Facebook Tweeter Tweeter

Test Darbee Darblet DVP5000 de base & modifié par Fidelity Audio

Image

En attente du dernier né de chez DarbeeVision le DVP5100 qui devrait reprendre les mêmes algorithmes et donc le même processing, HDfever vous propose un test du boîtier actuel de la marque le DVP5000, nom de code « Darblet ». Ce test sera complété par celui d’une version modifiée Fidelity Audio, un spécialiste anglais des améliorations d’appareils en tout genre. DarbeeVision est un nouvel acteur sur la scène des traitements de l’image qui commence à faire parler de lui de par le monde et qui ne tari pas d’éloges. Alors que ces dernières années ont vu une véritable hécatombe chez les spécialistes comme Teranex, Silicon Optix, Algolith ou Gennum, cette petite entreprise se manifeste et lance un produit ultra performant vendu à prix très doux.

Comment y arriver ? DarbeeVision est une entreprise familiale propriétaire de ses algorithmes ce qui permet de bien maîtriser la recherche et développement puisque le génial créateur n’est autre de Paul Darbee en personne. D’autre part, la construction du boîtier fait les bons compromis afin de réduire les coûts de fabrication tout en garantissant les performances. La notion de compromis commercial amène immédiatement à la question devenue traditionnelle « peut-on faire mieux en terme de hardware ? ». A l’instar des lecteurs de la marque OPPO, mais aussi de bien d’autres produits, une analyse de la machine révèle des possibilités très intéressantes. De toute évidence, on peut d’or et déjà considérer le remplacement de l’alimentation SMPS OEM très basique et de moindre qualité. C’est un constat assez normal et logique, car une bonne alimentation coûte cher à très cher. Un produit comme le Darblet ne pourrait pas conserver son prix attractif.

Quelques échanges avec Adam Darbee et William (technicien chez DarbeeVision) confirment cet à priori. William ne me le cache pas et partage mon premier postulat. Changer l’alimentation par une alimentation performante et correctement régulée ne peut pas faire de mal. La suite demande une certaine expertise en électronique. Après en avoir discuté avec Adam, très intéressé par l’expérience, je me suis retourné vers mon tweaker habituel, Brent de chez Fidelity Audio. C’est ainsi que mon DVP5000 part en Angleterre pour analyse et détermination de modifications. Le test qui va suivre va mettre en œuvre le DVP5000 standard et le DVP5000 modifié par Fidelity Audio. Nous allons analyser les modes de fonctionnement de ce génial appareil, tester ses performances et nous pencher sur le résultat des modifications que l’on peut y apporter.

Quelques liens utiles :

Présentation

Le principe des traitements DarbeeVision : l’aventure commence en 1970 !

DarbeeVision est une aventure de presque un demi-siècle. Au début des années 1970, Paul Darbee, le créateur de DarbeeVision, construit un synthétiseur vidéo analogique qui lui permet de réaliser un grand nombre d’expériences en temps réel sur les images en mouvement. À l’aide de deux caméras simulant la vision stéréoscopique humaine Paul Darbee cherchait à combiner les deux images ainsi obtenues sans qu’il y eût de décalage entre les deux. À sa grande surprise il découvrit alors qu’en défocalisant l’une des images et en l’inversant par le synthétiseur puis en l’ajoutant à l’image nette il pouvait obtenir un rendu 2D remarquable. L’image n’était pas dédoublée, au contraire elle démontrait plus de perspective, de meilleurs contours et des détails plus en évidence.

Darbee utilisait le même procédé de défocalisation et suppression que les photographes avaient découvert dans les années 1930. Dans ce procédé l’image est défocalisée et soustraite à elle-même. L’image floue contient les basses fréquences du spectre qui une fois soustraite amplifient des hautes fréquences du spectre, là ou se trouvent les détails. Le résultat est une image plus nette, mais tout bruit ou grain résiduel est lui aussi amplifié créant des artefacts non désirés. La méthode de Darbee diffère, car elle utilise une approche stéréoscopique. Une image est défocalisée et soustraite à l’autre image. Ici les deux images sont différentes dues à la disparité de parallaxe liée à la perspective de position des deux caméras. Les changements dans l’image finale sont interprétés par le cerveau comme un stimulus de perception de profondeur.

Il y a quelques années les graphistes ont découvert qu’il était possible de donner un effet de relief en ajoutant une ombre projetée. Le principe de la défocalisation et soustraction stéréoscopique arrive à un résultat assez similaire. Faire croire au cerveau qu’un objet perçu est tridimensionnel. Darbee était très impressionné par le potentiel de l’effet, mais à cette époque il était impossible d’offrir cette technologie au grand public. Paul Darbee a alors poursuivi des études en science neurologique afin de mieux comprendre sa découverte.

Après trois décennies les progrès de l’informatique et des domaines vidéo numériques ont permis à Paul Darbee de reproduire son expérience cette fois-ci au niveau numérique. Après de nombreuses recherches Paul Darbee a mis au point un procéder mathématique lui permettant d’obtenir une image calculée suffisamment acceptable pour mettre en œuvre son procédé à partir d’images vidéo donc sans source stéréoscopique. Avec une source stéréoscopique, le choix de défocaliser et soustraire l’image de gauche ou l’image de droite n’a pas d’incidence. Dans le cas d’une vidéo classique, le problème est tout autre. Pour résoudre ce problème, Paul Darbee opte pour une méthode qui consiste à créer deux images, une gauche et une droite, l’image d’origine est alors celle du milieu. Les deux nouvelles images sont défocalisées et soustraites à l’image d’origine. Le résultat est encore plus efficace ajoutant plus de profondeur et de séparation des plans.

Maintenant qu’il est possible d’appliquer le traitement aux images monoscopiques vient le problème de l’élimination des artefacts qu’il peut en résulter. Paul Darbee ne retient pas les méthodes classiques, il se base sur ses études en science neurologique afin de mettre au point un système qui va analyser l’image, le PerceptorTM. Ce système permet de restreindre la défocalisation et soustraction aux seules parties pertinentes de l’image. Il a fallu encore quelques années pour que le PerceptorTM soit entièrement automatique et capable de résoudre tous les problèmes d’artefacts résiduels.

Nous y sommes enfin, Paul Darbee crée DarbeeVision et dévoile le Darbee DVP5000 « Darblet ».

Caractéristiques technique du DVP5000 :

  • Modes HiDef, Gaming et Full Pop
  • Mise à jour possible
  • HDMI 1.4 compatible 3D
  • Mode de fonctionnement interne DeepColor 30-bits, YCbCr 4:4:4
  • Une entrée HDMI
  • Une sortie HDMI
  • Une prise pour déport infrarouge
  • LED avec dimmer
  • Menu à l’écran
  • Télécommande infrarouge
  • Alimentation 5V
  • Dimensions 6,25x10x1,9cm

Déballage et autopsie du Darbee DVP5000 standard

Image

Image
Le DVP5000 se présente comme un tout petit boîtier très simple. La boite contient le stricte minimum, une notice simplifiée, une alimentation universelle, la télécommande et bien entendu le DVP5000.

Image
Le DVP5000 utilise une entrée HDMI, une sortie HDMI, un récepteur infrarouge, quelques touches pour la prise en main directe et une entrée IR bien pratique pour ajouter un déport infrarouge si on loge le DVP5000 dans un emplacement opaque aux codes IR de la télécommande.

Image

Image

Image
La télécommande reprend les touches présentes en façade sur le DVP5000 et propose l’accès à d’autres fonctions comme le mode démo.

Image
La notice ne donne que les informations essentielles, mais nous verrons que le DVP5000 a une ergonomie si facile que la prise en main et la compréhension de la machine se fait presque instantanément. L’aspect extérieur du DVP5000 ne paie pas de mine mais il ne faut pas s’y fier. Bien que de conception simple avec une seule entrée et une seule sortie HDMI, le DVP5000 est construit avec une grande rigueur et utilise des chipsets très performants. Le DVP5000 est construit autour d’un FPGA, d’un contrôleur ARM, d’un récepteur HDMI et d’un émetteur HDMI. Le tout piloté par des horloges dédiées.

Image
Le FPGA en question est primordial car il va contenir et mettre en œuvre les traitements complexes DarbeeVision. Il s’agit d’un ALTERA Cyclone IV. Ce FPGA très performant permet un développement simplifié ce qui a pour effet de réduire des coûts et les temps de développement. Sa consommation en courant est aussi réduite, c’est un élément important afin de réduire le risque de chauffe et les coûts d’intégration. Le Cyclone IV est secondé par son horloge dédiée elle-même optimisée par un micro régulateur et des condensateurs CMS. Cette petite horloge utilise un oscillateur de très bonne qualité du même type que ceux que l’on peut trouver dans un Oppo BDP-103.

Image
Le contrôleur ARM est un NXP LPC1756. Il a pour fonction de contrôler les différents éléments du DVP5000. Il gère entre autre les interfaces. Il utilise aussi sa propre horloge.

Image

Le récepteur HDMI Analog Devices ADV7612 s’occupe de l’entrée HDMI. Il s’agit d’un excellent composant HDMI1.4a qui assure la compatibilité avec presque tous les formats existants.

Image

L’émetteur HDMI est un Analog Devices ADV7511 partenaire complémentaire de l’ADV7612.  Les deux ADV utilisent la même horloge.

Image
Très clairement si le DVP5000 semble tout petit il faut reconnaître qu’il embarque de la belle électronique de pointe et sa construction est loin d’être bâclée. Petit mais costaud ! Nous verrons par la suite que la taille n’est pas toujours importante.

Les modifications sur le Darbee Dablet DVP5000 Fidelity :

Ainsi commence une nouvelle aventure de tweak. Le DVP5000 de prime abord simple se révèle être une machine assez complexe. En effet ce petit boîtier contient tout de même un processeur FPGA, un récepteur HDMI, un émetteur HDMI et un contrôleur. Trois horloges sont nécessaires pour faire fonctionner le tout. Ajoutons à cela un problème de place, le boîtier est très compact et il est difficile de loger de nouveaux composants. Il faut donc bien analyser la machine et faire les bons choix afin d’appliquer les bonnes modifications. Ici le but recherché est de réduire au maximum le bruit numérique résiduel afin d’optimiser le rendu du procéder DarbeeVision et de pouvoir l’utiliser avec des réglages de valeur encore plus hautes.

Autopsie du boitier :

Voici des photos comparatives. En haut le DVP5000 standard et en bas la version modifiée par Fidelity Audio. Manifestement il y a du travail et du monde en plus !

Image

Image

La modification principale vise l’horloge qui pilote les chipsets HDMI. Celle-ci est extraite et remplacée par une horloge de chez Fidelity Audio. Il s’agit de la version light ou Micro Clock. À l’origine cette horloge peut délivrer deux fréquences différentes à l’aide de deux oscillateurs indépendant. Ici une seule sortie est montée et exploitée. L’emplacement de la deuxième horloge sera isolé par l’usage d’un condensateur de découplage Panasonic. Cette horloge affiche une précision de +/- 1ppm et un jitter mesurée à moins de 3PS. Elle est très performante surtout pour sa taille. En outre, elle bénéficie de très bons condensateurs et d’un régulateur SPower « D » à composant discret, régulateur construit par Fidelity Audio.

Tous les chipsets sont recouverts de « Magic Pads ». Ce nom marketing cache un produit assez ingénieux dont le but est de protéger des émissions EMI et RFI. Il s’agit d’un matériau qui se présente sous la forme d’une feuille de joint. On y découpe des patchs aux dimensions du composant que l’on veut isoler. On applique le patch et on le fixe à l’aide d’un décapeur thermique. Le patch va alors s’assouplir et coller au composant tout en épousant sa forme pour le protéger intégralement. Le traitement va aussi éradiquer les émissions entre les composants eux-mêmes. Comme la matière présente une certaine densité, elle va aussi absorber une partie des vibrations et servira de damping réduisant encore l’influence de l’environnement sur le bon fonctionnement des composants électroniques.

Les autres modifications visent l’alimentation des composants du DVP5000. Quatre condensateurs Oscon de découplage sur les quatre valeurs de courant présentes dans le DVP5000, 5V, 3,3V, 2,5V et 1,2V. Trois autres condensateurs Panasonic rentrent en action dont un directement sur la nouvelle horloge. Ces condensateurs serviront au découplage au 1,2V, au Vref et à l’horloge Fidelity Micro Clock. Ainsi, les régulateurs intégrés à la PCB bénéficieront d’un meilleur filtrage pour délivrer un courant avec un niveau de bruit très réduit.

Image

L’alimentation optionnelle :

Fidelity Audio est aussi un spécialiste des alimentations linéaires filtrées et régulées. À l’instar d’autres maisons bien connues, Fidelity Audio propose déjà une vaste gamme visant à remplacer les alimentations SMPS de piètre qualité livrées en standard avec tout type d’appareil. Le DVP5000 n’y échappe pas et Fidelity Audio propose en option une alimentation de haute volée adaptée aux besoins de la machine. Bien que compacte cette alimentation n’a vraiment plus rien à voir avec celle d’origine. Les dimensions sont déjà respectables : 165 mm x 160mm x 61mm. La façade est sobre, on n’y trouve que l’unique LED témoin d’alimentation.

Image

La face arrière est déjà plus intéressante. On y trouve l’entrée IEC du courant alternatif avec son interrupteur et son porte fusible, pratique en cas de problème et pour ceux qui veulent utiliser un fusible de meilleure qualité. La sortie DC +5V est assurée par une prise DIN plaquée argent. L’alimentation n’est pas livrée avec son câble secteur, mais avec le câble de sortie ce qui est bien normal. Il s’agit d’un câble de 1m utilisant des conducteurs cuivre OFC plaqué argent terminé par une prise elle aussi plaquée argent. L’argent confère une meilleure conductivité et est en général utilisé sur des montages audiophiles numériques.

Image

L’intérieur de la bête révèle un schéma simple, mais efficace. On y trouve bien entendu un transformateur torique, ici de puissance de 80VA ce qui est bien assez pour assurer la bonne alimentation du DVP5000. Fidelity Audio utilise deux condensateurs faits sous cahier des charges et avec leur propre label. Ces condensateurs ont une capacité de 22.000uF chacun. Le premier se trouve avant la régulation et le second après, ceci permet d’opérer un filtrage optimum. La régulation est assurée par un régulateur à composant discret SPower HC de fabrication Fidelity Audio. Un pont de diode rectificateur de marque KBU est en charge de la cohérence des polarités. Le reste des composants est aussi de très bonne qualité, condensateurs WIMA, câble de liaison Kimber en cuivre OFC plaqué argent. Le châssis en aluminium sert de blindage et de dissipateur thermique passif.

Image

Image

Fidelity Audio n’a pas lésiné aussi bien sur les modifications du DVP5000 que sur la construction de son alimentation linéaire. Nous y trouvons exclusivement des composants de bonne qualité. Reste à tester les performances de la machine.

Utilisation et Ergonomie.

A quoi sert le DVP5000 ?

Et bien comme l’explique le petit historique qui retrace le développement de cette machine, le DVP5000 est un moyen d’accentuer la perception du relief et des détails dans une image vidéo. Le système va aussi accentuer la profondeur de champ.

Comment peut on y arriver ?

Avec le DVP5000 tout est simplifié et presque automatique. Nous disposons de trois modes de fonctionnement qui vont agir de manière différentes. Le mode HI DEF est dédié aux programmes de meilleure qualité comme les Blu-ray. Ce mode va agir avec le plus de subtilité et va faire ressortir les détails en limitant son action sur le contraste dynamique de l’image. Ce mode est à privilégier si on cumule le DVP5000 avec d’autres machines ayant aussi pour vocation d’accentuer les détails et / ou utilisant un contraste dynamique.
Image
Le mode GAMING va accentuer la perception de profondeur et des détails. Il va aussi accentuer davantage le contraste dynamique de l’image. Comme son nom l’indique, ce mode est surtout conseillé pour les jeux vidéo.

Image
Le mode FULL POP est le plus agressif. Darbee Vision le conseil sur les images de qualité médiocre. En effet dans ce genre d’image il y a peu de contraste et de détail. Le FULL POP va chercher plus loin les détails pour les mettre en évidence et va accentuer le contraste dynamique intra-image au plus haut niveau. Ce mode n’est pas sans risque et n’est pas du tout adapté à tous les types d’image, notamment ce qui retourne du film d’animation classique présentant des aplats de couleurs. Nous verrons plus loin pourquoi.

Image
Ces modes sont accessible par la télécommande et peuvent se désactiver par la touche DARBEE ON/OFF.

La prise en main

L’utilisation du DVP5000 est très simple, il suffit de sélectionner le mode désiré et d’ajuster le niveau qui va de 0% à 120% par mode. Cependant le DVP5000 ne se contente pas d’un simple menu pop up indiquant le niveau de réglage, le petit boîtier propose aussi un menu très complet. La page d’accueil traditionnelle donne un accès aux différentes fonctions et permet de sélectionner l’un des trois modes de traitement.

Image
Le menu HELP fait office de notice explicative et donne les informations nécessaires pour comprendre le fonctionnement du DVP5000. Cette aide interactive est donc disponible en permanence et sera bien utile aux utilisateurs.

Image
Image
Image
Image
Image
Le menu SETTINGS est le plus intéressant. Il donne accès à quelques paramétrages assez utiles.

Image
Le DEMO MODE propose trois fonctions. OFF, le mode n’est pas activé, c’est la position pour un usage courant. ON, le mode démo active un balayage dans l’image qui permet de voir dans toute l’image l’efficacité du traitement Darbee Vision utilisé.

Image
SPLIT SCREEN est un mode comparatif classique dans un écran coupé en deux. La partie gauche est l’image d’origine et la partie droite l’image traitée.

Image
Le DEMO MODE est aussi accessible en direct sur la télécommande. LOGO PROPERIES permet d’afficher en permanence le logo Darbee qui servira de marqueur indiquant le mode utilisé et son niveau. Trois positions sont disponibles sur la base de l’écran, à gauche, au milieu ou à droite.

Image
LED BRIGHTNESS est un menu très important pour une intégration. Il permet d’ajuster le niveau d’illumination des LED du DVP5000 et de les éteindre.

Image
LANGUAGE permet de sélectionner la langue.Le français est disponible mais la traduction des menus est imparfaite, rien de grave car on arrive à retenir le sens.

Image
ADVANCED SETTINGS permet d’affiner la précision de réglage des modes DarbeeVision. FINE CONTROL valide une précision de 1% au lieu de 5%. A noter qu’une pression continue des boutons MORE DARBEE et LESS DARBEE fait défiler les niveaux par pas de 5%. Cette ergonomie permet donc d’aller vite et d’être précis à la fois.

Image
Image
RESET SETTINGS est la remise à zéro du DVP5000.

Image
SYSTEM INFORMATION indique la version du logiciel, du firmware et le numéro de série.

Image
Ensuite nous trouvons un menu crédits et remerciements. Chose rare dans une machine, mais très intéressante car on sait alors qui est rattaché au projet.

Image
Image
Le DVP5000 propose un nombre très respectable d’ajustements, en tout cas il est très bien pensé et va répondre à tous les besoins d’intégration.

Protocoles

Mesures des boitiers Darbee Dablet DVP5000 de base et modifié par Fidelity Audio

Afin de mettre à l’épreuve convenablement le DVP5000 j’ai opté pour plusieurs protocoles de tests. Le premier permettra d’évaluer la transparence et la neutralité des deux DVP5000. Le suivant sera un test classique de constat de performance. Le dernier servira de comparatif en temps réel sur deux moitiés d’écran des deux DVP5000.

Protocole de tests de neutralité des DVP5000

Tout appareil vidéo induit plus ou moins d’erreurs de colorimétrie. En particulier lorsque celui-ci va intervenir sur la perception des contrastes. Nous l’avons bien constaté sur les lecteurs Oppo à base de Qdeo par l’intermédiaire des filtres de couleur dynamique et de contraste dynamique. Si dans un lecteur comme un Oppo il est acceptable d’avoir des dérives, car on sait pertinemment que la fonction d’une telle machine est de flatter l’image en jouant sur des paramètres qui ne sont pas neutres, cela est moins acceptable dans le cas d’un processeur vidéo qui se doit de respecter l’intégrité des caractéristiques colorimétrique de l’image.

Pour ce faire, j’ai établi ce protocole de test rigoureux qui va activer les traitements du DVP5000. En effet de par sa conception le DVP5000 analyse l’image et agit seulement si cela est nécessaire. Or une mire de couleur même APL (fenêtre dans un fond non noir) n’a pas de textures. Les images défocalisées et l’image d’origine comportent alors les mêmes valeurs.

Pour bien s’assurer que le DVP5000 va analyser une image à travailler et donc activer ses traitements, il faut ajouter de la texture à la mire. Pour y arriver, j’ai utilisé les fonctions PIP (Picture In Picture) du RadianceXE. J’ai utilisé une entrée avec un film montrant une image complexe sur pause. Sur une autre entrée le générateur de mire DVG5000 affiché dans une fenêtre réduite et centrée dans l’image. Toutes les entrées en mode neutre et la sortie du RadianceXE sans correction.

Matériel mis en cause :

  • Lecteur Oppo BDP-93 Modifié « no noise »
  • Générateur de mire DVG-5000
  • Scaler Lumagen RadianceXE en fonction PIP
  • Vidéoprojecteur JVC DLA-X95, calibrage REC709, D65 et tout processing neutre.
  • Convertisseurs HDMI/RJ45 Lumagen
  • Câbles HDMI Wireworld
  • Logiciel de calibrage Chromapure Pro
  • Sonde de mesure Xrite Display 3 optimisée Chrompure
  • Sonde de mesure Xrite Hubble Rev A (Sencore OTC1000)

Image

Voici ce que cela donne sur le terrain :

Image

Image fixe sur l’entrée HDMI 1 du Radiance XE

Image

Mire du générateur DVG-5000 sur l’entrée HDMI 2 du Radiance XE

Image

Superposition des deux en utilisant la fonction PIP du Radiance XE

Protocole de test de performance

Ce protocole de test est simple et classique. Les DVP5000 seront branché tour à tour sur le lecteur de référence, un Oppo BDP-93 modifié no noise (sans aucun bruit résiduel dans la vidéo) paramétré au plus neutre possible. Ainsi seul l’incidence des DVP5000 montrera les améliorations à l’image.

Matériel mis en cause :

  • Lecteur Oppo BDP-93 Modifié « no noise »
  • Vidéo projecteur JVC X95, calibrage REC709, D65 tout processing neutre.
  • Convertisseurs HDMI/RJ45 Lumagen
  • Câbles HDMI Wireworld

Image

Protocole de comparatif des deux DVP5000

Le but sera de pouvoir constater en temps réel les différences entres les deux DVP5000 et d’évaluer les gains que l’on peut obtenir grâce aux modifications apportées par Fidelity Audio. Pour ce faire, j’utiliserai le Lumagen RadianceXE en mode Picture by Picture afin d’afficher sur un même écran exactement la même demie image provenant des deux DVP5000. Le lecteur sera toujours le BDP-93 dont les modifications impactent les deux sorties HDMI leur conférant le même rendu qualitatif. Les deux sorties HDMI du lecteur seront reliées à leur DVP5000 qui seront ensuite branchés sur une entrée HDMI du RadianceXE. Les câbles HDMI seront identiques d’un bout à l’autre des deux chaînages. Le RadianceXE sera en mode neutre ceci afin de n’apporter aucune influence sur le rendu.

Matériel mis en cause :

  • Lecteur Oppo BDP-93 Modifié « no noise »
  • Scaler Lumagen XE en fonction Picture by Picture
  • Vidéo projecteur JVC X95, calibrage REC709, D65 tout processing neutre.
  • Convertisseurs HDMI/RJ45 Lumagen
  • Câbles HDMI Wireworld
  • Câbles HDMI Better Cables

Image

Protocole de tests de neutralité des DVP5000, mesures et résultats

Cette batterie de tests va permettre de vérifier la neutralité du DVP5000 standard et celui modifié par Fidelity Audio. En suivant le protocole correspondant expliqué précédemment il va être possible de mesurer l’impact des boîtiers Darbee sur le décodage des couleurs, sur le gamma, l’échelle de gris et le gamut. Les tableaux et graphiques qui en résultent donnent la variation des valeurs par rapport à l’indice obtenu des mesures du générateur de mire seul. Il ne s’agit pas de valeurs brutes excepté les mesures de gamma.

Commençons par le plus important le contrôle du dématriçage c’est à dire le décodage des couleurs. Les mesures permettent d’obtenir le tableau suivant :

Image

Les pourcentages obtenus montrent des erreurs de valeur infime et tout à fait négligeable. Bien que le DVP5000 opère des conversions en YCbCr 4:4:4 10 bits le codage des couleurs en entrée n’est pas altéré en sortie. On peut donc le cas échéant utiliser le DVP5000 avec tous les profils existants, RGB 16-235 (mode vidéo), RGB 0-255 (mode PC), YCbCr 4:2:2 et bien entendu YCbCr 4:4:4. Dans l’ensemble le DVP5000 Modifié par Fidelity Audio affiche un score un peu meilleur que le DVP5000 standard. Il est probable que la très légère perte soit compensée par le travail effectué par Fidelity Audio. La combinaison de l’alimentation améliorée et la meilleure horloge numérique ne peut qu’aider les composants du DVP5000 à mieux fonctionner et limiter les erreurs de calcul.

L’équilibre de la température de couleur, l’échelle de gris :

Darbee DVP5000 Standard
Image

Darbee DVP5000 Fidelity Audio
Image
Dans les deux cas nous notons des variations par rapport à la mesure indice donnée par le générateur de mire DVG-5000. Ces variations ne me montrent pas d’amplitudes trop pénalisantes et si la sonde de mesure est capable de les voir l’oeil humain quant à lui ne fera pas de différence. Cependant, il est important de noter ce petit défaut, car dans le cadre d’un calibrage il faudra donc inclure le DVP5000 dans le processus. Le choix du mode Darbee aura aussi une influence, car comme le montrent les courbes chaque mode tant à modifier la courbe de température de couleur sur l’échelle de gris à sa manière.

Nous faisons un autre constat qui s’avère très intéressant. Si le DVP5000 Fidelity Audio aussi n’est pas neutre, il ne provoque pas les mêmes dérives. En effet, les courbes des variations de température de couleur sont mieux recentrées sur la courbe indice du générateur de mire. Les courbes des modes Darbee ont des dérives à considérer pour un calibrage, mais la courbe obtenue avec le filtre sur OFF est presque bonne et finie avec une moyenne presque identique à celle de la courbe de l’indice. Les modifications apportées par Fidelity Audio ont ici aussi un effet bénéfique. Le respect de la température de couleur est un élément primordial dans la restitution d’une image. Voici un élément de valeur ajoutée non négligeable.

Le Gamma :

Image
Courbe de gamma du Darbee DVP5000 standard.
Image
Courbe de gamma du Darbee DVP5000 Fidelity Audio.
Image

Les chiffres et les courbes parlent d’eux même. Le gamma est un critère pour lequel le DVP5000 se révèle très neutre, ici pas d’inquiétude. Un petit avantage au DVP5000 Fidelity Audio qui termine avec des gamma moyens identiques à celui de l’indice. L’échelle de gris et gamma étant lié il est normal que l’appareil plus juste en température de couleur le soit aussi sur son gamma.

Le Gamut :

Gamut DVG-5000
Image

Gamut DVP5000 standard
Image

Gamut DVP5000 standard mode HiDef
Image

Gamut DVP5000 standard mode Game
Image

Gamut DVP5000 standard mode Full Pop
Image

Gamut DVP5000 Fidelity Audio
Image

Gamut DVP5000 Fidelity Audio mode HiDef
Image

Gamut DVP5000 Fidelity Audio Game
Image

Gamut DVP5000 Fidelity Audio Full Pop
Image

Les différents tableaux de Gamut sont identiques. Il est donc possible de se lancer dans un calibrage à partir d’un color management complexe sans crainte que le DVP5000 engendre des dérives qui pénaliseraient le travail du calibreur. Dans l’ensemble le DVP5000 assume son label de neutralité colorimétrique. Il n’est pas parfait comme tout appareil vidéo mais les faibles erreurs induites restent dans le domaine du négligeable. La version modifiée par Fidelity Audio arrive à réduire l’amplitude de ces erreurs pour arriver à des scores presque parfaits.

Test de performance individuel : la mise à l’épreuve

LE chapitre suivant passe à l’étape d’appréciation subjective et de l’usage des DVP5000 sur le terrain. Je vais vous présenter les différents modes de fonctionnement des DVP5000 à des valeurs différentes ce qui vous permettra de mieux appréhender ce que ces boîtiers sont capables de faire et aussi quelles en sont les limites. En effet rien n’est parfait et malgré l’ingéniosité déployée par DarbeeVision quelques défauts et artefacts subsistent.

Petite astuce d’intégration du DVP5000 dans votre chaîne vidéo : Le DVP5000 est un processeur qui travaille en YCbCr 4:4:4. Cela veut dire que tout format vidéo entrant qu’il soit YCbCr 4:2:2 ou RGB sera converti une première fois en YCbCr 4:4:4, travaillé puis reconverti suivant le format vidéo d’entrée. Cela veut dire que l’on risque une double conversion et bien que le DVP5000 soit relativement neutre il est préférable de l’éviter. La profondeur de bits subit le même traitement, tout signal 8 bits ou 12 bits sera converti en 10 bits puis remis à l’échelle.

Pour mieux comprendre supposons que nous sortions de la source en RGB DeepColor 12 bits. Voici ce qui se passe avec le DVP5000 dans la chaîne vidéo :

  • RGB 12 bits => Input Darbee conversion 4:4:4 10 bits « traitement » Conversion RGB 12 bits Output Darbee => RGB 12 bits

Pour éviter cette double conversion et faciliter le travail du Darbee il faut donc que le signal vidéo de la source corresponde au mode de fonctionnement interne du DVP5000, c’est à dire YCbCr 4:4:4 10 bits. Pour effectuer les tests suivant mon Oppo BDP-93 de référence est donc paramétré suivant ces prérogatives.

Darbee standard

Test du DVP5000 standard

Je vais vous présenter les différents modes de fonctionnement et leurs effets sur l’image. Dans le cas particulier de mon système, le DVP5000 standard est poussé dans ces derniers retranchements à une valeur commune des modes à 75%. Attention ! Cette valeur est constatée sur mon système et ne sera pas forcément applicable chez vous. Tout dépendra de la chaîne que vous utilisez, des autres processings mis en œuvre et de vos goûts en terme d’image.

Nous allons constater que l’image obtenue est libre de tout artefact à l’exception du mode Full Pop qui se révèle très délicat à exploiter. Bien entendu les deux autres modes n’ont pas le même rendu et il sera possible de les mettre en comparaison. Les screens montreront successivement une image sans traitement, puis le mode Hi Def, ensuite Gaming et pour finir le Full Pop. Commençons par des images de films bien connus.

Tout d’abord le légèrement granuleux « Casino Royal »

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Passons maintenant à un film dont l’image est exemplaire « Oblivion ».

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Dans un registre différent essayons le DVP5000 sur un film en image de synthèse « Wall-E »

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

De toute évidence le DVP5000 remplit son contrat. La machine va réussir à accentuer les détails et l’impression de relief de l’image. Le cas échéant la profondeur de champ est accentuée de manière remarquable. En effet le DVP5000 est capable de définir quelle partie de l’image doit être retravaillée et quelle partie ne doit pas être traitée. Un flou devant rester flou restera flou, une partie nette donnant du relief sera renforcée. Ainsi, bien mis en situation le DVP5000 permet d’avoir certains plans en presque 3D sans lunette. Seul bémol à la partition, le mode Full Pop qui se révèle délicat et peut créer des artefacts assez surprenants.

Toujours de l’animation mais d’un type plus classique « Le Jardin des Mots » Le dernier film de Makoto Shinkai que je recommande aux amateurs !

Image

Image

Image

Image

Ce genre de film est l’exemple type très pénalisé par l’usage du mode Full Pop. L’image montre alors des défauts catastrophiques et il est évident que ce mode n’est pas à utiliser sur ce genre d’image. Peut être que l’on peut tout de même utiliser le mode Full Pop, mais avec un niveau beaucoup moins élevé que les deux autres modes. Nous reviendrons plus en détails sur ce mode plus loin…

Un dernier passage sur « Samsara » qui montrera différentes gradation des modes du DVP5000 :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Darbee Fidelity Audio

Test du DVP5000 Fidelity Audio

La mise en œuvre du DVP5000 modifié Fidelity Audio suivra la même approche cependant le niveau des filtres sera différent. En effet, les améliorations apportées par Fidelity Audio vont permettre de pousser le filtre à la limite des 85%. Seul le Full Pop restera problématique et fera l’objet d’une analyse spécifique. A nouveau, ce niveau de 85% est subjectif et propre à ma sensibilité personnelle et utilisé dans mon système. Par exemple, Brent, le tweaker de Fidelity Audio, indique une utilisation première du filtre à 30-40%, puis à 70-80% après modifications. Cela s’applique dans son cas et dans son système. Vos appréciations et applications seront très probablement différentes.

La version Fidelity Audio se différencie de la version standard par une image plus stable et exempte de tout bruit numérique. L’image est plus propre et démontre un piqué plus prononcé, ce qui explique la possibilité de monter le filtre au delà des 75%. Le niveau vidéo semble aussi plus important, les détails des noirs se voient mieux. Ces constats mènent à une première conclusion, la dynamique de l’image est déjà mieux préservée lorsque le filtre Darbee est à 0%. Il est très probable que le DVP5000 standard provoque une légère perte dans l’image qui ne se mesure pas. En effet, des mesures colorimétriques ne peuvent pas analyser tous les paramètres d’une image notamment ceux relatifs à la stabilité et à la dynamique. Une neutralité colorimétrique n’est pas une neutralité absolue. Ceci dit le DVP5000 standard compense déjà énormément par le gain qu’il apporte.

« Casino Royal »
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

« Oblivion »
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

« Prometheus »
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

« Wall-E »
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

En comparaison avec le DVP5000 standard, la version améliorée par Fidelity Audio permet d’obtenir une image plus dense grâce au filtre poussé à des valeurs plus élevée. L’image semble aussi plus contrastée avec des couleurs mieux saturées.

« Le Jardin des Mots »
Image

Image

Image

Image

Dans le cas de ce film d’animation et je suppose d’autres, l’écart avec le DVP5000 standard est plus difficile à constater. A priori sur des images faibles en texture les deux machines se valent. Pour finir voici une gradation des différents modes du DVP5000 Fidelity Audio. A nouveau j’ai choisi un passage issu de « Samsara »

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Full pop / 3D / comparatif

Cas du Full Pop, optimisation et utilité

Nous l’avons constaté le mode Full Pop est parfois problématique et ne peut pas s’utiliser sans prendre de gros risques de générer des artefacts. Artefacts dont la nature est propre au mode de fonctionnement des algorithmes de DarbeeVision il faut le préciser. Le mode Full Pop est pourtant étudié pour une usage singulier et ce révèle très efficace si il est utilisé avec précaution. Sur des films récent ou d’animation ce mode ne donne pas vraiment de satisfaction et peut dégrader l’image plus qu’autre chose mais sur un vieux film ou une image de piètre qualité il peut s’avérer très efficace et performant.

Commençons donc par identifier précisément de quel artefact il en retourne. Manifestement les modifications apportées par Fidelity Audio n’y peuvent rien, chose assez évidente car le problème réside dans le software de la machine. L’artefact est identifié par les zones encadrées de rouge. Voici quelques exemples démontant parfaitement l’artefact en question :

Un extrait issu de « Casino Royal » via le DVP5000 Fidelity
Image

Image

Image

Si les modifications Fidelity Audio ne peuvent pas résoudre ce défaut elles ne n’accentuent pas, ce qui est assez rassurant.

« Oblivion » via le DVP5000 standard
Image

Image

Image

Alors que le mode Hi Def ne provoque pas de dégradation le mode Full Pop ne convient manifestement pas. Nous avons constaté le problème sur des films d’animation classique. Voici d’autres exemples montrant ce qui se passe dans ce cas en mode Full Pop.

« Arrietty le Petit Monde des Chapardeurs »
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Définitivement, le Mode Full Pop est à proscrire dans le cas de films très bien encodé ou ayant des images peu texturées comme un film d’animation classique. D’après DarbeeVision ce mode est surtout utile lorsque le programme regardé est de qualité moyenne ou s’il s’agit d’un vieux film. Afin de le vérifier j’ai sorti quelques vieilleries éditées en Blu-ray.

Voici une gradation du mode Full Pop par pas de 20% sur le film « Les Canons de Navarone »
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

En effet dans le cas d’une image « sale » c’est à dire avec du grain et un aspect pellicule argentique l’artefact ne se manifeste pas de manière virulente et est presque imperceptible. Tentons d’autres essais avec un niveau raisonnable pour constater si le mode Full Pop arrive bien à améliorer ce type d’image sans générer de dégradations ou ajouter des défauts.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Un autre essais cette fois-ci sur « Reanimator »
Image

Image

Les tests sont rassurants et concluants. Le mode Full Pop inutile dans un usage courant trouve toute son utilité dans le cas précis des vieilles images et des images de mauvaise qualité. On peut même dire que le mode Full Pop fait un travail rudement bon dans ce cas de figure, il reste imparfait certes mais arrive à tricher tout même remarquablement bien.

La 3D passe en super 3D !

Le DVP5000 est aussi capable d’appliquer ses traitements sur un signal vidéo 3D stéréoscopique. Ce n’est pas le cas de son petit frère DVP4000. Comme la 3D est ce qu’elle est il n’y aura pas de screens illustratifs. Malgré tout, je vous propose une petite conclusion. Le DVP5000 ne servira pas à résoudre des problèmes de mauvaise 3D, particulièrement le Crosstalk communément appelé « Ghosting », ce n’est pas son but et il n’est pas conçu à cet effet..

Les jaillissements auront la même amplitude et la profondeur sera inchangée. Toutefois le DVP5000 fort de son concept arrivera à accentuer certains effets notamment la préservation de la précision de l’image. Il ne sera pas possible de rendre la 3D plus démonstrative mais on arrivera à obtenir un rendu plus confortable et surtout une image de meilleure qualité en terme de stabilité et de précision. Une 3D un peu fade sera alors beaucoup plaisante et donnera autant d’effet de relief que dans l’usage du DVP5000 sur des images en 2D. Une excellente 3D comme celle d’Avatar deviendra alors un vrai régal pour les yeux.

Protocole de comparatif des deux DVP5000, constatation simultanée.

Pour finir ce test je vous propose une mise en œuvre comparative simultanée des deux DVP5000. Le DVP5000 standard sera utilisé en mode Hi Def à 75% ce qui colle aux images haute définition sur Blu-ray vues dans mon système. Le DVP5000 Fidelity Audio sera utilisé dans le même mode mais à 85%. Voici le dernier échantillon de screens qui illustrent ce test. La partie gauche de l’image est issue du DVP5000 Fidelity Audio et la partie droite du DVP5000 standard.

Image
Image
Image
Image
Image

Image

Image

Image

Conclusion

Dernier test et conclusions

Avant de boucler ce test je vous propose de combiner le DVP5000 avec les autres maillons de ma chaîne vidéo afin d’optimiser le tout et d’en sortir l’image la plus flatteuse et précise possible. Le Radiance XE rentre en action avec son processing de sharpness VXP. Sa sortie utilisera les timings natifs du vidéoprojecteur et le DLA-X95 passera pour l’occasion en mode de calibrage DCI avec eShift et filtres optimisés.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le DVP5000 est bel et bien un maillon complémentaire à toute chaîne vidéo. Son travail va compléter celui d’autres appareils et un cumule des filtres à disposition n’est pas du tout incohérent. Au contraire, il s’avère que le DVP5000 profite des filtres de netteté en amont et perfectionne ceux qui se trouvent en fin de chaîne au sein même du diffuseur. De prime abord cheap, le DVP5000 cache une technologie ultra performante capable d’améliorer la qualité de l’image quelque soit sa qualité d’origine. Bien entendu le gain sera plus important sur une belle image issue d’une bonne source. DarbeeVision relève plusieurs défis. Tout d’abord arrivé à innover sur un marché ultra dynamique et déjà saturé de traitement vidéo en tout genre.Créer un outil capable de se glisser de manière transparente et efficace dans une chaîne vidéo n’est pas une mince affaire.

Le prix de vente est en lui même presque irrationnel, comment une machine qui marche aussi bien peut-elle être aussi abordable ? Le choix des composants est une partie de réponse. Le DVP5000 est construit intelligemment et utilise des composants qui permettent de faire des réductions de coûts sans entamer les performances. La coque ne sera certainement pas du gout de la majorité, mais comme le DVP5000 a pour vocation d’être caché cela n’est pas un handicap. Pas de câble HDMI de fourni, soyons franc ce n’est pas si problématique. D’ailleurs, il est fort probable que d’un utilisateur à l’autre il faudra utiliser un câble de longueur différente. Quelque soit la taille du câble qui aurait été fourni il n’aurait jamais été parfait, par exemple il me faudrait un câble de 30cm seulement, cette longueur ne court pas les rues. Les trois modes de fonctionnements sont très bien étudiés et si on veut éviter de commettre une erreur il suffira de respecter les préconisations d’utilisation.

Le DVP5000 est-il indispensable ? Au prix de vente, je suis bien obligé de dire OUI ! Comme cette machine est capable de compléter d’autres filtres de sharpness ou de les remplacer, elle se rendra utile dans tous les cas de figure envisageables.

Les + du Darbee Darblet DVP5000 de base :

  • Prix très attractif
  • Facilité d’utilisation
  • Performances
  • Marche aussi bien sur la 2D 1080p que sur la 3D
  • Des modes bien étudiés

Les – du Darbee Darblet DVP5000 de base :

  • Aspect un peu cheap
  • Pas de mémoires séparée par mode
  • Pas de compatibilité 4K ou Ultra HD

Que penser des modifications proposées par Fidelity Audio et leur utilité ? De mon approche personnelle toute électronique mérite des améliorations car dans tous les cas les ingénieurs doivent faire des compris afin d’arriver aux objectifs de coût imposé par le marketing. Ici le travail de Fidelity Audio est d’une qualité remarquable. Le montage des pièces de très haute qualité est fait avec le plus grand soin. L’alimentation linéaire est exemplaire et d’un niveau « audiophile », en effet il s’agit du design utilisé par Fidelity Audio pour améliorer le fonctionnement des DAC et autre machines pénalisées par leur alimentation de piètre qualité vendue d’origine. Le gain de performance est effectif et comblera les plus exigeants d’entre nous. A considérer dans un système haut de gamme. Je suis conquis et je me félicite d’avoir initié ce projet.

Les + du Darbee Darblet Fidelity Audio:

  • Travail et composants de haut niveau
  • Gain de performance effectif et appréciable
  • Alimentation optionnelle de très bonne qualité
  • Réduit les erreurs colorimétriques

Les – du Darbee Darblet Fidelity Audio:

  • Le prix
  • Le prix de l’alimentation optionnelle

Ce test est dédié à la mémoire de Paul Darbee qui nous quitte à l’age de 66 ans, décédé le lundi 23 septembre 2013. Un Grand homme qui inventa la télécommande universelle, les traitements vidéo DarbeeVision et tant d’autres choses.

41 commentaires

  1. avatar
    QUIROME /

    Bonjour,

    Comment l’avez vous brancher a votre plasma?

    Merci

  2. avatar

    Très bon test !

    Le contenu écrit écrit est très bon… malgré quelques bémols:
    * sur la page de présentation il a trop d’images et elle sont inutiles: il y a même un screenshot pour montrer les langues disponibles ?!! on s’en f** sérieux ^^
    Une simple énumération des options aurait été plus claire et concise.

    * en ce qui concerne les images comparatives en conclusion entre le Darblet standard et le Fidelity audio: pour certaines je constate que celles issues du darblet standard sont légèrement + douces/ celles issues du Fidelity sont légèrement + claires et détaillées. Pour d’autres en revanche il n’y a aucune différences, elles sont identiques! ça ne sert donc à rien de les mettre à titre de comparaison.

    * et pour finir ce manque de précision est également présent dans les images comparatives entre les différents modes et leur intensité (en %) : les différences ne sont pas toujours flagrantes sauf pour les valeurs extrêmes.

    Mais encore une fois c’est un test de qualité… mais je me devais de faire ces remarques non pas pour blâmer, mais simplement donner mon avis. En tous cas ça aide + d’être honnête que de faire semblant que tout est parfait :)

  3. avatar

    En ce qui concerne la technologie du Darblet, je trouve qu’elle apporte vraiment un + à l’image, quelle qu’elle soit !(à condition que les réglage soient bien faits sinon ça a l’effet contraire)…

    … mais si le rendu sur les paysages est fabuleux, les visages quand à eux manquent de naturel. On dirait qu’ils deviennent porreaux, durs, imparfaits comme si, avant, l’acteur a mis du maquillage (fond de teint ^^) et qu’après il se l’ai enlevé, laissant apparaitre les défauts de sa peau.C’est encore plus prononcé sur les visages avec plus ou moins de barbe. Mais bon ce sont des images fixes, une fois en mouvement ça devrait être + fluide.

    Donc, pour ma part je préfère utiliser un Oppo 103 classique couplé à ce Darblet, plutôt qu’un 103D. Ainsi, pour les films que je ne souhaites pas visualiser en « Visual présence » je peux désactiver le Darblet et profiter de toute la puissance de traitement du processeur Marvell’s Kyoto-G2H :wink: :-P

  4. avatar

    Bonjour,

    jolies photos de l’intérieur du matériel.

    Pour le reste, quel est l’intérêt de réaliser des images en moins 1000 pixels de largeur pour illustrer l’apport d’un produit sur un traitement d’image ?

    Quelle est la différence entre la version d’origine et la modifiée ? Je me demande si Fidelity Audio ne devrait pas se contenter de …. l’audio.

    Il reste intéressant de se souvenir que les blurays de dernières générations que nous achetons respectent en général les critères du réalisateur pour une diffusion cinéma. Alors les miracles sur le sharpness peuvent être flatteurs mais plus généralement générateurs d’artefacts.

    Vos tests sur les videoprojecteurs sont souvent plus pertinents.

    Bonne continuation.

  5. avatar

    Auteur du commentaire EricBonjour,

    jolies photos de l’intérieur du matériel.

    Pour le reste, quel est l’intérêt de réaliser des images en moins 1000 pixels de largeur pour illustrer l’apport d’un produit sur un traitement d’image ?

    Quelle est la différence entre la version d’origine et la modifiée ? Je me demande si Fidelity Audio ne devrait pas se contenter de …. l’audio.

    Il reste intéressant de se souvenir que les blurays de dernières générations que nous achetons respectent en général les critères du réalisateur pour une diffusion cinéma. Alors les miracles sur le sharpness peuvent être flatteurs mais plus généralement générateurs d’artefacts.

    Vos tests sur les videoprojecteurs sont souvent plus pertinents.

    Bonne continuation.

    Cher Eric,

    Les screens shots ont pour taille réel 1920×1080, il faut les enregistrer ou les afficher dans une page vierge de votre browser.

    les différences entre les deux appareils ont été mesurées et explicités. Analyse objective et subjective à l’image.

    Jamais un Bluray ne peut garantir l’exactitude avec le film original. Pour cela il faudrait commencer par enregistrer les Blurays en 4:4:4 ou RGB, quantification 16 bits et compression vidéo sans perte.
    Nous en sommes loin : encodage en 4:2:0, quantification 8 bits et codec vidéo lossy.
    Sans renter dans les détails du respect des gamuts et du calibrage du diffuseur, car alors le débat serait trop long.

    le Darbee n’est pas un filtre de sharpness, son mode opératoire est explicité dans le test.

  6. avatar
    choky57 /

    où acheter la transformation Fidelity Audio? Et son alimentation?
    produit anglais donc 110 ou 220V?
    Merci pour la pertinence et la qualité du test.

  7. avatar

    Auteur du commentaire choky57
    où acheter la transformation Fidelity Audio? Et son alimentation?
    produit anglais donc 110 ou 220V?
    Merci pour la pertinence et la qualité du test.

    Toutes les informations sont en première page du test :
    Pour la modif :
    http://www.fidelityaudio.co.uk/upgrades/darbee/darbee-dvp5000/
    L’alim :
    http://www.fidelityaudio.co.uk/hi-fi-products/power-supplies/darbee-dvp5000-psu/
    L’Angleterre est en 220-240v comme chez nous.

  8. avatar
    Vinas /

    @Jacko
    Bonjour Jacko !!

    J’aurais une question , ayant un lecteur bluray Panasonic 330 et donc très pauvre au niveau traitement de l’image et réglages , je souhaiterai peut être investir dans le boitier Darbee car acheter par exemple le nouveaux lecteur Pana 460 que j’ai testé et qui tout comme le 360 est toujours aussi pauvre en réglage je ne vois pas l’intérêt , après a voir avec le 700 successeur du fameux 500 . Alors voilà j’aimerais savoir si le boitier Darbee donne réellement quelque chose de qualité , car je pourrait tout aussi bien me prendre le Pana bdt500 mais le prix n’est pas le même puis ayant déjà un lecteur je ne vois pas trop l’intérêt .
    Pour toi mieux vaut un lecteur de qualité comme le Pana 500 (Oppo serait le must mais hors de prix pour moi) ou est ce que un Darbee ajouté a mon lecteur pana 330 donnerai quelque chose de meilleur ?? Laquelle des deux options serait la meilleur , sachant que je souhaite pouvoir ajouté du piqué a mon Pana 55ST60 (excellente TV ) voir encore un meilleur contraste et des noir plus dense , après c’est pour sa que je te demande quelque renseignement a savoir quesque le Darbee apporte dans l’image mise a part du piqué ??
    Merci beaucoup !

  9. avatar

    Les technologies Darbee n’ajoutent pas de piqué à proprement dit, ni de contraste.
    Le gain de piqué et de contraste dynamique est une conséquence de son mode de fonctionnement.
    La vocation du Darbee est d’accentuer la perception tri-dimensionnelle de l’image. C’est à dire un effet de relief et de profondeur accru.
    Ce processing est complémentaire à toutes les autres technologies du marché car son fonctionnement est unique et sans équivalent.

  10. avatar

    Hello,
    Pouvez-vous me dire si le DVP-5000 est compatible avec le HDMI-CEC, je sais que l’ARC non …
    Merci

  11. avatar
    Ezechiel /

    Le Darbee pourrait trouver son utilité sur une télé 107 cm ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: