Facebook Tweeter Tweeter

Test Cambridge Audio CX N : un lecteur réseau et préamplificateur Hifi très complet !

 

Cambridge CX (22)

Le lecteur réseau Cambridge Audio CX N fraîchement dévoilé et en test aujourd’hui représente une solution très intéressante pour écouter votre musique dématérialisée, mais pas seulement. En effet, le grand intérêt de ce lecteur c’est qu’il peut également servir de préamplificateur ou DAC externe et permet donc d’améliorer la qualité audio d’un lecteur CD, Blu-ray, un téléviseur, un lecteur multimédia ou autres appareils. Si on rajoute à ça les compatibilités Bluetooth, AirPlay, UPnP/DLNA, Samba et sa connectique très riche, sa nouvelle application, ce lecteur méritait réellement que l’on s’y intéresse de plus près. Seules inconnues, sa stabilité, son confort d’utilisation et surtout la qualité audio qu’il propose. C’est ce que nous allons juger lors de ce test complet.

Protocole de test :

  • Lecteur réseau Cambridge CX N (1099 €)
  • Amplificateurs Cambridge CX A80 et Hegel H160
  • Enceintes Triangle Gaïa Esprit EZ
  • Câble secteur et enceintes JSV Audio
  • Câble XLR XXL Oehlbach

Présentation et fonctionnalités du Cambridge CX N

IMG_6719

Le lecteur Cambridge Audio CX N est donc le petit frère du Cambridge 851N et remplace l’ancien Stream Magic 6 duquel il est assez proche. La gamme Azur reste donc un choix plus haut de gamme que la gamme CX (sauf pour les amplis AV). Comparé au 851N, si on perd quelques fonctions (comme les filtres audio), quelques connecteurs et l’alimentation linéaire, le CX N propose tout de même ce qu’il faut pour faire de lui un lecteur réseau de choix et il peut même être utilisé comme préamplificateur stéréo ou DAC externe grâce à son contrôle du volume configurable en sortie volume fixe et ses entrées numériques.

IMG_6723

La gamme CX propose un design très séduisant et moderne, comme souvent chez Cambridge qui soigne l’apparence de ses appareils. Lors de la prise en main du CX N, on se rend tout de même compte que ce lecteur est assez léger, mais profite tout de même d’une attention particulière avec un châssis 100% aluminium, une très belle finition, un packaging soigné avec des polystyrènes de qualité, prévus pour durer (c’est toujours utile de pouvoir conserver un emballage en bon état) une petite housse pour loger le lecteur, la télécommande ergonomique qui permet de contrôler également le lecteur CD et les amplificateurs CX A60 et A80, même si son look n’est pas aussi classe que les télécommandes de la gamme Azur, le câble de contrôle Bus, la petite antenne USB pour le Wi-Fi, et un petit kit de bienvenue avec des photos de l’équipe Cambridge. Seul regret, l’absence du dongle Bluetooth vendu en option, la télécommande un peu moi classe que l’ancienne, et la disparition des 3 filtres numériques qui étaient sélectionnables en façade (cela dit, vu leur influence, ce n’est pas une grosse perte).

IMG_6720

IMG_6716

Malgré son poids léger de 3.5 kg, en ouvrant ce lecteur réseau on se rend tout de même compte d’une belle électronique toujours aussi soignée chez ce fabricant. Par exemple, même si on ne retrouve pas l’alimentation linéaire de la gamme Azur, on trouve une très bonne alimentation à découpage. Je ne vais pas rentrer dans les détails de cette électronique, mais il est toujours bien de connaitre les chipsets, DAC et DSP qui nous indiquent le potentiel de l’appareil.

Cambridge CX (27)

Vu globale de l’électronique

Cambridge CX (31)

Alimentation à découpage

Par exemple, nous savons que malgré la possibilité de lire du DSD via USB-B, la présence des DAC Wolfson gérant uniquement le PCM ne permet pas de gérer le DSD en natif. Ce dernier est donc converti en PCM par le DSP. Cela ne veut pas dire que la lecture des fichiers DSD ne sera pas bonne, au contraire elle est excellente, mais on ne retrouve pas le timbre particulier du DSD. De plus, nous trouvons également une interface digitale Cirrus Logic CS8416 associée à une interface USB XMOS d’excellente qualité et compatible DSD64 et PCM 192 kHz. Nous pouvons également voir que le lecteur fonctionne avec un microprocesseur ARM Cortex A8 Texas Instrument, probablement sous un OS Linux. Le DSP est un SHARC Analog Device ADSP-21261, on trouve des relais Massube ME-2(5v), des condensateurs WiMA souvent utilisés dans les appareils hifis, et donc, deux DAC Wolfson WM8740 en configuration symétrique pour optimiser la sortie XLR symétrique et donc améliorer la diaphonie par rapport à la sortie RCA asymétrique. Le circuit est donc réellement symétrique, on peut d’ailleurs le remarquer sur els captures, mais la conception de l’appareil n’est pas entièrement symétrique. Il aurait fallu vraiment deux alimentations séparées, deux cartes isolées, etc. Mais pour le prix de ce lecteur, c’est déjà pas mal du tout.

Rajoutons à cela une technologie propriétaire, que Cambridge utilise depuis un moment sur ses appareils, un filtre digital de 2e génération ATF2, avec sur-échantillonnage à 384 kHz. Ce filtre est actif par défaut, impossible à désactiver, et on ne profite pas du choix des filtres digitaux comme le propose le lecteur Azur 851N. Les puristes regretteront peut être l’impossibilité de désactiver ce filtre, pour ma part je n’ai pas ressenti de rendu dénaturé, ni vraiment d’influence d’ailleurs.

IMG_6727

Passons à la connectique de ce lecteur qui vraiment trés riche et qui permet donc de l’utiliser également comme DAC ou préampli, car on peut choisir une sortie à volume fixe ou variable. On trouve donc une entrée Optique et Coaxial pour améliorer le rendu audio d’un TV, lecteur CD, Blu-ray, console, tuner, Box TV, etc. Une sortie Coaxial et Optique qui permettent de confier le flux numérique à un autre DAC si vous possédez un modèle plus performant. Nous avons également le choix entre une sortie RCA asymétrique et XLR symétrique. On trouve évidemment un port Ethernet, mais également un port USB pour connecter le dongle Wi-Fi fourni. On peut également rajouter un dongle Bluetooth, mais ce dernier est vendu en option (dommage). On remarque également une entrée/sortie Control Bus pour optimiser le fonctionnement si le lecteur est connecté à un ampli Cambridge.Un déport IR est présent si jamais vous placez le lecteur dans un meuble fermé.

IMG_6728

IMG_6731

Deux ports USB 2.0 Host (un à l’avant, l’autre à l’arrière) permettent de connecter un HDD formaté en FAT32 ou NTFS. Petite précision à ce sujet, car le CX N est l’un des rares lecteurs réseau à gérer le protocole Samba ce qui lui permet d’accéder aux contenus des HDD connectés via USB depuis l’application avec gestion des tags et pochettes d’albums. Vous pouvez donc également accéder aux NAS. Sinon, pour lire les contenus via USB avec la télécommande, il faut aller dans le menu « Librairies ». Je le précise, car au départ j’ai cru qu’il fallait choisir USB Audio dans le menu « Entrées », mais non, ici c’est pour choisir l’entrée USB-B connectée à un ordinateur.

IMG_6730

Cambridge CX (28)

Enfin, un mot sur le connecteur USB-B qui propose deux positions. La première position (USB 1.0) est plug-&-play, c’est-à-dire que vous n’avez pas besoin d’installer de driver pour l’utiliser, le driver s’installera automatiquement par Windows, mais ce sera limité au PCM et en 96 kHz. La deuxième position, USB 2.0 nécessite l’installation du driver Cambridge et permet de gérer le DSD64 et le LPCM 192 kHz en passant par les 44.1, 88.2, 96, 176.4 kHz en 16 ou 24 bits. Ce port USB-B est donc géré par l’interface USB XMOS qui permet de proposer une liaison asynchrone de bonne qualité, presque aussi bonne que via Coaxial. L’avantage par rapport à la liaison Coaxial ou Optique, c’est donc la possibilité de lecture Bitperfect qui permet de bypasser le gestionnaire audio de Windows en sortant le même échantillonnage que le morceau en cours de lecture. En passant par Windows (en Coaxial ou Optique), on est obligé de choisir un échantillonnage de sortie fixe. Par contre, attention, par expérience, malgré ce qui est dit, la liaison asynchrone, contrairement à la liaison synchrone, ne m’a jamais permis d’avoir un niveau de jitter plus bas que via Coaxial ou Optique et je dirais même au contraire. La qualité de transfert via USB-B asynchrone est très dépendante de la qualité des composants et filtres du PC. Vous remarquerez un switch Ground/Lift pour éliminer les éventuelles remontées de bruits afin d’optimiser le transfert USB.

Les fonctions réseau et interface du CX N

Cambridge CX (4)

Passons rapidement l’accès aux services de musiques en ligne, car de ce côté, ce n’est pas son plus grand atout. A part Spotify et l’accès aux webradios, il n’y a pas grand-chose. Aupeo! est accessible, mais va être supprimé pour des raisons de compatibilité avec les changements de codec audio utilisé par Aupeo! (d’aprés Cambridge). Sinon, on trouve MP3Tunes, Live365, Pandora, BBC iPlayer Radio, quelques Podcast et évidemment l’accès aux Webradios vTuner.

Cambridge CX (7)

Cambridge CX (47)

Cambridge CX (46)

C’est plus intéressant du côté du support réseau avec le Wi-Fi, AirPlay, le Bluetooth aptX (en option), le DLNA/UPnP et protocole Samba. Surtout que la fonction AirPlay est vraiment bien intégrée. Par exemple, pour ma part, j’utilise l’application Qobuz sur mon iPad et lorsque je lis un album via AirPlay sur le CX N les pochettes d’albums s’affiche sur l’écran, en couleur, avec les tags et infos. On peut même changer le style de l’affichage pour n’afficher que la pochette, que les tags, ou les deux à la fois. Idem pour les services de musiques en ligne, si vous écoutez une station radio l’icône est affichée sur l’écran avec le codec audio utilisé. Vous avez même le choix entre les diverses qualités de flux proposées par les webradios. Certains regretteront évidemment l’absence de services comme Deezer, HighResAudio ou Qobuz.

Pour finir, je vous propose de découvrir les menus et réglages de l’interface en photos, cela vaut mieux qu’un long discourt et c’est plus explicite.

L’application Cambridge Connect

Cambridge a donc développé une nouvelle application sympa, compatible iOS et Android. Il s’agit en fait d’une évolution de l’ancienne application qui sera arrêtée prochainement. Rien de révolutionnaire au rayon nouveautés, mais elle était déjà pas mal et dorénavant c’est plus stable, plus fun et on trouve quelques fonctions en plus comme la création de playlist. Il faut un peu de temps pour la prendre en main et comme d’habitude, votre expérience avec cette application dépendra de la façon dont vous avez organisé, tagué et géré votre bibliothèque de musique sur votre ordinateur.

Si tout est bien tagué, nommé, associé à des pochettes d’albums, vous aurez une superbe présentation. Dans le cas contraire, l’application pourra paraître un peu basique, elle ne gère pas toutes les façons de taguer les pochettes, mais ce qui est certain, ce que les possibilités sont nombreuses, avec possibilité de lancer les fichiers stockés sur USB (Samba), ou partagés via DLNA (UPnP), possibilité de créer des playlists, de créer une file d’attente, contrôler une partie du lecteur (entrées numériques, accès aux services de musiques en ligne, webradios, parcourir votre HDD connecté via USB, parcourir vos musiques stockées sur NAS ou sur votre ordinateur via UPnP ou Samba, contrôler le volume et du coup, celui de l’amplificateur CX A80 si celui-ci est bien relié au CX N via son port Control BUS.

On trouve également une fonction recherche des radios par nom, codec, pays, bitrate, style de musique. Par contre, quelques regrets tout de même. Une vraie télécommande aurait été sympa pour vraiment contrôler entièrement le lecteur. Il n’y a pas d’avance rapide, ni de filtres pour rechercher ses albums par artiste, genre, instruments, compositeur, codec comme le proposent certaines applications (je pense aux lecteurs réseau Aria par exemple, mais ce n’est pas le même prix). Cela dit, encore une fois, si votre partage UPnP est bien réalisé, votre serveur UPnP peut proposer ces fonctions.

iPhone App Connect Cambridge

Principales caractéristiques :

  • Design plus fluide, meilleure stabilité
  • Un contrôle presque complet de votre lecteur de musique en réseau .
  • Parcourir et lire des pistes à partir de vos serveurs UPnP ou des NAS
  • Création de file d’attente.
  • Radio Internet avec fonctions Recherche par genre, localisation, qualité, nom.
  • Mémorisation des stations radio.
  • Compatible Bluetooth avec le Cambridge Audio BT100 vendu en option
  • Sélection d’entrées numériques.
  • Permet de contrôler le volume du lecteur ou d’un ampli Cambridge (connexion entre le lecteur et l’ampli via Control Bus nécessaire)
  • Parcourir les fichiers sur un HDD connecté via USB.
  • Affichage des pochettes, informations et tags

Compatibilité multimédia du CX N

Cambridge CX (46)

Pas de grosses surprise du côté de la gestion multimédia, tous les formats annoncés par Cambridge sont lus, sans souci jusqu’en 192 kHz pour certains, que ce soient les Flac, le WAV, AIFF, WMA, MP3, AAC, HE AAC, AAC+ et Ogg et que ce soit via le réseau ou USB. Par contre, à l’heure ou le DSD est annoncé sur de nombreux appareils, le CX N ne lit pas le DSD, ni le MLP du DVD-Audio, mais tous les formats les plus courants sont parfaitement lus avec leurs tags et pochettes. Autre petite déception, la lecture Gapless n’est possible que si vous créez des listes de lecture ou file d’attente.

Je vous propose un résumé de cette gestion multimédia, sous forme de listing :

  • Le Lecteur est compatible gapless, mais uniquement sur les listes de lecture et les files d’attentes
  • Les fichiers WAV et Flac 44.1, 48, 88.2, 96, 176,4 et 192 kHz sont parfaitement lus via DLNA et USB
  • Le AIFF, ALAC et Ogg sont lus en 16 & 24-bit @ 12/16/22.05/24/32/44.1/48/88.2/96 kHz
  • Le flac en CDimage, ou les Flac 5.1 et 4.0 ne sont pas lus (aucun fichier audio multicanal n’est lu, même downmixé en stéréo).
  • Les fichiers DSD, MLP, le WavPack, le Wav/DTS et le Monkey’s Audio (.ape) ne sont pas lus
  • Le DSD est géré uniquement via USB-B, mais converti en PCM par le DSP
  • Les WMA, AAC, HE AAC, AAC+ et MP3 sont lus sans problème
  • Les pochettes d’albums, tags et infos sont affichées sur l’application et sur le lecteur que ce soit en lecture UPnP/DLNA ou via USB
  • Trois styles de présentation : Pochette ou Pochette + tags ou Tags seuls
  • On peut naviguer dans les menus du lecteur ou de l’application sans interrompre la musique en cours de lecture
  • La lecture réseau est fonctionnelle en DLNA/UPnP, NAS et depuis les périphériques USB connectés au lecteur.
  • Le Cambridge CX N fait office de serveur multimédia avec les HDD connectés via USB

Le Cambridge CX N à l’écoute

Pour ce test, j’ai utilisé deux amplificateurs stéréo, le Cambridge CX A80 et le Hegel H160. Inutile de préciser que le Hegel offre une meilleure qualité d’écoute, plus droite, plus « analogique » ou « organique » que le A80, mais ce dernier est tout de même très intéressant, car évidemment bien plus abordable, mais tout de même doté d’une dynamique et attaque surprenantes. Il est moins droit, offre un rendu plus clair et une petite mise en avant du bas médium et du grave, ce qui peut être intéressant sur certaines enceintes au médium un peu en retrait. Pour les enceintes, j’ai utilisé des Triangle Gaïa de la gamme Esprit EZ fraîchement dévoilée. Ce sont des enceintes dotées d’un joli médium, un grave un peu court, et un aigu un peu sensible qui peut offrir un rendu légèrement montant ou brillant selon les électroniques utilisées, mais, nous le verrons plus bas, le gros avantage des Dacs Wolfson, c’est justement cette particularité à calmer les aigus montant ou brillant et éliminer les risques de sifflante avec les « S ». En clair, le CX N est une source parfaite pour ce type d’enceinte, mais pourra se montrer un peu trop doux sur des enceintes au rendu un peu doux, mat ou feutré.

Cambridge CX (21)

Ceux qui suivent HDfever savent que j’apprécie grandement la signature des DACs Wolfson, même si évidemment elle dépend grandement de leur intégration et qu’ils ne traitent pas le DSD. Cambridge utilise ces DAC depuis longtemps et des les premières minutes d’écoute j’ai de suite retrouvé ce rendu que j’affectionne : très naturel, des graves et des médiums bien ronds , précis et profonds, un aigus doux tout en restant parfaitement définis. Le seul petit reproche que certains pourront faire, c’est un léger manque de mordant, mais cela dépend aussi de l’ampli utilisé. Avec un ampli comme le CX A80 je dirais même que les Wolfson permettent de corriger sa clarté pour offrir un rendu plus naturel, chaleureux et rond et permettent d’offrir des aigus plus agréables, calmer ce côté légèrement brillant associé aux enceintes Triangle. Pour donner, un exemple, l’OPPO BDP-105D donne de moins bons résultats sur le CX A80 que lorsque j’utilise le CX N en préamplificateur sur cette configuration.

En fait, ce CX N propose un rendu assez proche du lecteur Blu-ray Cambridge 752BD, mais avec l’avantage de la sortie XLR qui offre ici une diaphonie plus basse qu’en sortie RCA et donc une scène sonore plus ouverte et profonde, plus holographique. En toute franchise, le CX N offre vraiment une superbe musicalité, une écoute très séduisante, douce, aérée, riche en détail, fluide, très agréable, jamais fatigante grâce à cette réponse en fréquence en pente douce dans le haut du spectre. Le plus étonnant c’est qu’il arrive à donner de bons résultats même avec des sources compressées comme le Bluetooth, le MP3, AAC ou autres.

Il est difficile à dire si l’upsampling 384 kHz apporte quelque chose vu que l’on ne peut pas le désactiver pour comparer les écoutes, mais je pense que cette faculté à corriger les enregistrements de qualité moyenne vient peut-être de ce filtre numérique. D’autre part, je n’ai pas remarqué d’influence négative sur le rendu des fichiers lossless ou à haute résolution, même si j’aurais aimé une attaque de note légèrement plus affirmée. Cela dit, la qualité est vraiment excellente pour un lecteur réseau de ce prix et aussi fonctionnel.Il est même meilleur que beaucoup de DAC externes que j’ai pu tester. Nous le verrons également avec les mesures, mais sa qualité intrinsèque est très surprenante ! C’est d’autant plus intéressant que ce lecteur peut être utilisé comme préamplificateur hifi ou DAC externe.

Cambridge CX (22)

Les mesures sont une chose, intéressantes, mais la musicalité et le timbre ne se mesurent pas et ça chacun a ses attentes et ses goûts personnels. Certains préféreront encore plus de douceur et de chaleur, d’autres plus d’attaque et de mordant, mais pour ma part je trouve que le CX N, tout comme le 752BD offre un juste milieu, un parfait équilibre sans agressivité tout en proposant une grande analyse et une très belle gamme dynamique, un niveau de bruit très bas qui permet d’offrir de beaux silences entre les notes, sans souffle et une belle aération à l’écoute.

Les notes sont pleines, texturées et denses, avec des voix de toute beauté, très soutenues, charnelles, incarnées. Avec cette petite douceur et rondeur, les voix féminines comme celle d’Agnés Obel, Mélody Garbot (et son excellent dernier album Currency of Man), Julia Stone et sa voix douce, presque enfantine, sont délicates, charnelles, douces, tout en conservant leur caractère avec une reproduction des moindres petits détails, comme les bruits de bouche, de façon très réaliste, ce qui renforce la sensation de proximité avec les chanteuses.

Cambridge CX (44)

Grand fan de guitare, j’ai vraiment apprécié écouter les albums Brothers in Bamako et Live à Fip d’Éric Bibb, un artiste qui incarne cette nouvelle vague de Blues moderne, mélangé avec un peu de Folk, Gospel et musique traditionnelle d’Afrique de l’Ouest. Sur le CX N, on reconnait tout de suite la signature de la guitare de Bibb, avec un ciselé et un filé sublime, un pincement de corde à la fois incisif et raffiné, avec une fin de note douce, lumineuse, précise, sans exagération au niveau de la brillance, sans acidité, bref une écoute à faire frémir les passionnés de musique acoustique !

J’ai enchaîné sur un album que j’ai découvert récemment, le Live de de Ahmad Jamal à Marciac (une pure merveille de festival de Jazz qui se déroule à 150 km de chez moi et qui a reçu tous les plus grands noms du Jazz). Sur cet album le CX N m’a offert des textures riches, une spatialisation démente et une justesse des timbres qui vous transporte au cœur même du concert, une vraie ambiance de Live !. Toute l’ambiance est bien reproduite, celle de la foule, le positionnement des musiciens est parfaitement retranscrit. Les lives en général rendent bien avec ce lecteur, en partie grâce à son niveau de diaphonie très bas qui offre une scène profonde et spatiale. Si le rendu des Wolfson est doux, cela n’empêche pas de proposer une reproduction du violoncelle dense et physique, on ressent bien la vibration des cordes (l’ampli n’y est pas non plus rien évidemment), les cuivres sont superbe, sans agressivité. Très, très belle écoute !

Analyses du circuit audio analogique

Pour analyser les sorties analogiques XLR du Cambridge Audio CX N, j’ai donc utilisé le logiciel de mesure RightMark Audio Analyser Pro. Les résultats en sortie RCA sont très proches, quasi équivalentes sauf un niveau de diaphonie légèrement plus haut. Plusieurs échantillonnages ont été analysés, mais je n’ai retenu que les mesures en 96 khz / 24 bits, sachant q’en 16 bits il atteint 97 dB de SNR. J’ai utilisé l’entrée Coaxial pour lire les signaux d’analyses avec le CX N. L’entrée USB offre des résultats un peu moins bons, comme pratiquement à chaque fois, mais les mesures restent tout de même très bonnes. On perd environ 5 dB de SNR via USB-B comparé à l’entrée Coaxial. Vu le niveau du SNR cela reste très bon.

Enfin dernière précision, pour ceux qui ont du mal à interpréter ces chiffres, RMAA Pro offre un rapport d’analyse avec des évaluations sur les résultats jugés d’ « Excellent », « Très bon « , « Bon », « Moyen », « Mauvais » ou « Très Mauvais ». Ce n’est donc pas moi qui donne les évaluations de qualité, mais bien le logiciel qui donne son verdict. Je vous interprète également ces résultats, car ces mesures ne diront pas grand-chose à la grande majorité d’entre vous, ce qui est normal. Et pour terminer, je précise que les mesures ne sont pas représentative de la musicalité, mais de la qualité du signal. Il n’est pas rare que des mesures soient moins bonnes sur un appareil plus musical qu’un autre doté de très bonnes mesures. Par contre il faut tout de même que ces mesures restent dans un minimum accepatable. Evidemment que s’il y a trop de bruit, pas assez de dynamique ou une mauvaise diaphonie, la musicalité va en pâtir.

CX N 96 khz

Réponse en fréquence

fr

From 20 Hz to 20 kHz, dB
-0.22, +0.02
From 15 Hz to 20 kHz, dB
-0.22, +0.02

Une belle réponse en fréquence linéaire sur la grande partie des fréquences, mais on peut remarquer cette pente douce dans les haute fréquence qui entraîne ces aigus doux qui peuvent donc corriger des électroniques ou enceintes montantes. même si RMAA juge cette réponse en fréquence de bonne et pas d’Excellente, n’oublions pas que beaucoup d’électroniques HiFi haut de gamme propose des réponse en fréquence en cloche, donc plus courtes que ça pour offrir un rendu doux. On remarque ra également que les graves chutent un peu tôt, donc ils ne seront pas aussi profonds que sur certains DAC ou lecteurs, mais ce sont des graves précis et ronds, très jolis à l’écoute. Encore une fois, il faut toujours interpréter les mesures.

Niveau de bruit

noise

Left
Right
RMS power, dB
-112.3
-113.1
RMS power (A-weighted), dB
-114.4
-115.3
Peak level, dB FS
-81.1
-81.1
DC offset, %
+0.0
+0.0

Le bruit planché est extrêmement bas (-145 dB, mais remonte un peu dans les basses et hautes fréquence. Cela dit, avec un niveau de bruit de -115 dB Pondéré A cela fait parti des meilleures mesures de niveau de bruit, meilleur que l’OPPO BDP-105Eu par exemple. Cette mesure est évidemment très importante, c’est elle qui va renseigner sur la qualité des silence, des détourages de note, et influe grandement sur la gamme dynamique et donc la mesure du SNR. On remarque également la précision de la courbe, avec très peu de pics, des pics très courts, signe d’un niveau de jitter très bas et d’une grande précision du signal (et cela se ressent évidemment à l’écoute)..

Gamme Dynamique

dynamics

Left
Right
Dynamic range, dB
+112.8
+113.2
Dynamic range (A-weighted), dB
+114.5
+115.0
DC offset, %
+0.00
+0.00

Très dépendante du niveau de bruit, la mesure de la gamme dynamique va nous renseigner sur la richesse du signal, sa capacité à restituer les micro-détails, à offrir une écoute aérée, précise, riche. Ici avec 115 dB en Pondéré A il s’agit là aussi d’une excellente mesure, parmi les meilleures mesurées, même comparée aux DAC de très bonne qualité.

THD + Bruit (-3 dB FS)

thd

Left
Right
THD, %
+0.0009
+0.0036
THD + Noise, %
+0.0012
+0.0036
THD + Noise (A-weighted), %
+0.0013
+0.0047

Avec un THD de 0.0022% de moyenne il s’agit d’un tres faible taux de distorsion, mais peut mieux faire. Les meilleurs DAC proposent 0.0005%. On remarquera également que le canal droit affiche plus de THD que le gauche, peut être à cause d’interférences dû au rayonnement de l’alimentation à découpage. µOn remarque également de nombreux pics, appelés harmoniques, mais attention, si c’est considéré comme un défaut par les mesures, les harmoniques vont influencer sur la neutralité et transparence du signal. Plus il y a d’harmoniques, plus le timbre et chaleureux et certains aiment ce style de timbre. Un amplificateur à tube propose un THD plus élevé qu’un amplificateur à transistor, pourtant certains préfèrent le tube. Ici, le CX N offre un timbre légèrement chaleureux, mais il n’y pas non plus beaucoup d’harmoniques, le THD reste très droit, on est donc plus proche d’un timbre neutre que chaleureux.

Distorsion d’intermodulation

imd

Left
Right
IMD + Noise, %
+0.0015
+0.0039
IMD + Noise (A-weighted), %
+0.0011
+0.0022

Cette valeur indique la capacité des AOP (amplificateur opérationnel intégré aux  circuits analogiques des cartes son) à amplifier un signal sans déformer le signal d’entrée. Si le signal de sortie n’a pas la forme du signal d’entrée, on dit qu’il y a distorsion. La non-linéarité d’amplitude donne de la distorsion harmonique et entraîne de l’intermodulation. Plus cette valeur sera faible, plus le signal de sortie amplifié sera fidèle au signal d’entrée non amplifié. Une Distorsion d’intermodulation de +0.005 est déjà excellente. Ici on atteint  0,0023, signe que les AOP font bien leur travail, mais on remarque encore une fois que la valeur est plus élevée sur la canal droit que gauche. Une alimentation linéaire aurait pu apporter un plus à ce niveau.

Diaphonie stéréo

Diaphonie

Left
Right
Crosstalk at 100 Hz, dB
-103
-102
Crosstalk at 1000 Hz, dB
-108
-109
Crosstalk at 10000 Hz, dB
-111
-109

La diaphonie, c’est comme le ghosting avec la l’image stéréoscopique (la 3D) moins il y a de diaphonie, plus la séparation de canaux est bonne et donc plus la spatialisation sera meilleure avec une belle enveloppe sonore, de la profondeur d’écoute, de l’ouverture. C’est le cas ici, le CX N offre une diaphonie très basse à -110 dB de moyenne sur toute la réponse en fréquence, ce qui est assez rare. Evidemment, ces mesures sont réalisées via XLR, donc si vous sortez via RCA la diaphonie sera un peu moins bonne, mais elle atteint tout de même les -104dB.

IMD (Balayage de tonalité)

imdswept

Left
Right
IMD + Noise at 5000 Hz,
0.0015
0.0045
IMD + Noise at 10000 Hz,
0.0013
0.0027
IMD + Noise at 15000 Hz,
0.0014
0.0022

Conclusion

Sans aucune hésitation le Cambridge Audio CX N est un lecteur réseau vraiment intéressant et j’ai pris beaucoup de plaisir à le tester et à l’utiliser par le nombre de possibilités qu’il offre, la qualité d’écoute, sa simplicité d’utilisation, son application très intéressante. Je n’ai pas grand chose à lui reprocher. On eut regretter l’absence de lecteur des fichiers DSD, mais vu son architecture et son incapacité à filtrer le DSD nativement, cela n’aurait pas servi à grand-chose et il sera toujours possible de lire du DSD depuis l’ordinateur en connectant le CX N via USB-B, mais là aussi, le DSD sera converti en PCM. Dans le même style, l’absence de lecture APE, MLP ou WavPack est un peu dommage, mais ce sont des formats de moins en moins utilisés (pour ma part, j’ai tout de même pas mal d’albums en MLP et APE).

IMG_6723

Le seul point qui m’a un peu dérangé, c’est que l’on soit obligé de créer des listes de lecture ou files d’attente pour avoir une lecture Gapless. En espérant que Cambridge corrige cela avec un firmware pour proposer une lecture gapless en lecture « normale », mais bon, la possibilité existe et c’est mieux que rien. Enfin, je regrette également que pour le prix le dongle Bluetooth soit optionnel, même si avec le DLNA, l’AirPlay, l’UPnP ou la possibilité de lire des fichiers via USB et même de les lancer depuis l’application, cela fait pas mal de solutions plus intéressantes que le Bluetooth pour écouter sa musique.

En dehors de ces petits regrets, ce CX N est un pur bonheur à utiliser au quotidien autant pour ses fonctions de préamplificateur hifi de qualité, de DAC externe que de lecteurs réseau avec l’affichage des pochettes en couleur (y compris via AirPlay), son design classe, son application sympa qui permet de lancer les fichiers via USB ou partagés sur le réseau (NAS et UPnP). Attention toutefois, ce n’est pas vraiment du protocole Samba, le lecteur partage lui même les fichiers connectés sur USB grâce à ses fonctions de serveur DLNA. Les services internet sont limités, mais on a tout de même accès à Spotify, à des milliers de Webradios, podcasts et MP3Tunes. Dommage pour Aupeo! qui sera supprimé bientôt.

Expérience Audio - 5 étoiles

Enfin, et c’est le plus important, j’ai vraiment été surpris par ses qualités intrinsèques avec un signal analogique de grande qualité, et cette très belle musicalité propre aux DACs Wolfson qui sont bien intégrés et en configuration symétrique (deux dacs) pour la sortie XLR. Avec un SNR de 115 dB, une diaphonie et un THD aussi bas, ses fonctions de DAC et préamplificateur avec contrôle du volume prennent tout leur sens ! C’est un lecteur réseau qui peut vraiment améliorer la qualité audio de tous les appareils connectés dessus en numérique. Vous pouvez y connecter votre TV, lecteur Blu-ray, CD, ordinateur, console, etc.

Le Cambriudge CX N est donc une vraie réussite et il remplace très avantageusement le Stream Magic 6. Bravo Cambridge pour ce bel appareil qui reçoit aisément l’Award 5 étoiles HDfever.

  • Qualité de fabrication :
  • Connectique : 
  • Qualité audio analogique : 
  • Musicalité des timbres :
  • Qualités des composants intégrés : 
  • Fonctionnalités : 
  • Prise en charge multimédia : 
  • Rapport qualité-prix : 
  • Note finale : 8,5/10

Ce que j’ai aimé avec le Cambridge Audio CX N

  • Un lecteur polyvalent et fonctionnel
  • Très agréable à utiliser au quotidien (simple, efficace)
  • Le superbe écran haute résolution et en couleur pour afficher le menu, les tags, infos et pochettes
  • La qualité de fabrication de très bonne facture et el design
  • La musicalité, la douceur et le naturel des timbres
  • Un signal analogique d’excellente qualité
  • Une électronique de très bonne qualité
  • La connectique très riche avec sortie XLR, USB-B, entres/sorties numériques
  • Les connexions réseau et sans fil : AirPlay, Bluetooth, UPnP/DLNA, Wi-Fi
  • Une application prometteuse, agréable et qui permet de contrôler en partie le lecteur
  • La fonction préampli avec contrôle du volume, ou DAC externe avec volume fixe
  • Très bon rapport qualité/prix

Ce que je regrette avec le Cambridge Audio CX N

  • L’absence de gestion des APE, MLP, WAV-DTS, et DSD
  • La lecture Gapless un peu contraignante (uniquement sur les listes de lecture et files d’attente)
  • Le dongle Bluetooth en option
  • Les services de musiques à la demande limités
  • Pas de sortie Casque

43 commentaires

  1. avatar

    Merci beaucoup lacouric et Nicolas Bécuwe !!
    très sympa ces renseignements.
    de mon côté je vais voir si ce Yamaha comporte une sortie « pré-out ».
    et ce CXN me fait bien envie…
    aussi bien je garde mon lecteur CD Audio Analogue qui comporte aussi un DAC Asahi Kasei 4395 il me semble et je prend le CXN et son ampli CXA80 qui sera plus en accord,qu’avec mon ampli Puccini ne serait ce déjà pour profiter du « control-bus » entre le CXN et le CXA.
    le Puccini est un petit peu trop « orienté » vers le aigu,sinon c’est un ampli qui est assez « pêchu ».
    et je branche aussi mon ampli Yamaha sur le CXN pour profiter du stéréo sur 5 enceintes.

    Cordialement…

  2. avatar

    bon ben voilà,CXN et son ampli CXA80 avec le dongle bluetooth, achetés,branchés,écoutés.
    beaux produits,belle finition et excellent rendu sonore,bien détaillé,très pêchu et ce dès que l’on tourne le bouton de volume.
    je l’ai branché en ethernet.
    par contre l’appli connect Cambridge audio,au début est un peu déroutante de par sa logique(anglaise ??),mais une fois compris le « truc »,ça va tout seul.
    sur vos photos d’essais je vois qu’il y a une interface écrite en français « lire maintenant,lire suivant,ajouter à la liste,remplacer la liste »,alors que sur mon appli,je suis sur IPAD2,c’est inscrit en anglais quand je fais le clique pour envoyer mes musiques dans la colonne de droite du tableau et ainsi les écouter.
    y aurait il une astuce pour que ce soit en français ??
    sinon,très belle ensemble que Cambridge Audio a créé là.
    et mes meilleurs voeux pour 2016.
    Cordialement…

  3. avatar
    Baki /

    Bonjour,

    est ce qu’il est prévu un test du Azur 851N ? pour avoir une comparaison avec le CXN.

    Merci.
    Baki

  4. avatar

    @Baki – Bonjour Baki,

    Il ne fait aucun doute que l’Azur 851N est bien meilleur d’un point de vu qualité de l’électronique, avec une conception symétrique et j’ai testé le DAC AZur 851D qui reprend un peu la même électronique avec une très belle écoute.

    Cela dit, malgré son aspect moins « haut de gamme », le CX N embarque des DAC Wolfson qui offrent une signature sonore que j’apprécie beaucoup, très douce et définie, très agréable à l’écoute, jamais fatigante.

    Sinon, l’application est identique sur la gamma Azur et CX, et la gestion multimédia assez similaire…

  5. avatar
    Sebastien /

    Bonjour,

    Merci pour ce test vraiment complet.
    Je possède des Triangle Celius 902, et je suis a la recherche d’un ampli + lecteur réseau. Est-ce que l’association avec le CXN + CXA80 est également cohérente ?(à savoir calmer les aigus et meilleure assise des graves avec mes triangle)

    Merci d’avance.

  6. avatar
    Yves /

    Bonjour,
    Savez-vous si cet appareil est équipé en standard du Wifi ? car on peut voir un port USB à l’arrière sur lequel est indiqué Wifi, ce qui tendrait à dire qu’il faille un dongle ? à moins que celui-ci soit fourni avec ? ou il s’agit du port pour le bluetooth ?
    Quant au bluetooth, il suffit d’y ajouter un dongle lambda du commerce, ou c’est un truc propriétaire ?

  7. avatar
    patrice /

    @Yves – Bonjour, oui il y a un dongle wifi fourni avec l appareil. Pour le bluetooth, j ai essayé deux dongles bluetooth compatibles aptx, aucun n a fonctionné…

    Pour info j utilise minimserver upnp sur mes pc en association avec les applis airplay ou bubbleupnp (qui fournit une interface plus agreable que cambridge connect) sur tablette et telephone sous android et tout fonctionne a merveille y compris qobuz. En fait je ne vois plus l’utilité du bluetooth (alors que ca me genait aussi au depart qu il ne soit pas natif).
    Contrairement a ce qui est indiqué dans l article, suite aux mises à jour, il lit aussi les format dsd en reseau (avec le serveur minimupnp mais pas avec freeMi Uppnp sur un reseau free…) et en usb A. Le resultat sonore meme sur une clée usb est impressionnant.

  8. avatar
    lacouric /

    Bonjour, je reviens de vacances et peut répondre à cette question (Yves)
    en déconnectant la liaison ethernet filaire du CXN, pas de connexion wifi avec lui. Il lui faut un dongle WIFI (je vais vérifier s’il est fourni avec ou pas)- Moi je suis en LAN filaire.

  9. avatar
    grappler baki /

    Bonjour,

    Le dongle Wi-Fi est fourni avec l appareil. Par contre le dongle Bluetooth est optionnel (payant) et obliger de prendre le dongle BT Cambridge.

  10. avatar
    Lacouric /

    Bon, il y a bien un d’ongle USB avec une clé WIFI 150 Mbps (WD752-BD-N) livré avec le CXN.

  11. avatar

    Bonjour,

    Merci de vos réponses !
    Puisque tout ça est DLNA et WiFi, je suppose que l’on peut depuis le CXN envoyer le signal sur des enceintes amplifiées WiFi ?
    Par contre est-ce que l’on peut récupérer le signal numérique d’un lecteur CD via le coaxial et l’envoyer vers les enceintes WiFi ?

    Merci.

  12. avatar

    Bonjour
    J’ai fait l’acquisition de cet appareil et je voudrais savoir comment marche l upscaling à 384khz puisque il n’y a rien d’afficher quand je suis sur Spotify ou Bluetooth à part 48khz
    Un petit mot sur l’écran 44 » 384 serait le bienvenu
    Merci

  13. avatar
    Thierry /

    Bonjour, un déport infrarouge est présent à l’arrière du CXA60, où se procurer l’appareillage qui se branche dessus?
    merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: