Facebook Tweeter Tweeter

Dossier : SOtM, ou comment transformer votre PC en source hifi numérique ultime !

sotm01

SOtM est une marque d’origine sud-coréenne qui ne fait pas beaucoup parler d’elle chez nous et c’est un grand tort ! Vous le savez peut-être déjà, la Corée du Sud regorge de marques hifi haut de gamme peu connues, voir totalement inconnues chez nous. En effet le Japon et la Chine n’ont pas le monopole des mélomanes en Asie et ils ne sont pas les seuls à avoir leurs marques locales. SOtM est une marque assez atypique qui a une vision ouverte et moderne sur la manière d’écouter la musique au XXIe siècle. Le constructeur propose toute une gamme de serveurs musicaux dédiés à la dématérialisation ainsi que des accessoires périphériques à cet écosystème, ce qui est assez courant de nos jours. Mais à la différence des autres marques qui restent focalisées sur leurs axes technologiques SOtM s’ouvre aussi sur une autre approche, celle de l’ordinateur !

En effet, écouter de la musique dématérialisée peut aussi se faire à l’aide d’un ordinateur par l’intermédiaire de logiciels très performants et très ergonomiques. Le choix entre l’univers purement hifi via des serveurs musicaux et l’univers informatique n’est pas qu’un choix budgétaire, il s’agit aussi d’un choix tenant compte du côté pratique et de la possibilité de profiter d’une présentation plus confortable et plus ludique. Moi qui étais réfractaire à la dématérialisation à cause de l’aspect un peu trop austère des diverses applications sur smartphones ou tablettes, je suis tomé sous le charme du logiciel JRiver. C’est grâce à ce logiciel que mon aventure dans le monde de la dématérialisation a débuté. Me voilà donc à ressortir mon petit PC au format mini iTX pour en faire un serveur musical ce qui me confronte à un problème de taille : un PC ce n’est pas audiophile, mais alors pas du tout ! Pour moi, hors de question de brancher du hardware inadapté sur mon DAC OPPO HA-1, c’est dans ce genre de situations que SOtM va intervenir.

Les liens utiles :

Pourquoi les produits SOtM sont-ils indispensables à votre ordinateur hifi ?

IMG_2314

Un ordinateur est-il fait pour la hifi ? Oui et non ! Voilà une réponse qui en définitive ne soulève que des questions. Soyons clair, un ordinateur par nature est fait pour véhiculer et traiter différents types de messages numériques. On attend de lui d’être efficace, rapide et en théorie tout pousse à penser que la technologie informatique est parfaite pour l’audio numérique, surtout depuis l’apparition des ports USB permettant une transmission asynchrone des flux audio numériques. Et pourtant, ce n’est pas si simple !

Alimenter les composants, les fondations d’un bon flux audio numérique : En effet une source numérique de bonne facture doit commencer par disposer d’une bonne alimentation et sur un ordinateur la qualité de cette dernière est très aléatoire. Il s’agit d’alimentations à découpage visant principalement des rendements très performants, mais le filtrage et la régulation ne constituent pas un objectif premier. Certaines proposent des rails d’alimentation séparés, mais la plupart du temps les sorties de valeurs DC identiques sont piquées sur un rail unique ce qui n’est évidemment pas ce qu’il y a de mieux d’un point de vu qualitatif, les composants à destination ayant alors une influence entre eux. Ce qui n’est pas vraiment un problème dans un usage purement informatique, mais dans un but audiophile, une telle conception n’est pas adaptée. Heureusement, un ordinateur est souvent modulaire et il est possible de changer son alimentation pour une meilleure, car il existe bien des alimentations de très bonne facture et il ne s’agit pas forcément des plus coûteuses. On peut aussi opter pour une alimentation linéaire, mais les plus abordables sont partielles et ne pourront pas remplacer l’ensemble des rails de sortie de l’alimentation d’origine. Il faudra alors faire cohabiter les deux. Il existe aussi des alimentations linéaires haut de gamme complètes, mais elles sont très chères et surtout très volumineuses. Ces alimentations seront inévitablement externes ce qui demandera une adaptation du boitier de l’ordinateur. On peut aussi expédier l’alimentation d’origine chez un spécialiste qui pourra l’améliorer en y changeant les composants les plus faibles, cette solution sera un bon point de départ et c’est la moins coûteuse. Mais même dans le cas extrême d’une alimentation linéaire complète, est-ce suffisant ? Malheureusement pas, car il se passe encore des choses sur la carte mère et via les composants internes de l’ordinateur. En effet, c’est la carte mère qui va répartir, filtrer et réguler les alimentations des périphériques internes comme les bus USB, nous avons là un nouveau problème à régler.

Le bruit électrique est l’ennemi que nous cherchons à combattre ! Il s’agit de l’élément qui va se retrouver étape par étape et qui va pénaliser le bon fonctionnement du DAC en fin de chaîne, un ordinateur regorge de composants qui génèrent ce bruit. Nous venons de le mentionner, tout part des alimentations et ce qui caractérise une bonne alimentation en audio numérique est son niveau de bruit qui doit être le plus bas possible. Supposons que nous avons résolu le problème du bruit venant des alimentations de l’ordinateur, devons-nous nous inquiéter d’autres sources de bruit ? Malheureusement oui, car presque tous les composants d’un ordinateur sont susceptibles de produire du bruit qui va se retrouver par-dessus les flux numériques ce qui va pénaliser les performances du DAC sur lequel l’ordinateur est connecté. Nous trouvons sur le banc des accusés les ventilateurs, en effet un ventilateur utilise forcément un moteur électrique pour rentrer en rotation et il s’agit d’une source de bruit importante. Les ventilateurs ne sont pas les seuls coupables, les disques durs et les lecteurs optiques sont de bien vilains complices, indispensables au bon fonctionnement d’un ordinateur, mais aussi très pénalisant pour le niveau de bruit électrique.

Le boitier d’un ordinateur est un bouclier anti-perturbations EMI/RFI … ou pas. Nous le savons, une électronique rayonne et peut capter les perturbations aériennes de notre environnement, c’est le prix à payer d’un monde connecté sans fil. Le boitier d’un ordinateur aura la même fonction qu’une électronique numérique classique, éviter que le rayonnement à haute fréquence qui en résulte pénalise les appareils voisins et éviter que la pollution aérienne en haute fréquence ne perturbe l’appareil lui même. On peut trouver des boîtiers en aluminium qui constituent une barrière efficace, mais souvent on choisira son boitier d’ordinateur par rapport à des critères d’esthétique et les matériaux seront d’origine métallique voir plastique, ce qui est bien moins efficace que l’aluminium.

Les périphériques externes véhiculent leur lot de problèmes ! L’ordinateur est donc une source de problèmes inadaptés aux exigences des écoutes musicales de haut niveau, comme si cela n’était pas suffisant les périphériques externes constituants le réseau nécessaire au stockage et à l’accès de l’audio numérique sont sujet aux mêmes problèmes. Cela veut dire que votre NAS, votre BOX, votre HUB ou SWITCH vont présenter les mêmes faiblesses de conception et vont acheminer du bruit électrique à votre ordinateur.

Ce constat peut sembler alarmiste, il s’agit bien entendu du pire des cas, mais soyez assuré que malheureusement ces éléments se retrouvent toujours et même s’ils n’étaient que partiels ils vont intervenir dans la performance de votre DAC. Sans écoute comparative, on peut se contenter du résultat que l’on va obtenir sans intervention corrective sur ces différents problèmes, car le rendu sur une chaîne audio numérique utilisant un ordinateur comme source sera déjà très bon. Cependant, lorsqu’on arrive à réduire l’incidence de ces problèmes on se rend compte de la différence à l’écoute et franchement il serait bien dommage de ne rien tenter. C’est là que SOtM intervient !

SOtM, des solutions à chaque étape de la construction d’une chaîne audio à base d’ordinateur hifi

Les alimentations et le filtrage

Si l’objectif est de construire un ordinateur hifi performant, il faut commencer par trouver le moyen d’assurer une bonne qualité d’alimentations et de filtrage. SOtM propose une solution à la source, une alimentation linéaire sPS-1000. Bien entendu cette alimentation est spécialement étudiée pour fonctionner avec des produits de la marque, mais le cas échéant elle pourra subvenir aux besoins d’un mini PC de type barebone à condition d’avoir des valeurs de consommation correspondantes. Si vous utilisez un ordinateur portable il vous suffit de débrancher son transformateur et de vous servir du mode d’alimentation sur batterie. En effet, une alimentation sur batterie délivre en théorie un courant continu ultra stable et exempt de tout bruit électrique venant de l’environnement ou lié à l’électronique de l’alimentation.

sPS-1000_02

Dans le cas d’un ordinateur de taille plus conventionnelle, SOtM ne propose pas d’alimentation adaptée, des solutions existent, mais elles sont peu nombreuses et surtout assez coûteuses. La démarche que l’on peut adopter va donc viser à résoudre le problème du bruit électrique inhérent aux différents éléments qui constituent l’ordinateur. Dans ce cas SOtM propose plusieurs solutions cumulatives :

Le filtre ventilateur, FAN filter : ce filtre peut servir à tout type de ventilateur connecté à la carte mère de l’ordinateur, que le connecteur soit à 3 ou 4 pins. Il permet d’annuler le bruit électrique émanant du moteur du ventilateur. Le FAN filter peut être utilisé sur les ventilateurs de refroidissement du microprocesseur et les ventilateurs de circulation d’air du boitier. Le FAN filter est compatible avec des consommations n’excédant pas les 2 ampères.

Fan-filter-597x403

Le filtre connecteur SATA, SATA filter III : il s’agit d’une nouvelle version de filtre dédié SATA par SOtM. Cette nouvelle mouture se branche exclusivement sur la section alimentation des périphériques SATA, ainsi ce filtre sera compatible SATA, SATA II et SATA III. De plus, les connecteurs sont fixés sur une panne souple ce qui permet un montage plus simple dans le boitier de l’ordinateur. Ce filtre a pour vocation d’annuler le bruit émanant des disques durs classiques, des lecteurs optiques comme les lecteurs et graveurs de disques, mais aussi les SSD. Le filtrage s’opère sur les alimentations +2V, +5V et +3V, la puissance totale pouvant atteindre 2 ampères.

Stabiliser le signal audio numérique directement sur la sortie USB

La carte USB tX-USBexp est une solution radicale. Cette carte pourrait suffire à elle seule dans un ordinateur hifi si vous utilisez exclusivement une sortie USB vers votre DAC. La tX-USBexp est une carte USB 3.0 PCI express très élaborée qui va isoler et retravailler le signal audio numérique. Pour y arriver la tX-USBexp dispose d’un filtre performant et de son propre circuit de régulation ce qui permet d’optimiser son alimentation. De plus, cette carte dispose de sa propre horloge numérique de précision afin d’améliorer la stabilité des flux numériques et d’en réduire considérablement le jitter. Il existe une variante PCI, la tx-USB en USB 2.0 et une toute nouvelle version plus universelle qui se connecte sur un des connecteurs USB internes de l’ordinateur, la tX-USBhubIn, enfin une version externe qui se connecte sur le port USB est prévue pour bientôt. La tX-USBhubEx sera donc encore plus universelle et pourra servir sur un ordinateur portable. Bien que ces nouvelles versions ne remplacent pas l’intégralité du circuit USB de l’ordinateur, elles disposent du même dispositif de régulation et de filtrage que leurs grandes sœurs, l’horloge servant à stabiliser les flux numériques et à réduire le jitter est aussi présente.

tx-USBexp tx-USB0 tX-USBhubIN

Ces quatre cartes USB puissent donc leur courant sur l’alimentation de l’ordinateur. Les tX-USBexp et tX-USB utilisent un connecteur Molex alors que la tX-USBhubIn utilise un connecteur d’alimentation SATA. La tX-USBhubEx étant externe, elle puisera son courant sur le circuit d’auto-alimentation USB. Cela veut dire que malgré le filtrage et la régulation évoluée intégrée à ces cartes, du bruit électrique peut persister. En effet, aussi bien le filtrage que la régulation présente des limites à stabiliser et nettoyer le courant. SOtM propose alors une solution cumulative et complémentaire, une alimentation sur batterie spécialement dédiée à ses solutions USB, la mBPS-d2s. Cette alimentation intelligente peut aussi convenir à d’autres produits de la marque.

mBPS-d2s01-597x398

Compléter l’écosystème en périphérie, des câbles et encore des filtres

Commençons par une initiative intéressante, le câble USB dCBL-U2 . Ce câble peut se faire presque sur mesure. Il est disponible en différentes longueurs : 0,5m, 1m, 1,5m et 2m pour l’instant rien de bien original. Mais si je vous dis que SOtM propose une première option permettant de choisir la nature du conducteur entre du cuivre pure UPOCC pour la variante dCBL-U2-C et du cuivre argenté UPOCC pour la variante dCBL-U2-S suivant vos préférences d’écoute, alors cela commence à être plus intéressant. La deuxième option est à mon avis la plus judicieuse et la plus pertinente lorsqu’elle peut s’appliquer. Le principal problème de l’USB vient de son circuit d’auto-alimentation, ce circuit est utile pour les appareils nomades ou de petite taille n’ayant pas leur propre alimentation, mais cela devient totalement inutile lorsqu’on utilise un DAC performant muni de son alimentation interne ou externe dédiée. C’est sur ce circuit que la majorité du bruit électrique est véhiculé et injecté aux périphériques USB. SOtM propose alors la solution radicale de supprimer les conducteurs de leurs câbles USB utilisés par ce circuit d’auto-alimentation. Cette option va permettre d’éliminer physiquement la source principale du bruit électrique, mais gardez bien en tête que dans ce cas votre câble USB ne sera plus aux spécifications et qu’il ne pourra plus servir à relier les appareils devant être auto-alimentés.

dCBL03

Il n’y a pas que le câble USB qui peut avoir son importance, le câble réseau RJ45 peut lui aussi rentrer en ligne de compte. En effet un câble réseau mal construit peut être limité en bande passante et si son blindage n’est pas bon il peut capter les interférences à la façon d’un câble d’antenne. Il peut en résulter du bruit issu des interférences EMI/RFI. Heureusement pour nous le câblage réseau est parfaitement normalisé et identifié, ce qui permet de choisir facilement du câble de bonne qualité. SOtM propose aussi son câble réseau haute qualité. Il s’agit d’un câble basé sur du CAT6 pouvant mesuré de 1m à 20m et ayant des connecteurs de très haute qualité en option.

Un bon câble réseau va éviter de capter les interférences, mais le câble ne filtrera pas le bruit électrique issu des appareils qui constituent le réseau. En effet les NAS et les BOX utilisent rarement de bonnes alimentations et ces appareils peuvent constituer une source de bruit électrique. SOtM propose encore une solution adaptée, un filtre RJ45 l’iSO CAT6.

iSO-CAT6

Blinder le boitier pour prévenir du rayonnement extérieur et vers l’extérieur

Nous avons vu que pour transformer un ordinateur en un bon transport numérique il fallait travailler le problème du bruit pouvant provenir des diverses alimentations et aussi de certains types de périphériques se trouvant dans la machine. Mais il ne s’agit pas des seules sources de problèmes. En effet, le monde moderne dans lequel nous vivons est une vraie toile d’araignée invisible constituée de réseaux sans fil en tous genres. Entre réseaux GSM, WiFi et j’en passe il y a une multitude de signaux à hautes fréquences qui peuvent pénaliser la performance des différents éléments d’une chaîne audio. Si la majorité des appareils hifi sont construits sur la base de châssis en aluminium qui agissent comme des boucliers anti-parasites, c’est rarement le cas des ordinateurs. SOtM propose encore une fois une solution. Le eABS-100 est un revêtement auto-adhésif à découper qui va agir sur plusieurs niveaux. Tout d’abord ce matériau présente une masse et une élasticité. L’eABS-100 va donc permettre d’absorber une partie des vibrations et résonances qui peuvent résulter des mouvements mécaniques et des enceintes si elles étaient mal découplées. Le eABS-100 est aussi un revêtement anti EMI, on peut le placer directement sur les cloisons internes du boitier de l’ordinateur ou sur les différents composants numériques qui ne sont pas recouverts par un radiateur.

En périphérie de l’univers ordinateur

SOtM ne fait pas que dans l’accessoire PC et dans leur gamme de produits nous trouvons encore des appareils qui peuvent compléter notre chaîne audio numérique ayant comme source un ordinateur. SOtM propose une très belle interface USB dX-USB-HD. Cette interface peut accueillir deux options. La première est l’alimentation sur batterie mBPS-d2s qui permet d’acheminer un courant parfait. L’option suivante est une horloge ultra précise, la sCLK-2224.

Ce n’est pas tout, SOtM peut aussi fournir un DAC très complet, le sDP-1000, compatible DSD et PCM jusqu’à 32bits 192KHz. Ce DAC a comme atout une connectique très complète, une horloge de compétition, un upsampler 32bits et une alimentation sur double batterie. Le sDP-1000 peut aussi servir de pré-amplificateur, il peut donc centraliser tout un système hifi. Un deuxième DAC se trouve au catalogue, le sHP-100. Il s’agit d’un DAC plus petit disposant en plus d’une amplification pour casque.

sDP-1000_02

Bien entendu si vous ne voulez pas entre parler d’ordinateurs, SOtM propose aussi toute une gamme de serveurs musicaux très ingénieux, les sMS-1000SQ qui existent en plusieurs versions. Le sMS-1000U qui dispose de sorties USB, le sMS-1000D avec ses sorties audio numériques et le sMS-1000A plus complet avec ses sorties analogiques. Enfin, le petit sMS-100 plus compact disposant de connecteurs USB.

La mise en pratique, un « kit » SOtM

Nous avons passé en revue pratiquement tout le catalogue SOtM, en particulier ce qui attrait aux produits gravitants autour de l’univers informatique en vue de monter un ordinateur hifi. C’est bien beau tout ça, mais il faudrait passer à la pratique ! C’est en partenariat avec l’importateur des produits SOtM pour la France que nous avons obtenus un « kit » permettant de transformer un PC lambda en un PC hifi. Julien, fondateur de la société Epectaz nous a donc fait parvenir tout ce qu’il faut pour équiper un ordinateur. Le kit comprend plusieurs éléments, un filtre SATA filter III, des câbles RJ45 dCBL-CAT6 en version connecteur High Quality, un filtre iSO CAT6, une carte USB tX-USBhubIn et une alimentation mBPS-d2s pour s’affranchir de tout risque de pollution en provenance des alimentations de l’ordinateur. Chaque produit est livré dans un carton sérigraphié SOtM et suivant la référence nous trouvons une notice accompagnée d’un catalogue. D’une manière générale les produits sont fort bien conditionnés et dans tous les cas, SOtM joint les accessoires indispensables.

Regardons plus en détail chaque référence de cette sélection de produits SOtM :

sotm01

Le filtre SATA filter III : Il s’agit donc d’un filtre dédié aux alimentations des périphériques SATA, SATA II et SATA III. Le but de ce filtre n’est pas de simplement fournir un courant d’alimentation propre au périphérique attenant, mais aussi d’éviter que ce périphérique n’injecte du bruit électrique dans le système. En effet parmi les pièces concernées nous trouvons des disques durs et les lecteurs de disques CD-ROM, DVD-ROM, BD-ROM etc. et leurs versions graveurs. Il s’agit d’éléments qui utilisent des pièces mécaniques, des mémoires et du laser, autant de facteurs pouvant créer une instabilité et du bruit dans le courant électrique. Cela concerne aussi les disques SSD. le SATA filter III est donc très important, car si on avait déjà réussi à réduire le bruit en provenance de l’alimentation, les composants internes de l’ordinateur peuvent également créer du bruit. Le SATA filter III utilise des filtres anti-bruit et anti-ondulation qui travaillent sur le +2V/+5V/+3V à 2A maximum.

Spécifications :

  • Voltages filtrés : +2V/+5V/+3V
  • Capacité en courant : 2A max
  • Prix : 90€ TTC

sotm02

Les câbles dCBL-CAT6 : il s’agit de câbles réseau de catégorie 6 aux spécifications TIA/EIA-568b.2-1, nous disposons des versions High Quality qui utilisent des connecteurs TELEGARTNER de très haute qualité fournis avec des caches de protection. Le câble est fini par une gaine de nylon blanche, la version normale se distingue par un correcteur blindé plus courant recouvert d’une enveloppe plastique et d’une gaine de nylon noire.

Spécifications :

  • Normalisation électrique : Câble SFTP haut qualité
  • Catégorie : CAT6 (spécifications TIA/EIA-568b.2-1)
  • Connecteurs standard :SFTP RJ45 entièrement blindé
  • Connecteur en option : Connecteur moulé en zinc de haute qualité
  • Longueurs : de 1M jusqu’à 20M
  • Température de fonctionnement et de stockage : 0 ~ +40℃
  • Taux d’humidité de fonctionnement et de stockage : 10% ~ 90%
  • dCBL-CAT6 HG 0.2m 250€ TTC (200€ TTC vendu en kit avec le filtre iSO CAT6)
  • dCBL-CAT6 HG 0.5m 350€ TTC
  • dCBL-CAT6 HG 1m 400€ TTC
  • dCBL-CAT6 HG 2m 450€ TTC
  • dCBL-CAT6 HG 3m 500€ TTC
  • dCBL-CAT6 HG 4m 550€ TTC
  • dCBL-CAT6 HG 5m 600€ TTC

Le filtre iSO CAT6 : le filtre RJ45 est livré avec un câble RJ45 dCBL-CAT6 de 24cm monté en version standard. Ce petit câble servira à connecter l’iSO CAT6 à son appareil de destination. Le filtre en lui-même se présente sous la forme d’un petit boitier rectangulaire fini à partir d’un épais composant isolant semi-transparent. On y devine la construction du filtre qui se base sur le principe des transformateurs d’isolement. Un marquage nous indique le sens de connexion à respecter.

Spécifications :

  • Catégorie de câble : CAT6
  • Type de prise RJ45 : blindée
  • Filtrage : Transformateur d’isolement haute qualité
  • Isolation : 1500Vrms, 0.5mA, 60sec
  • Taille : L26 x P100 x H30 (mm)
  • Poids : 71g
  • Prix : 390€ TTC

La carte USB tX-USBhubIn : cette carte est en fait un hub USB qui propose quelques fonctions très intéressantes. Pour commencer il ne s’agit donc pas d’une carte intégrant un chipset USB à proprement dit, mais un chipset HUB de dédoublage de port. Elle n’est donc pas autonome et ne nécessite pas l’usage de pilote. La carte va se piquer sur un des bus USB interne à l’ordinateur par un petit câble blindé et à l’aide d’un des deux adaptateurs bus USB sur carte mère. Notez que malheureusement ce petit câble de liaison est assez court et il vous faudra peut être ajouter un câble rallonge interne USB. Cette carte est donc universelle, peut importe si l’ordinateur dispose d’un slot PCI ou PCIe de libre. D’ailleurs, l’avantage est de pouvoir être utilisé même si l’ordinateur utilise déjà tous ses slots d’extension. Cette carte dispose de filtres et de régulateurs d’alimentation, ce qui va permettre de fournir un courant propre et stable aux périphériques USB qui y seront connecté. Mais ce n’est pas le seul atout côté alimentation.

En effet, dans le cadre de l’utilisation d’un DAC hifi, il n’est pas toujours nécessaire d’utiliser le circuit d’auto-alimentation USB. Nous avons vu que ce circuit est la cause principale de problèmes et du bruit électrique. La tX-USBhubIn dispose d’interrupteurs qui permettent de couper simplement le circuit d’auto-alimentation sur chaque port de sortie USB, on élimine donc le problème à la racine en supprimant totalement la cause. La tX-USBhubIn dispose aussi de son horloge stabilisée ce qui va permettre d’assurer une transmission audio numérique avec le moins de jitter possible et de garantir une performance optimum du DAC. Comme si cela n’était pas suffisant la tX-USBhubIn est aussi équipée d’une entrée courant externe qui se substitue à son alimentation standard issue des prises à la norme SATA. Il est alors possible d’utiliser l’alimentation sur batterie mBPS-d2s pour atteindre des performances optimums sans avoir à se soucier des risques de bruits électriques en provenance des alimentations et des composants de l’ordinateur. Pour finir sur la tX-USBhubIn, SOtM fourni deux tailles de grille cache boitier afin de pouvoir l’installer dans un ordinateur au format standard ou au format barebone comme un NUC de chez Intel.

Spécifications :

  • Type : interface HUB USB
  • Connexion : liaison 3 pins USB interne
  • Ports USB : 2x USB 2.0
  • Bouton alimentation USB : port 1 et port 2
  • Chipset d’interface USB : compatibilité USB 2.0 HS(480 Mbps), FS(12 Mbps), LS(1.5 Mbps)
  • Alimentation : +12.0V(+0.5V, -0.5V)
  • Intensité d’entrée : 2A max
  • Connecteur d’alimentation : SATA 15 pins
  • Alimentation externe : sélection automatique
  • Voltage d’entrée : +6.5V ~ +9Vdc
  • Intensité d’entrée : 2A max
  • Jack : 5.5mm, 2.1mm
  • Voltage de sortie des ports USB: +5.0V(+0.5V, -0.25V)
  • Protection de surcharge : 0.8A at 20°C
  • Intensité de sortie recommandée : 0.5A >
  • Température de fonctionnement : +10 ~ +30℃
  • Température de stockage : 0 ~ +40℃
  • Taux d’humidité de fonctionnement et de stockage : 10% ~ 90%
  • Prix : 390€ TTC

sotm10

Alimentation mBPS-d2s : il s’agit d’une alimentation intelligente à double batterie capable d’alimenter deux appareils simultanément du moment que la charge en courant ne dépasse pas les 1,5A pour un maximum de 9V. Cette alimentation est particulièrement intéressante, en premier lieu elle utilise un système de batteries, c’est-à-dire que la qualité du courant sera optimum. En effet cette méthode dépasse même les performances d’une alimentation linéaire régulée haut de gamme. La présence des deux batteries est un avantage sur le mode de fonctionnement de la mBPS-d2s. En effet la mBPS-d2s utilise une batterie après l’autre. C’est dire que la batterie pleinement chargée sera utilisée pour alimenter l’appareil connecté à la mBPS-d2s pendant que l’autre batterie sera en charge. Lorsque la première batterie sera presque vide, la mBPS-d2s inversera les rôles sans interruption. Ainsi, la mBPS-d2s passe d’une batterie à l’autre ce qui assure un fonctionnement ininterrompu et toujours optimal. Si par malchance les deux batteries devenaient trop faibles, alors la mBPS-d2s basculera sur la source de courant extérieur. Donc dans tous les cas, la mBPS-d2s pourra alimenter son appareil connecté sans interruption ni considération de l’état des batteries.

D’aspect la mBPS-d2s est un petit boitier d’aluminium ayant une façade très simplifiée. Un unique bouton ON/OFF et un indicateur à six LEDs nous donnera l’état des batteries et le mode de fonctionnement de la mBPS-d2s. La face arrière est elle aussi très sobre, on y trouve un connecteur de mis à la terre, la jack de sortie d’alimentation et la jack d’entrée pour y connecter la source de courant qui servira à charger les batteries. La mBPS-d2s est livrée avec deux câbles jack de cuivre haute qualité UPOCC de 30cm pour y relier les appareils SOtM à alimenter. Un câble est à sortie simple et l’autre à sortie double, c’est par ce câble qu’il sera possible de connecter deux appareils. La mBPS-d2s est livrée avec un petit adaptateur universel qui fournira le courant de charge aux batteries et qui prendra le relais si celles-ci se retrouvent à plat. Il s’agit d’un adaptateur tout ce qu’il y a de plus ordinaire, mais comme normalement ce seront les batteries de la mBPS-d2s qui fourniront le courant de sortie, la qualité de cet adaptateur n’a absolument aucune incidence.

Spécifications :

  • Jack d’entrée de courant : 5.5mm x 2.1mm
  • Voltage d’entrée : 9Vdc
  • Intensité d’éntrée : 1.5A
  • Jack de sortie de courant : 5.5mm x 2.5mm
  • Voltage de sortie sur batterie : 6.5Vdc ~ 8.4Vdc
  • Plage de sortie de courant : 6Vdc ~ 9Vdc
  • Intensité : 1.5A
  • Courant de charge de batterie : 0.65A
  • Voltage de charge de batterie : 8.4Vdc
  • Durée maximale de charge : 6 heures
  • Mode de Protection des batteries : automatique
  • Protections des batteries : Courant d’entrée excessif, court circuit, voltage trop élevé, voltage trop faible
  • Dimensions : L105 H55 P150 (mm)
  • Poids : 700g
  • Prix : 500€ TTC

sotm17

La mise à l’épreuve, les mesures !

Le protocole de test

Notre outil principal sera notre logiciel d’analyse et de mesure RMAA en version pro. Pour tester les appareils SOtM de manière pertinente, il a fallu changer nos habitudes. En effet parmi les éléments à évaluer il y a un filtre RJ45 et des câbles réseau catégorie 6 haut de gamme qui viennent en complément. J’ai donc utilisé RMAA en mode enregistrement simple. C’est-à-dire que les tests tones ne seront pas générés par le logiciel. Pour que le banc d’essais puisse tenir compte du filtre iSO CAT6 et des câbles dCBL-CAT6 il fallait que le signal puisse les traverser, les tests tones doivent donc être lus de l’extérieur.

RMAA propose de recréer ses tests tones sous forme de fichier *.WAV que l’on peut lire par une source extérieure. J’ai donc généré ce fichier et je l’ai stocké sur le NAS de mon réseau basé sur du câble catégorie 5. VLC sera mon logiciel de lecture et le DAC OPPO HA-1 me servira de cobaye et de base pour établir les différentes mesures. Le PC du banc de mesure est un PC ordinaire sans filtrage particulier, ni alimentation modifié. Il s’agit donc d’une base neutre qui permettra de tester et mettre en avant les avantages des filtres et périphériques SOtM.

Pour bien comprendre la démarche, ne vous fiez pas aux valeurs brutes, ce sont les gains de performances qui agissent en témoin des améliorations apportées par les appareils SOtM en test. L’OPPO HA-1 ayant de bonnes performances sur les signaux audio numériques 24 bits 96 kHz, j’ai donc décidé d’opter pour cet échantillonnage afin de générer le test tone RMAA. De plus, le 24 bits 96 kHz est un format assez courant en Studio Master, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un choix judicieux. Les mesures obtenues représentent donc les performances relatives du DAC OPPO HA-1 en situation et suivant les composants SOtM ajoutés au PC.

Synoptiques des tests SOtM sous RMAA toutes les possibilités ont été exploitées

synoptique test RMAA

Les mesures du filtre iSO CAT6 et ses câbles dCBL-CAT6 / HQ : Commençons par tester le filtre iSO CAT6 et ses accessoires, les câbles RJ45 haut de gamme dCBL-CAT6. Pour rappel ce filtre a pour vocation d’annuler le bruit en provenance du réseau. Son efficacité va donc dépendre de l’état du réseau et de la qualité des éléments qui le composent. Routeur, BOX, Switch et qualité des câbles. Avec différentes combinaisons, nous obtenons les mesures suivantes :

ComparoiSOCAT6

Le gain de performance de l’iSO CAT6 dans le cadre de notre test est relativement peu significatif. Le filtre seul ne semble pas apporter d’améliorations aux mesures du DAC OPPO HA-1. Par contre si l’iSO CAT6 est combiné avec des câbles dCBL-CAT6 HQ alors nous avons une moyenne de gain de performance qui commence à nous faire entrevoir des améliorations. Pourquoi ce constat ? Rappelons qu’un ordinateur est un vrai générateur de bruit, en effet sa construction va imposer différents éléments internes qui ajoutent du bruit. Ainsi un filtrage en amont aussi performant soit-il, sera pénalisé par l’ordinateur lui-même, à moins de le filtrer convenablement au préalable. Vérifions tout cela avec l’analyse des courbes en détail.

Le niveau de bruit :
comparoisocat6noise
La plage de dynamique.
comparoisocat6dynamic
La distorsion harmonique totale (THD).
comparoisocat6THD
La distorsion d’intermodulation (IMD).
comparoisocat6IMD

La courbe bleu représente les mesures obtenues avec le filtre iSO CAT6 combiné aux câbles dCBL-CAT6. Nous pouvons observer de meilleures performances sur les quatre critères d’analyse principaux lorsque ces deux accessoires SOtM sont combinés. Les gains n’atteignent pas des valeurs très importantes. Dans la moyenne, le niveau de bruit gagne 0,1dB de performance et la dynamique gagne 0,2dB. Il ne faut pas se fier à aux moyennes mesurées avec le filtre iSO CAT6 seul, car l’observation des courbes montre un léger gain dans les hautes fréquences. Pour l’instant, le test n’est donc pas très significatif. Il ne faut pas oublier que le but de l’iSO CAT6 et des dCBL-CAT6 est d’intervenir en amont de la source connectée au réseau. Si ce réseau présente déjà une construction sérieuse sans qu’il y ait de bruit induit dans les flux de données, alors ce dispositif SOtM n’aura pas beaucoup à faire et il ne fera pas trop de différence.

Le filtre iSO CAT6 et les câbles dCBL-CAT6 peuvent aussi s’utiliser sur un streamer ou un serveur musical hifi. Dans cette situation les performances devraient être bien meilleures, car ce genre d’appareil électronique n’est pas pénalisé par les mêmes problèmes techniques qu’un ordinateur. Ils génèrent beaucoup moins de bruit en interne, voir pas du tout et très souvent leur construction est étudiée pour s’affranchir des perturbations environnementales EMI/RFI.
Les mesures de la carte HUB USB tX-USBhubIn et de son alimentation optionnelle mBPS-d2s :
Sur cette série de tests, j’ai différencié deux combinaisons. Tout d’abord, j’ai mesuré la carte USB tX-USBhubIn sans puis avec son alimentation sur batterie mBPS-d2s. Par la suite j’ai ajouté les possibilités de filtrage réseau. En voici les résultats :

ComparotxUSBhubin

Série de mesures tX-USBhubIn / mBPS-d2s :

Le niveau de bruit
ComparotxUSBhubinnoise
La plage de dynamique.
ComparotxUSBhubindynamic
La distorsion harmonique totale (THD).
ComparotxUSBhubinTHD
La distorsion d’intermodulation (IMD).
ComparotxUSBhubinIMD

L’ajout de la carte tX-USBhubIn dans notre protocole de test nous permet enfin d’entrevoir des gains significatifs dans les mesures. En effet, les courbes vertes sont bien visibles, mais laissent encore apparaître les courbes blanches qui correspondent aux mesures obtenues sur l’OPPO HA-1 seul. Il s’agit des mesures témoins. Il faut s’attarder sur les parties des courbes blanches se trouvant au-dessus des courbes vertes. Cela indique le différentiel de mesure, c’est-à-dire le gain de performance entre les deux mises en condition. La courbe bleue inclue l’alimentation sur batterie mBPS-d2s et dans ce cas les performances indiquées par les mesures sont encore meilleures. À nouveau, les meilleurs gains se situent au niveau des hautes fréquences en particulier sur la plage de dynamique et sur la distorsion harmonique totale. Très clairement, la carte tX-USBhubIn marche et améliore le signal numérique ce qui permet à l’OPPO HA-1 d’affirmer ses performances, mais c’est avec l’ajout de l’alimentation sur batterie mBPS-d2s que l’écart se creuse le plus.

Série de mesures tX-USBhubIn / mBPS-d2s avec iSO CAT6 et dCBL-CAT6 HQ :

Le niveau de bruit.
ComparotxUSBhubinisocat6noise
La plage de dynamique.
ComparotxUSBhubinisocat6dynamic
La distorsion harmonique totale (THD).
ComparotxUSBhubinisocat6THD
La distorsion d’intermodulation (IMD).
ComparotxUSBhubinisocat6IMD

Nous avons donc ajouté le filtre iSO CAT6 et les câbles dCBL-CAT6 HQ à l’équation. D’après les mesures obtenues, cet ensemble de filtre et de câble haut de gamme apporte manifestement un gain qualitatif. À nouveau il faudra compter sur l’ajout de l’alimentation mBPS-d2s pour obtenir des performances encore meilleures en témoignent les courbes violettes qui correspondent à cette combinaison d’appareils SOtM. Il n’est donc pas du tout exclu de cumuler les systèmes de filtrages SOtM, car pour l’instant nous gagnons sur les valeurs mesurées et nous arrivons à améliorer les performances de l’OPPO HA-1 étape par étape.

Les mesures du filtre SATA III filter : Le SATA III Filter est un filtre qui vise à annuler le bruit des alimentations en provenance des unités drives d’un ordinateur (disque dur, SSD et disque optique). Ce filtre va donc être opérationnel de manière permanente dans le système de filtrage, car un ordinateur fait appel constamment au disque sur lequel est installé votre système d’exploitation (Windows, Mac OS, Linux etc.). L’évaluation du filtre SATA III Filter se passera en deux temps. Pour commencer, nous mesurerons le PC avec l’ajout de filtres unique. Nous ajouterons donc le filtre iSO CAT6 et ses câbles dCBL-CAT6 HQ. Dans un deuxième temps, nous inclurons la carte tX-USBhubIn et son alimentation mBPS-d2s.

SATAIII

Série de mesures SATA III Filter et iSO CAT6 / dCBL-CAT6 HQ :

Le niveau de bruit.
ComparoSATAIIInoise
La plage de dynamique.
ComparoSATAIIIdynamic
La distorsion harmonique totale (THD).
ComparoSATAIIITHD
La distorsion d’intermodulation (IMD).
ComparoSATAIIIIMD
Série de mesures SATA III Filter et tX-USBhubIn / mBPS-d2s :

Le niveau de bruit
ComparoSATAIIItxnoise
La plage de dynamique
ComparoSATAIIItxdynamic
La distorsion harmonique totale (THD)
ComparoSATAIIItxTHD
La distorsion d’intermodulation (IMD)
ComparoSATAIIItxIMD

Nous observons à nouveau des gains progressifs d’une courbe à l’autre par l’intermédiaire du cumul des dispositifs de filtrage SOtM utilisés dans notre test. Cette fois, nous obtenons un gain significatif immédiat par l’ajout du filtre SATA III Filter. Il me semble que cette observation est assez logique. En effet, de manière constante tous les flux de données finissent par transiter sur le disque dur principal d’un ordinateur. Comme il s’agit d’une source de bruit parasite importante, son filtrage est donc primordial. En tout cas, notre banc d’essai est sans équivoques ! D’ailleurs, le filtre SATA III Filter seul permet déjà d’obtenir des gains significatifs. Cependant, les meilleures courbes sont obtenues lorsque nous utilisons l’ensemble des dispositifs SOtM. Les mesures de cette partie de notre test confirment aussi la nécessité de filtrer l’ordinateur afin d’obtenir les meilleures performances du filtre iSO CAT6 et des câbles dCBL-CAT6. L’ordinateur de base constitue bien un élément limitant qu’il faut corriger et isoler les défauts.

Les mesures du « kit » SOtM intégral : Arrêtons de couper les cheveux en quatre et testons enfin notre PC de banc d’essai avec l’intégralité des pièces SOtM mise à notre disposition par Epectaz.

ComparoFULL

Le niveau de bruit
comparofullnoise
La plage de dynamique
comparofulldynamic
La distorsion harmonique totale (THD)
comparofullTHD
La distorsion d’intermodulation (IMD)
comparofullIMD

Les courbes violettes correspondent à la mise en oeuvre intégrale et c’est évident, nous obtenons de bien meilleures mesures dans ce cas de figure. Cette analyse successive des filtres et pièces SOtM nous permet d’élaborer quelques éléments de conclusions. Tout d’abord, le filtre central qui donne immédiatement un résultat efficace mesurable est le SATA III Filter. Dans le cadre de l’élaboration d’un ordinateur hifi ou Home Cinéma, ce filtre (à utiliser sur toutes les unités drive) est, à mon avis, indispensable et il sera l’investissement le plus judicieux. Par la suite, l’évolution de la constitution de l’ordinateur pourra tenir compte des objectifs bien ciblés. Dans tous les cas, il sera judicieux de cumuler les solutions SOtM du moment qu’elles s’appliquent aux besoins et aux objectifs de l’ordinateur. Par exemple si la musique et les films sont stockés sur un NAS, l’iSO CAT6 et ses câbles complémentaires permettront d’assurer une bonne performance et élimineront le bruit éventuel se trouvant sur le réseau. Nous avons vu que l’iSO CAT6 seul n’apportait pas vraiment de gain significatif dans notre banc d’essai. Cependant, les réseaux chez les uns et chez les autres étant très différents, peut-être que vous aurez plus de gain de performance que dans mon cas. Par contre et l’observation fut générale, l’iSO CAT6 comme complément permet de pousser les performances ce qui se retrouve sur nos mesures. L’usage d’un DAC bénéficiera de la carte tX-USBhubIn surtout si elle est combinée à son alimentation mBPS-d2s, car c’est en binôme que cette carte nous a donné les meilleurs résultats de mesures. En tout cas, les courbes le démontrent surtout dans la zone des hautes fréquences.

Performances sur le terrain, les écoutes

Parce que les appareils SOtM dédiés à ce test sont des composants visant à améliorer les performances d’un ordinateur utilisé en audio numérique, je vous propose que nous fassions un comparatif entre une machine appliquant les solutions SOtM et une machine totalement standard. Les appareils SOtM équiperont mon PC fixe « hifi » qui servira de banc d’essais aux évaluations subjectives et un autre PC tout ce qu’il y a de plus ordinaire servira de source de comparaison. L’objectif étant de savoir si le PC sous SOtM sort du lot et permet d’aller plus loin dans les écoutes et s’il arrive à assurer une meilleure expérience musicale. Le PC « hifi » sera donc équipé de l’ensemble du « kit » SOtM : la carte USB tX-USBhubIn avec son alimentation mBPS-d2s, le filtre réseau iSO CAT6 et ses câbles Ethernet dCBL-CAT6 en version HQ. Mon PC « hifi » est déjà équipé de filtres SATA III sur tous ces périphériques SATA ainsi que de FAN filters sur ses ventilateurs principaux.

sotmecoute01

sotmecoute02

J’ouvre une petite parenthèse sur un élément qui me semble assez problématique. Le câble de connexion USB interne livré avec la tX-USBhubIn est certes d’excellente facture, mais il est bien trop court pour permettre un branchement simple dans un ordinateur normal. Si vous avez de la chance, le connecteur USB de votre carte mère sera proche du slot que vous allez utiliser pour loger la carte tX-USBhubIn, dans ce cas vous ne rencontrerez pas de problème. Mais e ce qui me concerne ce ne fut malheureusement pas le cas et pourtant mon PC hifi est relativement compact, carte mère mini iTX oblige. Ce câble est trop court pour être utilisé directement. Il me faudra ajouter une rallonge USB interne. Ce n’est pas un investissement supplémentaire significatif, mais la situation est un peu contraignante et compte tenu du prix de la tX-USBhubIn, j’aurai espéré un câble livré plus long. J’ai donc récupéré du câble et des connecteurs chez mon revendeur informatique local pour confectionner un câble rallonge « maison » blindé et simplifié, seuls les connecteurs utilisés par la tX-USBhubIn seront conservé et présent sur les fiches de connexion.

usbshort03

usbshort02

usbshort01

Protocole de test, le matériel :

  • Source de test : PC fixe « hifi » modifié SOtM
  • Source de comparaison : PC portable Toshiba
  • Logiciel media center: JRiver MC20
  • DAC : OPPO HA-1
  • Amplificateur : BC Acoustique EX-522 modifié
  • Correcteur acoustique : Dirac Live MiniDSP DDRC-22A + alimentation linéaire Fidelity Audio
  • Enceintes : Tannoy DC4 + caisson de basse REL Quake
  • Câble USB : Wireworld Silver Starlight
  • Câbles d’enceinte : Atohm ZEF MINI
  • Câbles de modulation : XLR Real Cable XLR12162
  • Câbles d’alimentation : DIY origine Audiophonics cuivre OCC et connecteurs plaqué Rohdium
  • Filtrage secteur : Fidelity Audio Nexus 8 + NNUX ref

La playlist :

  • Coldplay, Ghost Stories
  • Daft Punk, Random Access Memories
  • Marilyn Manson, Pale Emperor
  • Dire Straits, Brothers in Arms
  • Mark Knopfler, Tracker
  • Mogwaï, Rave Tapes
  • John Moriarty Trio, So Many Stars

Le résultat d’écoute

Bon, nous y sommes enfin ! La mise en marche de tout ce petit monde SOtM n’a pas été sans peine et je ne suis pas peu fière d’avoir trouvé des parades à chaque petit problème. J’en conviens, monter un PC n’est pas toujours simple, mais ajouter un câble USB interne n’est pas non plus la mer à boire. Cependant, entre la complexité des mesures due aux différentes combinaisons de filtres et de cartes et le montage dans mon PC hifi compact, je m’accorde un petit moment de satisfaction personnel. Alors, le jeu en vaut-il la chandelle ? Les écoutes vont nous en dire davantage et vont nous permettre d’ajouter une analyse faite en situation réelle, car très souvent les mesures ne disent pas tout et ne suffisent pas à déterminer l’apport que peut représenter un dispositif en vue de filtrer un signal audio numérique.

Comme je vous l’ai indiqué en préambule de cette section de notre test, je vais vous donner mes impressions d’écoute en comparaison avec un PC portable ordinaire qui ne bénéficiera d’aucun filtrage. Ainsi, nous pourrons nous concentrer sur les gains apportés par les dispositifs SOtM car si l’usage d’un ordinateur sous JRiver relié en USB sur l’OPPO HA-1 donne déjà de bons résultats on peut s’attendre à mieux. C’est l’observation que l’on a souvent. Les audiophiles les mieux équipés noteront toujours un meilleur rendu à partir d’une source numérique hifi optimisée sur des morceaux encodés de la même manière. D’ailleurs, un ami m’a fait remarqué récemment : sur du fichier qualité CD 16bits 44.1KHz son transport CEC lui offre une meilleure sonorité et un meilleur rendu musical global que son streamer numérique pourtant de bonne facture. La théorie tendrait à dire qu’il ne peut pas y avoir de différences et s’il devait en y avoir une, l’avantage devrait être pour le streamer qui s’affranchit de toute erreur de lecteur liée à un dispositif mécanique et qui bénéfice aussi de modes de lecture asynchrone. Bien évidemment comme nous l’avons vu, le problème n’est pas si simple et il faut ajouter à l’équation les problèmes de bruit électrique et des pollutions EMI/RFI.

Des aigus moins agressifs, les fondations d’un son « analogique ». Si la lecture de ma sélection musicale passe déjà très bien sur le simple ordinateur portable qui servira de témoins, on peut noter quelques petits défauts, à commencer par les aigus. Sur la source témoins les aigus sont bons, mais se dénotent par une légère touche d’acidité. Le rendu est un chouïa agressif, ce n’est pas pénalisant pour autant, mais nous sommes loin de ce que l’on peut attendre d’une source audiophile et encore moins d’un transport numérique haut de gamme. La comparaison avec l’ordinateur équipé en SOtM est sans appel, nous sommes dans un autre monde ! La légère agressivité du haut du spectre a totalement disparu ! Si bien que l’on peut monter davantage le volume d’écoute, le rendu restera agréable même à un niveau allant au-delà du raisonnable. L’apport est d’autant plus notable que la dynamique est entièrement préservée. Cela veut dire que les aigus sont apprivoisés en douceur en non bridés en coupant le haut du spectre. D’ailleurs, nos mesures ont démontré des améliorations sans toucher à la réponse en fréquence de l’OPPO HA-1. Comme ces graphiques étaient tous identiques, je n’ai pas jugé bon de les publier, mais cette observation a son importance, car elle indique que les dispositifs SOtM ne trichent pas comme certains appareils qui « tranchent » dans la réponse en fréquence pour induire un ressenti plus chaleureux. Autre observation de très grande importance, les aigus sont donc plus agréables, la dynamique est préservée et les détails sont aussi plus présents et plus intelligibles. En définitive grâce au filtrage et aux traitements du signal numérique fait par les appareils SOtM nous gagnons sur tous les plans relatifs à la qualité de restitution du haut du spectre. Ainsi, l’écoute au départ un peu numérique et un poil métallique se fond dans les critères des écoutes analogiques propres aux meilleurs systèmes audiophiles.

Ampleur et ouverture sur un piédestal ! Le deuxième critère de différence que l’on remarque immédiatement, car il s’agit d’une caractéristique universelle dans le ressenti d’un morceau de musique est l’aération des notes, l’ouverture et l’ampleur. C’est à dire le ressenti du naturel de la restitution musicale et de la cohérence de la scène sonore. Je dois avouer avoir été très surpris par la performance obtenue sur le PC hifi équipé SOtM. Sur le PC portable témoins ce ressenti est déjà bon et sans comparaison on pourrait se dire que tout va bien et que tout marche comme il le faudrait. Mais lorsque l’on passe sur le PC sous SOtM, on se rend compte alors à quel point nous passions à côté de quelque chose ! Du moins, JE me suis laissé avoir par mon PC portable, car dans l’ensemble le rendu me semblait juste et pourtant…

Soyons franc, le rendu par le PC équipé en SOtM est sans comparaison ! Les notes respirent beaucoup mieux et les transitions font preuve d’une fluidité bien supérieure. Le réalisme des instruments et la scène sonore passent à un niveau véritablement supérieur. La cohérence stéréophonique était déjà bien restituée et sur ce critère il n’y a rien à redire, les deux PC se battent à arme égal, mais bon sang ! Quel gain dans l’ampleur et la transparence de restitution ! C’est simple les petites Tannoy DC4 et mon fidèle REL QUAKE s’effacent … le matériel et les murs de la pièce disparaissent laissant place à la musique et rien que la musique. Il est assez rare qu’un système puisse arriver à ce genre de prouesses surtout dans des dimensions aussi petites. Je vous l’accorde, le correcteur acoustique MiniDSP DDRC22A et son Dirac Live y est pour beaucoup, mais dans ce cas pourquoi le PC portable témoins n’arrive pas à faire aussi bien ? De par mes autres tests faits sur mon système de grande taille je ne suis déjà rendu compte que la source pouvait avoir un effet primordial sur le rendu de l’ampleur de la scène sonore et sa cohérence. Notre test SOtM n’y échappe pas, un PC ordinaire représente une source ayant sa capacité et un PC optimisé SOtM sera une source ayant une autre capacité et en l’occurrence le rendu est largement supérieur.

Pousser le réalisme encore plus loin, la qualité des médiums : Aussi liés au naturel des instruments, mais aussi des voix, les médiums représentent une gamme de fréquences fondamentale. Toujours dans une démarche purement comparative, je me concentre sur le rendu obtenu par l’ordinateur portable témoins et à nouveau je me dis que ça passe pas mal et que le rendu est déjà satisfaisant et c’est le cas. À nouveau lorsque je passe sur l’ordinateur hifi SOtM je me rends compte que sur un critère déjà bon il est possible de faire encore mieux et finalement c’est assez logique. La restitution des médiums fait partie d’un ensemble, nous avons déjà observé une meilleure amplitude et une meilleure aération des notes soutenant un réalisme musical de très haut niveau. Cela ne serait pas possible si les médiums ne suivaient pas une progression qualitative que je qualifierai d’égale proportion. Ce qui parait logique se produit donc, le PC sous traitement SOtM supplante le PC ordinaire. À mesure des écoutes et de mes segmentations d’observations, je me rends compte qu’à présent il n’y a rien que le PC équipé en SOtM ne fait pas mieux, il me reste à écouter les morceaux riches en basses fréquences pour voir si ce critère bénéficie lui aussi d’un gain apporté par les dispositifs SOtM.

Des basses tendues et moins intrusives : Quels sont les défauts d’écoute liés aux basses fréquences lorsqu’elles sont mal reproduites ? Nous avons les basses traînantes ou molles, les effets « boum-boum » et les basses intrusives ou trop fortes qui ont tendance à couvrir la musique. Le système de notre banc d’essais utilise un correcteur acoustique avec lequel les basses fréquences sont corrigées et intégrées de sorte à soutenir les enceintes. Ainsi, il est presque certain qu’il est impossible de rencontrer l’un des défauts cités plus haut. Le REL QUAKE étant un REL nous pouvons aussi oublier le risque d’avoir des basses mollassonnes qui manqueraient d’impacte. Notez aussi que les basses fréquences représentent l’élément du spectre audible qui subit le plus les défauts de la pièce et dont la reproduction est la plus complexe d’un point de vu électromécanique, c’est-à-dire qu’un haut-parleur de basse fréquence est très rarement linéaire à la base. Il est donc très important d’y apporter une correction et s’il ne fallait corriger qu’un élément d’un système ça serait celui-ci. On peut alors se poser la question de savoir si la source est aussi importante sur ce registre qu’elle l’est sur le reste ?

Et bien d’après mes observations et en particulier sur ce test, c’est le cas. Soyons clair, il s’agit du critère pour lequel la différenciation de performance est la plus ténue, mais il faut bien admettre que le PC sous SOtM arrive à faire mieux. Les basses fréquences sont alors mieux rendues, plus tendues et s’ajuste mieux grâce au gain global de l’équilibre. Il faut écouter des morceaux très difficiles comme ceux de Marilyn Manson pour s’en rendre compte. Ce genre musical est bourré de distorsions et de déformations sonores en tout genre et si la source était mauvaise alors l’ensemble serait inaudible. Nos deux PC s’en sortent très bien, mais il faut reconnaître que le PC sous SOtM conserve son avantage et permet d’ajuster l’équilibre tonal de telle sorte que Marilyn Manson devient écoutable, en tout cas les fans (dont je fais parti) se rendront compte qu’il y a de la matière et que Manson ne fait pas que du simple trash. Les basses fréquences des morceaux de cet album « Pale Emperor » sont comme fusionnelles avec le reste de la musique qui affiche déjà une grande complexité dans la modulation des fréquences. Avec le PC sous SOtM, tout reste parfaitement cohérent et rien ne devient brouillon, alors que le PC ordinaire de comparaison a un peu plus de mal à suivre.

Conclusion

Comment conclure ce test autrement qu’en affirmant tout simplement haut et fort : SOtM ça marche ! Et pourtant, de prime abord il n’est pas évident de faire la part des choses entre un baratin marketing pseudo scientifique et des affirmations basées sur de vraies analyses et j’imagine que beaucoup d’entre vous se diront que des filtres pour ordinateur c’est de la science vaudou ou des prévisions à la madame soleil ! Cependant, n’oublions pas qu’un ordinateur n’est pas fait à la base pour la hifi et que cet usage est relativement récent dans le monde informatique. Si nous nous penchons sur le problème on se rend compte effectivement qu’un ordinateur ce n’est pas fait pour et que sa conception induit des défauts et des problèmes qui vont totalement à l’opposé des électroniques audiophiles. Il faut donc pallier aux problèmes et leur apporter des solutions, c’est ce que SOtM propose, mais faut-il encore que cela fonctionne et que les solutions proposées soient pertinentes au regard des problèmes à résoudre.

Nous l’avons mesuré, nous l’avons écouté … SOtM ça marche ! Si comme moi l’interface d’un logiciel sur ordinateur est ce qui vous plait le plus dans le monde de la musique dématérialisée, si comme moi vous êtes exigeant et qu’il vous faut une source de compétition, alors SOtM est LA solution qui pourra satisfaire vos attentes.

sotm01

Les astuces : pour profiter de l’iSO CAT6 n’hésitez pas à le jumeler avec d’excellents câbles réseau, bien évidemment les câbles SOtM dCBL-CAT6 sont fortement recommandés. Il sera nécessaire de bien filtrer l’ordinateur au préalable. L’iSO CAT6 est aussi fait pour être utilisé sur un streamer audio, d’ailleurs il sera plus efficace dans ce cas, car un streamer haut de gamme n’est pas une source de bruit électrique comme un ordinateur. La performance de l’iSO CAT6 ne sera donc pas pénalisée en aval. Pensez à tout filtrer dans votre ordinateur, pour cela vous disposez du SATA III Filter et du FAN Filter. La carte USB tX-USBhubIn gagne en performance avec son alimentation mBPS-d2s, n’hésitez pas !

Les étapes pour transformer progressivement votre ordinateur en source numérique de compétition à partir des solutions SOtM :

  1. Filtrez vos unités lectrices SATA et les ventilateurs : SATA III Filter et FAN Filter
  2. Ajoutez une carte USB de compétition : tX-USBexp sur port PCIe, tx-USB sur port PCI, tX-USBhubIn sur port USB interne, tX-USBhubEx en externe sur câble USB.
  3. Améliorez les performances de votre carte USB SOtM : alimentation sur batterie mBPS-d2s est un MUST ! Optez aussi pour un câble USB haut de gamme.
  4. Améliorez la réception des datas issues de votre réseau : filtre iSO CAT6, poussez la performance encore plus loin avec de bons câbles RJ45 !

Nous avons mentionné pratiquement tous les produits SOtM, mais nous ne les avons pas tous testés. Epectaz met à disposition la liste exhaustive des tarifs actuels pour la France sur ce fichier PDF.  Les produits SOtM nous ont été généreusement prêtés par la société Epectaz, pour tout renseignement n’hésitez pas à contacter le sympathique Julien qui pourra vous transmettre toutes les informations nécessaires. J’en profite pour remercier Chaleureusement Julien qui nous a fourni le « kit » utilisé dans ce test.

Remerciements très spéciaux à l’équipe de Avenir-Computer à Antibes grâce à qui j’ai récupéré de quoi confectionner mon câble rallonge USB interne sans quoi finir ce test aurait été un peu compliqué.

Les points positifs :

  • L’efficacité des filtres, le gain se mesure et s’entend.
  • La gestion sur deux batteries de l’alimentation mBPS-d2s ce qui permet un usage ininterrompu.
  • Les filtres SATA III très efficaces qui seront aussi très utiles sur un PC Home Cinéma

Les points négatifs :

  • Le câble USB interne livré avec la tX-USBhubIn est un peu trop court ! Il vous faudra prévoir une rallonge interne, un câble USB interne mâle/femelle.

48 commentaires

  1. avatar

    Il y en a qui utilisent Daphile ? Si oui, vous en pensez quoi de cet OS dédié à la hifi sur PC ?

  2. avatar

    Auteur du commentaire Anthony (tiptoe)J’ai un ssd pour l’os et 3 hdd wd green pour le stockage… mon pchc remplace une oppo, je fais hifi et hc avec.
    4x 90€… sans compter les fan filter, j’ai 6 ventilos.

    Je pense déjà a un Nas, pour l’instant le prix me fait reculer pour 4 baies.. je n’imagine même pas si je rajoute leur cable.. pour lequel j’ai un gros doute par contre sur l’efficacité.

    Autant les filtres sur le bruit j’y croit.. j’ai deja senti de l’amélioration sur d’autres support, autant sur les cables.. réseau qui plus est.

    A mon avis ils se trompent de stratégie en mettant le prix asez haut, il faudrait que ce soit un peu plus accessible pour de la bidouille pc.

    Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de filtrer le NAS vu que le flux est repris en charge par le PC dans tous les cas.

    Avec une telle configuration je suis convaincu qu’un revendeur proposera une remise conséquente.
    N’oublions pas que les prix sont très souvent des prix conseillés à la vente (tarification officielle). Le prix effectif sur le haut de gamme est négociable.

  3. avatar

    Auteur du commentaire Nicolas BécuweIl y en a qui utilisent Daphile ? Si oui, vous en pensez quoi de cet OS dédié à la hifi sur PC ?

    Et pourquoi tu nous ferai pas un petit test mon cher Nico :idea:

    Il y a déjà des tests certes, mais pas de mesures qui indiqueraient un gain. Et puis je fais entièrement confiance à ton oreille !

  4. avatar
    Anthony (tiptoe) /

    @jacko – Je vais voir ça de plus près ;)

    J’ai par contre vue une marque concurrente, dans le meme style, chez Audiophonics
    Ça vaudrait le coup de comparer.

  5. avatar

    Oui il y a un équivalent distribué par Audiophonics.

    Les prix sont intéressants et ils proposent des filtres qui n’existent pas chez SOtM.

    Je ne connais pas leur efficacité et certains filtres semblent moins pratique. Par exemple leur filtre SATA aurait été inexploitable dans le PC de bench RMAA.
    Question simplicité de branchement et flexibilité, les filtres SOtM sont tout de même meilleur.

  6. avatar
    Kawamashi /

    Jacko, tu m’as convaincu. Pour un peu moins de 1400€, je viens de m’acheter… un Oppo HA-1 ! :mrgreen:

    J’ai hâte…

  7. avatar
    Anthony (tiptoe) /

    @jacko – Pourquoi inexploitable?

  8. avatar

    Auteur du commentaire Anthony (tiptoe)@jacko – Pourquoi inexploitable?

    A cause du forme factor.

  9. avatar
    Cédric /

    Bonjour Nicolas,

    Merci pour ton test sur les produits SOtM !!!

    J’utilise pour ma part depuis quelques mois le SOtM SMS100 couplé à un ampli AUDIA FLIGHT THREE S avec bonheur. Ce petit serveur est tout simplement génial mais sa production est stoppé depuis peu…
    Pour encore plus de performances on peut le coupler à la batterie mBPS. Je vais bientôt tester cette configuration.

    Tu rajoute à cela un NAS et une télécommande style IPeng et là on a une config très sympa et facile d’utilisation. D’ailleurs je serai curieux de voir un comparo entre cette config et celle du PC optimisé SOtM.

    A bientôt.

  10. avatar

    @Cédric – Bonjour Cédric,

    Merci pour ton commentaire. Juste une précision, le dossier est de Jacko, pas de moi :)

  11. avatar
    zyq30 /

    mouais produit « idophile » à tarif « idophile » normale :twisted:

    sinon l’auteur de ce teste devrait peut être jeter une oreille sur le 3Dlab nano transport voir player ,au moins pour réévaluer le rapport qualité prix de ces « choses » :roll:

  12. avatar

    Nul n’est tenu d’être parfait ! Mais pour faire la leçon il faut au moins essayer de présenter le choses sous une forme irréprochable.

    3Dlab, 1750€ le nano … bonjour le rapport qualité prix :roll:
    On trouve aussi bien, bien moins cher !
    Déjà chez SOtM on a le sMS-100 qui ne coute que 500€ !
    Et je ne parle même pas des produits que l’on peut trouver chez Audiophonics.
    Pour ma part je ne m’intéresse pas trop à 3Dlab, bons produits mais rapport qualité prix peu avantageux. Lecteur à base d’OPPO hors de prix et ampli classe D très coûteux sur base de modules Hypex …
    Perso bof.

    L’idiophilie c’est surtout de plébisciter des produits sans même savoir ce qu’il y a dedans …

  13. avatar
    Pipou /

    Auteur du commentaire jackoNul n’est tenu d’être parfait ! Mais pour faire la leçon il faut au moins essayer de présenter le choses sous une forme irréprochable.

    3Dlab, 1750€ le nano … bonjour le rapport qualité prix :roll:
    On trouve aussi bien, bien moins cher !
    Déjà chez SOtM on a le sMS-100 qui ne coute que 500€ !
    Et je ne parle même pas des produits que l’on peut trouver chez Audiophonics.
    Pour ma part je ne m’intéresse pas trop à 3Dlab, bons produits mais rapport qualité prix peu avantageux. Lecteur à base d’OPPO hors de prix et ampli classe D très coûteux sur base de modules Hypex …
    Perso bof.

    L’idiophilie c’est surtout de plébisciter des produits sans même savoir ce qu’il y a dedans …

    Je n’aurais pas mieux dit …

    3Dlab me parait le mauvais exemple parfait pour ce type de comparaison … (n’oublions pas qu’il est très vulgaire en « audiophilie » d’ouvrir une boite ou de comprendre vaguement comment ça marche).

  14. avatar
    zyq30 /

    mouais mouais mouais

    ok pour le lecteur bd mais bon ici même,il me semble avoir vu un teste de lecteur oppo modifié pas meilleur marché que le 3Dlab.

    pour le reste,je ne savais pas que le stotm était capable de lire du dsd en natif que les amplificateurs nano étaient équiper de module hypex (il me semble que c’est du pascal mais bon soit)et que la carte réseau suisse couté 3 francs 6 sous .

    de plus votre oppo 1500 + votre sotm 500 = 2000 soit 110 euros de plus que le nano player sans un linux capricieux en prime.

    elle est pas belle la vie?

    ps: j’ai hâte de lire votre future dossier sur le pont optique ,un grand moment à venir

  15. avatar

    Auteur du commentaire zyq30mouais mouais mouais

    ok pour le lecteur bd mais bon ici même,il me semble avoir vu un teste de lecteur oppo modifié pas meilleur marché que le 3Dlab.

    pour le reste,je ne savais pas que le stotm était capable de lire du dsd en natif que les amplificateurs nano étaient équiper de module hypex (il me semble que c’est du pascal mais bon soit)et que la carte réseau suisse couté 3 francs 6 sous .

    de plus votre oppo 1500 + votre sotm 500 = 2000 soit 110 euros de plus que le nano player sans un linux capricieux en prime.

    elle est pas belle la vie?

    ps: j’ai hâte de lire votre future dossier sur le pont optique ,un grand moment à venir

    Les OPPO 3Dlab montent à 7000€ … ce que nous avons testé est à moitié prix …

    Vous avez raison, le combo OPPO + SOtM coûte 110€ de plus ! Avec en prime un lecteur optique de tout premier ordre capable de lire les CD, SACD, DVD et BR. On y ajoute des processings vidéo très performant et un décodage audio très complet. C’est vrai que la vie est belle et que pour 110€ de plus c’est une très belle affaire :lol:

    Le dossier dont vous parler :?:
    Attendra votre approbation :!:
    Nous serons ravi d’être illuminé par votre maîtrise du sujet.

  16. avatar

    Petite news ! J’ai réceptionné un nouveau câble de liaison USB interne de 40cm en remplacement du câble court livré en standard avec la tX-USBhubIn.
    Plus besoin de rallonge ! Merci SOtM et merci Julien d’Epectaz.

  17. avatar
    DJJlpdg /

    Bonjour,
    le sujet n’est pas récent mais toujours d’actualité, avez-vous envisager la comparaison avec une solution SABRE ES9018 low cost
    (-500€) comme ELFIDELITY AXF-101 + AUDIO-GD NFB-11 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: