Facebook Tweeter Tweeter

Test Moon Neo 250i et 260D : un petit duo Hifi exceptionnel et accessible !

IMG_8231

Avec ce test, je vous propose de découvrir un fabricant peu connu en France, mais qui jouit d’une grande réputation en Amérique du Nord et dans certains pays européens comme l’Allemagne ou l’Angleterre, il s’agit de Simaudio, un fabricant installé au Canada, plus connu sous le nom de Moon, le nom de leur série d’appareils audio de référence. Jusqu’ici, les appareils Moon étaient inaccessibles pour la plupart d’entre nous. Mais tout récemment, la nouvelle série Moon Neo nous permet d’accéder à cette marque avec des prix plus doux, comme les deux appareils en test aujourd’hui, l’amplificateur Moon Neo 250i et le lecteur CD/DAC Moon Neo 260D, vendus respectivement 1790 € et 2390 € avec 10 ans de garantie

Aux alentours des 2000 € on trouve de nombreux appareils hifis intéressants. Ceux qui suivent HDfever régulièrement connaissent probablement ma petite faiblesse pour Hegel, un fabricant qui propose des appareils Hifi très performants, simples, épurés, mais dotés d’une signature droite, équilibrée et surtout organique, très naturelle. Moon s’inscrit dans cette philosophie et lorsque j’ai écouté les appareils Moon pour la première fois, le coup de foudre a été immédiat ! J’ai retrouvé toutes ces qualités que je recherche dans un appareil Hifi, mais surtout j’ai vraiment été scotché par le rapport qualité/puissance/musicalité/prix de ce couple 250i/260D. Le plus étonnant, c’est que Simaudio fabrique et crée ses propres appareils, mais aussi ses cartes, ses alimentations et ses composants. Ils font appellent à quelques sous-traitants pour la réalisation de quelques composants, mais ils sont choisi avec soin, ce sont des personnes qui travaillent avec eux depuis plusieurs années. En clair, l’électronique de chaque appareil Simaudio est exclusive à la marque. Vous ne retrouverez jamais une carte identique chez un autre fabricant d’appareils Hifi. Je précise également que Moon propose un programme d’excellence qui permet une extension de garantie de 10 ans et de faire évoluer le produit. C’est-à-dire qu’ils reprennent votre appareil au prix où vous l’avez acheté si vous désirez passer à un modèle Moon plus haut de gamme.

Protocole de test :

  • Amplificateur intégré Moon Neo 250i (1 790 €)
  • Lecteur CD/DAC Moon Neo 260D (2 390 €)
  • Enceintes Q.Acoustics Concept40
  • Enceintes SVS Ultra Tower
  • Câbles enceintes et de modulation Muse d’Espace Musical

Présentation du lecteur CD/DAC Moon Neo 260D

IMG_8295

Je commence donc par vous présenter le lecteur CD/DAC Moon Neo 260D. En bref, il s’agit d’un lecteur CD plutôt haut de gamme qui peut également être utilisé comme DAC externe. C’est-à-dire qu’il dispose d’entrées numériques (Coaxial, Optique et USB-B asynchrone) pour connecter un lecteur Blu-ray, un téléviseur, un lecteur réseau, un ordinateur, un lecteur multimédia, bref, n’importe quel appareil pour profiter d’une meilleure écoute. Pour résumer en quelques lignes les qualités et spécificités de ce lecteur CD/DAC, il intègre une alimentation linéaire de confection Simaudio et d’excellente qualité, une carte symétrique avec sortie XLR pour une meilleure séparation des canaux et donc une meilleure spatialisation, un filtrage asynchrone en 32 bits qui permet souvent d’offrir un rendu plus naturel, plus « analogique » et fluide.

Le support disque (drive) adopte la technologie propriétaire M-Quattro, c’est-à-dire que le drive est monté sur une structure « flottante » à 4 points et à base de gel, ce qui permet d’absorber les vibrations et donc permettre une lecture plus précise et éviter les vibrations qui nuisent aux horloges et qui peuvent donc faire augmenter le jitter.

IMG_4466

La construction de ce lecteur est superbe ! J’ai rarement vu autant d’élégance avec un châssis aussi épais et rigide sur un appareil de ce prix. Ce design me rappelle un peu les lecteurs Marantz, mais en plus costaud, plus épais, avec une surface légèrement granuleuse, une façade splendide avec quelques boutons en aluminium, des diodes rouges, une diode bleue qui indique que l’appareil est allumé. On trouve également un petit affichage digital avec écritures rouges qui indique pas mal d’informations sur l’échantillonnage, la source utilisée, la plage. Le tiroir disque qui se termine avec un cache aluminium avec le logo sérigraphié et chromé fixé juste au-dessus.

IMG_8298

La connectique arrière est très compléte et d’excellente qualité, plaqué or pour éviter l’oxydation, avec une sortie analogique symétrique XLR et asymétrique RCA, deux entrées Coaxial, une Optique, un port USB-B asynchrone compatible 192 kHz et 24 bits (pas de DSD, ni de DXD). On trouve également une sortie Coaxial et une sortie numérique symétrique AES/EBU. Autre petite exclusivité Simaudio, la connexion SimLink qui permet d’éteindre et allumer les deux appareils en même temps, mais aussi d’agir comme une fonction CEC afin d’optimiser l’utilisation des deux appareils via une seule télécommande. Pour finir, on trouve une interface RS-232C et un déport IR pour permettre de contrôler l’appareil même s’il est installé dans un meuble, porte fermée.

Passons à une rapide présentation de l’électronique pour découvrir, comme je l’évoquais en introduction, une construction propriétaire et particulièrement soignée. La plaque qui repose sur le dessus est épaisse et lourde et Simaudio ajoute des mousses et des entretoises pour parfaire le montage et l’amortissement du capot supérieur.

IMG_9136

On remarque ce fameux drive M-Quattro signé Moon et deux cartes bien séparées. L’une accueille toute la partie filtrage analogique et l’autre les composants dédiés au fonctionnement de l’appareil et cette fameuse alimentation linéaire avec pas moins de 9 excellents condensateurs de marque Nichicon de 2200 µF chacun pour 35V. On trouve également 3 petits condensateurs WIMA au bout de chaque rangée de 3 condensateurs Nichicon. Cette alimentation sur-équipée débute son mode de fonctionnement en passant le courant alternatif dans un filtre et assure sa protection par l’intermédiaire de deux fusibles recouverts par un cache de plastique transparent. Contrairement à l’ampli casque Moon Neo 430Ha que Jacko avait testé il y a quelques mois, et qui nous avait déjà surpris par sa qualité, cette alimentation ne propose pas deux transformateurs toriques, mais un seul protégé par un bouclier bleu qui réduit le rayonnement RF/EMI. Donc, malgré la présence d’une carte symétrique, nous ne sommes pas en construction full symétrique et double mono, comme le proposent les appareils Moon un peu plus haut de gamme, mais à ce prix c’est déjà du grand art et vous verrez que cela a suffi pour offrir une excellente séparation des canaux !

Superbe alimentation linéaire signée Simaudio

Superbe alimentation linéaire signée Simaudio

Au niveau Chipsets, on trouve un Trident SA7824HL dédié au décodage, filtrage, gestion du laser et étage de préamplification. Un Microcontroller 32 bits (ARM) NXP LPC2132FBD64. Je ne suis pas un pro en électronique, mais visiblement c’est cette puce qui est en charge du filtrage numérique et apparemment elle est capable de travailler en PWM. Par contre, plus étonnant, c’est un DAC Texas Instuments Burr Brown PCM1795 qui est en charge de la conversion N/A. Simaudio annonce 120 dB de SNR, ce que j’ai évidemment mesuré, mais j’y reviens plus bas. J’avoue que je m’attendais plus à un FPGA avec un algorithme de filtrage propriétaire ou un DAC un peu plus huppé comme un AKM, un Wolfson ou un ESS Sabre, mais bon, bien exploité et bien intégré les Burr Brown sont capables d’offrir une superbe musicalité. Au passage, ce DAC est compatible DSD, mais Simaudio n’a pas exploité cette possibilité, le 260D ne lit pas le SA-CD et n’est pas compatible DSD sur son port USB-B.

IMG_9141

L’interface USB-B profite d’une isolation galvanique et est gérée par une interface XMOS et comme vous pourrez le constater plus loin dans le test, cette interface USB a été superbement intégrée avec des résultats aussi bons en Coaxial qu’en USB-B, ce qui est très rare ! Je ne compte plus le nombre de DAC que j’ai testé qui proposaient une mauvaise interface USB-B asynchrone avec des résultats moins bon qu’en Coaxial ou Optique. Ici,les résultats sont strictement identiques et de très haut niveau !

image

Caractéristiques clés du Moon Neo 260D :

  • Lecteur CD/DAC Moon Neo 260D (2390 €)
  • Réponse en fréquence (plage totale) : 2 – 100 000 Hz (avec courbe en pente douce sur les aigus)
  • THD mesuré : 0.0017%
  • Gamme dynamique mesurée : 118,4 dB (annoncée à 120 dB)
  • Niveau de bruit mesuré : -118,4 dB (annoncé à -120 dB)
  • Séparation des canaux (Diaphonie) mesurée à -113,2 dB (annoncé à -116 dB)
  • Jitter intrinsèque en RMS : 1 picoseconde
  • Transport de CD reposant sur la suspension flottante à quatre points M-Quattro à base de gel permettant aux détails ambiants et spatiaux de l’enregistrement de prendre vie comme jamais auparavant.
  • 2 sorties numériques : Coaxial et AES/EBU.
  • Bloc d’alimentation surdimensionné comprenant 13 paliers de régulation de tension (5 pour le lecteur et 8 pour le convertisseur N/A)
  • Port RS-232 pour une communication bidirectionnelle et la mise à jour des micrologiciels
  • Entrée infrarouge pour la commande à distance
  • Port de communication SimLink™ pour la communication bidirectionnelle entre plusieurs appareils MOON compatibles
  • Châssis de construction très rigide pour minimiser les effets des vibrations externes
  • Composants électroniques de haute qualité, rigoureusement sélectionnés dans une configuration de circuit symétrique
  • Télécommande CRM-2 incluse
  • Convertisseur N/A T.I Burr-brown PCM1795 asynchrone (192 khz/32 bits)
  • 4 entrées numériques (Coaxial x 2, Optique x 1 et USB-B asynchrone x 1) permettant la connexion à pratiquement toutes les sources numériques.
  • Parcours du signal analogique perfectionné utilisant un circuit d’asservissement à courant continu et un filtre analogique breveté de 18 dB par octave
  • Port USB avec isolation galvanique qui élimine le courant à la masse entre l’appareil (ordinateur, serveur de musique, etc.) et le 260D, afin de préserver l’intégrité du signal audio.

IMG_9160

Présentation de l’amplificateur Moon Neo 250i

IMG_8169

L’amplificateur intégré Moon Neo 250i reprend le même design tout aussi classe que le lecteur, avec ces deux côtés arrondis, cette superbe façade épurée, sobre et classe et un châssis épais et très costaud. Il s’agit d’un ampli très épuré, presque basique en apparence, mais qui cache une qualité de construction et surtout une efficacité, une puissance et une musicalité que j’ai rarement rencontré sur un amplificateur de ce prix. Ce petit 250i est une vraie petite bombe, malgré une puissance annoncée à 50 Watts par canal sous 8 Ohms. Et pour ne rien gâcher, son amplification fonctionne en Classe A sur les 5 premiers Watts. Cela peut paraitre anodin, mais l’apport est audible, avec un gain en naturel, une pointe de chaleur et de dynamique, une tenue magistrale des graves qu’aucun ampli 100% Classe A/B n’aurait pas pu offrir avec une conception aussi minimaliste.

IMG_8231

IMG_9121

Côté design, on retrouve donc cette belle façade en aluminium rugueux, avec des petites diodes rouges à côté de chaque bouton de sélection et une diode bleue qui indique que l’appareil est allumé. Même le potentiomètre de volume accueille sa petite diode, ce qui est bien pratique dans le noir pour ne pas se faire avoir par le niveau de volume. On aurait pu retrouver la sortie casque sur le lecteur, mais non, elle se trouve sur l’ampli avec une sortie amplifiée en Jack 6.35mm de très bonne qualité. Juste à côté, on trouve une entrée jack 3,5 mm pour connecter un baladeur ou un smartphone. Tout comme sur le lecteur, on trouve de petits boutons de sélection en aluminium pour choisir la source, allumer les borniers ou pour la fonction « Mute ».

IMG_8298

La connectique est très basique puisque cet ampli ne propose aucune entrée numérique vu qu’il est conçu pour être associé au lecteur 260D. Le Moon Neo 250i a été conçu pour faire l’essentiel, amplifier le son et rien d’autre, mais de la plus belle manière qui soit. On trouve donc deux paires de borniers à vis (compatibles avec les fiches bananes), une interface RS-232C pour l’intégration, les fameux connecteurs SimLink, un déport IR, un interrupteur et 5 entrées RCA stéréo et une sortie PreOut. Je regrette juste l’absence d’une entrée PReOut aurait permis de connecter l’ampli à la sortie PreOut Front d’un amplificateur home cinéma afin de réunir le meilleur des deux mondes (Hifi + HC) au sein d’une seule et même configuration.

IMG_8286

Sous le capot on peut se rendre compte de la conception simple et efficace de cet ampli. La moitié de l’espace a été dédié à l’alimentation. En effet, Simaudio semble attacher une grande importance à la qualité de l’alimentation et ils ont bien raison. Ici, on trouve un énorme transformateur torique fait sur mesure et deux gros condensateurs d’une capacité de filtrage de 10 000 µF chacun, ce qui en dit long sur les capacités en courant de cet appareil ! Simaudio utilise également des transistors de sortie bipolaire MOON dont la linéarité du gain permet une meilleure réponse des basses et une reproduction sonore plus précise. Le seul regret vient du fait que cet ampli ne profite pas d’une conception symétrique en double mono, et donc pas d’entrée XLR pour exploiter pleinement les capacités du lecteur qui propose une sortie XLR avec une diaphonie très basse (mesurée à -113 dB via RCA et -116 dB via XLR, au lieu de -78dB pour l’ampli). Pour cela, il faudra se tourner vers des modèles plus huppés, comme le Moon Neo 340i bâtit sur une conception symétrique avec entrée XLR.

Caractéristiques clés du Moon Neo 250i :

  • Amplificateur intégré stéréo
  • Puissance : 2 x 50 Watts / 8 Ohms (ou 100 Watts sous 4 Ohms)
  • Sensibilité en entrée : 370mV – 3.0V RMS
  • Impédance d’entrée : 11,000 Ohms
  • Gain : 37dB
  • Rapport Signal/bruit (SNR) : 101dB à pleine puissance !
  • Réponse enfréquence : 10 – 100 000 Hz +/-3dB
  • Niveau de diaphonie : -78dB
  • THD (20-20 000 Hz à pleine puissance) : 0.02%
  • Distorsion d’intermodulation (IMD) : 0.05%
  • Bloc d’alimentation muni d’un transformateur toroïdal fait sur mesure
  • 6 entrées de ligne incluant une prise 1/8 située sur le panneau avant pour le branchement d’un lecteur de médias personnel
  • Prise ¼ TRS pour écouteurs située sur le panneau avant de l’appareil
  • Transistors de sortie bipolaire MOON dont la linéarité du gain permet une meilleure réponse des basses et une reproduction sonore plus précise
  • Amplification en « classe A » jusqu’à 5 watts pour une meilleure performance
  • Conception sans dissipateur thermique constituée d’un châssis en aluminium pour l’absorption uniforme de la chaleur dégagée
  • Port RS-232 pour une communication bidirectionnelle et la mise à jour des micrologiciels
  • Entrée infrarouge pour la commande à distance
  • Port de communication SimLink™ pour la communication bidirectionnelle entre plusieurs appareils MOON compatibles
  • Châssis de construction très rigide pour minimiser les effets des vibrations externes
  • Composants électroniques de haute qualité rigoureusement sélectionnés
  • Basse température de fonctionnement pour une durée de vie plus longue

Le couple Moon Neo 260D et 250i à l’écoute

Il y a des appareils avec lesquels il ne faut pas longtemps pour les cerner et situer leur qualité. Dès les premières minutes d’écoute, j’ai tout de suite compris que j’avais là des appareils d’une qualité exceptionnelle, voire totalement inédite à ce prix. Après plusieurs années de passion pour la hifi, je sais exactement ce que je recherche dans une écoute et quand je tombe dessus c’est le coup de foudre. Forcément, pour retrouver cette signature que j’affectionne je dois me tourner vers des appareils assez haut de gamme, mais de temps en temps on découvre quelques surprises accessibles comme chez Hegel et donc chez Simaudio avec la gamme Moon qui propose un timbre parfaitement naturel, que l’on peut juger d’organique, ni trop chaleureux, ni froid, ni clair, ni colorée, une écoute droite, équilibrée et tout simplement vraie, qui ne triche pas avec les notes et capable de transmettre des émotions d’une rare intensité !

IMG_9157

Le 250i ne souffre d’aucune agressivité, aucune acidité, aucune sifflante, que du confort d’écoute, ça coule tout seul, c’est fluide , aéré dans le haut du spectre, un parfait silence entre les notes, de la douceur tout en proposant une grande dynamique avec des notes appuyées, des graves rapides, ultra fermes et très tendus. Malgré sa puissance de 50 Watts sous 8 Ohms, j’ai vraiment été surpris de voir avec quelle aisance il arrivait à tenir les graves de grosses colonnes comme les SVS Ultra Tower, pourtant dotées de deux woofers de chaque côté. Même à très fort volume, le rendu reste parfaitement limpide, aéré, jamais brouillon, ni agressif, sans aucune crispation. On n’a jamais l’impression que le volume est trop fort, preuve d’un très faible taux de distorsion même à fort volume.

Si je devais émettre une petite réserve, ce sera juste sur son ouverture, légèrement en retrait par rapport à certains amplis dans cet ordre de prix, voire moins cher, mais cela reste tout de même une belle spatialisation avec une parfaite description de la scène sonore et une grande profondeur de scène. En fermant les yeux, impossible de savoir d’où provient le son, le matériel s’efface pour laisser place à l’image sonore avec une parfaite localisation des instruments de musique et une parfaite représentation tridimensionnelle de la scène qui se joue devant nous.

Là où l’ensemble Moon Neo 250i/260D se démarque vraiment des appareils concurrents au même prix, c’est au niveau de cette sensation de densité et fluidité. L’image sonore est très dense, à couper au couteau ! Les notes ont du poids, on les ressent physiquement, avec ce que j’appelle une restitution très analogique en opposition aux rendus bien souvent trop numériques et aériens que l’on rencontre de nos jours. Évidemment, si l’amplificateur joue un rôle prépondérant dans cette qualité d’écoute, la source y est également pour beaucoup.

Réponse en fréquence : on remarque une pente douce dans les ultra hautes fréquences, preuve d'un aigu doux, et clairement pas montant)

Réponse en fréquence : on remarque une pente douce dans les ultra hautes fréquences, preuve d’un aigu doux, et clairement pas montant)

Si le 260D est déjà très performant avec le CD, j’ai vraiment été surpris des performances très impressionnantes de sa section DAC. Généralement, sur les appareils de ce style, la section DAC est plus une option qu’autre chose, mais là on a vraiment un DAC de très grande qualité, et je pèse mes mots. Non seulement l’écoute rivalise avec les meilleurs DAC que j’ai pu tester, mais cela se confirme également avec les mesures. Le Moon Neo 260D offre une très, très grande précision que l’on retrouve habituellement sur des DAC haut de gamme. C’est en partie ce qui donne cette sensation de densité, fluidité et de rendu organique, « analogique » et parfaitement naturel. Je pense que le filtrage 32 bits y est également pour quelque chose. On peut voir sur les mesures que les courbes ne souffrent quasiment d’aucun pic. Elles sont fines, les pics très serrés, ce qui témoigne de la précision du signal et donc d’un jitter très bas (annoncé à 1 picoseconde RMS).

Bruit plancher du Moon (pic réduit, courbe très basse, droite et fine)

Bruit plancher du Moon (pic réduit, courbe très basse, droite et fine)

A titre comparatif, voici al courbe du bruit plancher de l'OPPO BDP-105EU, pourtant tres bon, ave cune courbe très basse également, mais avec pas mal de pics et pas très droite, manque de précision sur les basses fréquences

A titre comparatif, voici la courbe du bruit plancher de l’OPPO BDP-105EU, pourtant très bon, avec une courbe très basse également, mais avec pas mal de pics et pas très droite, manque de précision sur les basses fréquences

Autre point surprenant, le bruit plancher est extrêmement bas, on arrive vraiment aux limites des mesures de mes appareils avec moins de -145 dB. En pondéré-A le niveau de bruit est mesuré à -118 dB, ce qui est proche des mesures annoncées par le fabricant, et encore, je pense qu’avec une meilleure mise en oeuvre, ou des appareils de mesure plus précis, on atteindrait probablement les -120 dB qu’annonce Simaudio (je précise que j’ai fait mes mesures avec les câbles d’origine).

Gamme dynamique

Gamme dynamique

Évidemment, avec un niveau de bruit aussi bas, la gamme dynamique est d’autant plus élevée, mesurée à +118,7 dB ! Malgré la douceur des notes, on ressent tout de même une grande analyse avec une richesse sonore rare, le moindre détail est audible, que ce soit de petits bruits de bouche, des doigts qui se baladent sur une corde de guitare, la respiration d’un saxophoniste, la reproduction de tous les petits instruments d’accompagnement avec une intelligibilité fabuleuse. Une sensation de proximité avec les musiciens intense.

Je dirais même que ce lecteur et sa section DAC sont qualitativement au-dessus de l’ampli. C’est-à-dire que pour exploiter toutes les qualités du 260D il faudrait monter en gamme, et peut être même au-dessus du 340i, ne serait-ce que pour transmettre toutes ses capacités de spatialisation et de séparation des canaux. J’ai eu la chance de pouvoir essayer le 260D sur un ampli Hegel H4SE et je peux vous dire que les performances de ce lecteur nous amènent loin, très loin !

Diaphonie (séparation des canaux) mesuré à -114dB en pondéré A

Diaphonie (séparation des canaux) mesuré à -114dB en pondéré A

Avec ce rendu si organique et naturel, la reproduction des voix est l’une des grandes qualités de cet ensemble quelles soient féminines ou masculines. Ce petit duo m’a offert une qualité de médiums tout simplement grandiose sur les enceintes SVS Ultra Tower avec une belle petite rondeur, parfaitement articulés, précis, tonique. Inutile de préciser que cela apporte beaucoup à la qualité des dialogues dans un film. J’adore utiliser un ampli hifi pour regarder certains films, surtout ceux dotés de bandes-son musicales, comme The Tree of Life, ou Gladiator. L’ampli a vraiment cette faculté à exploiter et enjoliver les médiums de façon magistrale. Je pense que l’amplification en classe A sur les premiers watts n’y est pas pour rien. D’ailleurs, pour les amoureux de Jazz avec voix féminines, ce Duo Moon vous prend littéralement aux tripes.

Miles Davis – Kind of BlueEn parlant de Jazz, quelle classe sur les cuivres ! Les cuivres ne pardonnent pas en général, c’est un test radical pour juger la qualité d’un appareil. Si l’appareil manque de musicalité et de douceur, l’écoute devient vite fatigante, mais avec le du Moon ils sont joués avec une texture riche, une écoute jamais agressive, parfaitement fluide, légèrement feutrée avec juste ce qu’il faut de brillance pour illuminer les cuivres. Ce petit ensemble Hifi est vraiment fait pour les amoureux de Jazz, même s’il peut évidemment jouer n’importe quel style de musique. J’ai encore en mémoire Flamenco Sketches, du grand Miles Davis dans l’album Kind of Blue. John Colktrane et Miles Davis qui se répondent, d’un côté au Saxo, de l’autre la trompette, chacun sur une enceinte, Bill Evans au piano en fond de scène sonore sur la droite, les cymbales au fond à gauche, une localisation des instruments précise, une présence des musiciens incroyable avec cette sensation troublante qu’ils jouent dans mon salon. Même en connaissant ce morceau par coeur, le duo Moon m’a donné de grandes émotions et des frissons.

J’ai également en souvenir l’intro de Live à Marciac de Ahmad Jamal avec un solo de contrebasse incroyable, joué à la perfection par le duo Moon avec une superbe attaque de corde que je ressens vibré dans l’abdomen. L’ampli tient parfaitement le grave de la SVS Ultra Tower avec fermeté, profondeur, rondeur, précision et rapidité ! Encore une fois, j’ai déjà ressenti une meilleure ouverture de scène sur ce passage, mais c’est déjà pas mal du tout, les sons remplissent bien la pièce, la profondeur de scène est tout de même bien présente, l’effet tridimensionnel saisissant, l’immersion est là, la sensation d’être devant la scène également avec un rendu plein de vie et rythmé.

Ahmad Jamal à Marciac

Une connexion USB asynchrone de qualité !

Propriétés audio driver usb

Pour finir, j’ai tout de même voulu tester la qualité de la connexion USB asynchrone, car malheureusement, trop de DACs sont moins bons via USB que Coaxial ou Optique, même si avec l’arrivée de meilleure interface USB on trouve de plus en plus de bons appareils. Simaudio propose donc deux drivers USB à télécharger sur sont site. Ces deux drivers proposent leurs propres pilotes ASIO et permettent de gérer le PCM jusqu’en 192 kHz et 24 bits. Le nouveau driver peret en plus de gérer le DSD, mais le Moon Neo 260D n’est pas compatible DSD l’ancien driver suffit.

Nous l’avions vu, Simaudio a tout de même soigné cette connexion USB asynchrone avec un USB avec isolation galvanique qui élimine le courant à la masse entre l’ordinateur et le 260D, afin de préserver l’intégrité du signal audio. De plus, ils ont utilisé une interface XMOS de bonne qualité. On pouvait s’en douter au regard de la qualité de fabrication et de l’électronique, mais les mesures confirment que ce port USB propose pratiquement la même qualité que via Coaxial ou Optique, avec en plus les avantages de la connexion USB (bitperfect). Cela se joue vraiment à peu de chose, 2 dB de différence sur le SNR, la diaphonie et le THD+N.

Conclusion

Sans hésitation aucune, le Moon 250i fait parti des deux ou trois meilleurs amplificateurs que j’ai pu tester dans cette tranche de prix. Musicalement, cela se joue à peu de choses, mais je l’ai même préféré au Hegel H160 qui était pourtant l’une de mes références et qui est vendu 2990 €. Certes, le Hegel H160 propose aussi une connexion AirPlay et des entrées numériques avec un excellent DAC, mais si je prends en compte uniquement la musicalité, le Moon Neo 250i devient clairement ma référence, toujours dans cette gamme de prix. J’ai retrouvé tout ce que j’attends et tout ce que j’aime dans une écoute hifi de haut niveau que ce soit le naturel des timbres, la densité, le poids des notes, la fluidité, la précision, des médiums ronds et toniques, un aigu riche, très définis, mais avec une note douce pour une écoute agréable, jamais fatigante,même à fort volume.

Malgré sa taille, le 250i est une vraie petite bombe, dynamique, doté d’une belle attaque de note, mais toujours sans agressivité et une excellente tenue en puissance. Même à fort volume, le rendu conserve une parfaite aération, des notes détourées, un rendu jamais brouillon. Il donne envie de toujours monter le son, preuve d’une très faible distorsion même à fort volume. Cet ampli est parfaitement droit, il offre un parfait équilibre tonal et propose l’un des plus beaux médiums que j’ai pu écouter. Après ce banc d’essai, je n’ai qu’une envie, c’est d’écouter le 340i qui devrait apporter un peu plus d’ouverture, le seul critère légèrement perfectible sur le 250i, car en terme de puissance, ce dernier me suffit amplement. Il a réussi à driver les SVS Ultra Tower à la perfection, offrant un grave tendu, très rapide, rond et précis sur des colonnes pourtant gourmandes avec deux gros woofers de chaque côté.

Reference - 5 étoiles

Et que dire de ce lecteur CD Moon Neo 250i, tout simplement bluffant avec une section DAC à la hauteur des meilleurs DAC testés sur HDfever. Un signal d’une pureté rare, précis et doté d’une musicalité exceptionnelle ! Il affiche des performances de très haut niveau sur tous les critères, que ce soit la diaphonie mesurée à -114 dB, la gamme dynamique et le niveau de bruit avec un SNR mesuré à 118 dB environ, ce qui en dit long sur le silence de cathédrale entre les notes et sa capacité à reproduire le moindre micro détail.

Vraiment, chapeau Simaudio qui nous propose là un rapport qualité/prix remarquable, avec une construction de qualité, un beau design, une électronique propriétaire soignée et très performante. Bravo !

Ce que j’ai aimé avec les Moon Neo 260D/250i

  • Le design et l’excellente qualité de fabrication!
  • Une électronique entièrement conçue par Simaudio
  • Une qualité d’alimentation exceptionnelle, une référence !
  • Une musicalité tout simplement superbe, digne d’un appareil haut de gamme
  • La tenue en puissance du 250i, sa dynamique et sa maîtrise du grave
  • Un rendu organique, « analogique », droit, naturel, une écoute vraie qui prend aux tripes !
  • Un médium de grande classe ! Et forcément, des voix sublimes et parfaitement incarnées
  • La qualité du signal analogique du 260D avec 118 dB de SNR et -114 dB de diaphonie !
  • Un lecteur CD de référence avec une section DAC haut de gamme
  • La connectique très riche sur le lecteur : sortie XLR, RCA, AES/EBU, entrées numériques USB-B
  • Une sortie casque de très bonnes qualités en Jack 6.35mm sur le 250i
  • Le connecteur SimLink (une sorte de fonction CEC)
  • 10 ans de garantie et un programme
  • Un rapport qualité/prix vraiment étonnant
  • Tout simplement la grande classe, ma nouvelle référence sous la barre des 2500 €.

Ce que je regrette avec les Moon Neo 260D/250i

  • Une ouverture de scène perfectible sur le 250i
  • Pas de conception symétrique, pas d’entrée XLR
  • Pas de compatibilité avec le SA-CD, ni le DSD
  • Pas d’entrée PReOut pour connecter le 250i à un amplificateur A/V

IMG_8295

38 commentaires

  1. avatar
    Gilou /

    @Philou34
    Essais chez un ami ,puis chez moi, une pure DAUBE ,timbres agressifs comme ça n’est pas permis ,rien, même de passable ,écoute après plus de 24h de mise sous tension, je pense qu’à la fnac,on a mieux avec 500 euros

  2. avatar

    @Gilou – Bonjour Gilou,

    Qu’est ce qui est une pur daube ? les appareils Marantz ? Denon ? Moon ?

    Comme nous sommes sur le test des Moon 250i et 260D, ça pourrait prêter à confusion sans préciser l’appareil que vous avez écouté…

  3. avatar
    Philou34 /

    @Gilou – comme Nicolas, de quel appareil parles-tu ???

  4. avatar
    Anthony /

    Salut Nicolas, je m’interroge…. Possesseur d’un ensemble diapason d’or MUSICAL FIDELITY A3.5 CD et Ampli, acheté il y a 12 ans, je suis toujours aurant bluffé par sa musicalité et sa tenue. Je leur ai adjoint un DAC M-F M6 pour la musique dématérialisée. Néanmoins, les avancées technologiques recentes ont elles rendu obsolètes mes belles mecaniques? Ou finalement, n’est ce que l’obsolescence programmée qui le fait m’interroger? En clair : ce qui sonnait juste il y a 12 ans est il dépassé?

  5. avatar
    Philou34 /

    @Anthony – je ne suis pas Nicolas mais :non ton système est toujours d’actualité ! Et Musicalement c’est du tout bon. Après certains te diront oui mais ton appareil ne lit ne lit pas ça… Bof bof

  6. avatar
    Jacko /

    Du bon matos hifi, quelque soit son age, restera toujours du bon matos hifi !

  7. avatar

    @Philou34@Jacko@Anthony – Ça c’est clair !

    Les évolutions ont permis de proposer une excellente musicalité sur des appareils plus compacts, 100 % numériques, plus ergonomiques et souvent plus abordables, mais la musicalité est intemporelle :)

    Donc non, pour moi elles ne sont pas obsolètes, maintenant peut être que certains fonctionnalités sont plus évoluées, abouties et intéressantes de nos jours, surtout en réseau et par contre les connecteurs USB-B ont pas mal progressés je trouve.

  8. avatar

    J’ai un set Cambridge CXN CXA60, est ce que j’y gagne ? avec des RB81mkII?
    MErci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: