Facebook Tweeter Tweeter

Test OPPO BDP-105D : la platine universelle la plus aboutie du marché !

IMG_9842

Après le test de l’OPPO BDP-103D, voici son grand frère, l’OPPO BDP-105D Darbee Edition.  Lui aussi intègre ce fameux traitement vidéo Darbee Vitual Presence (DVP) que l’on ne présente plus, associé au processing VRS Clear View pouvant s’utiliser seul ou en association avec le DVP. Pour la partie audio analogique, comme vous le savez, on retrouve exactement les mêmes composants et mêmes cartes que le BDP-105EU, donc résultats identiques, si ce n’est que dorénavant, l’entrée USB B gère le DSD depuis un PC. Ce test est donc plus une validation qu’autre chose. En clair, on retrouve la qualité vidéo du 103D en un peu mieux + la qualité audio du 105EU.

J’avais donc deux possibilités, soit faire un court résumé et renvoyer les lecteurs de ce test vers celui du 103D pour en savoir plus, soit reprendre toutes les analyses pour ceux qui découvrent l’OPPO BDP-105D et qui ne connaissaient pas le 105EU. Pour éviter de trop vous renvoyer vers différents articles avec des liens, j’ai finalement décidé de reprendre une grande partie de l’analyse en rajoutant quelques nouveautés et de nouvelles analyses. Je n’ai pas tout repris des mesures déjà faites sur les sorties analogique RCA du OPPO BDP-105EU, mais je vous propose les mesures de la sortie XLR absentes à l’époque. Je n’ai pas non plus repris toutes les mesures de la sorties vidéo faites lors du tests du 103D. Ceux qui veulent aller encore plus loin pourront donc consulter le test du OPPO BDP-105EU pour sa partie audio, et le test du OPPO BDP-103D pour sa partie vidéo, mais l’essentiel vous est proposé dans ce test. J’espère que vous m’excuserez donc pour certains copié/collé avec les autres tests, c’est pour vous offrir un meilleur confort de lecture. C’est aussi l’occasion de refaire un petit tour d’horizon sur l’évolution multimédia et vous proposer quelques astuces pour profiter au maximum de cette merveilleuse platine Blu-ray.

Protocole de test :

  • OPPO BDP-105D Darbee Edition (1519 € TTC)
  • TV OLED 1080p LG 55EA980V
  • TV Sony KDL-65W855A
  • Vidéoprojecteur 4K Sony VPL-VW500ES
  • Zappiti Player pour tester l’entrée HDMI
  • Préamplificateur NuForce AVP-18
  • Amplificateur de puissance NuForce MCA-20
  • Amplificateur intégré Teac AI-3000 avec entrées XLR
  • Enceintes : B&W 600 S2 en 5.1 et Triangle Signature Alpha en 2.0
  • Câbles HDMI : Nordost BlueHeaven et Oehlbach XXL Carb Connect
  • Câble USB Nordost BlueHeaven
  • Câble XLR Oehlbach XXL, Câble RCA MUSE 3 Espace-Musical
  • Câble secteur JSV Audio, MUSE et Supra
  • Barrette secteur Oehlbach 908
  • Câbles enceintes MUSE Espace Musical
Présentation

Présentation du OPPO BDP-105D Darbee Édition

IMG_9832

Le OPPO BDP-105D se présente donc comme le BDP-105EU, même design très classe, superbe, disponible en version Black ou Silver, même qualité de construction irréprochable, même connectique ultra complète, mêmes fonctionnalités en dehors du traitement vidéo et de l’entrée USB désormais compatible DSD.  La seule chose qui change en apparence, c’est le logo Darbee positionné en façade sous le tiroir et qui remplace le logo Qdeo. La télécommande change un tout petit peu puisque dorénavant nous avons une touche pour accéder directement aux réglages vidéos Darbee. En revanche, pour accéder rapidement à tous les réglages vidéos, dont le VRS Clear View, il faudra, comme avant, appuyer durant 2 ou 3 secondes sur la touche « Setup ».

On retrouve évidemment ce packaging hyper soigné, une tradition chez OPPO, avec la platine emballé dans sa housse noire, un peu plus épaisse que d’habitude. Tout est protégé par une sorte de polystyrène plastifié, qui permet de conserver l’emballage sans dégradation. Lorsque l’on déballe le carton, on tombe en premier lieu sur une affiche cartonnée pour présenter le lecteur, sans oublier la boite qui renferme tous les accessoires, puis une notice très complète.

La platine est fournie avec un câble d’alimentation un peu plus épais que celui du BDP-103D, mais ça reste un câble assez classique. On trouve également un câble HDMI de bonne facture avec ferrites, mais nombreux seront ceux qui ne se serviront ni de ce câble secteur, ni du câble HDMI, leur préférant des câbles plus haut de gamme. Ceci étant dit, l’effort est tout de même appréciable. On trouve également un dongle USB Wi-Fi avec un petit support qui fait office de rallonge, très design. La télécommande est toujours aussi top, très réactive et rétroéclairée d’une lumière blanche diffuse qui permet de parfaitement repérer chaque touche dans le noir. Sa prise en main est très ergonomique avec pas mal de touches « raccourcis », bien pensées pour un parfait confort d’utilisation.

IMG_6290

Comme annoncée, la seule nouvelle touche concerne l’accès direct aux réglages Darbee, mais elle remplace la touche « 3D ». Il faudra donc accéder au menu pour faire els réglages et conversion 2D/3D. Pour le reste, on retrouve les touches Netflix et VUDU (inutile en France malheureusement, comme pratiquement tous les services internet proposés hormis Picasa et Youtube, sauf que Netflix devrait débarquer cette année, mais ça fait un moment qu’on nous fait le coup tous les ans…). Une touche Input permet de sélectionner les appareils connectés via HDMI In ou Coaxial/Optique In, ou USB B. On retrouve la touche GoTo pour se déplacer facilement dans les films. Autre touche intéressante, « Option » qui permet de faire des réglages pendant les films, ou d’accéder à plusieurs fonctions rapidement comme la gestion et le repositionnement des sous-titres (possible avec le Blu-ray et certaines vidéos), afficher les infos sur la musique et le film avec récupération des jaquettes via Gracenote), activer les zooms comme le V-Strech (étirement vertical compatible avec tous les Blu-ray 3D cette année), et évidemment accéder au traitement vidéo paramétrable. Notez une astuce qui permet d’accéder plus rapidement aux réglages vidéos en laissant appuyer quelques secondes sur la touche « Setup ».

IMG_9842

IMG_9843

La platine pèse 7,9 kg et affiche des dimensions imposantes de 430 x 123 x 311 mm avec un design et une connectique identique au BDP-105EU, très classe avec la présence d’une entrée HDMI compatible MHL, 1080p, 3D, DTS, Dolby et LPCM 7.1 en façade (mais pas UHD). On retrouve également  cet afficheur complet qui permet de renseigner pas mal d’informations et même les chemins des dossiers (je regrette juste qu’il ne soit pas possible de parcourir les menus principaux TV éteinte, ce qui aurait permis un contrôle total de la platine sans allumer la TV pour une utilisation essentiellement musicale). Les touches de contrôle sont toujours tactiles et rétroéclairées, et il est possible de désactiver totalement les lumières et écritures en façade avec la touche Dimmer ou en mode Pure Audio. Le port USB 2.0 Host sur le bas de la façade est toujours compatible avec les systèmes de fichiers FAT et NTFS, tout comme les deux autres ports USB 2.0 arrières (pas de port USB 3.0 malheureusement).

Passons à la connectique arrière impressionnante de ce lecteur. C’est simple, à l’heure actuelle, aucun lecteur au monde ne propose une connectique aussi complète, à l’heure où la concurrence a même revu à la baisse sa connectique analogique (nombre de lecteurs universels ne proposent même plus de sortie analogique 7.1). On retrouve donc deux sorties HDMI pour séparer l’audio de la vidéo, ou même envoyer deux flux audio/vidéo en simultanées. Également présente, une deuxième entrée HDMI, une sortie DIAG (qui permet d’afficher l’interface sur un mini-écran), une sortie Coaxial, Optique, XLR symétrique, RCA stéréo dédié, RCA 7.1, deux autres ports USB 2.0 Host, un relai IR, une interface RS-232C sans oublier les entrées numériques audio pour profiter du DAC. En effet, une entrée Optique, Coaxial et un port USB B asynchrone compatible PCM et DSD permettent de se servir du BDP-105EU comme DAC externe. Là aussi j’y reviens en détail. Le seul regret concerne l’absence de port eSata et d’USB 3.0, mais cela reste tout de même sacrément impressionnant !

IMG_9848

IMG_9845

Passons au plus important, c’est-à-dire ce qu’il se cache sous le capot du lecteur, là où se trouvent les seules différences avec le BDP-105EU. En effet, on retrouve les deux alimentations, l’une à découpage, dédiée à la carte principale et donc au circuit numérique entièrement isolé par un capot blindé recouvert d’une surface isolante, et l’autre, une alimentation linéaire avec transformateur torique OPPO TRX-1201V1, dédiée aux cartes analogiques stéréo et 7.1. Ces dernières sont superbement agencées, avec deux cartes dédiées, chacune son DAC Sabre ESS 32. Une carte gère la sortie analogique 7.1 et l’autre gère la sortie audio analogique stéréo asymétrique RCA et symétrique XLR (avec une vraie conception symétrique et deux gros condensateurs, trois relais OMRON dont deux dédiés aux canaux droit et gauche des sorties XLR, et un à la sortie asymétrique RCA). On ne retrouve qu’un seul relai également pour gérer la sortie 7.1 (logique, là aussi c’est de l’asymétrique).

016

Crédit Photo : Jacko

017

Crédit Photo : Jacko

OPPO-BDP-105D-bloc-optique

On retrouve également le même Drive, blindé, posé sur de petits ressorts pour minimiser les vibration, de très bonne facture, avec malheureusement un tiroir en PVC (les tiroirs en aluminium se font de plus en plus rares). La carte principale contenant l’électronique vidéo est exactement la même que celle du 103D et il faut l’observer avec attention pour se rendre compte que cet Oppo ne se contente pas de changer son processeur vidéo Marvell Qdeo par un « processeur » DarbeeVision. Le processeur principal est toujours une version spéciale du Mediatek MT8580 customisée par OPPO pour apporter certaines fonctions. Ce processeur est sous le dissipateur thermique afin de le prémunir de chauffes excessives.

IMG_9855

Une observation plus en détail permettra de noter plusieurs changements : tout d’abord, l’étage des alimentations des différents composants de cette carte a changé. Les régulations et filtrages ont été revus et se révèlent moins élaborés que sur le BDP-105EU.

bdp103mainmapping

Éléments majeurs de la carte principale du BDP-105EU :

bdp103dmainmapping

Éléments majeurs de la carte principale du BDP-105D « Darbee edition » :

Le processeur Marvell Qdeo Kyoto-G2H laisse place à deux processeurs. Le premier est le fameux FPGA Altera Cyclone IV qui contient les traitements vidéo Darbee Visual Presence. Je vous propose de lire notre test du processeur DarbeeVision DVP5000 « Darblet » pour en savoir plus sur ce processeur.

cyclone4

Le second processeur est un Silicon Image SIL9616CTUC. Ce processeur exploite des technologies provenant de Anchor Bay Technology plus communément connu sous le nom de DVDO. En effet, Silicon Image est devenu propriétaire de toutes les technologies DVDO suite à un rachat. La SIL9616 est un processeur intégré capable d’effectuer un scaling de 4Kx2K complété par des traitements vidéo VRS ClearView comprenant réducteur de bruit, amélioration des détails et amélioration des contours. Ce processeur possède aussi ses propres interfaces HDMI et MHL, chose bien utile puisque le BDP-103D propose à nouveau des entrées HDMI dont une en façade compatible MHL. C’est la raison pour laquelle la qualité audio de la sortie HDMI 1 est meilleure que l’audio du OPPO BDP-105EU. Notez également que cette interface HDMI est capable de sortir en 2160p/60, mais actuellement OPPO ne l’a toujours pas intégré à son firmware (ce devrait être une future évolution du firmware…).

siliconimage

Chaque processeur est cadencé par sa propre horloge numérique. La philosophie de construction est en définitive très proche de ce qui avait été fait sur le BDP-105EU. Sur ce modèle la puce Mediatek MT8580 décode la vidéo et l’audio. Ce processeur a la particularité d’avoir une double sortie de décodage vidéo et intègre une sortie HDMI 1.4a. La sortie asservie à l’émetteur HDMI est relié à la prise output HDMI 2. L’autre sortie de décodage vidéo rentre dans la Marvell Qdeo, cette dernière utilisera son émetteur HDMI 1.4 pour exploiter l’output HDMI 1 du lecteur.

bdp103videopipeline

Sur le BDP-105D nous retrouvons le même schéma partant du processeur MT8580 qui sera en charge de la sortie HDMI 2. La deuxième sortie vidéo du MT8580 entre alors dans le processeur (FPGA) Cyclone IV en charge des traitements DarbeeVision, puis finit dans le processeur Silicon Image SIL9616 qui se chargera de compléter les processings de traitement vidéo et de piloter la sortie HDMI 1 du lecteur.

bdp103dvideopipeline

Gestion Multimédia

Récapitulatif de la gestion multimédia

IMG_1257

Avant d’entamer l’analyse du traitement vidéo, comme promis, petit récapitulatif de la gestion multimédia qui est passée par de nombreux changements, régression, puis évolution, depuis le lancement du OPPO BDP-103EU (c’est la même gestion multimédia sur les 103EU/D et 105EU/D). Au final, c’est une très bonne gestion multimédia, très complète, on regrettera juste l’absence de lecture des ISO Blu-ray ou de lecture native des structures Blu-ray (BDMV), mais il existe une astuce pour lire les BDMV en 2D depuis un HDD ou en réseau. Il faut tout simplement modifier le fichier BDMV avec le logique  BDMV Modify v1.4 que vous trouverez sur ce lien de téléchargement Dropbox : https://www.dropbox.com/s/h76w2bel8w0yfx9/bdmv_modify_v1.4.zip

De même, les ISO S.ACD ne sont plus lues (logique), y compris les SA-CD gravés sur DVD-R (à mon grand regret !). Par contre, là aussi il existe une astuce, puisque OPPO a apporté la compatibilité avec les fichiers DSD (DSDIFF et DSF), il faudra donc extraire vos ISO SA-CD avec le logiciel SA-CD Extract que vous trouverez sur ce lien : http://code.google.com/p/sacd-ripper/downloads/list

Pour le reste, c’est le carton plein. Le lecteur lit toujours l’essentiel, comme le MKV, le M2TS, TS, DivX HD ou SD, AVI, MP4, WMV, Flac, ALAC, APE, WMA, MP3, LPCM, Wav-DTS, AIFF, etc. Et bonne nouvelle, OPPO a réintégré l’Autoframerate 24p avec les MKV 1080p, mais malheureusement els MKV 720p sont décodé en 60 im/s, donc peuvent afficher quelques micros saccades de temps à autres, mais dans l’ensemble la lecture est tout de même très fluide. En revanche, les vidéos 3D (MK3D, MKV 3D MVC ou Full SBS) ne sont toujours pas lues, ni les vidéos 4K. Je trouve dommage que ces formats ne soient pas pris en charge.

Sur l’OPPO BDP-105D, c’est apparemment la puce Silicon Image qui gère l’uspcaling 1080p et Ultra HD. Cet uspcaling est excellent, meilleur que l’OPPO 103EU en upscaling 1080p, mais légèrement en retrait sur l’upscaling Ultra HD face à celui du OPPO BDP-103EU et son Marvell. Cependant, les traitements vidéos Darbee et VRS améliorent grandement les films compressés, notamment avec le mode Pop Complet (déconseillé avec les vidéos HD), donc au final le résultat est tout de même bien meilleur sur le BDP-105D. Attention, car ce mode est déconseillé pour les vidéos 720p et 1080p de bonne facture, avec lesquelles il crée des artefacts, une sorte de ghosting en 2D (si, si), donc on utilisera plus le mode Haute Définition et les améliorations de l’image proposée par le VRS Clear View (amélioration des détails et des contours, lissage vidéo).

IMG_1164

IMG_7467

http://www.hdfever.fr/wp-content/uploads/2012/12/OPPO-105EU-21.jpg

Pour y voir plus clair, voici un récapitulatif sous forme de liste de cette gestion multimédia :

  • Les systèmes de fichiers NTFS et FAT sont reconnus
  • Les protocoles UPnP, DLNA, CIFS/SAMBA sont pris en charge, mais pas le NFS
  • Tous mes MKV sont passés sans problème via USB, Samba et UPnP
  • Les AVI, MP4, WMV HD, MOV, MKV, TS, M2TS, Divx HD et SD, FLV, sont pris en charge
  • Autoframerate : Le mode 24p auto est fonctionnel sur les MKV 1080p, M2TS, TS, et AVI. En revanche, les MKV 720p en 24p (23,9 ou 24 im/s) sont affichés en 50 ou 60 Hz avec de rares micro-saccades en 1080p, et de grosses saccades en sortant en Ultra HD puisque celle-ci est limitée au 2160/30p. Les films en 25 ou 30 im/s et dérivés sont affichés à la bonne cadence.
  • Upscaling : Dorénavant, tous les films en 24, 25 ou 30 im/s, quelque soit leur définition, sont upscalés par le Silicon Image, et plus en partie par le Mediatek.
  • Les filtres d’amélioration de l’image VRS et DVP sont fonctionnels sur toutes les vidéos, DVD, et Blu-ray, même en 3D et sur l’upscaling Ultra HD. Ils apportent énormément à la qualité de l’upscaling !
  • Le décodage multimédia du Mediatek est de très haute volée, ça ne change pas !
  • Il est possible de lire les BDMV (répertoires Blu-ray 2D uniquement) grâce au logiciel BDMV Modify qui modifie la structre du dossier (à faire sur un ordinateur)
  • Si vous avez des ISO SA-CD, il faudra les extraire en fichiers DSDIFF ou DSF pour les lire
  • Les sous-titres PGS intégrés au M2TS sont pris en charge
  • Les sous-titres externes peuvent être pris en charge avec le MKV et le M2TS, mais je rencontre quelques soucis avec le .srt
  • Il n’y a pas de fonction pour aller chercher un sous-titre externe qui n’a pas été nommé.
  • Il est possible de repositionner les sous-titres avec le Blu-ray et le TS, M2TS, mais pas avec les vidéos (srt, smi, ssa) et il n’est pas possible de les customiser (changer de couleur, grosseur, etc). Les tags pour sous-titres ne sont pas gérés.
  • Les sous-titres texte (SSA, SMI, SRT) sont affichés correctement et lissés à l’écran
  • La qualité audio via HDMI 1 est meilleure que via HDMI 2 à cause de l’interface HDMI Silicon Image
  • Il y a une fonction de synchronisation audio/vidéo de -200 à +200 ms, mais pas vidéo/sous-titres
  • Les multipistes de sous-titres et pistes audio internes d’un MKV sont pris en charge.
  • Les chapitres sont gérés avec les AVI, et MKV, mais pas avec le M2TS, ni avec le TS.
  • Les pistes DTS-HD et TrueHD sont prises en charge intégrées aux MKV, TS et M2TS en Bitstream, décodage LPCM ou analogique sans dégradation.
  • Les ISO DVD, DVD-A, BD et BD3D, les BDMV et BDMV dans un dossier AVCHD ne sont pas reconnus.
  • Les répertoires Blu-ray, DVD et DVD-A ne sont pas pris en charge (sauf avec l’astuce décrite pour les BDMV 2D)
  • Les vidéos Ultra HD ou 4K ne sont pas lues, quel que soit le format (MP4, H265, Y4M, MKV, etc)
  • Pratiquement aucune vidéo 3D n’est lue : pas de MKV MVC 3D, pas de Full SBS (3840 x 1080 pixels), pas de Full Top&Bottom (1920 x 2160 px), pas d’ISO 3D, pas de Dual Files, ni de Dual Stream. Seuls les MTS 3D captés par les caméscopes 3D sont lus en 3D, ainsi que les vidéos SBS et T&B en 1920 x 1080 pixels (soit une définition 1080p divisée en 2)
  • Les photos 3D MPO sont lues en 3D, mais pas les JPS (Jpeg Stereoscopique)
  • Le lecteur permet la conversion 2D/3D, SBS et T&B
  • Les images de CD sont reconnues et le fichier Cue parfaitement géré
  • Les fichiers Cue fonctionnent parfaitement avec les Flac, Wav et APE, pas avec le DSD
  • La lecture Gapless a été apportée récemment, mais est en cours d’expérimentation et en fonctionne pas encore très bien.
  • Les HDD auto-alimentés via USB fonctionnent, les HDD jusqu’à 2TO ont été reconnus parfaitement, mais pas mon HDD de 3To (il semblerait que certains 3 TO soient reconnus…)
  • Les FLAC stéréo, quadriphonique et 5.1 sont parfaitement lus, avec un décodage de très haute qualité qu’ils soient en 44.1 kHz/ 16 bits comme en 192 kHz/ 24 bits. Les tags sont gérés, avec affichage des pochettes d’albums.
  • J’ai testé un MKA qui intégrait une piste audio DTS-HD 96/24 (lue en décodage LPCM, pas lue en bitstream) et une seconde piste audio en LPCM 96/24 stéréo qui n’ont pas été reconnues (pas de gestion de multipiste audio dans le MKA donc)
  • Le LPCM en WAV a été lu en 44.1, 48, 8.2, 96 et 192 kHz du 16 au 24 bits
  • Le WMA lossless est lu.
  • Les Monkey’s Audio (APE) sont lus de 44,1 à 96 kHz, mais pas en 176,4, ni 192 kHz/24 bits
  • Les fichiers ALAC (Apple Lossless) sont désormais lus jusqu’en 192 khz et 24 bits
  • Les fichiers DSD (DSF et DSDIFF) en 2,8 et 5,6 MHz sont parfaitement lus via USB ou Samba, voire même UPnP avec des serveurs comme Foobar2000 ou oShare Media Server
  • Le MP3, AAC, WMA, Ogg, et M4A (AAC/ALAC) sont pris en charge
  • Les fichiers MLP (du DVD-Audio) ne sont pas lus
  • Mes rips de CD-DTS encodés en WAV-DTS 5.1 ont été lus (assez rare pour le souligner !)
  • Il est possible de naviguer dans les dossiers sans interrompre la musique en cours de lecture (sauf lors de la lecture d’un CD, DVD-A, ou SA-CD, logique !)
Qualité Vidéo

Traitement vidéo du OPPO BDP-105D

Passons à l’essentiel de ce test, la qualité vidéo et audio proposée par ce lecteur OPPO BDP-105D. Pour la partie vidéo, c’est strictement identique au BDP-103D, même carte, mêmes processeurs, même alimentation puisque l’alimentation linéaire n’est dédiée qu’aux seules cartes analogiques. Cependant, et j’étais pourtant persuadé de l’inverse au départ, il y a une légère différence de qualité d’image. Le BDP-105D offre une image avec légèrement moins de bruit, ce qui était le principal défaut du 103D.

Je pense que cela peut venir du fait que l’alimentation soit protégée par une coque blindée recouverte d’un revêtement plastique qui sert d’isolant électrique (ce qui réduit le rayonnement et les interférences électromagnétiques), mais aussi du fait que l’alimentation principale est ici entièrement dédiée au circuit numérique, et pas aux circuits numériques + analogiques comme sur le 103D. En effet, toute la partie de l’alimentation principale dédiée à la carte analogique a été supprimée, et déportée sur la carte analogique avec des composants plus performants. Cela permet au passage de proposer une alimentation Full linéaire pour la partie analogique.

019

Crédit photo : Jacko
En rouge, la parie dédiée à la carte analogique sur le 103D a été retirée sur le 105D pour être déporté sur la carte analogique stéréo pour proposer une alimentation Full Linéaire sur la section analogique avec un transformateur torique.

Structure du circuit vidéo

Tout comme l’OPPO BDP-103D, le BDP-105D propose les traitements Darbee Virtual Presence (DVP) et VRS Clean View uniquement sur la sortie HDMI 1. La sortie HDMI 2 n’est gérée que par le Mediatek qui lui aussi propose un post-traitement beaucoup plus light et basique. Pour profiter de la meilleure qualité, il faudra donc préférer la sortie HDMI 1, mais ça dépend des goûts, certains n’aiment pas retraiter l’image, et pour eux, la sortie HDMI 2 peut être un bon choix, surtout que le circuit est plus direct.

Pour rappel, le SoC Mediatek s’occupe donc de toute la partie décodage Blu-ray, DVD et même des fichiers multimédias comme le MKV, AVI, ou TS. C’est donc à lui que l’on doit l’excellent décodage natif du Blu-ray et des vidéos. Pour la partie Post-traitement vidéo, nous avons donc une interface de réglages très complète avec trois modes mémorisables. On peut, par exemple, régler le mode 1 d’une façon pour traiter le Blu-ray, le mode 2 d’une autre pour traiter les vidéos compressées et le mode 3 pour traiter un décodeur TV.

IMG_1170

On trouve trois parties distinctes au sein de cette interface :

  • La première partie permet des réglages classiques de Luminosité, Contraste, Teinte et Saturation, mais aussi le réducteur de bruit de 0 à 3. Tout ceci est géré par la puce Mediatek.
  • La deuxième partie permet les réglages du processing DVP (Darbee Virtual Presence), avec plusieurs modes (Haute Définition, Jeux, Pop Complet ou Désactivé), mais aussi un mode Démo qui permet de comparer sans et avec le processing DVP activé. On peut régler la puissance de chaque filtre de 0 à 120% par palier de 1, ou même désactiver ce traitement, mais nous y reviendrons plus en détail. Cette partie est gérée par le FPGA qui intègre les algorithmes Darbee.
  • La troisième partie est dédiée au traitement vidéo VRS Clear View, géré par le processeur Silicon Image. Cette section est tout aussi intéressante à mon sens, avec enfin la possibilité de régler l’accentuation des détails et des contours de façon séparée avec des paliers très progressifs qui permettent un réglage plus précis, de plus doux à beaucoup plus puissant qu’avec le Marvell Qdeo des platines OPPO BDP-103EU et BDP-105EU, mais attention, ils ne travaillent pas exactement pareil que le Sharpness du Qdeo et ont tendances à entrainer plus de bruit et des contours plus durs si on en abuse. On trouve également un mode Lissage vidéo pour éliminer les jaggies, alliasing ou autres traces de désentrelacement.

Qualité du traitement vidéo de cet OPPO BDP-105D

Je ne reprendrai pas toutes les explications et les mesures de ce traitement vidéo, puisque cela a déjà été fait lors du test du BDP-103D que vous pouvez consulter pour avoir plus d’analyses et d’informations, mais pour rappel, trois défauts avaient été constatés :

Le premier concerne une présence de bruit résiduel plus importante que sur les versions EU (03EU et 105EU) : c’est toujours le cas, mais c’est vraiment très léger sur le BDP-105D, le bruit est clairement moins présent que sur le BDP-103D. En revanche le traitement Darbee et/ou VRS Clear View apportent plus de précision et de relief à l’image. Et avec moins de bruit résiduel à l’image, c’est d’autant plus flagrant !

Le deuxième petit souci que nous avions constaté est malheureusement toujours d’actualité : Il s’agit d’un problème lorsque le BDP-105D est utilisé en mode Source Directe avec le mode de sortie RGB Vidéo. En effet, le gamma ne correspond plus au gamma de référence et affiche des dérives importantes comme en attestent les mesures ci-dessous. Une vérification dans un film montre que l’image devient plus sombre avec des noirs bouchés. Pas de panique, si vous voulez utiliser le mode Source Directe, il sera conseillé de mettre la sortie vidéo en YCbCr (4:4:4 ou 4:2:2, peut importe), mais bon, ça reste un défaut qu’il fallait signaler. Vous retrouverez toutes les mesures réalisées sur l’OPPO BDP-103D sur le test (c’est exactement pareil avec le 105D).

Gamma

Enfin, le troisième souci concernait un décalage audio/vidéo lorsque l’on activait le Darbee : inutile d’y revenir puisque ce souci a été corrigé lors des nombreux firmwares sortis depuis le premier test.

En dehors de ça, la qualité d’image est exceptionnelle, comme souvent avec les lecteurs OPPO. On aime, ou on n’aime pas, le traitement Darbee, pas de souci, nous ne sommes pas obligés de l’utiliser, on peut le désactiver, tout comme tous les traitements vidéos proposés par ce lecteur. Il y en a pour tous les goûts ! Mais ce qui est sur, c’est que ce traitement Darbee est très puissant, travaille sur la définition de l’image et optimise la gestion des ombres et des lumières pour apporter un meilleur contraste intra-image.

IMG_1156

Sans Darbee

IMG_1157

Avec Darbee

Il permet d’accentuer la perception du relief et donc l’effet 3D naturel d’une vidéo, et permet aussi d’apporter plus de précision à l’image, à tel point que l’on a l’impression d’avoir une image à mi-chemin entre la Full HD et l’Ultra HD. En vidéoprojection c’est d’autant plus flagrant. Sur un Sony VPL-HW55ES, j’ai vraiment eu l’impression qu’il y avait plus de pixels, que l’image était plus définie, moins dure, plus nuancée, et offrait un relief plus important.

Sans Darbee vs Avec Darbee

Sans Darbee (à gauche) vs Avec Darbee (A droite)

Pour rappel, il y a trois modes Darbee (Haute Définition, Full Pop, et Jeu), mais pour ma part, après avoir fait le tour, je n’utilise que le mode Haute Définition, c’est le plus naturel et les autres sont trop agressifs à mon goût. Le pire de tous, c’est le mode Full Pop qui engendre une sorte de ghosting en 3D (doubles contours voire même dédoublements comme vous pouvez le voir sur la capture ci-dessous). Par contre, il peut donner de très bons résultats sur de vieux films très compressés, mais c’est tout.

103D DVP Haute Définition vs Pop Complet : comme vous pouvez le voir, le mode Pop Complet crée des artefacts et des dédoublement d’image (regardez les carreaux sur le dos de petit faon). Ces mêmes désagréments sont visibles sur les vidéos HD et Blu-ray. Le mode Pop Complet est donc à bannir, sauf sur les vidéos vraiment abîmées.

Les résultats de ce traitement vidéo sur les paysages et les plans larges sont tout simplement impressionnants, bluffants ! Les images sont littéralement transformées avec une richesse de détails, et une profondeur de champ à perte de vue, des objets mieux détourés, plus détachés de l’arrière-plan, ce qui offre plus d’immersion dans le film. Encore hier, je me suis (re)regardé Samsara avec toujours autant d’émerveillement sur l’image totalement renversante. Elle est déjà au départ, mais avec le traitement vidéo en plus c’est une redécouverte du film, comme tous les Blu-ray visionnés avec ce lecteur.

IMG_8818

Sans Darbee

IMG_8816

Avec Darbee

IMG_1239

Sans Darbee

IMG_1236

Avec Darbee

En revanche, il n’a pas que des côtés positifs. En effet, sur les gros plans de visages, on peut se rendre compte qu’il marque un peu les traits sous les yeux et accentue les rides et formes du visage, surtout en poussant un peu trop les réglages, les acteurs paraissent plus vieux, voire fatigués. Pour ma part, je ne dépasse pas les 35%, voire 40 %, pas plus. S’il y a besoin d’accentuer un peu plus le piqué, j’utilise le VRS Clear View, mais là aussi de façon très légère.

IMG_9889

Sans Darbee

IMG_9885

Avec Darbee

Ce processing VRS Clear View est (lui aussi) applicable sur des contenus 2D, 3D et sur l’upscaling Ultra HD. Le DVP + Clear View représentent d’ailleurs le traitement vidéo le plus puissant que j’ai pu voir sur de l’Ultra HD. Quel dommage que ce lecteur n’accepte pas l’UHD en entrée HDMI. Cependant, tout comme le traitement Darbee, son influence est plus puissante en sortie 1080p qu’en sortie Ultra HD, mais le résultat est plus fin, nuancé et agréable en Ultra HD. De toute évidence, le processing vidéo sur de la 4K demande plus de ressource qu’en 1080p.

Le VRS Clear View propose plusieurs réglages :

  •     Amélioration des détails : ce filtre est très puissant, il faudra y aller doucement, car si on le pousse trop haut il engendre du bruit vidéo, surtout en arrière-plan, et un effet « chair de poule » sur les visages. Bien utilisé il apporte plus de détails et de piqué à l’image. Attention également à l’association de ce filtre avec le réglage de définition du diffuseur, ou même les modes Darbee qui aux aussi augmentent les détails de l’image. Sans DVP on peut pousser un peu plus l’amélioration des détails. Le résultat peut être vraiment excellent à petite dose et sur certains films. Pour les films au grain pelliculaire déjà très présent comme Lawrence D’Arabie, il faudra vraiment y aller modérément, voire le mettre à 0. Il peut aussi apporter un petit plus aux DVD et vidéos compressées upscalés.

IMG_6429

IMG_6431

IMG_6433

  •     Renforcement des contours : ce filtre est plus doux que l’amélioration des détails, surtout sur de l’upscaling UHD. Il permet d’apporter des contours plus saillants, plus nets, et donc offre plus de relief à l’image, mais attention aussi de ne pas trop en abuser, car il engendre des doubles contours. il peut également accentuer les jaggies (effets d’escaliers sur les obliques), surtout avec les vidéos entrelacées. Encore une fois, il faudra donc le doser subtilement et faire le juste équilibre entre DVP, Amélioration des détails et des contours. Il peut également apporter son efficacité sur des vidéos et DVD upscalés, ou même du Blu-ray upscalé en UHD.
  •     Lissage vidéo : on pourrait le mettre en opposition avec le renforcement des contours, car ce filtre permet de les lisser afin de réduire justement les effets d’escalier sur les vidéos entrelacées ou compressées (Jaggies). Cependant, il peut très bien être associé au filtre de Renforcement des contours pour trouver un juste équilibre entre le gain en relief sans trop engendrer de jaggies. C’est un filtre très doux et intéressant, mais à mon sens, il est a éviter sur les vidéos HD et Blu-ray.
IMG_1253

Sans Traitement VRS

IMG_1256

Avec Traitement VRS

Comme vous pouvez le constater, le traitement vidéo est vraiment ultra complet. Ce n’est pas encore au niveau d’un processeur vidéo Lumagen Radiance Darbee qui intègre un processeur VXP totalement hallucinant, mais on s’y rapproche pour un prix bien plus accessible. Cependant, pour ma part, je regrette deux absences à ce traitement : le réglage d’amélioration un contraste intra-image dynamique du BDP-105EU qui apporte une image plu dynamique, et un réducteur de bruit efficace, car celui proposé est assez limité. D’autre part, je trouve le réglage du Sharpness proposé par le Marvell Qdeo plus efficace et simple à régler que les VRS Clear View, surtout qu’il n’entraine aucune remontée de bruit. Par contre, le Qdeo est moins puissant, surtout en upscaling UHD.

Connecter un appareil aux entrées HDMI de l’OPPO BDP-105D

Les entrées HDMI, c’est évidemment l’autre gros intérêt de ce traitement vidéo hyper complet qui permet d’utiliser l’OPPO comme véritable Scaler externe pour améliorer l’image de n’importe quel appareil : un lecteur multimédia, une Box TV, un ordinateur, une caméra, un Smartphone, une Tablette, une console de jeux, etc. Dorénavant, je ne rencontre plus de saccade en entrant en 24p depuis un lecteur multimédia. C’est d’autant plus intéressant que l’on peut également s’en servir pour upscaler ces sources en Ultra HD. Malheureusement, pour le,moment, il n’est conseillé de n’upscaler en UHD que les sources 24p à cause de la limitation 2160/30p en sortie HDMI.

En clair, si vous upscalez une chaine TV qui propose du 50 im/s, elle sortira en Ultra HD à 25 im/s, donc moins fluide. Mais, patience, car il semblerait qu’OPPO prépare un firmware permettant de sortir en UHD jusqu’à 60 im/s (2160p/60). C’est cette nouvelle interface HDMI proposée par le Silicon Image qui le permet, donc ce ne sera pas possible sur les OPPO 103EU et 105EU. Petit rappel également sur le fait que le DTS-HD et le TrueHD ne sont toujours pas gérés en entrée HDMI, il faudra soit rentrer en LPCM, soit en DTS, soit en Dolby Digital 5.1.

Upscaling Ultra HD de l’OPPO BDP-105D

C’est simple, je n’ai toujours pas vu d’upscaling Ultrra HD et de traitement vidéo aussi performant que le processeur vidéo externe Lumagen Radiance 2041 Darbee, mais l’OPPO BDP-105D s’en rapproche grandement et c’est bien le seul de tous les appareils que j’ai testé capable d’offrir une telle qualité d’image sur de l’upscaling UHD. J’ai testé pas mal de diffuseur UHD comme les Samsung F9000, Sony X9, Philips PFL9708, Toshiba L9, Sony VPL-HW500ES, LG LA970V, et tous ont grandement profité de l’upscaling UHD de l’OPPO qui permet d’offrir une image bien plus piqué, précisé et dotée d’un meilleur relief que l’upscaling interne des téléviseur.

IMG_8868

Sony VPL-HW500ES sans upscaling UHD OPPO, ni traitement Darbee.

IMG_8869

Avec upscaling UHD + traitement vidéo de l’OPPO. Cette capture avait été réalisée avec l’OPPO BDP-103D, mais les résultats sont identiques, voire mieux avec l’OPPO BDP-105D.

Qualité Audio HDMI du OPPO BDP-105D

Là aussi, pas de surprise, comme je vous l’ai indiqué en introduction, je retrouve strictement la même qualité audio analogique proposée par le BDP-105EU, ce sont les mêmes alimentations, mêmes cartes, mêmes composants, mêmes connecteurs. Il n’y a que la qualité audio de la sortie HDMI 1 qui a changée, en mieux. Cela est dû au processeur Silicon Image qui propose une interface HDMI de meilleure qualité que celle proposée par le Mediateck. En toute logique, vu que le Médiatek gère toujours la sortie HDMI 2, celle-ci ne change pas par rapport au BDP-105EU. La sortie HDMI 1 est donc meilleure que la sortie HDMI 2 (plus d’ampleur, de spatialisation et de meilleurs graves). Un vrai casse-tête pour ceuyx qui séparent l’audio d ela vidéo puisqu’ici vous aurez de meilleurs résultats en sortant l’audio + la vidéo via HDMI 1.

Quelques points clés à connaitre sur l’OPPO BDP-105D :

  • Possibilité de séparer l’audio de la vidéo grâce aux deux sorties HDMI
  • Possibilité de sortir en Deep Color 36 Bits, 30 Bits Ditering, 30 Bits, ou 24 bits Ditthering, ou en 24 Bits (Deep Color Désactivé donc).
  • Possibilité de sortir en RGB vidéo (YUV 4:4:4 en 16-235), RGB PC (YUV 4:4:4 en 0-255), YCbCr 4:2:2 ou YCbCr 4:4:4
  • Possibilité d’opter pour un mode Sortie Directe pour contourner tous les traitements vidéo et upscaling (attention de bien opter pour un décodage en YCbCr avec ce mode, sous peine de dérive en RGB).
  • La sortie HDMI 1 est la seule qui profite des traitements vidéo Darbee et VRS Clear View
  • Le traitement Darbee propose trois modes : Haute Definition (le plus efficace et naturel), Full Pop (le plus agressif, conseillé pour les vidéos trop compressées) et Jeu (pour les jeux ^^)
  • Le traitement Darbee va de 0% à 120% par paliers de 1% (réglage ultra précis donc)
  • Le traitement Darbee peut se désactiver, tout comme le traitement VRS Clear View
  • Le traitement VRS propose une amélioration des détails, des contours et un lissage vidéo
  • Le traitement du Mediatek propose un réducteur de bruit très light, peu efficace, un réglage du contraste, de la luminosité, teinte et saturation des couleurs
  • Les trois traitements vidéos sont cumulables, ou peuvent s’utiliser seul.
  • Les upscaling 1080p et UHD sont très efficaces, surtout avec l’amélioration vidéo proposée par le Darbee + VRS
  • Pour le moment, l’Upscaling UHD n’est conseillé qu’avec les vidéos et Blu-ray en 24p, mais OPPO prépare un firmware pour sortir jusqu’en 2160p/60
  • Il est possible de forcer la lecture 24p avec les DVD US pour récupérer le core 24p  (non conseillé avec les DVD européens qui n’intègrent pas ce fameux noyau 24p)
  • Il est possible d’appliquer des zooms image, même avec le Blu-ray comme la fonction V-Strech pour les possesseurs d’écran de projection en 2.35:1. Cela fonctionne également avec le Blu-ray 3D, et l’upscaling UHD.
  • Toutes les sources connectées via HDMI IN peuvent être traitées et upscalées de la même manière que les Blu-ray, DVD ou vidéo lues à partir de l’OPPO
  • Les entrées HDMI IN ne gèrent pas les DTS-HD, TrueHD ou DSD, mais gèrent bien le LPCM 7.1 en 96 khz, le DTS, Dolby Digital 5.1.
  • La qualité audio est meilleure via HDMI 1 que HDMI 2 grâce à l’interface HDMI Silicon Image qui ne gère que la sortie HDMI 1.
  • Le DSD du SA-CD n’est géré que via HDMI 2. Si l’ampli n’est pas compatible DSD, le DSD sera automatiquement transcodé en PCM, même sur les sorties analogiques, sauf si vous désactivez l’audio HDMI.
  • Le DSD n’est pas envoyé en sortie Optique ou Coaxial. Pire, la couche CD du SA-CD n’est pas envoyée via Coaxial ou Optique non plus
  • le port USB B asynchrone permet de connecter un PC au OPPO qui sera utilisé comme DAC externe. Ce port USB est compatible PCM jusqu’en 192 kHz/24 bits et DSD 2,8 et 5,6 MHz. Un driver est fourni par OPPO.
  • On peut choisir l’entrée à utiliser (USB B, Coiaxial, Optique, HDMI 1 In ou HDMI 2 In, HDMI ARC) ave cla touche « Input » de la télécmmande
Qualité Audio

Qualité Audio analogique de l’OPPO BDP-105D

IMG_1259

C’est donc pour sa musicalité en sortie analogique et ses fonctions DAC que l’OPPO BDP-105D se distingue vraiment du 103D, mais là encore, nous sommes en terrain connu puisque c’est exactement pareil que le BDP-105EU à part un détail, la gestion du DSD via USB B asynchrone. En clair, ceux qui ont déjà lus le test du 105EU n’apprendront rien dans ce chapitre. Un gros travail a été fait sur cette section analogique, car si on n’attend pas la musicalité de certains DAC haut de gamme, le BDP-105D rivalise tout de même avec de nombreux DAC que j’ai pu tester dans une gamme tarifaire autour de 1000 € voire plus. C’est aussi la seule solution actuelle permettant de profiter des SA.CD en 5.1 avec une telle musicalité ! De plus, son application et ses compatibilité multimédia, font de lui un lecteur réseau audiophile multicanal compatible DSD d’excellente qualité ! Si on rajoute à ça, ses capacités de préamplificateur home cinéma ou Hifi grâce à son contrôle du volume, il sera difficile de trouver plus complet et qualitatif. Il ne reste plus qu’à attendre un peu que la lecture Gapless soit vraiment au point, et l’application un peu plus aboutie et tout sera quasiment parfait.

IMG_1185

Présentation de la configuration audio du OPPO BDP-105D

IMG_1174

IMG_1175

IMG_1176

La configuration est presque identique à celle du BDP-103D à part la gestion de la sortie stéréo dédiée (XLR ou RCA) et de la fonction DAC externe. Pour résumer rapidement les possibilités de réglages, on peut opter pour un décodage des flux binaires (DTS, Dolby, DTS-HD ou TrueHD) en bitstream, ou en LPCM (excellent décodage LPCM de la part du OPPO au passage), opter pour un downmix stéréo ou un décodage des canaux frontaux sur la sortie stéréo dédiée (XLR ou RCA), limiter l’échantillonnage en sortie SPDIF à 192, 96 ou 48 kHz si vous utilisez un DAC externe qui ne gère pas certains échantillonnages, synchroniser l’audio et la vidéo, ou encore opter pour un contrôle du volume ou une sortie volume fixe. Pour la gestion de la sortie analogique 7.1, il n’y a pas de changement. Pour permettre une connexion directe vers un ampli de puissance pour profiter vraiment de la qualité analogique de ce lecteur Oppo, ou vers un ampli AV doté d’une entrée analogique 7.1 l’interface propose plusieurs réglages, comme le ferait un préamplificateur.

IMG_1177

IMG_1178

Ainsi, il sera possible de choisir la configuration des enceintes associées (stéréo, quadriphonie, 5.0, 5.1, 7.1), la taille des enceintes (colonnes ou bibliothèques), le niveau de sortie, la distance au point d’écoute, le Crossover pour l’utilisation d’un éventuel caisson de grave. On pourra également appliquer un contrôle de la gamme dynamique (DRC). On peut également inverser la polarité des sorties XLR. Enfin, pour connecter un appareil externe et profiter de la fonction DAC du OPPO, il suffit d’opter pour une des entrées numériques (Coaxial, Optique, USB B ou HDMI IN) et appuyer sur la touche « Input » afin de choisir l’entrée voulue. Rien de plus simple. La seule chose qui manque, et qui serait vraiment intéressante, c’est un égaliseur complet et un système de calibration par microphone.

Fonction DAC : USB B asynchrone, HDMI IN, Optique et Coaxial

Un mot sur le port USB B asynchrone. Ce dernier sert donc à connecter l’OPPO à un PC qui le reconnaitra comme carte audiophile externe. Malheureusement, cette fonction est limitée à la stéréo pour le moment (pas de 5.1, quadriphonie, ou encore moins de 7.1 via USB B). Cette entrée gère donc le LPCM jusqu’en 192 khz et 24 bits et dorénavant le DSD jusqu’à 5,6 Mhz sur 1 bit, par contre pas de DTS ou Dolby Digital. En revanche, les entrées Coaxial et Optique gèrent bien le DTS et Dolby Digital qui seront convertis soit en stéréo sur la sortie stéréo, soit en 5.1 sur la sortie multicanal. Par contre, le port USB B accepte les 176.4 et 192khz, tandis que les entrées SPDIF sont limitées au 96 kHz. Quant aux entrées HDMI, elles acceptent le 7.1 en entrées jusqu’à 96 kHz/24 bits et le DTS, Dolby Digital Plus et AAC. Pas de DTS-HD, pas de TrueHD, ni de 192 kHz en entrée. Toutefois, je déconseille l’utilisation des entrées HDMI pour la fonction DAC, le Coaxial offre les meilleurs résultats, suivit de l’Optique, de l’USB et enfin l’HDMI qui soufre plus du jitter que les autres. Notez que depuis un PC il est possible de profiter de la correction acoustique automatique avec un microphone connecté au PC.

Pour la connexion USB asynchrone, il faudra télécharger le driver OPPO sur le site officiel. Ce dernier dispose de son propre driver ASIO qui permet la gestion native du DSD. Il faudra donc bien configurer Foobar200 pour profiter du DSD natif, et faire bien attention qu’il ne soit pas converti en PCM par Foobar2000. Avec J.River, la manipulation est plus simple. Sur MAC vous pouvez utiliser le logiciel de lecture audio Audirvana Plus qui gère le DSD.

ASIO OPPO

Pour ma part, j’ai surtout utilisé Foobar2000 avec les drivers ASIO pour une liaison bitperfect avec l’OPPO. C’est-à-dire que l’échantillonnage natif du fichier audio en cours de lecture est directement envoyé au DAC de l’OPPO sans passer par le gestionnaire audio de Windows, donc inutile de changer sans arrêt l’échantillonnage en sortie. De plus, les drivers ASIO permettent de réduire le temps de latence. Mais pour tout dire, ce n’est pas comme ça que j’ai eu la meilleure qualité d’écoute. Comme déjà dit, c’est via Coaxial avec un SNR à plus de 108 dB en sortie stéréo RCA, et 113 dB en sortie XLR, contre moins de 100 dB via USB. J’ai même eu de meilleurs résultats via la sortie Coaxiale de la carte son Asus STU II que cette du Realtek avec des différences de 5 dB en SNR. Plus le flux numérique sera de qualité, meilleure sera la conversion N/A. Ce qui est logique, mais qui mérite d’être précisé à tous ceux qui doutent qu’un flux numérique est un flux numérique, que c’est une suite de 0 et de 1, et qu’il n’y a pas de différence de qualité …

Qualité du circuit analogique de l’OPPO BDP-105D

On en vient à l’essentiel, la qualité analogique proposée par ce lecteur universel « audiophile ». Beaucoup ne trouvent pas d’intérêt à utiliser les sortie analogique 7.1, mais pour ma part cela à une grande importance pour profiter d’une écoute multicanal de haute qualité et doté d’une belle musicalité, que ce soit avec du Blu-ray, Pure Audio Blu-ray, mais aussi du DVD-Audio, CD-DTS,  Super Audio CD ou du Flac 5.1 ou 4.0 (j’ai quelques superbe albums en quadriphonie, je regrette que ce format ne soit que très rarement utilisé). par contre, pour vraiment profiter de cette sortie analogique 7.1, il faut aussi que l’amplification soit de qualité « audiophile », ce que très peu d’amplificateurs home cinéma proposent. Citons tout de même les amplis NAD, Arcam, Primare et Cambridge Audio (entre autres). Sinon, il faudra passer par un  bloc de puissance multicanal.

IMG_4054

Le superbe ampli Teac AI-3000 doté d’entrées XLR : une très belle association avec l’OPPO, qui manque un peu de douceur et de rondeur, mais quelle dynamique ! Enceintes douces et chaleureuses conseillées avec ce couple :)

La qualité analogique du OPPO BDP-105D est techniquement très bonne, même excellente avec des SNR de 105 dB en 7.1, 108 dB en RCA stéréo et 113 dB en XLR, une diaphonie de -103 DB via RCA et -110 dB via XLR on atteint des performances de très bon DAC vendus dans les 100 euros (par contre certains DAC haut de gamme proposent des SNR à 120 dB, et des diaphonies aux alentours des -115 dB voire moins). Mais bon, plus que les mesures, c’est surtout la musicalité. Certes sans bonnes mesures, on ne peut pas avoir de belle musicalité, mais il existe des DAC avec un SNR de 105 dB plus musicaux qu’un DAC doté d’un SNR de 115 dB.

Le 105D propose un timbre légèrement chaleureux, mais rien d’excessif, un juste milieu idéal pour une écoute home cinéma et Hifi. Il est très bon sur tous les critères, offre une écoute riche en détails, une très belle attaque de note, des graves profonds, des médiums parfaitement articulés, des instruments, une très belle restitution des vois et et une excellente spatialisation, ouverture de scène et profondeur d’écoute. Il n’y a aucun critère qui soit en retrait, mais on peut trouver mieux sur tous les critères. En clair, ça dépend des goûts de chacun, et surtout des exigences. Pour ma part, j’avoue utiliser encore un DAC externe, mais je teste énormément d’appareils hifi dont certains haut de gamme, et je suis devenu un peu difficile, surtout après avoir écouté l’OPPO 105EU Muse modifié par Espace-Musical qui m’a offert une meilleure musicalité, et tout simplement la plus belle écoute de SA-CD qui j’ai pu faire dans ma vie.

Attention, même sur le BDP-105D de base, les écoutes sur le S.A.CD sont magiques, bien plus vivantes que sur le BDP-95EU d’il y a trois ans, avec une localisation des instruments très précise, une présence, un timbre réaliste qui nous projette au coeur même des musiciens. On reste dans une écoute douce, sensuelle, soyeuse et surtout très naturelle, très analogique. Il suffit d’écouter les superbes enregistrements S.A.CD de LINN comme « The Super Audio Collection Volume 4 (avec du DSD 5.1 et une couche HDCD). Les notes sur le piano sont rapides, percutantes et voluptueuses à la fois, les attaques sur les cordes de guitare sont cristallines, mais toujours un peu suaves. La scène sonore est parfaitement équilibrée, on ne ressent aucune diaphonie, ni même distorsion. Les voix sont sensuelles, l’écoute est reposante, naturelle, très analogique, jamais fatigante ou agressive. Les passages de musique Classique offrent un timbre unique, vivant et une image sonore très en relief. Malgré le grand nombre d’instruments, l’écoute n’est jamais brouillonne , ni agressive, on distingue bien chaque note, chaque instrument. Sur le S.A.CD du maitre Miles Davis : la trompette offre beaucoup de corps, de texture, un son avec beaucoup de matière et de nuances, avec l’impression que les instruments jouent pour nous, se projettent dans notre salon. La lecture S.A.CD atteint pour moi des sommets ! C’est tout ce que j’aime :)


Quelques mesures du signal analogique

Comme j’avais déjà bien analysé le signal analogique via RCA lors du test du BDP-105EU, pour changer un peu et apporter du nouveau avec ce test du BDP-105D, j’ai réalisé des mesures de la sortie XLR grâce à une carte M-Audio Pro qui propose des entrées XLR symétriques. Ce n’est pas le jour et la nuit avec la sortie RCA stéréo, mais on gagne tout de même environ 5 dB de SNR (donc + 5dB de gamme dynamique et -5dB de niveau de bruit) et cela se ressent surtout sur les écoutes en 24 bits ou en DSD, et surtout en diaphonie et donc en spatialisation avec une meilleure image stéréo, plus profonde, plus ouverte, plus enveloppante. Pour le reste, on retrouve à peut près la même chose, toujours un THD exceptionnellement bas, et une réponse en fréquence parfaite en 44,1, 96 ou 192 khz. Pour optimiser la qualité analogique, j’ai activé le mode Pure Audio et désactivé la sortie audio via HDMI.

Appareil testé OPPO 105D via entrée Coaxial
Quantification 24-bit
Échantillonnages Les mesures sont quasi identiques en 48 et 96 khz avec une quantification 24 bits
Sortie analysée Sortie analogique XLR Symétrique
Version RMAA 6.2.3 PRO
Filtre 20 Hz – 20 kHz ON
Normalisation de l’amplitude ON
Niveau Gauche/Droite 0,2 dB / 0,2 dB
Mode Mono (Stereo) OFF
Signal de Calibration, Hz 1000
Polarité correct/correct

Résultats des Mesures

Réponse en Fréquence (de 40 Hz à 20 kHz), dB
+0.01, -0.05
Excellent+
Niveau de Bruit, dB (Pondéré A)
-113,1
Excellent
Gamme Dynamique, dB (Pondéré A)
113,5
Excellent
THD, %
0.0002
Excellent+
THD + Bruit, dB (Pondéré A)
-105.0
Excellent
Distorsion d’Intermodulation (IMD) + Bruit, %
0.0013
Excellent+
Diaphonie Stéréo, dB
-110.8
Excellent+
IMD at 10 kHz, %
0.0009
Excellent+
Performance Générale
Excellente

Réponse en fréquence

De 20 Hz à 20 kHz, dB
-0.13, +0.01
De 40 Hz à 15 kHz, dB
-0.05, +0.01

Superbe réponse en fréquence, qui se place parmi les toutes meilleures. Elle est droite, et ne chute pas avant 48 khz pour une parfaite reproduction de tout le spectre audio échantillonné en 96 khz, des basses fréquences, jusqu’aux plus hautes fréquences ! C’était déjà le cas sur le BDP-95EU, le BDP-105EU et même sur le BDP-103D d’ailleurs.

Niveau de Bruit

noise

Left
Right
RMS power, dB
-110.9
-111.2
RMS power (A-weighted), dB
-113.1
-113.3
Peak level, dB FS
-90.2
-91.0
DC offset, %
-0.0
-0.0

Plus le niveau de bruit est bas, plus le signal audio est limpide, même au niveau de la reproduction des détails les plus subtils. Avec un niveau de bruit pondéré A vraiment très bas (-113 dB à peu près), il s’agit d’une des améliorations que proposent les sorties XLR par rapport aux sorties RCA et qui enterre littéralement le 103D (-92dB), et fait beaucoup mieux que le BDP-95EU (-97db). Cela fait parti des très bons résultats que j’ai pu obtenir lors de mes tests de DAC, à peu près équivalent au Teac UD-501, mais ça reste en-dessous de DAC comme le Hegel HD11 (-115 dB / 900 €) ou l’excellent DAC NAD M51 qui approche les -120 dB !

Gamme Dynamique

dynamics

Left
Right
Dynamic range, dB
+111.5
+112.1
Dynamic range (A-weighted), dB
+113.4
+113.6
DC offset, %
-0.00
-0.00

La gamme dynamique (plus de +113 dB) est encore un secteur où le 105D propose une bien meilleure qualité via XLR que RCA, et enterre évidemment le 103D (+93dB). Jusque là, les mesures sont assez proches de celles annoncées par OPPO sur son rapport technique (il est bon de souligner, car c’est assez rare). Un belle gamme dynamique bien haute permet d’apporter une scène sonore plus vivante, détaillée, intelligible avec des micro détails qui ne se font pas écraser par les sons les plus forts. Cette mesure va souvent de pair avec le niveau de bruit. Là aussi cela fait parti des très bons résultats obtenus lors des tests de DAC externes, mais toujours en-dessous de DAC comme le Hegel HD11 (115 dB) et NAD M51 (+120 dB environ).

THD + Bruit (à -3 dB FS)

Left
Right
THD, %
+0.0003
+0.0003
THD + Bruit, %
+0.0011
+0.0011
THD + Bruit(Pondéré-A), %
+0.0009
+0.0008

Le THD reste identique via XLR et RCA. Que dire de plus, le THD+N a été mesuré à 0.001% (-101 dB pondéré A et 0.0003% de THD contre 0.0030 % sur le 103D avec -85dB ). Un taux de distorsion harmonique insignifiant, parmi ce qu’il se fait de mieux, là aussi, très proches des mesures annoncées par OPPO.

Distorsion d’Intermodulation (IMD)

Left
Right
IMD + Bruit, %
+0.0012
+0.0012
IMD + Bruit (Pondéré-A), %
+0.0009
+0.0009

Cette valeur est identique via RCA et XLR, elle indique la capacité des AOP (amplificateur opérationnel intégré aux  circuits analogiques des cartes son) à amplifier un signal sans déformer le signal d’entrée. Si le signal de sortie n’a pas la forme du signal d’entrée, on dit qu’il y a distorsion. La non-linéarité d’amplitude donne de la distorsion harmonique et entraine de l’intermodulation. Plus cette valeur sera faible, plus le signal de sortie amplifié sera fidèle au signal d’entrée non amplifié. Une Distorsion d’intermodulation de +0.005 % Pondéré-A est déjà excellente. Encore une fois le OPPO BDP-105D fait un excellent score avec +0.001 % à peu près sur le canal droit comme sur le gauche.

Diaphonie Stéréo

cross

Left
Right
Crosstalk at 100 Hz, dB
-109
-109
Crosstalk at 1000 Hz, dB
-110
-111
Crosstalk at 10000 Hz, dB
-92
-92

Une des mesures les plus importantes pour moi, car elle est représentative de la spatialisation. La diaphonie est à l’audio ce que le ghosting est à la vidéo 3D : moins il y a de diaphonie stéréo, plus la scène sonore est en relief, profonde et ouverte avec une sensation d’écoute holographique. Moins il y a de diaphonie plus on localise les musiciens et les instruments dans la scène sonore. Jusqu’ici, j’avais relevé des niveaux de diaphonie de – 103 dB sur la sortie RCA, c’est l’un des gros avantages des sorties XLR symétrique qui offrent une bien meilleure séparation des canaux avec une diaphonie qui descend à -109,6 dB. C’est un excellent résultat digne des meilleures DAC (la courbe n’est pratiquement plus visible). Il est très rare de descendre en-dessous, mais certains lecteurs ou DAC très haut de gamme vont à -115 dB voire moins. Le NAD M51 offre le même niveau de Diaphonie que l’OPPO 105D via XLR.

Balayage de Tonalité

Left
Right
IMD + Noise at 5000 Hz,
0.0008
0.0008
IMD + Noise at 10000 Hz,
0.0009
0.0009
IMD + Noise at 15000 Hz,
0.0009
0.0009

Tout simplement parfait, et impressionnant ! Le balayage de tonalité est tellement bas que la courbe n’est même plus visible. Aucune fréquence ne remonte (ou est « en avant » selon le jargon utilisé).

Comme vous pouvez le voir, les résultats sont vraiment excellents dans tous les domaines. Le circuit analogique est très bien équilibré, propose une qualité intrinsèque excellente, de la dynamique, un niveau de bruit très bas, un THD insignifiant,une diaphonie très basse et un tonalité très équilibrée, bref, c’est parfait ! Par contre les mesures restent les mesures, et cela ne veut pas dire que le timbre plaira à tout le monde. La musicalité est une affaire de goût, et d’habitude. Forcément, quelqu’un habitué à un lecteur CD haut de gamme ou à un DAC ultra performant, pourra trouver le rendu encore un peu perfectible, notamment sur les aigus qui mériteraient d’être un peu plus raffinés, plus doux et lumineux, un grave qui mériterait d’être un peu plus percutant, un une écoute un peu plus charnelle serait appréciable, mais pour aller plus loin, cela risquerait de faire monter la facture en flèche, et on a là déjà un sacré exploit, car les résultats sont tout de même meilleurs que de nombreux DAC testés aux alentours des 1000/1500 € ! L’OPPO est donc un super rapport qualité/prix, ça ne fait aucun doute !

Conclusion

Conclusion

Cet OPPO BDP-105D offre des possibilités vraiment énormes, exclusives, le tout avec une qualité qui va très loin dans tous les secteurs. Cette platine universelle réunis un scaler externe haut de gamme compatible UHD, un lecteur SA-CD de qualité audiophile et multicanal (ce qui n’existe tout simplement pas sur le marché), un DAC externe d’excellente qualité compatible DSD et également multicanal (là aussi ça n’existe pas encore sur le marché), un lecteur réseau hifi, un lecteur Blu-ray ultra puissant, un lecteur DVD-Audio, un lecteur CD de qualité, un lecteur multimédia très complet même si ce n’est pas encore à la hauteur d’un Popcorn Hour A-410 ou un Zappiti Player et un préamplificateur de très bonne qualité (même si le contrôle du volume n’est pas aussi performant que de vrais préamplis, et l’absence d’égaliseur peuvent poser des limites). Le tout pour un prix très compétitif de 1519 €. Sincèrement, je ne pense pas qu’il soit possible de faire mieux à ce prix !

Son transfert audio numérique offre une très bonne qualité de restitution, surtout via HDMI 1 grâce à la nouvelle interface HDMI Silicon Image. Son circuit analogique offre une musicalité à la hauteur d’excellents DAC externes et offre de superbes écoutes avec la musique en 24 bits et le Super Audio CD ou même avec les films. Sa fonction DAC stéréo ou multicanal est très réussie, avec dorénavant la possibilité de lire le DSD via USB asynchrone, UPnP, Samba ou USB Host. Cette fonction DAC est capable de transformer la qualité de votre TV, de votre lecteur multimédia, de votre lecteur CD, bref, n’importe quel appareil que ce soit via ses entrées Optique, Coaxial, USB B ou HDMI.

IMG_9861

Sa gestion multimédia est très fonctionnelle, stable, et offre un décodage vidéo et audio de toute beauté, avec un Autoframerate 24p fonctionnel, un upscaling 1080p ou UHD très puissant, et la grande majorité des formats vidéo, audio et photo lus sans problème. Il reste encore quelques regrets comme l’absence d’Autolipsync, de lecture des ISO, des SA-CD gravés sur DVD-R, mais elle suffira amplement à 90 % des utilisateurs. D’autant plus que l’on peut lire les structures Blu-ray 2D (voir l’astuce dans le chapitre multimédia).

L’OPPO BDP-105D est un lecteur Blu-ray d’exception, qui ne rencontre aucune concurrence à l’heure actuelle (ce que je regrette d’ailleurs, mais heureusement d’autres choix arrivent dans le courant de l’année, espérons qu’ils répondent aux attentes). Il est doté d’un traitement vidéo révolutionnaire. Les possibilités sont énormes et il sera difficile de ne pas trouver son bonheur avec le Darbee Virtual Presence, le VRS Clear View et le traitement interne au Mediatek, tous entièrement paramétrable et trois modes mémorisables que l’on peut adapté à divers types de sources HD, SD, jeu, chaînes TV, ou même sur de l’upscaling UHD. C’est d’ailleurs le traitement vidéo le plus puissant que j’ai pu essayé sur de l’upscaling Ultra HD (dommage que ce lecteur n’accepte pas l’Ultra HD natif).

Depuis mon test du 103D, de nombreux petits bugs ont été corrigés. OPPO nous a habitués a un excellent suivi firmware, et ne m’a pas déçu, encore une fois. Je ne rencontre plus de décalage audio/vidéo, le traitement vidéo a été amélioré, plus fin et plus palliatif, le DSD est dorénavant géré via USB B, le mode de lecture Gapless a fait son apparition, encore au stade expérimental, mais patience, la gestion multimédia a été améliorée avec l’Autoframerate 24p sur les MKV, et OPPO nous réserve encore d’autres améliorations à venir (on parle entre autres d’une possibilité d’upscaling en 2160p/60).

Reference - 5 étoilesEncore une fois, je ne peux que féliciter OPPO pour tout ce travail accomplie, leur sérieux, leur passion, leur suivi de ces lecteurs d’exception qui ont conquis tellement d’utilisateurs. C’est donc sans hésiter que l’OPPO BDP-105D reçoit la récompense ultime de Reference HDfever.

Je remercie Univers HighTech pour le prêt du OPPO BDP-105D Darbee Edition en vente chez eux en version noir ou argent, au prix de 1 519 € avec trois ans de garantie.

Les notes sont évidemment en fonction du prix des appareils :

  • Qualité de fabrication :
  • Qualité du décodage natif vidéo :
  • Qualité du traitement vidéo DVP + VRS :
  • Qualité de l’upscaling 1080p &UHD :
  • Qualité de la 3D :
  • Prise en charge multimédia :
  • Qualité audio analogique RCA :
  • Qualité audio analogique XLR :
  • Qualité audio numérique (HDMI 1) :
  • Fonctions et réglages :
  • Qualité de la connectique :
  • Qualité de la fonction DAC :
  • Qualité de la fonction Scaler :
  • Rapport Qualité/prix:

Ce que j’ai aimé avec le OPPO BDP-105D :

  • Le design haut de gamme et la qualité de fabrication
  • Un lecteur Blu-ray Universel complet aux fonctions inédites
  • Fonctionnement ultra rapide avec Dual Core
  • Un lecteur très silencieux, qui ne chauffe pas
  • Un lecteur qui lit tous les supports existants !
  • L’excellente qualité de décodage vidéo native
  • Un upscaling 1080p et 4K très performant !
  • Le Post-traitement le plus complet et puissant jamais testé : Darbee Virtual Présence et VRS Clean View
  • Post-traitement vidéo très puissant sur la 3D et en upscaling Ultra HD (assez rare pour le souligner)
  • Une gestion multimédia plutôt complète
  • Support du protocole SAMBA, UPnP et DLNA
  • La lecture des fichiers DSD (DSDIFF, DSF) en 2,8 et 5,6 MHz
  • La fonction DAC avec gestion 192 khz et DSD 5,6 Mhz
  • Qualité 3D avec le Blu-ray 3D : gestion de la diagonale, et V-Strech et Darbee Virtual Presence
  • La lecture des Super Audio CD exceptionnelle !
  • La qualité de transfert audio via HDMI 1 très performante (meilleure que le BDP-105EU)
  • Une très bonne qualité analogique via RCA et excellente via XLR
  • La fonction de scaler externe sur les entrées HDMI avec DVP et VRS (même si encore instable)
  • La connectique très complète avec 2 sorties et 2 entrées HDMI et la fonction ARC et MHL
  • Possibilité d’utiliser la platine comme Préampli Hifi et HC (contrôle du volume, ARC, Scaler, configuration audio, etc)
  • L’application MediaControlHD qui permet de contrôler le lecteur et lancer vidéos et musiques sans allumer la TV.
  • La possibilité de dézoner la platine (kit en option)
  • L’excellent rapport qualité/prix : 1519 €

Ce que je regrette avec l’OPPO BDP-105D :

  • Toujours un peu sensible au bruit vidéo (moins que le 103D)
  • Composants intégrés à l’alimentation de la carte principale en retrait comparé au OPPO BDP-103EU (bruit résiduel, très léger, mais visible, et dynamique de l’image  en retrait comparé au 105EU)
  • Quelques erreurs colorimétriques et noir bouché en sortie Directe en mode RGB 16-235
  • Les services internet inintéressants, trop pauvres, surtout en France
  • Pas de support NFS, ni des ISO Blu-ray, ISO DVD et ISO SA-CD
  • ISO SA-CD gravées sur DVD-R non pris en charge !
  • Pas de port USB 3.0
  • Pas de lecture multimédia du Monkey’s Audio 192 kHz et MLP
  • Pas de lecture des vidéos 4K, ni de gestion 4K en entrée HDMI
  • Une gestion multimédia 3D inintéressante
  • Pas de DTS-HD & TrueHD via les entrées HDMI
  • Pas de support du DSD via HDMI 1 (ok via HDMI 2)
  • Pas d’égaliseur, ni de correction automatique par microphone
  • Upscaling UHD limité au 2160/30p (pas de 60 im/s)
  • Pas de gestion multicanal via USB B
  • Un potentiomètre de volume pourrait être intéressant pour un contrôle du volume plus qualitatif
  • La musicalité n’atteint pas encore celle des meilleurs DAC

91 commentaires

  1. avatar
    BESMAN Bernard /

    Bonsoir je viens de faire l’acquisition d’un OPPO 105D EU MRZ , et je cherche un adaptateur WIFI compatible , j’ai trouvé une clé WIFI mais à 50 euros !! existe t’il une autre solution car je voudrais prendre NETFLIX par l’OPPO .
    merci de votre réponse .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: