Facebook Tweeter Tweeter

Test OPPO HA-1 : Award Reference HDfever pour ce DAC hors norme !

IMG_2995

C’est avec une réelle émotion que j’aborde le test qui m’a le plus marqué depuis que je teste des DAC, celui du OPPO HA-1 et pourtant j’en ai testé et écoutés des dizaines, à des tarifs allant de 100 à plus de 2000 €. Jusqu’ici, les DAC Hegel, le NAD M-51, le M2TECH Young et le Teac UD-501 font partis de mes DACs préférés, mais aujourd’hui, l’OPPO HA-1, vendu 1 499 €, devient de toute évidence mon DAC de référence. De la magie à l’état pure, des écoutes à donner des frissons et à transmettre une émotion rare, des performances hors norme, le tout avec une connectique aboutie, une sortie casque amplifiée de premier ordre et toutes les fonctionnalités que l’on peut attendre d’un DAC haut de gamme. L’OPPO HA-1 représente le DAC que j’attendais depuis des années ! En collaboration avec Jacko, nous vous proposons un test complet de la nouvelle Référence HDfever.

Cela fait quelques années déjà qu’OPPO a fait son introduction sur le marché du haut de gamme. Tout avait commencé par leur lecteur de Blu-ray BDP-83, puis sa version SE faite en collaboration avec NuForce. À cette époque OPPO proposait un des premiers lecteurs universels haut de gamme très performants à prix abordable. Fort de son succès le concept évolua jusqu’à son point culminant actuel avec le BDP-105EU et sa variante Darbee Edition, le BDP-105D.

OPPO ne pouvait pas en rester là au vu des évolutions du marché, et des attentes de sa clientèle. Le constructeur décide de prendre le train en marche et se lance dans l’univers du casque. Le premier produit d’une gamme complète sera le casque PM-1 à technologie Planar Magnetic que nous avons testé pour vous. En toute logique OPPO décide de lancer l’amplificateur casque HA-1, parfait partenaire du PM-1. Nous vous en avions brièvement parlé dans le test du casque PM-1. Comme OPPO n’est pas un constructeur tout à fait comme les autres, le HA-1 n’est pas un simple amplificateur pour casque, mais une machine ultra polyvalente capable de remplir plusieurs rôles, celui d’amplificateur casque, de DAC externe et de préamplificateur hifi.  Il est pourvu d’un DAC capable de décoder tous les échantillonnages connus en PCM (du 44.1 kHz au fameux DXD en 384 kHz et 32 bits) et toutes les versions DSD actuelles (DSD64, 128 et même, le DSD256 à 11,2 MHz  !). Il est également pourvu d’un mode HomeTheater Bypass, ce qui permet au HA-1 de s’intégrer de manière transparente dans un système Home cinéma. L’ergonomie du HA-1 est aussi très évoluée pour ce genre de produit. On peut alors se poser la question, s’agit-il d’un couteau suisse high-tech pas très qualitatif ? Car en général un produit qui fait tout et qui intègre des petits plus numériques n’est pas construit très rigoureusement, ou alors son prix devient exorbitant. Nous verrons que le HA-1 fait parti de ces produits d’exception, et même étonnants,  qui savent allier technologie moderne et traditionnelle, avec performance en assurant un maximum de fonctionnalités à l’utilisateur, le tout avec un tarif très mesuré et nous pesons nos mots !

Présentation du HA-1

Déballage et présentation du OPPO HA-1

IMG_2980

Lorsqu’on découvre le HA-1 hors de son carton, on ne peut que faire un rapprochement avec les lecteurs de Bluray de la marque. Le packaging est toujours aussi soigné, très similaire à celui des lecteurs de la marque, avec une télécommande très élégante, fine et entièrement en aluminium, plus l’antenne Bluetooth dorée pour éviter l’oxydation, un câble secteur classique, mais de bonne qualité, et un adaptateur Jack 3.5/6.3 mm doré également. Le tout est logé dans une petite boite noire.

Quant à l’appareil lui-même, on reconnait tout de suite la marque de fabrique OPPO avec une construction d’une rigueur irréprochable, un design classe et sobre, des potentiomètres de qualité, une connectique superbe (nous y revenons plus en détail). La finition ordinaire noire donne un aspect « monolithique » au HA-1. Nous n’irons pas dire jusqu’à dire « épuré », car  un bel écran OLED permet d’afficher plusieurs informations et donne une petite touche fun au HA-1. Une version Silver est également disponible et tant mieux, car les appareils hifis de couleur argent ont du succès et cela permet d’avoir un ensemble de couleur homogène, surtout qu’OPPO vend aussi son lecteur BDP-105EU ou 105D en version noire ou silver.

IMG_2995

La façade propose tout ce dont on a besoin. Un simple bouton de mise en veille aura la charge de l’extinction et de la mise en service, mais il n’y a pas d’interrupteur ON/OFF à l’instar des autres électroniques de la marque. Le bouton de sélection de sources cache une double fonction. Il suffit d’appuyer dessus pour passer en mode paramétrage. Chaque pression du bouton permet d’accéder aux différents menus qui s’affichent sur l’écran multifonction du HA-1, puis il suffira de tourner ce bouton pour naviguer dans le menu. Cet écran OLED est d’excellente facture et propose plusieurs niveaux d’intensité du rétroéclairage.

ha1front mapping

Tous les paramètres importants sont facilement accessibles. Il est possible de sélectionner le type d’affichage que vous désirez (soit des Vu-mètres, soit un diagramme des fréquences, soit les informations sur al source), le niveau d’éclairage de l’écran donc, la façon dont vous désirez utiliser le mode MUTE, le gain de la sortie casque afin de s’adapter aux différentes impédances existantes,  et le mode de fonctionnement de la partie préamplification (soit Bypass avec volume fixe, soit volume variable).

La prise en main est assez simple et le bouton donne une impression de bonne solidité. Les commandes sont réactives et franches, l’usage est donc très confortable et assez intuitif. Le HA-1 dispose de deux sorties casques, une classique sur jack 6,35 mm et une sortie symétrique sur une seule XLR (c’est à dire que les points chauds et froids sont indépendants, seule la masse des deux canaux est commune). Notez qu’il ne sera pas possible d’utiliser deux casques en même temps. En effet si un casque est branché sur la sortie jack 6,35 mm, la sortie symétrique est automatiquement verrouillée par commutation de relais. Nous verrons plus en avant du test, que le fonctionnement du HA-1 repose sur un ensemble de relais et que les fonctionnalités s’isolent électroniquement les unes des autres. C’est un avantage qui permet d’optimiser le fonctionnement du HA-1 en coupant le fonctionnement des circuits qui ne sont pas utilisés.

IMG_2993

Le côté droit expose le bouton du contrôle de volume motorisé et piloté par télécommande. Ce bouton donne lui aussi une sensation de robustesse et de précision. Le réglage de volume se fait par pas de 0,5 dB, ce qui est assez précis pour ajuster parfaitement le niveau d’écoute (nous n’avons mesuré aucun tassement de dynamique à faible volume et un potentiomètre très linéaire). Le bouton en façade, comme la touche de volume sur la télécommande, est réactif et bien dosé en terme de fermeté. Régler le volume se fera avec aisance et facilité. Ce point peut sembler anodin, mais certains produits (même très haut de gamme) n’ont pas un tel confort dans leur contrôle de volume. Pour finir, la façade propose une prise USB dédiée aux appareils nomades. Cette prise est certifiée compatible Apple, c’est-à-dire que vous pouvez connecter un iPod, iPad ou iPhone directement pour diffuser la musique. Un dernier élément, le récepteur infrarouge indispensable pour capter les instructions en provenance de la télécommande.

ha1backmappingL’arrière de l’appareil est vraiment très complet et propose systématiquement une solution symétrique lorsque c’est possible. Nous trouvons, deux entrées analogiques indépendantes, l’une asymétrique sur RCA et l’autre symétrique sur XLR. La section « sorties préamplification » se trouve juste en dessous et propose une double sortie asymétrique sur RCA et symétrique sur XLR. Les entrées numériques sont également complètes avec une AES/EBU symétrique, une Coaxial, une Optique et  une entrée USB type B asynchrone. Cette dernière entrée numérique permet au HA-1 d’être connecté à un ordinateur pour que le HAZ-1 soit reconnu comme carte son externe et donc diffuser l’audio depuis des logiciels de lecteur comme Foobar2000, J.River, Audirvana Plus, ou pourquoi pas depuis el lecteur Qobuz si vous êtes abonnés. Il est alors possible de faire transiter les flux PCM jusqu’à 32 bits et 384 kHz. L’interface USB est gérée par le fameux chipset Xmos qui permet d’accepter toutes les fréquences (44,1, 48, 88.2, 96, 176.4, 192, 352,8, 384 kHz en 16, 24 ou 32 bits).

Le HA-1 est aussi compatible DSD sur cette entrée USB, en natif ou avec la méthode DoP V1.1. En mode DSD natif le HA-1 peut décoder jusqu’au DSD256 ! On trouvera également une prise pour l’antenne Bluetooth, l’entrée courant IEC reliée à l’alimentation linéaire universelle et un dispositif de Trigger. Le circuit Trigger du HA-1 peut piloter l’allumage ou l’extinction d’un amplificateur si ce dernier possède une entrée Trigger évidemment. On pourra aussi commander la mise sous tension et hors tension du HA-1 lui-même via l’entrée Trigger. Cette possibilité est applicable avec l’usage d’une source ou d’un processeur audio pourvu de sorties Trigger compatibles. Au rayon regrets, les entrées numériques Optique et Coaxial ne sont pas doublées, et on ne trouve pas de BNC, ni d’entrée HDMI, qui aurait permis de gérer le DSD depuis une platine SA-CD, mais bon, c’est déjà très complet , bien plus complet que la plupart des DAC actuels.

Jusqu’ici, la plupart des appareils tout-en-un ont plus un côté geek, qu’audiophile, il est très rare de trouver des appareils à la fois hyper complet, aux usages multiples, et proposant une qualité audio digne d’un appareil hifi haut de gamme, à moins d’y mettre le prix.  Vous le savez, la tradition HDfever, consiste à ouvrir les appareils que nous testons pour essayer de mieux comprendre leur fonctionnement et surtout évaluer leur potentiel avant de le confirmer (ou pas) par des écoutes et des mesures. Cette analyse vise principalement l’électronique, mais le cas échéant, elle se penchera aussi sur le châssis, et ça sera le cas du HA-1 et pour cause. Ouvrir le HA-1 n’est pas une mince affaire, croyez-nous sur parole. Autant ouvrir un BDP-103 ou BDP-105 se fait en quelques minutes, autant le HA-1 demande un peu plus de temps et surtout de réflexion. En effet, OPPO n’a pas opté pour un châssis classique en métal avec façade aluminium et simple capot en métal fixé par le dessus. Le HA-1 bénéficie qu’un montage bien plus ambitieux et qui se révèle très efficace. Il est monté sur un double châssis, les cartes électroniques vont reposer sur un châssis primaire en charge de maintenir aussi la façade.

ha1cover1

Ce châssis est en métal, il est déjà bien rigide et robuste. La façade est en double cloison. Une première cloison sépare l’électronique de l’écran du reste des cartes du HA-1. Ainsi, il n’y a aucun risque que l’écran ne puisse perturber le reste de l’électronique du HA-1. La façade proprement dite est en aluminium, elle va garantir un premier blindage et assurer la belle finition du HA-1. La face arrière est une plaque amovible en métal. Elle sert à maintenir la connectique et est le premier élément à retirer pour ouvrir le HA-1 et accéder à son électronique. Le capot est donc l’élément à retirer au final pour pouvoir enfin observer l’intérieur du HA-1. Et bien, ce capot n’en est pas un à proprement parlé. Il s’agit, en fait, d’un fourreau en aluminium qui va recouvrir la quasi-totalité de l’appareil comme c’était le cas pour l’Asus STU III testé récemment.

Cette pièce en aluminium va remplir plusieurs rôles :

  1. Un souci d’esthétique : en effet, ce type de montage permet de cacher presque toutes les vis, seules celles de la face arrière seront visible
  2. Une meilleure dissipation thermique : le HA-1 repose sur une architecture en pure Classe A sur sa section préamplificatrice et amplificatrice. L’alimentation linéaire est bardée de régulateurs. Il s’agit d’une construction qui chauffe et dans ce cas l’aluminium est une très bonne solution pour absorber passivement (absence de ventilateur) la chaleur. Ce fourreau est doté de deux grosses ouvertures pour assurer le passage d’air. Une ouverture se trouve en dessous et l’autre au dessus. Ces ouvertures sont sécurisées par des grilles de protection
  3. Moins de vibrations  : cette structure mono-bloc utilise des épaisseurs supérieures à 3mm et assure une rigidité supplémentaire à l’ensemble du châssis du HA-1. Ainsi, le HA-1 sera moins sensible aux vibrations
  4. Un meilleur blindage : le HA-1 étant presque entièrement recouvert d’aluminium, le blindage contre les perturbations EMI / RFI sera optimum

ha1feet

Une petite négligence est à noter, mais chacun jugera si cela peut influencer ou non. En effet, le HA-1 utilise les pieds typiques de chez OPPO. Il s’agit de pieds en plastique, terminés par un patin en caoutchouc dédié à l’absorption des vibrations. Ces pieds sont d’une efficacité relative et il est clairement évident qu’on peut faire beaucoup mieux. OPPO doit le savoir pertinemment, car le constructeur propose en option un support dédié au HA-1. Ce support représente un coût supplémentaire certes, mais je vous engage à le considérer comme un bon investissement. À défaut, vous pourrez opter pour une autre solution de découplage mécanique, comme des patins Stabren ou Oehlbach. Pour en revenir au support du HA-1, il se présente comme une planche en simili bois usant du même placage de finition que le support du casque OPPO PM-1. Le support sur lequel va reposer le HA-1 est une plaque de plexiglas surélevée par des entretoises en métal. C’est dire qu’il y a un vide d’air, cela va permettre d’améliorer le refroidissement du HA-1 et assurer un meilleur découplage. Le HA-1 sera alors mieux isolé des vibrations et devrait moins chauffer.

ha1stand1

Les entrailles du OPPO HA-1 : la technique d’une machine hybride « parfaite »

ha1transformer

Le HA-1 se veut polyvalent, mais qui dit polyvalence, dit aussi multiplication des éléments électroniques. Pour arriver à cumuler les fonctions dans un appareil, il y a plusieurs méthodes. Il est possible d’utiliser des composants « tout-en-un » qui vont aider à réduire l’encombrement et la consommation d’énergie. On tend alors vers des appareils compacts et rarement performants. Une autre méthode consiste à intégrer des circuits indépendants et optimisés. Dans le cas du HA-1 cela implique de regrouper dans un même châssis, une section de gestion d’entrée analogique, un circuit de gestion de flux numérique, une section DAC, une section préamplificatrice classe A, un contrôle de volume performant, un bloc d’amplification classe A et pour couronner le tout, la topologie doit être symétrique. Bien entendu, il faut une alimentation qui puisse tenir la route : OPPO a opté pour une alimentation linéaire avec transformateur torique.

Le point de départ de toute bonne électronique commence par son alimentation. Le HA-1 pose un petit challenge de conception. Tout d’abord, le HA-1 se veut universel et son alimentation est capable de prendre en entrée du 110V/120V comme du 220V/240V. Il faudra alimenter tous les circuits et, nous l’avons vu, ils sont nombreux. Allons droit au but, l’alimentation du HA-1 est une petite merveille. Elle commence par une entrée IEC classique soudée directement à la PCB principale, la masse est reliée au châssis par un câble. Nous trouvons ensuite un fusible de sécurité et un filtre secteur simple, mais efficace, puis un premier transformateur. Je suppose que ce premier transformateur va piloter la commutation de l’arrivée secteur et sélectionner le bon voltage. On trouvera un pont de diode classique GBU406 capable de tenir 506V RMS. Ensuite vient le transformateur torique estampillé « OPPO », équipé de plusieurs sorties ayant en charge les différents circuits d’alimentation. Si je ne me trompe pas, je compte trois sections d’alimentation au total. Une grosse section dédiée au module d’amplification, une autre presque aussi imposante pour les sections entrée analogique et sortie préamplificatrice et une dernière plutôt intégrée et dédiée aux circuits numériques. On peut dire qu’OPPO y a mis les moyens !

On dénombre neuf condensateurs de grandes tailles de marque Su’Scon estampillés « OPPO ». L’alimentation totalise une capacité de 35900 uF. On y trouve d’excellents régulateurs Texas Instrument LM337T et LM317T capables de tenir 1,5A sur une plage réglable de 1,2V jusqu’à 37V assurant une régulation précise de 0,01% /V. Deux autres régulateurs Texas Instruments rentrent en jeu, des LM2940CT qui ont pour but d’abaisser le courant de 0,5V. Je suppose, sans certitude, que ces régulateurs servent à attaquer la section entrées analogique et préamplificatrice du HA-1. La dernière section d’alimentation est dédiée aux circuits numériques. Cette section est intégrée au plus proche des circuits numériques et use d’une de composants CMS. Le DAC ESS Sabre ES9018 utilise son propre régulateur.

mainpsuLes sections entrées analogiques et préamplificatrices utilisent un grand nombre de composants discrets. Les connectiques sont signées Neutrik, constructeur allemand spécialisé dans la connectique professionnelle et reconnu pour la qualité de ses produits. On trouve un grand nombre d’amplificateurs opérationnels, des condensateurs WIMA et des relais bipolaires OMRON G6S-2. La présence de ces relais est un autre point clé de la qualité du HA-1. Tout d’abord, les OMRON G6S-2 sont des relais capables d’encaisser 2500V deux fois durant 10 uS. Ils sont donc largement suffisants et ne risquent pas d’avoir une panne. Ensuite, dans la philosophie de construction du HA-1, tout est piloté par relais. Ainsi lorsqu’un circuit passe sur une autre fonction ou s’il est coupé, les relais opèrent la commutation électrique. Les circuits non utilisés sont alors hors alimentation, ceci va réduire la consommation et l’interaction entre les différents circuits. Il faut aussi noter que la section préamplificatrice est en classe A, ce qui théoriquement devrait assurer une sonorité de tout premier ordre.

ha1preamp

Le potard motorisé du contrôle de volume.

ha1volume

La gestion des entrées numériques est opérée par une carte dédiée lourdement fournie en chipset. Cette carte va regrouper et dispatcher tous les flux audio numériques au DAC ESS Sabre ES9018. Le chef d’orchestre sera un petit FPGA Actel ProASIC3 A3P125 largement suffisant pour les besoins du HA-1. Le Bluetooth sera piloté par un contrôleur Bluegiga WT32E. Ce chipset est capable de s’intégrer facilement et peut faire le lien avec un grand nombre de types de connexions audio, USB et I2S par exemple. Deux chipsets XMOS se chargeront des flux audio USB, SPDIF et AES / EBU. Ces puces assureront aussi ma compatibilité DSD. Chaque chipset est cadencé par sa propre horloge. On en dénombre quatre au total. Pour finir, on trouve une puce mémoire Winbond (une SDRAM cadencée à 166MHz totalisant 128MB, ce qui sera largement suffisant pour assurer la mémoire tampon des flux asynchrones par USB).

ha1inputcardha1diginput

Le DAC ESS ES9018 utilise sa propre alimentation CMS avec son régulateur dédié. On trouvera à proximité une petite horloge sur composant CMS. Sa cadence de 100MHz permet d’assurer le plein fonctionnement du DAC sur les flux audio PCM et DSD les plus élevés.

ha1ess

DAC ESS Sabre ES9018

ha1clock

Horloge du DAC Sabre ESS

La section amplificatrice est assez remarquable. La topologie classe A est totalement symétrique, on trouve quatre fois le même jeu de transistor, soit 12 transistors en tout. OPPO fait appel à la marque Sanken très réputée dans le monde Audiophile. Chaque section est constituée d’un transistor pilote C4883 et de deux transistors d’amplification, un C4511 complété par son partenaire A1725. Il est clair qu’une telle topologie vise à l’efficacité et la performance qualitative. Vu que le HA-1 est fait pour ne marcher qu’avec un seul casque à la fois, il ne risque pas d’être en manque de puissance.

ha1amp

ha1amptransistors

La cartographie des circuits du HA-1.

ha1insidetup

ha1insidelowPour conclure cette présentation de l’architecture du HA-1, il n’est pas nécessaire d’y aller par quatre chemins, le HA-1 impressionne par sa construction. OPPO signe un bien bel ouvrage doté d’une construction exemplaire, soignée et qui va assurer de belles performances. L’analyse technique rassure quant au prix de la machine qui, de prime abord, pourrait sembler un peu élevé. Compte tenu de sa construction, le prix est tout à fait justifié. Notre analyse suppose de très belles écoutes, il est temps de le vérifier et de savoir si le HA-1 excelle dans tous ses domaines d’applications.

Présentation de l’écran OLED et ses fonctions

_MG_3022

On peut sélectionner la source depuis la télécommande ou depuis le bouton sur le DAC

IMG_4087

IMG_4093

On peut régler l’intensité lumineuse de l’écran ou même l’éteindre.

IMG_4094

IMG_4095

IMG_4096

IMG_4092

Choix de l’interface principale qui sera affichée durant l’utilisation quotidienne

IMG_4099

_MG_3020

Écoutes Nico et mesures

L’OPPO HA-1 à l’écoute chez Nico et mesures du circuit analogique

IMG_4073

Configuration de test :

  • DAC OPPO HA-1 (1 499 €)
  • Lecteur OPPO BDP-105D Signature Audiocom pour le drive
  • HTPC audiophile via USB-B asynchrone
  • Amplificateurs Teac AI-3000 et BC Acoustique EX-332D
  • Enceintes Triangle Signature Alpha
  • Câble secteur et enceintes JSV Audio
  • Câble de modulation MUSE 3 Espace Musical
  • Câble XLR Oehlbach XXL
  • Câble USB Nordost BlueHeaven
  • Barrette secteur Oehlbach PowerSocket 908
  • Arcam AirDAC comme borne AirPlay pour profiter de Qobuz depuis une tablette

IMG_4078

Si ça qualité de fabrication ne faisait aucun doute quant aux performances proposées par ce DAC, pour ma part je me posais deux questions. Jusqu’ici, les appareils que j’ai pu écouter à base de DAC ESS Sabre affichaient une petite dureté dans les aigus et un léger manque de chaleur. D’autre part, je me demandais si ce DAC n’allait pas être redondant pour ceux qui possèdent déjà un OPPO BDP-105EU/D.

Pour la première question, si les premières heures d’écoute j’ai retrouvé cette petite dureté, le rodage l’a vite calmé et l’apport de la polarisation en Classe A a vraiment fait du bien aux écoutes qui se sont révélées plus analogiques et très naturelles. Pour la seconde interrogation, vous le constaterez lors des mesures, mais cela se ressent aussi nettement à l’écoute, l’OPPO HA-1 dépasse de loin la musicalité proposée par l’OPPO BDP-105EU/D, que ce soit au niveau du timbre, bien plus musical et agréable, la spatialisation, l’image stéréo ou la richesse du signal sonore. Pour tout dire, il est même légèrement au-dessus des OPPO Audiocom.

Pas la peine de tourner autour du pot, l’OPPO HA-1 m’a littéralement scotché par sa musicalité. Rarement, un appareil m’avait donné autant d’émotion, de frissons, et s’est imposé comme une évidence pour moi, c’est l’un des deux DAC le plus performants que j’ai pu essayer avec le NAD M51, et je préfère la musicalité de l’OPPO. L’écoute offre un parfait équilibre, une écoute très consistante, neutre et naturelle, avec juste une petite pointe de chaleur pour ne pas verser dans l’analytique, tout en offrant un signal d’une richesse incroyable. Avec un bon enregistrement, on arrive à un niveau de détail rarement atteint. Les moindres petits sons s’entendent, du frottement de doigt sur une corde de guitare, aux petites respirations, petits bruits de bouche, ou bruits d’ambiance. Cela apporte un fort réalisme et une réelle immersion, une proximité rare avec les musiciens que l’on écoute. Les enregistrements Live sont d’ailleurs très impressionnants  avec une parfaite localisation des musiciens. On se sent téléporté au milieu de la foule, devant la scène !

IMG_4071

Ce DAC se démarque donc par son niveau de spatialisation hors normes. Certains appareils très (très) haut de gamme feront peut-être mieux, mais avec un niveau de diaphonie à -116 dB c’est déjà très impressionnant, quand on sait qu’une diaphonie est considérée comme excellente à partir de -100 dB et que la majorité des DAC testés n’offrent pas plus de -105 dB. En fait, tout est là, avec un rendu très tonique, des graves profonds et rapides, des notes parfaitement détourées, une précision d’orfèvre, signe d’un jitter parfaitement maitrisé, des aigus ciselés, une superbe attaque sur la note avec une légère petite brillance qui apporte cette étincelle nécessaire pour illuminer les écoutes, surtout avec des morceaux çà base de guitare sèche, Kora, ou harpe.

L’image sonore offre beaucoup de matière, de relief, de profondeur, d’ouverture, le rendu des voix est sublime, grâce à une parfaite articulation et tenue du médium, qu’elles soient charnelles, sensuelles, graves ou aigus, douces ou roques,les voix sont totalement envoutantes. Bref, c’est une totale communion avec la musique que l’on écoute.

J’ai pu écouter ce DAC avec des enceintes Triangle Signature Alpha, un amplificateur Teac AI-3000 et un BC Acoustique EX-332D, les deux associations sont sublimes. D’un côté le EX-332D, lui aussi polarisé en Classe A, offre une écoute parfaitement naturelle avec beaucoup de corps au niveau des instruments, de la rondeur au niveau des graves, des aigus très raffinés, mais parfaitement ciselés et précis, et une spatialisation exceptionnelle, un rendu dynamique.

De l’autre, l’énorme rendement dans les graves du Teac AI-3000 est d’autant plus mis en valeur par l’OPPO avec des graves ultras toniques, percutants, très rapides, un rendu très dynamique, là aussi une spatialisation et une capacité à remplir le salon d’une enveloppe sonore qui vous aspire totalement dans la musique. Je garde une petite préférence pour le BC Acoustique sur les Triangle, car il apporte une pointe de chaleur supplémentaire, le Teac est plus transparent avec des aigus légèrement montants. Cela dit, cet ampli rend bien mieux sur certaines enceintes anglaises comme des KEF ou des B&W avec lesquelles il s’accorde à merveille.

Down The Way (Deluxe Edition) – Angus & Julia Stone (Flac)

Une musique pop-folks très épurée, mais que cet album est incroyable de douceur, de sensibilité et d’émotion ! Un vrai coup de cœur pour cette musique sublime, totalement transcendée par l’OPPO HA-1 avec des voix qui vous envoutent littéralement ! L’OPPO arrive a transmettre parfaitement toute la sensualité et la fragilité de la voix enfantine de Julia Stone, avec un timbre parfaitement naturel, une aération magistrale, c’est fluide, ça coule, tout en préservant toute la texture des voix. Les cœurs remplissent totalement le salon, la spatialisation est énorme, l’écoute profonde, comme si mon salon devenait plus grand … les murs disparaissent.

Et que dire des passages à la guitare, tout simplement magique, avec cette petite étincelle, cette petite brillance, ce ciselé que l’on recherche tant pour l’une des plus belles écoutes d’instruments à cordes qui m’ait été donné d’écouter ! La dynamique, l’aération, la spatialisation et la reproduction des aigus de l’OPPO font des merveilles sur cet album rare, à écouter absolument !

Rokia Traoré – Wanita (CD)

Les couleurs de l’Afrique chantées par l’une des plus belles voix d’Afrique de l’Ouest. Ici, on pourra apprécier la tonicité de l’OPPO, et sa capacité à transmettre le rythme, le foot-taping, avec des graves appuyés, profonds, percutants et très rapides, notamment avec la basse et les instruments à percussion (Dunun, Djembé). On retrouve évidemment l’excellente qualité des aigus sur tous les instruments à cordes d’Afrique de l’Ouest, comme la Kora, le N’goni reproduits avec précision, des détails à foison et toujours ce ciselé magique pour une écoute lumineuse et vivante.

La reproduction du balafon, sorte de xylophone africain, est exceptionnelle grâce à une attaque rapide sur la note. On ressent clairement la matière avec laquelle est fait chaque instrument, comme l’impact sur le bois des lamelles du balafon, grâce à une image sonore très riche en détail et en texture. Rokia se démarque aussi par sa voix magique, mêlant force et douceur, reproduite ici avec un parfait équilibre, de l’aération, de l’articulation, une ouverture de la scène sonore très impressionnante. Cet album nous fait voyager dans de lointaines contrées, avec des couleurs, du rythme, de la douceur, bref, une écoute envoutante !

Pink Floyd – DSOTM – ISO SA-CD via Foobar2000 (USB- asynchrone)

On ne présente plus cet album, référence absolue en Super Audio CD. Popur en profiter sur l’OPPO, obligé de passer par une ISO SA-CD lue depuis Foobar2000 avec une liaison USB asynchrone, car pour rappel, impossible de transférer le DSD via Coaxial ou Optique, et en l’absence d’entrée HDMI, c’est donc al seule solution. A l’écoute de cet album en DSD, l’un des plus beaux enregistrements DSD actuel, je ne regrette qu’une chose, que ce DAC ne soit pas muilticanal. Quelle claque ! Si l’apport du DSD est souvent contestable sur de nombreux appareils qui le gèrent mal, ou à cause des nombreux enregistrement DSD qui ne sont que des conversions issues de master en DSD (PCM) , là clairement on peut ressenti tout l’apport de ce format numérique très particulier, et sa capacité à offrir un rendu parfaitement naturel et analogique, tout en conservant un niveau de dynamique impressionnant !

Pour moi, grand amateur de DSD depuis des années, c’est clairement un rêve de pouvoir profiter d’une telle qualité, musicalité et fidélité dans le rendu sonore. C’est l’une des grandes forces du DAC ESS Sabre, l’une des grandes forces du lecteur OPPO BDP-105EU/D, et ça va encore plus loin sur l’OPPO HA-1. Petit regret de ne pas pouvoir en profiter en 5.1 donc, mais bon, les écoutes stéréo sont d’un tel niveau de qualité que ce soit au niveau de la localisation des musicien, des instruments parfaitement détourés et intelligibles, des silences parfaits entre les notes, du relief, du naturel du timbre, de la reproduction des voix, de l’immersion, bref, tout est superbe ! Jouissif !

Mesures du circuit analogique

Petite précision pour commencer. J’ai réalisé mes mesures avec l’OPPO HA-1 connecté au secteur avec le câble JSV Audio qui est celui qui m’a offert les meilleures mesures, dépassant clairement les mesures faites avec le câble secteur Supra, ou celui d’origine avec des gains de l’ordre de 2 à 3 dB au niveau dynamique, niveau de bruit, donc SNR, et diaphonie. Les mesures de ce DAC vont tellement loin, que même mon nouveau matériel arrive à ses limites sur les sorties XLR. Il n’y a que les sortie RCA que j’ai pu analyser. Cela veut dire que via XLR le SNR dépasse les 120 dB, le niveau de bruit est en-dessus des -120 dB, et la diaphonie va en-dessous de -115 dB. Les mesures sont réalisées en 24 bits, mais on retrouve à peu près la même choses en 16 bits, sauf, évidemment, au niveau du SNR (99 dB en 16 bit, 119 dB en 24 bits via RCA donc). C’est parfaitement normal puisque le SNR de référence d’un CD se situe à 96 dB à peu près. enfin, dernière précision, j’ia mesuré le signal en sortie analogique lorsque l’on connecte un appareil via les entrées analogique (XLR ou RCA) du OPPO. Le signal n’est pas numérisé, ni reconvertis, c’est vraiment du bypass, que ce soit en sortie volume fixe ou variable, le signal analogique en entrée et le même en sortie.

Protocole d’analyse

Appareil analysé ————————————————— OPPO HA-1
Quantification 24-bit
Interface
Sorties analogiques analysées RCA asymétrique
RMAA Version 6.2.3 PRO
Filtre 20 Hz – 20 kHz ON
Normalisation de l’amplitude ON
Niveau de sortie (volume à 0) 0.7 dB / 0.7 dB
Mode Mono OFF
Calibration du Signal, Hz 1000
Polarité correcte / correcte

Pour cette première partie de mise en place du protocole de mesure, on peut déjà relever que le niveau en sortie est élevé au niveau de référence, c’est à dire 0. On peut aller au-delà, mais il n’est pas conseillé de dépasser le niveau de référence sinon le THD peut augmenter. De toute façon, si vous avez besoin de monter au-delà du volume de référence, c’est qu’il y a un souci quelque part ! On remarquera également que la polarité est parfaitement correcte. Cela peut ^paraitre une évidence, mais le DAC Asus STU III avait la polarité inversée en sortie RCA et cela arrive plus souvent qu’on ne le pense.

Résultats des mesures en 24 Bits

Réponse en Fréquence (20 Hz to 20 kHz), dB———————
+0.01, -0.04
Excellent
Niveau de Bruitl, dB (A)
-119.3
Excellent
Gamme Dynamique, dB (A)
119.0
Excellent
THD, %
0.0004
Excellent
THD + Bruit, dB (A)
-105,4
Excellent
IMD + Bruit, %
0.0012
Excellent
Diaphonie stéréo, dB
-114.5
Excellent
IMD at 10 kHz, %
0.0009
Excellent
Performance générale
Excellent

Réponse en fréquence

fr

From 20 Hz to 20 kHz, dB
-0.16, +0.01
From 40 Hz to 15 kHz, dB
-0.04, +0.01

Niveau de bruit

noise

Left
Right
RMS power, dB
-117.3
-117.5
RMS power (A-weighted), dB
-119.4
-119.2
Peak level, dB FS
-86.4
-86.3
DC offset, %
+0.0
+0.0

Une merveille de courbe, non seulement exceptionnellement basse, donc un niveau de bruit record, mais en plus les pics sont très réduits, signe d’un jitter très faible. Il n’y a que le NAD M51 qui peut rivaliser. Cette courbe indique que les silences entre les notes sont parfait, et évidemment, moins il y a de bruit, plus les micros sons s’entendent, et plus la gamme dynamique est donc élevée.

Gamme Dynamique

dynamics

Left
Right
Dynamic range, dB
+117.3
+117.5
Dynamic range (A-weighted), dB
+119.2
+118.8
DC offset, %
+0.00
+0.00

Confirmation ici de ce que je disais pour le niveau de bruit avec, là aussi, une courbe proche de la perfection, fine, propre, très basse, à la limite de la référence absolue. Mon matériel ne peut pas mesurer au-delà de -120 dB. D’ailleurs, via XLR il m’ été impossible de mesurer le signal ce qui indique que l’OPPO HA-1 propose un SNR supérieur à 120 dB via XLR.

THD + Bruit (-3 dB FS)

thd

Left
Right
THD, %
+0.0004
+0.0004
THD + Noise, %
+0.0013
+0.0013
THD + Noise (A-weighted), %
+0.0012
+0.0012

Le taux de distorsion est également une des valeurs les plus souvent affichées par les fabricants. Avec un THD de 0.0020 % on atteint déjà de très hautes performances comme pour le DAC Asus qui propose un THD de seulement 0.0016 %. Mais que dire devant les performances de l’Oppo HA-1, c’est tout simplement la perfection avec moins de 0.004% !

Distorsion d’intermodulation

imd

Left
Right
IMD + Noise, %
+0.0012
+0.0012
IMD + Noise (A-weighted), %
+0.0011
+0.0011

Cette valeur indique la capacité des AOP (amplificateur opérationnel intégré aux  circuits analogiques des cartes son) à amplifier un signal sans déformer le signal d’entrée. Si le signal de sortie n’a pas la forme du signal d’entrée, on dit qu’il y a distorsion. La non-linéarité d’amplitude donne de la distorsion harmonique et entraîne de l’intermodulation. Plus cette valeur sera faible, plus le signal de sortie amplifié sera fidèle au signal d’entrée non amplifié. Une Distorsion d’intermodulation de +0.005 est déjà excellente. Ici on atteint  +0,001, signe que les AOP font parfaitement leur travail !

Diaphonie Stéréo

cross

Left
Right
Crosstalk at 100 Hz, dB
-114
-115
Crosstalk at 1000 Hz, dB
-116
-114
Crosstalk at 10000 Hz, dB
-97
-94

La diaphonie, c’est comme le ghosting avec la l’image stéréoscopique (la 3D) moins il y a de diaphonie, plus la séparation de canaux est bonne et donc plus la spatialisation sera meilleure avec une belle enveloppe sonore, de la profondeur d’écoute de l’ouverture. C’est le cas ici, l’OPPO peut même se targuer d’afficher la diaphonie la plus basse jamais enregistrées sur un DAC, seul les OPPO 105Eu modifiés par Audiocom rivalisent et font peut être même mieux, car on notera juste une petite remontée dans les aigus (10 khz), mais rien de bien notable, à l’écoute c’est superbe !

IMD – Balayage de Tonalité

imdswept

Left
Right
IMD + Noise at 5000 Hz,
0.0020
0.0021
IMD + Noise at 10000 Hz,
0.0022
0.0023
IMD + Noise at 15000 Hz,
0.0026
0.0027

Le balayage de tonalité est parfait, courbe basse, linéaire, rien à dire, aucune tonalité n’est mise en avant, ni en retrait.

Ecoutes Jacko

L’OPPO HA-1 à l’écoute au casque chez Jacko

ha1casques

Les casques utilisés :

  • OPPO PM-1 liaison jack 6,35mm
  • OPPO PM-1 liaison symétrique
  • Fostex TH-900 liaison jack 6,35mm
  • Sennheiser HD700 liaison jack 6,35mm

Pour tester le HA-1 au casque nous avons utilisé plusieurs systèmes de mise en œuvre.

En liaison analogique :

  • Source : BDP-93 NXE modifié
  • Câble de modulation : DIY cuivre OCC
  • Câbles courant secteur : DIY divers

En liaison numérique :

  • Source : BDP-93 NXE modifié
  • Câble de liaison numérique : coaxial Real Cable OCC
  • Source PC : Jriver
  • Câble de liaison : USB Wireworld Silver Starlight série 6
  • Câbles courant secteur : DIY divers

La sélection musicale :

  • Privateering, Mark Knopfler, Flac 24bits 96KHz et transfert DVD-A MLP 24bits 96Khz : Dernière création du génial chanteur guitariste du groupe Dire Straits. Mark Knopfler signe un album posé et musicalement parfait. Il s’agit d’un album qui mérite d’être écouté en audio haut résolution.
  • Tree Bursts in Snow, Admiral Fallow, Flac 24bits 48KHz et transfert DVD-A MLP 24bits 48KHz : Un petit groupe Irlandais fort sympathique à découvrir. La disponibilité des différents formats a permis de faire des comparatifs des entrées du HA-1 à la volée.
  • On Floating Bodies, Conquering Animal Sound, Flac 24bits 48KHz et transfert DVD-1 24bits 48KHz : Ce titre permettra aussi un comparatif à la volée des entrées du HA-1.
  • Hotel California, Eagles, Flac 24bits 192KHz et DVD-A original MLP 24bits 192KHz : Album mythique du groupe, ces versions haut définition sont probablement les meilleures existantes.
  • Feels Like Home, Norah Jones, Flac 24bits 192KHz et SACD : Ré-éditions de l’album de Norah Jones. Il s’agit d’un excellent test sur les voix, comme tous les album de la talentueuse Norah.
  • Brothers in Arms, Dire Straits, SHM-SACD : Album mythique du groupe, cette édition est la plus aboutie du point de vu qualité d’enregistrement.
  • Equilibrium, Erik Mongrain, Blu-SpecCD : Album test qui servira a vérifier la tenue du haut du spectre et la cohérence de la dynamique.
  • Holy Fire, Foals, CD red book : Un album pop dont la composition met à mal les systèmes d’écoute. La moindre distorsion le rendra pénible à écouter.
  • Sucker Punch, divers artists, CD red book : La bande originale du film du même nom. C’est un album dans le ton du film « vidéo clip » de Zack Snyder. Très varié mais surtout très rock, cet album donnera du fil a retordre au même titre que Holy Fire

Commençons nos écoutes casques avec l’OPPO PM-1. Pour en savoir plus sur ce premier casque OPPO, je vous propose de consulter notre test. Le HA-1 se veut le parfait partenaire du PM-1. En théorie la conception des deux appareils s’est faite en tenant compte des caractéristiques techniques particulières qui les composent. Notre test du MP-1 avait souligné les qualités du couple OPPO. Bien entendu les conclusions ne changent pas, les deux comparses sont fait pour s’entendre. Le PM-1 est un casque facile à alimenter et un amplificateur de la trempe du HA-1 s’en sort largement au delà de toute espérances. Il est assez évident de par sa conception, que le HA-1 est aussi fait pour se charger de casques bien plus difficiles et exigeants. Durant le test du MP-1 nous nous étions concentré sur la liaison jack, voyons si la connexion XLR du casque peut apporter un plus. Après tout le HA-1 exploite une topologie entièrement symétrique. Le constat est immédiat, la première remarque vient du volume d’écoute qui fait un bon assez significatif. Le gain supplémentaire est vraiment très important et il faudra abaisser de presque 8 dB pour retrouver le même niveau d’écoute atteint en connexion jack 6,35 mm. D’un point de vu purement qualitatif, la dynamique augmente aussi de manière significative et permet d’accentuer la restitution des détails pourtant déjà excellente en liaison jack. C’est dans cette configuration qu’il est recommandé d’utiliser les coussinets en finition velours du PM-1. En effet cette option plutôt que les coussinets en cuire, permet d’accroître la sensation d’aération et élargie la perception de la scène sonore. L’option velours aura tendance à atténuer le haut du spectre et donnera au PM-1 des timbres plus chaleureux. En liaison symétrique avec le HA-1, le gain de dynamique et de détails permet de ré-équilibrer cette perte tout en conservant la présence un peu plus soutenue des basses. L’écoute prend une toute autre ampleur et gagne en confort d’écoute. Il faudra faire des tests chez vous car l’écoute change de manière assez conséquente. En définitive, le HA-1 associé au PM-1 permet d’avoir quatre types d’écoutes différentes suivant les choix que l’on va faire.

Passons ensuite au Fostex TH-900, un casque très typé qui table sur des écoutes chaleureuses, détaillées et qui assure une bonne aération. Pour plus d’informations sur le casque Fostex TH-900 je vous invite à consulter notre test. Le TH-900 est capable d’ouvrir la scène sonore et de presque faire oublier que l’on écoute un casque. Une chose est certaine, le TH-900 ne se distingue pas par un critère de neutralité. Au contraire il s’agit d’un casque qui a du caractère, il est certainement imparfait, mais son écoute ne laisse pas indifférent. En tous cas son association avec le HA-1 est une belle réussite. Les atouts du TH-900 sont bien mis en avant et ne sont pas dénaturés ou accentués, preuve que le HA-1 est capable de neutralité et sait respecter la signature sonore du casque qu’il va amplifier. Alors qu’avec d’autres amplificateurs casque le TH-900 pouvait faire sentir une légère distorsion sur les musiques difficiles comme celles de l’album « Holy Fire », le HA-1 arrive à une telle maîtrise que ce défaut est totalement absent. La commutation des différentes entrées durant les tests d’écoutes, permet d’affirmer une supériorité en terme de détail et de tenue lorsque le HA-1 est utilisé avec son DAC. Toujours est il que l’entrée sélectionnée soit USB ou coaxiale, il est difficile de déterminer laquelle permet d’obtenir le meilleur rendu qualitatif.

Enfin, pour clôturer ces écoutes au casque, terminons avec le Sennheiser HD-700, un casque audiophile qui a fait ces preuves et qui table sur la neutralité. Il est réputé pour respecter les timbres et garantir un bon équilibre dans le spectre. Il s’agit d’un casque à l’écoute studio. Le HD-700 ne devrait pas être trop compliqué à faire marcher sur le HA-1. L’écoute avec ce casque assure une très belle amplitude et affirme les qualités intrinsèque du HD-700. L’ouverture et la scène sonore est ouverte et large, ce qui permet de gagner en aération. La dynamique et les détails sont à la fête ce qui ne surprend pas avec le HA-1. Les tests des différentes entrées sur le même enregistrement sont assez difficiles à départager. Avec le HD-700, que la source soit numérique ou analogique, la restitution est très homogène, il est presque impossible de déceler les avantages sonores de l’une par rapport à une autre. Peut être qu’il y aurait un avantage pour l’entrée analogique qui, associée au BDP-93 NXE, table sur des timbres un peu plus chaleureux avec une dynamique légèrement en retrait, sans pour autant qu’il n’y est une perte pénalisante pour l’écoute.

Les écoutes aux casques sont unanimes, tous les casques que nous avons testé marchent à merveille avec le HA-1. Ce préamplificateur DAC est capable de piloter un grand nombre de casques, il ne sera pas nécessaire d’opter pour l’OPPO PM-1, même si nous le conseillons. D’après mes préférences d’écoute, je conseillerai d’utiliser le HA-1 avec un PM-1 en liaison XLR et avec les coussinets en velours. L’écoute devient alors moins neutre et va tabler sur des critères plus musicaux comme le Fostex TH-900 pourrait le faire. Le PM-1 garde comme avantage l’usage d’une technologie sans risque de distorsion ni de déphasage.

Les écoutes en mode préamplificateur chez jacko

ha1ecoute2
Configuration haut de gamme.
  • Source OPPO BDP-83SE modifié
  • Amplificateurs mono Modwright KWA150SE
  • Enceintes Bowers & Wilkins 803Di
  • Câbles de modulation Real Cable XLR conducteur argent
  • Câbles d’enceintes Real Cable HD-TDC
  • Câbles courant secteur DIY divers
  • Filtrage secteur Isotek Nova GII et Titan GII

ha1ecoutes1

Configuration milieu de gamme.

  • Source OPPO BDP-93 NXE modifié
  • PC Windows 7, streamer Jriver
  • Amplificateur BC Acoustique EX-522
  • Enceintes Tannoy Revolution DC4
  • Caisson de basse REL Quake
  • Câble USB Wireworld Silver Starlight
  • Câbles de modulation Real cable XLR conducteur argent
  • Câbles de modulation RCA DIY à base de conducteurs cuivre OCC
  • Câbles d’enceintes Athom Zef Mini
  • Câbles courant secteur DIY divers
  • Filtrage secteur Fidelity Audio Nexus 8 + filtre NNUX ref

Pour ces séries d’écoutes, le HA-1 sera connecté en XLR sur les différents blocs d’amplification afin de profiter pleinement de son architecture symétrique et toujours la même sélection musicale. Seules les versions dématérialisées seront exclues des écoutes sur le système haut de gamme car je n’y dispose pas du matériel adéquate :

  • Privateering, Mark Knopfler, Flac 24bits 96KHz et transfert DVD-A MLP 24bits 96Khz
  • Tree Bursts in Snow, Admiral Fallow, Flac 24bits 48KHz et transfert DVD-A MLP 24bits 48KHz
  • On Floating Bodies, Conquering Animal Sound, Flac 24bits 48KHz et transfert DVD-1 24bits 48KHz
  • Hotel California, Eagles, Flac 24bits 192KHz et DVD-A original MLP 24bits 192KHz
  • Feels Like Home, Norah Jones, Flac 24bits 192KHz et SACD
  • Brothers in Arms, Dire Straits, SACD
  • Equilibrium, Erik Mongrain, Blu-SpecCD
  • Holy Fire, Foals, CD red book
  • Sucker Punch, divers artists, CD red book

Les écoutes sur le système milieu de gamme

Pour plus de précision, vous pouvez consulter notre test du BC Acoustique EX-522. Ce système utilise des enceintes assez simples à amplifier. La sensibilité de 89dB des Tannoy Revolution DC4 ne fera pas peur au EX-522 qui en plus dispose d’un ajustement de gain. De plus ces enceintes de descendent pas sous les 68 Hz, avec une bande passante réduite nous ne risquons pas d’avoir de la distorsion. La section basse fréquence est tenue pas le caisson de basse REL Quake. Il s’agit d’un petit gabarit, mais qui a du coffre et qui sait faire correctement son travail dans un usage Hifi.

Bien que d’envergure modeste, ce système arrive à retranscrire l’émotion d’une belle musique et le HA-1 est à son avantage. Il tient très largement la comparaison avec le préamplificateur traditionnellement utilisé dans ce système qui est dépassé par le dernier né de chez OPPO. Le HA-1 bénéficie de technologies mixtes qui lui confèrent des caractéristiques sonores de très haut niveau. Sa topologie classe A assure un équilibre tonal exemplaire qui s’affirme par une musicalité fantastique soutenue par une légère pointe de chaleur. Le son est très organique et ne perd pas en dynamique quelque soit le mode de liaison. Il a été possible de faire une comparaison instantanée avec la liaison USB par PC, ainsi qu’en analogique et en coaxial via l’OPPO BDP-93 NXE. Disposer des mêmes musiques sur différents formats était un atout majeur durant ces écoutes. Si en liaison analogique le HA-1 sonne vraiment bien, c’est en liaison numérique qu’il dévoile tout son potentiel. Sur ces entrées analogiques le HA-1 sera tributaire des performances de la source et d’après ce jeu d’écoute, le DAC du HA-1 se révèle supérieur celui de mon OPPO BDP-93 NXE pourtant bien modifié et optimisé. À l’oreille il est difficile de départager la liaison coaxiale de la liaison USB. L’USB gardera un avantage en terme de compatibilité de flux surtout avec l’apport du DSD. En liaison numérique c’est le DAC du HA-1 qui apportera une grande différence de performance. En effet le DAC Sabre ESS ES9018 a déjà fait ces preuves chez OPPO avec les BDP-105EU et BDP-105D, mais il peut aller encore plus loin. Le ES9018 est utilisé dans d’autres produits très haut de gamme, comme le DAC Accuphase DC-901 et pour l’avoir écouté, je peux vous dire que ce DAC est une véritable merveille sonore et musicale.

Le HA-1 n’a pas la prétention d’arriver à ce niveau, mais sans exagérations de ma part, il n’en est pas loin. En liaison numérique on gagne énormément en dynamique et en précision. La scène sonore pourtant déjà très bonne gagne en ampleur. Allier l’excellente dynamique du ES9018 à une construction en classe A plus pondérée et chaleureuse est un choix très judicieux. En tout cas, le HA-1 associé à un PC utilisant un bon logiciel de stream audio permet de réunir deux avantages évidents. Cette approche permet d’avoir accès à une ergonomie très conviviale et met facilement à disposition toute la bibliothèque de musique. L’autre avantage est le plus important, il est alors possible d’avoir à moindres frais une solution audio haut de gamme très performante. Sinon passer par un serveur audio numérique avec disque dur ou avec l’ajout d’un NAS. En tout cas, plus le format numérique est bon et plus le HA-1 sonnera bien. Cela ne veut pas dire que le classique PCM 16bits 44,1 kHz sera à la traîne, bien au contraire le HA-1 fera un travail remarquable sur le format CD Red Book. Cependant, un DSD128 sera une expérience inoubliable ! D’ailleurs, OPPO met à disposition des titres gratuits sur le site américain, foncez les télécharger : http://www.oppodigital.com/hra/dsd-by-davidelias.aspx

Écoute sur le système haut de gamme.

Durant cette série d’écoute le HA-1 sera principalement comparé à mon processeur audio de référence, le Denon AVP-A1HD modifié Cinemike, autant dire un gros morceau. Le Denon AVP-A1HD étant un processeur Homecinéma la comparaison m’a imposé quelques ajustements. En effet, mon l’AVP-A1HD est paramétré en Audyssey pro utilisant des courbes de correction cibles adaptées aux Bowers & Wilkins 803Di ainsi qu’à mes préférences d’écoute. Pour ne pas biaiser le comparatif, j’ai tout désactivé et placé l’AVP-A1HD en mode source directe.

Cette fois le HA-1 est mis à l’épreuve dans un système qui ne lui sera pas sous-dimensionné. Au contraire, les blocs Modwright KWA150SE sur les Bowers et Wilkins 803Di font des merveilles, ils ne constitueront pas un facteur limitant. Le HA-1 face au Denon AVP-A1HD ferait facilement penser à l’affrontement David contre Goliath tant le gabarit des deux machines est à l’opposé. Allons-nous assister au même dénouement que celui de cet affrontement biblique ? Il faut avouer que les deux machines se défendent vraiment bien, et d’un point de vu purement académique il est difficile de les départager compte tenu des qualités particulières de l’une et de l’autre. Sans tenir compte de l’exercice de comparaison qui est plus illustratif que pertinent, les prix des deux appareils étant trop éloignés, le constat est assez évident, le HA-1 sait s’intégrer dans un système haut de gamme. C’est alors que l’on prend conscience que le prix du HA-1 est une véritable aubaine. Avec le HA-1, tout est une affaire de précision et de dynamique, en tout cas dans mon système de référence il a été impossible de le mettre à mal sur ces critères. Même les Tannoy DC-4 sur le BC Acoustique EX-522 arrivaient au pique de leurs possibilités à ce niveau. Sur cette série d’écoutes le HA-1 a su assurer une petite dose analytique sans excès garantissant une clarté bien dosée qui mettra en avant les micros détails des enregistrements. La tenue du spectre est quasi parfaite avec un excellent équilibre, les basses sont tendues et énergiques, les médiums bien à leur place. Les voix comme les instruments, tout est superbement bien restitué. Une petite pointe de chaleur vient pondérer le côté précis du HA-1. Tout dépendra de la réaction de la source par rapport au média qu’elle liera. Ce fut le cas avec « Privateering » de Mark Knopfler. Cela démontre aussi que le HA-1 respecte les timbres de la source analogique sur lequel il est branché. Il a été possible de mieux apprécier l’image sonore et la scène stéréophonique. Certes ces deux critères constituent une des qualités principales de la source mise en oeuvre, ce qui va bien aider le HA-1. On retrouve donc la performance du BDP-83SE modifié. Tout est parfaitement en place, le réalisme de la scène sonore et sa cohérence est parfaitement restitué avec une aération qui pousse au-delà des murs. Le Denon AVP-A1HD, ne fait pas mieux, ce qui est très flatteur pour le petit HA-1.

Si les ingénieurs de chez OPPO avaient fait le pari de construire une machine douée en numérique et en analogique pouvant frayer avec les grandes électroniques, ils auraient certainement remporté le jackpot. On ne croise pas souvent une machine qui table sur plusieurs fonctionnalités et qui est capable de tout faire avec un très haut niveau de performance. Si en plus cette machine devait être abordable, alors il serait difficile d’y croire. Pourtant, c’est le tour de force que le HA-1 arrive à accomplir, car soyons réaliste, l’équivalent ailleurs coûterait beaucoup plus cher.

Conclusion

Conclusion

Que dire de plus !? Rien, mais pour résumer tout ça à ceux qui n’auront pas eu le courage de tout lire, et ça peut se comprendre :) L’OPPO HA-1 devient donc la référence HDfever, tout simplement, car il offre tout ce que l’on pouvait attendre d’un DAC haut de gamme, et même plus, car le prix reste tout de même très mesuré. Les mesures sont hors normes, les meilleures enregistrées à ce jour, la connectique est ultra-complète au niveau entrées numériques avec de l’Optique, Coaxial, AES-EBU, USB made for Apple, un mode Bluetooth, et même des entrées analogiques.

Alors, certes, on peut toujours avoir quelques regrets à formuler comme le fait que les entrées numériques ne soient pas doublées, surtout l’entrée Optique et Coaxiale, l’absence d’AirPlay qui manque un peu pour les utilisateurs d’iPad ou iPhone et les abonnés à Qobuz en particulier, car le Bluetooth ce n’est tout de même pas le top en qualité de transmission., mais bon, il fait déjà tant de choses ce DAC !

IMG_4071

Les fonctions sont complètes avec un mode sortie en volume variable ou fixe, un petit écran qui permet d’afficher les infos du signal ou, plus fun, des vu-mètres à l’ancienne ou un diagramme plus moderne. La qualité de construction est exemplaire, le design très classe. Il gère toute sorte de formats numériques comme le PCM jusqu’à 384 khz et 32 bits, et le DSD256 (11.4 MHz sur 1 bit). La sortie casque offre une qualité exceptionnelle et une excellente amplification en Classe A., la musicalité est superbe, mêlant une grande capacité d’analyse pour une image sonore très riche, à une écoute très analogique, très précise, tonique, une dynamique exceptionnelle, une belle attaque très rapide, une spatialisation superbe. Bref, il n’y a rien à rajouter, sauf que comme toujours, l’audio est une question de goût, alors peut être que son timbre ne conviendra pas à tout le monde ou toutes les associations, mais ce qui sûr c’est que Jacko et moi-même sommes littéralement sous le charme de cet appareil tout simplement magique. Bravo OPPO pur tout ce travail accompli et cette rigueur !

Reference - 5 étoilesNous remercions Univers HighTech et HD LAND, distributeurs officiels OPPO en France, pour le prêt longue durée des deux DAC qui nous ont permis de vous proposer ce test très complet.

Ce que nous avons aimé avec l’OPPO HA-1 :

  • L’excellente musicalité, une référence !
  • Les performances hors normes
  • La connectique complète et compatibilité Bluetooth
  • Le modes bypass et entrées analogiques XLR et RCA
  • La superbe gestion du DSD, mais aussi du DXD
  • La qualité de fabrication et de conception
  • Le petit écran OLED avec diverses interfaces aux choix
  • Les possibilités de réglages donc le volume fixe ou variable
  • La qualité de la sortie casque et sa puissance
  • La télécommande et le packaging
  • Le rapport qualité/prix défiant toute concurrence !

Ce que nous avons regretté avec l’OPPO HA-1 :

  • Les entrées numériques non doublées
  • Pas de possibilité de transcodages sur les entrées analogiques (bypass)
  • Pas d’entrée Jack stéréo pour les appareil mobiles
  • Certains regretteront l’absence d’upsampling ou de filtres (pas nous)
  • Un modèle plus haut de gamme avec calibration automatique aurait été intéressant !
  • Une entrée HDMI pour gérer le DSD aussi !

106 commentaires

  1. avatar
    tilan /

    @Nicolas : chose que aucuns constructeurs n’a envie de faire pour leur DAC.

  2. avatar

    @tilan – Oui, et c’est bien dommage ! Seul NAD propose des entrées HDMI sur leurs DAC M51 et M12, mais sans gestion DSD, du coup pas vraiment d’intérêt …

  3. avatar

    Alors pour ceux que ca interesse
    Je suis arrivé a une belle install avec un raspberry pi 2 et volumio
    Par contre il faut absolument pour une liaison usb retrograder le noyaux linux en 3.12
    Sinon jitters et plop immondes !

    Je vais tester pi musicbox qui a l’air bien mieux que volumio/runeaudio

  4. avatar
    tilan /

    @Stan – et donc en avec l’ancien noyeau plus de saut ?
    Intéressant en tous les cas. J’attend d’avoir du temps pour bricoler mon Pi. Mais je pense que volumio reste la meilleure distribution

  5. avatar

    Plus de click ni de pop avec l’ancien noyau. Pas essayé avec un 4.X

    La j’essaye encore un autre truc qui devrait etre encore mieux
    subsonic avec une bidouille pour forcer la sortie son de java et utiliser le mode jukebox.
    Si ca fonctionne …. ce sera le client headless ultime

  6. avatar
    tilan /

    @Stan – j’attend avec impatience ton CR ;-)

  7. avatar

    @tilan
    pour alleger les commentaires j’ai fait un post sur le forum avec mes impressions d’ecoutes
    et mes tests techniques de client de stream

    http://www.hdfever.fr/forum/viewtopic.php?f=11&t=8505

  8. avatar
    Jean-Bernard /

    Bonjour Nico et Jacko,
    J’ai une question…
    Actuellement, j’ai un Oppo 103D qui me sert de source pour mes films et de lecteur réseau sur un NAS pour la musique. Il est connecté en HDMI sur un ampli intégré Denon 4100W.
    J’envisageais de passer le pas et, d’un jour, m’offrir un 105D signature… Mais le prix m’arrête…
    D’autre part, il me faut un ampli casque pour driver mon HD800.
    Or, si j’ai bien tout compris :) , en achetant cet OPPO HA-1 je pourrais faire d’une pierre 2 coups… En le connectant sur la sortie coax de mon 103D je pourrais profiter d’une amélioration sensible de la musicalité et j’aurais un bon ampli casque.
    Oui mais, quid de mon installation lorsque je veux regarder un BR… c’est toujours l’HDMI qui prime? Faut-il que je débranche à chaque fois le coax? :twisted:
    Bref, y a-t-il un réglage me permettant de profiter pleinement de cet appareil pour ma config?
    Merci par avance pour vos réponses ou celles des lecteurs avisés.
    Et merci pour ce magnifique test. :wink:

  9. avatar
    Jean-Bernard /

    Oups, désolé…
    le post précédent n’a pas lieu d’être.
    La réponse est tout simplement dans le mode d’emploi, en français disponible sur le site d’OPPO…
    Je copierai 20 fois de chercher avant de poser une question… :mrgreen:

  10. avatar

    @Nicolas Bécuwe – Vous pouvez ajouter une fonction hdmi à n’importe quel DAC via un ARC (Audio Extractor).

    Perso j’en ai utilisé un de la marque HDelity avec entrée hdmi et sortie Coaxiale, cela fonctionne en « pass through » et testé avec succès du bitstream ou 24/192.

  11. avatar

    @Nicolas Bécuwe – J’ai également OPPO BDP95 et OPPO HA-1.

    J’ai testé tout type de branchement notamment COAX et XLR.

    Cela marche très bien tant qu’on envoi pas de multicanal vers le HA-1 qui ne prend en charge que du stereo.

    J’ai testé du bitstream stereo via COAX vers le HA-1 et cela marche de mémoire. Je retenterais ce soir.

    Actuellement je lis le bitstream à partir d’un PC dédié sous Daphile c’est trés trés bon.

  12. avatar

    @stef – ERRATUM, la platine BDP95 permute automatiquement de DSD en PCM quand elle ne trouve pas de dialogue avec un équipement compatible DSD en face (dialogue via HDMI).

  13. avatar
    Ludovic D. /

    est ce une bonne association avec un casque Sennheiser HD800 ?

  14. avatar
    lachrira /

    Bonjour,
    Merci, Nico, pour ce magnifique test, bien tentant !Est-ce que cela a un sens d’ajouter un HA1 à mon 105 eu ? L’amélioration sera-t-elle réelle ? Vaudra-t-elle le montant de l’appareil ? Dans ce cas, j’utiliserai le 104 en platine et l’HA1 en convertisseur, mais l’amélioration sera-t-elle réelle et vaudra-t-elle le montant du HA 1 ? Merci

  15. avatar
    VALADE JEAN-BERNARD /

    @ Ludovic D.
    C’est le cas de mon installation. L’écoute avec le D800 sur l’OPPO est magique… Enfin, comme toujours, à mes oreilles…

  16. avatar
    ff_lag /

    Bonjour,
    J’ai actuellement un Oppo 93 et un ampli Onkyo rz900.
    Je me pose la question de l’intégration du HA-1 entre la platine et l’ampli pour utiliser le HA-1 à la fois en préampli et pour une écoute au casque.
    J’ai essayé de comprendre le manuel mais je ne suis pas sûr d’avoir bien compris…
    Pour la connection entre la platine et le HA-1, dois-je les relier en numérique (coaxial) ou en analogique (rca) ?
    Pour la connection entre l’ampli Onkyo et le HA-1, dois-je brancher le HA-1 sur une entrée analogique de l’Onkyo (CD par exemple, en rca) ?
    Merci d’avance pour votre aide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: