Facebook Tweeter Tweeter

Test Kingsound KS-H3 et M-10 : en route vers l’électrostatique abordable !

ksh3m10pack

C’est une évidence, le marché du casque et de l’écoute nomade est en plein essor. Les offres de toute gamme se multiplient en passant par des produits casques et baladeurs numériques à moins de 100€ jusqu’aux élitistes Astell & Kern dont le prix de vente s’évalue à plusieurs milliers d’Euros. Ce phénomène n’est pas nouveau, il s’agit plus d’un retour du succès des baladeurs cassette puis CD des années 80 et 90. Cependant, ce retour en force nous pousse à changer nos habitudes d’écoute, car le casque audiophile sédentaire a aussi son charme et ses avantages.

Substitut ou complément à un système Hifi traditionnel, le casque de qualité n’est plus une denrée rare, ni un objet de convoitise pour lequel il faudrait casser la tirelire ou négocier un crédit chez son banquier. On peut enfin trouver de tout, mais « de tout » en Hifi ce n’est pas forcément que du bon et il faut le reconnaître, si nous avons des constructeurs sérieux, la grande majorité des produits profitent d’un puissant marketing et d’une forte image pour nous faire avaler des couleuvres. Et en avant les casques au rendu boum boum démonstratif, parade maladroite pour cacher un réel manque de performance musicale. Vous l’avez certainement compris, si un casque « fashion » et « branchouille » conviendra à un consommateur lambda, l’audiophile confirmé voudra un produit abouti et cohérent capable de faire de la musique.

On peut alors se rabattre sur les valeurs sûres des marques spécialistes et d’autres ayant fait leurs preuves au cours des ans. Mais dans ce cas, le casque tant convoité peut finir bien cher et nous revoilà à la case départ, du temps avant que le casque connaisse un tel engouement chez les consommateurs. Cependant, acheter un bon casque HiFi sans se ruiner c’est possible, il faut chercher un peu et parfois on tombe sur des perles rares. Au casque il faut aussi un amplificateur, rattaché à un DAC ou non, c’est indispensable si l’on veut profiter d’une belle écoute pouvant se substituer à un système HiFi conventionnel. Une chance pour nous, certains constructeurs de casques proposent aussi des amplificateurs étudiés pour leurs transducteurs.

On pourrait se dire que la France ne sera pas la mieux servie, comme c’est malheureusement souvent le cas. Pour une fois, nous ne sommes pas si mal lotis et grâce à un importateur revendeur qui a le goût du risque nous pouvons disposer d’un choix des plus intéressants. Audiophonics nous propose de tester un ensemble casque et amplificateur casque d’un constructeur chinois peu connu chez nous : Kingsound. Avant de crier au loup, n’oubliez pas que beaucoup, mais alors vraiment beaucoup, de produits haut de gamme viennent aussi de Chine et de nos jours l’estampille « made in China » n’est pas forcément péjorative.

Revenons sur la marque Kingsound. Il s’agit d’un constructeur chinois spécialisé dans les enceintes électrostatiques. Sans rentrer dans les détails, les panneaux électrostatiques se distinguent des enceintes classiques, ils n’utilisent pas de haut-parleurs, le panneau entier est l’enceinte. Il en résulte des enceintes de très grandes tailles, relativement peu épaisses et souvent très larges. Parmi les constructeurs les plus connus, nous avons Magnepan et Martin Logan. Kingsound est aussi un fabricant d’électronique, la marque propose donc des amplificateurs qui sont étudiés pour fonctionner avec leurs enceintes.

Lorsque Kingsound décide de lancer une gamme de casques en 2013, c’est en toute logique qu’une gamme d’amplificateurs casque suit le mouvement. Les deux gammes de produits sont faites pour fonctionner ensemble, car à l’instar des enceintes, un casque doit s’appairer avec un amplificateur qui lui correspond. Kingsound a l’idée très ingénieuse et pertinente de proposer des packs. Ainsi, le client ne prend pas de risque et n’a pas à se poser davantage de questions, il a tout sous la main pour profiter immédiatement de son nouveau casque audiophile. Nous allons donc tester pour vous l’ensemble Kingsound constitué du casque électrostatique KS-H3 et de son amplificateur symétrique M-10.

Les liens utiles :

Déballage et présentation

ksh3m10box3

D’entrée de jeu, l’ensemble Kingsound fait très bonne impression. Le conditionnement du pack est assez simple, nous retrouvons les deux produits dans leur emballage, le tout contenu dans un carton ayant une sérigraphie multi-produit et un marquage spécifique au contenu. Le casque, comme l’amplificateur, est présenté dans une boite en plastique transparent définitivement dédiée à une présentation en magasin. L’idée est assez sympathique, car le produit est bien protégé et parfaitement visible. Ainsi, il sera aussi envisageable de ranger le casque dans sa boite et de le présenter chez soi. Au niveau des accessoires nous ne trouvons rien de bien particulier. Nous avons une notice simple par appareil et un cordon d’alimentation dans une petite boite pour l’amplificateur M-10.

ksh3m10box4

Sortons le casque KS-H3 de son étui et regardons-le plus en détail. Nous pouvons constater que la construction est très soignée en faisant appel à des matériaux nobles. Ici, l’aluminium domine et présente un usinage irréprochable et des marquages de sérigraphie de très haute qualité. « Nous retrouvons le repérage gauche et droite (L et R), le numéro de série et un liseré de couleur qui donne un ton un peu plus ludique à la construction rigoureuse de ce casque de haut niveau. Le KS-H3 est un casque ouvert, en effet les coques des transducteurs sont perforées sur toute leur surface. Il s’agit d’un fait typique des casques électrostatiques, par exemple on retrouve cette construction chez STAX et sur le très haut de gamme Abyss de chez JPS Labs.

Le confort est assuré par des pads très larges qui vont englober sans aucun problème vos oreilles. Vu la taille, le produit a été clairement étudié pour s’adapter à tout type de morphologie y compris ceux devant opter pour des tailles de casquette XXL. Le confort est primordial et Kingsound n’a pas négligé cet aspect. Tout d’abord, le choix des matériaux pour les coussinets assure une très bonne souplesse au contact des tempes et le cuir synthétique est suffisamment doux au touché. Ainsi, les coussinets ne font pas pression de part et d’autre du visage et repose délicatement sur les tempes, ils se font presque oublier.

Le KS-H3 présente un double arceau pour assurer la bonne tenue sur la tête. L’arceau supérieur est en métal, il va assurer la rigidité de l’ensemble et la cohésion nécessaire au bon placement des transducteurs sur nos oreilles. Le deuxième arceau en cuir synthétique est monté sur un système d’élastiques. Cette approche est très intéressante, car elle va permettre de remplir plusieurs fonctions. Tout d’abord, le casque s’adapte très facilement à la taille de la tête de l’utilisateur sans devoir faire de réglages. Les élastiques étant toujours tendus, le casque tient bien mieux sur la tête et comme ce deuxième arceau est aussi molletonné, il ajoute un élément de confort supplémentaire.

La tenue du casque est donc assurée par les deux arceaux. L’arceau supérieur contribue à appliquer une légère pression horizontale et va pousser le casque vers la tête et l’arceau supérieur applique une légère force verticale en maintenant le casque en suspension sur la tête grâce à ses élastiques. Cet aspect peut sembler trivial, mais une bonne écoute au casque dépend aussi de sa bonne tenue sur la tête. Cela assure le confort, c’est un élément indispensable. Cette technique influe également sur la qualité d’écoute, car une fois le casque bien en place il ne bougera pas et maintenu en pression, le casque aura alors le meilleur rendu sonore possible, même si on bouge la tête.

Croyez-moi sur parole, ce n’est pas si évident et certains casques haut de gamme n’apportent pas un tel confort, ni une telle stabilité. Notez que l’on retrouve cette méthode sur des casques très haut de gamme comme les casques STAX, d’ailleurs le KS-H3 n’est pas sans rappeler les particularités des casques de cette marque mythique, nous y reviendrons à mesure que nous avançons dans ce test.

Un autre élément de confort et de performance audio du KS-H3 est assuré par ses articulations. Si l’articulation sur l’arceau ne permet qu’une faible rotation, celle des transducteurs s’ouvre à presque 360°, et si une telle ouverture n’a pas de grand intérêt dans un usage courant, elle sera très utile lorsqu’il faudra changer le coussinet auriculaire. En effet, Kingsound indique qu’il y a un risque de détérioration au court du temps, ce qui est assez commun et normal avec le cuir synthétique utilisé sur les casques. Dans tous les cas, je peux vous assurer que le KS-H3 est un casque très confortable, très simple à poser et à régler sur la tête. Sur ce point, il s’agit déjà d’une réussite ! Nous traiterons les éléments plus techniques dans la partie suivante de notre test.

ksh307

Notez que le KS-H3 existe aussi en noir.

Caractéristiques constructeur :

  • Réponse en fréquence : 10Hz – 46kHz
  • Capacité électrostatique : 140pF
  • Impédance d’entrée : 113kΩ (à 10kHz)
  • Niveau maximal de sortie : 116dB
  • Rendement : 109dB (à 100Vrms)
  • Tension de polarisation standard : 550Vdc
  • Poids : 0.420kg
  • Prix : 690€

Attaquons-nous maintenant à l’amplificateur M-10. Voilà un joli petit amplificateur casque qui présente quelques particularités intéressantes en commençant par des choix esthétiques et d’utilisation plutôt judicieux. Un premier élément intéressant se trouve là où repose la gravure du numéro de série. Il s’agit d’un pied articulé permettant de présenter le M-10 non pas à l’horizontale comme tout amplificateur classique, mais à la verticale. La position verticale est d’ailleurs fortement conseillée. Il s’agit de la position logique par rapport aux sérigraphies en façade et en face arrière. Notez aussi que comme l’intégralité du capot du M-10 est perforée, cette position assurera une meilleure circulation d’air et donc un meilleur refroidissement des composants électroniques. Pour finir, on peut alors poser le casque KS-H3 sur le M-10 qui peut faire office de support casque. Je ne pense pas ce l’ensemble est été conçu à cet effet, mais faute de support casque cette solution temporaire sera bien pratique. Kingsound indique tout de même que l’usage d’un support casque est préférable, ce genre d’accessoire se trouve assez facilement. D’ailleurs, Audiophonics propose une gamme assez vaste qui pourra certainement vous satisfaire.

m1005

m1004

Le M-10 présente une belle et épaisse façade en aluminium massif sobre regroupant toutes les fonctions de cet amplificateur. Le potard de contrôle de volume, puis un sélecteur Bass Control. Ce sélecteur propose deux positions. La première est une position dite « Direct », dans cette position le signal n’est pas modifié. La deuxième position, « Extra Bass » va appliquer une égalisation de +9dB à 20Hz et + 3dB à 100Hz. Le choix de la sélection dépendra des préférences d’écoute et du casque que l’on va utiliser. En règle générale, la faiblesse des transducteurs électrostatiques se situe au niveau des basses fréquences. En effet si les panneaux peuvent descendre bas, les énergies développées sont assez faibles. Pour y remédier, Martin Logan intègre un caisson de basse actif dans le pied de leurs enceintes. Magnepan reste plus fidèle au concept électrostatique pur et propose des panneaux ayant une grande surface pour compenser. Cependant, il n’est pas rare ni exclu que l’utilisateur de Magnepan ajoute un caisson de basse dans son système. Bien entendu on ne peut pas pallier au problème de la restitution des basses sur un casque par l’ajout d’un caisson ou en augmentant la surface du diaphragme, un casque doit pouvoir tenir sur la tête, on ne peut pas adopter des solutions sans limites. Kingsound opte donc pour la solution du Bass Boost électronique intégré dans l’amplification. Suivent les indicateurs LED d’état de fonctionnement, la prise de sortie casque sur DIN 5 pins spécifiques aux besoins des casques électrostatiques et le bouton marche/arrêt.

m1006
m1007

La face arrière est également très sobre, nous y trouvons une entrée jack 3,5mm, une entrée sur paire RCA avec une sortie RCA connectée directement en bypass sur l’entrée, un sélecteur de voltage 110v/220v et une prise d’entrée de courant IEC avec son support fusible. Vous noterez qu’il n’y a pas de sélecteur d’entrée, il faudra donc utiliser tout à tour l’entrée jack 3,5mm ou l’entrée RCA mais pas en simultané. Notez aussi que la prise jack 3,5mm prend automatiquement le pas sur l’entrée RCA lorsqu’un câble y est connecté. Nous avons vu que le corps du M-100 est un capot intégral et totalement perforé. Cette construction vise à améliorer l’extraction de chaleur et n’est pas sans rappeler la construction des transducteurs électrostatiques qui utilisent des grilles perforées (les Stators) en lieu et place d’un réseau d’aimant.

m1008

m1009

Tout comme le KS-H3, le M-10 existe aussi en noir.

Pour résumer, l’amplificateur M-10 est bel et bien un amplificateur simplifié étudié pour les casques électrostatiques. Nous n’y trouverons pas de DAC ni la possibilité d’en ajouter un. Le M-10 ne propose pas de gestion d’entrée, d’ailleurs la prise jack 3,5mm est là plus par complaisance pour simplifier la connexion d’un baladeur (de préférence haut gamme). La section pré-amplification ne pilote que les modules d’amplification dédiés au casque, la sortie RCA ne fait pas passer le signal d’entrée. Le M-10 est là dans l’unique but d’alimenter votre casque, il ne fera rien d’autre. Ce n’est donc pas un appareil polyvalent comme de nombreux autres DAC/pré-amplificateur/amplificateur casque.

Caractéristiques constructeur :

  • Voltage d’entrée : 100-240V, 50/60Hz (sléction manuelle)
  • Consommation : <50W
  • Réponse en fréquence : 1Hz – 50kHz (-3dB à 50Vrms en sortie)
  • Gain : 58dB
  • Distorsion harmonique totale : 0,01% (à 100Vrms/1KHz de sortie)
  • Impédance d’entrée : 24kΩ
  • Niveau d’entrée : 150mV (100V en sortie)
  • Tension maximale en sortie : >300Vrms (<1% THD)
  • Rapport signal bruit : >100dB (sortie 100V pondération A)
  • Bass Boost : +9dB à 20Hz, +3dB à 100Hz
  • Voltage polarisé de sortie : 580Vdc
  • Distorsion : 0.01% (à 100Vrms / 1kHz en sortie)
  • Dimensions (en mm) : 170(L) x 265(H) x 60(P)
  • Poids : 2,3kg
  • Prix : 429€

Le prix du pack casque HS-H3 plus amplificateur M-100 s’élève à 929€, soit une économie de 190€ c’est-à-dire une remise de 17% ! Presque la TVA offerte ! Notez aussi que Audiophonics propose un programme d’essais à domicile, vous trouverez toutes les informations ici.

Analyse technique

Le casque KS-H3 : Je vous propose quelques éléments techniques sur le casque KS-H3 et sa technologie électrostatique. Cette technologie est très différente des casques ou enceintes à base de transducteurs électrodynamiques. Ici pas de membrane circulaire en forme de cône, pas de bobine mobile ni de réseau d’aimant classique. Le transducteur électrostatique est constitué d’un diaphragme et de deux grilles chargées qui remplacent le ou les aimants. Ces grilles sont aussi appelées Stator. Ce diaphragme est un film conductif fin chargé électriquement par un courant haute tension et tendu placé entre les deux grilles. Les grilles reçoivent le signal audio en phase et en opposition de phase, elles auront alors une action attractive pour l’une et répulsive pour l’autre. C’est-à-dire que le diaphragme sera piloté dans les deux sens, ainsi la contre-réaction est maîtrisée par l’action opposée des deux Stators. Cette méthode vise à assurer une meilleure dynamique et une meilleure précision dans les détails. Comme le montage agit sur l’intégralité de la surface du diaphragme, la « membrane » ne va pas avoir de déformations indésirables ni accidentelles, cet avantage permet surtout de mieux maîtriser la distorsion et assure une restitution équilibrée et cohérente.

electrostatdiaphragme

Pour que cette technologie marche, il faut utiliser un amplificateur adapté capable de gérer les deux signaux en phase et en opposition de phase ainsi que le canal visant à polariser le diaphragme. Il s’agit donc d’un montage apparenté à un amplificateur symétrique pour lequel on aurait deux fois le même signal plus le canal de courant continu à haute tension. Cependant, il n’est pas nécessaire que la source soit symétrique. Pour se faire, le KS-H3 utilise un câble que l’on croise rarement, il s’agit là encore d’une similitude avec les casques de la marque STAX. Le câble en faction est basé sur une DIN à cinq pins. Nous avons une pin pour assurer la polarisation des diaphragmes et deux jeux de pins ayant pour tâche d’acheminer le signal positif et le signal négatif séparément. Le câble en lui-même est un câble plat, très souple ce qui est pratique, mais il est aussi un peu court. En effet, il ne fait que 2,5m ce qui est confortable si on se place proche de l’amplificateur, mais limité dès lors qu’on se trouve un peu éloigné. Cela dit, il est possible d’ajouter une rallonge et Kingsound en propose, tout comme STAX. Nous avons donc un câble à sept brins qui arrive à un splitter qui ne conserve que les brins utiles, soit trois par transducteurs, un point chaud (positif, en phase), un point froid (négatif, en opposition de phase) et une dernière pin qui sert à polariser le diaphragme. Notez que la séparation des brins dans leur gaine respective a comme fonction d’isoler les signaux et d’éviter tout phénomène de diaphonie structurelle inter-signaux qui peuvent se produire dans un câble.

ksh311

ksh312

La construction du KS-H3 est donc tout aussi esthétique que fonctionnelle que technique. Kingsound semble n’avoir rien laissé au hasard et propose un casque très inspiré de ses pairs ! Principalement STAX, ce qui s’annonce très bon !

L’amplificateur M-10 : Le M-10 présente une construction simple et rationnelle qui utilise des composants de qualité à commencer par une alimentation soutenue par un transformateur torique de taille très respectable. Kingsound nous facilite bien la tâche dans notre analyse, en effet chaque section et fonction de la PCB est segmentée et repérée. Nous avons donc trois sections d’alimentations linéaires. Une dédiée à la section haute tension continue en charge de la polarisation des transducteurs et une double section basse tension en charge de la section pré-amplificatrice. Nous remarquons un soin particulier au niveau des câbles internes. Ils sont tous isolés de l’électronique par une gaine en spirale. Ainsi, les différents types de courant ne vont pas perturber l’électronique ni rayonner entre eux. Il est assez rare de croiser ce genre de détail, même dans des électroniques coûtant beaucoup plus cher.

m10inside

m10in01

m10in02

Sur la section haute tension, nous trouvons un pont de deux diodes de redressement, un filtrage assuré par quatre condensateurs de 47 μF / 400V et une régulation opérée par un transistor Mosfet STMicroelectronics D1NK60 capable d’encaisser les 600V requis sur un 1A. Nous avons aussi deux condensateurs WIMA MKP4. L’amplificateur symétrique en charge de l’élévation des signaux audio en vue d’alimenter des Stators sera assuré par deux STMicroelectronics D1NK60 par canal, soit un transistor par Stator. On trouvera aussi sur cette section deux grosses résistances blanches montées en série sur les transistors. Ce montage explique les montées en température du M-10. Toujours sur cette section, nous trouvons des potards de réglages qui serviront en usine à ajuster avec précision le courant à acheminer aux transistors d’amplification. En complément de ce montage déjà très performant, Kingsound ajoute cinq condensateurs WIMA MKP10, chacun ayant la charge d’un des canaux de courant haut voltage. Chaque section se termine par un étage à composant discret.

La section basse tension commence par une alimentation soutenue par un pont de quatre diodes et de quatre condensateurs électrochimiques de 1000 μF / 50V. Puis vient une section de régulation à composant discret de haute performance. Cette section est totalement séparée des pistes qui achemine le signal audio des entrées vers la section pré-amplificatrice.

m10in11

m10in12

La pré-amplification est assurée par une carte fille qui vient se brocher sur un connecteur en fin de course de l’alimentation basse tension. Nous y trouvons le contrôle de volume par potard et le sélecteur Bass Boost. C’est aussi cette carte qui pilotera les LEDs d’état du M-10. Cette carte est chichement construite et présente une architecture à composants discrets soutenue à nouveau par des condensateurs de marque WIMA.

m10in13

m10in14

Le M-10 bénéficie donc d’une construction très rationnelle parfaitement adaptée aux besoins d’un casque électrostatique. Si Kingsound ne fait pas dans l’extravagance, le M-10 va à l’essentiel et utilise une topologie judicieuse et met en oeuvre des composants de qualité au service du son.

m10insideplan

  1. Entrée IEC
  2. Transformateur Torique à trois enroulements
  3. Alimentation haute tension
  4. Amplification canal de gauche
  5. Amplification canal de droite
  6. Amplification basse tension
  7. Section Pré-amplification
  8. Section entrées audio
  9. Support du pied de position verticale sur ressort

Entre la partie (4) et la partie (5) se trouve le circuit de polarisation des diaphragmes.

Le casque et l’amplificateur Kingsound à l’écoute

Pour réaliser les écoutes de l’ensemble KS-H3 et M-10, j’ai opté pour l’usage de mon PC modifié audiophile. Cette option est intéressante, car elle me permet de disposer facilement d’un grand choix de musique et étant donné les modifications apportées sur le PC, il s’agit aussi d’une source numérique très performante. Le DAC OPPO HA-1 se chargera d’effectuer les conversions du natifs des morceaux récupérés sur le NAS. Pour ne pas biaiser la section pré-amplificatrice du M-10, le HA-1 sera paramétré en sortie niveau fixe c’est-à-dire sans réglage de volume.

Protocole d’écoute :

  • Source : PC modifié audiophile, musique stocké sur NAS
  • Logiciel : JRiver MC20
  • DAC : OPPO HA-1
  • Câble USB : Wireworld Platinum Starlight + filtre Total DAC
  • Câble RCA : DIY Audiophonics cuivre OCC
  • Câble d’alimentation : DIY Audiophonics cuivre OCC
  • Filtre secteur : Fidelity Audio NNUX ref
  • Barrette secteur : Fidelity Audio Nexus 8

La sélection musicale :

  • Agnès Obel « Aventine »
  • Mark Knopfler « Tracker »
  • Metallica « Metallica »
  • Coldplay « Ghost Strories »
  • Marilyn Manson « Pale emperor »
  • Conquering Animal Sound « On Floating Bodies »
  • Laki Mera « The Proximity effect »
  • London Grammar « If You Wait »

Une maîtrise de la dynamique exemplaire ! La dynamique et la définition sont les ingrédients principaux que l’on attend d’un système acoustique basé sur des transducteurs électrostatiques. Dans tous les cas ces composantes d’une écoute sont indispensables à la précision de la restitution sonore. Cependant, il ne suffit pas d’injecter de la dynamique et de tabler sur le haut du spectre, car un mauvais dosage peut avoir un effet plus néfaste que bénéfique. C’est dans ce genre de situation que l’on désigne une écoute acide, ou agressive, ou encore métallique voir stridente. Fort heureusement le couple KS-H3 et M-10 ne sombre pas dans les méandres corrompus d’une restitution sonore excessive en dynamique qui sifflerait à nos oreilles comme un piaf tout juste bon à finir dans la casserole … et encore, ce genre de volatile ne mérite même pas l’assiette, car nul assaisonnement ne pourrait rattraper la saveur acide et infâme d’une volaille que je ne donnerai même pas à mon chat. J’insiste un peu, car malheureusement ce genre de pétard mouillé existe et se vend sur nos étalages.

Le KS-H3 alimenté par le M-10 est totalement à l’opposé de ces produits mal fichus bien incapables de faire de la musique. Nous sommes en présence non seulement d’une technologie dont les mérites ne sont plus à démontrer (en tout cas, les aficionados ne reviendront jamais sur un électrodynamique ou un orthodynamique) mais en plus Kingsound dévoile une parfaite maîtrise de cette technologie. De toute évidence, le constructeur a bien compris les objectifs et sait les exploiter au mieux. Il en résulte une dynamique maîtrisée à merveille parfaitement dosée posant les jalons d’une écoute précise et détaillée et qui occulte littéralement toute pointe d’acidité. Le réalisme s’en sort exacerbé et pousse la performance des pistes en haute définition au sommet de leur potentiel. C’est réellement très beau et surtout, cette écoute pourtant tout en précision demeure confortable et reposante, comme si la perception accentuée des détails arrivait à soulager nos tympans qui arrivent alors à percevoir jusqu’à la plus petite information sans faire aucun effort. Ainsi, écouter à bas niveau est tout à fait possible sans qu’il y ait aucune perte. Encore une fois, cette performance est bien le résultat du couple bien assorti KS-H3 et M-10.

Un équilibre tonal presque surréaliste ! Les écoutes aux casques sont un exercice intéressant, car ils permettent de relativiser la notion de HiFi comme haute fidélité. La plupart du temps le terme s’éloigne de son sens profond pour s’ouvrir vers un sens plus général qui tendrait à signifier des écoutes de très bonne qualité. Bien entendu ce concept est vrai dans tous les cas, parfois il est même indispensable de s’accorder sur ce compromis et il faut reconnaître que bien des écoutes typées sont très agréables et apportent une pincée de personnalité à la restitution sonore. La variante est plaisante, mais s’éloigne du but premier de la HiFi : rester au plus proche de l’oeuvre. D’un autre côté, trop d’écoutes « exactes » se révèlent sans vie, comme si l’essentiel était passé à côté de nous, comme si l’âme musicale d’un morceau s’était figée et perdue quelque part dans l’électronique. Pourtant, équilibre et exactitude ne riment pas forcément avec ennuis, en tout cas le KS-H3 sur le M-10 est tout sauf ennuyeux. Bien que tout soit parfaitement à sa place, comme dirigé par un maître d’orchestre tyrannique et sans concession, la musique prend vie. Une véritable envolée tant ce casque arrive à restituer avec aisance la musique et affirme un équilibre tonal saisissant dans lequel même les basses, pourtant le point faible de l’électrostatique, sont présentes, tendues et franches sans souffrir d’un manque.

Le M-10 est pourtant réglé sans son Bass Boost. Peut-être que cette fonction de l’électronique est destinée au petit frère du KS-H3, le KS-H2 ? Avec Bass Boost les basses fréquences montent d’un ton, ce qui était prévisible. Il me semble que l’intérêt de cette fonction du M-10 est surtout d’ordre personnel, du moins sur le KS-H3, car avec ce casque les basses ne sont pas en retrait et aucun manque ne se fait sentir. C’est surtout sur les voix que cet ensemble démontre sa capacité à rester au plus proche de l’oeuvre. Si chaque instrument sonne comme il le devrait en réel, les voix qu’en à elles sonnent à s’y méprendre comme si l’interprète se trouvait dans la pièce et chantait à notre oreille. Car un casque reste un casque, le son est produit à nos oreilles, mais vu la performance il est certain que le KS-H3 n’est pas un casque comme les autres.

Une scène sonore contenue. Un aspect qui me plait sur un casque est sa capacité à tricher sur la perception de la scène sonore et d’arriver à nous faire presque croire que les haut-parleurs se trouvent éloignés de nos oreilles alors qu’un casque est en contacte. C’est la sensation que m’apporte le Fostex TH-900, il faut avouer que c’est une chose rare. Le KS-H3 ne fait pas parti de ces casques-là, qui poussent la scène sonore au-delà des limites physiques imposées par un casque. Malgré tout, la scène sonore reste réaliste et très cohérente. Si elle ne table pas trop en largeur elle arrive tout de même à jouer sur la perception de profondeur, ce qui en soit tout à fait remarquable. D’autant que la scène sonore n’est pas pour autant étriquée, elle est simplement contenue dans un espace réaliste et plaisant. À nouveau le KS-H3 table sur l’exactitude de la restitution, une exactitude réalisée avec une aisance déconcertante, si bien que même en forçant l’effort d’écoute et d’analyse de ce critère on fini par l’oublié et on se laisse porter par la musique. Finalement n’est-ce pas le plus important ? Cela dit, même si la scène sonore n’est pas exubérante, le système fait preuve d’une belle ouverture sonore et surtout une amplitude remarquable.

Parlons musicalité. Qui a dit que musicalité devait rimer avec coloration chaleureuse et typée ? C’est peut être moi un jour de pluie … ou alors je ne n’avais pas bien digéré mon cassoulet de la veille ? Plus sérieusement, très souvent la musicalité d’un système tient par la bonne maîtrise de ses défauts, on joue sur une coloration musicale qui permet au son d’être pus plaisant et de rentrer dans des critères d’écoute audiophile. Par exemple, on parle de son typé « tube », ou encore chaleureux comme de la Classe A. Bien entendu, et sans être péjoratif, il s’agit d’un jargon assez culturel, mais loin d’être pertinent, tout du moins pas de façon universelle. Admettons que ces préconceptions soient absolues et bien le KS-H3 va briser les acquis. Voilà un casque et son amplificateur qui prouve qu’il est possible d’assurer le critère le plus subjectif du monde audiophile tout en étant conçu pour sonner avec exactitude, la musicalité, car en réalité ce terme tient plus d’une généralisation que d’une constatation analytique. On dit musical lorsque le son plait et avec le KS-H3 il est difficile d’en conclure autrement. Pourtant, l’ensemble sonne juste et précis. Pourtant, la restitution table sur le réalisme et encore le réalisme. Pas de petits moins par ci, pas de petits plus par là, la recette est exécutée avec la précision d’un métronome et pourtant elle conserve toute la saveur créative de l’artiste. Le sentiment immédiat qui vient à l’esprit à l’écoute du KS-H3 sur le M-10, est « mais que c’est beau ». Alors que pourtant le système n’impose pas sa propre philosophie, il reste fidèle à la musique et aux interprètes, il restitue ce qu’on lui donne. Il est probable que la source joue un rôle déterminant, mais avec un tel matériel je ne me risquerai pas d’utiliser une source dont la qualité serait hasardeuse, le KS-H3 et le M-10 méritent bien qu’on leur donne ce dont on dispose de mieux.

Conclusion

Vendre un casque audiophile en pack avec son amplificateur est une initiative qui a tout son sens en particulier dans le cas d’une mise en oeuvre de technologies électrostatiques qui nécessitent un montage électrique particulier et adapté. Être cohérent d’un point de vu technologique est important, mais pour qu’un casque marche convenablement avec son amplificateur il convient aussi d’apporter des caractéristiques électriques compatibles. Par exemple, faire en sorte que la sensibilité du casque soit en accord avec le rapport signal bruit de l’amplificateur. C’est pourquoi le KS-H3 et le M-10 affichent des caractéristiques respectives proches des 100dB voir un peu supérieures. Ce bon équilibre va éviter les risques d’avoir un son trop clair et agressif, ou à contrario mou en sans dynamique. Pour pondérer encore la bonne tenue des signaux, le M-10 affiche un gain d’entrée assez faible de 58dB. La source ne pourra donc pas pénaliser le bon fonctionnement du couple KS-H3 et M-10, l’amplificateur agira comme un tampon de niveau de signal.

ksh3m10pack

La réponse en fréquence de ces deux appareils dépasse largement le spectre audible et dans tous les cas, le M-10 assure une réponse en fréquence qui couvre celle du casque KS-H3. Sur ce critère encore, l’amplificateur ne limitera pas la performance du casque. D’un point de vu besoin électrique le M-10 est tout à fait adapté aux consommations du KS-H3 même si ce casque pourrait encaisser davantage. En effet à fort niveau nous avons fait saturer le M-10, mais soyons franc, l’expérience a été faite pour vérifier la tenue à haut niveau d’écoute, il ne s’agissait absolument pas d’un niveau d’usage normal. En effet le potard de volume du M-10 était presque au maximum alors que le niveau d’écoute normal durant notre test le place entre un quart et un tiers de volume.

Kingsound signe un bien bel ensemble qui brille autant par sa finition que par sa performance. Si en théorie la technologie électrostatique peut sembler simple, sa mise en oeuvre est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait et Kingsound fait preuve ici d’une maîtrise exemplaire. Sur la question des mariages de timbres, il est assez évident que la marque s’est aussi attachée à assurer une bonne cohérence et l’évaluation subjective démontre que ces deux appareils sont véritablement fait l’un pour l’autre. Si on considère le prix de cet ensemble alors je pense que l’on peut s’y pencher sans trop de risques.

D’autant que le distributeur Audiophonics propose un programme d’essais à domicile. Que demander de plus pour s’assurer que l’ensemble KS-H3 et M-10 corresponde à vos goûts et vos préférences d’écoute ? En ce qui me concerne et en comparaison avec d’autres casques haut de gamme plus chers que j’ai écouté, j’en conviens l’électrostatique a quelque chose de magique et ce couple casque / ampli casque fait des merveilles. Dans tous les cas, si les casques électrostatiques sont longtemps restés des objets de convoitise incompatibles avec la majorité des bourses des audiophiles, Kingsound change la donne. La technologie électrostatique sans compromis est enfin abordable et disponible dans notre cher hexagone.

J’en profite pour remercier chaleureusement l’équipe de Audiophonics pour leur disponibilité et surtout, de partager la même passion qui nous anime et de faire le pari un peu fou de nous faire découvrir ces marques inconnues, mais qui mériteraient qu’on en parle beaucoup plus.

Ce que j’ai aimé avec ces deux appareils Kingsound  :

  • La finition des appareils.
  • Le confort et la simplicité d’utilisation.
  • La dynamique et la précision du son.
  • L’équilibre tonal.
  • Des basses « justes » et suffisamment présentes (et ce, malgré les limites inhérentes à la technologie électrostatique).

Ce que j’aurai aimé :

  • Un câble de liaison un peu plus long, 3m par exemple au lieu des 2,5m.
  • Au moins un jeu d’entrées symétriques sur le M-10.

9 commentaires

  1. avatar
    Fan2HD /

    Le made in china est aujourd’hui un gage de qualité du moins en Hifi! Nos amis chinois sont des audiophiles et il y a une tripoté de petits fabricants ou sous traitants de grandes marques qui ont acquis une solide expérience.
    Je ne connais pas cette marque, mais à moins de 1000€ l’électrostat et son ampli, c’est juste dingue.
    Que vaut t’il face à d’autres casques audiophile autour des 1000€, ça manque d’éléments de comparaison pour pouvoir se faire une idée ;) Sinon Excellent test!

  2. avatar

    Je n’aime pas trop faire de comparaisons surtout lorsque je ne dispose que d’appareils exploitant des technologies différentes.

    Mais en gros, j’adore mon Fostex TH-900 et mon OPPO PM-1.
    On prend les avantages des deux, on mix, on pousse encore plus loin et on a l’ensemble Kingsound …
    Le PM-1 garde l’avantage de sa modularité via les jeux de coussinets, le TH-900 l’ouverture saisissante de sa scène sonore.
    Tout le reste, le Kingsound le fait en mieux !

    Mais très franchement, cet ensemble coûterait le double de son prix que ça serait encore tout à fait logique ! Je pense même qu’on doit pouvoir le mettre en concurrence avec des ensembles à 3000€ sans trop prendre de risques.

    Vu que l’importateur Audiophonics propose une formule d’essais sur 7 jours, j’invite les amoureux du casque à tenter l’expérience et je suis certain que la majorité d’entre vous garderont le pack !

  3. avatar
    Fan2HD /

    Je comprends l’argument sur les comparaisons mais c’est plus simple de se faire une idée pour situer cet ensemble dans la jungle grandissante des casques audiophiles « high end »

  4. avatar
    Emilien /

    Hello Nicolas, dans ton test tu dis que kingsound fait des cables plus longs….
    J’ai cherché partout mais n’ai pas trouvé…..

  5. avatar

    @Emilien – Bonjour Émilien,

    C’est Jacko qui a fait le test, donc je le laisse te répondre ;)

  6. avatar

    Au passage, un grand merci à Jacko qui est très en forme en ce moment, car il nous a enchaîné pas mal de tests sur des appareils intéressants à découvrir !

  7. avatar
    emilien /

    Merci Nicolas.
    Je pense qu’une rallonge pour câble Stax doit fonctionner (les connecteur à 5 branches ont l’air d’être les mêmes…

  8. avatar

    @emilien
    En effet les câbles sont identiques.
    Comme vous, je n’ai pas trouvé l’accessoire sur le site de Kingsound même si la marque en fait mention. A mon avis le plus sage est de demande conseil à l’importateur Audiophonics. Le câble Kingsound coûtera moins cher que le STAX et il ne sera pas moins bon

  9. avatar

    Auteur du commentaire Fan2HDJe comprends l’argument sur les comparaisons mais c’est plus simple de se faire une idée pour situer cet ensemble dans la jungle grandissante des casques audiophiles « high end »

    Pour faire un comparatif pertinent il aurait fallut que je dispose d’un autre casque électrostatique car seul ce type de casque marche sur l’amplificateur M-10. Comparer des casques et en plus sur un ampli différent ça n’aurait pas été très sérieux.

    Mais dans précédente réponse je donne des indice sur ce que donnerait un comparatif avec les casques dont je dispose :wink:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: