Facebook Tweeter Tweeter

Test XTZ 10.17 et 12.17 : deux caissons de grave qui réunissent puissance et maîtrise

XTZ 12_17 (3)

XTZ a présenté ses nouveaux caissons Sub 17 Series il y a quelques semaines. Il s’agit de la série plus abordable du fabricant suédois, mais ces caissons représentent pour moi ce qu’il se fait de mieux dans cette gamme de prix, avec SVS. En toute logique, plusieurs d’entre vous m’ont demandé de comparer les XTZ au SVS PB1000 au cours de ce test. Bien que je vous propose avant tout un test des XTZ, je vais donc de temps en temps les comparer, car je possède personnellement le PB1000 qui est vraiment très proche à l’écoute. Au départ, je voulais faire deux tests dédiés, un au XTZ 10.17 (539,90 €) , l’autre au XTZ 12.17 (639,90 €), mais ces deux modèles sont tellement proches malgré la différence de gabarit, que finalement j’ai décidé de vous proposer un test global après avoir passé plusieurs semaines en compagnie de ces deux superbes subwoofers !

Avant d’entamer ce test, j’aimerai insister sur l’importance du caisson de grave dans une configuration home cinéma. Je trouve qu’en général nous n’apportons pas assez d’attention au choix du caisson, alors que son importance est énorme ! C’est lui qui gère les fréquences les plus difficiles à amplifier et va donc soulager l’ampli d’une grande partie de la puissance nécessaire pour offrir un rendu sonore multicanal de qualité. Le caisson contribue énormément aux sensations que l’on peut éprouver lorsqu’on regard un film. Malheureusement, la plupart des kits 5.1 ou 7.1 à base de satellites proposent souvent des subwoofers de qualité très moyenne. Beaucoup de fabricants d’enceintes ne savent pas faire de caissons, car il faut également du savoir-faire en matière d’amplification et les excellents subwoofers vendus sous la barre des 1000 € se comptent sur les doigts d’une main. Je vous garantis que si vous associez des enceintes comme les Focal Dome (par exemple) avec un bon subwoofer comme un XTZ, un Sunfire ou un SVS, vous aurez un résultat qui n’a plus rien à voir !

Autre précision concernant les mesures. Suite à vos demandes, je viens de passer plusieurs jours à traiter une pièce de 20m² avec des panneaux acoustiques Sonitus et pour travailler sur un protocole de test avec mesure. J’ai utilisé le logiciel Room EQ Wizard et un micro Berhinger, mais je reste persuadé que les retours d’écoutes restent plus pertinents, et qu’en fonction de la salle le rendu et les mesures peuvent vraiment varier, même entre diverses salles traitées (surtout au niveau du grave et donc d’autant plus avec des subwoofers). Cependant, je trouve ces mesures tout de même intéressantes pour comparer les caissons entre eux, dans mes conditions d’écoutes et de mesures. Voyez donc ces mesures comme un petit bonus pour illustrer le test dans mes conditions d’écoutes, mais elles n’ont pas la prétentions de représenter les réelles qualités intrinsèques des caissons. Pour cela, il aurait fallu du matos professionnel qui coûte plusieurs milliers d’euros et une salle spécialement conçue pour les mesures. Sur ce, place au test…

Présentation des caissons XTZ 10.17 et 12.17

La première grosse qualité des caissons XTZ 10.17 et 12.17 c’est leur qualité de fabrication. Ils sont livrés dans un emballage avec mousse (plus pérenne que le polystyrène), une paire de gants blancs pour manipuler le caisson, un cordon d’alimentation trois broches et une housse blanche de protection pour le caisson. On trouve également un manuel d’utilisation, proposé uniquement en anglais, ce que je regrette, car il est important de bien régler ces caissons pour que le rendu sonore réponde à vos attentes.

Au déballage, on découvre un design superbe, et surtout une qualité de fabrication exemplaire. Sur ce point, XTZ est clairement devant SVS, car si ces derniers offrent une excellente qualité audio, la qualité de fabrication n’est pas terrible. Le plaquage se décolle facilement et la connectique est assez basique avec des connecteurs de basse qualité. Les XTZ se distinguent clairement sur ce point avec un coffre qui semble être fait d’une seule et même pièce grâce à un recouvrement superbe, extrêmement bien fini, avec plusieurs couches, que ce soit sur la version mate ou glossy. Pour ma part, j’ai une préférence pour la finition mate, car le caisson fait plus massif et surtout, cette surface est moins fragile, moins sensible au micro-rayures de surfaces. La finition brillante est vraiment fragile, même en prenant soin de nettoyer le caisson avec un chiffon doux, on ne peut pas éviter ces micros-rayures de surfaces.

Le caisson en MDF dispose de cloisons de 25 mm d’épaisseur avec des renforts à l’intérieur pour consolider le tout. De plus, XTZ applique plusieurs couches de produit amortissant acoustique à l’intérieur des parois. Même si le 12.17 et le 10.17 disposent évidemment d’un volume de coffre différent, ce volume a été étudié en rapport avec le haut-parleur pour offrir un SPL maximum dans les basses fréquences, tout en minimisant la distorsion. Lors de mes mesures, j’ai effectivement relevé une distorsion très contenue sur les deux modèles, même si sur ce point le SVS PB1000 affiche une distorsion légèrement plus faible.

Bien-sûr, ce qui m’intéresse le plus, ce ne sont pas les données techniques, déjà présentées sur le site XTZ, mais ce sont les performances et les écoutes, donc je vais être bref dans la présentation. Toutefois, pour présenter rapidement ces deux caissons conçus de la même façon en dehors de leur gabarit et taille du HP, sachez que XTZ précise avoir apporté une attention particulière à la conception du woofer et du moteur. Le cône utilise un matériau très léger, mais également rigide, afin d’offrir plus de rapidité aux débattements du haut-parleur, d’autant plus que le contour du HP est en caoutchouc nitrile (NBR) souple pour proposer plus d’élasticité et donc une excursion plus longue. Comme beaucoup d’enceintes ou caissons efficaces, XTZ a fait appel à un système de mesures basé sur un laser Klippel pour optimiser leurs caissons. Le Spider est fabriqué à partir d’un mélange de polycoton et NOMEX (une sorte de fibre synthétique réputée pour sa thermostabilité). La série 17 intègre une bague en aluminium, assez large pour minimiser l’inductance et la distorsion.

 

 

XTZ (31)

Electronique embarquée (alimentation + étage de préamplification + amplification)

Enfin, autre précision, les deux caissons utilisent la même alimentation en Classe D de 500 Watts RMS (800 Watts en crête). J’aurais évidemment préféré une amplification plus puissante sur le 12.17 que sur le 10.17, afin de mieux tenir le haut-parleur dans les extrêmes graves, mais c’est déjà pas mal, le SVS-PB1000 utilise une amplification Classe D STA-300D moins puissante (300 Watts RMS), donc c’est tout de même un bon point pour XTZ, et d’autant plus pour le 10.17 ! En effet, pour un 10″ on peut dire que 500 Watts représentent une amplification très puissante ! Cependant, cela reste des chiffres, uniquement des chiffres, et ce qui nous intéresse ce sont les performances sur le terrain.

Quant à la connectique, rien à dire, j’ai rarement vu une connectique d’aussi bonne qualité et aussi complète sur un caisson à moins de 650 € ! En effet, outre les habituelles entrées RCA, LFE et Line-in, on trouve une entrée XLR et même une sortie XLR bypass avec la possibilité d’appliquer un filtre passe-bas. Cette sortie XLR ne fonctionne malheureusement que si on entre en XLR, mais elle permet de connecter deux caissons de graves en série sur un préampli ou amplificateur qui ne propose qu’une seule sortie Subwoofer. La même chose en RCA aurait été sympa, car les préamplis ou amplis disposant de sortie Sub XLR sont rares, mais ils existent et pas forcément que sur du haut de gamme. En effet, NuPrime, NuForce, Emotiva ou encore Nakamichi proposent ce type d’appareils avec des prix accessibles, voire abordables. On peut même utiliser la sortie stéréo XLR d’un DAC ou d’un lecteur vu que ces caissons proposent un filtre passe-bas. Par exemple, si un DAC propose une sortie XLR et RCA stéréo qui diffusent en simultanée, on peut très bien faire une configuration 2.1, voire même 2.2 en connectant les sorties RCA à un ampli hifi stéréo et la sortie XLR au(x) Subwoofer(s).

XTZ 12_17 (6)

XTZ 12_17 (5)

 

Le reste de la connectique regroupe un réglage de Phase (0-180°), un filtre passe bas avec un réglage de 40 à 160 Hz et al possibilité de le désactiver, et donc ces fameux modes EQ (Ref, EQ1 et EQ2) gérés par un DSP Analog Devices ADAU1701 (un processeur audio SigmaDSP 28/56-Bit qui intègre pas moins de 4 DAC et 2 ADC avec un SNR de 100 dB et son propre circuit PPL pour réduire le jitter). Ce DSP profite d’une interface de programmation SigmaStudio tres élaborée grâce à laquelle XTZ a pu programmer les EQ (voir capture). L’influence de ces EQ est précisée par XTZ avec ce schéma, sachant qu’il est également possible d’accorder les caissons à l’aide des mousses fournies pour boucher les deux évents circulaires placés à l’avant. Au final, on dispose d’un tas de combinaisons pour régler le grave à son goût (graves plus ou moins profonds, plus ou moins précis et fermes). On notera également la présence d’AOP JRC assez classique, souvent utilisés dans les appareils Hifi, mais assez classiques.

Les caissons XTZ 10.17 et 12.17 à l’écoute

Avant d’entamer les écoutes, petit aparté sur l’amplificateur utilisé. Évidemment, j’aurais beaucoup aimé tester les XTZ avec l’Onkyo TX-RZ900 testé récemment, tout simplement pour la qualité de son canal LFE tout simplement démoniaque, qui m’avait fait dresser les cheveux sur la tête avec des films comme Mad Max ou Terminator Genesys. L’amplificateur utilisé pour ce test est donc un Yamaha RX-A1050, moins expressif et ravageur sur son canal de grave, mais qui propose tout de même de bonnes prestations et surtout un bel équilibre sur tous les canaux et de la cohérence. Les canaux d’enceintes et le canal de grave se font oubliés pour ne faire qu’un avec une spatialisation exceptionnelle, ce qui a évidemment son charme. Un ampli moins démonstratif que le RZ900 donc, mais qui vous immerge littéralement dans les films, ce qui est aussi une qualité indéniable. Et puis n’exagérons rien, le canal LFE est loin d’être anémique et, cerise sur le gâteau, le YPAO corrige et égalise le canal de grave sur ce modèle.

XTZ (2)

Alors, déjà il faut savoir que les deux caissons XTZ offrent un rendu très proche, même amplification, mêmes technologies, mêmes matériaux, mais forcément la différence de diamètre du HP et la différence de volume du coffre vont engendrer quelques variantes au niveau du rendu sonore. Le 10″ offrira un rendu plus rapide et ferme, légèrement plus précis, alors que le 12″ est moins fermes, offre moins d’attaque dans l’extrême grave, mais chose étonnante, il est plus précis sur le haut grave, au-dessus de 50 Hz. J’aurais pensé l’inverse, mais force est de constater que le 10″ semble plus performant sur l’extrême grave, et le 12″ plus performant sur le haut grave. Je pense que le 12″ aurait mérité une amplification plus musclé pour de meilleure performances dans l’extrême grave. C’est ce que devrait proposer le modèle XTZ 1×12 vendu un peu plus cher.

Les différences sont toutefois assez légères à l’écoute, mais pour ma part, j’ai une légère préférence pour le XTZ 10.17 pour les sensations qu’il procure dans l’extrême grave et qui offre un rendu plus précis, et plus d’attaque et de percussion (entre 40 et 20 Hz). J’ai tendance à privilégier la qualité à la profondeur du grave, surtout que le gain en profondeur n’est que très peu audible. Pour un caisson 12″ j’aurais tendance à me diriger vers la version 1×12 de XTZ qui embarque une amplification plus musclée et qui apportera de toute évidence un grave plus rapide et plus tonique. Cela dit, le 12.17 offre des performances vraiment exceptionnelles pour un caisson vendu à moins de 650 €, aucun doute là-dessus, mais le XTZ 10.17 est une exception, voire une référence ! Par contre, tout n’est pas parfait, le 10″ à tendance à talonner un peu plus que le 12″ si on pousse un peu le volume. J’avoue tout de même ne pas comprendre pourquoi XTZ n’a pas intégré un ampli plus costaud sur le 12″ pour marquer une différence plus nette à l’écoute entre ces deux modèles.

Cela dit, j’insiste vraiment sur la profondeur de grave exceptionnelle de ces caissons, car descendre aussi bas avec une telle qualité de grave c’est un exploit sur un caisson de ce prix et d’autant plus avec un HP de 10″. Il faut vraiment un haut-parleur performant, qui utilise des technologies innovantes, des matériaux de qualité, une amplification de qualité et une recherche approfondie pour arriver à offrir une telle réponse en fréquence avec un si petit gabarit.  Concurrencer SVS n’est pas une simple affaire, mais si en plus la qualité de construction et de connectique est au rendez-vous avec plusieurs possibilités de réglage, chapeau bas !

XTZ 10_17 (1)

En effet, ces deux caissons proposent tout un tas de réglages, modes EQ, et possibilités d’accorder les évents qui vont influencer le rendu sonore, mais une chose est certaine, d’une manière générale, ce sont des caissons très impressionnants et font parti des meilleurs subwoofers que j’ai pu tester et écouter sous la barre des 1000 €. Ce sont des caissons qui arrivent à offrir un grave à la fois profond et de très bonne qualité, des graves démonstratifs, percutant tout en restant fermes, rapides, précis et parfaitement lisibles. Autre qualité, ces caissons sont également très bons dans le haut grave, surtout le 12″. Évidemment, tout cela reste relatif et à transposer par rapport à leur prix, mais le rapport qualité/prix est clairement exceptionnel !

La première chose qui différencie SVS de XTZ, c’est que du côté de SVS, dans la même gamme de prix nous avons deux caissons. Un clos, le SB1000 qui va exploiter à fond les qualités d’un caisson clos, mais qui pose aussi ses limites (grave ferme, rapide, précis, lisible, mais un grave plus court et moins physique qu’un Bass Reflex). Et le PB1000 qui va exploiter à fond les qualités d’un Bass Reflex, mais là aussi avec ses défauts (grave plus profond, physique, mais moins ferme, moins lisible). Alors que du côté de XTZ, le même caisson peut exploiter les qualités d’un caisson clos ou Bass reflex, tout dépend de la façon dont il sera réglé et accordé.

D’une manière générale, il faut bien avouer qu’entre le SVS PB1000 et le XTZ 10.17, cela se joue à peu de chose, ces deux caissons sont vraiment très proches. En revanche, du côté de la qualité de finition, là ça saute aux yeux, le XTZ est bien meilleur avec une finition irréprochable. Pour ma part, j’ai trouvé le SVS un peu plus démonstratif dans les extrêmes graves (en dessous de 30 Hz), mais d’un autre côté, je trouve que le XTZ propose un grave de meilleure qualité, plus musical, légèrement plus précis, mieux détouré et plus rapide.

En effet, dans les extrêmes graves (en dessous des 30 Hz), le SVS propose une meilleure tenue en puissance, un peu plus de sensations physiques, de percussion au niveau de l’abdomen. Attention, encore une fois, je précise que la différence est légère. Lorsque je pousse les deux caissons dans leur retranchement, à très fort volume, le XTZ 10.17 talonne un peu dans les extrêmes graves, le 2.17 pratiquement pas, et le SVS PB1000 pas du tout (du moins lors de mes tests et écoutes). Je dois dire que cela m’étonne un peu, car le XTZ embarque un amplificateur plus puissant sur le papier. Je me suis demandé si cela ne venait pas d’un trop fort débattement dû à cette élasticité de la couronne du haut-parleur. Peut-être qu’avec un HP plus rigide, le caisson aurait moins talonné, mais aurait été également moins profond avec un si petit coffre. Bref, juste une hypothèse…

Durant les mesures, le XTZ 10.17 a donc talonné quelques fois. Le 12.17 aussi, mais plus rarement et il faut préciser qu’en condition d’écoute on arrive rarement au niveau sonore avec lequel ils ont talonné lors des mesures. Durant un film, cela ne m’est quasiment jamais arrivé avec le 12.17, et avec le 10.17 deux ou trois fois pendant que je visionnais Mad Max ou Master & Commander lors de la première bataille entre les deux bateaux. Je précise également que quand je teste un caisson, j’ai tendance à pousser le volume assez haut et à avertir famille et voisins que la terre risque de trembler pendant quelques heures ^^

IMG_8665

Enfin, ce n’est pas tout le monde qui recherche un grave démonstratif à faire trembler les murs. Beaucoup privilégient la qualité du grave et à  volume « normal », dans des conditions d’écoutes tout de même soutenues, mais pas « extrêmes », les deux XTZ m’ont offert des graves absolument sublimes, parfaitement lisibles, qui apportent énormément dans tous les passages d’action, de musique, avec les voix graves, lors d’un bombardement, un moteur qui gronde, une scène d’orage, etc. Avec ces caissons, la puissance ressentie est décuplée, même avec un « simple » Yamaha RX-A1050 qui n’est pas un monstre de puissance, la puissance ressentie est très impressionnante. Cela apporte beaucoup d’ampleur, d’attaque, de volume et de sensations supplémentaires par rapport à un 5.0 avec des colonnes.

Comme je le précisais en introduction, si les XTZ 12 et 10.17 offrent des extrêmes graves de qualité, ce sont aussi des caissons particulièrement efficaces dans le haut grave, surtout le 12.17. Ce sont même des références au-delà des 80 Hz. Cela à son importance, car ça permet d’associer le caisson avec des enceintes de type satellite (des enceintes qui ne descendent pas très bas comme les Focal Dome ou les Cabasse Eole). On peut appliquer un crossover (filtre passe-bas) assez haut, aux alentours des 120 ou 150 Hz sans problème tout en conservant un grave de qualité et une réponse en fréquence linéaire.

Beaucoup de caissons Bass Reflex dotés de gros HP se contentent de reproduire des extrêmes graves très physiques, mais un peu traînant, qui manquent cruellement de fermeté, précision et lisibilité dès qu’on dépasse les 100 Hz. Du coup, leur association se limite aux enceintes colonnes. Là, avec les deux XTZ , j’ai pu les associer avec des Focal Dome Flax avec un superbe rendu parfaitement homogène et cohérent. En configuration home cinéma, l’ensemble rivalise clairement avec de bonnes colonnes au niveau de la cohérence et de l’homogénéité, avec en plus une énorme extension dans le grave, car la transition entre le médium, haut-grave et extrême-grave est parfaite (pour peu que tout soit bien réglé et égalisé évidemment). Toutefois, il faudra privilégier le mode EQ Ref et fermer les évents pour ce type d’utilisation.

Les mesures du THD confirment plusieurs choses :

  1. Les XTZ et SVS sont assez proches et les mesures de THD excellentes
  2. Ces caissons sont plus musicaux et lisibles avec les évents fermés
  3. Le SVS propose un extrême grave de meilleure qualité que les XTZ
  4. Les XTZ sont meilleures dans le haut grave que le SVS même si ce dernier semble plus linéaire dans ma salle
  5. Quoi qu’il en soit, les SVS et XTZ sont vraiment des caissons très efficaces, au-dessus du lot sur une large réponse en fréquence

Nous venons de le voir, ces deux caissons proposent les mêmes réglages, connectique et alimentation. Ils proposent également deux particularités intéressantes, trois EQ en comptant l’EQ de référence (neutre) et la possibilité d’accorder le grave grâce aux deux évents que l’on peut fermer ou pas. Avant de s’intéresser aux EQ, nous allons nous arrêter sur l’influence de ces évents, car en tout nous avons donc 4 possibilités pour accorder ces caissons : 2 évents ouverts, 2 évents clos, ou les possibilités d’ouvrir seulement celui de gauche, ou de droite.

SUB17Series_PortTuning

XTZ nous propose un petit graphique pour nous montrer l’influence de ces évents sur la réponse en fréquence. Cela dit, il faut rajouter à ça qu’en fonction de l’EQ choisi ou de l’acoustique de la pièce, le résultat peut varier. Il se peut très bien qu’un caisson plus petit donne un meilleur résultat dans une pièce, alors que dans une autre pièce ce sera le gros caisson. Donc, j’insiste sur le fait que ces mesures représentent ce que je peux avoir dans ma pièce.

En théorie, on pourrait caricaturer l’influence des évents en disant que si on les ferme, le rendu sera plus linéaire, équilibré, plus ferme et lisible, mais moins d’attaque et de profondeur dans les extrêmes graves, donc un rendu plus adapté à la musique. Si on les ouvre, le grave sera plus profond dans les extrêmes graves, mais moins linéaires, un peu projeté, mais moins ferme et précis, donc plus adaptés au home cinéma, notamment pour regarder des films d’action. En mesurant le XTZ 10.17 dans ma salle, voici ce que donne la différence entre les deux évents clos comparé aux deux évents ouverts avec le mode EQ Ref

XTZ 12.17 Clos EQ Ref

XTZ 12.17 EQ Ref évents fermés

Même mesure mais cette fois évents ouverts vs évents clos avec le mode EQ 1.

XTZ 12.17 Events Clos EQ1

XTZ 12.17 EQ1 évents fermés

Même mesure mais cette fois évents ouverts vs évents clos avec le mode EQ 2.

XTZ 12.17 EQ2 évents fermés

XTZ 12.17 EQ2 évents fermés

Cependant, je préfère parler de goûts et d’attentes de chacun, car, que ce soit pour la musique ou les films, certains recherchent un grave équilibré, précis et lisible alors que d’autres préféreront un grave plus percutant pour plus de sensations physiques. Il faut rajouter à cela que les contraintes du voisinage peuvent également influencer le choix dans la recherche du caractère d’un grave. Au final, c’est tout de même vraiment appréciable et pratique de pouvoir accorder son caisson surtout que je peux vous dire que les réglages proposés influencent grandement sur le rendu ! Pour avoir testé de nombreux caissons, ce n’est pas souvent le cas ! Au contraire, trop souvent, les réglages, voire même les calibrations automatiques proposées sur les caissons n’ont que peu (voire même pas du tout) d’influence sur le rendu. Je pense notamment aux EQ Max de Velodyne testés sur il y a un moment, dont la calibration n’avait strictement aucune influence.

Comme précisée, la réponse en fréquence peut sensiblement varier en fonction de l’acoustique de la pièce, donc l’influence des réglages aussi. Ici, je vous donne les constats que j’ai pu faire dans mon environnement en sachant que j’ai mesuré les performances brutes des caissons sans correction, mais avec quelques panneaux acoustiques dans une petite pièce de 20 m².

On peut se rendre compte que les deux XTZ proposent une réponse en fréquence très proche et assez fidèle aux annonces du fabricant. J’avoue être étonné de constater que le 10″ descend plus bas que le 12″ dans ma pièce, mais encore une fois il se peut que dans une pièce plus grande ou avec une autre acoustique ce soit le 12″ qui descendra plus bas. XTZ indique tout de même que la réponse en fréquence est assez proche, mais que le 12″ descend plus bas de 1 Hz, ce qui est peu audible. Les différences entre ces deux modèles sont donc minimes et se font plus à l’oreille qu’en regardant les mesures. Le 10″ offre un rendu plus ferme et précis, le 12″ plus d’ampleur. On constate également que le 12″ semble être plus à l’aise sur le haut grave. J’aurais tendance à conseiller le 12″ pour l’associer avec des satellite et donc appliquer un crossover haut, et le 10″ si vous rechercher plus d’impact et de sensations physique et pour l’associer à des enceintes colonnes avec un crossover assez bas. Dans mon environnement, j’ai une légère préférence pour le 10″, car le 12″ ne permet pas de descendre plus bas. Et quoi qu’il en soit, un HP de 12″ nécessite de toute façon une amplification un peu plus musclée que sur un HP de 10″ pour offrir plus d’impact et de fermeté.

XTZ 10 vs 12 évents clos EQ Ref

XTZ 10 vs 12 évents clos EQ Ref (courbe bleu = XTZ 12″)

Le constat le plus étonnant avec ces mesures, c’est qu’on peut se rendre compte que les XTZ sont plus linéaires et performants avec les évents fermés, alors qu’avec le SVS c’est le contraire !

Les XTZ à l’écoute sur Mad Max Fury Road

Fury Road

Alors, inutile de revenir à chaque fois sur les petites différences entre le 10.17 et le 12.17, puisqu’ils sont très proches, mais avec les mêmes constats à chaque fois (plus d’ampleur sur le 12″, plus de fermeté et précision sur le 10″). Dès qu’on lance Mad Max, on ressent d’entrée l’énorme apport des XTZ. Cela commence sur la voix narratrice. Il s’agit d’une voix grave avec laquelle on ressent toutes les qualités des XTZ sur le haut grave. La voix en devient presque palpable, elle est très soutenue, on la ressent vibrer avec beaucoup de poids et de matière !

On enchaîne sur les vrombissements du moteur de la voiture de Max tout simplement énorme ! À chaque coup d’accélération, le canapé vibre, le son remplit la pièce avec une force et une puissance hallucinante, comme si la voiture se trouvait juste à côté ! Quelle classe ! Même sensation, mais dans un registre différent, lorsque le Immortam Joe ouvre les vannes de l’eau sur la foule. L’eau déferle avec un grondement que l’on ressent trembler, comme si elle déferlait dans le salon avec puissance. Cette scène est d’autant plus impressionnante que lorsque j’ai regardé le film j’étais en configuration Atmos, avec la voix d’Immortam Joe qui s’entend sur es enceintes Atmos en hauteur, et l’eau qui déferle d’abord sur les enceintes du haut pour venir s’écraser dans la vallée, audible sur les enceintes colonnes avec le bruit de l’eau qui déferle sur le caisson.

On ressent également toute la précision et la musicalité des XTZ lorsque la voiture orchestre débarque dans le film. Une scène totalement surréaliste avec les grands coups de caisse de la batterie qui s’entendent sur le XTZ, la guitare électrique, les bruits des moteurs qui grondent, les explosions dans une scène qui devient totalement chaotique lorsque la horde sauvage rentre dans l’énorme tempête de sable avec un grondement assourdissant qui fait vibrer tout le canapé. Pourtant, la rapidité et la précision des XTZ permettent de garder une parfaite cohérence sonore lors de cette scène, ce qui n’était pas gagné! Un grave baveux aurait pu rendre la scène totalement inaudible et brouillonne, mais ce n’est clairement pas le cas ici, ce passage reste parfaitement intelligible grâce à un grave puissant, mais précis et une faible distorsion.

Allez, pour émettre une petite critique, j’aurais aimé un soupçon d’attaque supplémentaire, un peu plus de sensation physique sur les explosions, mais je suis certain que si j’avais eu le RZ900 au lieu du Yamaha RX-A1050 ce petit manque aurait été comblé.

Master & Commander : Introduction avec la première attaque du bateau !

i-5-1303_masterandcommander-wp3

Cette scène est clairement ma référence lorsque je teste des caissons. Non seulement la bande-son de film est grandiose, d’excellente qualité, mais en plus lors de la première attaque entre les navires, j’ai rarement entendu un tel déferlement de grave avec un rendu sonore vraiment très réaliste. Les deux caissons XTZ affirment ici toute leur qualité, même s’ils ont talonné à deux reprises. Il faut dire que le grave descend vraiment très bas lors des coups de canon et que la bande-son a une dynamique incroyable !

En dehors de ces deux brefs moments où les caissons talonnent (surtout le 10.17), les deux XTZ m’ont offert un spectacle sonore totalement ahurissant, à me faire dresser les cheveux sur la tête et je pèse mes mots ! Pour tout dire, je me suis même fait peur sur ce passage. Pour le coup, là on a vraiment l’impression que les boulets de canon traversent le salon dans un vacarme d’enfer. Même ma femme est venu voir ce qu’il se passait :p

A chaque tir de canon, on prend un hypercut dans le ventre. Les XTZ démontrent clairement leur capacité de percussion et fermeté. Sans un caisson de qualité, on passerait totalement à côté de cette scène, mais là on est au cœur de la bataille et on est vraiment content de n’être présent que virtuellement à bord du bateau. Ces combats devaient être d’une violence inouïe ! Au moins, les XTZ nous permettent d’en prendre la mesure… L’apport des XTZ est énorme sur de nombreux passages de Master & Commander et renforcent clairement le réalisme des scènes.

Conclusion

Avec la série 17, XTZ nous propose une nouvelle référence dans une gamme de prix accessible. Jusqu’ici, SVS était ma référence dans cette gamme de prix, mais aujourd’hui il faudra clairement compter avec les XTZ 10.17 et 12.17. La qualité de fabrication est vraiment exemplaire, que ce soit le coffre, le haut-parleur ou l’électronique je n’ai jamais vu une telle qualité à ce prix !  Et cerise sur le gâteau, on trouve une connectique complète avec des connecteurs de très bonne qualité, une entrée Line in, LFE, XLR et même une sortie XLR Passthrough, ainsi que plusieurs modes EQ efficaces qui ont une vrai influence sur le rendu sonore.

Que ce soit le 10″ ou le 12″, ces deux caissons m’ont offerts des graves sublimes et ravageurs ! Les graves descendent bas, ils sont fermes, rapides, précis, parfaitement lisible sur une large réponse en fréquence et apportent énormément aux sensations que l’on peut ressentir avec un film ou de la musique. Ce sont des caissons ultra polyvalent, qui, grâce à une conception judicieuse avec deux évents accordables, permettent d’être aussi efficace en home cinéma qu’en hifi et qui peuvent répondre à toutes les attentes.  Ce sont également des caissons qui peuvent être associés aussi bien à des enceintes colonnes qu’à des enceintes satellites, car ils offrent un haut grave de qualité. Avec ces caissons, on peut appliquer un crossover haut ou bas, c’est selon. On peut clairement parler de musicalité lorsqu’on évoque la qualité du grave des XTZ.

Reference - 5 étoilesA la lecture de ce test, il est vrai qu’on peut se demander si une des deux références n’est pas de trop tellement les performances sont proches. Dans ma configuration de test et dans mon environnement sonore, cela peut paraître étonnant, mais le 10″ m’a apporté plus d’impact dans l’extrême grave et le 12″ m’a offert un haut grave plus précis, plus linéaire, mieux maîtrisé. Cela dit, je le répète, l’influence de la pièce est énorme sur le rendu des graves. Si dans ma pièce de 20 m² le XTZ 10.17 m’a offert des extrêmes graves de meilleure qualité, il est fort possible que dans une pièce plus grande et volumineuse ce soit le XTZ 12.17 qui prenne le dessus. Mais quoi qu’il en soit, aucune inquiétude, que ce soit l’un ou l’autre les résultats sont très proches, et de toute façon excellents ! Je pense tout de même que le 12″ aurait mérité une amplification un peu plus musclée que le 10″, mais si vous pouvez augmenter un peu plus votre budget, il y a le XTZ 1×12 qui poussera les performances encore un peu plus loin en 12″.

Je ne peux que féliciter XTZ pour ces deux caissons d’une qualité exemplaire aux performances exceptionnelles. J’ai pris une sacrée claque en testant ces deux modèles. Une vraie et totale réussite, des caissons comme il en existe trop peu et qui méritent amplement l’Award Reference HDfever pour le meilleur rapport qualité/prix dans cette gamme de prix ! Je remercie chaleureusement videopole.fr pour m’avoir fait découvrir XTZ et pour le prêt longue durée de ces deux superbes subwoofers.

Les notes sont évidemment données en fonction du prix de l’appareil :

  • Qualité de fabrication : 
  • Profondeur de grave du 10.17 : 
  • Profondeur de grave du 12.17 : 
  • Qualité du grave du du 10.17 : 
  • Qualité du grave du 12.17 : 
  • Maîtrise de l’extrême grave du 10.17 : 
  • Maîtrise de l’extrême grave du 12.17 : 
  • Maîtrise du haut grave du 10.17 : 
  • Maîtrise du haut grave du 12.17 : 
  • Puissance de l’amplification du 10.17 : 
  • Puissance de l’amplification du 12.17 : 
  • Efficacité des réglages (EQ, Crossover, Phase) : 
  • Qualité de la connectique : 
  • Rapport qualité/prix du XTZ 10.17 :
  • Rapport qualité/prix du XTZ 12.17 :  

Ce que j’ai aimé avec les XTZ série 17 :

  • La qualité de fabrication irréprochable pour le prix !
  • La qualité de la connectique, la présence d’une entrée XLR Sub
  • L’efficacité des réglages (Mode EQ, Crossover, Phase)
  • Les possibilités d’accorder en Bass Reflex avec deux évents et 2 mousses
  • La qualité du grave sur toute la réponse en fréquence (précision, rapidité, fermeté, lisibilité, qualité du haut grave)
  • La profondeur du grave et la percussion
  • Des caissons polyvalents : aussi bons en home cinéma qu’en musique
  • Un rapport qualité/prix vraiment imbattable (pourvu que ça dur !)

Ce que je regrette avec les XTZ Serie 17 :

  • La version 12″ aurait mérité une amplification plus puissante que sur le 10″
  • Des performances et un rendu trop proche entre les deux caissons
  • Un léger manque de maîtrise dans l’infra grave pour le 10.17 (caisson qui talonnent aux alentours des 10 Hz)
  • Un petit peu plus d’impact dans l’extrême grave avec le XTZ 12.17 n’aurait pas été de refus

58 commentaires

  1. avatar
    Snowball /

    Salut Nicolas et merci beaucoup pour ce test complet d’un tel produit en termes de qualité/prix.

    Je fonctionne en 2.1 Logitech depuis pas mal de temps et j’aimerais m’équiper cette année en matériel un peu plus « sérieux » pour aller avec ma Sony X85C en 55″. Budget mas 2200-2300 euros.

    Ma pièce de vie fait 25m2 … et mon choix s’oriente d’ores et déjà vers la YSP5600.

    Ma question est la suivante : serait-ce une erreur que d’associer la YSP5600 à un XTZ 10.17 ?
    Et si ta réponse est non, une liaison sans fil entre la barre est le caisson ferait-il baisser la qualité du rendu du caisson ?

  2. avatar

    @Snowball – Salut,

    Non, c’est une très bonne idée au contraire. cela ne pourra qu’améliorer grandement al qualité de l’ensemble :)

    Pour la liaison sans fil, vu que la réponse en fréquence est assez courte cela ne devrait pas poser de souci de bande passante. J’ai essayé le Focal Dome Flax avec son caisson sans fil, je n’ai pas remarqué de qualité moindre avec ou sans fil, mais bon il faudrait essayer sur les XTZ pur être sur à 100%…

  3. avatar
    Snowball /

    Génial !
    Ma nouvelle config est donc toute trouvée. Merciiii ^__^

  4. avatar
    teddy /

    Merci Nico pour ce superbe test.Je suis à deux doigts de faire l’acquisition d’un 10.17 mais je voudrai savoir ce que tu pensé de l’association du xtz 10.17 avec des chorus 826V focal avec un ampli Yamaha rx3010.L’ampli sera t’il assez puissant pour bien fournir le canal sub.Ma pièce fait environ 26m².Je recherche plus la qualité des basses que la descente en infra.Je suis en appartement et je ne veux pas voir débarquer les voisins tout les jours…

  5. avatar

    @teddy – Salut Teddy,

    Bon, déjà un caisson peut s’associer avec tout type d’enceinte, donc aucun souci avec les Chrorus.

    Pour le Yamaha, son canal de grave est exactement identique au RX-A1050 testé avec les XTZ dans ce test. Il n y’ pas de puissance à proprement parlé sur un canal de grave, mais un niveau en sortie et une certaine qualité analogique. Celui des Yamaha est excellent niveau musicalité, pas aussi démonstratif que sur les Onkyo de cette année, mais tout de même très bon, précis, et parfaitement lisible.

    Vu que tu recherches la qualité du grave avant tout, ce sera parfait, c’est ce que l’ampli Yamaha propose et le XTZ avec les évents bouchés et le mode EQ1 ou 2 offrira un super grave, précis, mais pas trop envahissant. Le seule regret, c’est qu’il me semble que le RX-3010 ne propose pas d’EQ sur son canal de grave, mais bon ce sera très bien qd même :)

  6. avatar
    teddy /

    @Nicolas Bécuwe – Merci Nico pour ta réponse rapide et précise.Commande passé.Hâte de le recevoir. :-P :-P :-P :-P

  7. avatar
    Florent /

    Bonjour,

    Après l’achat de la télé Samsung UE55JU7500 en grande partie suite à ton test, me voici en pleine réflexion sur le caisson de basse. Ce test arrive donc à point (ou pas…)
    Pour préciser le contexte : home cinema amateur raisonnable avec un ampli Yamaha RX671 et un ensemble en Wharfedale 8 (colonnes 8.4 (haut-parleur grave 165mm), arrière 8.1, centrale 8.C). Il n’y a donc pas de caisson à ce jour. Utilisation 80% HC, 20% Hifi. La pièce est un salon / salle à manger de 28m², avec le coin salon sur une moitié (~15m²)
    J’aurais 2 questions assez généralistes, pour Nicolas et les autres lecteurs :
    – J’imaginais l’achat d’un caisson <400€, type Magnat SUB302 ou depuis cette lecture un XTZ 8.17 (le 10.17 est un peu hors budget). Est-ce cela m’apportera réellement un gain dans la reproduction des basses ? J’aurai idéalement essayé juste "pour voir" et vendre le concept du caisson noir imposant à ma moitié ! Faut-il monter en gamme pour entendre une différence par rapport à mes colonnes ? Ou est-ce qu’avec ces modèles j’aurai déjà un vrai gain ?
    – Parmi les modèles <400€, quels seraient les protagonistes qui se défendent ? Une préférence ?

    Merci pour les retours (et merci pour le site ) !

  8. avatar
    teddy /

    caisson xtz 10.17 reçu aujourd’hui.Grosse claque dans la figure.Encore merci de m’avoir fait découvrir cette gamme de produits vraiment incontournable au vu du prix.Je suis ravi de mon achat. :-P :-P :-P :-P

  9. avatar

    @teddy – Merci, c’est ma plus grosse récompense, quand les gens sont ravis de leur achat et de leur découverte grâce au test :)

  10. avatar
    teddy /

    @Nicolas Bécuwe – petite question,lorsque le sub se mets en veille celui-ci fait un gros « ploc » très désagréable.J’ai vérifié le niveau (0db sur le caisson et +10 sur l’ampli). Il a du mal à sortir de veille également.Je n’ai jamais eu ce problème avec mon précédent sub.Des avis ou conseils?

  11. avatar

    @teddy – Bonjour,

    J’étais en « Always On », du coup je n’ai pas fait attention à ce souci, mais si tu te mets sur le niveau « REF » sur le caisson, c’est pareil ?

    Cela correspond au niveau conseillé avant calibration.

  12. avatar
    teddy /

    @Nicolas Bécuwe – Lorsque je le mets en REF ça ne le fait plus.bizarre….

  13. avatar

    Après 2 semaines en possession d’un 10.17,je suis de plus en plus conquis par ce caisson qui offre d’excellentes prestations en vidéo comme en audio.Le fait d’ouvrir ou de fermer les évents modifie énormément le son et permet de proposer une multitude de réglages en fonction des gouts de chacun.Je le recommande grandement pour le tarif.Merci encore à Nicolas de m’avoir fait découvrir cette marque peu connu en France et qui mérite amplement ces étoiles.

  14. avatar
    Sony /

    Je possède des Focal ARIA 948 équipées de de hp de grave de 20 cm et un ampli Cambridge azur 751r v2 le tout dans une pièce de 35m carré.

    A votre avis vaut il mieux compter sur le 12″ ou sur le 10″ pour compléter mon insrallation bien présente dans le médium aigu.

  15. avatar
    Sandy /

    @Evensnalgonel
    As tu acheté un XTZ ?
    J’ai aussi des ARIA 948 et je suis curieux de savoir ce que tu as pris et ce que tu en penses.

    Merci

  16. avatar
    Olivier /

    J’hesite entre le 10.17 ou un PB-1000 pour une piece de 20m2 environ. Utilisation essentiellement home-cinema. J’attend des basses percutantes et precises sans toutefois sacrifier trop la musicalite pour aider lors d’ecoute Rock en stereo. Associe a des B&W 602 ou 603s3. L’EQ est (superbement) gere par le preamp. Du coup vous me conseillez quoi ?

  17. avatar
    Nicolas /

    Bonjour à tous, j’ai fait l’acquisition d’un XTZ 10.17 chez Videopole après lecture de ce test très encourageant.

    Livraison en fin de semaine normalement.

    Je compte l’associer avec un Pioneer Lx-57 et un ensemble KEF (colonnes Q700, centrale Q200C et bibliothèques Q100).

    J’espère que la calibration automatique MCCAC fera des merveilles car j’appréhende un peu le réglage de la fréquence de coupure.

    Il me semble que le Pioneer propose un réglage unique pour toutes les enceintes et j’imagine que cela ne facilite pas la tâche.

    Si vous avez des conseils à ce sujet je suis preneur.

    Un grand merci à Nicolas B pour nous communiquer sa passion et nous guider dans nos achats (je lui dois déjà ma TV, il me coûte cher ce garçon !).

  18. avatar
    guy /

    @Nicolas – Quand tu aura installé tous ça ,merci de me donner tes impressions.
    je pense faire l’acquisition de ce caisson.

  19. avatar
    dolam /

    Bonjour

    Peut-on connecter 2 sources sur ces caissons, 1 sur RCA LFE et une sur RCA LINE IN ?

    Merci

  20. avatar

    @dolam -Bonjour,

    Oui, si tu ne les utilises pas en même temps.

  21. avatar
    kimsarang /

    Bonjour Nicolas,

    1000 mercis pour ces 2 tests. J’ai presque un mois d’utilisation du caisson XTZ 10.17 en version noire mate (oui j’ai bien retenu vos conseils) qui est une tuerie (et le mot est faible car je n’avais qu’un simple Velodyne VX10) !

    J’ai eu quelques surprises au départ sans gravité (je suis un boulet mais je me soigne lol).
    Après une calibration nickel via mon ampli Onkyo 636, j’ai constaté que le caisson restait par la suite en sécurité (voyant rouge constant). Le caisson est sur la même prise que mon plasma Pana 50ST50 et d’autres éléments du salon. Je me décide donc de le brancher sur une autre multiprise parasurtenseur et là, le caisson marche presque nickel car je constate des grésillements au niveau des colonnes (RF-82 MKII) ! Je me décide donc de le brancher sur une 3e multiprise (bien évidemment raccordé à une 3e prise) où il n’y a qu’une lampe avec et là je tiens enfin ma configuration adéquate !
    Comme quoi j’ai appris qu’il faut faire attention à la qualité de ses prises électriques :D (je suis en location)!

    Après ces péripéties j’ai pu enfin profiter de la bête ! J’ai peiné (mode boulet le retour) à mettre la grille, du coup j’ai laissé le caisson sans.
    Ce caisson est divinement redoutable et il complète à merveille mon kit home-cinéma (mes amis s’en souviennent) ! Quelle ampleur et précision des basses lors des films (je mettais à des amis Mad Max Fury Road en démo…on a fini tout le film finalement !). Quand il se met en action (voyant vert comme Hulk lol), c’est le raz-de-marée sonore avec le woofer démonstratif (c’est toujours impressionnant de le voir se mouvoir)!

    Bref je ne vous remercierai jamais assez pour vos précieux tests et de plus ce caisson est imbattable niveau prix ! :lol:

  22. avatar

    @kimsarang – Bonjour,

    Merci pour ce retour très intéressant. Si j’ai pu vous aider à monter en qualité sans trop dépenser, ça me fait plaisir :)

    Profitez bien !

  23. avatar
    fab /

    Bonjour.
    Pour 20m2 je reste sur le 10.17 ou le 12.17 ?
    Mon ampli actuel un vieux Pioneer LX73 que j’hésite à changer pour un Onkyo Rz900.
    Les enceintes avant sont 3 Monitor Audio Apex 40.

    Merci pour ce site que je suis avec attention de l’ile de la Réunion.

  24. avatar
    Gilles /

    Bonjour,
    Et merci pour ce test, un petit conseil j’ai actuellement 2 enceintes colonnes kef q700, une centrale q300, 2 enceintes arrières surround Mission m73 tout cela conduit par un Yamaha Rxa 2050, pour une pièce de 30 mètres carré.
    Pouvez vous me dire si je dois m’orienter vers le 10.17 ou 12.17 car je suis un peu perdu et je n’ai jamais eu de caisson
    Merci d’avance pour ma recherche

  25. avatar
    alex /

    bonjour

    sur le reglage du volume ya une position ref juste avant mini savez vous a quoi ca sert

  26. avatar
    alex /

    salut nico pour tes test a tu utiliser les caissons events ouverts ou clos en hc

    merci

  27. avatar

    @alex – Salut,

    La position REF, c’est le volume adéquat pour utiliser le calibrage via microphone et Level de l’ampli home cinéma.

    Pour les test,j’ai utilisé les deux, évent ouverts, clos, un seul ouvert, droit/gauche… Pourquoi ?

  28. avatar
    alex /

    ok merci moi j ai mis le volume au milieu a 0 donc je me suis tromper

    je pose la question de events pour savoir quoi faire parce que je ne sais pas si je dois avoir les events ouvert ou clos
    avec quoi a tu eus les meilleurs resultat en hc ?

    la notice est en anglais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: