur.

    La modif est donc moins coûteuse et les taxes supplémentaires toujours absentes.

    En un mot : FONCEZ !

  16. avatar
    rémy /

    @Jacko
    Bonjour l’équipe ! :-)

    J’envisage de remplacer mon DAC integré au Stream Magic 6V2 , par un Oppo HA1 et peut etre le spécial édition ( à voir en fonction du budget ) , vous qui avez l’habitude de tester des sytèmes est ce que vous pensez que l’investissement vaille le coup sur un système hifi moyen de gamme ? ( Pre amp Rotel RC1580 / Bloc Rotel RB1582 / Focal Aria 948 ) sachant que je ne veux pas un DAC à la sonorité trop chaude et que je privéligie le détail et la musicalité ?

    Un grand merci d’avance pour vos réponses :-)

    Ps : je passe beaucoup de lire a lire vos articles qui m’ont permis de m’orienter vers un RZ900 en HC ( un régal !!! ) est ce qu il y a une page pour faire un don ?

  17. avatar

    Bonjour Rémy,

    Le HA-1 devrait vous convenir d’autant que vous disposez déjà d’une belle électronique.
    Le SE sera encore meilleur !

    Pour les dons, il faut contacter Nicolas en MP : http://www.hdfever.fr/forum/memberlist.php?mode=viewprofile&u=54

  18. avatar
    Rémy /

    @Jacko

    Merci Jacko d’avoir répondu si vite !! :-)

Trackbacks/Pingbacks

  1. HDFever Review… OPPO HA-1 Special Edition Headphone Amp | DAC - Audiocom Latest News - […] http://www.hdfever.fr/2016/06/13/test-oppo-ha-1-se-audiocom/ […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: