Facebook Tweeter Tweeter

Test Marantz UD5007 & UD7007 : deux lecteurs Blu-ray 3D universels

IMG_0234

Suite aux tests des OPPO, et à vos demandes, j’ai voulu m’intéresser à d’autres lecteurs Blu-ray haut de gamme pour voir où en était la concurrence. Avant de tester le nouveau et très attendu Cambridge 752BD que je viens de recevoir, je vous propose un test des deux lecteurs Marantz, le UD5007 et UD7007, vendus respectivement aux PPI de 749 € et 1 299 €, donc de parfaits concurrents aux OPPO BDP-103EU et BDP-105EU. Sachez tout de même, que, contrairement aux OPPO qui ne sont pas bradés sur le net, les Marantz se négocient beaucoup moins chers que leurs PPI respectifs…

Le Marantz UD 5007 se présente comme un lecteur qui va droit à l’essentiel, mais ne néglige pas les fonctionnalités avec une section multimédia intéressante, réseau UPnP et DLNA, la prise en charge des Super Audio CD, Blu-ray 2D & 3D, DVD et DVD-Audio et une belle construction haut de gamme qui inspiré la qualité. Le Marantz UD7007 reprend les mêmes fonctions, mais propose un profil plus audiophile avec des sorties XLR et RCA stéréo, une carte analogique séparée et de meilleure facture et une double sortie HDMI. Au cours de ce test, j’ai voulu voir où pouvaient se situer ces lecteurs en terme de musicalité avec des écoutes sur des systèmes hifi et des mesures des circuits analogiques. J’ai bien sûr passé en revu leur qualité audio numérique, décodage vidéo et posttraitement, leur compatibilité multimédia via USB et UPnP, leur stabilité, leur qualité et rapidité de fonctionnement.

Protocole de test :

  • Lecteurs Marantz UD5007 (749 € ) & UD7007 (1290 €)
  • Amplificateur Denon AVR-4520
  • Ampli hifi Magnat MA400 et NAD C316BEE
  • Enceintes : Magnat Quantum 1009, caisson Velodyne EQ-MAX 15
  • TV Full LED 3D Sony KDL-55HX950 & Philips 60PFL9706S
  • Divers Blu-ray 2D & 3D, S.A.CD, DVD-A, CD, Fichiers multimédias, FLAC, etc
  • Benchmark:  RighMark Audio Analyser Pro / HQV 2.0
  • Barrette secteur Oehlbach Power Socket 908
  • Câbles secteur & modulation XLR/RCA Muse (espace-musical)
  • Câble enceintes Oehlbach Twin Mix Two
  • Câbles HDMI Aliencable
Présentation

Présentation des lecteurs Marantz UD5007 & UD7007

IMG_9703 IMG_9704 IMG_9706 IMG_9705

On commence par le traditionnel tour du propriétaire. Le packaging est plutôt basique, et strictement identique pour les deux lecteurs, mais l’emballage de qualité ( il n’a rien à voir avec les lecteurs grand public comme Samsung, LG, Panasonic, Toshiba, Philips, et consorts) , platine logée dans une sorte de polystyrène plastifié, qui permet de conserver l’emballage sans dégradation, mais c’est tout. Le reste est assez décevant, avec un câble HDMI premier prix, un cordon d’alimentation et câble RCA bas de gamme, un CD pour le mode d’emploi numérique, et un câble coaxial pour la fonction Remote Control. Pas de dongle WiFi…

IMG_0400La télécommande est on ne peut plus basique, légère, sans touche rétroéclairée, cerclée en aluminium avec revêtement brossé. Cependant, elle propose tout ce que l’on peut attendre, avec une touche d’accès direct au posttraitement vidéo qui s’affiche en pop-up sur l’image d’un DVD, vidéo ou Blu-ray en cours de lecture (mais pas de modifications en temps réel), des touches pour activer le Pure Direct audio et vidéo, ou accéder à Youtube, Netflix (qui devrait débarquer en France cette année) et Vudu (non disponible en Europe). Je regrette tout de même l’absence de touche GoTo, ou le fait que l’accès au Set-up coupe la lecture en cours. Notez également l’absence de réglages 3D.

IMG_0235Par contre, les lecteurs inspirent la qualité de fabrication, ils sont tous les deux lourds (6.5 kg le UD7007 et 4 kg pour le UD5007) et proposent le même châssis entièrement en aluminium, très haut et très épais, plus épais que les OPPO BDP-103EU par exemple. Le UD7007 est plus lourd à cause d’une plaque en acier épaisse sur le fond du châssis, le drive plus costaud et de meilleure facture et la carte analogique dédiée avec plus de connecteurs. Ces deux frères se distinguent par un design qui change de l’ordinaire, orignal avec une façade arrondie et en aluminium brossé (sauf les arrondis en PVC, dommage), disponible en plus Black ou Silver/Gold.

L’affichage digital est très large avec une intensité lumineuse réglable ou même désactivable et de nombreuses indications de pistes, durée, format audio, mode audio, Pure Direct, etc. Par contre, il n’affiche pas les chemins des dossiers, donc impossible d’utiliser la platine TV éteinte.

IMG_0405

Le plateau disque est également de bonne qualité, avec une surface douce au touché qui ne raye pas les disques, un tiroir solide et le devant du plateau est en PVC épais, mais malheureusement pas de métal. Vous remarquerez plusieurs boutons de sélections qui permettent de contrôler les lecteurs sans télécommande comme le changement de résolution en sortie avec un mode Source Directe qui permet de sortir le flux vidéo sans postraitement ni upscaling et un mode Pure Direct autant pour l’audio que pour la vidéo (le Pure Direct Audio nécessite l’utilisation des deux sorties HDMI, une pour l’audio, une pour la vidéo, donc uniquement disponible sur le UD7007). On peut également choisir les modes de sortie audio (bitstream, décodage LPCM, ou downmix stéréo), Play, stop, saut en avant ou arrière. Enfion, un port USB est proposé, il prend en charge les systèmes NTFS et FAT, les HDD auto-alimentés via USB, les HDD de 2 TO mais pas de 3TO.

Très ressemblants, ces deux lecteurs se distinguent surtout par leur connectique (et l’électronique évidemment). Le UD5007 va droit à l’essentiel, il est même trop basique. Sa connectique se compose d’une sortie HDMI 1.4 compatible CEC, 3D et Deep Color 36 bits, d’une sortie RCA stéréo de bonne qualité, d’une entrée/sortie Remote Control et Flasher, et d’un port Ethernet (non compatible Gigabit). Donc pas de YUV, ni Composite et surtout, grosse erreur de la part de Marantz, pas de sortie Coaxial, ni Optique qui aurait permis de connecter le lecteur à un DAC externe.

IMG_0406IMG_0410IMG_0412

Le Marantz UD7007 est bien plus complet, même si là aussi, grosse erreur de Marantz qui ne propose pas de sortie analogique 7.1 qui aurait permis, par exemple, de profiter des S.A.CD ou DVD-Audio, voire du Flac en 5.1 avec une bonne qualité analogique ou sur un ampli qui n’est pas compatible DSD. En dehors de cette absence, on trouve des connecteurs d’excellente qualité, tous dorés, avec deux sorties HDMI qui permettent soit d’envoyer le flux audio + vidéo vers la sortie HDMI 1, soit via la sortie HDMI 2, soit les deux, soit juste la vidéo via HDMI 1 et l’audio via HDMI 2 avec un mode Pure Direct compatible audio et vidéo pour minimiser toutes interférences et laisser une large bande passante à chaque flux (audio et vidéo).

Passons en revue les entrailles des deux appareils. De toute évidence, c’est à l’intérieur que l’on remarquera l’apport qualitatif du UD7007, même si plusieurs points sont décevants. Pour commencer, la carte d’alimentation à découpage avec transformateur IE est assez légère, pas très fournie, et strictement identique sur les deux lecteurs avec un condensateur 100 µF, mais elle n’est pas haut de gamme, très loin de ce que propose Marantz sur ses lecteurs CD, ou même de l’alimentation du OPPO BDP-103EU et Cambridge 752BD.  On remarquera juste une ferrite sur les câbles reliant l’alimentation à la carte mère dans le UD7007 (étonnant de voir ce genre d’accessoire ici).

Marantz UD7007

Marantz UD7007

Marantz UD5007

Marantz UD5007

Bien que caché par la carte audio sur le UD7007, au regard des performances et de l’agencement du posttraitement (identique sur les deux lecteurs), le circuit vidéo semble le même sur le UD5007, à l’exception prêt que ce dernier intègre le circuit analogique + numérique audio et vidéo sur la même carte. Je n’ai pas pu voir quel SoC était intégré sur ces deux lecteurs, mais je pense à un Mediatek, tout comme les lecteurs OPPO, Yamaha et Cambridge (les performances multimédias et la gestion des disques BD, DVD, DVD-A, CD et S.A.CD). Le scaler en charge du posttraitement paramétrable semble être un Analog Devices ADV7340 297MHz, j’y reviens dans le chapitre traitement vidéo.

Alimentation des Marantz UD5007 & UD7007

Même alimentation sur les deux lecteurs Marantz sauf la ferrite présente dans le UD7007

Ferrite du UD7007

Ferrite du UD7007

Carte principale UD5007 (2)

Carte principale UD5007 avec le circuit analogique, numérique et le SoC caché par le radiateur passif

Carte analogique du Marantz UD7007

Carte analogique du Marantz UD7007 avec circuits symétrique (XLR) et asymétrique (RCA) et DAC T.I Burr-Brown PCM1795

DAC T.I Burr-Brown PCM1795

DAC T.I Burr-Brown PCM1795 du UD7007

Le UD7007 se démarque par quelques points importants : une carte audio stéréo dédiée, totalement séparée du reste de l’architecture avec un circuit asymétrique pour alimenter les deux sorties RCA stéréo et un circuit symétrique pour alimenter la sortie XLR. Cette carte intègre un DAC  192/24 Texas Instrument Burr-Brown PCM1795 qui gère la conversion N/A native du DSD et LPCM contre un PCM1781 sur le UD5007 qui ne gère pas le DSD (le DSD est converti en PCM avant conversion N/A par le DAC qui ne gère que le LPCM 192/24 donc. Elle intègre également des composants audiophile comme des HDAM-SA2, des condensateurs et AOP de qualité. Enfin, notez la présence d’un excellent drive à mécanique blindée et antivibrations de confection Marantz. Tout cela est pas mal du tout, mais au regard du prix de l’appareil on reste un peu sa faim.

Drive du UD7007

Drive du UD7007

En revanche, le fonctionnement est pas mal, le lecteur ne chauffe pas, ne possède pas de ventilateur, est très silencieux durant la lecture, sauf qu’il fait tout de même un peu de bruit lorsque le lecteur travaille (lancements des disques, recherche d’un chapitre, etc). Le démarrage et le lancement des Blu-ray est assez rapide, mais rien d’exceptionnel (une vingtaine de secondes avant de démarrer le Blu-ray en étant en position veille). On trouve d’ailleurs 3 modes de démarrage (Rapide, Normal et ECO).

Multimédia

Gestion Multimédia des lecteurs Marantz UD5007 & UD7007

Voilà un des secteurs qui me fait penser qu’il s’agit d’un SoC Mediatek intégré dans ces deux lecteurs, car je retrouve ici pas mal de similitudes avec la gestion multimédia des lecteurs OPPO. Ils ne rivalisent pas avec les lecteurs multimédias actuels (pas de lecture des ISO par exemple), mais c’est vraiment pas mal du tout, l’essentiel est pris en charge et de la plus belle des manières, que ce soit avec les MKV, le Flac, le M2TS, ou les BDMV, mais pas de gestion ISO, ni système de jaquettes, ni customisation des sous-titres, ni Lipsync manuel ou auto. Bref, regardons ça de plus près, car l’avantage de la gestion multimédia sur un lecteur Blu-ray de qualité, c’est de pouvoir profiter de l’upscaling 1080p et du postraitement paramétrable sur les vidéos, voire la sortie directe pour profiter d’un scaler externe plus puissant, ce qu’aucun lecteur multimédia ne propose actuellement (même pas le Popcorn Hour A400).

IMG_0421

Gestion réseau & HDD des lecteurs Marantz UD5007 et UD7007

Petite précision pour commencer, ces deux lecteurs disposent exactement du même support multimédia et réseau, ce qui va faciliter les choses. En ce qui concerne la passerelle multimédia, ces lecteurs ne gèrent pas le Samba, mais en revanche, l’UPnP fonctionne très bien, mais sans support du gigabit. Ils permettent d’accéder aux HDD externes de 2TO ou moins, aux systèmes de fichiers Fat et NTFS, et prend en charge les protocoles UPnP/DLNA, ce qui permet de lire en streaming les fichiers multimédias stockés sur un NAS ou un ordinateur en connexion Ethernet. Le port Ethernet n’est pas Gigabit, mais je n’ai pas rencontré une seule saccade en streaming depuis un NAS ou un ordinateur, et cela même avec les MKV à gros débits comme Avenger, Avatar, non recompressé, ou autres. Un seul regret, l’absence de gestion des HDD de 3TO et de support NFS et SAMBA pour les possesseurs de NAS, un protocole réseau plus performant qui permet entre autres de lire l’APE, les BDMV, ou autres formats qui ne sont pas lus en UPnP.

IMG_0416La présentation de l’interface multimédia manque tout de même de fun, très basique, sans système de jaquettes de films, et même les pochettes d’albums de musiques sont rarement affichées (sur le MP3, mais pas sur le Flac par exemple). En revanche la navigation est très stable (plus que sur les OPPO), et plutôt rapide (mais bien moins réactif que sur les OPPO ou Cambridge 752BD). L’un dans l’autre c’est tout de même très bien,  car sans bug on perd moins de temps. Pour mes tests, j’ai tout simplement utilisé le partage UPnP de Windows Media Player pour lire mes musiques en FLAC, APE, et WAV, mes vidéos en MKV, TS, M2TS stockés sur mon PC. Mais vous pouvez très bien utiliser d’autres serveurs UPnP comme TVersity.

Services internet : c’est très, très limité !

Comme la plupart des lecteurs Blu-ray on peut accéder à quelques services internet, mais que c’est maigre. Pour ma part, je dois avouer que je n’ai rien à faire des services de VOD, météo, ou autres sur un lecteur Blu-ray, sauf que certaines applications sont sympa comme PLEX qui permet de profiter d’un système de jaquettes, ou les webradios vTuner, voire AUPEO!, Spotify, Deezer ou Qobuz auraient été intéressants, mais ici rien à part Youtube HD. Si, il y a bien Netflix, l’un des meilleurs services de VOD HD en ce moment, mais il n’est pour le moment pas disponible en France (peut être plus tard dans l’année 2013…).

IMG_0415

Une gestion multimédia très intéressante…

La prise en charge multimédia est très intéressante, car les formats les plus importants sont lus, et que les fonctions essentielles sont gérées comme le Bitstream des flux audio HD ou décodage analogique sans perte ou l’autoframerate, parfaitement fonctionnel avec les MKV à quelques exceptions près (certaines vidéos 24p sont affichées en 60 Hz, mais dans leur grande majorité, les vidéos en 23.976 im/s sont bien affichées en 24p pour une fluidité parfaite). Tous les formats les plus utilisés sont gérés que ce soit les formats audio ou vidéo comme les DivX, DivX Plus HD, AVI, MKV, TS, M2TS, FLV (via USB), le MP3, Flac, WMA, AAC, DTS et DTS-HD, TrueHD, Dolby Digital 5.1. Les seuls formats qui manquent vraiment à l’appelle sont les ISO DVD et DVD-Audio, les ISO Blu-ray 2D & 3D, les ISO S.A.CD, le ALAC, le APE 192 kHz, l’Ogg. Tout cela reste très intéressant, surtout si la qualité du décodage vidéo, de l’upscaling, du posttraitement vidéo et la qualité audio sont au rendez-vous, ce que nous verrons dans les chapitres suivants.

IMG_0422IMG_0202

Pour les BDMV (répertoires Blu-ray 2D et 3D), ils sont pris en charge, mais il faudra user d’une astuce assez connue, puisqu’elle fonctionne avec pas mal de lecteurs Blu-ray actuels comme les lecteurs Sony, Cambridge, OPPO ou LG. Il suffit de renommer le dossier racine du répertoire Blu-ray en AVCHD pour qu’il soit lu comme une ISO Blu-ray avec chapitrage, menus Java, sous-titres pistes audio HD, etc. Et de nos jour, pur créer un BDMV c’est très simple, il suffit d’extraire une ISO Blu-ray avec WinRAR.

Voici un résumé de cette prise en charge multimédia :

  • Les systèmes de fichiers NTFS et FAT sont reconnus
  • Les protocoles UPnP & DLNA sont pris en charge, mais pas le SAMBA, ni le NFS
  • Tous mes MKV sont passés sans problème via USB et UPnP
  • Les AVI, MP4, WMV HD, MOV (USB uniquement), MKV, TS, M2TS, Divx HD et SD, FLV (USB uniquement), sont pris en charge a quelques rares exceptions (paramètres d’encodage, erreurs de muxing)
  • Autoframerate : Le mode 24p auto est parfaitement fonctionnel avec tous les formats comme les M2TS, TS, AVI, DivX HD et MKV à partir du moment où la vidéo propose une cadence de 23,976 ou 24 im/s.
  • Les films en 25 ou 30 im/s et dérivés sont affichés à la bonne cadence.
  • Les films SD et 720p profitent d’un très bel upscaling 1080p et surtout un excellent désentrelacement.
  • La qualité de décodage vidéo est très fluide et de très bonne qualité, mais pas à la hauteur des meilleurs lecteurs (bruit résiduel un peu présent).
  • Le dématriçage couleur est bien réalisé, les couleurs sont très naturelles, neutres et pas « flatteuses » (saturées en bon français ^^)
  • Le posttraitement vidéo est fonctionnel sur toutes les vidéos, DVD, et Blu-ray, même en 3D (Sharpness, Réduction de bruit, amélioration du contraste et des couleurs, etc.)
  • Fonction GoTo pour naviguer dans les films
  • Les sous-titres PGS intégrés au M2TS sont pris en charge
  • Les sous-titres externes ne sont pas pris en charge
  • Il n’est pas possible de repositionner les sous-titres avec le Blu-ray, le TS, M2TS et les répertoires Blu-ray 2D & 3D
  • Il n’est pas possible de les customiser les sous-titres (changer de couleur, grosseur, etc). Les tags pour sous-titres ne sont pas gérés.
  • Les sous-titres sont lissés à l’écran
  • Il n’y a pas de fonctions de synchronisation audio/vidéo, ou Vidéo/sous-titres
  • Les multipistes de sous-titres et pistes audio internes d’un MKV sont pris en charge.
  • Les chapitres sont gérés avec les AVI, et MKV, mais pas avec le M2TS, ni avec le TS.
  • Les pistes DTS-HD sont prises en charge intégrées aux MKV, TS et M2TS en Bitstream, décodage LPCM ou analogique sans dégradation.
  • Les ISO DVD, DVD-A, S.A.CD, BD et BD3D ne sont pas reconnues.
  • Les répertoires Blu-ray 2D & 3D (BDMV) sont lusvia USB, mais nécessite une astuce (placer le contenu du répertoire Blu-ray dans un dossier AVCHD).
  • Les répertoires DVD et DVD-A ne sont pas pris en charge.
  • Les HDD auto-alimentés via USB fonctionnent, les HDD jusqu’à 2TO ont été reconnus parfaitement, mais pas de HDD de 3To …

IMG_0420IMG_9901

  • Les FLAC stéréo et 5.1 sont parfaitement lus, avec un décodage de très haute qualité (mesuré en sortie analogique) qu’ils soient en 44.1 kHz/ 16 bits comme en 192 kHz/ 24 bits.
  • Les tags sont gérés, l’ affichage des pochettes d’albums, mais pas avec le Flac
  • Les images de CD sont reconnues
  • Le LPCM en WAV a été lu en 44.1, 48, 8.2, 96 et 192 kHz du 16 au 24 bits
  • Le WMA lossless est lu.
  • Les Monkey’s Audio (APE) de 192 kHz n’ont pas été lus (je pense que les APE 96 kHz et moins sont lus, mais je n’en ai pas sous la main)
  • Le MP3, AAC, WMA, et M4A sont pris en charge
  • Le ALAC (Apple Lossless)et le Ogg  ne sont pas pris en charge
  • Les fichiers DSD (.dsdiff) et MLP (du DVD-Audio) ne sont pas lus via USB ou UPnP (sur disque optique oui, pour le DSD et le MLP, évidemment)
  • Mes rips de CD-DTS encodés en WAV-DTS 5.1 ont été lus (assez rare pour le souligner !)
  • Les deux lecteurs ne proposent pas de lecture Gapless, ni via USB, ni via UPnP (lecture sans blanc entre les pistes, surtout intéressante pour les Lives, enchainement en fader, ou les albums sans interruption).
  • Il est possible de naviguer dans les dossiers et même dans l’interface sans interrompre la musique en cours de lecture.

Un mot sur une gestion multimédia 3D nulle !

Cette partie est assez décevante comme sur tous les lecteurs Blu-ray 3D actuels ce qui est vraiment étonnant et fait preuve d’un manque de création et d’originalité des fabricants. En effet, à part les traditionnels MKV 3D SBS et top&Bottom en 1920 x 1080 pixels, les formats 3D ne sont pas gérés. Le MKV 3D AVC/MVC pour de la 3D Full HD n’est pas pris en charge, ni les WMV Dual Files, ni le WMV Dual Stream. Le MK3D n’est tout simplement pas reconnu, on ne trouve aucune conversion 2D/3D ni même de réglages de l’affichage 3D. On trouve juste une option pour renseigner la taille de la diagonale de l’écran.

IMG_9742

Les photos 3D MPO sont lues en 3D, mais pas les JPS (Jpeg Stereoscopique), et enfin aucune fonction ne permet de gérer l’affichage des vidéos 3D. Pour finir, et comme déjà précisé, la seule façon de profiter d’une 3D 1080p en lecture multimédia, c’est donc les répertoires Blu-ray 3D avec une lecture qui marche parfaitement et une qualité identique à celle du Blu-ray 3D d’origine.

Traitement vidéo

Qualité du traitement vidéo

Abordons un des chapitres les plus importants de ce test, la qualité de décodage vidéo, mais aussi de posttraitement et upscaling. Comme je vous le disais en introduction, aucune information n’a été transmise par Marantz, mais par déduction et au regard des performances, je pense qu’il s’agit d’un SoC Mediatek qui s’occupe de toute la partie décodage vidéo et audio, et qu’un scaler Analog Device est proposé pour gérer le posttraitement (accentuation des détails, réduction de bruit, etc).

Le décodage vidéo est exactement le même (d’un point de vue caractéristique) sur ces deux lecteurs, à part la possibilité de séparer l’audio de la vidéo sur le UD7007 qui possède deux sorties HDMI. Le Mediatek est l’un des meilleurs SoC du moment, donc ça s’annonce plutôt bien, sauf que la qualité de l’alimentation m’a fait douter avant même de lancer les tests. Mais soyons objectifs, et donnons sa chance à ce lecteur, car l’alimentation ne fait pas tout comme nous l’avait démontré le lecteur Panasonic DMP-BDT500, une des références 2012.

IMG_9751

Présentation des fonctions et réglages vidéo

D’un point de vue configuration, ces deux lecteurs proposent presque tout ce dont on peut attendre d’un lecteur Blu-ray. On trouve la possibilité de sortir en YCbCr (mais pas de choix entre le YCbCr 4:4:4 ou 2:2:2), RGB Normal (espace de couleur 16-235) et RGB amélioré (0-255) le choix d’opter pour un Deep Couleur Auto ou Arrêt (mais pas de choix entre 36 ou 30 bits). On peut choisir la résolution en sortie, forcer le 24p, ou mettre Auto, et on trouve même une sortie Directe trop absente de nos jours qui permet de sortir la vidéo sans posttraitement ni upscaling pour confier le posttraitement à un scaler externe ou ampli AV.

IMG_9741

Comme précisé en introduction, on peut même opter pour un mode Pure Direct Audio et Vidéo sur le Marantz UD7007, cette fonction permet d’optimiser la séparation des deux flux audio et vidéo sur les deux sorties HDMI, mais ne désactive pas le postraitement vidéo. On peut également décider de couper la sortie audio HDMI si vous sortez en analogique ou SPDIF via un DAC.

Le posttraitement vidéo propose plusieurs filtres pour améliorer la qualité de l’image et, point très important et intéressant, on trouve 5 modes mémorisables pour configurer différents posttraitements en fonction de la vidéo. Par exemple, on peut paramétrer un mode pour traiter le Blu-ray, un mode pour les DVD, un autre pour les vidéos compressées ou encore un autre pour les vidéos trop bruitées (fourmillements). Ce posttraitement complet se compose de trois filtres réducteurs de bruit vidéo réglages de 0 à +3 (Artefacts, Mosquito, fourmillement), un réglage du contraste et de la luminosité (de 0 à +6), une correction du gamma (de -4 à +4) un filtre pour accentuer les détails de l’image (de 0 à +6), un pour la teinte et enfin un pour régler le niveau de saturation des couleurs.

IMG_9752C’est donc très complet, on pourra juste regretter l’impossibilité de baisser la luminosité par rapport au réglage par défaut (0), l’absence de filtre d’amélioration des couleurs, ou du contraste intra-image, ou encore l’absence d’un filtre pour accentuer les contours.

En effet, contrairement au Sharpness des OPPO, Cambridge, ou Samsung celui des Marantz n’accentue pas les contours, mais seulement le piqué de l’image. Ce Sharpness pose d’ailleurs des soucis étonnant pour un lecteur haut de gamme. En effet, d’une part il génère du bruit vidéo, et d’autre part il souffre de ringing qui va être flagrant au niveau de la ligne qui sépare l’image des bandes noires comme vous pouvez le voir sur la capture. Ce ringing commence à se voir avec un sharpness à +2, et à +3 il devient trop visible et dégrade l’image avec création d’artefacts, doubles contours. Bref, il faudra se contenter de désactiver ce Sharpness ou y aller vraiment doucement à +1 voir +2 maximum. Cela dit, l’image offre un joli piqué et grain déjà sans sharpness.

Exemple de ringing et artefact généré par le Sharpness

Sharpness à 0 : aucun souci

IMG_9817

Sharpness à +3 : ligne parasite blanche juste au niveau de la bande noire, apparition d’artefact sur le fond (et encore avec certains films c’est beaucoup plus visible !)

IMG_9818

Qualité de décodage natif des Marantz UD5007 et UD7007

Effectivement, ces deux lecteurs proposent une image très « cinéma » et sont très proche l’un de l’autre. Je n’aime pas vraiment cette expression « image typée cinéma », mais cela définie une image dotée d’une belle précision, de piqué, et un faible grain qui offre une texture proche de celle de l’image cinéma (en projection analogique donc). Mais cela dénote aussi un léger bruit résiduel à l’image. L’image est moins en relief, moins ciselée, avec des personnages qui se détachent moins de l’arrière-plan que sur un lecteur OPPO BDP-105EU ou Cambridge 752BD. Mais une sensation de texture, de matière s’en dégage ce qui a son charme. Je sais que certaines personnes n’aiment pas trop les images ciselées et détachées des arrières plans, et préfèrent ne pas user des filtres d’accentuation. Je pense qu’avec ces lecteurs ils trouveront le type d’image qu’ils aiment.

Bruit résiduel sur Marantz

Cliquez pour agrandir l’image, on remarquera ce bruit résiduel même sur Avenger, qui pourtant est une référence en qualité d’image.

Attention, ces deux lecteurs offrent une très belle image, précise, une parfaite fluidité, des couleurs vraies, très naturelles, et surtout une image très texturée, des noirs denses et un contraste intra-image excellente. Mais, il en faut pour tous les gouts, et pour ma part, je cherche une image propre, avec une sensation de 3D naturelle et beaucoup de relief et précision avec des contours plutôt accentués, et je trouve que ce bruit résiduel engendre quelques défauts.

IMG_0201 IMG_0202

Le premier souci vient de ce Sharpness qui génère du bruit et souffre de ringing, associé au léger bruit résiduel du décodage natif des deux lecteurs, l’image fourmille vite un peu trop à l’écran. Même souci avec certains films anciens, avec du grain pelliculaire et du bruit. Mê souci avec certaines TV qui souffrent de DSE (Dirty Screen Effect : effet d’écran sale) le bruit est vite accentué sur ces écrans. Sur certains diffuseurs dotés d’une image douce et très propre, l’image est vraiment très belle, comme sur le Sony HX950 qui offre un excellent rendu avec les Marantz. En revanche, sur le Philips 60PFL9706S l’image affiche trop souvent un excès de grain, pourtant ce téléviseur offre une image splendide avec le Cambridge 752BD en test actuellement.

 Sharpness à 0, puis +1, puis +2 :  l’image gagne légèrement en netteté, mais pas en accentuation des contours et lencore une fois le Sharpness génère du bruit et on voit également ces parasites blancs à la frontière de la bande noire.IMG_0078IMG_0077 IMG_0079

Une solution s’offre à nous, pour minimiser ce souci, la présence de trois réducteurs de bruit plutôt efficaces. Ils arrivent à réduire le bruit sans que l’image ne perde trop en précision. Pour ma part j’évite tout de même le plus possible de me servir de ces réducteurs de bruits pour conserver le grain pelliculaire de l’image, et ne pas trop la lisser. D’autant plus que ces filtres sont plus efficaces sur le bruit vidéo que le bruit résiduel du à la qualité de l’alimentation, ou la présence de jitter au niveau du circuit numérique.

L’Upscaling 1080p des Marantz UD5007 & UD7007

Vous l’aurez compris, le posttraitement m’a déçu. En revanche, il faut bien avouer que l’upscaling 1080p travaille vraiment bien ainsi que le désentrelacement qui est très performant. Il arrive à corriger les jaggies (effets d’escalier sur les diagonales) de façon très efficace, et même étonnante (voir le comparatif visuel). Encore une fois, je retrouve pas mal des qualités et défauts du Mediatek qui a su démontrer la qualité de son upscaling et désentrelacement sur bon nombre de lecteurs.

Sans upscaling puis avec (remarquez la correction du jaggies sur l’œil du tigre (cliquez pour zoomer l’image). En revanche, très peu de gain en netteté et relief, toujours à cause de ce Sharpness peu efficace…

IMG_0378IMG_0376

Cet upscaling fait parti de ces algorithmes qui vous transforment un DVD en une sublime image bien définie, qui donne envie de ressortir pas mal de DVD avec un vrai plaisir. Pour certains c’est une vraie redécouverte de l’oeuvre. Il est d’autant plus dommage que le Sharpness ne soit pas efficace, il aurait permis d’accentuer encore un peu plus le travail d’upscaling et désentrelacement du décodage vidéo. Par contre, avec les DVD ou vidéos upscalés, les filtres réducteurs de bruits peuvent s’avérer intéressants pour effacer les traces d’artefacts de compression, diminuer l’excès de fourmillement d’un vieux film trop compressé.

Petite comparaison Marantz UD7007 (image 1) VS OPPO BDP-105EU (image 2) sur le Blu-ray Batman et sur le TV Philips 60PFL9706S

Les deux lecteurs sont réglés au mieux pour offrir la meilleure image possible

IMG_9961

Notez juste que l’amélioration des couleurs sur l’OPPO a tendance à offrir des couleurs un peu flatteuses (surtout sur le bleu), mais il peut se désactiver. Pour les différences au niveau du piqué, relief et profondeur de champ, je vous laisse juger…

Qualité Audio

Qualité audio et musicalité

Qui ne rêve pas de pouvoir réunir lecteur CD, S.A.CD, DVD-Audio, Blu-ray en un seul et même appareil tout en profitant d’une superbe qualité audio, aussi bien via analogique pour la musique, que via HDMI pour le home cinéma. C’est ce que propose ce genre de lecteurs. Le Marantz UD5007 est censé proposer une excellente qualité audio numérique et une très bonne qualité analogique. Le Marantz UD7007 est censé réunir le meilleur des deux mondes Home cinéma et hifi, mais qu’en est-il sur le terrain, est-il à la hauteur d’un lecteur CD du même prix ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans ce chapitre, et  je tiens à préciser que les retours d’écoutilles ne sont que mon avis, chacun à ses goûts. Je propose donc également des mesures du circuit analogique pour jauger ces lecteurs face à la concurrence.

IMG_0229

Présentation de la configuration audio des Marantz UD5007 & UD7007

Inutile de revenir sur les caractéristiques du circuit analogique composé de Burr Brown sur les deux lecteurs, tout a été dit et montré dans le chapitre Présentation. Je précise tout de même que ces lecteurs ne disposent pas de contrôle du volume, ni de configuration des enceintes, donc impossible à connecter directement à un ampli de puissance en analogique. Autre précision, ces deux lecteurs gèrent donc le S.A.CD en envoyant le DSD via HDMI à un ampli compatible DSD, ou en convertissant le DSD en LPCM pour les amplis non compatibles DSD. Et je rappelle que le DAC du UD5007 ne gère pas le DSD, contrairement au DAC du UD7007. Ce dernier est donc le seul des deux à proposer la conversion du DSD directement en analogique (le DSP du UD5007 converti le DSD en LPCM avant conversion N/A). Sachez enfin que le DSD est converti en LPCM 88.2 kHz automatiquement si un appareil connecté via HDMI est détecté non compatible DSD.

 IMG_9743

En dehors de c’est quelques précisions, on retrouve, sur les deux lecteurs, la possibilité d’envoyer un flux via HDMI ou SPDIF en bitstream ou décodage LPCM, activer ou non le DRC (Dynamic Range Compression), ou encore un mode Pure Audio numérique ou analogique. Mais, seul le UD7007 propose d’inverser ou on la polarité de la sortie XLR (forcément) et de réduire l’échantillonnage en sortie SPDIF (192, 96 ou 48 kHz). Ce dernier paramètre est surtout utile en cas de connexion à un DAC externe qui ne gèrerait pas plus de 48 ou 96 kHz en entrée.

Analyses du circuit audio analogique

Je précise d’abord que le transfert numérique des deux Marantz est très bon, avec un très bon niveau d’ampleur, d’intelligibilité, précision et dynamique. Malheureusement la présence de jitter se ressent un tout petit peu, mais ça reste au-dessus de la grande majorité des lecteurs. Avant de faire mes analyses analogiques, j’ai évidemment procédé à plusieurs écoutes de CD et S.A.CD, ou même regardé quelques films en stéréo. Il apparait nettement que même le UD5007 propose une très bonne musicalité avec une écoute fluide, une très belle assise dans les graves bien profonds mais pas très fermes, des médiums assez ronds et plutôt bien articulés.

Je trouve les aigus très (trop) doux et l’écoute chaleureuse (là aussi un peu trop), il manque clairement un peu d’attaque sur les notes et de dynamique comparé à un très bon lecteur CD. En effet, le Marantz UD5007 est très agréable à l’écoute, surtout sur des musiques douces, d’ambiance, comme du Jazz, de la Soul, il se défend pas mal sur des musiques du genre Techno, Dance ou Hip Hop avec ces graves très profonds, mais manque clairement de mordant sur des passages à la guitare ou Piano. Certains trouveront ce lecteur un peu ennuyeux à la longue, mais je dois dire qu’il offre tout de même une excellente musicalité pour un lecteur Blu-ray à ce prix. Pour le timbre, c’est une question de goût.

En revanche, c’est plus décevant pour le UD7007 qui ne gagne pas vraiment en dynamique. Certes, le signal est plus propre, plus clair, plus fluide, les notes mieux détourées, la note plus musicale, mais ça reste très (trop) doux, ça manque de relief, d’attaques, et de dynamique pour un lecteur vendu près de 1300 €. Le gain est plus faible que je ne l’avais pensé entre ces deux lecteurs.

L’écoute des films en stéréo est vraiment pas mal, les dialogues manquent de tonus, mais sont soutenus au niveau des médiums et intelligibles et surtout bien centrer au niveau de l’image stéréo. Il y a une belle ampleur, d’excellentes sensations sur les scènes d’explosions avec des graves profonds et ravageurs. On ressent encore ce manque de dynamique sur certains passages, mais dans l’ensemble c’est vraiment très agréable et intéressant au niveau de la spatialisation de la scène frontale.

Bref, dans l’ensemble c’est très bon, mais là aussi, à l’instar de la qualité vidéo et de son posttraitement, je reste sur ma faim. Il faudra un amplificateur aussi dynamique que l’ampli Cambridge 751R pour équilibrer cette scène sonore un peu soporifique sur de longues écoutes musicales.

IMG_0407

Pour analyser les sorties analogiques des Marantz UD5007 et 7007 j’ai utilisé le logiciel de mesure RightMark Audio Analyser Pro avec une carte son externe pro M-Audio pour faire des relevés directement en sortie analogique. J’ai dû lire plusieurs benchmarks échantillonnés à 44.1 kHz/16 bits, 48 kHz/ 24 bits, 96 kHz/ 24 bits et 192 kHz/24 bits et analyser la qualité du signal en sortie. J’ai fait quelques analyses comparatives en mode Pure audio et sans. En mode Pure audio, le THD+N est moins présent, c’est donc avec ce mode que les analyses ont été faites.

Enfin dernière précision, pour ceux qui ont du mal à interpréter ces chiffres, RMAA Pro offre un rapport d’analyse avec des évaluations sur les résultats jugés d’ « Excellent », « Très bon « , « Bon », « Moyen », « Mauvais » ou « Très Mauvais ». Ce n’est donc pas moi qui fais les évaluations de qualité, mais bien le logiciel qui donne son verdict. Je vous interprète également ces résultats à ma manière, en fonction des tests et écoutes que j’ai pu faire.

Marantz UD7007 RMAA 96 khz RMAA Marantz UD5007

Sur ces deux Benchmark représentatif de la qualité du circuit analogique en 24 bits, on pourra se rendre compte que les performances sont très bonnes, mais qu’au niveau de la gamme dynamique le UD7007 n’est pas très supérieur au UD5007. En revanche, le UD7007 propose un taux de distorsion et un niveau de bruit bien plus bas (0.0006% contre 0.0013% de THD et -98dB contre -102,1 dB, donc en toute logique le THD+N est bien meilleur sur le UD7007.

noise

Niveau de bruit du Marantz UD5007, c’est pas mal du tout, le niveau est bas et les pics très petits, signe d’un jitter plutôt bien maitrisé et d’une belle musicalité, mais peu mieux faire, certains lecteurs CD comme les NAD vont plus bas que -120 dB)

Left
Right
RMS power, dB
-95.6
-97.3
RMS power (A-weighted), dB
-101.7
-102.4
Peak level, dB FS
-59.2
-70.5
DC offset, %
+0.0
-0.0

Le niveau de bruit est donc pas mal du tout sur ces deux lecteurs, mais reste plus élevé que les Cambridge 752BD ou OPPO (-109dB), ou que les meilleurs DAC testés sur HDfever comme le Hegel HD11 (-115dB), il en est de même pour la dynamique, le OPPO propose 108dB de dynamique via RCA , 115dB via XLR (alors que le Marantz UD7007 n’offre pas de différence de dynamique via XLR ou RCA avec 102dB), le Cambridge 751BD proposait une dynamique équivalente au OPPO BDP-105EU avec 108 dB à peu près. Malgrè tout cette dynamique n’est pas si mal, sur le Marantz, mais si on rajoute le timbre un peu trop chaleureux, le manque d’attaque sur les notes et les aigus un peu trop doux, la dynamique subjective est assez basse à l’écoute, plus que sur les mesures.

dynamics

Gamme dynamique du Marantz UD7007

Left
Right
Dynamic range, dB
+95.2
+95.5
Dynamic range (A-weighted), dB
+101.2
+101.6
DC offset, %
+0.01
-0.00
fr

La réponse en fréquence est strictement similaire sur les deux Marantz UD5007 et UD7007, très marge, elle couvre tout le spectre de cet échantillonnage 96 khz (donc sur une fréquence de 48 khz : théorème de Shannon). Par contre, elle remonte un peu au niveau des hautes fréquence, ce qui indique une mise en avant des aigus, cependant, ces derniers étant très doux cela ne pose aucun souci à l’écoute).

From 20 Hz to 20 kHz, dB
-0.14, +0.15
From 40 Hz to 15 kHz, dB
-0.06, +0.08

THD + Bruit (à -3 dB FS)

thd

Left
Right
THD, %
+0.0006
+0.0006
THD + Noise, %
+0.0019
+0.0018
THD + Noise (A-weighted), %
+0.0016
+0.0016

Distorsion d’intermodulation

imd

Left
Right
IMD + Noise, %
+0.0053
+0.0051
IMD + Noise (A-weighted), %
+0.0027
+0.0026

Diaphonie Stéréo

cross

Left
Right
Crosstalk at 100 Hz, dB
-78
-82
Crosstalk at 1000 Hz, dB
-91
-95
Crosstalk at 10000 Hz, dB
-89
-87

Balayage de tonalité du UD7007
imdswept

Left
Right
IMD + Noise at 5000 Hz,
0.0019
0.0023
IMD + Noise at 10000 Hz,
0.0018
0.0020
IMD + Noise at 15000 Hz,
0.0017
0.0015

Conclusion et Verdict

Les lecteurs Marantz UD5007 et UD7007 font parti de ces rares lecteurs en voix de disparition à proposer une très bonne qualité de construction, avec un châssis en aluminium épais, stable, fait pour durer, et qui orne une belle installation home cinéma ou Hifi. De plus, ces lecteurs se démarquent des designs traditionnels aux lignes droites grâce à deux angles arrondis, mais malheureusement en PVC (seule faute de goût). La connectique est également de qualité, si ce n’est quelques absences incompréhensibles comme une sortie SPDIF sur le UD5007 qui interdit toute connexion à un DAC externe, ou une sortie analogique 7.1 sur le UD7007 qui interdit l’écoute des S.A.CD, Pure Audio Blu-ray ou DVD-Audio 5.1 en connexion analogique !

Le Marantz UD5007 intègre une électronique d’un bon niveau de qualité pour un lecteur vendu 749 €, mais peu mieux faire, notamment au niveau de cette décevante carte d’alimentation, c’est donc d’autant plus décevant de retrouver la même alimentation sur le UD7007 alors que bon nombre de lecteurs haut de gamme intègrent une alimentation linéaire avec transformateur toroïdal. Il n’en est rien et l’électronique est assez modeste à part une carte analogique stéréo de bien meilleure facture que le UD5007, détachée de la carte mère et positionnée seul à l’étage. Son drive est également d’excellente qualité, mais ça reste maigre pour un lecteur vendu 1290 €.

IMG_0230

Ces deux lecteurs proposent une belle musicalité, très proche l’un de l’autre, l’UD7007 prend tout de même l’avantage avec une écoute plus aérée, plus fluide, plus musicale. Après, c’est une question de goût, mais pour ma part, sur mon installation je ressens tout de même un manque de mordant, d’attaque et de dynamique.

Il en est de même pour l’image qui est très belle en décodage natif, très fluide, dotée d’un excellent contraste intra-image avec des noirs denses, des couleurs très naturelles, du piqué, une image très texturée, et plutôt typée « cinéma » comme on dit. Si cette image est de très bonne facture pour le UD5007, elle souffre tout de même de bruit résiduel, assez visible sur certains diffuseurs, moins sur d’autres. De plus, le posttraitement propose un réducteur de bruit efficace, mais un Sharpness assez décevant qui engendre du bruit, ringing (sorte de double contour lumineux) et interférences. Étant donné que le UD7007 propose la même qualité d’image et de posttraitement  que le UD5007, c’est tout de même très juste pour un lecteur de son rang (surtout que sur mon modèle de test le sharpness du UD7007 m’a affiché un peu plus de ringing que le UD5007, étrange…).

La gestion multimédia est en revanche très satisfaisante, et je dirais même largement suffisante pour la grande majorité des utilisateurs. Gestion du MKV avec DTS-HD, des chapitres, des M2TS, TS, et BDMV 2D et 3D encapsulés dans un dossier AVCHD, du FLAC 5.1 en 192 kHz, de WAV DTS et LPCM 192 kHz, bref à part l’absence de gestion des ISO Blu-ray, d’un autolipsync et l’impossibilité de customiser ou repositionner les sous-titres, c’est vraiment complet et surtout très stable. Par contre, ça manque cruellement de fun, très peu de pochettes sont affichées, pas de système de jaquettes, et une interface très (trop) sobre.

Le constat est donc en demi -teinte, avec un Marantz UD5007 qui se positionne comme un très bon rapport qualité/prix doté d’une belle musicalité et d’un très bon décodage natif du Blu-ray (si ce n’est un peu de bruit résiduel) et d’un excellent upscaling, mais quelques défauts étonnants sur le Posttraitement et l’absence de conversion N/A du DSD (converti en LPCM) ou encore d’une sortie SPDIF. Le Marantz UD7007 est en revanche bien trop cher pour un lecteur qui propose la même qualité d’image, donc les mêmes défauts de bruit et un Sharpness presque inutilisable au-delà de +1. Certes, cela suffira pour ceux qui n’usent pas de posttraitement vidéo, ou qui utilisent un scaler externe (grâce à une sortie Directe), mais ceux qui aiment les images propres, sans bruit et assez accentuées au niveau des détails et du relief resteront sur leur faim et ce n’est pas normal pour un lecteur aussi cher. En ce qui concerne la musicalité, le gap n’est pas assez important par rapport à celle du UD5007, toujours aussi chaleureuse, musicale, mais (trop) douce, ça manque cruellement d’attaque et de dynamique.

 ExperienceAudio_2ExperienceVideo_2Experience3D_2

Je remercie Passion Home Cinema pour le prêt des lecteurs Marantz UD5007 et Marantz UD7007 en vente chez eux.

Les notes sont évaluées en fonction du prix des appareils

  • Qualité de fabrication externe : 
  • Qualité de l’électronique du UD7007 :
  • Qualité de l’électronique du UD5007 :
  • Qualité du décodage vidéo :
  • Qualité du postprocessing vidéo :
  • Qualité de l’upscaling 1080p :
  • Qualité de la 3D avec le Blu-ray 3D :
  • Prise en charge multimédia :
  • Qualité audio analogique du UD5007 :
  • Qualité audio analogique du UD7007 :
  • Qualité audio numérique :
  • Fonctions et réglages :
  • Qualité de la connectique du UD7007 :
  • Qualité de la connectique du UD5007 :
  • Rapport Qualité/prix du UD5007 :
  • Rapport Qualité/prix du UD7007 :

Ce que j’ai aimé avec ces lecteurs Marantz

  • Le design haut de gamme et la qualité de fabrication
  • Fonctionnement stable, réactif, démarrage plutôt rapide
  • Un lecteur très silencieux en lecture, et qui ne chauffe pas
  • Un lecteur qui lit tous les supports existants !
  • Très bonne qualité de décodage vidéo, image texturée et couleurs naturelles (mais pas excellente)
  • Un upscaling 1080p et un désentrelacement très performants
  • Un posttraitement paramétrable avec 5 modes mémorisables
  • La gestion multimédia USB et UPnP très performante pour un lecteur Blu-ray
  • Qualité 3D avec le Blu-ray 3D, gestion de la taille de l’image
  • La lecture des Super Audio CD  de bonne qualité sur le UD7007
  • Un circuit numérique audio de très bonne qualité
  • Une belle musicalité, de très bons graves (satisfaisant pour le UD5007, insuffisant pour le UD7007)
  • Excellent drive sur le UD7007
  • La sortie XLR du UD7007, même si elle ne pousse pas la qualité plus loin qu’en RCA
  • Très bonne gestion de la double sortie HDMI 1.4
  • La possibilité de dézoner la platine (kit en option)
  • Très bon rapport qualité/prix du UD5007

Ce que je regrette avec ces lecteurs Marantz

  • Présence de PVC en façade (arrondis)
  • Absence de sortie SPDIF sur le UD5007
  • Absence de sortie analogique 7.1 sur le UD7007
  • Présence de bruit résiduel à l’image (UD5007 & UD7007)
  • Sharpness décevant qui engendre du bruit, rigging et artefacts
  • Musicalité trop douce, manque de dynamique sur le UD7007, trop proche du UD5007
  • Pas de conversion du DSD en analogique sur le UD5007
  • Pas de support des ISO DVD, S.A.CD & Blu-ray
  • Pas de protocole Samba
  • Pas de port Ethernet Gigabit, ni d’USB 3.0
  • Pas de lecture multimédia du Monkey’s Audio 192 kHz, MLP, Ogg, Alac, DSF ou DSD
  • Une gestion multimédia 3D très pauvre (pas de MKV 3D MVC, ni de MK3D, ni de Dual Files, ni de WMV 3D framepacking)
  • Pas de réglages 3D (Pas de conversion SBS en framepacking, gestion de la profondeur du relief, ou autres)
  • Lecteur qui fait du bruit lors des chargement Blu-ray et DVD, ou changement de piste
  • Qualité de l’électronique décevante, surtout la carte d’alimentation du UD7007

41 commentaires

  1. avatar
    PATRICK /

    @Nicolas Bécuwe – SALUT j’ai la réponse d’OPPO difficile sur la question de la fréquence de conversion, j’ai eu du mal à avoir, c’est précieux

    Why not 176.4KHz when converting SACD to PCM?

    The hardware is capable of doing 176.4 and the licensing is not different. OPPO believes that 88.2KHz actually produces a better quality result for SACD DSD to PCM conversion. OPPO feels that even to offer 176.4 as an option would mislead people into thinking the higher rate must be better when that’s simply not the case.

    « SACD players do not convert at a higher rate — as measured at the Analog output. The process of producing Analog from DSD for SACD requires a 50KHz filter (just as exists in the OPPO’s DACs when DSD-Direct-to-Analog conversion is in effect), which is the equivalent of a 100KHz sampling rate limit (see Nyquist Limit). 88.2 is the highest multiple of 44.1 that does not exceed 100. »

    cela tient la route selon moi…Ces mecs sont sérieux et oppo c’est vraiment fiable je trouve comparé a mon ancien yamaha A1010

    sinon comment brancher un ampli hC 7.1 + ampli double mono ou intégré afin de bénéficier des sorties XLR et du dac sabre d emon oppo 95, car je ne vois pas comment je peux brancher cela , j’ai des sorties pre out…et comment brancher le second ampli vers les enceintes ?

    A moins que l’ampli FR et FL soit branché seul ou accompagné des FR FL + centre/subwoofer pour le 5.1 mais le son risque de ne pas être homogène, donc coloré, non ?

    Comment faire est ce que les sorties XLR en stéréo apportent un gain par rapport aux rca stéréos, je précise que j’ai un OPPO bdp 95 et que c’est ma seule source en ce moment et je souhaiterais écouter mes cds dessus avec une qualité plus prononcée peux tu me dire comment brancher tout cela svp et si cela ne dénature pas la couleur du son de brancher deux amplis

    si tu as des plans je cherche un ampli symétrique stéréo et xlr/rca si tu me dis que ca vaut le coup d’écouter via XLR budget modeste…Merci

    Merci et brazvo Nicolas

  2. avatar
    Marc /

    @Nicolas Bécuwe

    Bonjour et merci pour ce test « édifiant ».

    Juste une précision (anecdotique) : d’après la notice, le port USB du UD7007 ne gère que le FAT16 et FAT32, pas le NTFS :(

  3. avatar

    @Marc – Bonjour Marc,

    C’est une erreur de la notice, il reconnait bien le NTFS sinon impossible de lire le MKV via USB car les MKV 1080p font pratiquement tous plus de 4 Go.

  4. avatar
    Marc /

    OK.

    Merci !

  5. avatar
    Michel N /

    Bonjour Nicolas,
    A l’issue de cet essai, tu précises que les images fournies par le Marantz UD5007 (et le UD7007)souffrent d’un bruit résiduel plus ou moins visible en fonction des écrans auxquels il est relié.

    Te rappelles tu ce qu’il en est avec les écrans Samsung (série H7000)?

    Merci d’avance
    Michel

  6. avatar
    3JTLB /

    Hello, j’ai le lecteur UD7007 ainsi qu’un Oppo 103D MRZ, et bien je préfére le Marantz sur plusieurs points notamment niveau qualité de fabrication et surtout au niveau sonore sur des BRs…
    J’utilise des cables d’alimentation wireworld gamme Aurora 7(largement assez pour ces lecteurs afin de limiter voir supprimer touts bruits parasites…). Coté image chacun a ses avantages/imconvénients…

  7. avatar

    Après beaucoup de lecture, parce que je allais acheter un Marantz UD5007 et trouvé ce site web – Dieu merci ……
    Je pense, je suis maintenant encore un peu plus intelligent – l’architecture d’alimentation est très très pauvres – grâce à vous je sais à l’avance.
    Nicolas – Marantz coûte 500euros. Je ne irai pas plus de 500 euros pour BDP. OPPO 103 (ne marche pas lu sacdr) est 700e, lx58 pioneer est (pas sacdr) 800e, les coûts de UD7007 est 800E.
    UD 5007 lire SACD-R (je ai beaucoup d’entre eux). Je ai un Sony BDP S480, je ai pensé à S790, mais avec SACD son est mauvais. Il est intéressant que l’audio BD-R sonne bien (tout ce qui précède via HDMI). Cela me dit que pendant la conversion DSD PCM se passe quelque chose qui se traduit par un mauvais son.

    La direction du son: le transport / convertisseur (SONY) (HDMI) – de-embedder (coaxial) -Arcam RDAC (RCA) – Naim Nait 5(stereo)
    Nicolas, si je décide finalement d’acheter un Marantz (je aimerais entendre votre attitude) si je vais avoir une bonne lecture de la SACD. Merci beaucoup à l’avance .. Si quelqu’un d’autre a quelque chose à dire sur ce sujet – les bienvenus.
    Google traduction (anglais-français) Je suis désolé si je ai fait erreur dans l’écriture.

  8. avatar

    Une dernière chose – dois-je garder mon rdac dans le système de support à BDP? Je vais utiliser BDP pour DVDR (SACD / R DVDA / R) et BDR.

    Pour les CD et HDCD Je ai naimcd5x – Je ne besoin Marantz et arcam pour cela.

  9. avatar
    Jovan /

    I bought marantz UD5007 -very good piece of equipment.
    Although no one respond me here, I am writing now, just to inform people who think to buy Marantz about my impressions.
    Audio source: SACDR, DVDA,BD-R/A works well via HDMI. For CDs I have better guy.

    Video- Im not so impressed in comparison with my ex Sony bdp s480 / I used original few B.RAY movies, SD upscaling I didnt check.
    Thats it.

  10. avatar
    Cyrille /

    Bonsoir à tous, si quelqu’un a la réponse, j’aimerai savoir ce qu’il en est du dsd multi-channel sur l’UD 7007, s’il s’agit d’une conversion pcm ou non. Je ne trouve pas l’information, la seule info sûr c’est la lecteur sacd stéréo d’après les fiches techniques. Merci à tous.

  11. avatar
    PATRICK /

    @3JTLB

    BONJOUR PEUX TU LIRE LES SACD R AVEC TA PLATINE MARANTZ UD7007 ?

    Ce sont des fichiers iso décompressés et gravés sur DVDR et qui passent comme de vrais sacd dans les platines dvd et bluray avec la qualité de son magnifique qu on connait des sacd.

    Merci c’est super important ma oppo 95 m’a lâché et marantz m’attire

    Bien à toi

    PAT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: