Facebook Tweeter Tweeter

Test Sony KDL-65W855A : un contraste record pour une TV Edge LED !

IMG_9588

De temps en temps, lors des tests, on tombe sur de vraies surprises. c’est le cas avec ce téléviseur Sony KDL-65W855A, unique modèle en 65″, assez spécial, à cheval sur les gammes 2013 et 2014, puisqu’il avait été présenté au salon IFA 2013. Assez spécial, car il ne répond pas vraiment aux autres critères de design des autres TV de la gamme 2013, ni au niveau du design, ni au niveau de la construction et comme vous le verrez, ni au niveau des performances.

En effet, le Sony KDL-65W855A est le seul modèle à utiliser une dalle semi-mate, un design assez classique, un autre système TriLuminos, il est un peu épais pour du Edge LED, mais embarque une dalle très intéressante pour ses performances en terme de contraste !  Comme d’habitude, j’ai essayé de vous proposer un test complet avec des conseils de réglages basés sur les standards ISF pour une utilisation Blu-ray, et des réglages plus subjectifs pour l’utilisation TNT et 3D. Malheureusement, le téléviseur parfait n’existe toujours pas, mais le Sony W855A est une excellente surprise dans son ensemble, plus orienté « cinéma », mais je me dois de relever le moindre défaut, surtout s’agissant d’un téléviseur haut de gamme vendu au PPI de 3500 € (même si vous le trouverez bien moins cher dans le commerce). C’est parti pour la visite guidée… :)

Protocole de test :

  • Téléviseur Dynamic Edge LED 3D Sony KDL-65W855A (3500 €)
  • Lecteur Blu-ray 3D OPPO BDP-105EU Signature  (mods Audiocom)
  • Amplificateur Anthem MRX510
  • Enceintes 5.1  Magnat Quantum série 1000
  • Sonde X-rite i1 Display Pro, Colorimètre HCFR et Chromapure
  • Câbles HDMI Aliencable Sunrise
  • Plusieurs Blu-ray 2D & 3D, DVD, HTPC pour tester le DLNA avec plusieurs vidéos (MKV, M2TS, AVI, DivX, MP4, etc)
  • HTPC : Twonky Media & Serveur Windows Media Player pour la lecture multimédia via UPnP
Présentation

Présentation du Sony Sony W855

Rapide rappel des caractéristiques techniques de ce téléviseur, même si vous pouvez en savoir plus sur cet article de présentation du Sony KDL-65W855A. Il s’agit donc d’une TV Edge LED 3D Ready (3D active) dotée d’un Local Dimming et d’une compensation de mouvement MotionFlow XR400 sur une dalle 100/120 Hz natif. Elle intègre la grande nouveauté 2013, c’est à dire une dalle TriLuminos capable de reproduire un espace couleur proche du xvColor ou du DCI utilisé en cinéma 4K (nous verrons en détail ce qu’il en est sur le terrain lors du chapitre consacré à l’image). Par contre, ce modèle n’intègre pas la technologie Color iQ du W9, mais une déclinaison qui apporte les mêmes résultats au niveau des couleurs, donc rien de bien important.  Le Sony W855 embarque toujours le célèbre processeur X-Reality Pro réputé pour son très bon upscaling, désentrelacement et traitement vidéo, notamment avec la TNT HD et SD.

IMG_9532

IMG_9585

Le design global est assez proche du Quartz Design (angle carré, pied circulaire, encadrement fin), mais en regardant plus prêt c’est tout de même moins fun, pas d’angle biseauté avec reflet bleuté, mais un revêtement chromé et rugueux tout autour du cadre qui a l’avantage de ne pas se voir du tout lors des séances en salle obscure. Par contre, rien à dire sur l’assemblage qui est vraiment très bon, la dalle est bien plaquée, pas de jour, pas de flottement, donc moins de risques de fuites de lumière ou de Clouding. Da’autant plus que l’épaisseur de la dalle est plus conséquente que d’habitude, pas loin de celle d’un Full LED, gage de robustesse et de qualité au détriment du design slim plus apprécié par le grand public, mais pas forcément par les plus exigeants.

IMG_9534

IMG_9537

IMG_9538

À la base de l’écran, juste en-dessous du logo Sony des diodes peuvent être allumées ou pas, et surtout elles changent de couleur en fonction des utilisations. Par exemple, lorsque vous utilisez la nouvelle fonction NFC (transfert l’affichage du smartphone sur la TV) les diodes s’allument en bleu, et en blanc discret lors de l’utilisation TNT. Encore une fois, vous pouvez très bien tout désactiver pour les séances en salle obscure.

IMG_9591

Autre gros atout de ce téléviseur, c’est le premier que je teste depuis bien longtemps à être équipé d’une dalle semi-mate avec un traitement anti-reflet d’une efficacité redoutable ! On n’est absolument pas gêné par les reflets, même en plein jour, à moins vraiment d’avoir une fenêtre pile dans l’axe derrière soi. Il n’y a pas absence totale de reflet, mais presque et cela améliore réellement le confort de visionnage. Notez que ce design « Black » permet d’avoir un écran totalement invisible dans le noir, si ce n’est les potentiels reflets sur le pied chromé.

Le pied est sympa, pratique, car il ne repose pas sur une grande surface, mais bon, rien d’exceptionnel niveau design, composé d’une armature en aluminium chromé et de deux pattes en acier dur pour enfourcher la dalle. C’est très solide, stable, le téléviseur n’est pas incliné comme l’an dernier, rien à dire, c’est parfait sauf qu’il n’est pas rotatif. Vous remarquerez également le positionnement des haut-parleurs, sous la dalle, par contre on est loin de la qualité audio soulignée sur les Sony W905 ou encore plus de celle du Sony X9 évidemment. J’y reviens plus loin, mais une barre sonore, un système hifi stéréo ou mieux home cinéma 5.1 est fortement conseillé.

IMG_9533

La connectique est bien fournie, mais je relève quelques déceptions pour un modèle haut de gamme : des connecteurs positionnés au dos de la TV donc difficilement accessibles lors d’une accroche murale, pas de RS-232C, pas de sortie Sub, pas de lecteur de cartes SD, pas de sortie RCA, pas de double tuner. Par contre, on trouve bien un tuner Satellite (DVB-S2), en plus de la TNT-HD nouvelle génération avec HbbTV (DVB-T2 et DVB-C), un port CI+, 4 entrées HDMI 1.4 dont une ARC et une compatible MHL, 3 ports USB dont un réservé à l’enregistrement des programmes TV, le Wi-Fi, Wi-Fi Direct, Bluetooth et NFC intégrés, un port Ethernet, une sortie casque, et même une entrée Péritel et YUV + RCA stéréo, ce qui devient rare sans adaptateur. Notez également qu’enfin Sony propose cette année la technologie SimulView pour jouer à deux en plein écran sur le même téléviseur grâce à des lunettes SimulView TDG-BT500A malheureusement optionnelles. Je reviens sur toutes les fonctionnalités dans le chapitre réseau et multimédia, comme le portail internet SEN, le One-Touch Mirroring NFC, le SideView, les applications, Screen Mirroring, Application « Media Remote » , les possibilités d’EPG et enregistrement des programmes (PVR), etc.

IMG_9540

IMG_9542

IMG_9543

IMG_9544

IMG_9546

Enfin, un mot sur le packaging qui est identique à celui du W905 avec 4 paires de lunettes 3D actives fournies, c’est rare pour le souligner, mais j’aurais aimé qu’il y ait aussi les lunettes SimulView donc. On trouve également les deux télécommandes, une basique, traditionnelle, la même que l’an dernier, l’autre toute petite pour les fonctions basiques. Malheureusement, je n’ai pas trouvé d’utilité à cette télécommande fille, je me sers souvent de toutes les fonctions et donc obligé de passer par la télécommande classique. Peut-être mon utilisation de testeur, et que pour les utilisateurs la petite sera suffisante… Par contre, le packaging se limite à ces quelques surprises, il manque au moins une caméra pour utiliser Skype.

IMG_2590

IMG_2619

Caractéristiques détaillées
Technologie LCD EDGE LED
Standard TV HDTV 1080p
Définition 1920×1080 pixels
Double Tuner TNT/câble/Satellite (DVB-T2/S2 & C)
Double Tuner HD Non
Diagonale (en cm) 165
Contraste mesuré (sans artifice) 5000:1 en contraste ANSI après calibration
Angles de vue Bon sur le terrain
Fréquence d’affichage 100 Hz avec Motionflow XR400
Ergonomie Très Bonne (pas excellente)
Dalle Semi-Mate (Anti-reflets très efficace)
Manuel intégré au menu oui
Qualité et ergonomie de la télécommande
  • T Bonne pour la grande
  • Moyenne pour la petite
Télécommande rétroéclairée/universelle Non/Non
Prise Ethernet Oui
Sans Fil Wi-Fi et Wi-Fi Direct, NFC, Bluetooth
Connectiques
HDMI  4 (v1.4 dont 1 ARC & MHL & DVI)
Composante YUV 1
Péritel 1
S-video
Composite
VGA
USB 3 (un REC-USB)
Carte mémoire
Sortie audio analogique 1 (jack 3,5 mm)
Sortie audio numérique 1 (Optique)
RS-232C
Consommation
Consommation en fonctionnement (en Watts) 125 Watt à peu près en 2D (après calibrage)
200 Watts en 3D (après réglage)
 Consommation en veille (en Watts) 0.25 Watt
Multimédia et réseau

Compatibilité multimédia et réseau

Petit tour d’horizon des services connectés, applications, fonctions et interface, mais je vous le dis tout de suite, c’est strictement identique au Sony W905, sauf que depuis le test du W905 Sony à proposé plusieurs mises à jour avec l’apport de nombreuses applications qui n’étaient pas présentes au départ. Ce n’est pas encore aussi complet que le Smart Hub de Samsung bien plus complet et fun, mais il y a pas mal de choses intéressantes, dont les services propriétaires du SEN de Sony (Musiques et Vidéos à la demande, et Catch-up TV exclusifs à Sony). Depuis 2013, la gestion multimédia et l’interface sont totalement nouvelles et améliorées avec enfin la gestion du DTS et un EPG propriétaire plus complet. La nouvelle interface est un peu inspirée de Windows 8, plutôt basique en somme, mais très simple d’utilisation, je la trouve sympa.

IMG_0299

Présentation de l’interface

Rien de plus simple, on trouve plusieurs lignes pour accéder aux périphériques connectés avec ou sans fil, aux applications donc au SEN, aux programmes TV et l’EPG Gracenote et aux réglages du téléviseur. Tout est très simple d’utilisation et depuis la première mise à jour on ressent enfin l’apport du Dual Core avec une nette amélioration de la réactivité ! L’interface est beaucoup plus interactive grâce à de technologies de connexion de type Wi-Fi, Wi-Fi Direct, Bluetooth, MHL, One-Touch Mirroring NFC, SideView, Screen Mirroring, un manuel d’utilisation en ligne très bien fichu et bien-sûr l’application « Media Remote » qui permet de se passer de ces télécommandes bas de gamme.

IMG_5767

IMG_5768

IMG_0300

Comme je le disais, on trouve un grand nombre d’applications, de services internet en tout genre, un navigateur internet, le SEN et donc la VOD Sony (Video Unlimited), la Musique à la demande Sony (Music Unlimited), PlayMemories avec l’accès à des photos 4K de toute beauté, Facebook, Twitter, Skype, Youtube et PlayMemories. Parmi toutes ces applications, on trouve par exemple : du catch-up TV comme M6 Replay, France TV Pluzz, France 24, Euronews, MUBI, INA, Picasa, Muzu.TV, Youtube 1080p, la VOD 3D de Sony, Billabong, AOL, Wired, Epi, Style, Concierge, Dalymotion, uStudio, Golf Link, LiveStrong, VideoDetective, des PodCast, l’excellente chaine du Philarmonique de Berlin avec un DSP qui va avec, NPR, Africa Show, AnyClip, ADC, des dizaines de jeux très basiques, Xtreme Film, Fashion TV, Skype, Facebook, TV Tweet, des chaines nature, pêche, découvertes, de la VOD Viewster et Filmo TV, et des dizaines d’autres applications en tout genre…

IMG_0302

La VOD de Sony présente l’avantage de proposer des vidéos HD pour à peine 1 euro de plus que la VOD SD, cependant à 6 euros. Cela reste beaucoup trop cher pour de la location 48 h chrono et en streaming avec les dégradations que l’on connait pour réduire le débit, et la piètre qualité des Bandes sons. La musique illimitée de Sony me semble bien plus intéressante. Les quelques vidéos 3D sont plaisantes 5 minutes, mais n’offrent aucun intérêt, puisqu’il s’agit essentiellement d’extrait de moins de 5 min et de qualité très limitée.

IMG_5742

IMG_5743

Au niveau des réglages, on retrouve les mêmes possibilités qu’avant, un capteur de luminosité ambiante, les diverses sélections de modes Scene comme Cinema 1 et 2, Intense, Standard, Expert, Graphiques, Jeu (le mode qui propose l’InputLag le plus faible), Photo, Animation, Sports, etc. Notez que le mode Sport propose plusieurs modes « Son » de façon à optimiser l’ambiance des stades ou les commentaires sportifs. Le mode Jeu ou Graphiques est optimisé pour l’utilisation console ou PC afin de réduire l’inputlag pour une meilleure réactivité (mesuré à 25 ms). On trouve aussi un accès rapide aux contenus visualisés récemment, la possibilité d’activer un contrôle parental, un capteur de présence, un capteur de luminosité ambiante (que je déconseille en utilisation Blu-ray d’ailleurs, mais qui est économique et intéressant avec la TNT). La fonction SBM (Super Bit Mapping) est également présente.

EPG propriétaire propulsé par Gracenote et fonction PVR

Bonne nouvelle, cette année Sony propose un EPG propriétaire propulsé par Gracenote. Cela permet de connaitre les programmes sur plusieurs jours et en plus, il est interactif avec la fonction PVR. Cela facilite grandement les possibilités de programmations d’enregistrements. L’EPG permet d’accéder aux infos de chaque programme avec synopsis, photos et informations sur chaque acteur.

IMG_5754

IMG_5756

IMG_5757

IMG_5759

Quant à la fonction PVR, rien à dire sauf que ça marche parfaitement à partir du moment où vous formatez le HDD avec le système de fichier Sony. Ce dernier n’est pas reconnu sur un PC ou MAC donc tous les enregistrements ne seront lisibles que sur la TV et pas sur un ordinateur ou un lecteur multimédia. Autre regret, surtout pour un téléviseur aussi cher, l’absence de double tuner interdit l’enregistrement d’une chaine que vous ne regardez pas ou les fonctions PAP et PIP (Picture At/In Picture). Enfin, dernière précision, veillez bien à utiliser le port USB du haut, dédié à la fonction PVR, les deux ports USB du bas sont destinés à la lecture multimédia, ou la connexion des périphériques (clavier, souris).

Compatibilité Multimédia : c’est beaucoup mieux…

Pour rappel, jusqu’en 2012 le lecteur multimédia des téléviseurs Sony forçaient un transcodage à la volée des vidéos HD en SD pour optimiser la lecture multimédia via Wi-Fi et surtout, ne géraient pas le codec DTS, ce qui empêchait la lecture de 80% des MKV HD. Cette année, Sony a corrigé le tir. Dorénavant tous mes MKV ont été lus sans dégradation via UPnP et USB (FAT32/exFAT/NTFS pris en charge), les MKV 1080p sont lus en 1080p. Les chapitres ne sont toujours pas gérés, l’affichage ne se fait pas en 24p, mais en 60 Hz, cependant la lecture est plutôt fluide. On peut appliquer les mêmes réglages image que sur le Blu-ray, avec le mode Cinéma et activer le Reality Creation pour offrir un très bon rendu et upscaling des vidéos 1080p, 720p et SD. Le Reality Creation améliore la précision des images, la texture, la finesse des dégradés. Et si cela ne suffit pas, on trouve d’autres filtres de post-traitement vidéo comme l’accentuation des contours et des détails, plus trois réducteurs de bruits à l’efficacité moyenne.

IMG_5761

IMG_5762

IMG_5763

J’ai fait l’essentiel de mes tests en lecture UPnP depuis un PC. Cette gestion est plutôt complète avec gestion des MKV, AVI, WMV, DivX et M2TS jusqu’aux résolutions 1080p avec des codecs audio AC3, DTS, AAC, MP3, WMA, mais pas de DTS-HD ou TrueHD. En fait, toutes les vidéos que j’avais ont été lues ! Autre petite nouveauté depuis mon dernier test, dorénavant les multipistes audio et sous-titres sont gérés, mais pas de customisation, ni de repositionnement des sous-titres. En clair, si vous avez un MKV avec plusieurs pistes audio ou plusieurs types de sous-titres, vous pouvez choisir celui que vous voulez. En fait, les seuls formats que je n’ai pas pu lire sont (sans surprises) les ISO DVD et Blu-ray, ou les BDMV (structures Blu-ray) et structures DVD, les vidéos 3D Full HD.

Les flux audio AC3/Dolby Digital sont envoyés en bitstream vers l’ampli si vous optez pour système audio externe, que ce soi via Optique ou ARC. En revanche, le téléviseur ne disposant que du Codec DTS 2.0, toutes les pistes DTS sont envoyées en LPCM 2.0 vers l’ampli, que ce soit via Optique ou HDMI. Du côté de la gestion musicale, les pochettes, les tags et les infos sont affichées, le MP3, WAV, LPCM, WMA, et même le FLAC sont lus avec des échantillonnages automatiquement downsamplés en 48 kHz ou lus directement en 44.1 khz. Ainsi, j’ai été très surpris de voir qu’un fichier audio test en DXD (384 kHz/ 24 bits !) avait été lu, mais downsamplé en 48 kHz. Les FLAC 5.1 ne sont pas lus. On pourra également accéder à plusieurs infos sur internet grâce à la fonction Track ID (Gracenote). La lecture musicale est tout de même intéressante et plutôt complète pour un téléviseur, sauf qu’évidemment cela aura bien plus d’intérêt si vous connecté un bon système audio au téléviseur.

Paramètres multimédias
HbbTV Oui
InputLag 25 ms en mode Jeu, 80 ms avec le Motionflow
DLNA Oui
Lecture USB Oui (FAT32/NTFS)
Qualité Widget Très bonne
Mode cadre photo Oui
Services web SEN, Navigateur internet, Youtube, M6Replay, Pluzz France TV, Twitter, VOD 2D & 3D, Facebook, Skype 720p, Musique à la demande, PlayMemories, et des dizaines de services et applications
Compatibilité multimédia: vidéo MPEG1/MPEG2/H.264/DivX Plus HD/AVC HD/MP4/ MKV/TS/WMV HD/MPG/XviD/MPEG1 / MPEG2PS / MPEG2TS / MP4Part10 / MP4Part2 / AVI(XVID) / AVI(MotinJpeg) / MOV/ WEBM / 3GPP
Compatibilité multimédia: audio MP3/LPCM/AC3/Wav/DTS/WMA/Flac
Compatibilité multimédia: image JPEG, PNG, MPO
Gestion des sous-titres et pistes audio multiples Oui/Non
Qualité d’affichage

Affichage et traitement vidéo

Trêve de blabla, passons à l’essentiel, la qualité d’affichage de ce téléviseur avec la TNT, le Blu-ray 2D et 3D et le jeu. Encore une fois, on pourra regretter l’absence de modèle Full LED chez Sony cette année. En effet, le rétroéclairage Full LED permet de proposer des contrastes intra-image bien plus élevé que le Edge LED ici présent, même si cette technologie a aussi à ses défauts comme le Blooming (halo lumineux autour des objets clairs sur fond noir). Jusqu’ici, les Edge LED testés sur HDfever n’ont jamais dépassé les 3000:1 en contraste ANSI, et encore, c’est plus souvent du 2000:1, voire moins (dans les 1000:1 sur les dalles IPS de LG, Philips ou Panasonic). Et c’est là que le Sony W855A m’a totalement bluffé avec un contraste très impressionnant. Il faut rajouter à ça, sa compatibilité TriLuminos, un traitement vidéo Reality Creation performant, mais une dalle 100 Hz qui peut poser des limites et le rétroéclairage Edge LED qui peut poser des soucis d’homogénéité.Abordons tous ces points un à un dans ce chapitre…

IMG_0246

Qualité d’affichage 1080p : une image typée cinéma et un Reality Creation toujours aussi plaisant !

Pour la qualité d’image, on est en terrain connu. Pas de grosse surprise de ce côté-là, c’est toujours aussi performant avec une image un peu plus typée cinéma que chez Samsung, moins numérique, mais plus sensible au fourmillement et bruit vidéo. Le Sony W855 propose un superbe piqué, une belle texture riche en détail, une image naturelle. En ça, les post-traitements proposés par les lecteurs Blu-ray comme le OPPO offrent d’excellents résultats sur ce téléviseur. En revanche, je dois bien avouer qu’après avoir passé plusieurs mois à tester des TV Ultra HD, sur un 65″ avec un recul de 3 mètres, on ressent assez souvent les limites de la définition 1080p, surtout avec des contenus comme la TNT ou le Satellite. En revanche, avec le Blu-ray les résultats sont excellents et très immersifs, on est vraiment plongé dans le film. On prend vite goût à une image de plus de 1,65 mètre de diagonale ! Difficile de revenir en arrière après y avoir goûté !

Je note tout de même que ce modèle est un peu plus sensible au bruit vidéo que le Sony W905. Est-ce la dalle semi-mate, ou l’affichage natif limité au 100 Hz contre 200 Hz pour le W905 ? Je ne sais pas, mais c’est un fait. Attention, cela reste très léger, et quand le film est de très bonne qualité comme certains Blu-ray (Avengers, Oblivion, les Batman, et j’en passe), l’image est absolument magnifique ! Ce n’est pas aussi typé cinéma qu’un Plasma Panasonic, mais plus fluide, moins bruité, mois de souci de scintillement. Certains préfèrent les images au scalpel, aux contours très accentués, comme le proposent souvent les TV Samsung, pour ça chacun fera son choix en fonction de ses goûts. Pour ma part, j’adore l’image proposée par les TV Sony.

IMG_0129

IMG_0127

Quant au traitement Reality Creation, il offre toujours d’excellents résultats sur les chaînes de la TNT, du Satellite, des vidéos lues via USB ou DLNA, mais pour ma part je le désactive avec le Blu-ray, préférant le traitement vidéo plus simple, plus pur, et plus performant de lecteurs comme les OPPO, ou de processeurs vidéo comme les Radiance. Cela dit, si vous disposez d’un lecteur Blu-ray sans traitement vidéo, le Reality Creation peut être une très bonne alternative. L’accentuation de la précision des images, le désentrelacement, l’upscaling 1080p sont très bien gérés par ce processeur X-Reality Pro, comme c’était le cas en 2012 et que ce soit avec des contenus 2D ou 3D.Seuls les réducteurs de bruits sont perfectibles, mais on l’avantage de ne pas flouter l’image comme certains le font pour gommer les imperfections, traces de compressions, artefacts, etc.  En clair le rendu de la TNT ou le jeu est excellent, avec les limites dues à la taille du téléviseur, et avec le Blu-ray c’est un spectacle grandiose !

IMG_0303

IMG_0206

IMG_0209

Contraste, angle de vision et homogénéité de la dalle

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, une fois le téléviseur calibré, le contraste est juste démoniaque pour un Edge LED. Pour tout dire, encore aujourd’hui je n’en reviens pas. C’est à se demander pourquoi Sony ne propose pas le même système sur tous ses téléviseurs. Absolument bluffant, avec des bandes noires d’une densité phénoménales, imperceptibles dans le noir ! Jugez plutôt, en mesurant le contraste séquentiel (c’est-à-dire une petite mire noire au milieu de l’écran sur fond blanc, avec un pic lumineux réglé à 120 cd/m², je relève un noir à 0,001 cd/m² pour un contraste à 8000:1 !! Ce n’est pas tout, puisque le contraste ANSI est le seul qui permet réellement dévaluer le noir dans l’image d’un film, grâce à une mire à damier, je relève des noirs à 0.02 cd/m², pour un contraste ANSI à 5000:1, soit quasiment deux fois plus que le Full LED HX950 de 2012 !! C’est à peine un peu moins que la référence en terme de contraste qu’était le Sony HX920 avec un contraste ANSI à 6000:1 sur le 65″, et 8000:1 sur le 55″.

Ce contraste très puissant pour un Edge LED apporte bien des avantages par rapport au Sony W905 ou tout autre Edge LED des gammes 2013. L’image est bien plus dynamique, plus de profondeur de champs, de relief, de peps, une meilleure homogénéité, bref, presque que du bonheur :) Presque, car je relève toutefois quelques soucis d’homogénéité comme un blooming vertical qui se remarque notamment sur les génériques (pas bien grave), et sur les sous-titres (un peu plus embêtant). En clair, le noir va rester très profond au-dessus et en dessous d’un logo blanc sur fond noir, mais de chaque côté de ce logo on remarquera une petite trainée avec un noir plus grisâtre. Cela est dû au faite que les diodes LED sont positionnées uniquement sur les deux côté droit/gauche de la dalle. Rien de bien gênant, très rarement visible, mais à noter et cela a le mérite de prouver qu’il y a bien un contraste zoné par Local Dimming puisque ce souci était plus attribuable au Full LED jusqu’ici.  Il se peut que le nouveau système X-tended Range, présent sur la gamme 2014 de Sony, corrige ce problème.

IMG_0240

Sans Local Dimming : quelques fuites de lumière sur les côtés droit/gauche de l’écran qui reste bien sombre au milieu

IMG_0241

Local Dimming activé : c’est parfait, homogène avec des noirs denses !

De plus, comme tous les téléviseurs Edge LED, on peut rencontrer du banding plus ou moins visible en fonction des modèles, voire même pas visible du tout. Mon modèle de test souffre de deux traces circulaires, comme vous le voyez sur la capture ci-dessous. Quasi invisible de face, on peut tout de même l’apercevoir tout légèrement lors de fonds unis, surtout accompagnés d’un travelling vertical. Enfin, pour les angles de vision, rien d’exceptionnel, ils sont corrects, les couleurs ne bougent pas vraiment, mais le noir perd vite en profondeur après 25°. Les personnes positionnées un peu trop sur les côtés n’auront pas une image aussi contrastée, mais au moins les couleurs restent assez justes.

IMG_0006 IMG_0003

Fluidité des mouvements avec la TNT et le Blu-ray

Sony propose, pour moi, la meilleure compensation de mouvements du marché des téléviseurs. Le Motionflow est fluide, sans saccades,sans décrochages dans les travellings,  sans artefact de mouvement autour des personnages,  et surtout offre un rendu très naturel avec le Blu-ray 24p sur le mode « Motionflow Net ». En revanche, on ressent tout de même une légère différence avec le Sony W905 qui embarque une dalle 200 Hz contre 100 Hz pour le W805, surtout en 3D d’ailleurs. L’image est un peu moins précise et fluide dans les mouvements, et travellings rapides, mais bon, pas d’effet caméscope et la différence n’est pas énorme. Pour ma part, j’adore, je ne suis pas vraiment fan des compensations de mouvement très élevées genre 1000 Hz. Là, c’est vraiment parfait avec le Blu-ray et même avec la TNT. C’est assez rare pour le souligner. Notez également que le mode 24p natif, c’est-à-dire en désactivant totalement le Motionflow, ne souffre d’aucune saccade. C’est évidemment moins fluide dans les mouvements, mais pas de saccades comme chez Samsung.

IMG_0104

On trouve plusieurs modes, plus ou moins fluide, plus ou moins naturel (Net, Net+, Impulsion, Cinema, Standard, Fluide), chacun optera pour celui qu’il préfère en fonction de ses goûts.  Avec la TNT , j’opte pour le mode Motionflow Standard c’est parfait également, très fluide, avec un léger effet reportage qui finalement colle bien avec les émissions, reportages justement, ou documentaires, programmes sportifs et autres.Avec le jeu, comme d’habitude, je conseille de désactiver ce Motionflow. L’inputlag en sera beaucoup plus réduit, avec une réactivité impressionnante sur le jeu. Pour ma part je mesure cet inputlag aux alentours des 10 ms !! Autant dire que c’est parfait !

Compatibilité TriLuminos : sympa, mais intérêt un peu limité !

J’ai déjà longuement expliqué ce qu’apportait la technologie TriLuminos lors de mes derniers tests, mais je reprend car il y a eu pas mal d’incompréhension autour de cette nouvelle technologie et il est important d’en comprendre ses avantages et limites. En fiat, rien de bien sorcier, il s’agit juste d’une technologie qui permet d’afficher le gamut xvYCC (un espace couleur plus large que le traditionnel Rec.709, et proche du DCI utilisé en 4K). Certains vidéoprojecteurs en sont capables depuis longtemps, mais il est vrai que ce n’est pas le cas des téléviseurs. En clair, sous la technologie TriLuminos, Sony a utilisé des semi-conducteurs appelés Quantum Dot, capables de restituer un espace colorimétrique plus large pour permettre la reproduction de certaines couleurs impossible à reproduire avec le Rec.709. Ce gamut est utilisé depuis longtemps par le cinéma pour capter les films, qui sont ensuite encodés en Rec.709 (donc avec un espace colorimétrique plus petit) avant d’être transférés sur le Blu-ray. Résultat, certaines couleurs ne pouvaient pas être reproduites, comme des verts turquoises, des bleus ou rouges intenses.

gamuts_comparison_xvYCC_DCI_UHDTV

Par contre, il faut aussi que le film soit encodé en xvColor (xvYCC) pour permettre de reproduire cet espace colorimétrique en conservant des couleurs naturelles. C’est ce que proposent les nouveaux Blu-ray Mastered in 4K de Sony qui apportent donc également un plus avec une TV 1080p. En revanche, face à du contenu en Rec.709 comme ce que proposent tous les autres Blu-ray, le téléviseur bascule automatiquement au gamut Rec.709, donc aucun risque de voir les couleurs dénaturées à moins d’utiliser le mode Couleur Naturelle (qui n’a rien de naturel ^^). En clair, il n’y a qu’en lisant un Blu-ray Mastered in 4K que vous pouvez profiter du TriLuminos, pour tous les autres contenus la TV se comporte comme avant.

Gamut mode Normal - Couleur Naturelle Haut

Le mode Couleur Naturelle Etire les coordonnées des couleurs en élargissant le gamut, donc sature les couleurs qui ne sont plus naturelles, mais attention, ce mode n’a rien à voir avec le TriLuminos. Il agit de la même manière que l’amélioration des couleur disponible sur toutes les TV.

Certes, on peut activer le mode Couleur Naturelle qui affiche une simulation du gamut DCI, mais dans ce cas là, les coordonnées des couleurs sont étirées, et donc toutes les couleurs deviennent saturées. En clair, pour les puristes, qui recherchent des couleurs naturelles, que ce soit en lisant un Blu-ray Mastered in 4K ou classique, n’activez pas le mode Couleur Naturelle, le téléviseur basculera automatiquement avec le gamut adapté : soit DCI avec le Blu-ray Mastered in 4K, soit en Rec.709 avec les Blu-ray classiques, soit en Rec.601 avec les contenus SD (DVD, TNT). Il faut tout de même que le lecteur Blu-ray soit compatible xvYCC ou xvColor, mais ça de nos jours, quasiment tous les lecteurs le sont !

J’ai donc testé un Blu-ray Mastered in 4K et Extended Color avec Totall Recall et The Amazing Spiderman. Le changement n’est pas radical, mais sur des passages colorés de Spiderman on ressent une très belle richesse de couleurs, plus de vivacité, et d’intensité. Sur Total Recall, un film très sombre, ce n’est vraiment pas flagrant…

Qualité du système audio embarqué

IMG_9546

haut-parleur de grave situé en haut derrière la TV

Bon, là, no-comment, c’est vraiment pas terrible avec un son caverneux, un manque d’ampleur, de puissant, bref, on est assez loin de la qualité du Sony W905A, et à des années lumières du Sony X9. Un système audio hifi, home cinéma ou une barre sonore me semble indispensable avec un tel téléviseur. À part ça, on trouve toujours les mêmes réglages avec un égaliseur, la possibilité de booster les voix, plusieurs modes audio, l’égalisation du volume d’une chaine à l’autre, etc. À savoir également, comme déjà précisé en introduction, le bitstream 5.1 via ARC ou la sortie Optique fonction sur les pistes Dolby Digital, mais pas sur le DTS qui est décodé en LPCM 2.0.

Une belle expérience 3D, mais quelques défauts

Là aussi, même technologie, c’est très similaire au Sony W905 et très proche de ce que propose le Samsung F8000 ! Depuis l’an dernier, Sony et Samsung proposent une expérience stéréoscopique vraiment bonne sur leurs téléviseurs LED. J’ai tout de même une préférence pour le rendu 3D de Samsung qui souffre moins du ghosting. Le Sony W855 propose une 3D fluide, lumineuse, peu de ghosting, mais quelques images fantômes restent visibles sur certains plans contrastés et sont assez prononcées sur les sous-titres. Je vous mets quelques captures réalisées avec le Test du Lapin de notre ami Dugom (merci à lui, c’est un protocole très efficace, qui ne pardonne pas). Ci-dessous, l’oeil droit, puis gauche avec des captures derrière les lunettes 3D.

L’idéal serait donc de ne jamais voir le lapin, quelles que soient les captures, mais on peut voir que ce n’est pas le cas. Pour tout dire, je n’ai jamais vu un diffuseur n’afficher aucune trace du Lapin, mais là c’est tout de même plus visible que sur les Samsung F9000/F8000. Attention, encore une fois ce test est assez cache, la 3D est très bonne, mais pas exempte d’images fantômes, surtout sur les sous-titres et écritures en tout genre.

IMG_0264

Dans sa globalité l’expérience 3D est très belle, très immersive, offre une belle profondeur, quelquefois limitée par ce ghosting, mais un très bon confort de visionnage. En revanche, c’est un peu moins fluide que sur le Sony W905 ou le Samsung F8000 à cause de la dalle limitée au 120 Hz en 3D (contre 240 Hz sur les autres). Il sera préférable d’opter pour un Motionflow sur Fluide pour éviter tout scintillement et limiter la fatigue oculaire. Les animations 3D ou même 2D d’ailleurs, profitent beaucoup du TriLuminos avec de superbes couleurs flamboyantes, tout comme le jeu. En revanche, je relève un problème de solarisation, comme du Motion Dithering sur quelques rares passages sombres en 3D.

Avec le jeu 3D c’est d’ailleurs mieux qu’avec le Blu-ray 3D. J’ai testé quelques jeux 3D avec la Playstation 3 comme Ghost Recon et c’est sûrement l’un des meilleurs attraits de l’expérience 3D. Jouer en 3D c’est vraiment très immersif, surtout sur des jeux de ce style ou de courses de voiture. Ça reste légèrement plus fatigant que la 3D Passive de LG, légèrement moins confortable, mais une définition et une qualité d’image meilleure.

IMG_3366

IMG_3367

Niveau gestion 3D, le Sony W855 propose un mode de conversion 2D/3D, toujours aussi gadget (on s’amuse avec quelques jours, voire quelques semaines, mais on l’abandonne très rapidement), et surtout il gère l’affichage SBS (Côte à Côte) et T&B (Top&Bottom). On trouve aussi des réglages 3D intéressants, comme une optimisation de la luminosité des lunettes, ou encore un réglage de la profondeur. Notez également que pour jouer en 3D depuis un PC, on se heurte toujours à cette limite due au port HDMI 1.4 , c’est à dire, soit de la 3D 1080p/24, soit 720p/60. Comme pour le jeu il faut obligatoirement que la source soit affichée en 60 im/s, l’affichage reste limité au 720p. Sur les jeux assez simples comme Jack & Dexter 3D c’est parfait, mais sur de vrais jeux 1080p aux graphismes soignés, le passage à la 3D 720p peut être un frein pour certains, car une perte de qualité.

IMG_2591

Un mot sur les lunettes bien plus légères qu’avant, plus confortables. Elles sont pas mal, sauf que le protège nez tombe un peu vite. De plus, elles sont à pile, je préfère les rechargeables. J’apprécie la présence des 4 paires de lunettes, mais je regrette tout de même l’absence des lunettes SimulView pour jouer à deux en plein écran. Il faudra donc en acheter pour profiter de cette fonction.

Calibration, Réglages

Colorimétrie et Réglages Blu-ray 2D, 3D et TNT

Comme toujours avec les téléviseurs Sony, les réglages de colorimétrie ne sont pas très nombreux, pas de CMS, pas de IRE 10P, donc ça va vite. En général, les téléviseurs Sony sont assez bien calibrés en sortie de carton, la calibration est rapide et on arrive à quelque chose de très bien rapidement, mais il serait temps de passer un un CMS complet, surtout avec l’arrivée des téléviseurs 4K. Bref, voyons ce qu’il en est sur ce téléviseur Sony W855.

Comme d’habitude, je vous montre les mesures du mode Cinéma par défaut, puisque c’est ce dernier que j’ai choisi pour l’utilisation Blu-ray. On peut se rendre compte que le triangle CIE qui représente le gamut (espace colorimétrique représenté par le triangle blanc) est pas mal du tout, très proche de la référence (le triangle gris), mais il n’est pas parfait non plus. Ce n’est pas très visible à l’œil, mais sans CMS impossible de le corriger. Cela reste tout de même très bon, sans saturation particulière.

CIE

Par défaut, comme souvent, le rétroéclairage est positionné trop haut pour visionner un film en salle obscure avec un pic lumineux à 193 cd/m² alors que je recherche une luminosité de 115 cd/m² à peu près, selon les standards ISF. Le noir est déjà très bas par défaut, relevé à 0.03 cd/m², mais une dominante dans la luminosité du Bleu donne un noir un peu teinté de bleu. En baissant ce rétroéclairage et en activant le Local Dimming on ramène le noir à 0.01 cd/m² pour un contraste séquentiel de 8000:1. Ce sont des résultats tout simplement exceptionnels pour un Edge LED, et même certains Full LED ne font pas mieux (en revanche le Panasonic sT60 reste bien devant avec 25 000:1 en contraste ANSI (intra-image), mais c’est bien meilleur que le Samsung F8000 et le Sony HX850, et même que le Full LED Sony HX950 !

Mesures Cinema Défaut

L’équilibre RVB est pas trop mal, mais mais la température des couleurs est tout de même trop froides, même en mode Chaud 2, le bleu et le vert dominent un peu trop. Pour rappel, on recherche une température de 6500K (je la mesure à environ 7200K) et à aligner les courbes RVB sur les 100% pour un Delta E (courbe magenta) située en dessous des 3 de moyenne. Ici, le Delta E est à 4 à peu près, soit trop élevé.

Gamma sans Local Dimming en mode Cinema 1 apr défaut

Le gamma est pas mal par défaut et à l’avantage d’être parfaitement linéaire. Pour un visionnage en salle obscure, on recherche un gamma à 2,4 (2,2 en salle éclairée).

Réglages utilisation Blu-ray

Pour me rapprocher le plus possible des normes ISF en utilisation Blu-ray et en salle obscure, voici les réglages que j’ai appliqués (on cherche une température de 6500K, un blanc D65, un gamma de 2.4). Attention toutefois, comme je le répète souvent, l’essentiel c’est de se faire plaisir et pas forcément de suivre une norme. Certains n’aiment pas les standards cinéma, trouvant les couleurs trop chaudes ou un peu tirant sur le jaune. Pour ma part je suis habitué à ces réglages, j’adore les images typées cinéma. Bref, chacun fait comme il le sent ;)

  • Mode image : Cinéma 1
  • Rétroéclairage : 3
  • Contraste : 89
  • Luminosité : 49
  • Couleurs : 53
  • Teinte : 0
  • Température : CHAUD 2
  • Netteté : 50 (largement suffisant)
  • Motionflow : Mode Net (c’est le plus naturel sur les contenu 24p à mon goût, chacun fait comme il le sent, mais le mode Cinéma saccade un peu dans les travellings, et les autres affichent un effet un peu caméscope, le Net+ assombrit un peu l’image)
  • Mode film : Auto
  • Correction des noirs : Off (à tendance à boucher les noirs)
  • Amélioration de Contraste : Off (contraste dynamique, à éviter, car ça brûle les blancs)
  • Gamma : -2
  • Contrôle Dynamic LED : Standard
  • Limiteur d’intensité : Off
  • Correction Blanc : Off
  • Couleur Naturelle : Off
  • Balance des Blancs :
    • GAIN Rouge : 0
    • GAIN Vert : -7
    • GAIN Bleu : -6
    • Polarisation Rouge : 0
    • Polarisation Vert : 0
    • Polarisation Bleu : -1

Pour le traitement vidéo, si vous avez un OPPO ou un Panasonic BDT500, laissez lui le travail et désactivez le Reality Creation et les améliorations de contours ou de détails, sinon si vous n’avez pas de traitement vidéo sur le lecteur Blu-ray, vous pouvez appliquer ça, mais ce n’est pas une obligation, seulement si vous trouvez l’image trop douce, pas assez nette et pas assez de relief :

Reality Creation

  • Contrôle par zone : on
  • Résolution : +35
  • Réducteur de bruit : 0
  • Lissage des dégradés : bas

Réglages Avancés :

  • Accentuation des contours : Bas
  • Amélioration des détails : Bas

RVB calibré

Gamma sans LD

Gamma avec LD

Gamma avec LD

Les réglages avec le Blu-ray 3D

Le but est identique que pour les réglages avec le Blu-ray 2D, sauf que là il faut aussi privilégier la réduction du Ghosting, et le mode Expert engendre moins de ghosting que le mode Cinéma. De plus, pour rester dans l’esprit de la stéréoscopie et son immersion, je trouve que la 3D nécessite une image plus fluide (ça réduit les scintillements, et fatigue moins).

  • Mode image : Expert
  • Rétroéclairage : 6
  • Contraste : 98
  • Luminosité : 50
  • Couleurs : 53
  • Teinte : 0
  • Température : CHAUD 2
  • Netteté : 50
  • Tous les filtres réducteurs de bruit sur off
  • Reality Creation : Non (ou même réglages que ci-dessus si votre lecteur ne propose pas de traitement vidéo fonctionnel en 3D)
  • Motionflow : Mode Fluide
  • Mode film : Auto
  • Correction des noirs : bas (améliore légèrement l’effet de relief et profondeur)
  • Amélioration de Contraste : Off (contraste dynamique, à évier, car ça brûle les blancs et bouche les noirs : gamma en « S »)
  • Gamma : -1
  • Contrôle Dynamic LED : Standard
  • Limiteur d’intensité : Off
  • Correction Blanc : Off
  • Couleur Naturelle : Bas
  • Balance des Blancs :
    • GAIN Rouge : 0
    • GAIN Vert : -8
    • GAIN Bleu : -9
    • Polarisation Rouge : 0
    • Polarisation Vert : 0
    • Polarisation Bleu : -1
  • Accentuation des contours : Off
  • Amélioration des détails : Off (ces deux filtres accentuent les détails et contours. Là aussi à éviter avec le Blu-ray si votre lecteur le propose également, ils peuvent entrainer des doubles contours et ringing. Ils sont à privilégier avec les vidéos lues en UPnP sur la TV ou avec la TNT)
  • Rendu Naturel des tons chair : Oui

Réglages TNT

Voici les réglages que j’utilise pour la TNT. Ce sont des réglages subjectifs , il n’y a aucune norme pour la TNT. Pour ma part je privilégie une image un peu plus froide qu’avec le Blu-ray, avec un blanc plus neutre. Surtout, j’use d’artifice pour essayer de rattraper la qualité souvent moyenne proposée par les chaines de la TNT en général. Ce n’est pas simple, car la qualité des programmes change d’une chaine à l’autre ou même d’un programme à l’autre, et il n’y a pas de réglages universels, juste un peu compromis. Encore une fois ce sont mes réglages, chacun ses goûts, vous faites comme vous le sentez ;)

  • Mode image : Standard
  • Rétroéclairage : 6
  • Contraste : 90
  • Luminosité : 50
  • Couleurs : 50
  • Teinte : 0
  • Température : Chaud 1
  • Netteté : 55
  • Tous les filtres réducteurs de bruit sur Auto
  • Reality Creation : Auto
  • Lissage des dégradés : Bas
  • Motionflow : Mode Standard
  • Mode film : Auto
  • Correction des noirs : Bas
  • Amélioration de Contraste : Bas
  • Gamma : 0
  • Contrôle Dynamic LED : Standard
  • Limiteur d’intensité : Off
  • Correction Blanc : Off
  • Couleur Naturelle : Bas
  • Balance des Blancs : tout sur 0 (par défaut)
  • Accentuation des contours : Bas
  • Amélioration des détails : Bas
  • Rendu Naturel des tons chair : Oui
Verdict technique TV
Sensibilité du tuner Très bonne (pas excellente)
Temps de zap Excellent
Chaînes HD privilégiées Oui
Télétexte Oui
Guide électronique des programmes Gracenote : Excellent !
Mode PIP (Picture In Picture) Non
Chaînes payantes via adaptateur CI/CI+/TNT-HD via Satellite  Oui/Oui
Qualité des basses Bon
Qualité des mediums Moyen
Qualité des aigus Mauvais
Effet surround Moyen
Upscaling des sources SD (TV et Vidéos) Très Bon
Mode 100 Hz Très bon
Compensation de mouvement Excellente
Réducteurs de bruit Bon (pas très puissant, mais ne dégrade pas l’image)
Désentrelacement HD Excellent
Désentrelacement SD Très Bon
Conclusion

Conclusion

En toute franchise, ce Sony KDL-65W855 est vraiment une très belle surprise assez inattendue. Certes, le contraste ne fait pas tout, mais tout de même, c’est un critère très important au niveau du rendu de l’image, surtout que les téléviseurs Sony ont pas mal d’autres atouts ! Le contraste et la compensation de mouvement sont vraiment les deux gros points forts de ce téléviseur. Je n’ai tout simplement jamais eu de Edge LED proposant un tel contraste. 5000:1 en contraste ANSI et 8000:1 en contraste séquentiel, c’est tout simplement fabuleux et même meilleur que de nombreux Full LED !

Ce contraste permet d’offrir une image qui a beaucoup de dynamique, de peps et de relief, des bandes noires invisibles, et des scènes sombres très classes., surtout que le Local Dimming est vraiment efficace, il ne change pas le gamma et ne bouche pas les noirs. En revanche, comme tous les téléviseurs Edge LED, voire même Full LED, l’homogénéité n’est pas parfaite avec des risques de banding, et surtout un effet de blooming vertical, très peu visible, mais présent. Pour ma part il ne m’a que très peu gêné, sur de très rares scènes, mais ceux qui utilisent les sous-titres risquent d’être un peu plus embêtés. Par contre, l’absence de clouding et de fuite de lumière avec le Local Dimming activé est vraiment appréciable.

IMG_9585 IMG_0107

La qualité des images est superbe avec le Blu-ray, mais je note tout de même une petite faiblesse avec les contenus un peu bruités. L’image n’est pas aussi limpide que sur le Sony W905 ou le Sony X9, un peu plus de grain, un rendu très typé cinéma, superbe avec les Blu-ray de qualité, un peu moins avec les contenus compressés ou bruités. Il faut dire que sur un 65″, on commence à ressentir les limites de la définition 1080p, surtout après avoir testé un grand nombre de téléviseurs Ultra HD cette année ! Heureusement, le Reality Création reste un des meilleurs traitements vidéo actuels sur téléviseur, et peut vraiment améliorer le rendu des chaînes HD comme SD.

Après calibration, la colorimétrie est juste, pas parfaite comme un téléviseur ISF, mais les couleurs sont belles et naturelles. Encore une fois, le Motionflow fait des miracles en terme de fluidité et surtout offre un rendu très naturel avec le Blu-ray et tous contenus 24p. Les images sont parfaitement fluides, mais souffrent d’un léger manque de précision dans les mouvements. Sûrement à cause de cette dalle 100 Hz. La 3D est une belle  réussite, avec un rendu très agréable, immersif, lumineux, fluide, une image précise, des effets de relief puissants,  mais un peu de ghosting, ce qui limite un peu la profondeur de champ.

Du côté du jeu, je l’ai trouvé parfait, très peu de rémanence, un inputag très réduit, rien à dire, mais je ne suis pas un gros gamer, peut-être que des joueurs plus avertis auront à redire ? Je ne sais pas… Le Sony KDL-65W855A est également bien fourni en fonctionnalités, services internet et applications, technologies sans fil avec le Bluetooth, le Wi-Fi Direct, le NFC, mais il reste tout de même assez en retrait sur le terrain Smart TV ou même multimédia face a des concurrents comme Samsung ou LG. Le plus important est tout de même de la partie avec la lecture des MKV, la gestion du Dolby Digial et du DTS, du Flac, Wav et MP3.

Enfin, pour finir, le design est assez basique, mais la construction est solide, avec un très bon assemblage, une finition discrète dans le noir, un design sobre, passe-partout, un pied solide qui n’utile que très peu de place sur le meuble. Je regrette juste qu’il soit fixe, non rotatif. En revanche, la qualité audio est très moyenne, voire médiocre. Le Sony KDL-65W855 est un téléviseur assez cher, de très grande taille, mais on peut le trouver à moins de 2500 € en ce moment. Avec un PPI à 3500 €, on aurait pu se poser la question du choix entre ce téléviseur, et un modèle 4K, mais à moins de 2500 €, la comparaison n’est plus à faire. En toute franchise, voilà un téléviseur qui pourra beaucoup plaire, les utilisateurs avertis qui regardent beaucoup de films en salle obscure et recherche un grand téléviseur 1080p, doté d’une très bon contraste, en attendant que la définition 4K se démocratise. Un téléviseur Edg LED comme j’aimerai en voir plus souvent !

Expérience Vidéo - 5 étoilesExpérience 3D - 4 étoiles

Je lui accorde donc 5 étoiles pour son expérience vidéo avec le Blu-ray totalement bluffante, mais uniquement 4 étoiles pour la 3D qui n’est pas exempte de défauts. Pour l’Award Reference, il faudra de toute évidence attendre que la technologie OLED se démocratise et progresse, à moins d’une grosse surprise inattendue avec les gammes 2014, mais j’en doute…

Les notes sont évidemment en fonction du prix de la TV :

  • Qualité de la TNT-HD :
  • Qualité de la TNT-SD :
  • Qualité de l’image avec le Blu-ray :
  • Qualité de la 3D avec le Blu-ray 3D :
  • Contraste réel intra-image (ANSI) :
  • Fluidité en 24p :
  • Motionflow en 2D & 3D :
  • Colorimétrie après calibration :
  • Homogénéité de la dalle :
  • Qualité du système audio embarqué :
  • Connectiques proposées :
  • Qualité de fabrication  :
  • Compatibilité multimédia :
  • Rapport qualité/prix : 

Ce que j’ai aimé avec le Sony W855

  • La qualité de fabrication et le design sobre
  • Le contraste vraiment au top pour un Edge LED
  • Le Local Dimming performant pour un Edge LED
  • La dalle semi-mate : pratiquement aucun reflet !
  • La qualité de l’image : texture et précision, typée cinéma
  • Expérience exceptionnelle avec le Blu-ray !
  • Excellent gamma et bon équilibre RVB après calibration
  • Gammut assez juste en sortie de carton
  • Le Motionflow : une référence en 2D comme en 3D, sur la TNT et le 24p
  • Le 24p natif sans saccade : assez rare pour le souligner !
  • Les connectivités filaires et sans fil (Wi-Fi Direct, NFC, Bluetooth, etc)
  • Le Reality Creation qui permet d’offrir un très bon rendu avec la TNT malgré la taille de l’écran
  • L’expérience Jeu très performante en 2D et en 3D, inputlag très réduit
  • L’expérience 3D intéressante malgré quelques défauts
  • Le TriLuminos très intéressant avec le sBlu-ray Mastered in 4K
  • La présence de 4 paires de lunettes 3D

Ce que je regrette sur le Sony W855

  • Tout simplement que ce ne soit pas un Full LED
  • Image un peu sensible au bruit vidéo
  • Limite de la définition 1080p sur un 65″
  • Fuites de lumière sans activer le Local Dimming
  • Risque de banding, bords de la dalle trop clairs
  • Un peu de ghosting en 3D, et de posterisation dans les scènes sombres (une sorte de Motion Dithering)
  • Pas de réglages ISF qui auraient permis d’atteindre la perfection colorimétrique
  • Lunettes SimulView en option, pas de caméra Skype
  • Pied non rotatif
  • Qualité audio déplorable

50 commentaires

  1. avatar

    @Dam – Oui, c’est prévu pour le 60W855B de cette année ;)

  2. avatar
    serge /

    Auteur du commentaire Nicolas Bécuwe@serge – Est-ce que tu as bien activé la fonction au niveau du jeu ?

    Est-ce que tu as bien activé le mode Side by Side ou Dessus/Dessous dans la gestion 3D du téléviseur ?

    UP !!
    .
    .
    .
    Bonjour Nicolas,
    C’est d’après les spécifications Sony que je fais cette remarque :
    http://www.sony.fr/electronics/televiseurs/w900a-w850a-series
    Ça n’est pas très fair-play de la part de Sony car ce doit être un bridage additionnel spécifiquement ajouté pour le W8 (la fonction existe « matériellement » en soft je pense seul le motion à 800 Hz diffère)..
    Y aurait t’il un Tip ou un code de déverrouillage ???
    Je kiffe mon achat quand même …j’ai eu cette superbe machine pour 1990€ …;-)) Quel bonheur !!!!

  3. avatar

    @serge – Oui, désolé, c’est vraiment étrange car mon modèle de test permettait de faire le SimulView. Par contre j’avais un firmware spécial, une interface comme s’il s’agissait d’un modèle US, pas de possibilité de numériser les chaînes de la TNT HD dans l’ordre, et d’autres choses qui changeaient.

    Je vais appeler Sony pour en savoir plus, si c’est prévu lors d’un futur firmware, pourquoi cette fonction était disponible sur le sample de test et pas sur les TV dans le commerce…

    Je te tiens au courant de leur réponse, mais pour moi ce n’est qu’un simple code dans le firmware, pas plus !

  4. avatar
    Christophe /

    J’ai donc acheté ce téléviseur ce week end. Le problème actuel est la connexion internet. Le réseau est reconnu et raccordé à la tv, seul hic est qu’au bout de qlq minutes la tv charge et me dit qu’une erreur est survenue et je perd la connexion, ensuite plus moyen de récupérer la connexion (à noter que ma box orange est située à 80 cm et en wifi). Autre souci, l’appleTv ne se connecte pas correctement et l’image apparaît puis disparaît rapidement et elle est brouillée (comme une mauvaise réception de chaîne)(branchement par câble hdmi). Y’a t’il une solution à ces 2 problèmes.. Merci

  5. avatar

    @Christophe – Bonjour,

    C’est peut être un souci de carte réseau ou Wi-Fi, car sur le forum il y a plusieurs acquéreurs et ce problème n’a pas été rapporté pour le moment…

  6. avatar
    SISKE /

    Il a l’air d’être bien excité le gars sur le visuel 8-O

  7. avatar

    @SISKE – lol, de quel visuel tu parles :?:

    Edit : Mdrr, je viens de comprendre ^^ :mrgreen: :mrgreen:

  8. avatar
    ad74 /

    Bonjour

    Merci pour ce test.

    Je viens de recevoir cette TV, moyennant la modique somme de 1990e via le site Ubaldi.
    Elle me donne entière satisfaction… Surtout comparée a mon ancien Bravia 80cm de 2008.
    Par contre j’utilise la BBOX de bouygues, via l’adsl. mon décodeur est bien sur branché en HDMI, mais je constate que les chaines HD ont un rendu un peu décevant.
    Par exemple sur les émissions enregistrées « en plateau » les visages des chroniqueurs en second plan on tendance ä pixeliser et à scintillier, la définition ne semble pas optimale.
    Pourtant lorsque j’utilise la VOD de mon décodeur la définition des film HD est juste impeccable.

    Connaissez vous une astuce ou un réglage pour remedier à ca? Quel est le recul minimum selon vous pour une TV de cette dimension?

  9. avatar
    Nico /

    Super test comme d’habitude.
    Une bonne Sony ça fait plaisir, s’il pouvait y en avoir plus pour mettre une baffe à Samsung et leurs TV playskool :twisted:

    @SISKE : Ca va faire mal :mrgreen:

  10. avatar
    Guillaume Caruso /

    Bonjour Nicolas,

    Déjà un grand merci pour tes tests qui sont un bonheur à lire.

    Je me permets de te poser 2 questions sur ce téléviseur que je possède depuis 2 mois environ :

    – Comment puis je faire pour activer ou désactiver le Local Dimming ( je ne trouve pas la fonction dans les réglages ) ??

    – Tu dis que le logo Sony s’allume mais non c’est la petite diode en dessous du logo qui s’allume le logo reste neutre et invisible ou alors c’est moi qui n’a pas su faire ??

    Je viens de me faire Le Hobbit 2 à l’instant et quel régal avec le Pana BDT 500 c’est que du bonheur et je vais d’ailleurs lancer L’odyssée de pi avec tes réglages pour voir ce que sa donne.

    Merci pour tout.

    Guillaume

  11. avatar

    @Guillaume Caruso – Bonjour Guillaume,

    Tout d’abord merci ;)

    Sinon, pour le Local Dimming, le réglage s’appelle « Contrôle Dynamic LED » et se trouve dans les réglages avancés. tu as le choix entre Bas, Standard et OFF.

    Pour le logo effectivement je me suis mal exprimé, ce sont bien les diodes LED qui illuminent le logo qui s’allument, et pas le logo « SONY » à proprement parlé.

    Je vais rectifier ;)

  12. avatar
    Vinas /

    @Nicolas Bécuwe
    Slt Nico , je viens de lire le test et cette TV a l’air très bonne , au vu de ton test sur le Pana ST60 ou tu disait que c’était pour toi la TV Full HD qui t’avait la plus impressionné au niveau de l’image , y a til dans l’ensemble une grande différence entre ces deux TV ?? Ce Sony surpasse til énormément le génial Pana ST60 , ou pas ??
    Merci !

  13. avatar

    @Vinas – Salut,

    Pas dans le noir, non, mais c’est quand même un très bon contraste et un noir très profond pour un Edge LED !

    Le Sony W805B est plus polyvalent (meilleur sur la TNT, le jeu) mais le ST60 reste une référence sur le Blu-ray si on peut le calibrer comme il faut, avec un grain d’image très typé cinéma.

  14. avatar
    Vinas /

    @Nicolas Bécuwe
    OK donc pour le noir tu parles du ST60 si j’ai bien compris , le ST60 a de meilleur noir que le Sony ??

  15. avatar

    @Vinas – Oui, le W855A offre un noir à 0.02, voir au mieux 0.01 sur les bandes noires, le ST60 affiche un noir à 0.005 cd/m², soit deux à quatre fois plus profond quand même.

    Mais bon, il n’y a pas que le contraste dans la vie, et le W855A dispose d’un contraste record pour une TV LED tout de même !

  16. avatar
    Argholf /

    Cela fait des mois que je consulte votre site avec toujours autant d’intérêt pour trouver ma future TV … foudroyée en septembre 2013 … un 52w5500 RIP

    Je me suis dit, attends les modèles 2014 … Ils tardent à venir et il est toujours aussi difficile de se décider.

    Cet écran aurait existé en 55 pouces je crois qu’il aurait été en haut de la liste.
    Dalle semi mate, contraste au top, temps de réponse amélioré… et joli… mais il n’existe pas !

    La, je me retrouve avec
    le LED 55F8000 en promo chez darty à 1499 € en promo magasin.
    Le UHD 55F9000 en promo à la fnac à 1799 € mais boitier à changer un de ces 4, et j’ai peur de l’effet caméscope… en étant habitué aux écrans sony.
    De plus la télécommande de base je la trouve moche et plastoc. Loin de la classique sony et ses touche moussée. Un détail au final mais il faut bien trouver quelque chose !

    Sinon, la série 55X9000A en promo chez darty, à 2299 €.
    Après niveau désign ce n’est pas laid, mais particulier dans ce monde d’écran ultra fins.
    Avec les enfant en bas age, fini le son qui pète, et c’est peut être l’occasion de virer l’ampli onkyo et les 5 enceintes Jamo.
    Certes pas au niveau du téléviseur, mais à priori il est vraiment efficace ce X9 !

    J’attends avec impatience le test du samsung 55H7500.
    Effet caméscope ou non ?

    Trop trop dur de choisir malgré toutes les infos trouvées ici.

    A suivre …

  17. avatar
    laurent /

    Bonjour! Je viens de voir une offre tres intéressant de la part de cobrason concernant un sony 60w855 , est ce qu’on pourrait me dire si la dalle utilisée est la meme que sur le 65w855?
    merci

  18. avatar

    @laurent – Bonjour Laurent,

    Oui, c’est le même style de dalle très contrastée, mais sans Local Dimming. Tu peux consulter ce topic sur lequel j’ai fait quelques tests du 60W855B : http://hdfever.fr/forum/viewtopic.php?f=6&t=4535

  19. avatar
    Grego /

    Quand je vois les performances de ce téléviseur en 2014!!! Et nous sommes maintenant en mai 2016 soit 2ans après ou est le progrès sur les Tv de maintenant ??

    Pourquoi Sony nous fabriques pas des TV FULLHD et UHD du même calibre??

    Allez avec un peu d’espoir peut être que le miracle va arriver qui sais……………….

  20. avatar

    @Grego – C’est clair, ce téléviseur était impressionnant et dépassait même la plupart des Full LED.

    Il y a des choses qui m’échappent des fois. Pourquoi ce genre de TV est aussi rare ?! Pourtant ce n’était même pas un TV très haut de gamme, ni cher à fabriquer….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: