Facebook Tweeter Tweeter

Test LG 55EA980V ou 55EA970V : que vaut la première génération de TV OLED ?

IMG_2510

Vous l’aurez sûrement remarqué, le téléviseur OLED LG 55EA980V et son remplaçant le EA970V (le même sans les HP sur le pied) sont désormais proposés à des prix bien plus attractifs que lors du lancement, passant de 8000 € à environ 3500 €, voire moins avec d’éventuelles ODR proposées pour la Coupe du Monde FIFA 2014. L’OLED, c’est clairement l’avenir de la TV, et même si cela reste encore bien trop cher pour nous, je trouvais qu’un petit test serait intéressant pour juger des qualités et défauts de cette nouvelle technologie qui n’en est qu’à ses débuts, histoire de suivre son évolution.

Tout le monde annonce l’OLED comme étant la perfection absolue, le meilleur des technologies LED et Plasma réuni. Même si je suis d’accord que le potentiel est énorme, j’ai pu constater que tout n’était pas encore parfait. Le but de ce test est donc de parler franc, de mettre en avant les qualités indéniables de ce téléviseur, mais surtout de pointer du doigt les défauts qui devront être corrigés pour arriver à cette perfection tant attendue. Voici donc mon compte rendu après plusieurs semaines passées en compagnie du LG 55EA980V, en sachant que vous retrouverez les mêmes constats sur le 55EA970V commercialisé actuellement. J’ai vérifié, tout est identique ! Je ne vous propose pas un test aussi complet que d’habitude, mais j’ai essayé d’aller à l’essentiel. Bonne lecture …

Présentation du LG 55EA980V

IMG_0576

Avant d’entamer la présentation de ce téléviseur, je tenais à revenir sur la technologie OLED utilisée par LG. Si on parle souvent du meilleur des technologies LED et Plasma réuni, l’OLED est tout de même plus proche du Plasma. Ici, on ne parle pas vraiment de rétroéclairage, mais comme pour le Plasma, il s’agit d’impulsions électriques qui illuminent des diodes organiques, chacune indépendamment de l’autre. Par arriver à un résultat similaire avec du LCD LED, il faudrait de Full Nano LED ultra Slim avec avec un Local Dimming basé sur autant de zones que de diodes (un peu comme le prototype Cristal LED présenté par Sony il y a deux ans, mais qui n’a jamais été commercialisé).

De plus, là où les autres fabricants d’OLED proposent des sous-pixels RVB, LG utilise 4 sous-pixels WRGB (Rouge, vert, bleu donc, mais avec en plus un sous-pixel blanc pour proposer plus de luminosité sans trop augmenter la consommation. Car attention, l’OLED consomme bien plus que ce qu’on nous l’avait laissé entendre au départ, et la dalle chauffe un petit peu, comme le Plasma. Ce système permet donc de proposer une dalle ultra fine, des angles de vision sans perte, des noirs parfaits, un contraste infini et donc une image ultra dynamique. Cela dit, on retrouve les mêmes technologies propriétaires de chaque fabricant au niveau compensation de mouvement, traitement vidéo, Smart TV, fonctionnalités, compatibilité multimédia, etc. Tout comme le Plasma, l’OLED LG 55EA980V propose un affichage natif 100 Hz. Pas de compensation de mouvement MCI comme sur les TV LED de LG, mais un Absolute Motion Clarity dont LG ne précise pas l’indice de fluidité. Pour le reste, on retrouve les mêmes choses que sur les TV LED de LG, avec un processeur vidéo Triple XD Engine, les mêmes réglages image dont un mode THX préréglé selon les standards de l’industrie du cinéma, et deux modes ISF ultra complets avec CMS et éditeur d’IRE 20p pour calibrer soit même le téléviseur à l’aide d’une sonde et d’un logiciel sur PC.

Côté Smart TV et fonctionnalités, tout y est : l’accès au portail internet ultra complet de LG qui tourne sous Netcast 4.0 et propose de nombreuses applications, VOD, jeux, Catch-up TV, musique à la demande, radios, chaînes IPTV, réseaux sociaux, navigateur internet, etc. Comme chez Samsung, il est possible de parler à son téléviseur ou de le contrôler avec des gestes, même si c’est bien plus basique que chez Samsung (la caméra Skype est fournie pour se filmer, se prendre en photo, utiliser Skype, ou le contrôle gestuel).

On trouve également les compatibilités WiDi pour transférer l’image d’un PC compatible WiDi sans fil, Miracast pour afficher le contenu de sa tablette ou son smartphone sur le téléviseur sans fil, NFC pour appairer automatiquement un mobile avec le téléviseur, HbbTV pour l’interaction avec la TNT, le Wi-Fi et Wi-Fi Direct pour se connecter au téléviseur sans passer par un routeur internet, la fonction PVR (enregistrement des programmes TV). Par contre, pas de Bluetooth, ni de doubles Tuners, un simple tuner Satellite (DVB-S2) et un simple tuner TNT DVB-T2 et C2 (Câble et antenne râteau).

IMG_0360

Après cette présentation rapide, passons maintenant au déballage avec en premier lieu la découverte d’un magnifique carton d’emballage soigneusement logé dans une caisse en bois. Le packaging a manifestement était vraiment soigné pour ce téléviseur livré dans un écrin de luxe ! jugez plutôt avec les photos qui valent mieux qu’un long discourt.

Il faut bien avouer que la première prise en main me laisse sans voix avec un téléviseur superbe, d’une finesse vraiment impressionnante, et une dalle très souple (ce qui fait d’ailleurs un peu peur quant à la solidité de cette dalle que je manierai avec la plus grande précaution). L’arrière de la dalle semble être de la fibre de carbone, qui est souple, mais plutôt solide en règle général.

Par contre, petite déception pour ma part concernant le pied, même s’il a fait grande sensation auprès de mes invité(e)s. En effet, il n’est pas amovible, donc pas de possibilité de fixation murale, propose un design qui ne plaira peut être pas à tout le monde, comme tout ce qui est original, mais surtout, il n’est donc pas rotatif. Les haut-parleurs ultra slims et transparents me laissent également perplexe, et pourtant, à mon grand étonnement la qualité sonore est pas mal du tout !

IMG_2510

IMG_2516

IMG_0378

IMG_1256

Bandes noires des films tordues

Et évidemment, ce qui ne laissera personne indifférent, ce nouveau concept de dalle incurvée auquel je n’adhère absolument pas pour ma part, mais je comprends que certains puissent trouver ça classe. D’ailleurs là aussi, tous mes invité(e)s ont adoré ce concept. Au départ, je partais pourtant sans avis, voulant vraiment juger de manière objective, mais force est de constater que visuellement ça n’apporte rien à l’expérience home cinéma, aucune immersion supplémentaire, surtout sur une dalle de 55″. De plus, les barres noires des films en 2.35:1 sont déformées, idem si on affiche le bureau d’un ordinateur, mais le pire vient des reflets. Non seulement, la dalle souffre de pas mal de reflets, un vrai miroir, mais la courbure fait aussi un effet loupe. En clair, une petite fenêtre ou une lumière vont paraitre plus grandes dans le reflet de la dalle. Pire, une fenêtre positionnée sur le côté qui ne reflétait pas sur les dalles plates, se verra sur une dalle incurvée. Bref, pour l’apport niveau design, chacun ses goûts, mais les dalles incurvées n’apportent rien de plus au confort de visionnage, ni à la qualité d’image, ni à l’immersion, au contraire ! J’espère que cette mode s’arrêtera très vite !

IMG_0373

Petit tour du propriétaire, pour découvrir une connectique complète, mais assez courante de nos jours avec 4 entrées HDMI dont une compatible ARC, une MHL, et une autre compatible « DVI » pour connecter un ordinateur. La bonne surprise vient des 3 ports USB, dont un USB 3.0 pour connecter un HDD ou un PC, voire envoyer des médias depuis son PC via Ethernet qui seront stockés sur le HDD connecté au téléviseur, ou encore télécharger des films en VOD sur le HDD. Le reste, c’est du grand classique, avec un YUV composante, un Composite vidéo, une entrée RCA stéréo , une sortie Optique, un port Ethernet, une sortie Casque ou HP externes, et un slot CI+ compatible Canal+ pour carte PCMIA. Pas de lecteur de cartes SD, ni de sortie Subwoofer, ni de possibilité de connecter un caisson de grave sans fil.

IMG_0364

Comme je l’indiquais, le packaging est très soigné et complet, avec de superbes lunettes 3D Passive très classes, dans leur étui, des verres 3D à clipser sur des lunettes de vue, des lunettes Dual Play pour jouer à deux en plein écran avec la PS3/4 ou la Xbox 360/One, la fameuse caméra Skype, tous les câbles nécessaires, et la télécommande gyroscopique. D’ailleurs, cette télécommande est sympa au début, mais devient vite pénible. Par contre, j’apprécie les quelques touches rétroéclairées, pour faciliter sa prise en main dans le noir. Chacun ses goûts, mais pour moi, rien ne vaut les télécommandes classiques, et malheureusement elle est en option. On peut toutefois utiliser une application LG Remote pour contrôler le téléviseur depuis un Smartphone ou une tablette. Cette application est vraiment top et permet même de regarder des chaînes sur la tablette ou le Smartphone via le tuner du LG partagé sur les réseau personnel.

Compatibilité multimédia et Smart TV

IMG_0975

Même si ce test est surtout axé sur la qualité de l’image, je tenais à faire tout de même un petit rapport sur les compatibilités multimédias de ce téléviseur. Malheureusement, il n’est pas compatible HEVC, mais la partie multimédia est tout de même très satisfaisante avec pratiquement tous les formats audio, vidéo et photo de lus sauf les ISO et BDMV. Le principal regret, comme avec tous les téléviseurs, c’est l’absence d’autoframerate. En effet, toutes les vidéos sont affichées en 60 im/s, donc pas de 24p, ce n’est pas un exemple de fluidité, même si on ne rencontre pas de saccades flagrantes. La lecture est même plutôt fluide en général, même avec le MKV 1080/24p.

IMG_0968

Voici un récapitulatif sous forme de liste de cette gestion multimédia :

  • Les systèmes de fichiers NTFS, exFAT et FAT32 sont reconnus
  • Les protocoles UPnP, DLNA sont pris en charge, mais pas le Samba, ni le NFS
  • Tous mes MKV 720p et 1080p sont lus sans problème via USB et UPnP
  • Les AVI, MP4, WMV HD, MOV, MKV, TS, M2TS, Divx HD et SD, FLV, sont pris en charge
  • Autoframerate : Le mode 24p auto n’est pas fonctionnel. Les MKV et toutes vidéos HD en 24p (23,9 ou 24 im/s) sont décodées en 60 im/s avec un 3:2 Pull Down assez efficace, de rares micro-saccades, la lecture reste cependant assez fluide, et tout à fait regardable.
  • Toutes les vidéos sont automatiquement upscalées en 1080p, évidemment
  • Les filtres d’amélioration de l’image (Sharpness et Amélioration des contours, réducteur de bruit) sont fonctionnels sur toutes les vidéos, même en 3D. On peut également choisir le mode image que l’on veut, comme le mode THX ou ISF.
  • Le décodage multimédia offre une très bonne qualité d’image, mais ne rivalise pas avec les meilleurs lecteurs Blu-ray ou multimédia
  • Les sous-titres PGS intégrés au M2TS ne sont pas pris en charge
  • Les sous-titres externes peuvent être pris en charge
  • Il n’y a pas de fonction pour aller chercher un sous-titre externe qui n’a pas été nommé.
  • Repositionnement sous-titres ???
  • Il n’est pas possible de customiser les sous-titres (changer de couleur, grosseur, etc). Par contre, les tags pour sous-titres ne sont pas gérés.
  • Les sous-titres texte (SSA, SMI, SRT) sont affichés correctement et lissés à l’écran
  • Vous pouvez envoyer les pistes son DTS ou Dolby 5.1 via Optique ou HDMI vers un amplificateur, ou les décoder en LPCM 2.0, au choix !
  • Il est possible de synchroniser l’audio de la vidéo, mais pas d’Auto-Lipsync.
  • Les multipistes de sous-titres et pistes audio internes d’un MKV ou M2TS sont pris en charge.
  • Les chapitres sont gérés avec les AVI, et MKV, mais pas avec le M2TS, ni avec le TS ???
  • Les pistes DTS-HD et TrueHD ne sont pas prises en charge
  • Les ISO DVD, BD et BD3D, les BDMV et BDMV dans un dossier AVCHD ne sont pas reconnus.
  • Les répertoires Blu-ray, DVD et DVD-A ne sont pas pris en charge.
  • Pratiquement aucune vidéo 3D n’est lue à part le classique SBS en 1920 x 1080 px : pas de MKV MVC 3D, pas de Full SBS (3840 x 1080 pixels), pas de Full Top&Bottom (1920 x 2160 px), pas d’ISO 3D, pas de Dual Files, ni de Dual Stream. Seuls les vidéos SBS et T&B en 1920 x 1080 pixels (soit une définition 1080p divisée en 2) sont lues. C’est léger pour un téléviseur 3D, mais assez commun.
  • Les photos 3D MPO sont lues en 3D, mais pas les JPS (Jpeg Stéréoscopique)
  • Le téléviseur permet la conversion 2D/3D, SBS et T&B avec plein de réglages pour optimiser l’effet de relief.
  • Les images de CD sont reconnues
  • Les fichiers Cue ne sont pas reconnus
  • Les HDD auto-alimentés via USB fonctionnent, les HDD jusqu’à 2TO ont été reconnus parfaitement, mais pas mon HDD de 3To
  • Les FLAC, ALAC, DSD, Ogg, APE, MLP ne sont pas lus
  • Le LPCM en WAV a été lu en 44.1 et 48 khz
  • Le MP3, AAC, WMA, WAV et M4A(AAC) sont pris en charge
  • La lecture gapless n’est pas de la partie
  • Il n’est pas possible de naviguer dans les dossiers sans interrompre la musique en cours de lecture

Smart TV Premium sous NetCast

Je ne vais pas détailler toutes les applications, VOD, jeux, réseaux sociaux, ou autres services disponibles, les photos parlent d’elles-mêmes. Sachez tout de même que le navigateur internet est sympa, plutôt réactif et permet de visionner les vidéos proposées par les sites internet, ce qui n’était pas souvent le cas avant. Par contre, pour télécharger des applications il faut renseigner son compte Google, Facebook ou autres. L’interface est vraiment très complète, il y a de tout et n’importe quoi, mais pour ma part j’avoue qu’en dehors de Youtube et le navigateur internet, je ne l’utilise pas trop, je préfère passer par une tablette, ou un smartphone pour ça. Cela dit, la fonction Miracast est vraiment top. On fait toutes les recherches sur la tablette, et dès que l’on veut visionner un film, une vidéo ou une photo, ça s’affiche sur le téléviseur.

Enfin, dernière précision, l’application LG est pas mal du tout. En plus de permettre le contrôle total du téléviseur, on peut également regarder des chaînes TNT ou Satellite sur la tablette grâce au tuner du téléviseur partagé sur le réseau. Pour le reste, jugez plutôt sur les photos :)

IMG_0975

IMG_0976

IMG_0977

IMG_0978

IMG_0979

Qualité d’affichage de l’OLED

_MG_2745

Abordons l’essentiel de ce test avec la qualité d’affichage proposée par ce téléviseur OLED. La première question que je me posais, c’est évidemment sur la qualité du contraste. Est-ce que l’OLED propose des noirs si denses que ça ? Est-ce que le contraste est vraiment l’arme absolue de cette technologie ? En a-t-on fini avec les soucis de Clouding (taches grisâtres), Banding (trainées grisâtres), manque d’homogénéité lumineuse, contraste faiblard, etc. ? Bref, est-ce que tous les défauts rencontrés sur les téléviseurs LED sont de l’histoire ancienne ? Mais aussi, est-ce que les défauts de marquages, scintillement, postérisation, ou autres rencontrés sur les Plasma sont également de l’histoire ancienne ? La réponse dans ce chapitre …

Contraste et homogénéité de l’image

Inutile de tourner autour du pot, effectivement, le noir est absolument noir sur ce téléviseur OLED. Même plongé dans une salle totalement obscure, on ne décèle pas la moindre trace de lumière dans une zone noire d’une image. Un test radical pour juger de ce contraste, c’est le passage dans le film La Ligne Rouge, lorsqu’ils sont dans les cales du bateau militaire, au début du film. Un moment il y a une scène avec un fond noir et une bougie en premier plan. La bougie est parfaitement lumineuse, mais le fond d’un noir très profond, comme si l’écran était totalement éteint autour de la bougie. On voit une bougie avec rien autour, comme flotter dans les airs. On n’aperçoit même plus le téléviseur, c’est bluffant ! Les scènes sombres sont absolument splendides, et dynamiques. Même le fameux plasma Kuro est totalement dépassé au niveau du contraste. Il m’a été impossible de mesurer le noir, quel que soit la sonde utilisée, même une sonde à 10 000 € relève un noir à 0 cd/m² ! Bref, c’est la perfection absolue !

IMG_0980

IMG_0399

IMG_0402

En fait, j’ai redécouvert tous les passages sombres de mes films préférés. Le plus bluffant, ce sont les passages dans l’espace avec des films comme Sunshine, Star Wars, Prométheus, etc. La différence avec mon téléviseur Full LED est énorme, je vois deux à trois fois plus d’étoiles, une impression de noir sidéral. Dans Gravity, la Voie lactée apparait, alors que je ne la voyais même pas sur le téléviseur LED. On a l’impression d’être devant un vide stellaire, devant les profondeurs de l’espace qui s’étendent à l’infini. J’en ai encore des frissons ! Du coup, j’ai ressorti tous mes Blu-ray !

_MG_2764

Image de l’espace sur le TV UHD Samsung HU8500

_MG_2765

Même image, mais sur l’OLED LG 55EA980V

L’homogénéité est tout aussi parfaite, avec le même niveau de luminosité sur tout l’écran, au milieu, sur les bords, aucune variation, pas le moindre clouding, ni banding. Malheureusement, tout n’est pas parfait, car sur certaines mires de gris, j’aperçois des trainées, une sorte de DSE (Dirty Screen Effect : Effet d’écran sale) très prononcé sur les mires de 10%, 20% et 30% de gris. Alors, vous me direz : mais comment cela se manifeste dans un film ? Et bien, sur certains passages avec des fonds unis de couleurs grisâtres, on voit ces trainées (ciel nuageux, mur gris, brume, scène avec du brouillard, etc). Ce phénomène n’est pas flagrant, et les scènes touchées sont rares, mais c’est visible.

_MG_2746

Mire de gris 10% : DSE et traces très visibles

_MG_2747

Mire de gris 20% : DSE et traces toujours visibles

_MG_2748

Mire de gris 30% : trainés et DSE beaucoup moins visible

_MG_2752

Mires APL : aucune traces ni DSE visible ! Étrange phénomène …

Je n’ai pas remarqué de marquage, mais comme avec le Plasma, il est possible que certains modèles en souffrent, et d’autres non, ça, je ne sais pas. Tout ce que je peux attester c’est que mon modèle de test n’affiche strictement aucun marquage. En revanche, j’ai décelé deux petites tâches, que j’assimilerai là aussi a du DSE. Je ne les avais pas vus jusqu’à ce que je regarde un match de foot ! Sur les  travellings, j’ai aperçu deux petites tâches miniatures, similaires à du DSE ou du banding. Attention, je chipote, car il n’y a que moi qui les ai vus, mais je me dois de relever tous défauts potentiels, car cela peut être plus prononcé sur d’autres modèles.

IMG_2530

Cela étant dit, ce qui ressort clairement de cet écran, c’est cette impression d’homogénéité parfaite, de contraste absolu, d’image ultra dynamique, de scènes sombres hyper détaillées, avec de superbes noirs, absolument pas bouchés, parfaitement lisibles et un blanc pur et étincelant. Bref, c’est du très grand art ! Et inutile de parler des angles de vision qui sont tout simplement parfaits, pas la moindre perte ou dérive, même si on regarde le téléviseur totalement de biais.

IMG_0379

Mire de bleu : comme toutes les autres couleurs, l’homogénéité est parfaite, pas de DSE, pas de traces, pas de variations de couleurs, ni de dérive, ni de tâche.

IMG_0380

Qualité de traitement d’image

_MG_2722

_MG_2719

Comme je vous le disais, les traitements vidéos sont similaires à ce que propose LG sur ses téléviseur LED avec un réglages de Sharpness vertical et horizontal pour régler la précision de l’image, un filtre « Amélioration des bords » pour apporter plus de relief avec des contours plus marqués, et des réducteurs de bruit, surtout utiles avec la TNT, pour masquer les artefacts de compression. Ces traitements sont très efficaces, pas autant que ce que propose un lecteur Blu-ray comme les lecteurs OPPO, ou un processeur vidéo externe comme DVDO Edge ou les Radiance de Lumagen, mais très efficaces tout de même.

IMG_1209

L’image de l’OLED est très typée cinéma, pas aussi chirurgical que l’image des TV Samsung par exemple, plus comme ce que proposent les Plasma Panasonic, mais sans le bruit et le fourmillement. Le piqué et le grain sont très naturels. L’image est tout de même assez précise, sans trop en faire, et se « travaille » vraiment bien avec un processeur vidéo externe. Pour ma part, en utilisant le lecteur OPPO BDP-105D j’arrive à un résultat stupéfiant, de toute beauté, mais sans ça l’image peut légèrement manquer de précision. Cela dit, elle est tellement dynamique, contrastée avec des couleurs superbes et éclatantes, que dans l’ensemble l’image est somptueuse avec le Blu-ray, comme avec la TNT ! Les chaines SD sont bien affichées grâce à un désentrelacement efficace, et des filtres d’améliorations de l’image qui donnent d’excellents résultats.

J’ai tout de même relevé quelques défauts. Le premier concerne encore une fois un léger DSE, surtout si la source n’est pas terrible comme avec la TNT (surtout la TNT SD), ou avec des vidéos SD, ou un DVD. L’effet de DSE est assez difficile à expliquer, c’est comme si vous aviez un écran un peu sale à certains endroits. Une sorte de mix entre artefacts et bruits vidéo, plus ou moins prononcés en fonction des téléviseurs et des sources utilisées. Ici c’est très léger, mais visible.

_MG_2766

Effet de postérisation sur l’arrière plan dû à un niveau de gradation trop faible !

Enfin, et c’est ce qui constitue pour moi le principal défaut de ce téléviseur OLED, c’est le manque de niveaux de gradation qui entraine un effet de postérisation sur les arrière plans, et surtout sur les dégradés. Sur les Plasma, Panasonic avait considérablement augmenté leur niveau de gradation sur les VT60 et ZT60, mais même avec ça certains utilisateurs se sont plaints d’effet de postérisation, surtout sur la TNT ou le Satellite. Et bien sur l’OLED le niveau de gradation semble à la hauteur des anciens Plasma, soit un peu trop bas. Du coup, dès qu’il y a des dégradés, un nuage, de la fumé, des nuances de couleurs en arrière plane, on voit cet effet de postérisation assez prononcé (une sorte de lignage comme vous pourrez le voir sur la photo).

Attention, encore une fois je mets l’accent sur les quelques petits défauts, mais je peux vous garantir que dans son ensemble e spectacle offert par l’OLED est vraiment grandiose, et nombre de défauts présents sur les TV LED ou Plasma sont de l’histoire ancienne ! J’ai pris un plaisir énorme à revoir de nombreux films, totalement émerveillé par le spectacle offert, par cette image ultra dynamique. Des films comme Oblivion, les derniers Batman, Tron, Avatar, Millenium, L’Odyssée de PI ou encore le fabuleux Samsara sont absolument fabuleux sur ce téléviseur !

_MG_2736

Fluidité en 24p natif, compensation de mouvement et inputlag

Comme déjà précisé, le LG 55EA980V propose une dalle dotée d’une fréquence de rafraichissement native 100/120 Hz avec une compensation de mouvement Absolute Motion Clarity dont LG ne précise pas l’indice de fluidité. Comme avec les TV LED LG, on peut régler très précisément cette fluidité, soit une fluidité intense, mais avec un effet vidéo très prononcé et des artefacts autour des personnages en mouvement,  soit très basse avec un rendu plus naturel, plus cinéma, mais cette compensation sera basse, voire désactivée, et plus un léger effet de scintillement et de tout légers décrochages dans les travellings horizontaux rapides se feront ressentir.

_MG_2723

En effet, là aussi, on retrouve un des problèmes du Plasma avec un éventuel tout léger effet de scintillement, surtout visible, sur les travellings rapides, ou la 3D, mais dont tout le monde n’y est pas sensible. En effet, ce scintillement est très léger, certain le ressentent, d’autres pas du tout. Cela dit, dans son ensemble la fluidité est tout de même pas mal du tout, même en 24p. Ce n’est pas parfait, surtout en 24p, ce n’est pas aussi performant que le Motionflow de Sony, mais même moi qui suis très difficile avec la fluidité en 24p j’ai trouvé ça pas mal du tout. Il n’y a pas de saccades à proprement parlé, juste de tout légers décrochages, ou tremblements très brefs lors des travellings très rapides. Je n’ai aucune idée s’il sera possible de proposer des dalles OLED 200/240 Hz à l’avenir…

Pour l’inputlag, il s’agit de la réactivité de la dalle avec le jeu ou en utilisation PC, il faut absolument activer le mode Jeu. Dans ces conditions l’inputlag est pas mal du tout pour un téléviseur avec à peu près 55 ms, mais ce score est assez décevant pour un téléviseur OLED. On nous vendait une réactivité ultra rapide, mais il n’en est rien, certains téléviseurs LED proposent un inputlag de 15 ms. Là aussi, l’utilisation du Motion ou le fait de ne pas activer le mode jeu peut faire grimper cet inputlag à plus de 80 ms.

Autre petit défaut, on aperçoit ce qui ressemble à de la rémanence avec un léger manque de précision dans les mouvements rapides, ou avec le jeu. Encore une fois, c’est très peu prononcé, mais visible comparé à un excellent téléviseur LED doté d’une image limpide et ultra précise comme le Samsung F8000 (qui a aussi ses défauts en terme d’homogénéité et de contraste, mais l’image est cristalline et hyper précise). Je suis assez étonné par certains tests français annonçant une image ultra précise dans les mouvements grâce à un taux de rémanence ultra bas. Car ce n’est pas le cas. Certes, la rémanence est très basse sur les mesures, mais encore une fois il ne faut pas se fier uniquement aux mesures, mais aussi vivre un peu avec le téléviseur pour juger, car l’OLED de LG utilise une  technique d’affichage appelée  « Sample & Hold », c’est-à-dire qu’une image est affichée à l’écran jusqu’à ce qu’elle soit remplacée par une autre (contrairement à la technique d’affichage BFI : Black Frame Insersion utilisée sur les Plasma, qui, comme son nom l’indique, introduit une frame noire entre deux images). Du coup, sur l’OLED de LG on a une impression de tout léger flou dans les mouvements. Là aussi, ce n’est pas du tout rédhibitoire, très peu visible, mais à signaler.

Que vaut la 3D passive sur l’OLED de LG ?

Comme pour ses téléviseurs LED, LG utilise sa technologie Cinema 3D sur l’OLED, de la 3D Passive donc. Il est vrai que cette 3D est confortable, fatigue moins que l’active, propose des lunettes plus légères et plus transparentes, donc une image plus lumineuse, et là aussi, le contraste offert par l’OLED permet de profiter d’une super 3D avec un relief encore plus prononcé. La fluidité est également meilleure que sur les Plasma, avec moins de scintillement.

En revanche, comme tout le monde le sait, la 3D passive utilise des filtres polarisés pour filtrer une ligne sur deux, ce qui crée une sorte de lignage à l’image, plus ou moins visible en fonction de la taille du téléviseur et du recul. On ne peut pas vraiment parler de définition divisée par deux car c’est plus compliqué que ça, mais ce qui est sur, c’est que ça dégrade un peu la précision de l’image et que ce lignage est bien visible.

Le ghosting est également très, très réduit, mais pas totalement absent. Il suffit de visionner une scène de Gravity 3D avec le cosmonaute tout blanc sur le fond noir de l’espace pour voir de légères traces d’images fantômes. Mais il faut tout de même chercher la petite bête, car le ghosting est vraiment très peu visible. Cela dit, de nos jours, j’ai vu de la 3D active proposer une plus belle 3D même si le ghosting était légèrement plus présent, grâce à une définition plus élevée, une meilleure fluidité, et surtout une image bien plus précise comme c’est le cas du Samsung F9000, un téléviseur Ultra HD de surcroit. Ce dernier souffre de ghosting sur les sous-titres, mais étonnamment, pratiquement pas de ghosting dans l’image du film.

Cela dit, encore une fois, dans son ensemble, la 3D est très belle, agréable, confortable, fluide et surtout très dynamique et lumineuse. C’est une très belle expérience stéréoscopique ! Je vous propose le seul test capable de réellement mettre en évidence la moindre trace de ghosting, celui du Lapin proposé par notre ami Dugom (merci à lui !), car les mires TriDef ne valent rien pour ce genre de test ! Moins le lapin sera visible, mois il y aura de ghosting. Les résultats sont les meilleurs obtenus sur un téléviseur 3D jusqu’ici avec un lapin pratiquement invisible !

A titre comparatif, voici le résultat de ce test avec le téléviseur Sony W805B testé récemment :

Niveau gestion 3D, le 55EA980V ou 55EA970V proposent un mode de conversion 2D/3D, toujours aussi inintéressant (là aussi on s’amuse avec quelques jours, voire quelques semaines, mais on l’abandonne très rapidement), et surtout il gère l’affichage SBS (Côte à Côte) et T&B (Top&Bottom). On trouve aussi des réglages 3D intéressants, comme une optimisation de la luminosité, de l’intensité du relief, ou encore un réglage de la perspective (Parallaxe). Notez également que ce téléviseur est compatible 3DTV Play de Nvidia, mais il y a toujours cette limite due au port HDMI 1.4 , c’est à dire soit de la 3D 1080p/24, soit 720p/60. Seuls les connecteurs HDMI 2.0 permettront de profiter de la 3D en 1080p/60 en entrée ou du 1080p à 120 im/s. Pour le jeu il faut obligatoirement  qu’il soit affiché en 60 im/s, pour éviter les effets stroboscopiques, donc pour le moment il faudra se contenter de jeux 3D en 720p.

_MG_2727

Quelles différences entre le LG 55EA980V et le LG 55EA970V ?

Aucune, à part le système audio, et peut être une qualité plus pérenne ? En effet, LG annonce une seconde génération de dalle OLED sur le 55EA970V, mais après différents tests  je ne constate aucune différence de qualité, colorimétrie, traitement vidéo et je retrouve les mêmes défauts constatés sur le 55EA980V. Par contre, il est possible que la nouvelle dalle tienne mieux sur la durée, mais ça, il faudrait suivre les deux modèles sur deux ou trois ans pour voir les changements. Pour le moment, la seule chose que je constate après 1 mois d’utilisation, c’est une amélioration de l’image, des couleurs plus équilibrées, le DSE a diminué, le bruit résiduel à l’image également. Le rodage a les mêmes effets bénéfiques sur l’OLED que sur le Plasma !

IMG_2510

IMG_2713

Donc, la seule différence visible pour le moment, c’est ce système audio, car le LG 55EA970V n’intègre pas de haut-parleurs sur son pied transparent, et le rendu n’est pas aussi bon que sur le 55EA980V. Ce dernier offre de bien meilleurs aigus, des dialogues parfaitement intelligibles, très peu de graves, mais des voix assez bien soutenues. Ce n’est pas révolutionnaire, mais la qualité audio est tout de même pas mal. Elle manque tout de même d’enveloppe, d’effet surround, de grave, de matière, de consistance… Il est clair qu’il vaut mieux passer par un système audio externe, mais pour suivre les émissions, le journal, le reportage, c’est pas mal.

Colorimétrie, réglages et calibration

Le téléviseur OLED LG 55EA980V propose, comme pratiquement tous les téléviseurs LG, un nombre de réglages couleur très impressionnant, avec un CMS (Color Management System) sur trois axe pour calibrer le gamut, un réglage des IRE sur 20P (Balance des Blancs par tranche de 5% donc), mais pas d’éditeur de gamma. Cela dit, le gamma est très linéaire, et une fois calibré il s’ajuste sur 2,22 (pour visionner en plein jour) ou 2,4 (pour visionner en salle obscure).

_MG_2718

De plus, la colorimétrie en mode THX ou même en mode ISF est très juste en sortie de carton. Je dirais même que si on n’est pas trop tatillon, on peut presque s’en satisfaire, mais évidemment, en faisant une calibration ISF dans les règles on obtient un résultat tout simplement parfait avec des Delta E ultra bas, en dessous de 1 autant sur la balance des blancs que sur le gamut. En clair, on peut atteindre la quasi-perfection, il manque juste un éditeur de gamma donc. Je précise que les mesures ont été faites après un mois de rodage. Les couleurs ont changées, en bien, puisqu’elles se sont encore plus rapprochées des standards après cette période de rodage.

Mesure ISF Défaut

Les réglages par défaut en mode THX ou ISF sont pas mal du tout, et s’approchent des standards (les relevés des modes THX et ISF sont très proches, mais je préfère le mode ISF qui permet de faire des réglages, personnels alors que le mode THX est figé) . Le plus impressionnant c’est la justesse de l’espace colorimétrique (Gamut Rec.709) en mode Standard ou BT.709  avec un Delta E  à 2,88 (soit un Delta E en dessous de 3 par défaut ! En général on dit qu’en dessous de 3 l’œil humain ne fait pas de différence, mais je ne suis pas de cet avis, je calibre souvent avec un delta E en dessous de 1). Par contre, le pic lumineux est bien trop haut pour un visionnage en salle obscure, je le relève à 173 cd/m², déjà assez élevé pour une salle éclairée, alors que je cherche entre 120 et 115 cd/m² en salle obscure.  Par contre, quel que soit le niveau d’intensité lumineuse (appelée lumière OLED dans les réglages), le noir reste à 0 cd/m² !

L’équilibre RVB est pas mal du tout également avec un delta E de 1,7 au niveau de la Balance des Blanc, ce qui est là aussi assez impressionnant par défaut. Seule une petite dominante de rouge sera à corriger, avec une température de couleur d’environ 6300K par défaut, soit proche des 6500K recherchés. Enfin, le gamma est également très juste, si on opte pour un gamma 2,2, je le mesure à 2,26 et 2,39 en optant pour un Gamma à 2,4. Comme vous pouvez e voir sur les courbes, il est assez linéaire, mais un éditeur de gamma aurait été tout de même le bienvenu. Une fis calibré, ce téléviseur offre une colorimétrie proche de la perfection !

Conclusion

Voilà plusieurs années que je rêve d’enfin pouvoir profiter d’un téléviseur OLED, et le voici dans mon salon. En toute franchise, je n’ai absolument pas été déçu de ce téléviseur, qui est à la hauteur de mes attentes, car je me doutais bien que la première génération ne serait pas parfaite. Pour tout dire, je pensais même rencontrer plus de souci que ça ! J’ai pris énormément de plaisir à tester ce LG 55EA980V. L’image est vraiment de toute beauté avec une dynamique inédite, des scènes sombres absolument superbes, parfaitement lisibles. Les scènes qui se déroulent dans l’espace comme dans Gravity ou Star Wars sont exceptionnelles ! Même les scènes très sombres ou très contrastées offrent un niveau de détails dans le voisinage du noir stupéfiant. La profondeur du noir est parfaite, le contraste infini, et plus étonnant, le blanc offre un éclat et une pureté étonnante !

L’autre point qui change radicalement comparé à un téléviseur LED, c’est son homogénéité, avec un même niveau de luminosité au centre de l’écran comme sur les côtés, aucun souci de Clouding, ni de Banding, ni de Blooming, ni de Green Blob, ou autres soucis rencontrés sur les Plasma et LED. De plus, l’angle de vision est parfait, même complètement sur le côté les couleurs ou le contraste ne bougent pas d’un iota ! Sur ce modèle, je n’ai rencontré aucun marquage, mais je ne serais pas catégorique sur ce point, car, comme avec le Plasma, certains modèles peuvent être plus sensibles, donc à voir sur la durée et les différents retours sur les forums…

Comme tous les téléviseurs de LG, le 55EA980V ou 55EA970V proposent un mode ISF excellent. Non seulement la colorimétrie est très juste en sortie de carton, mais les outils de calibration sont complets avec un réglage de la Balance des Blancs par tranche de 5% (IRE 20P), et un CMS complet. Seul un éditeur de gamma manque à l’appel pour arriver à la perfection absolue, mais même sans ça, on s’en rapproche. Visuellement, les couleurs sont éclatantes, très riches, mais aussi très naturelles, avec une image très typée cinéma, proche de celle des Plasma, mais sans bruit ou fourmillement.

IMG_0576

La qualité d’affichage est superbe, avec une image magnifiquement piquée tout en conservant un grain très naturel. Cela dit, avec un bon lecteur Blu-ray doté de filtres d’amélioration de l’image plus efficaces que ceux proposés par ce téléviseur, on obtient un résultat encore meilleur. Pour tout dire, avec l’OPPO BDP-105D Signature d’Audiocom, j’ai eu la plus belle image 1080p depuis que je teste des téléviseurs !

Cela dit, tout n’est pas encore parfait, et certains points devront être améliorés. Le principal défaut concerne le système de gradation trop limité qui entraine de la postérisation sur les arrières plans et les dégradés. On pourra également regretter un léger effet de DSE et un peu de scintillement dû à la technologie OLED avec une dalle 100 Hz, comme pour le Plasma. La compensation de mouvement de LG, surtout en 24p, manque un peu d’efficacité comparée au Motionflow de Sony, mais elle est tout de même meilleure que chez Samsung ou que celle des Plasma Panasonic. Je relève de légers décrochages sur les travellings, et un léger effet vidéo. Si on baisse trop la compensation de mouvement, le scintillement est trop présent, donc difficile de trouver le juste milieu. A cela, se rajoute un tout léger flou lors des mouvements à cause de la technologie d’affichage utilisée (du « Sample & Hold », et non du BFI (explication donnée dans le test)).

Enfin, la 3D est superbe, mais souffre également d’un effet de scintillement, de postérisation, et toujours cette définition légèrement dégradée comparée à la 3D active avec un lignage plus ou moins visible en fonction du recul et de la taille du téléviseur (par contre, la 3D Passive en Ultra HD est vraiment top). Le ghosting est quasi absent, mais pas totalement. Sur certains plans très contrastés, on aperçoit de petites images fantômes.

Une chose est sûr, ce qu’il s’agit bien de la technologie tant attendue ! Elle ne déçoit pas sur de nombreux secteurs. Il faudra donc optimiser cette technologie et attendre que les prix baisses, et surtout que des TV OLED UHD accessibles soient disponibles.  En effet, à l’heure actuelle, nous avons le choix entre une TV LED UHD ou une TV OLED 1080p. Laquelle offre le plus de plaisir ? Je vais peut-être en étonner plus d’un, mais pour ma part je prends plus de plaisir avec un téléviseur UHD ! Je m’explique …

Expérience Vidéo - 5 étoilesExpérience 3D - 4 étoiles

L’OLED prend largement le dessus sur une TV LED UHD dans les scènes sombres, mais sur les scènes lumineuses, un téléviseur LED UHD offre une qualité d’image bien meilleure, plus définie, plus de profondeur de champ, plus de précision ! Même un Blu-ray 1080p upscalé en UHD offre un spectacle totalement magique si tout est bien mis en œuvre. En sachant qu’en général un film comporte 70% de scènes lumineuses, je prends plus de plaisir à visionner un Blu-ray sur une TV LED UHD que sur une TV OLED 1080p. Par contre, il ne fait aucun doute que lorsque les téléviseurs OLED UHD seront disponibles, le choix sera évident ! En attendant, je délivre 5 étoiles en 2D, et 4 étoiles en 3D. J’avoue que comparé aux téléviseurs testés jusqu’ici, il méritait l’Award Reference, mais je pense qu’il y a encore des progrès à réaliser, et pour un téléviseur OLED il reste des défauts. Il n’y a toujours pas de téléviseurs ayant bénéficié de l’Award Reference sur HDfever ….

Je tiens à remercier de tout cœur Futureland pour le prêt longue durée du téléviseur OLED LG 55EA980V en vente chez eux.

Pour les notes, veuillez prendre en considération que j’ai dû relever le niveau d’exigence par rapport à la technologie utilisée et au prix de vente de ce téléviseur :

 

  • Qualité de la TNT-HD :
  • Qualité de la TNT-SD :
  • Qualité de l’image avec le Blu-ray 1080p : 
  •  Qualité de la 3D avec le Blu-ray 3D :
  • Contraste réel intra-image (ANSI) :
  • Profondeur et qualité des noirs :
  • Dynamique de l’image :
  • Fluidité en 24p :
  • Compensation de Mvt en 2D & 3D :
  • Colorimétrie après calibration :
  • Homogénéité de la dalle :
  • Qualité du système audio embarqué :
  • Compatibilité multimédia :
  • Connectiques proposées :
  • Qualité de fabrication  :
  • Rapport qualité/prix :

Ce que j’ai aimé avec le LG 55EA980V :

  • Le contraste parfait évidemment, image très dynamique
  • Le noir parfait, très lisibles, pas de scènes bouchées
  • La qualité du blanc : une lumière pure et éclatante, pas agressive
  • Très bon traitement d’image sur le Blu-ray et la TNT
  • Une image précise, très piquée, naturelle, typée cinéma
  • Une 3D lumineuse, confortable, pas fatigante, presque pas de ghosting, excellent relief et profondeur de champs
  • Une excellente colorimétrie en sortie de carton (modes ISF ou THX)
  • Colorimétrie qui atteint la perfection après calibration
  • Des outils de calibration très complets
  • Le serveur DLNA, le Wi-Fi, HbbTV, TNT DVB-T2, EPG propriétaire,, PVR, Smart TV,
  • Très bonne compatibilité multimédia générale
  • Un design splendide, une TV légère, très fine, très bonne qualité de construction
  • Un packaging digne d’un appareil de luxe !
  • Une qualité audio très convenable
  • Homogénéité parfaite : pas de clouding, ni Blooming, ni banding
  • Angle de vision parfaits !
  • Bonne compensation de mouvement, même si perfectible

Ce que je regrette avec le LG 55EA980V :

  • Le prix : bien trop cher pour une TV 1080p !
  • La dalle incurvée : dégrade l’image (aucun intérêt !)
  • Dalle trop brillante, effet miroir déformant avec la courbure !
  • Effet de postérisation : système de gradation trop limité
  • Compensation de mouvement perfectible, scintillement visible, surtout en 3D
  • Perte de définition en 3D
  • Du DSE sur certaines scènes (très marqué sur les mires grises)
  • Un effet de rémanence : léger flou dans les mouvements rapides dû à la technique d’affichage « Sample & Hold »
  • Inputlag un peu élevé pour un OLED : 55 ms
  • Pied non détachable : interdit tout fixation murale
  • Pas de connecteur HDMI 2.0 : donc pas de support de la 3D 1080p 60 hz en entrée, ni du 1080p 120 hz
  • Pas de compatibilité HEVC, ni de gamut étendu
  • Pas d’éditeur de gamma
  • Pas d’autoframerate 24p avec le lecteur vidéo intégré

55 commentaires

  1. avatar

    Auteur du commentaire SISKE

    – plein => plaints

    Sinon, comme d’hab, excellent test :)

    La vilaine faute ! :oops:

    Merci Siske, c’est corrigé ;)

  2. avatar
    lotfi /

    Merci de tes super conseil nicolas c’est vrai que le Zt60 a une image de folie est pikée de dingue sur tnt et canal sat jai impression de regarder du Bluray d’apres conseil sa me presque fait regrette j avais eu un ST60 65 pour 1600e neuf dans son emballage et annullé pour le ZT juste apres a 2500€ fnac qui ma fait completement revoir mon choix est chamboulé esprit je suis a 2.6 m de la tv dans une salle de 15m2 mes 300 bluray (touse top demo) dont oblivion barka pie sin city … sont halluclinat sur ZT et la tnt meme SD est manfique le Zt est donc le plus polyvalent dans ce que tu résume a mon usage tnt sat en journée et bluray le soir apres je sais pas si 60″ et 65″ la difference est enorme pour mes 2.5m de recul ca pouvais etre juste pour les pixel sans perdre en présicion image et netté au contraire du 4K 65″ ideal meme si jaurais aimé sa le.65  » .
    Mon prochaine achat dans 2 ans sera donc du 4K oled 65″ pour remplacer mon Zt ou un vp 4K pour accomopagner mon ZT sur tnt et sat .
    MERCI encore tu est le meilleur testeur c’est un plaisir des lire j achete tout mes produit selon des avie et je regrette jamais comme mon onyko 609 ,X4000 Optoma GT750 est presque ST60 lol .

  3. avatar
    Christophe /

    Superbe test, comme a ton habitude !

    Merci Nicolas

  4. avatar
    Dugom /

    Petit bug:

    « moi qui suis très difficile avec la fluidité en 24p j’ai trouvé ça très pas mal du tout. »

    :lol:

  5. avatar
    thebird69 /

    Merci pour ce test et plus généralement pour la qualité et l’exhaustivité des tests mis en ligne.
    Bravo à vous.

    Concernant cet écran, et peut-être plus généralement la technologie oled, si la densité des noirs fait rêver, en revanche l’effet de postérisation me refroidi complétement, d’autant que cela me gâche déjà certains visionnages sur plasma, dans les scènes sombres (mon 2ème plasma Panasonic, un ST60, n’a pas amélioré ce défaut).

  6. avatar

    @thebird69 – Exact, c’est le principal défaut pour moi.

    En fait, c’est un autre avantage des futures dalles OLED UHD qui seront logiquement en 12 bits, donc avec un système de gradation bien plus élevé qu’actuellement. Les Blu-ray 4K devraient également proposer un encodage 10 bits minimum, l’apport sera presque plus visible que le gain en définition !

    Malheureusement, tout ceci n’est pas pour demain, il faudra encore patienter deux ans minimum je pense.

  7. avatar
    Adolf /

    Excellent test ! merci

  8. avatar
    lotfi /

    Nico tu a oublier de signalé que a l’egard du ST60 SEUL le ZT60 garde ces noir tres profont et velours meme en pleine journée c’est une sacrée performance le noir du et évalue a 0.05 meme en journé et un ST a coté en journée a 0,035 (mesuré pa une k Klein K – 10) c’est une dalle sudio Master Collé avec du verre a la vitre que le VT c’est du plastique avec espace et le st aussi plastique mais collé . Quand une film comme sin city la reference des noir meme en journéé c’est alucinant jamais aucun de mais plasma na eu cette effet et devoir fermé les volé . tout sa saute au yeux flagarant c’est magic en journée Chapeaux Pana pour leur dernier bijoux et dire adieux au plasma .
    Qu’en il du Oled en pleine journée ? garde il s’est noir tres profont et sa belle image ?

  9. avatar

    @lotfi – Oui, c’est un autre avantage de l’OLEd, il est aussi performant, contrasté et dynamique dans le noir qu’en pleine journée.

  10. avatar
    lotfi /

    Une derniere question est ce cette oled en nuit est aussi repossant comme le plasma ou videoprojecteur tres doux on peut enchainé plusieur film ? sans mal de tete j’aime pas le trop lumineux rein que le lcd samsuung 32″ de la chambre de mes parent me fatigue vite les yeux et et tout les led . merci nico de ta comphrésension et prendre le temps de nous répondre

  11. avatar

    Auteur du commentaire Nicolas Bécuwe@thebird69 – Exact, c’est le principal défaut pour moi.

    En fait, c’est un autre avantage des futures dalles OLED UHD qui seront logiquement en 12 bits, donc avec un système de gradation bien plus élevé qu’actuellement. Les Blu-ray 4K devraient également proposer un encodage 10 bits minimum, l’apport sera presque plus visible que le gain en définition !

    Malheureusement, tout ceci n’est pas pour demain, il faudra encore patienter deux ans minimum je pense.

    Attention ! La postérisation ou salorisation veut venir de deux éléments. Le diffuseur peut être incriminé bien entendu mais il y a aussi la source. Actuellement la diffusion vidéo est limitée à 4:2:0 8bits en natif, le BR 4K pourrait ne pas dépasser les 10bits, ce qui n’est toujours pas suffisant pour éliminer tout risque de solarisation. le DeepColor avec ou sans dithering a pour vocation à créer artificiellement des gradations, cela arrange les choses à condition que la structure de l’image le permette. Par exemple sur une image avec des nuances mélangées le DeepColor marchera bien, si on a déjà comme des barres de couleurs le système ne comprendra pas qu’il faut ajouter des nuances, il comprendra qu’il s’agit d’objets différents.
    Un diffuseur capable d’afficher en 10bits ou en 12bits pourra améliorer le phénomène mais pas l’éliminer.
    Il faut aussi tenir compte qu’avec un contraste ANSI élevé un effet de solarisation ressortira davantage.

    En fait il faudra une diffusion 12bits à la source pour éliminer totalement la solarisation même si le diffuseur est limité en 10bits si le processeur vidéo de celui-ci est capable d’appliquer un dithering performant. Il est même possible qu’une dalle 8bits marche mieux ainsi. C’est le principe des upsamplings et des downsamplings. En vidéo un downsampling d’une source de meilleure qualité sera toujours meilleure qu’un upsampling d’une source moins bonne.

  12. avatar

    Auteur du commentaire lotfiUne derniere question est ce cette oled en nuit est aussi repossant comme le plasma ou videoprojecteur tres doux on peut enchainé plusieur film ? sans mal de tete j’aime pas le trop lumineux rein que le lcd samsuung 32″ de la chambre de mes parent me fatigue vite les yeux et et tout les led . merci nico de ta comphrésension et prendre le temps de nous répondre

    Ce problème peut se résoudre avec un bon calibrage à commencer par ajuster le niveau de rétro-éclairage.

    Je ne sais pas ce qui en est des Oled, mais AMHA il ne doit pas y avoir de fatigue visuel, la force de cette technologie étant le contraste et pas le puissance lumineuse directe.

  13. avatar

    @lotfi – Effectivement, comme dit Jacko, avec un un calibrage dans les règles, n’importe quelle TV est agréable.

    Le LED affiche un pic lumineux de 200 cd/m² en sortie de carton en général. 120 d/m² pour le Plasma, et cet OLED était a 150 cd/m² à peu près, mais une fois calibré on ramène les 3 TV à 115 cd/m² à peu près, voire moins selon les gouts de chacun …

  14. avatar
    Link /

    Hum j’ai hate d’avoir ça chez moi ! Par contre je vois que tout les « problèmes » ne sont pas résolu… J’ai un 50ST60 et l’image est superbe pour une télé que j’ai payé 780e mais ce satané pink/green blob me sort par les yeux. Sur sin city j’ai kiffer le niveau de noir mais les fluctuation de teinte rosé sur les nuances de blanc/gris j’ai beaucoup moins aimé.
    Je pense que l’oled va s’améliorer de toute façon et on aura peut être une image sans défaut :). Par contre la durée de vie n’est pas estimé étant longue.

  15. avatar
    lotfi /

    Auteur du commentaire LinkHum j’ai hate d’avoir ça chez moi ! Par contre je vois que tout les « problèmes » ne sont pas résolu… J’ai un 50ST60 et l’image est superbe pour une télé que j’ai payé 780e mais ce satané pink/green blob me sort par les yeux. Sur sin city j’ai kiffer le niveau de noir mais les fluctuation de teinte rosé sur les nuances de blanc/gris j’ai beaucoup moins aimé.
    Je pense que l’oled va s’améliorer de toute façon et on aura peut être une image sans défaut :). Par contre la durée de vie n’est pas estimé étant longue.</blockquote

    Ca doit etre que sur le ST60 j'ai pas sa sur ZT60 sin city que jai vu 3x tellment c est abysalle c'est juste une demo des different noir faite pour cette ecran aucun green blood pink …

  16. avatar
    Éric /

    Bon test, je pense acheter ce type de produit dans 2-4 ans, j’espère que cet écran ne sera pas incurvé mais droit (car je n’achèterai pas une Tv incurvée, c’est tellement moche et pas pratique pour mettre au mur), j’espère qu’il y a aura un correcteur du gamma (indispensable entre le jour et la nuit), il faut absolument un pied central (comment tourner la Tv selon les situations, pas de pied central pas d’achat), la postérisation présentée ici est absolument dégueulasse (pas d’achat avec un dégradé aussi minable), et par pitié qu’ils cachent ces haut-parleurs c’est totalement immonde de voir ces 2 petits carrés sur le côté !!!
    Question bon goût et classe on repassera, mais la base qualitative semble présente, à voir dans l’avenir l’évolution…

  17. avatar
    Weber /

    Bonjour,
    Apres avoir lu votre test sur le Sony KDL-55W905 la version en 46″ est en ce moment a 890€ chez Boulanger.
    Je voulais juste avoir votre avis sur l’achat de ce televiseur ou si c’était une erreur,
    vu qu’il y a les UHD ou 4K, ou si il valait mieux attendre avant de renouveler ma TV?
    Cordialement.

  18. avatar
    Link /

    @lotfi
    Si si certains ZT60 sont aussi toucher par le pink blob, une personne sur le forum hc-fr a envoyé une photo de son ZT et c’était 10x pire que sur le miens.

  19. avatar

    @Weber – L’achat de quelle TV, l’OLED ou le Sony W905 ? :)

  20. avatar
    hot.dogs.mayo /

    en rapport avec le dileme de l ecran plat ou incurvé LG pourrait ammener une solution

    http://www.avcesar.com/actu/id-14374/tv-oled-flexible-lg-commercialisation-prevue-des-2015.html

    histoire d apporter de l eau au moulin !!

  21. avatar
    Weber /

    Ben je voudrais acheter une nouvelle tv, je voulais juste savoir si il fallait encore investir dans une full HD? vu qu’il y a les UHD ou 4K.
    Et si oui, j’ai vu votre test sur le Sony KDL-55W905 qui avait l’air pas mal (en ce moment il y a la version 46W905 a 890€ chez boulanger).
    Ou si vous aviez d’autre modèle a me conseiller.
    Mon usage principal son les films et un peu de TNT.
    Cordialement.

  22. avatar
    Link /

    Pour la 4k je voulais savoir, il y a vraiment un intérêt par rapport à la full hd en étant à une distance raisonnable de l’écran ?

  23. avatar

    @Link – Pour moi, oui, même avec un Blu-ray upscalé en UHD le gain est perceptible. Ce n’est le jour et la nuit, mais au moins 20% de gain en qualité et immersion sur une TV 65″ et 10% sur une TV 55″.

    Sur une source UHD natif le gain est encore plus flagrant. Ça se ressent sur la finesse et précision de l’image, mais aussi au niveau de l’impression de profondeur de champs, relief, effet 3D naturel.

    Toute la diffusibilité pour choisir, c’est de juger de l’apport sur lequel on sera le plus sensible : le gain apporté par le contraste de l’OLED ou le gain de l’UHD ?

    Au moins quand les TV OLED UHD seront dispos et plus accessibles, on ne se posera plus de questions :)

  24. avatar
    Weber /

    Bonjour,
    Le quel de ces deux modèles me conseillerez-vous de prendre:
    Samsung UE46F6400
    SONY KDL46W905
    Cordialement.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Anonyme - […] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: