Facebook Tweeter Tweeter

Test Sony KD-65X9005B : que vaut la seconde génération de TV UHD ?

_MG_2843

Un an après le premier test du Sony KD-65X9005A, voici celui de son remplaçant, le Sony KD-65X9005B (disponible aussi en 55″ et 79″). Pas de grosses différences au niveau référence, et pour cause, ces deux téléviseurs sont vraiment très proches (même traitement vidéo, même upscaling, plus ou moins la même qualité sonore, mêmes fonctions et réglages, etc.). Par contre, outre son nouveau design, le fabricant japonais a apporté plusieurs petites améliorations, pas forcément intéressantes dans l’immédiat, mais pour la pérennité avec l’ajout de connecteurs HDMI 2.0, le support du codec HEVC, une toute nouvelle interface, et un tout nouveau système de rétroélcairage X-Tended Dynamic Range. Nous verrons ce qu’il en est tout au long de ce test.

Je ne vous cache pas mon enthousiasme à reprendre les tests de téléviseurs UHD, car ils m’avaient bien manqués ! Après plusieurs tests UHD en 2013, j’ai perdu cette magie de l’image en retournant sur  mon téléviseur 1080p. Même s’il e s’agit que d’upscaling UHD pour le moment, je peux vous dire que la magie opère tout de même : on redécouvre tous ses Blu-ray avec un tel plaisir ! Après un peu plus de deux semaines passées en compagnie de ce superbe téléviseur, très imposant, voici mon compte rendu …

Protocole de test :

  • Téléviseur Ultra HD Sony KD-65X9005B (165 cm, 4200 €)
  • Lecteur Blu-ray OPPO BDP-105D Signature Audiocom
  • Radiance 2041 Lumagen
  • Playstation 3 pour le jeu
  • HTPC avec Radeon HD 7970 (carte graphique 4K)
  • Lecteur multimédia 4K de Sony
  • Plusieurs vidéos : DVD, Blu-ray 2D & 3D,1080p, vidéos 4K, etc
  • Blu-ray classique et Mastered in 4K
  • Sonde i1 Display Pro, Chromapure, et Colorimetre HCFR, Benchmark Spears & Munsil, HQV 2.0

Présentation

Présentation du Sony X9005B

IMG_2833

Avant d’entamer le déballage, petit rappel des caractéristiques techniques de ce téléviseur, en bref. Inutile de revenir entièrement sur les spécifications techniques, tout a déjà été dit lors de la présentation de ce modèle. Le Sony KD-65X9005B est donc un téléviseur Edge LED Ultra HD (3840 x 2160 pixels) doté d’une dalle 100/120 Hz natif (toujours pas de 200 Hz malheureusement, associée à une compensation de mouvement Motionflow XR 800 (indice de fluidité). La seule inconnue vient de la dalle : 8 bits ou 10 bits ? Je n’ai pas réussi à le savoir, Sony ne m’a pas répondu, et plusieurs annoncent une dalle 8 bits, ce qui limiterait considérablement l’intérêt des connecteurs HDMI 2.0, puisque pour rappel, ils permettent justement le support du 10 et 12  bits en 4K. Cela dit, la dalle gère bien le 12 bits en traitement interne, mais n’afficherait que du 8 bits, ce qui limite l’efficacité au niveau de la gradation et engendre de légères postérisations sur les dégradés. Sinon, le X9005B embarque toujours le même processeur vidéo X-Reality Pro 4K, une version dérivée du processeur intégré au vidéoprojecteur Sony VPL-VW500ES testé sur HDfever. Enfin, autre précision, le X9 utilise désormais de la 3D active au lieu de la 3D passive l’an dernier.

Cette TV dispose toujours d’un Local Dimming performant, associé à un nouveau système de rétroéclairage, le X-tended Dynamic Range, censé apporter une image plus dynamique, avec un blanc plus éclatant tout en proposant  un noir plus profond (nous verrons si cela est vraiment efficace dans le chapitre image). Tujours présente, la compatibilité TriLuminos qui permet de reproduire un espace couleur étendu proche du DCI, proposé par certains contenus dont les Blu-ray Mastered in 4K de Sony. Évidemment, toutes les technologies connectées, applications, HbbTV, l’accès au SEN (portail internet de Sony), sont de la partie et la gestion multimédia a été améliorée avec la lecture des vidéos encodées en HEVC, qu’elles soient en Ultra HD, 1080p, ou SD. Je développe tout ça dans le chapitre réseau et multimédia.

IMG_2824

Le design Wedge de Sony X9 change pas mal comparé au X9 de 2013 et je peux vous dire que quand vous déballez ce téléviseur de 45 kg, très imposant, vous êtes scotché par sa présence ! Non seulement 65″ c’est énorme, mais avec les haut-parleurs sur el côté il est encore plus large  et curieusement cela améliore aussi l’immersion (vous être radicalement plongé dans el téléviseur, il n’y a plus rien autour). Il est très robuste, comme taillé dans la masse, avec le dessus arrondi, avec une vitre fumée recouvre la totalité de la dalle. Elle est traitée contre les reflets, mais ce traitement n’est malheureusement pas très efficace. La dalle reflète beaucoup si vous avez des ouvertures dans le salon. De ce côté le Samsung HU8500 est bien plus efficace, pourtant lui aussi doté d’une dalle brillante. Pour le design, chacun ses goûts, mais une chose est sûre, c’est que la qualité de fabrication est exemplaire !

IMG_2825

IMG_2827

Vous remarquerez une caméra incrustée dans la dalle. Elle n’est pas amovible, mais pour ceux qui douteraient des possibilités de piratage de ce type de caméra, un cache est livré. Un détail qui n’aura échappé à personne, c’est évidemment la présence (controversée) de ces haut-parleurs sur les deux côtés de l’écran. Il est vrai que la plupart des gens qui achèteront cet écran auront surement les moyens d’acquérir un système home cinéma, et leur présence sera donc redondante, mais il faut bien avoué que la qualité sonore est assez impressionnante ! Et pour tout dire, même en ayant un ampli et des enceintes, il m’arrive souvent d’utiliser les enceintes du X9 pour regarder la TNT. D’autant plus que cette année il est possible de connecter un caisson de grave sur le sortie audio (assignable en sortie casque, stéréo ou Subwoofer). Pour ma part, j’ai associé un caisson SVS tonitruant, et el résultat est tout simplement bluffant ! L’écran intègre donc 2 x 3 haut-parleurs sur le devant, pour une puissance de 2 x 32.5 Watts (2 graves, 2 médiums et 2 tweeters). Il s’agit d’enceinte à fluide magnétique sculptée dans le verre. Ce n’est pas tout, car au dos de la TV on trouve deux évents circulaires pour offrir plus de profondeur aux graves.

IMG_2834

_MG_2844

À la base de l’écran, sous le logo Sony, des diodes sont présentes et peuvent être allumées ou pas, et surtout elles peuvent changer de couleur en fonction des utilisations. Par exemple, lorsque vous utilisez la fonction NFC, les diodes s’illuminent de bleu, en blanc discret lors de l’utilisation TNT, et en violet lors de la lecture multimédia. Seul petit reproche, la coque arrière est en PVC, mais c’est du costaud. Notez que ce design « Black » permet d’avoir un écran totalement invisible dans le noir. On dirait presque un iPad géant :)

IMG_2837

Enfin, les pieds, car là aussi ils sont controversés ! Sachez qu’il y a deux positions : soit on les place à chaque extrémité de la dalle, mais là il faut un meuble très large, comme celui que j’ai, soit on peut aussi les fixer au centre de la dalle, mais sur le 65″ ce n’est pas aussi stable. Malgré la base de la dalle plus large que le haut, en forme pyramidale, l’accroche murale est tout à fait possible grâce à des cales fournies.

IMG_3249

La connectique est complète, mais peut mieux faire. Je relève quelques déceptions pour un modèle haut de gamme : pas de RS-232C, pas de lecteur de cartes SD, pas d’USB 3.0. Par contre, comme précisé en actualité, Sony vient de proposer une mise à jour pour apporter la fonction Double Tuner afin de permettre l’enregistrement d’une autre chaine que celle que l’on regarde. De plus, cette année la sortie casque peut également servir de sortie stéréo, ou de sortie Subwoofer. On peut également opter pour le Subwoofer sans fil Sony SWF-BR100 (je n’ai aucune idée si d’autres subwoofers sans fil peuvent fonctionner). Autre nouveauté intéressante, Sony fourni un boitier déporté qui contient 3 entrées HDMI, les entrées antenne, et els port USB, cela afin de faciliter l’accroche mural.

IMG_2815

IMG_2818

IMG_2822

_MG_2848

Malgré ce boitier déporté, le téléviseur propose tout de même toute la connectique habituelle avec 4 entrées HDMI, dont une ARC et une compatible MHL. Un double tuner Satellite (DVB-S2), et TNT (DVB-T2 et DVB-C2), un port CI+, 3 ports USB 2.0 dont un réservé à l’enregistrement des programmes TV, le Wi-Fi, Wi-Fi Direct, Bluetooth et NFC intégrés, un port Ethernet, une sortie casque/Sub, et même une entrée Péritel (étonnant sur une TV UHD!) et YUV + RCA stéréo, ce qui devient rare sans adaptateur. Notez également qu’enfin Sony propose cette année la technologie SimulView pour jouer à deux en plein écran sur le même téléviseur grâce à des lunettes SimulView TDG-BT500A , malheureusement optionnelles. Je reviens sur toutes les fonctionnalités dans le chapitre réseau et multimédia, comme le portail internet SEN, le One-Touch Mirroring NFC, le SideView, les applications, Screen Mirroring, Application « Media Remote » , les possibilités d’EPG et enregistrement des programmes (PVR), etc.

J’ai tout de même voulu m’assurer de la présence d’une vraie interface HDMI 2.0, et effectivement, je trouve deux interfaces HDMI 2.0 Silicon Image Sil9679, capables de gérer la 4 à 60 im/s en 4:4:4 et 10 bits, mais aussi la 4K 24p en 12 bits, la 3D 1080 à 60 im/s ou le 1080p à 120 im/s. Chaque interface ne permet qu’un seul connecteur HDMU, on en retrouve deux assignées aux connecteurs HDMI 1 et 2, mais on trouve aussi une interface HDMI 1.4 assignée aux connecteurs 3 et 4. En clair, il faudra donc privilégier les connecteurs 1 et 2 pour la 4K.

IMG_2950 IMG_2951

IMG_2949

IMG_2947

Pour finir, même reproche qu’en 2013, même si Sony à fait l’effort de proposer une caméra intégrée cette année (en option l’an dernier), je trouve un peu limite de ne pas fournir, ni lunettes SimulView, ni une télécommande un peu plus haut de gamme que ces deux télécommandes cheaps fournies avec le téléviseur, ni un peu de contenus 4K pour profiter de cette nouvelle technologie ! En effet, la télécommande principale est exactement identique au reste de la gamme, c’est à dire très basique, très cheap, en plastique de mauvaise qualité, pas de touche rétroéclairée, pas de matériaux nobles. Même la télécommande One-Touch fournie avec pour les utilisations simplifiées et l’appairage NFC est décevante. Et seules 2 paires de lunettes 3D sont fournies. Pour un téléviseur vendu 4200 €, c’est dommage !

_MG_2852

_MG_2851

Caractéristiques détaillées
Technologie LCD EDGE LED
Standard TV HDTV 2160p (UHD)
Définition 3840 ×2160 pixels
Tuner 2 x TNT/câble/Satellite (DVB-T2/S2 & C2)
Double Tuner HD oui avec fonction PVR
Diagonale (en cm) 165 (45 kg !)
Contraste mesuré (sans artifice) 6200:1 en contraste ANSI après calibration
Angles de vue Bon sur le terrain
Fréquence d’affichage 100/120 Hz avec Motionflow XR800
Ergonomie Très Bonne (pas excellente)
Dalle Brillante (Anti-reflets pas efficace)
Manuel intégré au menu oui
Qualité et ergonomie de la télécommande Bonne, sans plus
Télécommande rétroéclairée/universelle Non/Non
Prise Ethernet Oui
Sans Fil Wi-Fi et Wi-Fi Direct, Miracast, Bluetooth
Connectiques
HDMI 2 x HDMI 2.0 (N°1 et 2) / 2 x HDMI 1.4, dont 1 ARC & MHL & DVI)
Composante YUV 1
Péritel 1
S-video
Composite
VGA
USB 2 (un REC-USB)
Carte mémoire
Sortie audio analogique 1 (jack 3,5 mm) : Audio stéréo, Casque ou Subwoofer
Sortie audio numérique 1 (Optique)
RS-232C
Consommation
Consommation en fonctionnement (en Watts) 100Watt en 2D (après calibrage)
140 Watts en 3D
Consommation en veille (en Watts) 0.25 Watt

Multimédia & Réseau

Compatibilité multimédia, réseau et Smart TV

Pendant plusieurs années, Sony avait conservé une interface inspirée de la PS3 (XMB). En 2013 on trouvait enfin une nouvelle interface, mais apparemment elle n’a pas convaincu et a été remplacée cette année. Je dois dire que cette nouvelle présentation est bien plus fun et conviviale que les deux autres. Sony rattrape un peu son retard face aux portails connectés de LG ou Samsung, même si toutes fonctions de type contrôle vocal ou gestuel ne sont pas encore au programme. Pour ma part, j’avoue que je ne me sers jamais de ce type de fonctions, mais bon, chacun ses utilisations. D’autres parts, depuis 2013, la gestion multimédia a été améliorée avec enfin la gestion du DTS (codec DTS 2.0) et un EPG propriétaire plus complet, et pour ce modèle UHD, la lecture des vidéos MKV 4K en HEVC est désormais possible !

_MG_3264

Présentation de l’interface

Une toute nouvelle interface donc. Désormais tout est accessible depuis un menu d’accueil. Inutile de tout décrire, les photos parlent d’elles-mêmes, mais tout est très simple d’utilisation et intuitif. En revanche, je trouve que ça manque encore un peu de réactivité et le pire c’est quand je connecte mon HDD au port USB je rencontre des lenteurs excessives et même des redémarrages du téléviseur ! L’interface est beaucoup plus interactive grâce à de technologies de connexion de type Wi-Fi, Wi-Fi Direct, Bluetooth, MHL, SideView, Screen Mirroring, un manuel d’utilisation en ligne très bien fichu et bien-sûr l’application « Media Remote » qui permet de se passer de ces télécommandes bas de gamme. La petite télécommande fille permet d’appairer un smartphone au téléviseur via le NFC (la puce est intégrée à la télécommande).

_MG_3261 _MG_3265

Comme je le disais, on trouve un nombre incalculable d’applications, de services internet en tout genre, un navigateur internet, le SEN et donc la VOD Sony (Video Unlimited), la Musique à la demande Sony (Music Unlimited), Facebook, Twitter, Skype, Youtube et PlayMemories. Parmi toutes ces applications, on trouve par exemple : du catch-up TV comme M6 Replay, France TV Pluzz, France 24, Euronews, MUBI, INA, Picasa, Muzu.TV, Youtube 1080p, la VOD 3D de Sony, Billabong, AOL, Wired, Epi, Style, Concierge, Dalymotion, uStudio, Golf Link, LiveStrong, VideoDetective, des PodCast, l’excellente chaine du Philarmonique de Berlin avec un DSP qui va avec, NPR, Africa Show, AnyClip, ADC, des dizaines de jeux très basiques, Xtreme Film, Fashion TV, Skype, Facebook, TV Tweet, des chaines nature, pêche, découvertes, de la VOD Viewster et Filmo TV, et des dizaines d’autres applications en tout genre…

IMG_0602

La VOD de Sony présente l’avantage de proposer des vidéos HD pour à peine 1 euro de plus que la VOD SD, mais c’est tout de même 5 € ! Cela reste beaucoup trop cher pour de la location 48 h chrono et en streaming avec les dégradations que l’on connait pour réduire le débit, et la piètre qualité des Bandes sons. La musique illimitée de Sony me semble bien plus intéressante. Les quelques vidéos 3D proposées depuis 3 ans ont disparues. La 3D n’est plus à la mode, mais pas de vidéos UHD pour remplacer. Il faut dire que cela ne demande pas le même débit, et à l’heure actuelle, pas grand monde dispose d’une connexion internet suffisante pour profiter de VOD 4K. Autant dire que NEtflix 4K aura bien du mal à convaincre en France, surtout qu’il semblerait qu’un simple Blu-ray upscalé en 4K offre une meilleure qualité que la VOD 4K…

On trouve un accès rapide aux contenus visualisés récemment, aux vidéos partagés sur el réseau personnel, ou au HDD connecté via USB, la possibilité d’activer un contrôle parental, un capteur de présence, un capteur de luminosité ambiante (que je déconseille en utilisation Blu-ray d’ailleurs, mais qui est économique et intéressant avec la TNT). La fonction SBM (Super Bit Mapping) est également présente. Je reviens sur les réglages image dans le chapitre consacré.

_MG_3276

Forte Audio Player

_MG_3128

HbbTV MyTF1 et sa VOD

EPG propriétaire propulsé par Gracenote et fonction PVR

IMG_0593 IMG_0594 IMG_0595 IMG_0596

Bonne nouvelle, cette année Sony propose un EPG propriétaire propulsé par Gracenote. Cela permet de connaitre les programmes sur plusieurs jours et en plus, il est interactif avec la fonction PVR. Cela facilite grandement les possibilités de programmations d’enregistrements. L’EPG permet d’accéder aux infos de chaque programme avec synopsis, photos et informations sur chaque acteur. Une nouvelle fonction permet même de faire des recherches sur des programmes connexes ou tous les films prévus dans le mois avec tel acteur ou tel réalisateur de son choix.

Quant à la fonction PVR, rien à dire sauf que ça marche parfaitement à partir du moment où vous formatez le HDD avec le système de fichier Sony. Ce dernier n’est pas reconnu sur un PC ou MAC donc tous les enregistrements ne seront lisibles que sur la TV et pas sur un ordinateur ou un lecteur multimédia. Par contre, comme déjà précisé en introduction, la présence d’un double tuner permet d’enregistrer une autre chaine que celle que l’on regarde.. Enfin, dernière précision, veillez bien à utiliser le port USB du haut, dédié à la fonction PVR, les deux ports USB du bas sont destinés à la lecture multimédia, ou la connexion des périphériques (clavier, souris).

Compatibilité multimédia : enfin des progrès, mais ce n’est pas encore optimum

_MG_3269

Pour commencer, je précise que j’utilise tout simplement le Serveur Windows Media Player pour partager mes médias sur le réseau. Pour rappel, jusqu’en 2012 le lecteur multimédia des téléviseurs Sony forçait un transcodage à la volée des vidéos HD en SD pour optimiser la lecture multimédia via Wi-Fi et surtout, ne gérait pas le codec DTS, ce qui empêchait la lecture de 80% des MKV HD. En, 2013, il y avait pas mal de difficultés pour lire le MKV via USB, mais cette année, tous mes MKV ont été lus sans dégradation via UPnP et USB (FAT32/exFAT/NTFS pris en charge), les MKV 1080p sont lus en 1080p. Les chapitres ne sont toujours pas gérés, l’affichage ne se fait pas en 24p, mais en 60 im/s, cependant la lecture est plutôt fluide. On peut appliquer les mêmes réglages image que sur le Blu-ray, avec le mode Cinéma et activer le Reality Creation pour offrir un très bon rendu et upscaling des vidéos 1080p, 720p et SD. Le Reality Creation améliore la précision des images, la texture, la finesse des dégradés. Et si cela ne suffit pas, on trouve d’autres filtres de post-traitement vidéo comme l’accentuation des contours et des détails, plus trois réducteurs de bruits à l’efficacité moyenne.

J’ai fait l’essentiel de mes tests en lecture UPnP depuis un PC, ou depuis un HDD de 500 Go via USB. Cette gestion est plutôt complète avec gestion des MKV, AVI, WMV, DivX et M2TS jusqu’aux résolutions 1080p avec des codecs audio AC3, DTS, AAC, MP3, WMA, mais pas de DTS-HD ou TrueHD. En fait, toutes les vidéos que j’avais ont été lues sauf quelques AVI encodés avec du DivX 5 (vieux codec qui offre des résultats exécrables, mais très utilisé par les sites de téléchargements illégaux). Autre petite nouveauté depuis mon dernier test, dorénavant les multipistes audio et sous-titres sont gérés, mais toujours pas de customisation, ni de repositionnement des sous-titres. En clair, si vous avez un MKV avec plusieurs pistes audio ou plusieurs types de sous-titres, vous pouvez choisir celui que vous voulez. En fait, les seuls formats que je n’ai pas pu lire sont (sans surprises) les ISO DVD et Blu-ray, ou les BDMV (structures Blu-ray) et structures DVD, les vidéos 3D Full HD et le DivX 5 donc.

_MG_3273

Quant aux vidéos 4K, c’est encore très limité. Le MP4 4K n’a pas été lu, mais j’ai réussi à lire du MKV UHD encodé en HEVC avec d’excellents résultat au niveau qualité d’image, même si ça dépend de la qualité ‘encodage de chaque vidéo évidemment. Les autres codec utilisés en 4K ne sont pris en charge comme le Y4M, qui demande trop de ressource pour être lu. Les vidéos en 4096 x 2160 ne passent pas bien (image dégradé ou absente), seules mes vidéos en UHD, c’est à dire en 3840 x 2160 px ont été lues. Pourtant, es téléviseurs Sony sont les seuls TV UHD à accepter la résolution 4K en entrée HDMI (soit en 4096 x 2160 px en plus du 3840 x 2160 px).

Les flux audio AC3/Dolby Digital sont envoyés en bitstream vers l’ampli si vous optez pour système audio externe, que ce soi via Optique ou ARC. En revanche, le téléviseur ne disposant que du Codec DTS 2.0, toutes les pistes DTS sont envoyées en LPCM 2.0 vers l’ampli, que ce soit via Optique ou HDMI.  De plus, mes vidéos en E-AC3 (Dolby Digital Plus n’avaient pas de son, donc codec non supporté). Du côté de la gestion musicale, les pochettes, les tags et les infos sont affichés, le MP3, WAV, LPCM, WMA sont lus via DLNA/UPnP avec des échantillonnages automatiquement downsamplés en 48 kHz ou lus directement en 44.1 kHz. Pour le Flac, si le serveur multimédia le gère, il sera convertis en LPCM pour être lu sur le téléviseur . Les FLAC 5.1 ne sont pas lus, et notez également que via USB le FLAC n’est pas reconnu. On pourra également accéder à plusieurs infos sur internet grâce à la fonction Track ID (Gracenote). La lecture musicale est tout de même intéressante et plutôt complète pour un téléviseur, sauf qu’évidemment cela aura bien plus d’intérêt si vous connectez un bon système audio au téléviseur.

Paramètres multimédias
HbbTV Oui
InputLag 40 ms en mode Jeu, 125 ms avec le Motionflow su Standard
DLNA Oui
Lecture USB Oui (exFAT/FAT32/NTFS)
Qualité Widget Très bonne
Mode cadre photo Oui
Services web SEN, Navigateur internet, Youtube, M6Replay, Pluzz France TV, Twitter, VOD 2D & 3D, Facebook, Skype 720p, Musique à la demande, PlayMemories, et des dizaines de services et applications
Compatibilité multimédia: vidéo H.264/HEVC/MPEG1/MPEG2/DivX Plus HD/AVC HD/MP4/ MKV 1080p et UHD/TS/WMV HD/MPG/XviD/MPEG1 / MPEG2PS / MPEG2TS / MP4Part10 / MP4Part2 / AVI(XVID) / AVI(MotinJpeg) / MOV/ WEBM / 3GPP
Compatibilité multimédia: audio MP3/LPCM/AC3/Wav/DTS/WMA/Flac
Compatibilité multimédia: image JPEG, PNG, MPO
Gestion des sous-titres et pistes audio multiples Oui/Oui

Affichage UHD

Affichage UHD et traitement vidéo

 Après tous les tests proposés en 2013 sur les TV UHD, vous connaissez ma position. Pour moi, l’Ultra HD apporte un gain nettement visible, y compris à 3 ou 4 mètres de distances, y compris sur un 55″, et d’autant plus sur un 65″. Ce n’est pas qu’une question de définition, mais aussi d’immersion, de réalisme, de profondeur de champs et de relief. Mais qu’en est-il de cette seconde génération de téléviseur UHD ? Sony a-t-il poussé l’expérience 4K encore plus loin ? Mes réponses dans ce chapitre. Encore une fois, la mise en œuvre et les réglages demandent une attention particulière pour exploiter au maximum ce superbe téléviseur. La qualité de la source n’est surtout pas à négliger, d’autant plus en l’absence de films 4K natif. Je tiens à préciser que mon jugement sera impartial, car il s’agit d’un modèle haut de gamme. Plusieurs défauts que je cite sont minimes, certains utilisateurs (la grande majorité)ne les remarqueront même pas, mais je me dois d’en parler.

_MG_3323

L’affichage Ultra HD : toujours aussi magique !

Voilà 3 ans que je teste des téléviseurs et vidéoprojecteurs 4K, mais toujours pas un film 4K à se mettre sous la dent. Cela dit, je le répète assez souvent, un « simple » Bu-ray 1080p upscalé en UHD apporte déjà une image tellement belle, que pour ma part, je me régale toujours autant, y compris avec certains programmes de qualité sur la TNT HD. Mon constat est clairement que tous les contenus sont plus beaux sur un téléviseur UHD, y compris le DVD, la TNT-SD, HD, le Blu-ray, les photos, ou des vidéos lues par un lecteur multimédia. Techniquement parlant, le 65X9 affiche la même précision qu’une TV 32″, mais sur une image de 1,65 mètre de diagonale !  Biuen sûr, pas de miracles sur la TNT-SD, ce n’est pas une transformation radicale, les programmes de mauvaise qualité restent de mauvaise qualité, mais avec un petit gain comparé à un téléviseur 1080p. Par contre, les programmes HD sur la TNT-HD gagnent vraiment en qualité !

_MG_3133

Si dessous, la même scène, mais avec une photo très rapprochée, on ne voit toujours pas les pixels et la définition reste excellente !

_MG_3136

Il est clair que plus la diagonale est élevée, plus l’apport du 4K sera visible, mais même sur une dalle de 55″ on en ressent nettement les bénéfices, et d’autant plus sur ce 65″. Ne vous attendez pas à une révolution totale, mais en sachant qu’avec un très bon téléviseur 1080p on prend déjà une grosse claque sur de très bons Blu-ray 1080p, alors imaginez la même chose, une image encore plus définie,  un grain plus fin, des arrières plans plus nets, donc plus de profondeur de champ, un effet 3D naturel plus présent, un piqué redoutable avec beaucoup plus de micros détails. Le tout offre un réalisme très troublant !

Cependant, l’écart entre un Blu-ray de qualité et un Blu-ray assez moyen, ou l’écart de qualité entre les programmes de la TNT HD ou SD, est encore plus flagrant. Un Blu-ray de référence comme Oblivion, ou Samsara affiche une qualité absolument splendide et très proche de la 4K native, et bien meilleure que la VOD 4K, ou la plupart des contenus 4K compressés proposés en téléchargement sur le net ou sur Youtube. Quant à la qualité de l’Ultra HD natif, je vous laisse juger par vous même sur ces captures faites avec un Reflex directement sur le téléviseur, ça laisse sans voix !

_MG_3301

_MG_3304

_MG_3307

_MG_3309

_MG_3312

Cela dit, l’avenir de la vidéo ne se situe pas seulement au niveau de la définition. Certaines évolutions apporteront un gain qualitatif encore plus visible que le passage du 1080p au 2160p. Je pense par exemple à l’encodage 4:4:4 en 10 ou 12 bits. Pour ça, il faudra attendre le passage aux nouvelles dalles 12 bits, et ce n’est pas encore pour demain. Actuellement les dalles sont en 8 ou 10 bits maximum. Cela joue sur la finesse des dégradés.

Ou encore, des technologies de captation comme le HDR (High Dynamic Range), déjà utilisée dans la photographie et par les caméras de cinéma, et qui seront bientôt proposées avec le Blu-ray 4K . Le HDR devrait apporter une dynamique d’image et une luminosité proche d’une scène réelle avec des valeurs d’encodage à 10 000 cd/m², là où le Blu-ray actuel n’en propose que 110 cd/m² maximum !  Le gamut sera également plus large avec l’arrivé de l’encodage en REC.2020 pour une palette de couleur encore plus large pour un rendu réaliste. C’est d’ailleurs ce que proposent déjà les Blu-ray Mastered in 4K de Sony.

Pour la gamut et le HDR, Sony propose quelque chose qui s’en rapproche, avec l’affichage TriLuminos et  X-tended Dynamic Range et l’affichage TriLuminos, mais sans source nativement encodée en HDR, cela reste de la simulation, et donc pas aussi performant. Une sorte de contraste intra-image dynamique.

X-Tended Dynamic Range : Une technologie proche du HDR

_MG_3281

Une image dynamique, un contraste superbe !

Le but de cette technologie est de proposer une image plus dynamique, avec un contraste intra-image plus puissant, donc des noirs plus profonds, mais aussi des blancs plus éclatants. Et clairement, les premiers jours le X9005B surprend avec une image très dynamique ! Les reflets sur les objets en fer, en cuivre, l’or ou tout autre métal sont vraiment très réalistes et offrent un relief, une impression de volume et de matière palpable. Idem avec  les reflets sur l’eau, les explosions, les couchés de soleil, toute source lumineuse offre un éclat très impressionnant. J’ai encore en mémoire certains passages bluffants  et très contrastés du Blu-ray Gravity, sublime !

lex-lcd-x-tended-dynamic-range_big

_MG_3289

Quel éclat, c’est splendide !

_MG_3085

Ici, on voit clairement que le blanc du rocher est trop éclatant, un peu brûlé.

Par contre, comme déjà dit, il s’agit donc d’un traitement dynamique opéré par le système de rétroéclairage, et sans source encodée en HDR, certains effets sont surfaits. C’est surtout le cas avec la TNT, curieusement, pas avec le Blu-ray qui offre un rendu très naturel. En effet, certains passages souffrent de solarisation avec des blancs trop lumineux, un peu brûlés. Par exemple, certaines émissions avec des personnes en chemise blanche vont éblouir l’écran. On ne voit même plus les plis de la chemise qui flashe à l’écran. Il faudra faire très attention a bien régler son téléviseur, pour contenir ce souci. Et surtout, n’utilisez pas l’amélioration avancée du contraste. Pour vous donner une idée, avec un rétroéclairage à +1 le pic lumineux passe de 105 cd/m² à plus de 300 cd/m² en activant le contraste dynamique ! De la folie pure, des blancs cramés, un gamma totalement en vrac. Bref, un réglage à éviter, à moins de vouloir une séance de bronzage intensif ^^

Mais dans son ensemble, une fois bien réglé, et surtout avec le jeu ou le Blu-ray, cet X-tended Dynamic Range apporte un gain en dynamique et en réalisme très saisissant ! vivement les premiers contenus encodés en HDR !

_MG_3219

Le Sony X9005B, un téléviseur compatible TriLuminos

J’avais déjà expliqué en quoi consiste exactement l’affichage TriLuminos l’an dernier, mais je reprends pour ceux qui découvrent. Un bien grand mot pour désigner la possibilité d’afficher un espace couleur étendu, très proche du DCI utilisé par le cinéma 4K. En effet, certains vidéoprojecteurs en sont capables depuis longtemps, et plusieurs TV UHD proposent un gamut étendu cette année. En clair, ce gamut plus large que le Rec.709 utilisé par les Blu-ray classiques est utilisé depuis longtemps par le cinéma pour capter les films, qui sont ensuite encodés en Rec.709 (donc avec un espace colorimétrique plus petit) avant d’être transférés sur le Blu-ray. Résultat, certaines couleurs ne pouvaient pas être reproduites, comme des verts, des bleus ou rouges intenses.

gamuts_comparison_xvYCC_DCI_UHDTV

Spiderman Blu-ray Mastered in 4KEt c’est là où Sony fait très fort, car ses nouveaux Blu-ray Mastered in 4K sont encodés avec un gamut étendu, et peuvent être reproduits sans restreindre l’espace couleur sur les TV Sony TriLuminos, ou autres marques qui proposent un gamut étendu comme les Samsung HU7500 et HU8500, ou le Panasonic AX800. De plus, il sont issus de Masters 4K donc l’upscaling UIHD est encore plus beau. En revanche, face à du contenu en Rec.709 comme tous les autres Blu-ray, le téléviseur bascule automatiquement dans le gamut Rec.709, donc aucun risque de voir les couleurs dénaturées. En clair, il n’y a qu’en lisant un Blu-ray Mastered in 4K que vous pouvez profiter du TriLuminos, pour tous les autres contenus la TV se comporte comme avant.

Le mode « Couleur Naturelle » étire les coordonnées des couleurs en élargissant le gamut, donc sature les couleurs qui ne sont plus naturelles, mais attention, ce mode n’a rien à voir avec le TriLuminos. Il agit de la même manière que l’amélioration des couleurs disponible sur toutes les TV. En clair, pour les puristes, qui recherchent des couleurs naturelles, que ce soit en lisant un Blu-ray Mastered in 4K ou classique, n’activez pas le mode Couleur Naturelle, le téléviseur basculera automatiquement avec le gamut adapté.

Sachez que pratiquement tous les lecteurs Blu-ray sont compatibles avec les Blu-ray Mastered in 4K et permettent de reproduire cet espace couleur étendu à partir du moment où ils sont compatibles xvYCC ou xvColor, soit tous les lecteurs actuels. J’ai donc testé un Blu-ray Mastered in 4K avec Spiderman sur le lecteur OPPO. Je profite donc d’un upscaling 4K optimisé + d’une reproduction colorimétrique plus riche. Le changement n’est pas radical, mais c’est clairement meilleur, plus précis, avec des couleurs riches, mais très naturelles, et un piqué fabuleux.

Traitement vidéo du Sony X9005B  : Reality Creation et autres post-traitements

_MG_3222

_MG_3223

Le téléviseur Sony X9005B propose exactement les mêmes traitements vidéo que le X9 de 2013, ni plus efficaces, ni moins efficaces. Même constat que l’an dernier, il peut offrir d’excellents résultats sur la TNT, les vidéos lues sur le téléviseur, ou même sur le Blu-ray, mais avec les contenus UHD il est moins puissant et manque d’efficacité à mon goût. Idem si on upscale le contenu depuis le lecteur Blu-ray, le Reality Creation sera moins efficace qui si on laisse le téléviseur upscaler lui même le contenu.

Ce dernier rassemble un mode Resolution qui accentue les détails, un mode Mastered in 4K qui permet d’améliorer l’upscaling UHD (donc uniquement disponible si on entre en 1080/24p dans le téléviseur via HDMI), un réducteur de bruit et un lissage des dégradés. On rajoute à ça, le réglage de Netteté du téléviseur, un filtre d’amélioration des détails (disponible uniquement sur les sources 1080p et inférieures), un filtre d’accentuation des contours, et 3 filtres réducteurs de bruit uniquement disponibles sur les contenus 1080p et inférieurs.

Ce traitement vidéo est donc très complet, offre d’excellents résultats sur la TNT, les vidéos lues depuis le lecteur multimédia du téléviseur, ou même sur le Blu-ray. En revanche, il faudra régler tout ça avec minutie, sous peine d’accentuer le bruit vidéo, les artefacts, engendrer du Ringing Effect, ou autres soucis d’affichage. Si votre lecteur propose lui aussi un traitement vidéo, il faudra régler ça encore plus finement. Sachez également que les traitements vidéos travaillent plus finement sur du contenu 4K que 1080p. Enfin, il faut éviter d’utiliser le traitement du lecteur + celui du téléviseur sinon vous allez durcir l’image.

Upscaling UHD Sony vs OPPO

A gauche, l’upscaling 4k du Sony X9, à droite, celui du OPPO BDP-105D ou 103D

_MG_3095

Pour ma part, le lecteur OPPO est celui qui m’a offert le meilleur upscaling 4K que je connaisse avec le processeur vidéo externe Radiance de Lumagen. Avec un de ces deux appareils, je désactive tout traitement vidéo du téléviseur pour n’utiliser que ceux de l’OPPO ou du Radiance. Le résultat est exceptionnel, surtout que l’OPPO 103D ou 105D et le snouveaux Radiance peuvent upscaler en 2160p et 24, 25, 30, 50 ou 60 im/s.

Après quelques heures pour optimiser tout ça, la magie opère avec une totale redécouverte de tous nos Blu-ray. Quel bonheur ! S’il y a une chose qui ne trompe pas, c’est quand vous commencez à ressortir tous vos Blu-ray. J’ai passé des heures magiques à revoir mes films préférés. Certains ont affiché une qualité absolument somptueuse. Je pense à Oblivion, les Batman, les Star Wars, Samsara, l’Odyssée de Pi, ou encore The Avengers en plein écran, avec une image d’une précision chirurgicale, une explosion de détails, un relief sublime et un réalisme troublant! Je vous assure qu’avec l’upscaling 4K vous restez bouche ouverte devant une telle image ! J’ose à peine imaginer la même chose en 4K natif et j’ai même du mal à croire que ça peut être encore mieux, mais si.

Bref, le plus rassurant avec tout ça, c’est que le passage aux téléviseurs 4K ne rendra pas obsolète notre collection de Blu-ray, même quand le Blu-ray 4K sera disponible, bien au contraire, ce sera l’occasion de redécouvrir la plupart de nos Blu-ray.

_MG_3240

Contraste, angle de vision et homogénéité de la dalle

Premier constat, le contraste a grandement été amélioré par rapport au X9 de 2013. On atteint des valeurs très proches du W855A, la référence actuelle en Edge LED. En sortie de carton, en mode Cinema, ce n’est pas optimum, avec un noir à 0.06 cd/m² et une image trop lumineuse. Une fois calibré, avec un pic lumineux réglé à 110 cd/m², ce qui est largement suffisant en salle obscure, pour regarder un Blu-ray, surtout sur un 65″, j’obtiens un noir à moins de 0.02 cd/m² (0.018 exactement) pour un contraste ANSI à 6200:1 à peu près !

Contraste-ANSI-Sony X9005B

Contraste ANSI mesuré à environ 6000:1 / Contraste Séquentiel à environ 11 000:1

Malheureusement, du côté de l’homogénéité, la technologie 4K ne change rien à la problématique et aux défauts des téléviseurs Edge LED avec des risques de Clouding, DSE, Banding, Blooming, etc. Et malheureusement, le X9 n’échappe pas à ça. Je relève un tout léger clouding sans activer le Local Dimming (Contrôle Dynamique des LED). Cependant, lorsque vous activez le Local Dimming, ce clouding disparait totalement sur le mode « Standard ».

IMG_4557

Par contre, le souci de Blooming constaté l’an dernier est toujours d’actualité, moins prononcé grâce au noir plus profond, mais toujours visible, surtout sur les génériques, ou passages très sombres avec un objet lumineux dans la scène.  Si ce Blooming est présent, c’est tout simplement parce que le Local Dimming ne dispose pas assez de zones indépendantes de contrastes, mais cela veut aussi dire que l’on a une vraie gestion des zones, comme sur un Full LED. Du coup on retrouve donc le même souci que sur le Ful LED, mais en beaucoup moins marqué. Pour tout dire, une fois calibré avec un rétroéclairage assez bas en salle obscure, on ne le voit presque jamais. Cela dit, si vous aimez les images très lumineuses, et que vous poussez le rétroéclairage, là vous allez le remarquer, surtout sur les bandes noires. De plus, j’observe un effet de pompage (fluctuation) lumineux avec le Local Dimming activé. Très léger, rare, mais visible sur certains passages, surtout sur les génériques. Malgré tout, on gagne en contraste et homogénéité et ces défauts ne sont que rarement visibles, donc, pour ma part, j’active ce Local Dimming.

_MG_3056

_MG_3057

_MG_3062

Par contre, les deux défauts majeurs constatés sur mon modèle de test sont un banding vertical légèrement visible, surtout sur les matchs de foot qui contiennent pas mal de travellings sur fond uni (vert) et du DSE assez visible. Le DSE (Dirty Screen Effect) est un effet qui donne l’impression que l’écran est sale. Vous pouvez voir que sur une mire de gris à 20% cela se voit clairement, mais sur les images lumineuses, c’est invisible. Lorsqu’on visionne des films, il est pratiquement absent, sauf sur quelques scènes uniformes comme une pelouse, un champ enneigé, un ciel nuageux. Et encore, il faut y prêter attention, mais quand on est exigeant et averti, ce sont des défauts que l’on remarque.

Dans l’ensemble, cette dalle est tout de même de qualité pour son contraste natif, sa gestion du rétroéclairage performant, et l’image très dynamique qu’elle délivre, les soucis d’homogénéité sont mineurs, mais sur un modèle haut de gamme, c’est regrettable. Pour l’angle de vision, il n’est pas exceptionnel, mais pas mal du tout. C’est suffisant pour avoir une bonne qualité depuis un canapé 4 places. À partir des 35°, à peu près, on commence à remarquer une petite dérive bleue dans les teintes, et les défauts d’homogénéité plus marqués, un noir moins profond, mais ça reste très bon. Pour ma famille, l’angle de vision ne nous a pas gênés du tout.

Fluidité en 24p, Motionflow et inputlag

De ce côté-là, il n’y a strictement aucun changement comparé au X9 de 2013, sauf une légère amélioration de l’inputlag mesuré à 38 ms au lieu de 45 ms l’an dernier, sans Motionflow, mais il passe à plus de 120 ms avec le Motionflow activé. Cela reste un très bon résultat sans Motionflow, largement suffisant pour la plupart des joueurs, mais pas aussi bon que certains modèles 1080p comme le W805B.  Le X9 est un très bon téléviseur pour le jeu, surtout que le connecteur HDMI 2.0 permet dorénavant de jouer en 4K à 60 fps, au lieu de 30 fps l’an dernier. Cela dit, l’upscaling 4K donne aussi d’excellents résultats avec les jeux 1080p ou même 720p.

Quant au Motionflow, Sony propose, pour moi, la meilleure compensation de mouvements du marché des téléviseurs. Le Motionflow est l’un des procédés les plus naturels, avec plusieurs niveaux, dont certains adaptés aux contenus 24p sans effets « caméscope  » ou « reportage », pas d’artefacts autour des personnages et en général très fluide. On trouve même un mode Impulsion, basé sur une technologie d’affichage BFI (Black Frame Insertion) qui annule tout effet de rémanence, mais engendre un léger effet de scintillement qui pourra en gêner plus d’un. Malheureusement, le Sony X9 embarque une dalle 100 Hz qui pose ses limites, surtout avec les modes Motionflow NET et + ou Cinema qui affichent un peu de scintillement, très minime, visible uniquement sur les travellings rapides avec des contenus 24p, mais avec une dalle 200 Hz ces modes sont parfaits. Dommage, seul le mode Standard est vraiment très fluide, mais certains trouveront un tout léger effet « vidéo ». Il est tellement léger que pour ma part j’utilise ce mode, surtout qu’il est plus lumineux que les autres.

Avec la TNT en mode Motionflow Standard c’est parfait , très fluide, avec un léger effet « vidéo » qui finalement colle bien aux émissions, reportages, ou documentaires, programmes sportifs et autres.

Une expérience 3D plus précise que l’an dernier, mais plus de ghosting !

IMG_5765

Sony a donc troqué son affichage 3D passif de l’an dernier par une 3D active. Résultat, l’image 3D gagne nettement en précision, c’est même carrément bluffant de regarde run Blu-ray 3D ou de jouer en 3D avec un upscaling 4K. L’image est superbe, piquée, gagne en relief et immersion. Malheureusement, le ghosting est aussi bien plus visible que l’an dernier avec des images fantômes (dédoublement) assez visibles sur les arrières plans. Cela a tendance à réduire la précision des arrières plans, donc on perd en profondeur de champ. De ce côté, le Samsung HU8500 est nettement meilleur en affichage 3D, pourtant  lui ausis en 3D active. Espérons que Sony améliore cette expérience 3D avec un firmware, car c’est possible, on l’a déjà vu, notamment chez Samsung…

Il faut aussi rajouter que la 3D active a tendance à être un peu plus fatigante que la 3D passive, moins confortable, mais plus belle et plus précise. Et là aussi, le X-tended Dynamic Range apporte un gain en dynamique, très appréciable en 3D. C’est vraiment à tomber, très, très impressionnante, avec une image superbe, très précise, un relief et des jaillissements très puissants, pour une immersion bluffante. Je pense sincèrement que la 4K va relancer l’intérêt de la 3D, mais encore faut-il que ces soucis de ghosting soient corrigés.

Avec le jeu 3D, même constat, excellente immersion. Dans ce cas, le jeu est affiché en Side-by-Side avec deux images de 1920 x 2160 pixels. Il suffit ensuite d’activer la 3D en mode côte-à-côte et nous avons un jeu 3D avec une immersion totalement bluffante et une superbe qualité d’image. J’ai testé quelques jeux 3D avec la Playstation 3 comme Ghost Recon et Avatar et c’est sûrement l’un des meilleurs attraits de l’expérience 3D. Jouer en 3D c’est vraiment très immersif, surtout sur des jeux de ce style ou de courses de voiture,. Par contre, on fatigue assez rapidement. Pour le jeu, la 3D passive est tout de même plus agréable.

Niveau gestion 3D, le Sony W9 propose un mode de conversion 2D/3D, toujours aussi gadget (on s’amuse avec quelques jours, voire quelques semaines, mais on l’abandonne très rapidement), et surtout il gère l’affichage SBS (Côte à Côte) et T&B (Top&Bottom). On trouve aussi un réglage de la profondeur.

Calibration

Calibration et réglages

Là aussi, pas de changement au niveau réglages disponibles. Les réglages de colorimétrie sur les TV Sony ne sont pas très nombreux. Pas de CMS, une balance de blanc limitée à deux points (au lieu de 10 voire 20 sur les TV LG), pas d’éditeur de gamma. On trouve donc des niveaux de gamma préréglés, un réglage de Balance des Blancs 2P, de la Couleur, du Contraste et de la luminosité, un réglage du Local Dimming et c’est tout ! Tout le reste ne sont que des artifices inutiles pour le Blu-ray, mais parfois intéressants avec la TNT comme les filtres réducteurs de bruit, accentuation des contours, Reality Creation, etc., mais ils n’influent pas sur la colorimétrie.

CIE

C’est donc limite pour un téléviseur 4K haut de gamme, vendu à 4200 €. Cependant, force est de constater que Sony a pour habitude de proposer un gamut très juste en sortie de carton avec les modes Cinema ou Expert. Et c’est exactement le cas du X9, le gamut frôle la perfection en sortie de carton. Par contre, la balance des blancs est clairement à revoir, et le rétroéclairage, gamma, et contraste à corriger.

Le rétroéclairage est positionné trop haut avec un pic lumineux à 200 cd/m² alors que pour visionner le Blu-ray en salle obscure on recherche une luminosité de 115 cd/m² à peu près. En sortie de carton et en mode Cinema, le noir est relevé à 0.04 cd/m² pour un contraste de 5000:1. En calibrant le TV, en baissant ce rétroéclairage et en activant le Local Dimming on ramène le noir à 0.018 cd/m² pour une luminosité à 115 cd/m² et donc un contraste de 6200:1. Ce sont d’excellents résultats pour un Edge LED, bien meilleurs que le Samsung  HU8500 ou le X9 de 2013. Pour le coup, il faudrait vraiment un excellent Full LED pour aller plus loin, ou évidemment un OLED.

Relevés en mode Cinema par défaut

RGB Défaut Temp Défaut Gamma défaut

L’équilibre RVB est pas trop mal, mais le vert et le bleu sont dominants en mode Chaud 2, avec une remontée de bleu assez importante dans les basses luminosités (scènes sombres). Je trouve un gamma à 2,1 par défaut, ce qui est pas ma, et surtout il est linéaire, donc pas de noir bouchés, ni de blancs brûlés, mais, pour rappel, on recherche un gamma de 2,4 pour regarder les films en salle obscure (2,22 en salle éclairée), une température de 6500K (je la mesure à 7000K environ) et à aligner les courbes RVB sur les 100% pour un Delta E le plus bas possible (le Delta E doit être en dessous des 3 de moyenne, plus il est bas, mieux ce sera).

Réglages pour une utilisation Blu-ray

Pour me rapprocher le plus possible des recommandations ISF en salle obscure, voici les réglages que j’ai appliqués (on cherche une température de 6500K, un blanc D65, un gamma de 2.4 en salle obscure). Attention toutefois, comme je le répète souvent, l’essentiel c’est de se faire plaisir et pas forcément de suivre une norme. Certains n’aiment pas les normes cinéma, trouvant les couleurs trop chaudes. Pour ma part je suis habitué à ces réglages, j’adore les images typées cinéma. Bref, chacun fait comme il le sent, ce n’est qu’une proposition ;) Ce qui est sûr, c’est qu’avec le peu de réglages proposés on arrive çà un excellent résultat pour un Delta E à 1 sur l’échelle de gris et moins de 1.3 sur l’espace colorimétrique.

Précisions : faites attention de bien désactiver le capteur de luminosité, activé par défaut.

  • Mode Scene : CINEMA
  • Mode image : Cinéma 2
  • Rétroéclairage : 1 (comme dit, le X-Tended Dynaic Range a considérablement augmenté la luminosité de la dalle, donc 1, mais notez que si vous entrez en 4K l’image sera plus lumineuse, donc vous pouvez carrément désactiver le rétroéclairage si vous trouvez ça trop lumineux et les noirs pas assez profonds)
  • Contraste : 92
  • Luminosité : 48
  • Couleurs : 52
  • Teinte : 0
  • Température : CHAUD 2
  • Netteté : 55
  • Tous les filtres réducteurs de bruit sur Off
  • Reality Creation : On avec un lecteur Blu-ray qui sort en 1080p et sans traitement vidéo (off avec les OPPO ou autres lecteurs dotés d’upscaling UHD + processing, ou si vous utilisez un processeur vidéo externe comme les Rdiance de Lumagen)
    • Mastered in 4K : Oui si le lecteur Blu-ray n’a pas d’upscaling 4K et uniquement avec les contenus 1080/24p
    • Résolution : 35
    • Réducteur de bruit : Min
    • Lissage des dégradés : Non (lisse l’image, atténue un peu le piqué, mais si vous êtes sensible à la postérisation, alors activez ce paramètre)
  • Motionflow : Chacun ses goûts pour ce paramètre, pour ma part je mets Standard, car il s’agit d’une dalle 100 Hz, et donc moins fluide sur les modes Cinema, NET et +NET qu’une dalle 200 Hz. Notez qu’avec un lecteur Sony compatible SBM, l’image est légèrement plus fluide. Notez également que seuls les modes Standard et Fluide ne changent pas le pic lumineux ni le gamma, les modes Impulsion, NET et +NET assombrissent l’image  et donc changent les réglages de rétroéclairage, contraste, luminosité et gamma)
  • Mode film : Auto
  • Correction des noirs : Off (à tendance à boucher les noirs)
  • Amélioration de Contraste : Off (contraste dynamique, à éviter, car ça brûle les blancs, crée des fluctuations lumineuses, et avec cette nouvelle dalle X-tended Dynamic Range c’est encore pire qu’avant, on passe d’un pic lumineux à 115 cd/m² à plus de 300 en l’activant !)
  • Gamma : -3 (pour arriver à un gamma de 2,4, donc pour les salles obscures, sinon en salle éclairée ou en journée, il faut mettre le gamma à -1 pour avoir 2,22)
  • Contrôle Dynamic LED : Standard (très efficace, permet d’améliorer le contraste et effacer le Clouding, mais vous pouvez aussi le désactiver si le blooming vous gène (effet de halo lumineux), la dalle est assez contrastée par défaut)
  • Limiteur d’intensité : Off
  • Correction Blanc : Off
  • Couleur Naturelle : Off (sature les couleurs, étire les coordonnées x/y, donc à éviter avec le Blu-ray, mais peut être intéressant avec les animations, le jeu et la TNT)
  • Balance des Blancs :
    •         GAIN Rouge : 0
    •         GAIN Vert : -7
    •         GAIN Bleu : -5
    •         Polarisation Rouge : +1
    •         Polarisation Vert : 0
    •         Polarisation Bleu : -9
  • Accentuation des contours : Off (ce réglage apporte plus de relief, il est plus efficace, plus fin en 4K que sur les TV 1080p, si vous trouvez l’image trop douce, vous pouvez l’activer, pour ma part je préfère confier ce traitement au lecteur).
  • Amélioration des détails : Off (traitement à éviter à tout prix, il est trop dur, engendre du bruit, du ringing effect, et double contour, y compris avec la TNT))
  • Rendu Naturel des tons chair : Oui (sauf si vous rentrez en 4K depuis le lecteur, il sera indisponible)

Je précise qu’avec le lecteur OPPO 103EU/105EU : je sors en 4K, et en mode HDMI je suis en YCbCr 4:4:4, Deep Color désactivé, avec le Sharpness à +2.

Avec l’OPPO 103D/105D : je sors en 4K, et en mode HDMI je suis en YCbCr 4:4:4, Deep Color désactivé, avec Darbee Haute Def à 40%, Accentuation des contours à +4, c’est tout.

Avec le lecteur Sony BDP-S790 / S6200 ou S7200 :  je sors en 4K, et en mode HDMI je suis en YCbCr 4:4:4, (Deep Color et SBM non actif avec l’upscaling 4K, donc activez le SBM sur le téléviseur). Je ne touche pas aux réglages de noir, contraste, ni luminosité pour ne pas dérégler le gamma du téléviseur. Par contre, aucun filtre d’amélioration de l’image n’est actif lorsque l’on upscale en 4K à partir du BDP-S790…

Si vous lisez un Blu-ray Mastered in 4K : dans ce cas, il faut sortir en RGB Etendu, activer le xvYCC sur le TV (ou le mettre en Auto) et reprendre les mêmes réglages pour le reste.

Voici les mêmes relevés après calibration :

Mesures calibré avec LD

RGB calibré avec LD Gamma calibré

Lorsque j’active le Local Dimming, cela bouge un peu le gamma, mais il n’est pas en « S » comme sur la plupart des TV avec Locla Dimming, il reste assez linéaire, pas de noirs bouchés, si ce n’est qu’une petite chute dans les blancs, qui seront donc un peu brûlés. C’est le X-Tended Dynamic Range qui fait ça, car sur le X9 de 2013, le fait d’activer le Local Dimming ne changeait pas la mesure du gamma. Cela dit, ça reste très correct, rien de bien grave…

Gamma avec LD Standard ou Bas, même résultat

La température est parfaite, plus de remontée bleue dans les basses lumières.

Temp Calibrée

Les réglages avec le Blu-ray 3D

Le but est identique que pour les réglages avec le Blu-ray 2D, sauf que là pour rester dans l’esprit de la stéréoscopie et son immersion, je trouve que la 3D nécessite une image plus fluide (ça réduit les scintillements, et fatigue moins), donc Motionflow sur Fluide. Autre précision, faites attention à bien rentrer les réglages quand vous êtes déjà en affichage 3D. ;)

  • Mode Scene : CINEMA
  • Mode image : Cinema 2 3D
  • Rétroéclairage : MAX (impossible à bouger)
  • Contraste : 95
  • Luminosité : 50
  • Couleurs : 55
  • Teinte : 0
  • Température : CHAUD 2
  • Netteté : 55
  • Tous les filtres réducteurs de bruit sur off
  • Reality Creation : On
    •         Mastered in 4K : Oui si le lecteur Blu-ray n’a pas d’upscaling 4K
    •         Resolution : 35
    •         Réducteur de bruit : Min
    •         Lissage des dégradés : Non
  • Motionflow : Mode Fluide ou Standard (en 3D, je mets Fluide car ça colle bien avec l’esprit 3D)
  • Mode film : Auto
  • Correction des noirs : Off (à tendance à boucher les noirs)
  • Amélioration de Contraste : Off (contraste dynamique trop agressif sur cette dalle)
  • Gamma : -2
  • Contrôle Dynamic LED : Standard
  • Limiteur d’intensité : Off
  • Correction Blanc : Off
  • Couleur Naturelle : Off (on sur les animations)
  • Balance des Blancs :
    • GAIN Rouge : 0
    • GAIN Vert : -5
    • GAIN Bleu : -3
    • Polarisation Rouge : +1
    • Polarisation Vert : -1
    • Polarisation Bleu : -6
  •     Accentuation des contours : Bas
  •     Amélioration des détails : Off
  •     Rendu Naturel des tons chair : Oui

Réglages pour la TNT HD et SD, Satellite, etc

Voici les réglages que j’utilise pour la TNT. Ce sont des réglages subjectifs , il n’y a aucune norme pour la TNT. Pour ma part je privilégie une image un peu plus froide qu’avec le Blu-ray, avec un blanc plus neutre. Surtout, j’use d’artifice pour essayer de rattraper la qualité souvent moyenne proposée par les chaines de la TNT en général. Ce n’est pas simple, car la qualité des programmes change d’une chaine à l’autre ou même d’un programme à l’autre, et il n’y a pas de réglages universels, juste un peu compromis.

Encore une fois ce sont mes réglages, chacun ses goûts, vous faites comme vous le sentez ;)

  •     Mode Scene : Général
  •     Mode image : Standard
  •     Rétroéclairage : 4
  •     Contraste : 88
  •     Luminosité : 48
  •     Couleurs : 52
  •     Teinte : 0
  •     Température : Chaud 1
  •     Netteté : 55
  •     Tous les filtres réducteurs de bruit sur Auto (voir OFF avec la TNT-HD, mais si vous ne voulez pas changer les réglages sans arrêt, autant laisser sur Auto)
  •     Reality Creation : Auto
  •     Lissage des dégradés : Moyen
  •     Motionflow : Mode Standard
  •     Mode film : Auto
  •     Correction des noirs : Bas
  •     Amélioration de Contraste : Off
  •     Gamma : -1
  •     Contrôle Dynamic LED : Standard
  •     Limiteur d’intensité : Off
  •     Correction Blanc : Bas
  •     Couleur Naturelle : Off (certains aimeront sûrement le mettre sur bas, donc à vous de voir ;)
  •     Balance des Blancs :
    • GAIN Rouge : 0
    • GAIN Vert : 0
    • GAIN Bleu : 0
    • Polarisation Rouge : +1
    • Polarisation Vert : 0
    • Polarisation Bleu : -6
  •     Accentuation des contours : Moyen
  •     Amélioration des détails : Off (attention à ce filtre qui crée trop d’artefact et double contour)
  •     Rendu Naturel des tons chair : Oui
Verdict technique TV
Sensibilité du tuner Très Bonne (quelques rares pertes de signal TNT, mais je suis à 10 km de la ville et je passe par le râteau. Cela dit, certaines TV ne perdent pas le signal)
Temps de zap Très Bon (pas excellent)
Chaînes HD privilégiées Oui
Télétexte Oui
Guide électronique des programmes Gracenote : Excellent !
Mode PIP (Picture In Picture) Non
Chaînes payantes via adaptateur CI/CI+/TNT-HD via Satellite Oui/Oui
Qualité des basses Bon et excellent avec un caisson de grave raccordé, évidemment ^^
Qualité des médiums Très Bon
Qualité des aigus Excellent pour un téléviseur
Effet surround Moyen
Upscaling des sources SD (TV et Vidéos) Très Bon
Mode 100 Hz Très bon
Compensation de mouvement Excellente
Réducteurs de bruit T.Bon (pas très puissant, mais ne dégrade pas l’image)
Désentrelacement HD Excellent
Désentrelacement SD Très Bon
Conclusion

Conclusion

Quel plaisir de retrouver un téléviseur Ultra HD de la qualité de ce Sony KD-65X9005B. Cela faisait plusieurs mois que je n’avais pas testé de TV UHD, et retrouver le Samsung HU8500 et le Sony X9005B fut un pur régal. Comme un gosse, me voilà à ressortir tous mes Blu-ray préférés pour en prendre plein les yeux. Le spectacle est géant, surtout sur un tel téléviseur, car le X9 est imposant, classe et doté d’une construction d’excellente qualité. Il en impose avec son poids de 45 kg et son envergure immense. Certes, il ne sera pas simple de trouver un meuble pour le poser, mais quelle immersion !

L’Ultra HD est vraiment une prochaine étape passionnante du home cinéma, capable de délivrer des images splendides. Le plus rassurant dans tout ça, c’est la qualité affichée par des sources comme la TNT, et surtout le Blu-ray. Il n’est pas nécessaire de posséder du contenu 4K natif pour commencer à profiter de cet écran Ultra HD. Rien à redire sur la qualité de l’image, c’est magnifique, très typée cinéma, un piqué fin, des couleurs très naturelles, la possibilité de profiter de sources au gamut étendu, le traitement vidéo est puissant, l’upscaling 4K de très bonne qualité. LEs téléviseurs 4K Sony proposent l’image la plus naturelle actuellement, la plus typée cinéma. Je note toutefois  qu’un bon lecteur Blu-ray comme l’OPPO BDP-103D ou 105D, doté d’un très bon post-traitement vidéo et d’un upscaling 4K de haute volé apporte un vrai plus pour tirer le meilleur de l’affichage Ultra HD avec des contenus 1080p.

_MG_3323

Certes, le X9 de 2014 n’apporte pas de gros changements par rapport au X9 de 2013, mais des petits plus non négligeables au niveau de la qualité de l’image, et surtout plus de pérennité avec une compatibilité HEVC et de vrais connecteurs HDMI 2.0. Par rapport à l’an dernier, Sony a amélioré le contraste natif du X9. Désormais, avec un ratio de 6200:1 une fois calibré pour les séances en salle obscure, il atteint un contraste vraiment très performant pour du Edge LED. Il faudra attendre l’OLED pour aller plus loin. Aucun Edge LED ne pourra faire mieux sur ce terrain avec des noirs à 0,02 cd/m² !

Visiblement, le nouveau système de rétroéclairage X-tended Dynamic Range apporte plus d’avantages que d’inconvénients, avec une image plus dynamique et contrastée, des blancs éclatants, parfois trop brillants, notamment sur la TNT, mais dans sa globalité l’apport est superbe avec des matières plus réalistes, des reflets sur les métaux comme le cuivre, l’or, l’acier, des reflets sur l’eau plus réaliste, des explosions plus vraies, des couchés de soleil superbes, très intenses ! Bref, une luminosité intra-image qui apporte plus d’éclat, de réalisme, d’immersion, de contraste, de vie, et de matière.

Au rayon des regrets, une 3D très précise, très belle, mais un peu trop touchée par le ghosting. Une homogénéité perfectible avec des traces de banding et surtout de DSE sur mon modèle de test. Le Local Dimming a les défauts de ses avantages, il apporte un meilleur contraste subjectif, mais peut entrainer du blooming, ou quelques effets de pompage lumineux sur les scènes très sombres ou les génériques.

Le Sony KD-65X9005B est également bien fourni en fonctionnalités, services internet et applications, technologies sans fil avec le Bluetooth, le Wi-Fi Direct, le NFC, mais il reste tout de même assez en retrait sur le terrain Smart TV ou même multimédia face a des concurrents comme Samsung ou LG. Le plus important est tout de même de la partie avec la lecture des MKV DTS et du Flac, Wav et MP3 et la possibilité de lire des vidéos UHD en MKV et HEVC.

Pour couronner le tout, ce téléviseur est très classe et profite d’une très bonne qualité de fabrication. Et enfin, et c’est assez rare pour insister, la qualité audio est vraiment excellente avec deux enceintes deux voies, trois haut-parleurs, et la possibilité de connecter un Subwoofer en filaire ou en Wireless pour apporter de gros graves tonitruants et se rapprocher d’un vrai système home cinéma 2.1.

Malgré quelques défauts, que seuls les avertis et très exigeants pourront remarquer, ne nous y trompons pas, le Sony X9 est un superbe téléviseur qui m’a apporté un plaisir énorme pour regarder mes Blu-ray, les quelques contenus en 4K natifs, mais ausis la TNT. Ma femme ( mon testeur grand public ^^) est ébahie devant la qualité de l’image. Alors, avec toutes ces qualités, mérite-t-il enfin la récompense de Reference HDfever ? Malheureusement non, je suis obligé de prendre en compte le prix de 4200 € et ses quelques défauts de banding, DSE et ghosting sur la 3D, dalle limitée au 100 Hz natif, et peut-être au 8 bits. Il aurait également mérité de posséder un double tuner, car quasiment toute la concurrence en est équipée.

Expérience Vidéo - 5 étoilesExpérience 3D - 4 étoiles

Le Sony KD-65X9005B est tout de même un téléviseur superbe, et très impressionnant, qui permettra de découvrir l’Ultra HD dans d’excellentes conditions. Il n’y a plus qu’à attendre le contenu pour réellement profiter de toutes ses qualités ! Je lui décerne tout de même 5 étoiles sur 5  en 2D et 4 étoiles en 3D, mais pas d’Award Refence HDfever. Sur ce, je m’en vais profiter de cette Coupe du Monde 2014 sur ce maginfique téléviseur ! Vive le Brésil …. heuuuu, la France ! Bonne coupe du monde à tous :)

_MG_3337

Les notes sont évidemment en fonction du prix de la TV :

  • Qualité de l’affichage 4K natif :
  • Qualité de la TNT-HD :
  • Qualité de la TNT-SD :
  • Qualité du traitement vidéo :
  • Qualité de l’image avec le Blu-ray :
  • Qualité de la 3D avec le Blu-ray 3D :
  • Contraste réel intra-image (ANSI) :
  • Contraste subjectif :
  • Dynamique de l’image :
  • Fluidité en 24p :
  •     Compensation de Mvt en 2D & 3D :
  •     Colorimétrie après calibration: 
  • Qualité du gamma :
  •     Homogénéité de la dalle :
  •     Qualité du système audio embarqué :
  •     Compatibilité multimédia :
  •     Connectiques proposées :
  •     Qualité de fabrication  :
  •     Rapport qualité/prix :

Ce que j’ai aimé avec le Sony KD-65X9005B :

  • L’affichage Ultra HD suuuperbe !
  • L’excellente qualité de l’upscaling 4K avec la TNT HD
  • L’excellente qualité avec le Blu-ray 1080p, surtout avec les lecteurs OPPO ou processeur vidéo Radiance
  • L’image typée cinéma : piqué naturel, texture, relief, couleur
  • La performance du traitement vidéo sur les contenus 1080p
  • La 3D active upscalée en 4K qui offre une image splendide
  • Le Motionflow très efficace
  • Le Local Dimming efficace pour un meilleur noir et une meilleur homogénéité
  • Le X-tended Dynamic Range qui apporte une dynamique inédite
  • Le support du gamut étendu (TriLuminos)
  • Des noirs et un contraste excellents pour un Edge LED (0.018 cd/m² pour 6200:1 en mode Cinema calibré)
  • Colorimétrie très bonne après calibration
  • Le serveur DLNA, le Wi-Fi Direct, HbbTV, TNT DVB-T2, EPG propriétaire, Bluetooth, PVR, Smart TV, NFC
  • Deux connecteur HDMI 2.0 (du vrai HDMI 2.0 Level B)
  • Double tuner DVB-C2/T2/S2
  • Gestion des MKV 1080p avec DTS et MKV UHD en HEVC
  • Excellente qualité audio, intéressant même pour la musique
  • Design très classe, très bonne qualité de construction
  • Caméra skype embarqué, boitier pour déporter la connectique, deux télécommandes
  • Une sortie Subwoofer, Stéréo et casque, et la possibilité d’un caisson de grave Wireless

Ce que je regrette avec le Sony KD-65X9005B

  • Petite perte de précision et fluidité dans les mouvements (dalle 100 Hz)
  • Enceintes non amovibles
  • Une dalle brillante, classe, mais des reflets
  • L’absence de certification ISF (pas de Color Management System)
  • Homogénéité en retrait, surtout en désactivant le Local Dimming : Un peu de Blooming, banding et pas mal de DSE
  • Clouding très léger, et totalement absent avec le Local Dimming activé
  • Le X-tended Dynamic Range a bien des avantages, mais peut engendre un blanc trop lumineux avec la TNT
  • Un portail Smart TV encore en retrait face à la concurrence
  • L’absence de contenu 4K natif
  • Pas de DisplayPort, ni de DVI-D, ni de HDbaseT
  • Un packaging pauvre avec des télécommandes cheaps
  • seulement deux paires de lunettes 3D, pas de lunettes Simulview

110 commentaires

  1. avatar

    @tmtisfree -OK, c’est vraiment étrange, car pour ma part j’ai toutes mes vidéos stockées sur mon PC et partagées soit via UPnP, soit via Samba (plus de 200 vidéos et une cinquantaine de samples dont une vingtaine en UHD et quelques uns en HEVC dont deux en HEVC/HDR.

    Les vidéos 4K étaient lues via UPnP lors du test (depuis mon PC partagées via le serveur UPnP de Cyberlink PowerDVD ou le Windows Media Server.

    Je vais me renseigner sur le forum auprès des possesseurs pour savoir ce qu’il en est actuellement. Peut être qu’un firmware a engendré des bugs ou changements en lecture multimédia (je sais par exemple que les dossiers BDMV placés dans un dossier AVCHD fonctionnaient avant, mais plus maintenant chez Sony.

    Bref, je vais me renseigner et je te dis ce qu’il en est.

  2. avatar
    tmtisfree /

    C’est cool, merci.

    J’ai effectivement eu récemment (1 mois ou 2 environ) une mise à jour du micrologiciel du TV, mais comme je n’avais pas testé les fichiers UHD/HECV avant, difficile de dire.

    En attendant je vais installer un serveur UPnP/DLNA sur un PC réseau pour encore tester en mode streaming, et aussi à partir d’une clé USB histoire de savoir si le TV décode ou non le UDH/HEVC en mode serveur de fichier.

    Cordialement.

  3. avatar
    tmtisfree /

    Après quelques tests supplémentaires en streaming IP (UPnP/DLNA), aucun MKV, TS, M2TS ou MP4 n’est reconnu en UHD, que ce soit avec un codec AVC ou HEVC, et rien non plus en FHD/HEVC.

    En mode lecture de fichier (clé USB), seuls les MKV et MP4 UHD/HEVC et UHD/AVC sont décodés.

    C’est vraiment très, très maigre comme support, mais c’est apparemment officiellement le cas sur les TV Sony de 2014 https://us.en.kb.sony.com/app/answers/detail/a_id/47247.

  4. avatar

    @tmtisfree – Oui, ça je le précise dans le test :

    « Quant aux vidéos 4K, c’est encore très limité. Le MP4 4K n’a pas été lu, mais j’ai réussi à lire du MKV UHD encodé en HEVC avec d’excellents résultat au niveau qualité d’image, même si ça dépend de la qualité ‘encodage de chaque vidéo évidemment. Les autres codec utilisés en 4K ne sont pris en charge comme le Y4M, qui demande trop de ressource pour être lu. Les vidéos en 4096 x 2160 ne passent pas bien (image dégradé ou absente), seules mes vidéos en UHD, c’est à dire en 3840 x 2160 px ont été lues. Pourtant, les téléviseurs Sony sont les seuls TV UHD à accepter la résolution 4K en entrée HDMI (soit en 4096 x 2160 px en plus du 3840 x 2160 px). »

  5. avatar
    Serge /

    Bonsoir Nicolas
    Que me conseillerais tu comme upscale associe au nouveau Darbee
    Le câble active HD ou le dvdo iscan mini
    Pour le coup je ne sais plus et m en remets à toi
    Merci d avance pour tes conseils
    Cordialement
    :wink:

  6. avatar

    @Serge – Bonjour Serge,

    Cela dépend, c’est pour traiter uniquement du Blu-ray ou aussi de la TNT, jeux, vidéos en tout genre, etc…

  7. avatar
    Serge /

    Rebonjour Nicolas
    C est essentiellement pour une utilisation TNT satellite (je possède un démodulateur satellite qui peut sortir jusqu a 1080p 60hz)
    Merci d avance pour tes conseils
    PS je suis fan de tous tes tests que je suis avec grand interet
    Cordialement
    Serge

  8. avatar

    @Serge – Merci :)

    Pour la TNT, je conseillerai donc plus le DVDO iScan. L’ActiveHD est surtout efficace avec le Blu-ray.

  9. avatar
    Serge /

    Merci Nicolas

  10. avatar
    Serge /

    Bonjour Nicolas
    Et merci encore pour tes conseils
    J ai pu goûter en demo test des chaînes UHD c est vraiment bluffant
    Penses tu qu en investissant dans un Radiance Lumagen
    Je pourrais atteindre le même résultat ou approchant?
    Cordialement

  11. avatar
    charlou /

    Bonjour,nicolas
    je vien de recevoir cet tv mais j ai cru comprendre en fouillant par ci par la que tu avais posté des réglage pour cet tv(surtout réglage ps4)SI OUI pourrais tu me mettre le lien ou tu les as postés car je recherche et je ne trouve pas
    Désolé c est une question un peu bete mais sait très important pour moi le réglage (et suis pas très doué :oops: )
    je suis un peu perdu pour avoir un réglage optimal mais d de ce que j ai lu dans la plupart des forums tu as l air d avoir fourni bcp de taf 8-O donc merci a toi et dis moi quoi pour les réglages merci d avance :-D

  12. avatar

    Bonjour Nicolas
    notre téléviseur est il compatible HDMI 2.0a supportant le HDCP 2.2. Car je viens de lire l’article du 13 novembre 2015 des Numérique sur la future sortie du lecteur bluray 4k et il semblerai que tous les tv uhd ne soit pas sur d’être compatible! Merci pour le retour
    http://www.lesnumeriques.com/film-blu-ray/sony-annonce-sortie-premiers-4k-ultra-hd-blu-ray-n47107.html

  13. avatar

    @Serge – Bonjour Serge,

    C’est vrai que cet article prête à confusion, mais aucune inquiétude :)

    Oui, le X9005B dispose de connecteurs HDMI compatible HDCP 2.2. Pour le HDR, le TV n’est pas compatible, il n’a pas de 2.0a, mais ce n’est pas grave, les lecteurs Blu-ray 4K seront rétrocompatibles, c’est à dire que la couche HDR ne sera pas envoyé au téléviseur. Le Blu-ray UHD sera envoyée en 4K avec un encodage 10 bits par couleur, mais sans HDR.

    J’en avais parlé dans cet article avec un tableau pour expliquer tout ça : http://www.hdfever.fr/2015/11/12/sony-prepare-un-lecteur-blu-ray-uhd-hdr/

  14. avatar

    Merci Nicolas pour toutes ces précisions :wink:

  15. avatar

    Bonjour Nicolas
    je possède le SONY x9005b et le lecteur Blu ray s7200 de SONY.
    j ai suivi tout tes réglages pour la TV(encore merci, superbe image)
    Tu dis de désactiver le mastered 4k de la télé si le lecteur blu ray fais le upscaling 4k.
    Sur des forums tu dis ensuite de réactiver celui de la télé.
    Quel est ton dernier avis ?

  16. avatar

    @Alain Mhx – Bonjour Alain,

    Cela dépend. Si le lecteur dispose de son propre traitement vidéo et qu’il est performant, là il vaut mieux désactiver le Reality Creation.

    en revanche, si le lecteur ne propose pas de traitement vidéo ou qu’il n’est pas performant, là on active le Reality Creation.

    Avec le Sony BDP-S7200, aucun doute, le mieux c’est d’utiliser le Reality Creation du téléviseur.

  17. avatar

    Merci Nicolas de ta réponse

    Alors je dois réactiver aussi le mastered 4k de la TV après avoir activé Reality Création et ne rien régler sur BDP s7200 ?

    Et dernière question, dois je sortir réellement en 4k (auto 2 – ycbcr 4:4:4 )ou je laisse tel quel en mode auto? Merci pour tout

  18. avatar

    Merci pour ta réponse
    Quand je dois réactiver le reality création je dois aussi réactiver le mastered 4k de la TV.
    donc je dois touchez a aucun réglage du bdp s7200.

    Et dernière question pour la sortie 4k du blu ray je le laisse sur auto 1080p/24 ou comme toi mettre auto2 et ycbcr 4:4:4 pour avoir 4k/24 et est ce que ça change beaucoup?
    Merci pour tous.
    PS: je suis fan de ton site bonne continuation
    Alain

  19. avatar
    Luca /

    Hi Nicolas Bécuwe,
    I need to bought now one TV.
    I’m interested in this 9005B, but I see that Sony now have the new XD93. The XD93 cost less then the oldest 9005B. How of this two you recommend to me? I use TV most for see Sport (soccer) and films. Many thanks

  20. avatar
    Anthony /

    Une idée comment on rentre dans le menu cacher de la télé ?

    Merci de votre réponse ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: