Facebook Tweeter Tweeter

Test Sony XD93 : que vaut le Slim Backlight Drive ?

IMG_3517

Après le test du Panasonic DX900, on reste du côté des fabricants japonais avec le modèle phare de la gamme 2016 de Sony, le XD93. Pour ce test j’ai réuni les deux tailles : Sony KD-55XD9305 et Sony KD-65XD9305, car ils ne proposent pas exactement les mêmes performances. J’ai voulu tester ce modèle en premier pour sa toute nouvelle technologie de rétroéclairage Edge LED appelée Slim Backlight Drive, censée améliorer les performances du Local Dimming tout en proposant un téléviseur très slim. C’est également la seule référence dotée d’un affichage HDR performant sur une dalle 10 bits qui aurait pu prétendre à la certification UHD Premium, dont Sony semble se détourner.

Qu’en est-il en réalité ? Est-ce que réellement Sony ne trouve aucun intérêt à soumettre son XD93 à la certification UHD Premium ou est-ce que le XD93 ne répond pas à certaines exigences de ce label ? C’est ce que nous allons voir lors de ce test. Nous allons également regarder si de vrais progrès ont été faits avec l’OS Android TV, notamment en stabilité et puissance. En dehors de ces inconnues, nous devrions retrouver certaines qualités que les amateurs de TV Sony apprécient tout particulièrement et qu’on ne retrouve nulle part ailleurs, comme l’un des traitements vidéo et uspcaling UHD les plus puissants du marché, un Motionflow qui reste LA référence actuelle en terme de compensation de mouvements, une colorimétrie juste en sortie de carton, ou encore un design sobre, classe, épurée, comme Sony sait les faire…

Protocole de test :

  • TV Sony KD-55XD9305(2490 €) et KD-65XD9305 (3490 €)
  • Lecteur Blu-ray Sony BDP-S7200 et OPPO BDP-105EU
  • Spectrophotomètre Klein K10, Calman, mires HDR et UHD
  • Blu-ray et vidéos 1080p et UHD/4K
  • HTPC avec carte vidéo compatible 4K/60

Présentation

IMG_2386

Petite présentation rapide du téléviseur, avant d’entamer ce test. Inutile de revenir entièrement sur les spécifications techniques, tout a déjà été dit lors de la présentation de ce modèle. Le Sony XD93 est donc un téléviseur Edge LED Ultra HD (3840 x 2160 pixels) doté d’une dalle 10 bits et 120 Hz natif (mesuré avec un spectroradiometre), 3D active, associée à une compensation de mouvement Motionflow dotée d’un indice de fluidité XR 1000. Ce modèle n’embarque pas de Q.Dot, mais des diodes au phosphore qui lui permettent d’offrir un gamut plus large (environ 95% du DCI, et 75% du Rec.2020) et un spectre de lumière plus large, plus riche, même s’il n’est pas aussi riche dans le rouge et le vert que les spectres de certains téléviseurs comme le Panasonic DX900 ou le Hisense XT910.

SONY XD93

Spectre de lumière du Sony XD93 : c’est large, pour des couleurs intenses, mais le rouge est encore un peu en retrait..

Comme précisé en introduction, il embarque une nouvelle technologie de rétroéclairage Edge LED appelé Slim Backlight Drive. Ce procédé permet d’utiliser de vraies zones de Local Dimming pour offrir un meilleur contraste perçu, contrairement aux Edge LED habituels avec lesquels les zones ne sont pas vraiment indépendantes et ne s’éteignent pas totalement. Sur le XD93, le rétroéclairage et composé de deux couches superposées. Chaque couche dispose de sa propre barre LED positionnée en bas de la dalle. La première couche s’arrête à mi-hauteur de la dalle et le deuxième continue jusqu’en haut. Dans le futur, Sony devrait même améliorer sa technologie Slim Backlight Drive en intégrant 4 couches superposées sur ses Edge LED.

Slim BackLight Drive (1)

Slim-BackLight-Drive-4

Slim BackLight Drive (3)

En toute logique, la séparation verticale des zones est plus efficace que la séparation horizontale avec des zones pas totalement indépendantes comme elles pourraient l’être sur un Full LED à Local Dimming. Cela dit, cette technologie a permis de proposer 38 zones de Local Dimming sur un Edge LED, ce qui est tout de même un exploit pour ce type de rétroéclairage ! Il faut rajouter à ça, une technologie de Peaking appelée X-Tended Dynamic Range chez Sony (Peak Illuminator chez Samsung ou encore Smart Peaking chez Hisense) qui permet d’augmenter la dynamique de l’image, l’intensité d’un objet lumineux sans trop affecter le noir. Le Peaking est à la fois utilisé pour améliorer l’efficacité du rendu HDR, mais aussi simuler un affichage HDR avec des contenus SDR. Une sorte de conversion SDR/HDR.

Le XD93 intègre toujours un processeur X1 associé au processeur X-Reality Pro 4K pour offrir un upscaling UHD et un traitement vidéo plus puissant. On retrouve également la compatibilité Mastered in 4K censé améliorer l’upscaling des Blu-ray 1080p issus de masters 4K en se basant sur les images du master d’origine stockées sur un serveur. En toute logique, ce procédé exclusif qui donne d’excellents résultats est plus performant avec les films édités par Sony Picture et captés en 4K natif (ces Blu-ray portent la mention « Masterisé en 4K » au dos de la jaquette).

IMG_2426

IMG_2425

Après cette présentation assez rapide, passons au déballage. Inutile de préciser que le design assez imposant, l’excellent système audio embarqué et la qualité de fabrication proposés par le X93C de 2015 sont bien loin. On change totalement la donne, ce que certains apprécieront, et d’autres beaucoup moins. Place à un téléviseur ultra slim, d’à peine 1 cm d’épaisseur et doté d’un système audio très classique !

IMG_2428

En effet, le design du Sony XD93 correspond plus à ce qu’attend le grand public, mais pas vraiment à ce que recherchent des personnes exigeantes. Le téléviseur est léger (32 kg le 65″ et 27 kg pour le 55″), la dalle est souple et se tord un peu trop facilement à mon goût ! Faites bien attention lorsque vous allez le manipuler, car on peut vite le voiler et du coup aggraver les risques de fuites et Clouding et donc dégrader l’homogénéité de l’image. Cela dit, le XD93 est doté d’un très joli design sobre, moderne, avec un cadre fin et noir et un joli pied en aluminium brossé.

IMG_2423

Aucun changement au niveau du traitement anti-reflet, dont l’efficacité est plutôt bonne, mais avec une dalle brillante et donc des reflets un peu visibles. Cela reste contenu et dans la bonne moyenne. L’arrière du téléviseur est en PVC, mais propose une petite innovation intéressante avec un système de cache-câbles. Cela dit, les couvercles s’emboîtent, sans vis, et donc il faut que les câbles soient bien rangés, pas trop épais, sinon le couvercle sautera sans arrêt. J’ai bien peur qu’à la longue ces couvercles ne tiennent plus très bien… J’aurais évidemment préféré un coffre et des caches en aluminium et des vis, mais bon l’idée est tout de même intéressante.

IMG_2415

Au premier abord, la qualité de construction semble donc moyenne, mais plutôt bonne avec un assemblage correct. Malheureusement, vous le verrez plus loin, cette extrême finesse aurait nécessité une meilleure qualité d’assemblage et un coffre en aluminium plus rigide pour offrir une meilleure homogénéité, car c’est de toute évidence le défaut de cette gamme 2016 de Sony. Tous les modèles que j’ai pu vérifier (4 en tout) affichaient une piètre homogénéité, que ce soit en 55″ ou en 65″. J’y reviens plus en détail dans le chapitre consacré…

En ce qui concerne le système audio de ce XD93, c’est évidemment très loin de la qualité du système audio du X93C de l’an dernier avec ses deux haut-parleurs sur les côtés ! L’avantage c’est que cela se ressent dans le prix du téléviseur et le XD93 est forcément beaucoup moins imposant. Cela dit, Sony a tout de même fait un minimum d’effort avec quatre haut-parleurs de 7.5 Watts RMS chacun, et un système Bass reflex avec un évent qui permet d’améliorer un peu la profondeur du grave et l’ampleur. La qualité audio est tout de même acceptable, notamment au niveau des dialogues. J’apprécie également la présence d’une sortie Subwoofer et de nombreux réglages pour améliorer le rendu audio, un EQ, un mode Surround virtuel, et surtout la présence de décodeurs Dolby Digital Plus et DTS qui permettent de décoder l’audio des MKV avec pistes DTS, voire même envoyer les flux DTS et Dolby en Bitstream via HDMI ARC ou Optique. Cela parait basique, mais étonnamment ce ne sont pas tous les TV qui embarquent un décodeur DTS (les TV Panasonic ou TCL en sont dépourvus par exemple).

IMG_2408

Passons à la connectique, pas vraiment pensée pour une accroche murale, puisque de nombreux connecteurs seront assez difficiles d’accès si vous accrochez votre TV au mur. Cela a plus été pensé pour exploiter le système de cache câbles et donc pour un téléviseur posé sur un meuble. D’autre part, l’alimentation a été déportée pour permettre un coffre encore plus slim, sans que le téléviseur ne chauffe trop. On trouve donc 4 entrées HDMI 2.0a compatibles 2160p/60, 24p, HDR10, Rec.2020, DCI, 3D, ARC, CEC, Deep Color, xvYCC, etc. Bref, toutes les technologies actuelles sont prises en charge en entrée HDMI, j’ai même réussi à rentrer un signal en 1080p/120 Hz depuis un PC.

IMG_2407

Le reste de la connectique regroupe 3 ports USB dont un USB 3.0, un slot CI+, un double Tuner DVB/C, T2/S2 compatibles MPEG2, MPEG4 et HEVC avec modes PIP et fonction PVR, une sortie Optique, une sortie Jack 3.5 mm qui peut être configurée en sortie analogique 2.0, sortie Subwoofer ou sortie casque. Avec ça, on rajoute une compatibilité Wi-Fi Direct, Miracast, Bluetooth, TV SideView et Google Cast.

Le packaging est très limité. En dehors des couvercles pour cacher les câbles, le pied, l’alimentation externe et un adaptateur pour fixation murale, on ne trouve plus qu’une seule télécommande. Cette télécommande a tout de même été améliorée avec l’intégration d’un micro pour faire des recherches et qui fonctionne vraiment très bien (beaucoup mieux que tous les autres systèmes de recherches vocales que j’ai pu essayer jusqu’ici), des touches d’accès direct à Netflix 4K et Google Play et une meilleure ergonomie, une prise en main plus agréable. Par contre, toujours pas de touche rétroéclairée…

IMG_2420

Pas de lunettes 3D, pas de câbles HDMI ou RJ5, ni de télécommande fille et encore moins de support mural ! Quand on voit que même les fabricants de lecteurs multimédias proposent plus d’accessoires (câbles HDMI et RJ45 entre autres) avec des appareils vendus 150 €, c’est vraiment mesquin de la part des fabricants de TV, toutes marques confondues ! On trouve donc quelques accessoires vendus en option comme le support mural SU-WL450, les lunettes 3D TDG-BT500A ou le Subwoofer sans fil SWF-BR100. Je précise également que les lunettes 3D Samsung et Panasonic sont compatibles avec les TV 3D Sony.

Interface sous Android TV

IMG_3451

Comme vous le savez, les TV Sony fonctionnent sous Android TV depuis l’année dernière. Un lancement qui a été assez catastrophique pour les premiers utilisateurs qui ont rencontré un nombre incalculable de bugs en tout genre. Il en est de même pour les Android TV Philips commercialisés par TP Vision. Au fil des mois, Sony a sorti plusieurs firmwares pour tenter de corriger tous ces bugs et quelques parts on peut le souligner, car du côté de TP Vision les firmwares se sont fait beaucoup plus rares. Cela dit, si l’interface est bien plus réactive, si dans une utilisation « normale » le TV semble très stable, visiblement il reste encore du travail !

iPhone Google Cast

Fonction Google Cast qui permet d’afficher Qobuz (service de musique HiRes) depuis l’iPhone 5S

En effet, les premiers jours, en utilisant le XD93 de façon assez basique, c’est à dire regarder la TNT, ma Box TV Orange ou quelques Blu-ray, je n’ai pas rencontré le moindre bugs, dés que j’ai commencé à tester la partie multimédia et quelques applications Android, les choses se sont rapidement dégradées ! Entre télécommandes qui ne répond plus pendant quelques secondes, TV qui redémarre tout seul, lecture multimédia chaotique, application qui plante, TV complètement gelée qui nécessite de débrancher le secteur pour redémarrer, on se retrouve assez rapidement lassé d’utiliser les possibilités offertes par cet OS, pourtant si nombreuses et intéressantes.

La première déception, c’est que la gamme 2016 reprend exactement les mêmes processeurs (même SoC Mediateck MT5890, même CPU Dual Core ARM Cortex-A17 (32 bits), même GPU Mali T624 (3 Core), même version Android TV 5.1.1 Lolipop, même mémoire (RAM) de 1,5 Go, même espace de stockage de 8 Go. Bref, à part le fait que cet OS devrait passer en Android TV 6.0 cet été, c’est strictement identique ! Le principal souci dû au manque de puissance, c’est pour les jeux Android évidemment, vus pouvez tout de suite faire une croix sur les jeux les plus récents et gourmands disponibles sur Google Play. À titre indicatif, le benchmark de 3D Mark Sling Point (1080p, OpenGL ES3.0/ES3.1) affiche un score assez faible (177 points).

IMG_3453

Inutile de rentrer dans les détails, ce serait trop long, je l’ai déjà abordé plus en détails lors du test du X85C et à chacun d’explorer toutes les nombreuses possibilités qu’offre Android TV avec des centaines d’applications en tout genre dont des jeux et des logiciels de lecture comme KODI, VLC, ES Explorer, PLEX, de la VOD Netflix, Youtube, un navigateur internet Opera, et tant d’autres. Je reviens juste sur la partie multimédia. La bonne nouvelle vient du fait que tous les formats audio, vidéo et image peuvent être mus d’une manière ou d’une autre, que ce soit avec le lecteur multimédia principal, ou KODI ou VLC, ou PLEX, ou autres. Y compris les vidéos MKV UHD HDR 10 bits, la musique en FLAC, le DSD, les ISO DVD ou Blu-ray, les répertoires Blu-ray BDMV. Bref, tous les formats sont lus !

IMG_3454

Malheureusement, cela ne sert pas à grand-chose pour le moment, car avec le nombre de problèmes en lecture multimédia, pour ma part j’ai vite arrêté de l’utiliser ! Avec KODI la lecture est saccadée, la qualité très moyenne, les pistes audio DTS et Dolby Digital sont décodées en 2.0, pas de Bitstream possible. VLC n’est pas plus intéressant. À la rigueur PLEX pour son système de jaquettes simple à configurer et une qualité de lecture de bonne facture, mais là aussi pas mal de limitations audio et vidéo. Bref, il n’y a que le lecteur multimédia principal d’utilisable, avec une bonne qualité de lecture vidéo, la gestion des pistes DTS et Dolby 5.1, mais les vidéos en 2.35:1 sont étirées en hauteur pour supprimer les bandes noires, donc les images sont déformées. Pour une raison que j’ignore (souci de dématriçage peut-être) le contraste des vidéos lues via USB ou DLNA est très faible, le noir est grisâtre, aucune possibilité de naviguer dans les vidéos en cours de lecture (pas de retour rapide par exemple). Les quelques vidéos HDR que j’ai essayés perdaient rapidement l’affichage HDR dés qu’on touche aux réglages image. Bref, vraiment pas intéressant du tout, donc retour à mon lecteur multimédia ou mon lecteur Blu-ray et j’ai tout simplement arrêté d’utiliser les applications Android en dehors de Netflix et Youtube qui fonctionnent très bien.

PLex

Il est clair que le potentiel des Android TV est énorme et que la lecture multimédia pourrait être très intéressante, mais en l’état c’est assez décevant. Espérons que le passage à Android TV 6.0 permettra une amélioration de toutes ces possibilités et surtout des applications multimédia, mais si les développeurs des applications ne font pas d’effort, Sony ne pourra pas y arriver tout seul ! Car en grande partie le problème est là, la majeure partie des applications est prévue pour fonctionner sur Android, pas sur Android TV et les développeurs de chaque application ne semblent pas pressés à faire évoluer les choses. Pourtant, l’intégration de KODI dans Android TV me semblait bien plus intéressant comme projet que KODI au sein des appareils mobiles. Bref, un an plus tard, les choses n’ont que trop peu évoluées. Dommage !

IMG_7668

Affichage UHD, upscaling UHD et traitement vidéo

Comme beaucoup de téléviseurs UHD, le Sony XD93, au même titre que le Panasonic DX900 récemment testé, affiche une image d’excellente qualité et d’une précision chirurgicale sur les contenus UHD natif avec un piqué somptueux, une belle profondeur de champ et surtout une texture très naturelle. La dalle 10 bits permet d’avoir un excellent niveau de gradation avec des dégradés très fins, sans effet de Banding ou postérisation très limitée, voire totalement absents, avec les contenus en 10 bits. En effet, un téléviseur doté d’une dalle 10 bits permet de profiter de toute la qualité des contenus UHD puisqu’ils seront pratiquement tous encodés en 10 bits (y compris sur les Blu-ray UHD issus de masters 2K).

IMG_3499

D’autre part, les lecteurs Blu-ray avec la fonction Deep Color ou même le traitement interne du XD93 géré par le processeur X1 permettent d’upsampler en 10 ou 12 bit par couleur les contenus encodés en 8 bits. Une dalle 10 bits permet donc également d’améliorer le rendu des contenus encodés en 8 bits comme ce que proposent le Blu-ray 1080p et les chaines TV.

Quant à l’upscaling UHD du XD93, c’est tout simplement le meilleur du marché, au-dessus des TV Panasonic, LG, Samsung ou autres. Si j’avais émis des réserves lors du lancement de la gamme 2015, entre temps, Sony a proposé des mises à jour qui ont grandement amélioré la qualité de l’upscaling et du piqué de l’image. L’upscaling offre un rendu très naturel, avec une texture riche et une image dotée d’un piqué d’une très grande précision. Tout simplement somptueux ! Les Blu-ray 1080p sont clairement magnifiés à l’écran, on ne voit aucun travail d’upscaling et on peut clairement se passer de traitement vidéo externe.

IMG_3532

Avec certains Blu-ray Sony Picture issus de masters 4K (avec une inscription « Masterisé en 4K » au dos de la pochette) les résultats sont même vraiment hallucinants de beauté avec une image qui se rapproche beaucoup des contenus UHD natif, que ce soit en terme de définition et même couleur. Comment Sony est arrivé à ce tour de magie !? De différentes manières. La première vient du fait que ces Blu-ray sont déjà encodés avec un espace couleur très proche du DCI utilisé sur les Blu-ray UHD ou par le cinéma 4K. La deuxième, c’est que par l’intermédiaire de métadonnées, le processeur X1 va utiliser de puissants algorithmes (Noise Crusher, Flat Area Detection et Super Resolution par exemple) et essayer de se rapprocher le plus possible de l’image du master d’origine lors de l’upscaling 4K en se basant sur serveur où sont stockées des images de référence. C’est un procédé exclusif à Sony qui donne des résultats exceptionnels avec des images de toute beauté, à regretter que tous les Blu-ray ne soient pas gérés de la même manière.

IMG_3434

Il faut rajouter à cela un traitement vidéo performant, l’un des meilleurs avec celui de Samsung. J’ai adoré celui de Panasonic, mais ce dernier reste plus dans l’objectif de proposer l’image la plus naturelle possible, sans artifice, intéressante à travailler avec un processeur vidéo externe. Sony nous permet d’utiliser divers filtres vidéo pour améliorer les détails et accentuer les contours via son traitement Reality Creation :

  • Netteté : ce filtre qui peut sembler basique si on se contente de ne pas dépasser 50, joue le simple rôle de réglage de netteté, comme le ferait un focus. Cela dit, dépassé le 55, il va agir comme un filtre d’accentuation des contours. Il ne faut pas en abuser, au risque de créer des doubles contours, mais entre 55 et 60 il donne d’excellents résultats avec la TNT, les Blu-ray, les jeux, les vidéos multimédias, etc.
  • Résolution : ce filtre fait partie intégrante des algorithmes du processeur X-Reality Pro et permet d’améliorer les détails de l’image et la richesse de la texture. Là aussi, il faut y aller doucement, le doser finement, pour ne pas engendrer de bruit, fourmillements, d’effet « chaire de poule » sur les visages ou pour ne pas durcir l’image, mais cela peut donner d’excellents résultats, également avec les contenus UHD natif qui affichent souvent une image un peu douce. Je conseille souvent de ne pas dépasser 35 avec le Blu-ray et de le régler sur Auto avec les chaînes TV.
  • Réducteurs de bruit : deux réducteurs de bruits qui ont également été optimisés suite à des mises à jour et qui permettent de réduire les artefacts de compression et le bruit résiduel, fourmillement, etc. Il vaut mieux ne les utiliser qu’avec les chaînes TV, surtout les chaines de qualité moyenne, car ils lissent un peu les images et peuvent réduire un peu le piqué des chaînes HD. À éviter avec le Blu-Ray ou tout contenu HD et UHD évidemment !
  • TriLuminos : il s’agit d’une remasterisation des couleurs, une sorte de conversion des contenus encodés en Rec.709 pour les remastériser en Wide Gamut sans saturer les couleurs, ni étirer les coordonnées des couleurs et ainsi utiliser tout l’espace couleur offert par le téléviseur (environ 95% du DCI sur le XD93) tout en offrant des couleurs naturelles. Soit le contenu est déjà en Wide Gamut (xvYCC, DCI ou Rec.2020) et le TV bascule automatiquement dans l’espace couleur correspondant. Soit le contenu est en Rec.709 et il faut activer le mode « Couleurs Naturelles » pour remastériser en Wide Gamut.

Dans les faits, cela marche plutôt bien. Avec les contenus en DCI ou xvYCC les résultats sont évidemment superbes, avec des couleurs riches et naturelles, rien à dire, mais pour les contenus en Rec.709, ce n’est pas aussi efficace que la fonction « Remastériser les Couleurs » de Panasonic. Je trouve que les couleurs sont effectivement plus riches, plus éclatantes, notamment au niveau du rouge et du bleu, mais elles manquent légèrement de naturelle, surtout au niveau des teintes de peau. À éviter avec les Blu-ray si vous cherchez des couleurs naturelles….

Contraste et Slim Backlight Drive pour quel résultat ?

IMG_3425

C’est évidemment une des questions qui me trottaient le plus dans la tête depuis la présentation du XD93 au CES 2016. Que vaut ce nouveau système de rétroéclairage Slim Backlight Drive et quelle influence sur le Local Dimming ? Sony avait annoncé une technologie capable de rivaliser avec les Full LED à Local Dimming, mais je dois avouer que je ne me faisais pas trop d’illusion, un Edge LED reste un Edge LED. Cela dit, j’avais été vraiment impressionné par le contraste offert par le X93C de 2015, donc il suffit d’une petite amélioration au niveau Local Dimming pour tutoyer l’excellence.

Dans les faits, inutile de tourner autour du pot, de toute évidence, le but de Sony était surtout de proposer un téléviseur hyper fin sans trop sacrifier la qualité du contraste et rétroéclairage. Donc, comparé au X93C de 2015, le Sony XD93 est malheureusement un peu moins contrasté. Il faut aussi savoir que le contraste natif n’est pas le même entre le 55XD93 et le 65XD93. Le premier propose un noir natif à 0.046 cd/m² pour un contraste natif de 2600:1, le second un noir natif de 0.03 cd/m² pour un contraste natif de 4000:1, soit parmi les plus puissants contrastes sur Edge LED. Le fait d’activer le Local Dimming améliore bien le contraste perçu avec un noir qui peut descendre sous la barre des 0.02 cd/m² dans l’image lors des scènes sombres et 0.01 cd/m² au niveau des bandes noires. Le système Slim Backlight Drive permet une petite amélioration du Local Dimming, mais on reste encore très loin de ce que proposent les meilleurs Full LED à Local Dimming comme le DX900 de Panasonic.

Sans Local Dimming

Sans Local Dimming : les fuites dans les 4 coins sont nettement visibles

Avec Local Dimming : malheureusement, quand un objet clair se trouve au centre de l'image, toutes les zones restent actives.

Avec Local Dimming : malheureusement, quand un objet clair se trouve au centre de l’image, toutes les zones restent actives.

Cela dit, un TV Edge LED aussi slim et doté d’un puissant contraste, pour un prix bien plus accessible qu’un TV OLED ou qu’un DX900, cela devrait séduire un grand nombre de consommateurs ! Malheureusement, une telle finesse n’est pas sans conséquence au niveau de l’homogénéité. En effet, tous les exemplaires que j’ai pu vérifier, soit 4 au total, sont impactés par des fuites de lumières importantes dans les 4 coins avec quelques traces de Clouding sur toute la surface. Ces fuites sont d’autant plus visibles sur le 55″, car le noir est moins profond et les fuites ternissent un peu plus le noir et donc cela réduit le contraste perçu lorsqu’on est dans une salle plongée dans le noir.

Avec Local Dimming

Avec Local Dimming : quand un objet lumineux se trouve proche d’un coin, les autres zones désactivent bien le rétroéclairage, mais les fuites engendrent du Blooming

Lorsqu’on active le Local Dimming, ces fuites semblent disparaître ! Malheureusement, lors d’une scène sombre, dès qu’un objet un peu lumineux se trouve à proximité des coins, les fuites se révèlent et engendrent alors un gros effet de Blooming. De plus, comme ce Local Dimming est surtout divisé en deux zones (haut/bas), si un objet lumineux se trouve dans la partie basse ou haute, aucun souci, l’autre partie baisse en intensité pour afficher des noirs profonds, mais si un objet lumineux se trouve au milieu de l’écran, le Local Dimming n’est plus actif, le rétroéclairage s’active sur toute la surface donnant l’impression que le Local Dimming est désactivé et toutes les fuites et traces de clouding seront alors visibles sur toute la surface de l’image.

IMG_2712

Avec ça, il faut également souligner que si vous regardez un film avec des sous-titres, à chaque apparition/disparition des sous-titres, le Local Dimming engendre une fluctuation lumineuse appelée « effet de pompage »qui est assez gênant. Cela dit, en dehors des films avec sous-titres, les soucis de fuites ne se voient que rarement, dans 95 % des scènes le TV affiche un contraste saisissant, même en salle obscure. Et en salle éclairée, le contraste perçu semble très puissant. En clair, ces soucis gêneront plus les amateurs de salle obscure, les utilisateurs exigeants, mais la très grande majorité des utilisateurs regardent leur TV avec une lumière d’appoint allumée et dans ces conditions, les soucis d’homogénéité ne sont pas visibles, le contraste semble tutoyer la perfection.

Le Local Dimming n’a pas d’influence sur les mesures de contraste :

  • Sony KD-65XD9305 : noir à 0.03 cd/m² – Blanc à 120 cd/m² = 4 000:1
  • Sony KD-55XD9305 : noir à 0.046 cd/m² – Blanc à 120 cd/m² = 2 600:1

Angle de vision et homogénéité, le principal défaut du XD93 !

Comme évoqué dans le chapitre dédié au contraste, le principal souci de ce téléviseur c’est donc son homogénéité avec des fuites de lumières assez prononcées au niveau des 4 coins, que ce soit sur le 5″, le 65″ ou même sur d’autres XD93 que j’ai pu voire et visiblement ce serait également le cas des modèles testés dans d’autres pays. C’est sans aucun doute possible la trop grande finesse de ce téléviseur qui est coupable de ces fuites, surtout que le châssis est trop souple et se tord trop facilement ce qui doit engendrer du jeu à certains endroits. En utilisant un coffre et un cadre en aluminium, le TV aurait été plus rigide et cela aurait peut-être pu éviter ces soucis.

En ce qui concerne le Banding et le Clouding et le DSE (effet d’écran sale), la dalle n’est que très légèrement touchée, mais on peut voir quelques traces de DSE à certains endroits lors des matchs de foot. Je pense sincèrement que ce téléviseur est trop fin, il faut laisser ça à la technologie OLED ! La technologie LED est trop sujette à ce genre de défaut pour proposer des dalles aussi fines, ou alors il faudrait vraiment proposer une qualité de fabrication et d’assemblage irréprochable. Ces soucis de fuites ont plusieurs conséquences avec des noirs moins profonds dans les coins, ce qui aggrave le Blooming à ces endroits de la dalle et des dérives colorimétriques, puisque forcément des variations au niveau de l’échelle de gris entraînent des variations au niveau des couleurs.

Quant aux angles de vision, à partir de 15° on observe une perte de contraste et des dérives colorimétriques comme sur tous les téléviseurs qui intègrent ce type de dalle VA, mais ici c’est légèrement aggravé par ce manque d’homogénéité. En toute logique, plus vous serez éloignés du TV, plus l’angle de vision sera large.

Fluidité, temps de rémanence, et Inputlag !

Concernant l’inputlag, s’il n’y a pas vraiment de changement sur le 55″ comparé aux X93C de 2015 avec 35,7 ms mesuré en mode jeu et 68 ms avec le Motionflow activé ce qui est pour moi une très bonne mesure pour jouer. À ce niveau, je ne ressens aucune gêne lorsque je joue. Par contre, petite déception avec le 65″ qui affiche un Inputlag de 49.8 ms en mode jeu et 82 ms avec le Motionflow activé. Là je commence à ressentir une toute petite gêne et les gamers les plus avertis trouvent cette mesure trop élevée pour jouer en ligne. Pour rappel, les meilleurs restent les TV UHD Samsung qui affichent dans les 20 ms d’Inputlag ce qui est parfait pour jouer.

Inputlag 65XD93

Concernant le temps de rémanence, aucune différence mesurée entre le 55″ et le 65″ avec 11 ms, soit un très bon score qui permet d’offrir une belle précision d’image dans les mouvements, surtout quand on utilise le Motionflow en mode BFI (insertion d’une image noire entre chaque frame pour réduire la persistance rétinienne et donc le flou dans les mouvements).

Quant au Motionflow, Sony propose, pour moi, la meilleure compensation de mouvements du marché. On trouve de nombreux modes pour tous les goûts. Que l’on aime la fluidité typée caméscope ou le rendu très naturel typé cinéma 24p, il y a un mode pour chaque attente. On retrouve l’excellent mode Motionflow Expert qui permet de régler le Motionflow plus précisément à son goût avec un réglage de la Fluidité et une simulation d’affichage BFI sur 2 niveaux. Plus vous montez la fluidité, plus ce sera fluide (sic), mais plus il y aura un effet caméscope prononcé. Plus vous baissez cette fluidité, plus ce sera naturel.

IMG_3446

Quant au BFI, on trouve un vrai affichage BFI avec le mode NET, mais également une simulation software du BFI avec le mode Expert sur deux niveaux (au lieu de 5 l’an dernier). Le BFI est une méthode d’affichage qui introduit des frames noires entre chaque image. Cela permet d’annuler la rémanence, d’apporter encore plus de précision à l’image dans les mouvements, mais l’image est assombri (logique) et ça engendre un léger effet de scintillement dans les travellings, surtout en affichage 3D. En toute logique, plus vous augmentez ce niveau de BFI, plus l’image sera sombre et donc plus vous devrez augmenter le niveau de rétroéclairage.

On trouve également un mode film pour optimiser al fluidité en fonction des contenus I/P, et une détection automatique des contenus 24p pour basculer dans un mode image approprié avec le Motionflow qui lui est associé et même un mode Cinema adapté aux contenus 24p, très naturel, mais il engendre un léger effet de scintillement qui pourra en gêner plus d’un, surtout que le Sony XD93 embarque une dalle 120 Hz qui scintille plus qu’une dalle 240 Hz, mais pour le moment les dalles UHD 240 Hz n’existent pas. Le mode Motionflow Standard est un juste milieu, avec un tout léger effet «vidéo» qui finalement colle bien aux émissions TV, reportages, ou documentaires, programmes sportifs et autres. Enfin, le mode Fluide est conçu pour ceux qui aiment les images sur-fluides, au rendu un peu numérique. Bref, je pense que chacun trouvera son bonheur avec les divers modes ou le mode Expert. La fluidité est très importante pour le plaisir de visionnage, et pour ça, le Motionflow est une référence, l’un des gros atouts des TV Sony !

Expérience 3D sur le Sony XD93, l’un des derniers TV compatibles 3D active

Que ce fut laborieux pour tester ce rendu 3D ! En effet, j’ai passé plusieurs jours avant d’arriver à synchroniser mes lunettes 3D avec le XD93. Pourtant, il s’agit de lunettes Sony, mais les premiers jours rien à faire. Puis finalement, hier soir, dernière tentative avant d’abandonner, et miracle les lunettes ont été détectées !
Bon, on est assez loin de la qualité de la 3D passive proposée par l’OLED UHD LG EF950V qui m’a vraiment redonné goût à la 3D ! Cela dit, l’affichage stéréoscopique n’est pas mauvais. On observe un peu de ghosting (images fantômes), notamment au niveau des images contrastées, ou des menus, sous-titres, etc, mais l’image est tout de même précise, très lumineuse, aucun effet de flickering (écran qui clignote), une grande fluidité même si quelques décrochages ont été constatés de temps en temps, une expérience 3D agréable et une très belle précision d’image (la perte de définition constatée sur les anciens TV Sony n’est plus d’actualité)..

IMG_3458

On trouve un réglage de profondeur, de luminosité des lunettes, de gestion des diverses méthodes d’affichage stéréoscopique, inversion du sens de lecture, mais pas de conversion 2D/3D que de toute façon pratiquement personne n’utilisait. Malheureusement, la 3D va disparaître petit à petit, et je pense que le XD93 est l’un des derniers TV 3D Ready chez Sony. Dommage, car une belle 3D c’est vraiment une expérience intéressante que ce soit avec le jeu ou les films.

Une colorimétrie juste et plus adaptée à l’Ultra HD

IMG_3426

Certains reprocheront à Sony de ne pas proposer autant de réglages colorimétriques que Panasonic ou LG, mais il faut bien avouer qu’à chaque fois que j’ai testé un téléviseur Sony il affichait une colorimétrie très juste en sortie de carton. Avec quelques petites retouches, en 15 minutes, on arrive à calibrer le téléviseur avec une justesse largement suffisante pour profiter d’une colorimétrie fidèle aux standards du cinéma. Certes, ce n’est pas aussi juste que l’impressionnant Panasonic DX900 qui fait figure de référence et qui ne nécessite aucun calibrage, mais avec 2 ou 3 réglages on arrive à un Delta E de 1 et quand on sait qu’il faut être en dessous de 3 pour que nos yeux ne voient aucune erreur colorimétrique, c’est largement suffisant.

Mesures Avant Calibrage

CIE avant calibrage

CIE Rec.709 avant calibrage

Color Checker avant calibrage

Color Checker avant calibrage

BDB avant calibrage

Balance des Blancs Avant Calibrage

Le Sony XD93 propose une colorimétrie très belle avec des couleurs intenses. Le spectre n’est pas encore aussi riche que sur certains téléviseurs, notamment au niveau du rouge, mais les couleurs sont tout de même plus riches que la moyenne. Le spectre est très large, surtout au niveau du bleu et du vert. Avec un signal HDR, le DCI est couvert à 94,6 %, mais une fois calibré, l’espace couleur ne couvre plus que 93% du DCI à peu près, avec un Delta E de 1 ce qui est largement suffisant pour profiter d’une excellente colorimétrie avec le Blu-ray UHD, et c’est assez similaire au DX900 de Panasonic. Comme je le dis souvent, il vaut mieux un DCI à 93% avec un Delta E de 1, qu’un DCI couvert à 103% avec un Delta E de 5.

IMG_3428

On retrouve donc les mêmes réglages couleur qu’en 2015, avec une Balance des Blancs sur 2 ou 10 points, 3 gamuts (Rec.709, DCI et Rec.2020), mais pas de CMS (Color Management System) pour calibrer ces gamuts. On retrouve également le réglage du gamma, réglage du niveau de noir, contraste et rétroéclairage. Le mode Cinema Pro est toujours le plus juste en sortie de carton avec une colorimétrie avec un Delta E à 1.93 de moyenne, mais des écarts pouvant monter à un delta E de 3 dans les derniers niveaux de gris. Il peut donc s’utiliser comme ça, sans calibrage, mais pour les plus exigeants ce sera tout de même conseillé à condition d’avoir une sonde performante, car avec si peu d’écarts, une sonde bon marché pourrait faire plus de mal que de bien.

Réglages pour regarder le Blu-ray ou films HD en salle obscure

Il faut donc partir du mode Cinéma Pro, bien faire attention de désactiver le capteur de luminosité. Je précise tout de même que ces réglages permettent d’avoir une image aux couleurs fidèles aux intentions de l’auteur. Il n’y a qu’en respectant les standards du cinéma qu’on profiter d’une colorimétrie telle que l’a voulu le réalisateur. C’est à dire un blanc D65, une température couleur à 6500K, un gamma à 2.4. De plus, il faut savoir que les Blu-ray sont encodés avec un noir à 0.03 cd/m² et un Blanc à 100 cd/m², donc il ne sert à rien de trop monter le rétroéclairage, cela brûle les blancs.. Pas mal de gens sont habitués aux images hyper dynamiques, saturées et très lumineuses, donc ils auront du mal au départ avec la colorimétrie « Cinéma ». Bref, tous ces réglages ne sont pas fait au hasard, et permettent d’avoir le meilleur noir possible sans boucher les noirs, ni brûler les blancs.  Cela dit, le but est avant tout de se faire plaisir, donc à vous de voir…

Luminosité

  • Luminosité : 20
  • Contraste : 88
  • Gamma : -2
  • Niveau du noir : 48
  • Réglage des noirs : non
  • Amélioration avancée des contrastes : Non
  • Variation Locale Auto : Moyen
  • X-Tended Dynamique Range : Off

Couleurs

  • Couleurs : 50
  • Teinte : 0
  • Température couleur : Expert 1
  • Température couleur avancée :
  • Gain Rouge : -3
  • Gain vert : -3
  • Gain Bleu : Max
  • Polarisation rouge : 0
  • Polarisation Vert : 0
  • Polarisation Bleu : 0
  • Espace colorimétrique : Auto
  • Colorimétrie Naturelle : non

Netteté

  • Netteté : 55
  • Création Réalité : On avec Resolution à +35
  • Réducteurs de bruit aléatoire : Non
  • Réducteur de bruit numérique : non

Fluidité

  • Motionflow Expert +2/+1
  • Mode Film : Haut

Mesures après Calibrage

CIE Apres Calibrage

BDB aprés calibrage Color Checker Apres Calibrage

Expérience HDR avec le Sony XD93

IMG_3506

C’est l’une des plus grosses améliorations entre le XD93 et le X93C de 2015. En effet, le Sony XD93 est bien plus lumineux avec un pic lumineux mesuré à 1265 nits sur le 55″ et 1098 nits sur le 65″. Tout comme pour le Panasonic DX900, le 65″ est donc moins lumineux que le 55″. Ces mesures ont été relevées avec une petite mire APL HDR en activant le Local Dimming et le X-Tended Dynamic Range sur Haut pour avoir le maximum de luminosité. Si on baisse le Local dimming sur Moyen, la courbe RVB est plus équilibrée, mais la luminosité chute un peu. Malheureusement, avec le rétroéclairage Edge LED le pic lumineux à tendance à chuter assez rapidement dès qu’on mesure des mires blanches plus importantes. Avec une mire à 50% le pic lumineux n’atteint plus que 550 nits sur le 65″ et 650 nits sur le 55″, alors que sur un Full LED comme le Panasonic DX900, il reste à 850 nits en 65″ et 1000 nits en 58″.

ECHELLE DE GRIS HDR SONY 65XD93

Avec le Local Dimming sur Haut, le rendu HDR est plus lumineux que sur Moyen, mais la courbe RVB est moins linéaire.

J’ai également mesuré le pic lumineux au niveau du coucher de soleil dans la fameuse scène du film L’Odyssée de Pi et je retombe sur les mêmes valeurs que pour les mesures avec la mire HDR à 50%, soit aux alentours de 550 nits. Cela reste de belles performances en HDR avec une image très dynamique, des passages intenses d’une beauté à couper le souffle et d’un réalisme troublant !

Malheureusement, le principal souci en HDR avec les TV Edge LED comme le XD93, c’est la qualité et le niveau des noirs. Si je prends une scène comme un feu d’artifice en HDR, le noir autour de chaque explosion se mesure à 0,26 nits sur le 65″ et 0.30 nits sur le 55″. Autant dire que le noir est assez gris et engendre un fort Blooming. Tous les soucis d’homogénéité sont également bien plus visibles. Et alors que le HDR permet aussi d’offrir des scènes sombres plus lisibles et contrastées, ce n’est pas le cas ici. De ce côté, seuls les TV OLED sont capables d’exploiter les qualités du HDR dans les scènes sombres. Cela dit, encore une fois, le rendu HDR offre un superbe spectacle, surtout en salle éclairée.

IMG_3432

Il faut rajouter à ça que le Sony XD93 propose une simulation HDR avec les contenus standards grâce à une technologie de Peaking appelée X-Tended Dynamic Range. Alors que le TV n’affiche qu’un pic lumineux de 350 nits avec les modes image autre que « Video HDR », lorsqu’on active l’X-Tended Dynamic Range le pic lumineux peut atteindre 730 nits sur la mire à 10%, soit un peu moins qu’en mode HDR, mais pas loin. Le rendu en simulation HDR est bien mieux géré que sur le X93C, plus beau et naturel ! Notez tout de même qu’en fonction du niveau du Local Dimming, du Motionflow et de l’X-Tended Dynamic Range, le pic lumineux varie également. La valeur maximum s’atteint en réglant ces deux paramètres au maximum.

Conclusion

Pour résumer, l’image du Sony XD93 est donc très proche de celle proposée par le Sony X93C de 2015, mais avec de meilleures performances HDR ! Malheureusement, la qualité de construction a été revue à la baisse, le système audio est beaucoup moins performant, ce qui n’est pas trop grave en soit puisque d’un autre côté ce téléviseur propose un design plus en phase avec ce que recherche le « grand public », hyper slim et léger et voit son prix revu à la baisse. En revanche, ce qui est beaucoup plus décevant, c’est que l’homogénéité a sérieusement été dégradée, à l’image du Sony X90C de l’an dernier, un téléviseur LED tellement fin qu’il ne pouvait en être autrement.

Le Sony XD93 souffre de fuites de lumière assez marquées dans les 4 coins de la dalle qui dégradent l’homogénéité colorimétrique et le contraste perçu. Dommage, car le contraste du 65XD93 est puissant pour un Edge LED, assez similaire à celui du 65X93C de 2015 avec un ratio du 4000:1 pour un noir à 0.030 cd/m². Par contre, le 55XD93 est presque deux fois moins contrasté que le 65″avec un noir à 0.046 cd/m² pour un contraste ANSI de 2600:1.

IMG_2718

Le rétroéclairage Slim Backlight Drive a effectivement permis d’améliorer le contraste perçu, mais ce n’est pas si révolutionnaire que ça et loin de ce que permet d’offrir un Full LED à Local Dimming. Nous ne sommes pas vraiment en présence de véritables zones indépendantes, seule la séparation haut/bas semble très efficace. Ce système génère du Blooming et un effet de pompage assez marqué en présence de sous-titres, mais dans 95% des scènes le contraste est tout de même saisissant.

Autre regret, l’OS Android TV n’a pas évolué d’un iota si ce n’est quelques bugs qui ont été corrigés, mais de nouveaux sont apparus. On retrouve la même version 5.1.1 et les mêmes processeurs (GPU, CPU et Dual Core ARM), la même quantité de mémoire, même puissance, et si en utilisation classique le téléviseur semble bien plus stable qu’au lancement en 2015, la partie multimédia reste beaucoup trop instable et pour ma part inutilisable par le simple fait que les vidéos sont étirées, déformées et que le dématriçage n’est pas correct. Il n’y a plus qu’à espérer que le passage à Android TV 6.0 Marshmallow prévu pour cet été améliore les choses, car les possibilités offertes par cet OS sont tout de même immenses.

Du côté colorimétrique, le XD93 est très juste en sortie de carton avec un Delta E inférieur à 3 que ce soit en Rec.709, DCI ou Rec.2020 et couvre environ 95% du DCI/P3 utilisé par le Blu-ray UHD, et 72% du Rec.2020. Ses performances HDR et sa dalle 10 bits lui auraient permis de recevoir la certification UHD Premium puisque je relevé un pic de 1250 nits sur le 55XD93 et 1080 nits sur le 65XD93 avec une mire HDR à 10%. Malheureusement, ce pic chute de 50% environ avec une mire HDR de 25% et ce rétroéclairage Edge LED avec son Local Dimming trop limité ne lui permet pas d’offrir des noirs assez profonds en HDR avec un Blooming souvent marqué. Toutefois, il faut bien avouer que l’expérience HDR est tout de même assez impressionnante quand on la découvre !

Expérience Vidéo - 4 étoiles

Pour le reste, le Sony XD93 est un magnifique téléviseur avec lequel on retrouve tout le savoir-faire du fabricant japonais, comme un traitement vidéo et un upscaling UHD exceptionnels, un Motionflow de référence pour des images d’une fluidité sans faille avec tous types de contenus en 24, 50 et 60 im/s, probablement le meilleur du marché ! Bref, un excellent téléviseur Edge LED, très contrasté, très fluide, performant avec les contenus SD, HD et UHD capable d’offrir une qualité d’image exceptionnelle et qui comblera 95% de ses acquéreurs. Cela dit les plus exigeants, ceux qui regardent leurs films Blu-ray en salle obscure auront bien du mal avec cette mauvaise homogénéité et surtout, ces fuites bien visibles aux 4 coins de la dalle qui dégradent le contraste et la colorimétrie. Le prix reste tout de même bien plus abordable que l’an dernier, ce sera donc à Award 4 étoiles en 2D comme en 3D ! Si on met de côté le rendu HDR, le Sony X93C de 2015 est nettement au-dessus du XD93 de 2016… Il n’y a plus qu’à espérer que le haut de gamme 2016 sera bien révélé au salon IFA, au mois de septembre, car le XD93 n’a pas la carrure d’un modèle haut de gamme, pour un fabricant de renommé comme Sony !

Les notes sont évidemment en fonction du prix de la TV :

  • Qualité de l’affichage 4K natif : 
  • Gestion des spécifications Ultra HD : 
  • Qualité des chaînes de la TNT HD :
  • Qualité de l’upscaling 2160p: 
  • Qualité du traitement vidéo : 
  • Qualité de l’affichage 3D  : 
  • Contraste intra-image (ANSI) mesuré : 
  • Contraste perçu en salle obscure: 
  • Qualité du rendu HDR (noir et dynamique) : 
  • Fluidité en 24p natif (sans Motionflow) : 
  • Compensation de mouvement Motionflow : 
  • Précision de li’mage en mouvement : 
  • Colorimétrie en sortie de carton : 
  • Colorimétrie après calibration : 
  • Homogénéité de la dalle : 
  • Qualité du système audio embarqué : 
  • Compatibilité multimédia : 
  • Connectiques proposées : 
  • Qualité de fabrication : 
  • Rapport qualité/prix : 

Résumé des mesures et performances en quelques chiffres  :

  • Dalle : 10 bits, VA, 120 Hz, 3840 x 2160 pixels
  • Slim Backlight Drive : 38 zones de Local Dimming sur Edge LED !
  • Balance des Blanc en sortie de carton : Delta E 1,9
  • Color Checker et gamut en sortie de carton: Delta E de 1,3
  • Mire APL HDR : pic lumineux de 1250 nits avec le 55XD93 et 1080 nits avec le 65XD93
  • Mire HDR 50 % : pic lumineux de 650 nits avec le 55XD93 et 550 nits avec le 65XD93
  • Contraste du 65XD93 : 4000:1 (noir à 0.03 cd/m²)
  • Contraste du 55XD93 : 2600:1 (noir à 0.046 cd/m²)
  • Couverture DCI des 65″ et 55″ : 94,7 %
  • Couverture Rec.2020 des 65″ et 55″ : 72,1 %
  • Inputlag du 65XD93 en mode jeu : 49,8 ms (82 ms avec Motionflow activé)
  • Inputlag du 55XD93 : 35,7 ms (68 ms avec Motionflow activé)
  • Temps de rémanence des 55″ et 65″ : 11 ms (mesuré avec le test UFO)
  • Benchmark 3D Mark Sling Point (1080p, OpenGL ES3.0/ES3.1) : 177 points
  • SoC Mediateck MT5890 (Android TV)
  • CPU Dual Core ARM Cortex-A17 (32 bit)
  • GPU Mali T624 3 Core (Android TV)
  • Capacité de mémoire (RAM) : 1,5 Go
  • Processeurs vidéo pour la partie TV : Sony X1 + X-Reality Pro 4K

Ce que j’ai aimé avec le Sony XD93 :

  • Reality Creation : le post-traitement vidéo le plus performant du marché
  • Le processeur X1 : un des meilleurs upscaling UHD du marché
  • Motionflow : la meilleure compensation de mouvement du marché
  • Le Slim Backlight Drive : un concept intéressant, mais encore limité
  • Une très belle colorimétrie, très juste en sortie de carton en Rec.709 comme en DCI ou même en HDR
  • Calibrage simple, rapide et efficace !
  • Temps de rémanence très correct (11ms)
  • Les possibilités offertes par l’OS Android TV
  • Une interface bien plus réactive, beaucoup de bugs ont été corrigés, mais il en reste encore trop….
  • De meilleures performances HDR que le X93C de 2015
  • Le pic lumineux supérieur à 1000 nits sur une petite mire APL HDR
  • Le DCI couvert à 95% même si cela reste encore insuffisant
  • Possibilité de passerelles réseau en UPnP/DLNA, Samba et NFS, le Wi-Fi Direct, HbbTV, Google Cast, Bluetooth, PVR, émulateur AirPlay, …
  • Double tuner DVB-T2/S2 compatible avec les chaines 4K, fonctions PVR et PIP
  • Un design très slim, classe, et sobre
  • Entrées HDMI 2.0a compatibles HDR10, 4K/60, 1080p/120 Hz, BT.2020

Ce que je regrette avec le Sony XD93 :

  • L’homogénéité générale de la dalle n’est pas bonne !
  • Le 55″ moins contrasté que le 65″
  • Des fuites de lumières trop importantes dans les 4 coins du téléviseur
  • Le coffre et le cadre en PVC (avec la finesse de la dalle, de l’aluminium aurait été mieux pour la qualité de l’assemblage)
  • Dalle trop souple qui risque de se voiler
  • Pas assez de zones de Local Dimming pour le HDR
  • ABL (Auto Bright Limiter) trop marqué en HDR
  • Inputlag un peu trop élevé sur le 65″ (49.8ms)
  • Pas de ISFccc, ni de Color Management System (CMS)
  • Encore trop de bugs avec Android TV (vidéos étirées en lecture multimédia, reboot fréquents, pertes fréquentes du signal HDMI avec les appareils en HDCP 1.1, télécommande qui ne réagit plus assez régulièrement, souci pour synchroniser les lunettes 3D, Saccades avec KODI, pas de bitstream audio 5.1 avec KODI, mauvais dé-matriçage avec les vidéos lues via USB/DLNA, pertes du mode HDR en lecture multimédia, etc.
  • Trop d’applications pas optimisées pour Android TV
  • Manque un peu de puissance pour une meilleure expérience avec Android TV
  • Pas de compatibilité Dolby Vision

115 commentaires

  1. avatar
    BULOBOX /

    Bonjour tt le monde voilà habitant sur LYON je me suis rendu chez FUTURELAND pour retirer mon Ampli ONKYO RZ900. Dans ce magasin j’ai vu beaucoup des tv SAMSUNG et PANASONIC du coup j’ai posé la question comment ça se fait que vs ne vendiez pas des TV SONY et voici la réponse du vendeur

     » nous rencontrons beaucoup de problèmes avec cette marque  »

    Sinon effectivement le même problème constaté sur un XD93 qui chauffe excessivement même abusivement..!! Dieu sait que combien j’aime mon SONY KDL 52Z4500…

  2. avatar
    Christophe /

    Bonjour Nicolas,

    Merci pour ce test très instructif.
    Je m’apprête à acheter une TV 55 pouces 4K, et j’hésite entre ce sony 55XD9305 et l’oled LG 55EF950V.
    En lisant les tests réalisés sur ton site ou ailleurs, je constate que le LG remporte plus de bons points que le sony…

    Mais je suis tombé sur une video YOUTUBE avec un comparatif des 2 qui me fait hésiter :

    https://www.youtube.com/watch?v=jLwfZEhD_38#t=648.997743

    Sachant que je vais l’utiliser pour visualiser des photos prises depuis un boitier pro 36Mpixel + lire des blu-ray depuis un lecteur yamaha bd a1040 + lire quelques films depuis mon lecteur zappiti 4k…
    (je précise que le son m’importe peu : car la TV ne sera utilisée que pour l’image)

    Pourrais-tu STP me donner ton avis afin de m’aider dans ce choix ?

    Merci d’avance.

    Christophe.

  3. avatar
    LOL /

    @Christophe – bonjour,
    Permettez-moi une réponse : voir des photos hautes résolutions : oled.
    Voir des films : tous les autres led en haut de gamme vu vos sources.
    La gamme Oled 2016 de LG semble beaucoup plus aboutie que celle de 2015, voir le test de lesNumeriques (j’ai vu un 960 V un long moment : gros défauts de fluidité malgré un temps d’affichage annoncé quasi immédiat; un problème de traitement électronique parait-il. Donc une cata sur un film d’action, et dalle très réflechissante).
    Mais le prix a aussi monté considérablement.
    A vous de voir selon votre budget. Et comme je le répète souvent : patience !
    Regardez les annonces sur la gamme Sony 2016/2017 !! Et juste après la 8k…
    La tv comme la hifi ne vaut que par son maillon le plus faible. Aujourd’hui c’est le téléviseur qui est le produit le moins fini de la chaîne car il ne sait pas honorer toutes les sources videos disponibles, chaque marque apportant des dalles, des traitements, des compatibilités plus ou moins nombreux aux résultats variables et aux réglages fins parfois vicieux mais sans effet patent (autant Coréens que Japonais, les autres pas testés leurs menus et performances).
    Si vous êtes 100 % UHD, no problem, quoique un moniteur informatique bien réglé sera meilleur qu’une TV du marché pour retranscrire une image de très haute résolution… Peut-être voir du côté des gammes pros sans tuner.
    Si j’ai pu aider…
    Cdlt

  4. avatar
    Christophe /

    Merci pour la réponse.
    Pour préciser ma demande : j ai déjà 2 écrans PC calibrés pour retoucher mes photos, et ce que je demande à ma future tv est de respecter au minimum les couleurs afin de ne pas pester en regardant en famille mes photos sur ma tv. ..
    D’autre part, je souhaite profiter des mes films blu ray avec cet achat (et j’espère pouvoir dire houaou ! En voyant le résultat par rapport à celle que je possede aujourd’hui).
    ….mais si tout cet attirail technologique n apporte rien de plus qu un pioneer Kuro que l on trouve sur le bon coin à 500 euros….
    Alors effectivement je me reposerai la question de l achat…

  5. avatar
    LOL /

    @Christophe – hum. Je vois que le très haut de gamme pour l’effet » waouh !  » vous motiverait. Et il faut savoir (moi ça m’énerve) que plus l’écran est grand plus l’électronique et la dalle sont de qualité. Donc prix élevé mais il faut aussi de la place ! Vu un Samsung de 2.15 m de diagonale : parfait, même pas un défaut numérique qui agacerait et respect des couleurs. Je n’en suis pas revenu…
    Sinon : Moins grand, moins cher, mais image moins réaliste !
    C’est tout le dilemme de ce marketing qui vise aujourd’hui l’augmentation du chiffre d’affaire plus que la marge. Donc on met en avant le haut de gamne cher, en voulant attirer le client moyen qui n’est pas habituellement la cible.
    Si vous avez un compte en banque bien rempli et un grand salon, vous savez quoi acheter !

  6. avatar

    Hello
    Pour rebondir sur cette phrase :
    « la perte de définition constatée sur les anciens TV Sony n’est plus d’actualité »
    En etes vous sur a 100%, j’ai en effet recu une paire de lunette hier et ai testé un br3d immédiatement (appairage immédiat sans avoir a deplug le tv ou quoi que ce soit, je pense que des maj sont passées par la)
    Il m’a semblé que l’image manquait pas mal de définition.
    je possede le 55 et pas le 65 (xd93)

    Merci.

  7. avatar

    @BULOBOX – Il peut dire ce qu il veut, le téléviseur n est pas parfait mais ayant été vendeur télé, les sony ne m’ont jamais causé de problemes comparé à Samsung ( il est peut etre bien payé par eux lol)

  8. avatar
    Micka /

    Bonsoir !
    Alors voilà, allant faire bientôt acquisition d’un lecteur blu Ray uhd suite à un concours et ma télé ayant énormément de problème, j’hésitais entre ce modèle Sony en 55 pouces et l’équivalent chez son concurrent direct le Samsung ks7000
    Allant aussi recevoir la ps4 pro qui va exploiter le hdr, lequel de ces deux écrans me recommandez vous?
    Merci !

  9. avatar
    Jean-luc /

    Bonjour nicolas , je voudrais acheté un téléviseur 4K HDR pour me servir de ma futur PS4 PRO et d’une platine UHD , j ‘ai actuellement un sony W9 de 2014 et j’hésite entre le sony XD93 , le samsung KS800 et le panasonic DX750 ou 800 . Lequel tu me conseille tu ? Pour faire moitié jeux et cinema merci

  10. avatar

    @Jean-luc – je suis exactement dans la meme position ;) des avis?

  11. avatar
    RIBARDIERE /

    Bonjour Nicolas,
    Merci pour ce banc d’essai instructif.
    J’ai fais l’acquisition de ce KD 65-9305 et je suis hélas assez déçu. Il succède à la 1ère génération à LED slim chez Samsung donc je me suis forcément habitué à une image dynamique…il faut donc que je m’habitue à une image plus réaliste. Au delà de cela, je trouve l’image pas net, donc assez flou sur les visages par exemple. Auriez-vous des réglages types à me conseiller pour gommer tout cela, en salle assez lumineuse et pour profiter de cette écran pas donné? Un grand merci pour votre assistance!

  12. avatar
    Philou34 /

    18 zones de local dimming…Edge Led ? Fuites de lumière (mon cauchemar)…. Bon courage.

  13. avatar

    Personnellement laisser moi remettre vos capacité a juger les televiseurs je dit ca car ayant acheter un samsung ks7500 et le sony xd93 j ai trouver le sony bien au dessus du samsung et puis lorsque j ai pris contact avec monsieur Cédric Louis qui a participé au test du samsung ks7500 pour me payer ces services, lui posant des question concernant le ks7500 après lecture de votre test sur le ks7500 qui mettait en avant certain problème comme dCi instable espace coleur qui couvrer a peine 75% en uhd et divers problème en uhd et des problème de tnt que j ai moi même rencontrer. Il m’a répond que non les tv samsung n avais aucun problème qu’il en avais une chez lui et que lors du test vous n aviez pas connaissance que samsung utilise des métadonnées dynamique!!(qui croire) Et qu’au final les problèmes rencontrés lors du test n existe pas et ce n est pas pour autant que vous avez revus votre test donc soit vous faites des test sans avoir connaissance des produits sois vos test ne vale rien sois monsieur Louis Cédric et un menteur je vous invite Messieurs de hdfever à corriger votre test ou a m apporter des réponses ou dire simplement la vérité. Ayant eu c est 2 televiseur aujourd hui je suis pleinement sastifait mon sony xd93 et je n ai pas de fuite de lumière etc etc… bien évidement ce n est que mon avis personnel et expérience personnel

  14. avatar

    En ce qui concerne la 3d je ne suis pas pleinement convaincu à l heure actuelle j ai fais un test avec le film captain America civil war effectivement parfois il y a un double contour un peu dommage lorsque que l on vois le prix du tv et des lunettes cependant n y aurait il pas des réglages pour les atténuer

  15. avatar

    @Sam – Bonjour,

    Si vous avez bien rencontré des instabilité au niveau du DCI avec le Samsung, vous avez votre réponse non ? Surtout que j’ai bien précisé le problème dans cet article :

    http://www.hdfever.fr/2016/09/07/test-hdr10-samsung-ks9000/

    De plus, les TV Samsung n’utilisent pas de métadonnées dynamiques, mais un rétroéclairage dynamique. Seule la technologie Dolby Vision utilise des métadonnées dynamiques.

    Quand au Sony, je précise bien que les fuites sont aléatoires et que sans ces fuites, c’est un TV de très bonne qualité. Certains en auront, d’autres non. De très nombreux possesseurs du XD93 ont rapporté des soucis de fuites sur le forum et ont dû rendre leur TV. Si vous en avez pas, tan mieux pour vous, mais ce n’est pas une généralité !

    Enfin, pour finir, le Sony XD93 a été mieux noté que le Samsung KS7500. Donc, désolé, mais je n’ai rien à corriger, les tests sont toujours valables et quand bien même des firmwares corrigeraient certains défauts, je ne vais pas mettre tous mes tests TV à jour a chaque firmware.

    Ce sont plutôt aux fabricants de corriger les soucis de métadonnées et compatibilité entre les lecteurs et les TV.

  16. avatar
    Pierrotech /

    Je lis souvent les avis mais la je ne suis pas d accord sur certains modeles.
    Après avoir retourner ma tv 65XD93 que je ne supportait plus après 3 jours je ai opté pour la 65ZD9 chere paye pour une tv lambda je ne vois aucune différence du processeur Z1 avec un processeur Quadcore…et qui s avéré être une pure supercherie pour une tv HDR 1000…du coup Sony j evite pour toujours.Meme des collègue qui ont pris la 65XD85 qui sont super déçu de l image triste et le balayage fortement lent et Android qui est insupportable et trop lourd. J ai suivi un vendeur qui a pris une bonne heure à m explique et j ai opté pour la Samsung 65KS9050 qui est remarquable, qui rejoint tous ce dont j aime les images sont vraies et le système Tysen est vraiment très rapide. J ai même pu mettre ses applications vraiment sympa pour la tv et aussi nettement moins chere. Quand je lis que il y a des fans de des tv Sony je ne comprend pas…mais bon je respecte
    Analyse des tv c est bien mais les acheter c est mieux.
    Je lis que parmi les utilisateurs du site il y a des personnes qui achètent 2 tv à la fois…bref…
    Pour moi qui suis un client très pointilleux il y a une chose que je peux dire ce est que Sony ce sont des tv très chère payé pour ce que ç est c est pour des marginaux qui veulent faire genre et qui ont la ps4 et qui veulent Sony… sachant même pas que ce n’a rien à voir…surtout que Sony c était bien il y a 10 ans et après c’est pire en pire…Même la série 950 de LG est bien au dessus de Sony et son processeur Z1 qui ne change rien…
    Pour infos
    Si vous voulez comparer la XD93 avec une Samsung comparons la avec la KS900.D ailleurs je ajoute un petit tips sur toutes les tv Sony 4K y a t il le logo Ultra HD qui certifié que ça est une uhd RGB et non RGBW (3K)…
    Suite à mes mésaventures j ai écris à Sony qui ne m ont pas répondu. ..service aussi lent que Androbide

  17. avatar
    Pierrotech /

    @Jean-luc
    Sans hésiter la KS8000…meilleur temps de réponse pour les jeux et pas buggy Android

  18. avatar
    Pierrotech /

    Sur le carton je ne vois pas le logo Ultra HD qui certifié que ça est un vrai 4K RGB et non 3k RGBW…et on parle d une tv avec le meilleur processeur du marché, c’est une tv du marché pour moi…j en suis tellement déçu. ..

  19. avatar

    Bonjour
    Merci pour ce test
    Je reviens moi aussi sur l’inputlag
    Vous trouvez donc 49ms Pour le 65
    Mais la question c’est de savoir comment
    est le ressenti pour un joueur occasionnel
    sur des jeux comme uncharted par exemple
    Voilà merci

  20. avatar
    Alexandre /

    @alex – moi également ^^ avez vous eu des réponses ou des pistes ? merci !

  21. avatar
    Embelinaire /

    Dans les bandeau noir en haut et en bas des films
    Cest tout violet avec des tâches …

  22. avatar
    Embelinaire /

    Bonjour comment fait on pour connecter les lunettes ?

  23. avatar
    Lektro /

    Pour les lunettes j ai du debrancher la tv la rebrancher et la ca a marcher sinon la tv ne les reconnaisser pas

  24. avatar
    ribardiere /

    je confirme, je regrette l’achat de cette TV qui n’a rien d’une qualité d’image Haut de gamme en rapport avec son prix.
    Sony est une déception

  25. avatar
    Riviere /

    Les br 100 ca marche ?
    Il faut etre en 3 d pour la synchro ?
    Juste activer les lunettes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: