Facebook Tweeter Tweeter

Test OPPO PM-1 : un casque unique en son genre !

pm1stand5

Le monde de la Hifi est un élément en perpétuel mouvement. Nous nous inquiétions de son avenir avec la recrudescence du MP3, mais finalement la dématérialisation a su prendre les bonnes directions et est devenue synonyme de qualité. Que l’usage soit nomade ou résidentiel, les constructeurs s’investissent et proposent des solutions toujours plus performantes et qualitatives. OPPO, que nous connaissons pour son dynamisme et sa créativité, ne fait pas exception et décide de surfer sur la vague. Ils ouvrent le bal avec une gamme de casques et un DAC amplificateur, spécialement conçu pour ces casques, mais aussi pour tout autre usage hifi ou même home cinéma.

Nous vous avions fait cette annonce dès les premières informations officielles émanant du site OPPO Digital. Il est temps de lever le voile sur ces nouveaux produits et de vous donner nos impressions suite à nos différents tests. HDfever teste aujourd’hui le tant attendu casque OPPO PM-1, acronyme pour Planar Magnetic 1, vendu 1399 €, puis, nous testerons d’ici quelques jours le DAC/ampli casque OPPO HA-1. L’OPPO PM-1 est un nouveau venu dans le monde des casques et sera testé dans différentes configurations, dont une, incluant le fameux OPPO HA-1. Nous remercions très chaleureusement Univers HighTech et HD LAND (distributeurs officiels OPPO en France) de nous avoir prêté deux OPPO PM-1 et deux OPPO HA-1 et d’autres réjouissances, à Nico et moi-même, pour nous permettre de réaliser ces tests.

Déballage du casque

pm1stand1

pm1stand2

Une fois n’est pas coutume, le déballage d’un produit OPPO est toujours un grand moment de plaisir. Très franchement, le constructeur s’est surpassé avec le PM-1 ! Passons le conditionnement toujours aussi sérieux et attaquons directement le déballage du casque et de ses accessoires. À l’ouverture du carton, nous découvrons une boite cartonnée de très bonne qualité et un petit sac confectionné en denim véritable. La traditionnelle notice d’utilisateur accompagne naturellement le tout.

pm1box3

La boite cartonnée protège la fameuse boite en bois vernis que nous avions aperçu sur les photographies glanées ça et là sur internet. Nous nous demandions si elle serait livrée en standard… Bonne surprise, il s’agit d’un des accessoires fournis, absent sur le PM-2 (le deuxième casque plus abordable). OPPO démontre encore une fois qu’ils ont le souci du détail. En effet, le vernis est un revêtement fragile, le poser directement sur une surface dure c’est l’assurance de tout abîmer. Pour éviter ce genre de déconvenue, OPPO a judicieusement ajouté, sous la boite, un film de simili velours qui renforce l’aspect très classieux de la boite.

pm1woodbox4

L’intérieur de la boite est tout aussi luxueux. Celui-ci arbore un capitonnage qui aura pour rôle principal de protéger le casque PM-1. On trouvera également une petite boite de carton dans la pochette de tissu noir. Cette boite contient le câble de liaison détachable.

pm1woodbox5

pm1cable

OPPO ou haute couture ? Le PM-1, un casque design à la finition irréprochable.

pm1bag1

La pochette en denim offre un design très à la mode. Elle utilise un tissu foncé à l’image des jeans de couturiers. Sa confection est très soignée et inspire la robustesse. L’aspect jeans haute couture est accentué par des surpiqûres blanches du plus bel effet. Cette pochette remplit deux rôles. Elle contient d’autres accessoires et pourra surtout servir au transport nomade du casque. On y trouve donc, un jeu de deux coussinets en finition velours et un câble plus court dédié aux écoutes nomades sur smartphone ou baladeur numérique. Nous reviendrons plus loin sur les coussinets qui offrent une alternative de confort, mais aussi d’écoute. Voici le casque rangé dans sa pochette en compagnie du long câble OCC fourni en standard, y loger le câble nomade sera un jeu d’enfant !

pm1bag3

pm1bag2

Rentrons dans le vif du sujet. Une chose est certaine, OPPO a voulu en mettre plein les yeux avant que nous puissions nous en mettre plein les oreilles, si je puis dire. La boite de stockage est superbe, le sac de transport itou, mais qu’en est-il du casque ? Je vais être franc, mes photos ne lui rendent pas justice, car même si elles ne sont pas mauvaises, elles sont loin de mettre en avant sa qualité de construction. À l’instar des casques haut de gamme déjà connus, le PM-1 utilise des matériaux nobles et rien ou presque n’a été laissé au hasard. En effet les choix d’OPPO se sont concentrés sur deux objectifs primordiaux pour un casque de cette trempe. Le confort est bien entendu l’un des impératifs et la performance ce qui va de soit. On pourrait se dire qu’il est logique, pour un casque, d’assurer ces deux services, mais en réalité il n’est pas évident de les faire cohabiter à égale mesure sans que l’un ne prenne plus d’importance que sur l’autre. En effet, il existe de nombreux casques confortables et performants, mais peu ergonomiques et au design assez discutable, même si ce dernier élément reste très subjectif.

pm1hearpad4

L’OPPO PM-1 démontre qu’il est possible de regrouper toutes ces qualités en un casque, mais cela a demandé une recherche et un développement longs et approfondis. Tout d’abord, le PM-1 est un casque ergonomique dans le sens où ses dimensions lui permettent d’être transporté et d’épouser avec confort la tête de n’importe quel auditeur. Le principe semble simple, mais il faut tenir compte du fait que nous n’avons pas tous la même tête et finalement satisfaire toutes les morphologies crâniennes n’est pas si évident. Pourtant, le PM-1 peut se vanter d’être conçu pour s’adapter confortablement à presque toutes les têtes des amoureux de belles musiques. Pour y arriver, OPPO opte pour des coussinets qui n’engloberont pas entièrement l’oreille. Ils vont reposer sur sa périphérie et faire en sorte que le transducteur agisse le plus directement possible sur le conduit auditif. Pour optimiser le confort, le PM-1 utilise du latex naturel dans ses coussinets, et ce choix n’a pas été fait au hasard. Cette matière permet d’assurer un très bon confort, ne se déforme pas après pression de par ses propriétés élastiques et surtout le latex naturel assure une performance acoustique adaptée aux besoins des casques.

pm1hearpad3 pm1hearpad1

Les coussinets sont fournis en deux finitions. L’une, déjà posée sur le casque, est en cuir naturel micro-perforé pour des raisons de performance acoustique. On retrouve ce même cuire sur l’arceau du casque, mais sans les micro-perforations, car elles y seraient inutiles. L’autre jeu de coussinet utilise une finition velours qui va offrir un confort différent, mais aussi une écoute différente, nous vous en parlerons davantage dans le chapitre dédié aux écoutes. L’envers des coussinets dévoile un cercle de feutrine qui va reposer en périphérie du transducteur Panar Magnetic.

pm1hearpad2

Le PM-1 utilise aussi beaucoup de pièces en aluminium, choix judicieux pour garantir la robustesse de ce casque et en accentuer l’aspect qualitatif. Ces pièces permettent au PM-1 d’aller encore plus loin dans le domaine du confort. Ainsi, les écouteurs peuvent s’orienter à 180°. Cet angle de rotation large permet aussi de ranger le PM-1 dans son sac ou dans un endroit relativement confiné comme un simple tiroir. Le PM-1 utilise également un réglage classique droit et gauche de l’étirement de l’arceau. Il est alors possible de positionner les écouteurs du PM-1 véritablement comme on le souhaite sur sa tête.

pm1_1

Chaque écouteur est monté sur un arc ovale qui permet d’effectuer une inclinaison et de réduire la pression exercée par l’arceau sur la tête. Au vu des matériaux, cette pression est déjà presque nulle et au final les écouteurs reposent délicatement sur les oreilles. On en oublie presque le poids du PM-1.

pm1_4

Décidément, OPPO semble avoir pensé à tout et en effet je ne pense pas que le moindre détail ait été oublié. Par exemple, lorsqu’on branche le câble audio au casque on pourrait s’inquiéter de savoir si à la longue l’aluminium brut des arcs qui maintiennent des écouteurs pourrait toucher et dégrader la peinture noire des prises mini jack. En bien OPPO y a pensé et ajoute de petits tampons transparents à peine visibles qui empêcheront tout contact directe entre les deux pièces.

pm1_8 pm1_9 pm1_10

Caractéristiques techniques du OPPO PM-1

  • Principe acoustique : Ouverture arrière
  • Couplage auriculaire : Circum
  • Impédance nominale : 32 Ohm
  • Sensibilité : 102 dB en 1 mW
  • Pression de serrage : 5 N
  • Câbles :
  • 3 m detachable OCC cable (6.35 mm)
  • 1 m detachable OFC cable (3.5 mm)
  • Connecteurs :
  • Sortie : Mini Jacks 2.5 mm mono
  • Entrée : Jack stéréo 6.35 mm et Jack
  • Stéréo 3.5 mm
  • Poids : 395 g (sans câble)

Transducteurs

  • Type : Planar Magnetic (transducteurs de type orthoplanar)
  • Taille du pilote : (ovale) 85 x 69 mm
  • Système d’aimants : Symmetric push-pull neodymium (bipolaire à charge ouverte)
  • Réponse en fréquence en champ libre : 10 – 50,000 Hz
  • Puissance d’entrée maximale à long terme : 500 mW selon l’IEC 60268-7
  • Pic de puissance d’entrée max : 2 W

Accessoires inclus :

  • Boîte en bois
  • Housse de transport
  • Câbles 6,35 mm et 3,5 mm
  • Tampons d’oreilles optionnels en velour
  • Manuel utilisateur

Le support casque en option

pm1stand2

Un petit mot sur le support casque proposé en option qui pourrait sembler assez ordinaire en dehors de son design ergonomique et un peu tape à l’oeil, dans le bon sens du terme bien entendu. Les matériaux sont ordinaires, le pied n’est pas en bois véritable, mais présente déjà bien. L’arceau de support semble être en simple acrylique. En définitive, rien qui sort de l’ordinaire si ce n’est un prix très attractif par rapport aux produits concurrents généralement constatés 50% plus cher pour une qualité équivalente.

pm1stand3

Posé sur son support, le PM-1 épouse une forme similaire à son galbe originel. Ainsi, le support OPPO assure au PM-1 un maintien sans risque de déformation. Cela dit, vu la batterie de tests du contrôle de qualité réaliser par OPPO il est peut probable que le PM-1 puisse souffrir d’un quelconque défaut suite à un repos même prolonger sur tout support dédié aux casques.

pm1stand5

pm1stand4

En y regardant de plus près, il y a bien une chose d’un peu spéciale. Après tout, nous parlons d’OPPO et « ordinaire » n’est pas dans leur devise. Le pied du support casque présente un espace dans lequel il est possible d’enrouler le câble de 3m fournit avec le casque. Il sera possible de faire de même avec le câble XLR en option quelque soit la longueur que l’on choisira. Cela peut sembler anodin et pourtant ! Je dispose de deux supports casque pour mon usage personnel et ni l’un ni l’autre ne permet de ranger le câble du casque.

pm1stand6

Le câble XLR en option

Un autre accessoire est prévu, il s’agit d’un câble de liaison symétrique qui pourra se brancher sur l’amplificateur casque OPPO HA-1. Ce câble sera disponible pour une longueur de 2m ou de 3m. Il utilisera du cuivre de haute qualité OCC et une connectique professionnelle de chez Neutrik.

pm1xlr

Contrôle de qualité et technologie, les secrets d’un casque haut de gamme

Construire un casque comme le PM-1 requière une étude très poussée et de bonnes idées. La performance sera liée à la technologie du transducteur (nous aborderons ce sujet un peu plus loin) et aux choix des matériaux, qui doivent surtout respecter les impératifs acoustiques. Mais, ce n’est pas suffisant, un casque se doit performant et aussi pouvoir prendre le rôle de souffre-douleur, surtout si celui-ci a comme vocation supplémentaire à être transporté et utilisé en nomade.

Seul un contrôle de qualité très poussé permet de valider les qualités de confort, de performance et de robustesse nécessaires. Pour le PM-1, OPPO y a mis les moyens et fait subir à chaque casque un très grand nombre de contrôles et d’efforts en tous genres avant de les mettre en circulation. Chaque casque est testé et mesuré avant d’être validé.

pm1quality1

La pression de l’arceau est testée pour vérifier sa rigidité au regard du confort.

pm1quality2Chaque casque est étiré 20.000 fois.

pm1quality3Chaque casque est vrillé 5000 fois.

pm1quality4

Chaque arceau est étiré à son maximum 20.000 fois.

pm1quality5

Chaque écouteur subit 20.000 rotations sur son axe.

pm1quality6

Le Planar Magnetic et performances du PM-1

Si on devait analyser les différentes technologies de transducteurs utilisés pour les casques audio, on pourrait simplifier l’approche en identifiant deux grandes familles. D’un côté, la famille très répandue des électrodynamiques et de l’autre les orthodynamiques dans laquelle on peut classer les Planar Magnetic. OPPO a opté pour un transducteur de type Planar Magnetic et non pour le classique électrodynamique qui est une membrane sur bobine et qui fonctionne à la manière d’un haut-parleur large bande. Cette technologie est pourtant bien répandue, elle est assez bien maîtrisée et ne nécessite pas de recherche et développement trop coûteux.

Malheureusement, cette technologie présente des défauts intrinsèques inévitables, même si les constructeurs avertis arrivent à les réduire de manière significative. OPPO voulant proposer un premier casque presque sans compromis, il n’était pas possible de se contenter d’une technologie éprouvée, mais imparfaite. Le choix s’est donc porté sur une membrane de type Planar Magnetic spécialement conçue pour le PM-1. Ainsi, les transducteurs du casque OPPO répondent parfaitement à un cahier des charges bien précis.

Pour bien comprendre ce choix, il faut analyser les deux types de transducteurs. L’électrodynamique présente une structure classique, une membrane avec une bobine et un système d’aimant simple. Le Planar Magnetic est un transducteur plus complexe. Il se présente sous la forme d’une membrane plane de sept couches et d’une bobine à double face en spirale placée sur la membrane. Le moteur est un système d’aimants dit FEM, il s’agit d’un réseau de multiples aimants qui agissent sur toute la surface de la membrane.

Représentation schématique de la membrane et de la bobine en spirale.

pm1diaphragm

Le réseau d’aimant FEM, représentation de son champ magnétique.

pm1champmagnetic

Voici une représentation schématique des deux types de membranes.

dynamicvsplanar

La membrane Planar Magnetic du PM-1

pm1transducer1

pm1transducer2

OPPO nous explique plus en détail les raisons de ce choix qui engendre un coût supplémentaire à la conception du PM-1. Tout d’abord, il faut comprendre l’incidence en terme d’effort mécanique et de cohésion des restitutions d’énergie. L’électrodynamique est une membrane comme en « champ libre », c’est-à-dire que les efforts mécaniques seront répartis uniquement par la qualité de la membrane et sa capacité à conserver une forme cohérente. Dans le cas de la Planar Magnetic, l’effort est maîtrisé par le réseau d’aimant et de par sa forme et l’absence de bobine libre elle pourra restituer l’énergie d’une façon régulière et homogène.

Voici des schémas qui simulent ce qui se passe lorsque ces deux types de membranes sont en action. Attention, il s’agit d’une représentation exagérée qui permet d’observer les différences de mouvements et de cohésion de restitution d’énergie. En réalité, un bon transducteur électrodynamique d’aura pas des amplitudes de déformation aussi prononcées.

dynamicdiaphragm planarmagnetic

On se rend compte que la membrane électrodynamique subit une déformation durant son mouvement, à l’écoute cela se traduit par de la distorsion. En effet, si la membrane perd en cohésion structurelle, elle ne peut plus restituer correctement les énergies correspondantes aux fréquences visées. La Planar Magnetic, quant à elle, « pousse » et revient à sa position initiale sans déformations sur sa surface. Le réseau d’aimant associé à la bobine en spirale à double face sert aussi à éviter une contre-réaction, il n’y aura pas de passage sous la position zéro de la membrane. Ainsi, la restitution des énergies est constante et sans distorsions induites par une perte de cohésion de surface. La distorsion est théoriquement inexistante sur la Planar Magnetic du PM-1.

Nous observons d’autres avantages intrinsèquement liés à la technologie Planar Magnetic. La Phase est mieux maîtrisée et assure plus de cohérence. La représentation suivante schématise ce qui se passe pour les deux types de membranes à une fréquence donnée.

pm1phase

L’impédance de la membrane Planar Magnetic est purement résistive. Dans le cas d’une électrodynamique, elle est induite par une bobine enroulée sur un cylindre et produit de l’inductance. Cela a aussi le désavantage de créer de la distorsion d’intermodulation et des variations d’impédances ce qui peut ne pas plaire à certains amplificateurs. La Planar Magnetic, quant à elle, est plus stable et évite ce genre de déconvenues. Ainsi, les amplificateurs devraient marcher avec moins de contraintes sur le PM-1.

pm1impedance

En terme de performance, le PM-1 affiche une réponse en fréquence régulière, le creux dans la zone des médiums est inévitable sur un casque, voire indispensable. Voici un graphique qui compare le PM-1 à des concurrents du marché.

pm1responsechart

Un autre impératif est d’assurer une bonne cohérence de réponse entre le transducteur de droite et celui de gauche. Cela permet d’obtenir une image sonore cohérente et précise. Voici un schéma qui oppose le PM-1 à des concurrents. Il faut bien retenir que la zone est la plus importante est toujours celle des médiums.

pm1diaphoniechart

Le dernier élément concerne la sensibilité. Le PM-1 affiche une impédance stable de 32 Ohms, mais il propose aussi une sensibilité élevée afin de facilite l’usage de tout type d’amplificateur. En théorie, le PM-1 peut aussi s’utiliser avec une solution mobile qui ne pourra pas délivrer une amplification de forte puissance. Voici un tableau qui présente le PM-1 en comparaison avec des produits phares du marché. Remerciements spéciaux à OPPO qui nous a fourni les documents utilisés dans ce chapitre du test du casque PM-1.

pm1sensivitychart

Un dernier mot sur le câble fourni avec le PM-1. Nous ne rentrerons pas dans une analyse subjective comparative, nous resterons concentrés sur les faits. Le PM-1 est livré avec un câble à base de conducteurs en cuivre OCC. Il s’agit d’un cuivre désoxygéné qui subit un filage particulier dit OCC pour Ohno Continuous Casting. Ce procédé permet d’organiser les cristaux de cuivre de sorte que chaque brin conducteur soit constitué en théorie d’aucune rupture. C’est dire qu’en comparaison avec du cuivre OFC pourtant déjà bon, mais constitué d’un grand nombre de cristaux, le cuivre OCC ne présentera qu’un seul cristal. Ce type de cuivre permettra de réduire au maximum les pertes et assurera une intégrité quasiment parfaite du signal.

occ

Les écoutes avec l’OPPOP PM-1

Les écoutes se feront sur différents appareils et sources. Au programme, tests sur un Marantz NR1601, un Denon AVP-A1HD Cinemike, un Shanling CDT-100, un amplificateur Teac HA-501, le fameux OPPO HA-1 et des solutions nomades vu que la sensibilité du PM-1 le lui permet en théorie. Le matériel mis en oeuvre aura bénéficié de longues heures de fonctionnement préalable. Ainsi, si tout rodage devait s’imposer, celui-ci a été effectué bien au-delà des durées minimums prérequises. Chaque mise en oeuvre et protocole de test sera indiqué au cas par cas.

La sélection musicale :

holyfireFOALS, « Holy Fire », CD

Un album que j’aime particulièrement, déjà parce que j’aime ce genre musical, mais aussi parce que sa composition permet de véritablement mettre à l’épreuve un système audio. Le groupe alterne une rythmique posée et plus énergique à l’image des groupes rock d’avant les années 2000. Le mixage joue des effets stéréophoniques très intéressants capables de mettre à l’épreuve l’image stéréo et la spatialisation.

equilibriumERIK MONGRAIN, « Equilibrium », Blu-Spec CD

Un album au format Blu-Spec CD compatible avec tous les lecteurs du marché. Ce format propose quelques avantages. Tout d’abord, le transfert est d’excellente facture et tire parti du maximum des possibilités du CD Red Book. Ensuite les matériaux employés permettent au laser de la tête de lecture de fonctionner sans perturbation. La lecture se fait virtuellement sans perte possible. L’album en lui-même est purement instrumental et met en valeur les compositions et interprétations d’Erik Mongrain un génial guitariste canadien. « Equilibrium » regorge de dynamique et permet de tester la précision d’un système en particulier dans le registre du haut médium et des hautes fréquences.

samegirlYOUN SUN NAH, « Same Girl », CD

Un des albums les plus connus de cette talentueuse chanteuse coréenne. Cet album est surtout constitué de reprise et impose des tons très différents, parfois à l’opposé des habitudes de l’interprète. Cet album se concentre sur la voix, il sert surtout à vérifier les qualités d’un système dans le registre des médiums.

brothersDIRE STRAITS, « Brothers In Arms », SHM-SACD

A-t-on encore besoin de présenter cet album mythique ? À mon avis nous le connaissons tous, tout au moins en majeure partie. Cette version est probablement la plus aboutie sur disque en terme d’exactitude et de reproduction sonore. Le format d’enregistrement DSD dépasse très largement ce que le CD Red Book classique est capable de restituer, nous sommes bien plus proches d’un master audio en 24 bits échantillonné en 192 kHz. Le type SHM reprend les matériaux très résistant et totalement transparent des SHM-CD qui garantissent une lecture sans perte.

tronlegacyDAFT PUNK, « Tron Legacy », CD

l’album par excellence pour tester les basses et distorsion

_

billevansmontreuxBILL EVANS, « At The Montreux Jazz Festival », SHM-SACD

Un album avec lequel Bill Evans fait peau neuve et profite des dernières technologies numériques. Enregistré au très prestigieux Festival de Jazz à Montreux, cet album restauré au format DSD n’épargne rien et sera intransigeant avec le système audio sur lequel il tournera.

Les écoutes d’appoint

Pour commencer nos écoutes, je vous propose de débuter avec le matériel d’appoint. C’est à dire des solutions intermédiaires qui ne visent pas à optimiser le PM-1, mais qui peuvent être un cas similaire au vôtre. Ainsi, vous pourrez savoir si le PM-1 peut s’adapter à votre cas de figure sans investir dans un appareil supplémentaire. OPPO indique fièrement que la sensibilité du PM-1 lui permet de s’adapter facilement aux différents matériels, c’est ce que nous allons vérifier.

Écoute sur un Marantz NR1601

nr1601

  • Source : OPPO BDP-93 NXE modifié Fidelity Audio
  • Amplificateur : Marantz NR1601
  • Filtrage secteur : Fidelity Audio NNUX ref sur Fidelity Audio Nexus 8 Gen 1

Le NR1601 est un petit amplificateur intégré Home Cinéma slim très complet et finalement assez performant compte tenu de son gabarit et des prestations supplémentaires qu’il affiche. Comme cet intégré dispose d’une sortie casque, on peut éventuellement songer à y brancher un PM-1. Nous disposons alors de plusieurs modes de fonctionnement audio. Un bypass avec lequel aucun DSP ne fonctionne et deux modes Dolby visant à optimiser le fonctionnement des casques.

Premier constat, il faut monter fortement le niveau du potard pour atteindre un volume d’écoute raisonnablement élevé qui permettra de profiter du PM-1. Le résultat est globalement bon, mais il n’en demeure pas moins imparfait. Si les morceaux musicaux faciles passent de manière assez agréable, la performance se dégrade un peu dès que la musique devient plus complexe et exigeante. Les limites se font alors sentir. Une légère distorsion pénalise l’écoute qui perd en cohérence et devient un peu brouillonne. Si par malheur l’envie de monter le volume d’écoute nous prend, alors les défauts s’aggravent. A contrario la spatialisation et la stéréophonie sont exemplaires et démontrent que le contrôle de qualité effectué par OPPO porte ses fruits. L’équilibre tonal est excellent malgré une dynamique un peu en retrait, ce qui pêche en définitive est un manque de puissance de la part du Marantz NR1601 qui n’est pas fait pour l’usage d’un casque haut de gamme.

Nous avons branché le casque Fostex TH-900 pour vérifier ces observations, le NR1601 est bien le fautif des manques que nous avons constatés. Pour vous donner quelques points de repère comparatifs, vous pouvez lire notre test du Fostex TH-900.

Écoute sur un Denon AVP-A1HD Cinemike

avp

  • Source : OPPO BDP-83SE Modwright Solid State modifié Fidelity / Audiocom
  • Amplificateur : Denon AVP-A1HD Cinemike Level 2
  • Filtrage secteur : Fidelity Audio NNUX Ref + Ultra Clamp, Isotek Nova GII

Pour cette deuxième série d’écoute, nous avons utilisé du matériel un peu plus sérieux. Si le Denon AVP-A1HD n’est pas un amplificateur, casque à la base, et bien qu’il s’agisse d’un processeur Home Cinéma, cet appareil bénéficie d’alimentations sur-dimensionnées. Ce n’est pas là qu’il y aura un manque. L’AVP-A1HD propose toute une batterie de modes DSP dont un est dédié à l’optimisation des écoutes au casque, le mode Dolby Headphone. Nous retiendrons ce mode d’écoute qui se révèle le plus efficace sur cet appareil. Comme avec le Marantz NR1601 il est nécessaire de monter le potard de volume pour atteindre un bon niveau d’écoute. Mais, cette fois-ci les choses sont clairement différentes.

Alors que le PM-1 arrivait rapidement aux limites du NR1601, le Denon AVP-A1HD confère une plus grande marge de fonctionnement au casque OPPO. Il est possible de monter le niveau d’écoute très haut sans qu’il y ait de signe de fatigue de la part de la section amplification casque du Denon. On retrouve les points forts du PM-1, équilibre sur le spectre et image sonore quasi parfaite. Dans le cas du Denon la dynamique est bien présente et préservée quelque soit le type de morceau ou le niveau d’écoute. Le PM-1 s’exprime beaucoup mieux et fait preuve d’une précision presque chirurgicale, tonalité neutre sans que l’ensemble ne tombe dans l’analytique excessif. L’écoute est vraiment d’excellente facture et on commence à prendre conscience du côté passe partout du PM-1 et de ses qualités, dont sa facilité à être amplifié. Certes le Denon AVP-A1HD n’est pas un appareil standard et son prix est très au-dessus de celui du Marantz NR1601, mais à n’en pas douter d’autres candidats s’en sortiront aussi avec brio.

Une écoute typée tube avec le Shanling CDT-100, Fidelity Audio / Audiocom.

cdt100

  • Source : Shanling CDT-100 modifié
  • Amplificateur : Shanling CDT-100 modifié
  • Filtre secteur : Isotek Nova GII

Le lecteur de CD Shanling CDT-100 est un produit polyvalent qui propose une sortie à tube, une sortie classique, une sortie numérique est une sortie casque à tube. Il ne s’agit pas d’un tout-en-un à proprement parlé, car il lui manquerait quelques fonctions. La sortie casque du Shanling CDT-100 à assez bonne réputation et à l’avantage d’être à tube, ce qui propose une variante d’écoute intéressante. Le modèle dont nous disposons a été modifié sur plusieurs niveaux et réduit considérablement les petits défauts de jeunesse qu’il avait à sa sortie … il y a environ 12 ans !

Premier constat, commun à toutes nos écoutes casque sur le CDT-100, le volume réglable ne sert à rien, car pour avoir un niveau d’écoute confortable il faut déjà être à 100% du volume. L’usage du PM-1 devient alors limité, mais affiche malgré tout des qualités d’écoute très intéressantes et déjà largement supérieures à celle constatée avec le Marantz NR1601. Le PM-1 affirme à nouveau son équilibre et sa maîtrise des distorsions. La précision et la dynamique sont au rendez-vous, fort heureusement, car au regard du niveau d’écoute maximum limité, ces deux critères deviennent indispensables. Sans cela, l’écoute serait plate et bien ennuyeuse. Avec le CDT-100 l’écoute devient posée et chaleureuse, il est bien dommage de ne pas pouvoir obtenir des niveaux d’écoute plus élevés. Le Fostex TH-900 ne fait pas mieux, si cela peut nous consoler.

Écoute sur un vrai amplificateur casque, le Teac HA-501

ha501

  • Source : OPPO BDP-83SE Modwright Solid State modifié Fidelity / Audiocom
  • Amplificateur : Teac HA-501
  • Filtrage secteur : Isotek Nova GII

Si vous êtes des lecteurs assidus de HDfever, vous connaissez déjà le Teac HA-501 que nous avions déjà testé. Clairement nous passons aux choses sérieuses. Le HA-501 est paramétré en mode d’amortissement haut pour coller parfaitement à l’impédance de 32 Ohms du PM-1. Sans trop de surprises, le HA-501 donne une ampleur d’écoute très différente au PM-1.

Si le Denon AVP-A1HD arrivait à très bien s’en sortir, les critères changent totalement. Bien que le PM-1 bénéficie d’une impédance contrôlée de 32 Ohms par le mode de fonctionnement de la membrane Planar Magnetic, bien que sa sensibilité soit élevée et que tous ces paramètres tendent à définir un casque facile à driver il faut le reconnaître, un casque comme le PM-1 s’exprime vraiment qu’avec l’usage d’un amplificateur dédié. Avec le HA-501, le PM-1 développe enfin une énergie considérable et démontre les avantages des membranes Planar Magnetic. Le ressenti est assez évident de par l’équilibre exemplaire du spectre. La membrane plane est sensée restituer les énergies dans déformations, donc sans déphasage, ni distorsion. Le contrat est rempli ! Il est enfin possible de monter les niveaux d’écoute jusqu’aux derniers retranchements du système sans que la qualité d’écoute ne soit pénalisée par un défaut de fonctionnement mécanique ou électrique. Le rendu gagne en précision et chaque son contenu dans les enregistrements est restitué sans faille.

Le plus important dans un casque est d’arriver à se substituer à de bonnes enceintes et ce challenge ne peut être remporté qu’à condition que les basses fréquences puissent être restituées avec la même ampleur et la même sensation d’impact. Le PM-1 démontre toute sa capacité et développe des basses justes, tendues et jamais traînantes. Ce qui surprend le plus est l’intelligibilité de la musique, même sur les morceaux les plus complexes les basses n’étouffent pas les micros détails et jamais un signe de distorsion ne vient gâcher l’écoute. La musique sonne juste et précise avec un équilibre tonal surprenant. L’image sonore est à nouveau parfaite, soutenue par une stéréophonie exemplaire. On sent bien que les deux transducteurs sont appairés avec une minutie redoutable. La scène sonore offre une amplitude assez confortable, mais dans un espace un peu réduit. Sur ce point, d’autres casques font un peu mieux et assurent une aération un peu plus large. Le Fostex HT-900 par exemple permet d’avoir un ressenti de scène plus vaste. Par contre, le PM-1 joue sur une image stéréo plus efficace.

Les écoutes OPPO « in house »

fulloppo

  • Source : OPPO BDP-105EU
  • Amplificateur : OPPO BDP-105EU
  • Amplificateur : OPPO HA-1
  • Filtrage secteur : Fidelity Audio NNUX ref sur Fidelity Audio Nexus 8 Gen 1

Ce chapitre des écoutes vous intéressera certainement le plus. Nous allons enfin aborder les écoutes réalisées exclusivement sur du matériel OPPO. Tout d’abord, le lecteur OPPO BDP-105EU sur lequel nous avions déjà testé la sortie casque puis le tant attendu DAC amplificateur casque OPPO HA-1 qui fera bientôt l’objet d’un test très complet dans la grande tradition HDfever.

Commençons par le BDP-105EU, l’écoute est sans grandes surprises, car nous avions déjà bien identifié les qualités de la sortie casque de ce lecteur. Comme prévu, l’insertion du PM-1 fait basculer le BDP-105EU en mode gestion de volume spécifique casque, avec son point de départ dédié et son contrôle indépendant des paramètres généraux du lecteur. Pour l’expliquer simplement, on branche le casque et on peut ajuster le niveau d’écoute à la télécommande sans se soucier de réglages présents dans le menu audio du lecteur.

A l’écoute, le BDP-105EU se débrouille toujours aussi bien. Sa sortie casque nous avait laissé une très bonne impression sur le Fostex TH-900. Le PM-1 est à son aise sur le BDP-105EU, le rendu bien qu’inférieur au Teac HA-501 est vraiment d’un bon niveau et dépasse ce que l’on a obtenu avec Denon AVP-A1HD. L’avantage est au l’OPPO BDP-105EU d’autant qu’il ne dispose pas de mode DSP capable de tricher sur les performances brutes de la section amplification casque. Sans hésitation, il est possible d’utiliser le PM-1 avec un BDP-105EU/D et d’en tirer le haut de ses performances. En fait, on retrouve les critères d’écoute obtenus avec le Teac HA-501, mais avec un potentiel de niveau d’écoute inférieur et il me semble des basses un peu point moins franches. En toute considération, la performance est admirable et plus que satisfaisante. N’oublions pas que le BDP-105EU est avant tout un lecteur de Blu-ray avec une section hifi et que sa vocation première n’a jamais été de servir d’amplificateur casque. De tous nos essais sur un appareil non dédié casque, le test sur le BDP-105EU est le plus probant.

Passons enfin au fameux amplificateur casque OPPO HA-1. Sans rentrer dans les détails, car nous testerons cet appareil en fondeur dans un prochain compte rendu, je peux déjà vous annoncer qu’il s’agit d’un sacré morceau et que le HA-1 va faire parler de lui ! Nous sommes enfin dans la configuration idéal crée par OPPO pour faire marcher au mieux le PM-1. Pour ce test, essentiellement dédié au PM-1, j’ai utilisé le BDP-105EU connecté en symétriques, vu que ces sorties offrent les meilleures performances avec ce lecteur. Le HA-1 ne sera donc pas utilisé comme DAC.

Allons droit au but, c’est la meilleure configuration qui mettra en oeuvre le PM-1 durant notre test. Le Teac HA-501 poussait le PM-1 très haut dans ses performances, mais avec le HA-1, le PM-1 passe un autre cap. Il est clairement évident que les deux produits sont conçus pour marcher ensemble. On retrouve les qualités du PM-1, équilibre, cohérence de la restitution de l’énergie, précision, image stéréophonique et on gagne en ampleur. En effet, la scène semble plus ouverte, même si le TH-900 arrive à faire un peu mieux, le PM-1 gagne en aération seul petit point faible sur ce casque. Critique à prendre au relatif, car la performance dans ce domaine est déjà très bonne, nous disposons simplement d’un casque qui arrive à faire mieux et réussit à créer une ouverture sonore plus large.

En tout cas, le HA-1 avec le PM-1 est un couple gagnant. La neutralité du MP-1 devient un véritable atout dans ce cas de figure qui profite du côté un peu chaleureux de la section Classe A du HA-1. On se rend alors compte que la technique mise en oeuvre dans le PM-1 vise un but bien précis, celui de restituer la musique avec détail, exactitude et sans défauts de distorsion. Le maître mot est bien l’exactitude, car dans cette configuration les instruments sont restitués avec un réalisme saisissant. Les transitions sont soutenues par des attaques franches et véloces. En fait, tout est à la bonne place, sans manque, ni excès. Sur les chants, l’exactitude et la précision des voix arrivent à des niveaux très élevés qui témoignent d’une excellente maîtrise des médiums. En un mot, c’est somptueux !

Les écoutes sur les dispositifs mobiles

pc

Le PM-1 est fourni avec un câble court terminé par une mini jack de 3,5 mm dédiés à un usage sur des sources audio mobiles. il peut s’agir d’un smartphone, d’une tablette, d’un baladeur numérique ou encore d’un ordinateur portable. Sans trop de conviction, j’ai tout de même effectué quelques tests.

À nouveau, il faudra monter le niveau de sortie audio au maximum pour que le PM-1 puisse fournir un niveau d’écoute convenable. Il est évident que le rendu dépendra grandement de l’appareil utilisé, mais sur un simple PC portable le rendu est déjà très correct. Nous ne sommes pas sur de grands niveaux de performance, mais la musique se laisse écouter. À titre de comparaison, nous sommes dans la sphère des écoutes obtenues avec le Marantz NR1601 et avec le Shanling CDT-100.

Concilier confort et performance, une affaire de compromis

Pour utiliser le PM-1 il est important de bien choisir le jeu de coussinet qui vous correspond. En effet il est très difficile de satisfaire les exigences de tous et trouver le bon compromis n’est pas une mince affaire. Le PM-1 propose deux possibilités :

  1. Première possibilité, des coussinets en cuir véritable qui assurent un meilleur confort et une sensation de contact neutre sur la peau. Le problème de cette solution est lié aux matériaux utilisés. En effet, le cuir assure un bon confort, mais n’est pas recommandé d’un point de vu acoustique. C’est pour cela qu’OPPO a fabriqué ces coussinets avec du cuir microperforé et que la structure interne est constituée de latex naturel. Cette solution tiendra moins chaud aux oreilles et offrira une écoute plus portée sur le haut du spectre, qui sera un peu plus clair. La scène sonore sera un peu moins large, avec une aération légèrement en retrait. La dynamique sera mise un peu plus en avant.
  2. Seconde possibilité, des coussinets en finition velours qui proposent des propriétés de confort et acoustique différentes. Le contact aux oreilles sera plus prononcé. La sensation sur la peau sera plus douce, mais cette solution aura tendance à tenir plus chaud. D’un point de vu acoustique le rendu sera plus chaleureux avec des médiums et des basses mises plus en avant. La scène sonore semble un peu plus vaste avec une aération un peu plus volumineuse.

Conclusion

PM-1-Side

Le PM-1 est une excellente surprise et une bien belle réussite pour un premier casque fait par OPPO. Le produit est superbement bien construit et inspire la robustesse. La technologie qu’il utilise est un développement maison basé sur un cahier des charges bien précis et répondant à de grandes exigences. Les écoutes confirment les atouts théoriques du PM-1 qui rentre facilement sur la scène des casques haut de gamme. Le prix pourrait être un facteur limitant, mais il faut reconnaître que face à sa concurrence, le PM-1 part avec de sacrés avantages et nargue des produits bien plus chers, tant au niveau des accessoires que des performances brutes.

Facile à alimenter, le PM-1 sera tout de même plus à son aise avec un amplificateur performant et de qualité. Il faudra bien garder en tête que, même si les Planar Magnetic ont une conception qui tant à réduire considérablement tout problème lié aux efforts mécaniques et aux phénomènes électriques, un bon transducteur ne marche bien que si son écosystème en amont est aussi de bonne facture. Un BDP-105EU/D sera déjà largement suffisant pour faire fonctionner le PM-1. Les plus exigeants d’entre nous préféreront utiliser un amplificateur dédié, le HA-1 d’OPPO est bien entendu un candidat idéal.

Expérience Audio - 5 étoilesLe OPPO PM-1 fait clairement partis des meilleurs casques dans cette catégorie de prix, et même au-delà. Rien à dire sur ses qualités intrinsèques, et sa musicalité, c’est du très haut niveau ! Pour le reste, comme l’audio est toujours une question de goût, nous conseillerons toujours de faire des écoutes afin de juger si sa signature sonore correspond à vos attentes. HDfever lui décerne donc, sans aucune hésitation, les 5 étoiles Expérience Audiophile.

Ce que j’ai aimé avec l’OPPO PM-1

  • Une finition et une qualité de construction irréprochable
  • Un excellent confort
  • Une solidité éprouvée
  • Un câble standard détachable et suffisamment long
  • Des accessoires standard très luxueux et utiles
  • Une écoute fidèle et équilibrée, symbole de neutralité
  • Une précision irréprochable
  • Aucun signe de distorsion, même sur les morceaux difficiles
  • Une restitution stéréophonique exemplaire
  • Sa polyvalence et sa facilité à être amplifié (même si elle reste relative)

Ce que j’ai regretté avec l’OPPO PM-1

  • Un léger manque d’aération
  • Peut devenir un peu analytique suivant la mise en oeuvre
  • Le support casque aurait été plus utile que la boite en bois vernis

Les conseils :

  • Par acquit de conscience, appliquez une bonne période de rodage
  • Testez longuement les deux jeux de coussinets et choisissez celui qui vous convient le plus, votre écoute n’en sera que meilleure
  • Utilisez le PM-1 avec une bonne source et un bon amplificateur casque

21 commentaires

  1. avatar
    Obeah /

    Bonjour Jacko,
    Sacré test, vraiment très complet!
    Ca donne envi de l’avoir sur les oreilles, ça sent la haute qualité de fabrication ( et la boite en bois vernis 8-O bon j’adore les boites aussi… )
    En tout cas merci, très instructif sur le point du planar magnétique.

  2. avatar
    dito /

    merci pour ce test complet …

    Esthétiquement parlant, ce casque me fait terriblement penser au Kef M500

    En revanche, concernant les coussinets de ce Oppo, je suis moins fan… Et puis assez sceptique pour l’utilisation d’un tel engin en mode nomade.

  3. avatar

    @dito, merci pour les remerciements. Le mérites des explications sur le Planar Magnetic revient aux intervenants de la présentation faite à Londres … je précise … je n’y étais pas malheureusement, mais j’ai eu la vidéo et les slides qui y ont été présenté.
    Franchement (et sans exagérer), pas une seule photo ne rend justice à la finition du casque et de la boite. Le câble de liaison est irréprochable, la pochette en Denim « jeans sombre » superbe.
    OPPO nous avait déjà étonné avec leur lecteur de DVD et surtout de Bluray, mais là ils frappent très très fort !
    @Dito, il y a quelques air de ressemblance avec le Kef M500 … mais de loin et le Kef est un Electro Dynamique, technologie donc assez classique et très rependue. J’avais aussi des doutes sur un usage nomade … mais ça passe. Après il y a produit nomade et produit nomade. On peut trouver sur le marché des produits capable, Light Harmonics (ceux derrière de DAC Da Vinci) ont lancer une nouvelle marque GEEK. Ils annoncent deux produits nomades, le Geek OUT et le Geek WAVE. Ces deux produits ont des caractéristiques assez impressionnantes … après un PM-1 c’est un peu gros pour se balader avec … c’est vrai …

  4. avatar
    Anduril974 /

    Merci jacko, superbe test, très complet. On apprend apprend tellement de choses en lisant vos tests… D’ailleurs il y a si peu de tests de casques. Alors quand c’est de cette qualité, on se délecte.

  5. avatar

    Et pourtant il y a beaucoup à dire sur les casques et leur écosystème. Notre Pierre Paya national pourrait tenir une chronique à lui seul tant il est passionné et compétant !

  6. avatar
    dito /

    oui oui, pour le kef, on est d’accord, je ne parlais que de l’aspect esthétique ; au niveau technique et tarifaire, j’imagine qu’ils ne jouent pas dans la même cour…@jacko

  7. avatar
    Obeah /

    Au fait il n’a pas été mentionné le sujet de la douloureuse?!
    Ca chiffre à combien ce beau bébé? Et pour le HA-1?

  8. avatar
    oupslà /

    Hello à tous,

    Merci pour ce test très intéressant. J’ai une question qui peut paraître incongrue pour certains … mais quid de l’écoute et du confort pour ceux qui ont des lunettes ??

    ;)

  9. avatar

    N’ayant nullement le besoin de porter des lunettes j’avoue ne pas m’être posé la question ! Si j’y pense je testerai avec des lunettes de soleil pour savoir si le PM-1 assure toujours un bon confort.

  10. avatar
    Fan2HD /

    Merci pour ce test comme toujours clair et précis.
    Je possède pour ma part ce casque depuis quelques jours et j’aimerais contrebalancer certaines affirmations :) Tout d’abord, ce qui est hallucinant c’est que ce casque est le seul capable de faire le grand écart: Highend, « transportabilité », finition haut de gamme, son neutre mais bien dynamique. En gros le casque que beaucoup de gens attendaient mais pas à ce prix!!!!

    Pour être tout à fait objectif, la finition est très bonnes mais quelques détails me font quand même préférer les Ultrasone Edition en terme de finition. On est ici face à un produit robuste mais pas raffiné.

    Une situation d’écoute a été oubliée pour ce casque: bien que celui-ci soit aussi prévue pour fonctionner avec un iPod etc., il est principalement destiné aux mordus de HiFi portable.
    En effet, ses caractéristiques similaires à un Beyerdynamic T5p (jusqu’à lors le saint graal du nomade) que je possède aussi sont impressionnantes mais conviendront à beaucoup plus d’utilisateurs, car moins analytique et plus musical.

    Mon setup:
    FiiO X5, FiiO E12 et FiiO HS6 (pour relier les 2). C’est le couple idéal pour ce casque car sa musicalité et son dynamisme lui évite de verser dans l’analytique.

    Je me demande juste combien de temps de rodage est nécessaire?

    Voici mon top 5 des casques qui tiens aussi du rapport qualité prix
    Audeze LCD-X, Oppo PM-1, Sennheiser HD800, Audeze LCD-2, Beyerdynamic T5p

  11. avatar

    @Obeah – Salut,

    en tout début d’introduction : la douloureuse comme tu dis si bien s’élève à 1399 € …

  12. avatar

    Auteur du commentaire Fan2HDMerci pour ce test comme toujours clair et précis.
    Je possède pour ma part ce casque depuis quelques jours et j’aimerais contrebalancer certaines affirmations :) Tout d’abord, ce qui est hallucinant c’est que ce casque est le seul capable de faire le grand écart: Highend, « transportabilité », finition haut de gamme, son neutre mais bien dynamique. En gros le casque que beaucoup de gens attendaient mais pas à ce prix!!!!

    Pour être tout à fait objectif, la finition est très bonnes mais quelques détails me font quand même préférer les Ultrasone Edition en terme de finition. On est ici face à un produit robuste mais pas raffiné.

    Une situation d’écoute a été oubliée pour ce casque: bien que celui-ci soit aussi prévue pour fonctionner avec un iPod etc., il est principalement destiné aux mordus de HiFi portable.
    En effet, ses caractéristiques similaires à un Beyerdynamic T5p (jusqu’à lors le saint graal du nomade) que je possède aussi sont impressionnantes mais conviendront à beaucoup plus d’utilisateurs, car moins analytique et plus musical.

    Mon setup:
    FiiO X5, FiiO E12 et FiiO HS6 (pour relier les 2). C’est le couple idéal pour ce casque car sa musicalité et son dynamisme lui évite de verser dans l’analytique.

    Je me demande juste combien de temps de rodage est nécessaire?

    Voici mon top 5 des casques qui tiens aussi du rapport qualité prix
    Audeze LCD-X, Oppo PM-1, Sennheiser HD800, Audeze LCD-2, Beyerdynamic T5p

    Je n’ai pas testé le PM-1 sur un dispositif portable tout simplement parce que je n’en ai pas ! Je pensais arriver à m’en faire passer un mais faute de timing cela ne s’est pas fait.
    Cependant je ne suis pas en phase avec toi, le PM-1 peut s’utiliser en nomade, mais ce n’est pas sa fonction première et la mise en oeuvre sur le HA-1 et le HA-501 le démontre. Sur des systèmes moins performant, on sent rapidement les manques.

  13. avatar
    Obeah /

    @Nicolas Bécuwe
    Arff j’Avais du lire trop vite…
    Merci Nico, ce sera donc un casque fantasme pour moi hélas :(

  14. avatar
    tekko /

    Félicitations pour ce (mega) test 8-O

  15. avatar
    Fan2HD /

    @jacko
    Salut, je me suis mal exprimé ce que j’ai voulut dire c’est que ce casque se destine aussi bien a la hifi portable que sur un bon ampli classique. D’ailleur je suis très curieux de votre test du HA-1. Jusqu’à présent le meilleur ampli casque que j’ai pu écouter c’est le Bryston BHA-1 avec un Audeze LCD-3. Juste fantastique! J’ose rêver que le PM-1 en combinaison avec le HA-1 fasse presque aussi bien et il sera mien aussi :)

    PS: Un truc m’énerve avec le cable de 3,5mm c’est la vraiment mauvaise qualité de sa gaine rudimentaire qui n’arrête pas de vouloir s’enrouler. J’espère qu’avec le temps elle sera plus flexible :/

    J’aime de plus en plus ce casque, le rodage fait son oeuvre et le son devient vraiment meilleur :mrgreen:

  16. avatar
    Wallas /

    Très bon test comme d’hab! merci l’équipe.
    Par contre, pas de comparaison d’autres casques de cette gamme? ou j’ai mal lu?. Il se situe ou par rapport aux autres Rapport qualité/prix?

    merci!

  17. avatar

    J’ai abordé très brièvement un comparatif avec mon Fostex TH-900.
    Avantage au PM-1 : Précision, équilibre, maîtrise de la distorsion.
    Plus confortable.
    Son : le PM-1 « sonne juste »
    Avantage au Fostex : un peu plus d’ampleur sur la scène sonore (meilleure aération).
    Son : typé chaleureux un peu rond

    Deux écoutes assez différentes.
    Il faudrait tester le PM-1 face à un autre caque de type électro statique.

  18. avatar

    @Obeah – Pour moi aussi :-? mais bon, il en faut pour toutes les bourses ^^

    Je préfère investir dans des enceintes pour ma part. Je suis à la campagne, je peux faire du bruit ! lol

  19. avatar
    Fan2HD /

    @Wallas – Je pense pas qu’il faille vraiment parler de rapport qualité prix pour ce casque car il est comme le dit l’article unique en son genre. Personnellement je le trouve beaucoup trop cher en Europe (1099$ aux USA). Disons juste qu’il fait aussi bien voir mieux dans presque tous les domaines que la plupart des casques haut de gamme audiophile. Pour résumer je dirais qu’il titille un Audeze LCD-X avec des avantages indéniables: Encombrement, poids réduit, pas besoin d’un ampli high-end pour le driver. Si vous chercher le rapport qualité/prix, vaudrait alors mieux attendre le PM-2 autour des 1000€

  20. avatar

    Après avoir reçu de nombreux prix dont l’EISA Award, OPPO reçoit le très prestigieux prix Diapason d’Or, qui récompense les meilleurs produits audiophiles de l’année. Lors d’un précédent comparatif casque dans le magazine Diapason, réputé pour son impartialité et son professionnalisme, le casque avait reçu la note maximale.

  21. avatar

    J’ai craqué mais pour un PM2
    identique en terme audio et moins cher à l’achat tout de même.

    Je me posais des questions sur le petit ampli portable pour iphone et cie … je vais en lire le teste illico

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: