Facebook Tweeter Tweeter

Test iFi iDAC & iFi iUSB Power

IMG_5320
 
Test réalisé par Pierre Dubarry :

Pour faire suite aux précédents tests de DAC proposés sur HD Fever, Nicolas et moi-même allons commencer aussi à nous intéresser aux DAC plus abordables qui connaissent un essor particulièrement intéressant. Si les projecteurs se tournent essentiellement sur le Micromega MyDAC, pour ne citer que lui, un autre grand acteur de la Hi-Fi se lance également sur le créneau du DAC abordable : AMR (Abbingdon Music Research). Pour cela le fabricant britannique a créé une nouvelle marque répondant au nom de iFi-audio, cela n’ôte pas le fait que les produits restent entièrement conçus par AMR. Nouvelle marque, nouvelle gamme, nous allons aujourd’hui nous intéresser à deux nouveaux appareils qui ont récemment retenu mon attention, l’iFi iDAC et l’iUSB Power.

 Pour ce nouveau test, vous aurez comme à l’habitude un compte-rendu d’écoute, ainsi que nos mesures du circuit analogique. Il y aura néanmoins une petite différence par rapport à d’habitude, les mesures du iDAC seront présentées avec et sans iUSB Power, de façon à pouvoir juger les différences et l’apport éventuel.

IMG_5352

Protocole de test

  • Dac externe : iFi iDAC (295 €)
  • Alimentation : iFi iUSB Power (195 €)
  • Amplificateur intégré BC Acoustique EX302
  • Amplificateur AV Anthem MRX500 & Onkyo TX-NR1010
  • Enceintes Bowers & Wilkins CM8
  • Casque Audio Technica ATH-M50
  • PC portable + Foobar2000 + ASIO
  • Rightmark Audio Analyzer Pro
  • Câble de modulation Oehlbach Silver
  • Câbles USB d’origine

Présentation

Le marché des DAC est dans une mutation particulièrement intéressante, si bien que nous arrivons dans une période tellement faste en nouveaux DAC venus de toute part qu’il est bien difficile de réussi à faire la part des choses. Ce point est d’autant plus vrai depuis que des fabricants dont la renommée n’est plus à prouver dans le milieu de l’audio ont décidé de s’engouffrer sur le marché très prisé de l’entrée de gamme. Cambridge a d’ailleurs été l’un des précurseurs sur ce secteur, je pense notamment au DAC Magic 100. Aujourd’hui des acteurs comme Micromega, Audioquest…et iFi-audio s’y engouffrent aussi.

IMG_5362 IMG_5319

Premier point, le niveau de finition de l’iDAC est vraiment très plaisant. Comprenez par là qu’il n’y aucune trace de plastique comme le veux habituellement la tradition, mais une coque en aluminium anodisé, et un châssis qui inspire confiance. L’appareil repose sur quatre petits pieds antidérapants pour assurer la stabilité de l’ensemble, et éviter de rayer les étagères d’un meuble, tandis que la façade avant reste très sobre. On note simplement la présence d’un potentiomètre de volume, d’excellente qualité au passage, puisque l’iDAC combine également une fonction ampli casque sur laquelle nous reviendrons en temps voulu.

IMG_5338 IMG_5323 IMG_5314

 La connectique fait dans la simplicité, le DAC intègre une sortie stéréo RCA plaqué or, une sortie casque, et un port USB (B) asynchrone pour la connexion au PC afin de pouvoir l’utiliser comme une carte son à part entière, pour prendre le pas sur un chipset intégré. Une sortie SPDIF optique ou coaxiale aurait été grandement appréciée afin d’élargir son champ d’application, ce n’est malheureusement pas le cas, dommage.

iDAC internal

L’intérieur de l’iDAC renferme cinq étages de régulation Texas Instruments, deux horloges maîtres à faible jitter, et la petite surprise du chef : un DAC ESS Sabre 32 bits. Clarifions les choses tout de suite, il existe en réalité deux versions de l’ESS Sabre, la plus connue qui est la 9018ES que l’on retrouve notamment sur l’Oppo BDP-105EU, et la 9023ES qui est une version plus abordable que l’on va sûrement être amené à voir de plus en plus sur le marché du DAC entrée de gamme, c’est celui qu’utilise justement iFi sur son iDAC. L’interface USB est quant à elle gérée par une puce XMOS.

IMG_5291 J’ouvre également une parenthèse sur le contenu du packaging un peu plus complet que ce à quoi nous avons habituellement le droit. Là où l’on ne retrouve que le couple habituel manuel + câble USB asynchrone, le constructeur rajouté aussi un câble de modulation RCA plaqué or de qualité très honnête. Le geste est sympathique.

IMG_5329 IMG_5326 IMG_5331 IMG_5339

 Passons maintenant à l’iUSB Power que nous avons décidé d’intégrer à ce test, puisque l’iUSB Power est en fait une alimentation USB spécialement destinée aux DAC, qu’ils soient auto-alimentés ou pas. Les lignes restent identiques, même forme et même finition, la connectique offre cette fois deux entrées USB (A), la première gère l’audio et le signal de puissance, la seconde uniquement le signal de puissance, l’une sortie USB (B) asynchrone, et une sortie pour l’alimentation secteur 9V.

 On remarque aussi, et c’est justement l’un des points importants, l’apparition d’un commutateur en façade pour activer ou désactiver la fonction IsoEarth. Une fois activé, cela permet d’enclencher une isolation destinée à éliminer la masse en provenance d’un PC. Pour ce qui est du filtrage, je vous laisse juger du PCB en photo, ils n’y sont pas allés de main morte :)

iUSB internal

 Niveau packaging l’alimentation est livrée avec un câble USB asynchrone, un câble USB, un cordon secteur, un câble d’alimentation vers USB (ad hoc) en cas d’utilisation sur une Squeezebox.

Écoutes et mesures

Que donne ce petit DAC sur le terrain ? Je ne tournerai pas longtemps autour du pot, le iDAC est plutôt surprenant compte tenu de son prix, mais nous sommes clairement sur un autre terrain que le Micromega MyDAC, nous parlons ici d’un DAC « auto-alimenté ». Pour autant, le rendu est globalement très agréable, notamment grâce à une belle amplitude stéréo et une image sonore à la fois équilibrée et cohérente de bout en bout. La séparation des instruments est bonne, et le niveau de détails reste correct, même si logiquement l’iDAC n’est pas en mesure d’aller chercher la subtilité et la nuance que l’on peut trouver sur des DAC plus onéreux. Mais soyons honnêtes, est-ce vraiment ce qu’on lui demande ?

Disons que ce petit DAC fait dans la légèreté et l’indulgence, mais sans pour autant venir sacrifier la qualité d’écoute et l’efficacité, et c’est peut-être aussi l’un de ses plus beaux atouts. Il se focalise plus sur le médium et la qualité des timbres, quitte à venir un peu voiler l’aigu, et à manquer de plus de franchise et d’énergie dans les attaques. Pour un tel positionnement, il vaut mieux parfois garder un certain recul histoire d’éviter d’aller gratter trop loin, on ne peut pas lui en vouloir, le choix est censé. Disons que parfois aussi, l’indulgence peut s’avérer être une qualité, c’est justement le cas de l’iDAC. Les écoutes n’en restent pas moins très plaisantes, l’apport étant facilement décelable, et mine de rien l’un des points les plus importants, le facteur plaisir, est bel et bien présent.

IMG_5357

À côté de cela, sa fonction ampli casque n’est pas qu’un simple accessoire, bien au contraire. Mes écoutes réalisées avec un casque milieu de gamme Audio-Technica ATH-M50S dont j’apprécie la neutralité, m’ont plutôt conquis. On retrouve les mêmes qualités et défauts, sans que les écoutes ne deviennent lassantes ou fatigantes. L’amplification est efficace et ne manque clairement pas de puissance pour alimenter la plupart des casques. Il y a de quoi largement profiter de sa musique à la maison ou en déplacement, et j’insiste bien là-dessus. Car autant il devient plus facile de trouver un DAC à moins de 300 euros aujourd’hui, autant un DAC auto-alimenté efficace avec une fonction ampli casque qui ne tient pas simplement de l’argument futile est bien plus rare, et c’est justement là où je veux en venir. C’est le point ou il se démarque grandement d’une grande partie de la concurrence située à son niveau.

iFi iDAC et USB Power

Mais, il y a un mais représenté par l’iUSB Power. C’est la raison pour laquelle j’ai préféré séparer ce compte-rendu en deux. Couplé au iDAC, n’allons pas dire que le résultat change du tout au tout, mais outre les mesures qui montre le gain (parfois impressionnant) de cette alimentation, à l’écoute le résultat est vraiment palpable. La scène sonore gagne vraiment en profondeur et en précision, le niveau de détail est plus charnu, et la séparation des instruments se montre cette fois bien plus nette sur les genres musicaux qui requièrent de la subtilité. L’ensemble gagne vraiment en intelligibilité et en cohérence, et si l’iUSB Power ne vient pas transcender l’iDAC, il lui permet de mettre de manière encore plus évidente ses qualités à profit. Le charme opère.

IMG_5381De l’autre côté, il vient également souligner les points ou il manquait déjà d’assurance sans son aide. Car bien que le grave et l’aigu montent d’un cran en qualité, ça manque encore de vivacité et de caractère dans les impacts pour l’un, et de plus de clarté pour le second. Le grand gagnant reste une fois de plus le médium.

Le seul petit problème est que le couple iFi iDAC/iUSB Power revient à un peu moins de 500 euros, et l’on perd en rapport qualité/prix ce que l’on gagne en confort d’écoute, c’est à vrai dire ce qui me chagrine le plus. L’investissement peut néanmoins se montrer intéressant de par la polyvalence d’utilisation que l’iDAC offre. Je conseillerai toutefois à ceux qui seraient éventuellement tentés, de s’orienter tout d’abord vers le iDAC seul, en se laissant éventuellement une petite marge d’évolution pour plus tard.

D’autant plus que l’iUSB Power est à vrai dire aussi bien un élément complémentaire de l’iDAC qu’ un produit à part. Son champ d’application est des plus intéressants, puisque l’on pourra facilement l’utiliser avec n’importe quel autre DAC. J’anticipe la question, non je n’ai pas encore pu tester l’objet sur un autre DAC, mais ce sera très prochainement le cas dans d’autres tests. En l’état, l’objet en question vaut largement son pesant d’or et apporte une vraie plus-value, comme vous allez rapidement pouvoir le constater dans les mesures ci-dessous. Vous trouverez les mesures du DAC seul réalisées sans alimentation dans la première partie, puis avec le couple iFi iDAC/iUSB Power juste en dessous.

Benchmark et mesures du circuit analogique

Mesures sans alimentation

Mesures en 16/44.1 khz

Mesures en 16 bits

Mesures en 24 bits

Mesures en 24 bits

Réponse en fréquence

Réponse en fréquence en 16 bits, sans alimentation

Réponse en fréquence en 16 bits, sans alimentation

réponse en fréquence 24 bits

réponse en fréquence 24 bits

La courbe de réponse en fréquence est plutôt bonne dans l’ensemble, mais elle a tendance à chuter un peu trop vite en 96/24. Par contre, elle reste très bonne et plus rectiligne en 44/16.

Niveau de bruit

Niveau de bruit 16 bits sans alim

Niveau de bruit 16 bits sans alim

Niveau de bruit en 24 bits sans alim

Niveau de bruit en 24 bits sans alim

Le niveau de bruit est très bon avec -94 dB en 96/24 mais le jitter est indéniablement présent, et le graphique affiche pas mal de pics. Mais la propreté du signal reste « assez correcte » pour un tel DAC.

Gamme dynamique

Gamme Dynamique 16 bits sans alim

Gamme Dynamique 16 bits sans alim

Gamme Dynamique 24 bits sans alim

Gamme Dynamique 24 bits sans alim

La dynamique est en retrait, elle plafonne à un peu plus de -94 dB, et chute à environ -91 dB en 44/16. Cela reste très bon, mais ça explique en partie le fait que le niveau de détails du DAC se montre assez léger.

THD+N

THD sans alim

Il affiche un THD de 0,003%, c’est bien, mais pas exceptionnel, tandis que le niveau de bruit reste en retrait puisqu’il atteint environ les -85 dB. Une fois encore le 44/16 est au-dessus avec un THD de 0,002%, pour un niveau de bruit très légèrement inférieur (-83 dB).

Pour le reste des mesures on note assez peu de distorsion d’intermodulation, et une belle diaphonie sauf une petite remontée dans les aigus. L’équilibre tonal se montre également excellent.

Diaphonie 16 bits

Diaphonie 16 bits

Mesures avec alimentation

RP2_44-16 RP2_96-24

Réponse en fréquence

réponse en fréquence 24 bits

réponse en fréquence 24 bits

Réponse en fréquence en 16 bits, sans alimentation

Réponse en fréquence en 16 bits

Aucun changement n’est à noter, très belle réponse en fréquence, surtout en 44/16.

Niveau de bruit

Niveau de bruit 16 bits avec alim

Niveau de bruit 16 bits avec alim

Premier changement, si l’on constate encore un peu de jitter, encore un peu plus présent en 96/24 qu’en 44/16, le niveau de bruit faiblit de façon impressionnante : -105 dB !

Gamme dynamique

Gamme Dynamique 16 bits avec alim

Gamme Dynamique 16 bits avec alim

Gamme Dynamique 24 bits avec alim

Gamme Dynamique 24 bits avec alim

C’est le second point sur lequel l’apport de l’alimentation s’avère conséquent, nous passons d’une gamme dynamique située à -94 dB, à environ -105 dB. L’écart est impressionnant, et confirme bien le ressenti à l’écoute.

THD+N

THD 16 bits avec Alim

THD 16 bits avec Alim

THD 24 bits avec alim

THD 24 bits avec alim

Là aussi le gain est visible, tout d’abord sur notre THD qui passe à 0,001%, et sur le THD+N avec un peu plus de 89 dB. On se situe néanmoins entre un Oppo BDP-93EU et un Oppo BDP-103EU, ce qui soit dit en passant n’est pas mal pour un DAC de sa catégorie !

Les améliorations sont également bien visibles sur la distorsion d’intermodulation ou l’on note un peu de déformation du signal, néanmoins l’apport est quasi nul sur le balayage tonalité et la diaphonie.

Distorsiion d'intermodulation 24 bits avec alim

Distorsiion d’intermodulation 24 bits avec alim

Diaphonie  24 bits avec alim

Diaphonie 24 bits avec alim

Balayage de tonalité 24 bits avec alim

Balayage de tonalité 24 bits avec alim

Conclusion

L’iFi iDAC est vraiment une belle surprise, qui marie intelligemment plaisir d’écoute et bon rapport qualité/prix. Il offre une très belle polyvalence, puisque l’on parle d’un DAC auto-alimenté compatible 192/24, là où la plupart plafonnent encore aujourd’hui au 96/24, qui plus est accompagné d’une fonction ampli casque qui n’est pas simplement là pour faire jolie. Et même si la concurrence est acharnée à moins de 300 euros, ce combo DAC/ampli casque possède suffisamment de qualités pour mériter une attention toute particulière.

IMG_5378

Globalement l’iDAC est propre et équilibré malgré ce côté un peu trop brillant, et son apport est suffisamment intéressant pour pouvoir l’associer à son PC pour les écoutes au casque à la maison ou à l’extérieur, et sur un amplificateur AV qui manque de musicalité, ce sont les deux terrains ou il sera le plus à même de démontrer ses qualités. On peut décemment utiliser le DAC seul sur un petit ampli HiFi, mais l’apport reste à mes yeux plus sérieux et intéressant en le combinant à l’iUSB Power, de manière à apporter plus de consistance à l’image sonore. Mais le rapport qualité/prix devient plus déséquilibré, donc moins intéressant. Mais comme je l’expliquais précédemment, cela dépend vraiment des attentes et de l’utilisation que l’on compte faire de ce DAC avant de songer à investir ou pas dans cette alimentation.

ExperienceAudio_2Ce qui n’empêche pour autant pas qu’il s’agit d’une solution à part que l’on pourra facilement adapter à n’importe quel autre DAC, donc un produit pérenne au très bon rapport qualité/prix, comptez un peu moins de 200 euros. Mais nous aurons l’occasion d’y revenir au cours de prochains tests afin de juger de son vrai potentiel, car ce que nous en avons déjà découvert est déjà bien plus qu’encourageant.

Notes en fonction de la catégorie de l’appareil et de son prix :

  • Qualité de fabrication :
  • Design de l’appareil :
  • Connectique :
  • Qualité audio analogique via RCA :
  • Qualité audio de la sortie casque :
  • Puissance d’amplification de la sortie casque :
  • Qualité des composants intégrés :
  • Musicalité :
  • Rapport qualité/prix :

Ce que j’ai aimé avec le iFi iDAC

  • Le design et la qualité de fabrication
  • Une belle musicalité et de jolis timbres
  • Le rendu globalement équilibré
  • Gamme dynamique, THD+N et propreté du signal étonnant (avec l’iUSB Power)
  • L’efficacité et la réserve de puissance de la sortie ampli casque
  • Sa compatibilité BitPerfect, WASAPI et ASIO
  • Sa polyvalence d’utilisation
  • Le rapport qualité/prix

Ce que je regrette avec le iFi iDAC

  • On aurait aimé plus d’énergie et de conviction dans les attaques
  • Niveau de détails et aigus en retrait (sans iUSB Power)
  • Le jitter un peu trop présent
  • Pas de connectique SPDIF
  • Le dilemme de l’alimentation USB !

5 commentaires

  1. avatar
    SEGA team /

    Si je comprends bien , l’USB power entre mon mac et le dac du cambridge 851C, ameliorera encore plus le signal ???

  2. avatar
    Pierre Dubarry /

    @SEGA team

    Oui c’est bien ça, mais je reviendrais dessus sur d’autres tests de DAC, afin de mieux cerner le potentiel de l’alim’.

  3. avatar
    Etienne /

    Bonjour,

    fort sympathique ce produit. Est-ce que je pourrais l’utiliser comme DAC mobile avec le module USB auto alimenté afind de pouvoir l’utiliser en voiture (l’iPhone comme source puis la sortie casque du DAC sur l’entrée AUX mini-jack de l’autoradio)? Merci d’avance

    Meilleures salutations,
    Etienne

  4. avatar

    @Etienne – Bonjour Étienne,

    Bonne question, ce n’est pas moi qui ai testé le produit, mais je vais me renseigner ….

  5. avatar
    Freyolaf /

    Ifi iUSB Power ou M2Tech Hiface : lequel choisir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: