Facebook Tweeter Tweeter

Test Cambridge Audio 851C & 851A : un superbe duo Hifi !

Je vous présente le test d’une véritable petite découverte comme on aimerait en rencontrer plus souvent. Il s’agit du lecteur CD/DAC/Préamplificateur Cambridge Audio azur 851C et son amplificateur intégré Class XD azur 851A. Deux appareils très originaux et très polyvalents qui s’inscrivent dans une nouvelle étape chez le constructeur qui monte encore d’un cran dans le milieu Hifi haut de gamme, tout en proposant un rapport qualité/prix très intéressant.

Pour ce test, j’ai tenu à faire honneur à ces deux appareils. J’ai donc utilisé des câbles et des enceintes haut de gamme. J’ai fait un nombre incalculable d’écoutes, que ce soit avec du CD, ou même regarder des films avec mon lecteur Blu-ray connecté via Coaxial au DAC 851A. J’ai également utilisé un mini HTPC Zotac connecté via USB asynchrone pour écouter toute sorte de musique avec le logiciel Foobar2000 et les pilotes ASIO pour profiter d’un transfert en Bitperfect. Bref, après avoir fait le tour de ces deux appareils d’exception, voici un petit compte rendu de ces quelques jours magiques passés en compagnie de ces deux appareils signés Cambridge Audio.

Protocole de Test :

  • Cambridge Audio azur 851C : Lecteur CD/DAC/PreAmpli
  • Cambridge Audio azur 851A : Amplificateur intégré stéréo Class XD
  • Enceintes Magnat Quantum 1009 (voir le test)
  • Câble XLR Tellurium Q série Graphite
  • Câbles HP Muse 2 (conception Espace musical)
  • Câbles secteur Muse 1 ((conception Espace musical)
  • Multiprise filtrée Supra
  • Mini HTPC Zotac + Foobar2000 + Drivers ASIO
  • OPPO BDP-103EU connecté via Optique au 851C

Présentation

Présentation du Cambridge Audio 851C

Le Cambridge Audio 851C impressionne d’entrée de jeu par son design et sa qualité de fabrication inédite. L’appareil est massif (10 kg) et propose un châssis très épais, tout en aluminium. Sa façade encore plus épaisse, en aluminium brossé, est magnifique avec un écran digital large pour afficher les informations de connexion, de source et de lecture, un tiroir CD également en aluminium (assez rare pour le souligner). On observe également une diode bleue pour l’indication de mise sous tension/veille, et trois petites diodes au-dessus des trois modes de filtrages numériques (phase linéaire, phase minimum, front raide). On retrouve d’ailleurs ces filtres sur de nombreux appareils Cambridge comme le Stream Magic 6, ou le lecteur Blu-ray 751BD.

Le lecteur dispose d’un centre de gravité très bas. Il est optimisé contre les vibrations et résonances, de par son châssis lourd et rigide, mais aussi de par sa connectique interne. On trouve, sur le capot, deux ailettes d’aération, qui donnent d’ailleurs un look très racé au lecteur.

À l’arrière on découvre une connectique très complète et de grande qualité, avec des connecteurs or, un cordon d’alimentation détachable, un bouton Power, un RS232C, un déport IR, une entrée/sortie Coaxial pour le contrôle Bus (cela sert à transiter les commandes distantes d’un appareil à l’autre), une sortie analogique RCA stéréo asymétrique et une sortie symétrique XLR. Pour la section DAC externe, on trouve trois entrées numériques : 2 entrées SPDIF (2 x Coaxial + Optique), une entrée XLR AES/EBU et enfin une entrée USB asynchrone avec deux modes USB 1 et 2 que j’expliquerai plus loin dans le test. Vous remarquerez également un swtich Lift/Ground à côté de l’USB. Ce dernier sert à déconnecter la mise à la masse en cas de bourdonnement lorsque l’USB asynchrone est connecté à un appareil (ce que j’ai pu constater après avoir connecté le Mini-HTPC Zotac).

La télécommande est la même livrée avec les deux appareils, donc une seule télécommande sert à contrôler le 851A et 851C. Que ce soit pour contrôler le volume sur l’ampli ou sur le lecteur (au choix), changer de sources, de modes, de filtres numériques, d’enceintes A ou B, ou A+B, mode Bypass, ou réglage de tonalité, etc. Sachez également que lors d’une connexion via USB asynchrone, la télécommande peut contrôler Foobar2000 sur le Mini-HTPC (changer de piste, pause, etc). Enfin, la télécommande est toute en aluminium également et très réactive.

Une petite visite des entrailles de ce lecteur. On découvre donc cette électronique de très haute qualité, avec composants audiophiles, un transformateur torique qui permet la réduction du bruit et de la distorsion, le fameux servomoteur S3 Custom CD Servo™ réservé à la lecture des CD qui permet au 851C d’extraire un maximum d’informations numériques et de saisir le moindre détail sur les CD. On pourra être étonnés, voire regretter qu’à la place des DAC Wolfson Cambridge ait décidé d’intégrer deux DAC Analog Device 24 bits AD1955 pour gérer la section DAC externe et lecteur CD, mais vous le verrez, encore une fois, le fabricant étonne par sa maitrise de l’intégration des DAC en tout genre.

Enfin, on retrouve également un DSP bien connue des amateurs de la marque, une déclinaison du Q5 d’Anagram Technologie qui permet un upsampling ATF2 à 384 kHz, soit l’échantillonnage utilisé en studio pour numériser en DXD. Le seul regret est que cet upsampling ne peut pas être désactivé pour se rendre compte de la différence avec et sans, mais à l’écoute des CD on ne peut que se rendre compte de l’évidence. Les trois filtres numériques sont d’ailleurs directement liés à cet upsampling.

Présentation du Cambridge Audio 851A

Passons à l’amplificateur intégré Cambridge Audio azur 851A. Là aussi, on découvre un appareil très robuste, et lourd (15 kg) doté de la même qualité de construction, avec isolation phonique, et le même design avec façade épaisse en aluminium brossé, ailettes d’aération, pour un mariage d’une classe folle dans un salon. Cet ampli aussi est très original, et ça commence par son amplification hybride et propriétaire Class XD qui offre la musicalité, la douceur d’une amplification Class A tout en conservant la puissance et la dynamique d’une amplification Class A/B. Et la puissance, il en a sous le capot, avec 2 x 120 Watts / 8 Ohms, je peux vous dire que ça dépote ! Cela n’a rien, mais alors strictement rien à voir avec un 120 Watts d’un ampli en home cinéma. Un ampli Onkyo TX-NR818 Est largement dépassé en puissance (pour avoir essayé le Cambridge connecté au Onkyo NR818 en ampli de puissance).

La façade propose, elle aussi, un large écran digital qui affiche le volume, les sources, le réglage de tonalité ou en mode Direct, l’utilisation des enceintes A ou B ou A+B, et le choix entre la liaison symétrique ou asymétrique pour les sources 1 et 2.

À l’arrière, on trouve une connectique toujours aussi complète avec deux entrées XLR analogiques stéréo (symétrique) ou RCA asymétrique, un bouton Power, deux jeux de borniers pour enceintes A et B, le déport IR, les entrée/sortie Coaxial pour le contrôle du Bus, l’interface RS232C, 5 entrées RCA analogiques, une sortie PreOut pour utiliser l’ampli comme préamplificateur ou connecter un caisson de grave actif, une sortie Rec Out pour envoyer le son sans contrôle de volume, ou REC In. L’amplificateur permet une configuration très complète, on peut même l’utiliser comme ampli de puissance avec un gain de volume fixe dont vous choisirez le niveau. Avec le mode Direct, on peut donc attaquer directement l’amplification de puissance. Enfin, sachez que cet ampli intègre la protection propriétaire CAP5 avec détection de courant continu, de surchauffe, de surtension/surintensité, de court-circuit et même une détection intelligente de l’écrêtage.

Les entrailles sont toutes aussi impressionnantes avec surtout, le cœur de cet ampli, un énorme transformateur torique de conception Cambridge avec drain thermique extrudé. La partie préamplification possède, elle aussi, un transformateur torique plus petit (fixé sur le châssis arrière). Les prises du transformateur sont séparées pour les canaux gauche et droit ; les blocs d’alimentation sont également séparés pour fonctionnement simple/double des amplificateurs de puissance gauche et droit.

Caractéristiques Techniques :

  • Puissance en sortie 120 Watts RMS en 8 ohms
  • Distorsion harmonique totale (THD) (non pondérée)
    • < 0,001 % 1 kHz à 80 % de la valeur nominale
    • < 0,01 % 20 Hz – 20 kHz à 80 % de la valeur nominale
  • Réponse en fréquence 10 Hz – 50 kHz +/- 1 dB
  • Rapport S/B (réf. 1W/8 ohm) > 93 dB
  • Impédances d’entrée Entrées 1 et 2 (symétriques) 20 kOhm
  • Entrées 1-7 asymétriques 20 kOhm
  • Entrée d’enregistrement 20 kOhm
  • Facteur d’amortissement de l’amplificateur de puissance > 110 at 1 kHz
  • Consommation d’énergie maximale : 800 W
  • Consommation d’énergie minimale Actif (aucun signal) 70 W
  • Veille < 0,5 W
  • Commandes basses/aigus Type de dégradé Amplification des basses/
  • coupure maximale +/- 10 dB à 10 Hz
  • Amplification /coupure des aigus maximale +/- 7, 5 dB à 20 kHz
  • Dimensions (L x H x P) 115 x 430 x 385 mm
  • (4,5 x 16,9 x 15,2 pouces)
  • Poids 15 kg (33 Lbs)
Écoutes du Cambridge 851C

Le lecteur 851C à l’écoute et en fonctionnement

Au plaisir des yeux, ce qui n’est pas négligeable lorsqu’on écroute de la musique fièrement assis dans son canapé tout en regardant ces deux petits bijoux, s’ajoute le plaisir des oreilles, et c’est bien là le plus important. Cambridge propose avec les 851A et 851C ses deux appareils Hifi les plus aboutis. C’est simple, on retrouve toutes les technologies et le savoir-faire de la marque concentrés dans ces deux boitiers. Regardons à l’aide de mesures, mais surtout écoutons ce qu’il en est.

Des écoutes CD d’une rare intensité émotionnelle

Le Cambridge 851C est d’abord un lecteur CD haut de gamme sur lequel on retrouve donc cette fameuse technologie d’upsampliing 384 kHz. Elle n’est pas mesurable, on ne peut pas non plus faire de comparaison avec ou sans, puisque le signal numérique est automatique upsamplé avant conversion analogique par contre, si vous utilisez les sorties numériques, l’échantillonnage reste celui d’origine. Pas mesurable, mais audible. À l’écoute des premiers CD, on se rend tout de suite compte de l’efficacité de cet upsampling. Le son est très fluide, velouté et se rapproche énormément du timbre analogique naturel. Les voix sont très charnelles, et offre une présence réaliste, une proximité avec les musiciens plus palpables que sur bon nombre de lecteurs CD.

Le 851C offre un mélange de douceur et de dynamique, suave jamais agressif sur les aigus, mais rapide sur l’attaque de la note, toujours très profonds au niveau des graves, des détails à foison, une image stéréo riche et texturée et une superbe musicalité. J’ai écouté plusieurs CD avec toujours le même plaisir, quelque soit la musique écoutée, la restitution est fidèle, elle prend aux tripes et fait passer une émotion intense à chaque écoute.

L’écoute sur les Magnat 1009 est tout simplement magique. La précision du tweeter fait honneur à toute la richesse qu’apporte le 851C dans le haut du spectre avec des aigus ciselé, mais à la fois doux pour une écoute reposante. Une petite pointe de chaleur vient équilibrer le côté parfois un peu trop clair des Magnat. Le mariage est vraiment de très haute volée.

Miles Davis Kind of Blues

Quelle redécouverte ! La contre basse est superbement reproduit grâce à des médiums ronds, articulés tendres et précis, des graves profonds, fermes et percutants. La reproduction de la trompette du maitre offre beaucoup de corps, de la matière, une texture riche et très nuancée, naturelle, quel délice ! L’image sonore et spatiale, très profonde, remplit la pièce. Il suffit d’écouter le passage du titre Flamenco Sketches lorsque Miles Davis répond à John Coltrane , chacun reproduit sur l’enceinte droite et gauche avec cette sensation troublante que les fantômes de ces deux légendes du Jazz se trouvent chacun à un coin du salon, avec une scène d’un réalisme à faire dresser les poils sur les bras ! Les attaques de notes de piano de l’irremplaçable Bill Evans sont rapides et semblent remplir toute la pièce. Un passage tout simplement inoubliable que j’ai pris plaisir à réécouter.

Keith Jarret & Charlie Haden : Jasmine

Dans cet album, on retrouve Keith Jarret ou piano accompagné de Charlie Haden à la double basse. Encore une fois, la rapidité des attaques sur les notes de piano est superbe avec une résonance du coffre du piano d’un naturel saisissant qui remplit toute la pièce. Je suis spectateur de ce duo qui joue rien que pour moi dans mon salon. Je retrouve cette sensation de douceur avec des notes percutantes, mais jamais agressives, d’une musicalité rare.  Les réponses de Charlie Haden à la double Bass sont profondes et bien rondes, charnelle, la séparation des instruments est parfaite. L’image stéréo offre une spatialisation telle que l’on s’imagine aisément le placement des musiciens sur la scène.

Des filtres numériques peu efficaces

Encore une fois, je retrouve les trois filtres numériques : Phase Linéaire, Phase Minimum, et Front Raide et encore une fois je dois avouer qu’ils me laissent perplexe. Spurement efficaces, mais il faut bien avouer qu’à l’oreille on ne perçoit aucune différence entre ces divers filtres. Sur mes mesures le filtre Linéaire propose une réponse en fréquence légèrement plus plate et qui redescend légère plus loin que les autres, j’ai donc opté pour celui-là.

Le Cambridge 851C utilisé comme DAC externe

C’est donc le gros avantage de ce lecteur. Il fait également office de DAC externe, ce qui permet de connecter un téléviseur, un lecteur multimédia, ou un lecteur Blu-ray. Pour ma part, j’apprécie de temps en temps regarder des films en stéréo sur un système hifi. Avec des œuvres dotées de belles B.O le résultat est vraiment très plaisant, surtout sur un  système qui propose une telle spatialisation, avec une reproduction des voix très centrées, comme s’il y avait une centrale virtuelle.

Avec des films comme The Tree of Life qui propose pas mal de musiques Classique, ou Galdiator et sa superbe B.O de Hans Zimmer, l’écoute stéréo sur un système hifi offre un spectacle très envoûtant, loin de rougir face aux système 5.1 au niveau de la spatialisation, mais surtout bien plus musical. Même les effets surround semblent ressortir à l’arrière de la salle.  De plus, avec un lecteur Blu-ray comme l’OPPO BDP-103EU qui propose très peu de jitter, et la possibilité de lire du FLAC, on peut le transformer en lecteur réseau audiophile. Il ne manquera que le support de la lecture sans blanc (Gapless).

Mais ce n’est pas tout, car le Cambridge 851C propose également une entrée USB asynchrone pour connecter un ordinateur. Pour ma part j’ai utilisé le Mini-HTPC Zotac en photo ci-dessus avec son antenne WiFi qui me serte de lecteur réseau et multimédia avec Foobar2000 et XBMC. Le lecteur 851C est alors reconnu comme une carte son externe de qualité audiophile. Deux solutions sont possibles :

  • Soit, vous optez pour le mode USB 1 et vous n’avez pas besoin d’installer de drivers spécifiques. Une sortie audio numérique apparaitra dans le gestionnaire audio de Windows ou dans le lecteur Foobar2000, mais sera limitée au 96 kHz.
  • – Soit, vous utilisez le mode USB 2 et là, il faudra installer le driver Cambridge qui permet de gérer le 192 khz / 24 bits. Malheureusement, encore une fois, comme pour le DacMagic Plus, mes mesures relèvent une meilleure dynamique via le mode USB 1 que USB 2. Cela se joue à 2dB prêt, donc rien de très notable, mais il faut le savoir.

Le mode USB asynchrone permet également de passer par les drivers ASIO depuis le lecteur Foobar2000 et ainsi profiter d’un transfert en Bitperfect. C’est-à-dire que si vous lisez du 44.1 kHz/16 bits, le lecteur recevra cet échantillonnage, et si vous lisez du 96 kHz, le lecteur recevra du 96 kHz sans avoir besoin de changer l’échantillonnage en sortie depuis le gestionnaire audio de Windows qui est bypassé donc. Autre fait intéressant, la télécommande du Cambridge 851C permet de contrôler la lecture sur Foobar2000 pour faire Pause, Stop, Play, avancer ou reculer d’un morceau.

Le mode USB asynchrone a donc pour avantage de permettre de profiter de musiques dites HD, ou Studio Master avec des échantillonnages de 88.2 kHz, 96 kHz, 176.4 kHz ou 192 kHz/ 24 bits. L’écoute est assez similaire au CD en fait. Encore une preuve de l’efficacité de l’upsampling AFT sur le CD. On ressent tout de même un peu plus d’attaque et de dynamique, un son légèrement moins suave, mais toujours aussi superbe, précis, spatial, agréable avec des aigus un peu plus ciselés sans être agressifs. Par contre, et vous le verrez loirs des mesures, le DAC est plus performant en connexion Optique ou Coaxial qu’en connexion USB asynchrone. La dynamique et le niveau de bruit sont meilleure via SPDIF.

Diana Krall – The Look of Love en stéréo 96 khz

Par la nuance de ses timbres et ses aigus doux et détaillés, le 851C offre une écoute de cet album tout simplement superbe et fidèle. Du Diana Krall dans sa plus pure reproduction : charnelle, érotique, de la texture sur la voix de Diana Krall, très légèrement rocailleuse dans les basses tonalités, douce et suave dans les hautes tonalités. La basse est appuyée et ronde, les attaques sur les notes de piano sont rapides, précises, les violons en fond de salle sont bien localisables, virevoltants et nuancés et profitent d’une belle aération dans le haut du spectre. Tous les (nombreux) instruments se détachent, ne se mélangent jamais, on peut suivre chaque instrument très précisément. L’image sonore est fluide, profonde, ample, très ouverte et balancée sur les Magnat. Encore une fois du grand art pour un album de référence. J’avoue préférer la version S.A.CD, mais là impossible de lire du DSD sur le 851C…

Mesures analogiques

Mesures du circuit analogique

USB Asynchrone mode USB 1

La première mesure concerne l’USB asynchrone en mode USB 1, car le mode USB 2 est un peu moins performant en dynamique, mais de pas grand chose. Cela se joue à +/- 2 dB. Pour rappel, les mesures sont faite en lisant un signal test 96 khz/24 bits depuis le lecteur, et je mesure la qualité de ce signal en sortie analogique RCA. Il faut savoir que vous pouvez rajouter au moins +3 dB, voir +5 dB en sortie XLR autant sur le niveau de dynamique que de bruit.

Réponse en Fréquence

From 20 Hz to 20 kHz, dB
-0.13, +0.01
From 40 Hz to 15 kHz, dB
-0.04, +0.01

Superbe réponse en fréquence très linéaire jusqu’à plus de 30 khz ce qui excellent ! Une des meilleures réponse en fréquence mesurée à 96 khz / 24 bits

Niveau de Bruit

Left
Right
RMS power, dB
-98.5
-98.8
RMS power (A-weighted), dB
-100.2
-100.5
Peak level, dB FS
-80.7
-81.3
DC offset, %
-0.0
-0.0

Le niveau de bruit est très bas, mais pas autant que les meilleurs circuit analogique. Par contre via XLR ce niveau baisse encore un peu, à environ -103 dB. Les meilleurs DAC descendent à -110 dB voire moins … On remarque tout de même un peu de pics, le jitter n’est pas éliminé, mais reste très faible.

Gamme Dynamique

Left
Right
Dynamic range, dB
+98.8
+99.4
Dynamic range (A-weighted), dB
+101.3
+101.7
DC offset, %
+0.00
+0.00

Avec à peu près +102 dB, la gamme dynamique est également très bonne, mais là aussi, vous le verrez plus bas, via XLR et surtout en utilisant l’Optique pour la fonction DAC et non l’USB asynchrone, c’est meilleur avec + 105 dB via RCA et + 109 dB via XLR.

THD + Bruit (at -3 dB FS)

Left
Right
THD, %
+0.0005
+0.0004
THD + Noise, %
+0.0022
+0.0021
THD + Noise (A-weighted), %
+0.0017
+0.0016

Le THD est exemplaire. avec 0.0005 % le THD est insignifiant, donc absence de distorsion.

Distorsion d’Intermodulation

Left
Right
IMD + Noise, %
+0.0030
+0.0029
IMD + Noise (A-weighted), %
+0.0025
+0.0024

Diaphonie Stéréo

Left
Right
Crosstalk at 100 Hz, dB
-86
-85
Crosstalk at 1000 Hz, dB
-92
-94
Crosstalk at 10000 Hz, dB
-97
-98

Aucune diaphonie au niveau de l’image stéréo, les courbes blanche et verte se chevauchent parfaitement.

Balayage de Tonalité

Left
Right
IMD + Noise at 5000 Hz,
0.0020
0.0021
IMD + Noise at 10000 Hz,
0.0020
0.0022
IMD + Noise at 15000 Hz,
0.0015
0.0017

Une tonalité linéaire, donc un équilibre tonal très bon, pas d’aigus en avant, ni de graves.

Mesure du DAC avec connexion Optique ou Coaxiale

Comme je vous le disais, ici on peut se rendre compte qu’en connexion optique le niveau de la gamme dynamique est plus haut, et le niveau de bruit plus bas. On ressent donc plus de détails, l’image sonore est un peu plus riche. Les mesures étant faites via RCA, vous pouvez rajouter au moins +3D sur la dynamique, et enlever -3dB sur le niveau de bruit. On atteint des performances de très haut niveau, même si ce n’est pas les meilleures rencontrés avec 105 dB de gamme dynamique.

Niveau de Bruit

Left
Right
RMS power, dB
-101.3
-101.7
RMS power (A-weighted), dB
-104.6
-104.9
Peak level, dB FS
-81.7
-82.2
DC offset, %
-0.0
-0.0

Gamme Dynamique

Left
Right
Dynamic range, dB
+101.1
+101.5
Dynamic range (A-weighted), dB
+104.4
+104.8
DC offset, %
-0.00
-0.00

L’ampli Cambridge 851A

L’ampli Cambridge Audio azur 851A

Le Cambridge 851A n’est sûrement pas l’ampli le plus dynamique que j’ai pu écouter (je pense au Yamaha P5000S, Parasound, ou Rotel Class D testés récemment), mais il propose l’avantage d’offrir une superbe musicalité, d’adoucir lui aussi des aigus qui peuvent se montrer parfois trop mordants, trop durs sur certaines enceintes. Je pense à des enceintes Klipsch ou Monitor Audio par exemple. Là aussi, le mariage avec les Magnat 1009 est excellent, car il apporte sa chaleur et une certaine douceur pour équilibrer le rendu clair et transparent des Magnat. Mais surtout, cet ampli propose une puissance assez impressionnante pour sa taille. Je m’y suis fait peur plus d’une fois, pourtant les Quantum 1009 sont des enceintes très gourmandes en Watts et il arrive à les driver sans problème. Et puis sa dynamique est tout de même bien au rendez-vous.

De plus, le 851A apporte une profondeur très impressionnante dans les graves. Là aussi, cela va très bien avec les 1009 qui proposent des graves très tendus, profonds, mais difficiles à faire ressortir sur certains amplis. En association avec le DAC HEGEL HD11 je n’ai tout simplement jamais eu des graves aussi profonds ! Ils vous prennent directement aux tripes. Par contre, ils ne sont pas aussi fermes et rapides que sur un ampli comme chez Parasound ou Rotel, mais très ronds, profonds et merveilleusement musicaux.

Cet ampli contribue énormément à la qualité d’écoutes de l’ensemble, moins neutre que le lecteur, c’est surtout lui qui imprime le caractère de l’image sonore au final. Par contre, il est possible de bypasser la préamplification pour attaquer directement la section amplification de puissance pour un résultat bien plus neutre. Cette fonction est intéressante dans le cas d’une association avec un ampli AV. On pourra même fixer le niveau de volume maximum pour équilibrer la puissance avec celle de l’ampli AV et ne pas avoir trop de déséquilibre. Ou tout simplement limiter sa puissance avec des enceintes limitées à ce niveau.

J’ai essayé plusieurs associations avec cet ampli, que ce soit connecté comme ampli de puissance en PreOut associé à un ampli Yamaha RX-A820, ou même Onkyo TX-NR818, J’ai connecté différents DAC, lecteurs et le résultat a toujours été au niveau. Il a apporté sa superbe musicalité et j’ai pu profiter d’une reproduction en home cinéma très convaincante, et à la fois musicale en utilisation les modes Pure Audio ou Pure Direct des amplis AV. Il apporte plus d’aération, plus de consistances, plus d’aisance que l’amplification interne des amplis AV testés. Certes, seules les Frontales seront boostées, mais c’est tout de même les Frontales qui reproduisent le plus les effets d’ambiance, la musique de film, les scènes d’action.

Le seul petit défaut que je pourrais lui reprocher, c’est le défaut de sa qualité sur certaines enceintes. En effet, en utilisation d’amplificateur intégré, la douceur et volupté de l’amplification Class XD et de sa préamplification peut donner des écoutes trop douces sur certaines enceintes comme les KEF. J’ai beaucoup aimé l’amplification Class D sur le KEF, comme celle de Pioneer ou surtout du Rotel RMB-1575 qui offre une énorme dynamique.

Sinon, l’amplificateur Cambridge 851A propose un grand nombre de fonctions, de possibilité, de connectique. Il faudra un certain temps pour arriver à le maitriser pleinement, potasser le manuel avec la plus grande attention, mais cela permet d’envisager un grand nombre d’utilisations. je pense au mode amplification de puissance ou intégré, la possibilité de fixer le niveau de volume même en attaquant directement l’amplification de puissance (Compensation de gain d’entrée), de régler l’intensité de l’éclairage de l’écran digital, ou de l’éteindre, de régler la tonalité, d’utiliser des enceintes A et B, régler la balance, modifier le nom des entrées/nommer les sources, régler le système de protection sur 5 points (CAP5) avec détecteur d’écrêtage, et de court-circuit, etc, etc.

Conclusion

Conclusion

Encore une fois, Cambridge m’a vraiment régalé avec ces deux appareils qui franchissent encore un cap au niveau qualité hifi chez le constructeur. Ce sont sûrement les deux appareils les plus aboutis proposés par le fabricant. Certes, il manque un support réseau, mais à trop vouloir en faire, on perd des fois l’essentiel, c’est-à-dire la qualité d’écoute et de construction. Et puis Cambridge propose déjà des lecteurs réseau très complets comme le Stream Magic 6 récemment sorti.

On pourra également regretter de ne pas retrouver les Dacs Wolfson, si appréciés des amateurs de la marque anglaise, mais force est de constater que Cambridge maitrise sont sujet et arrive encore une fois à proposer une excellente intégration des ces DAC Analog Device.

Musicalité, dynamisme, douceur dans les aigus, écoute charnelle et suave, énorme puissance, qualité de construction irréprochable, superbe design, facilité d’utilisation, et que demander de plus ? Surtout que cet ensemble propose un grand nombre de fonctions, de possibilités d’utilisation, d’associations, et le tout avec un rapport qualité/prix très intéressant. Certes, cela reste cher pour la majorité d’entre nous, mais pour un appareil High End, ce prix est tout à fait contenu ! Il sera difficile de trouver meilleur rapport qualité/fonctionnalité/prix.

Sur ce, il n’y a pas grand-chose à rajouter, à part que j’ai pris énormément de plaisir à tester ces deux appareils qui m’ont fait rêver et je remercie grandement PPL Audio pour le prêt des Cambridge Audio 851C et 851A. Bravo et félicitation à Cambridge Audio !

Ce que j’ai apprécié avec les Cambridge Audio 851C et 851A

  • Le superbe design et la qualité de construction
  • Le nombre de fonctionnalités : DAC, Lecteur CD, Preampli, USB asynchrone
  • Le contrôle du volume sur le lecteur (désactivable)
  • Une connectique très riche permettant de nombreuses associations
  • L’excellente musicalité de l’ensemble
  • Un rendu à la fois dynamique et doux dans les aigus, tout ce que j’aime
  • L’amplification Class XD très appréciable sur certaines enceintes
  • La puissance énorme offerte par le 851A
  • Possibilité d’utiliser le 851A en ampli de puissance en bypass
  • L’upsampling 384 kHz très efficace sur le CD
  • Très silencieux, réactif, rapide au démarrage
  • Télécommande non directive qui contrôle les deux appareils de façon intelligente
  • L’excellent rapport qualité/fonctionnalité/prix

Ce que j’ai regretté avec Cambridge Audio 851C et 851A

  • L’absence de DAC Wolfson qui aurait permis d’aller un peu plus loin en dynamique
  • L’amplificateur intégré n’est pas vraiment neutre
  • La douceur de la Class XD qui n’ira pas forcément avec toutes les enceintes
  • Les éléments chauffent un peu (pas de ventilateur)
  • Le lecteur optique sensible aux rayures des CD
  • Possibilité d’interférences en connexion USB asynchrone (un mode permet de le corriger)

84 commentaires

  1. avatar
    stephane pautet /

    j’aime les écoutes plutôts rondes, et ai fait l’acquisition d’atc SCM7, très gourmande par ailleurs, pensez-vous celà compatible ?

    merci pour ce test, très bien documenté.

    Amicalement

  2. avatar

    @stephane pautet – Ha, je connais bien ATC, j’adore également leurs électronique, j’avais un ampli ATC exceptionnel !

    Sinon, il a du jus cet ampli, ce n’est peut être pas le plus dynamique, il est assez rond et doux, mais niveau courant aucun souci, il est capable de driver de grosses enceintes. A mon avis il n’aura pas de problème avec les SCM7…

  3. avatar
    leininger /

    bonjour suite a une évolution hc hifi marantz sr7009 je vien d’acheter un ampli cambridge pour les frontales azur 851 a il fonctionne depuis une 30 heures environs je le trouve un peut montant dans les aigus ma source dac 100 atoll enceinte large bande ems tqwt
    pensez vous que cela vienne du dac ?
    DU cablage enceinte qui est réaliser avec une self mundorf et de la gaine coton quand a la piece elle est traité tapis panneaux de plafond et de mur ect…
    merci

  4. avatar
    ms-audio /

    Bonjour Nicolas ! Penses-tu que cet ampli irai bien avec des Triangle Quartet du fait de sa douceur ? Merci

  5. avatar

    @ms-audio – Bonjour,

    Oui, tout à fait, en plus cet ampli offre de jolis médiums sur les Triangle. Je te conseille quand même de l’écouter si tu peux, mais c’est une association qui devrait bien fonctionner.

  6. avatar

    @leininger – Bonjour,

    C’est vraiment étonnant d’avoir des aigus montant avec le 851A, c’est pourtant justement un ampli pensé pour offrir de la douceur, un rendu un peu typé ampli à tube avec des rondeurs.

    Du coup, ça ne peut venir que de la source ou des enceintes qui ne s’associent pas bien avec l’ampli, mais je suis quand même étonné, j’espère qu’il n’a pas de souci particulier sur cet ampli…

  7. avatar
    ms-audio /

    Ok ! Bon je vais étudier cette piste alors !

    Je pensai aussi lui adjoindre le dac 851D mais je ne sais pas encore ce qu’il vaut réellement en identité sonore , Un test de prévu peut-être :idea:

  8. avatar

    @ms-audio – Je l’ai eu le 851D entre les main, ce n’est pas mon préféré, mais il est tout de même excellent, et meilleur que le DAC du lecteur 851C qui n’est vraiment performant qu’en lecture CD.

    Je préfère quand Cambridge intègre des Wolfson , mais ça c’est une question de goût personnel …

  9. avatar
    ms-audio /

    Ah zut ! j’en attendais beaucoup de ce dac qui avait tout pour plaire ! :roll:

    Même son prix…

    Dommage d’avoir intégré des Analog Device , j’avais un peu peur aussi…

    Le couple avec l’ampli aurait été parfait !

    Je le mettait direct en concurrence au niveau du tarif avec le TEAC UD-503 !

    Du coup tu le mettrais à quel niveau ce dac en terme de performances et en comparaison à d’autres dac ?

  10. avatar

    @ms-audio – Le UD503 est unn excellent dAc par contre :)

    Sinon, le DAc Cambridge est très bon aussi, c’est juste que je préfère la signature sonore des AKM ou Wolfson, mais en qualité il est quand même excellent !

  11. avatar
    ms-audio /

    Ce serrait pour marier avec mon amplification Primare (SPA22 et I22) et mes Triangle Quartet !

    Donc je ne sais pas trop lequel serait plus adapté en fait !

    Dans mon Primare SPA22 se sont des Wolfson 8740 et dans mon I22 se sont des Burr Brown PCM1792 .

    Mon but en amplification et association de dac est d’apporter de la douceur de restitution plutôt que de l’ultra définition!

  12. avatar

    @ms-audio – Je ne sais pas quel est ton budget, mais je connais deux DAC assez exceptionnels pour ça, ce sont le NAD M51 ou mieux, le M12.

    Ces deux DACs offrent un signal unique en son genre, à la fois doux et dynamique, une grande définition du signal, mais une fluidité et une douceur d’écoute absolument splendide, jamais une once d’agressivité, c’est fluide, spatial, naturel !

    Le M12 est le meilleur DAC que j’ai pu écouter ! Mais il est vraiment cher :(

  13. avatar
    ms-audio /

    Je viens de voir seulement ta réponse !

    Oui, en fait le NAD M51 est intéressant avec sa particularité de « signal direct » si je peut m’exprimer ainsi !

    Une prise casque en plus et çà aurait été le dac parfait pour moi !

    Mais je ne dit pas que je ne l’essaierai pas un jour…

    D’ailleurs j’avais faillit en acheté un une fois et finalement j’avais pris un UD-501… :roll:

    Quand au M12 , ben il est presque parfait (pas de prise casque aussi…) mais en effet je ne peux me permettre ce tarif même si il cumule les qualités et les fonctions !

    NAD commence vraiment à m’intéresser !

  14. avatar

    @Nicolas Bécuwe – Bonjour Nicolas, donc j’aimerais bien avoir ton avis concernant le 851C:
    1/ les dacs Analog device, qu’est-ce que ça vaut? Penses tu qu’un branchement analogique sur un intégré primare A30.1 donnerai de meilleurs résulats ( ou non ) qu’un branchement numérique (coaxial )associé à un DAC externe REGA R et ses doubles wolfson? ( en lecture CD ).
    2/ le 851C associé à des blocs de puissance ( doc en mode préampli ) se comporte il bien?
    Merci de ton retour.
    Eric

  15. avatar

    @ERIC – Bonjour Eric,

    Alors, les DAC Analog Device sont pas mal, mais ce ne sont pas des références comme les AKM ou les Wolfson (j’allais nommer aussi les ESs Sabre, mais jusqu’ici la grande majorité des appareils avec des ESs sabre sonnent très dynamiques, mais assez durs et montant, je n’aime pas trop à part si l’alim est en Classe A ce qui permet d’apporter un équilibre, un rendu plus organique).

    Pour moi, le 851C est exceptionnel en lecture CD, mais sa fonction DAC est assez basique. C’est bon, mais rien d’exceptionnel. Il n’utilise pas le même circuit, ni le même DAC entre le lecteur CD et la fonction DAC.

    Le 851D sorti plus récemment est bien meilleur, mais il ne fait pas lecture CD, uniquement DAC externe.

    Je préfère nettement le DAC Rega R que la partie DAC du 851C.

  16. avatar

    @Nicolas Bécuwe – et donc si je t’ai bien lu, il vaut mieux brancher le 851C en coaxial sur le regaR dans toutes les configuration ( cd et autre ) c’est bien ça?
    Par ailleurs tu ne m’a pas répondu concernant le 2/
    Merci de ton retour.

  17. avatar

    @eric – pardon!! je reformule: en mode CD je reste donc en analogique c’est bien ça?
    Et j’utilise le DEC REGA R pour la partie dématérialisée ( pc et autre ).

  18. avatar

    @eric – pardon!! je reformule: en mode CD je reste donc en analogique c’est bien ça?
    Et j’utilise le DEC REGA R pour la partie dématérialisée ( pc et autre ).

  19. avatar
    VintageFlanker /

    @Nicolas Bécuwe

    Bonjour Nicolas,

    Possesseur d’un comple 851 A/C, j’avoue que j’ai du mal à m’y retrouver…

    À la sortie, beaucoup de reviewers disaient que le DAC du 851C était excellent. « I’d buy one for the DAC alone » pouvait on lire sur Audioappraisal encore en 2014 et on parle tout de même d’un produit vendu 1800$ outre manche!

    Après plus de recherches, on peut lire et entendre que le DAC du 851C n’est pas extraordinaire, voir moyen mais que seule sa fonction CD vaut le coup…etrange.

    Pour ma part, je suis plutot satisfait du DAC mais comme tout amateur de Hi-fi, j’ai la bougeotte et l’idée d’améliorer quelque chose qui pourtant me satisfait est toujours tentante. Et puis j’imagine que les AD1955 ne font pas le poids face à des AK4490 ou Sabre 9018…(pourtant

    Et là est le problème. Puisque le 851C est très performant sur sa partie CD, Si achat d’un DAC il y a, dois je utiliser le 851C seulement comme drive branché au nouveau DAC ou garder la fonction CD/Décodage du 851C…?

    Comment se comporterai le 851C face à un Aune S16, Pioneer U-05, etc? Et branché en coxial sur ceux ci par rapport au lecteur seul? Ça donne le mal de crane…d’autant plus que sur Cuk.ch, on peut lire que le testeur à un moment n’arrive pas à trouver la différence entre le Teac UD 503 et le 851C…pas très rassurant surtout si c’est pour engager 1000€ pour ce résultat!

  20. avatar
    Tarantinord /

    @VintageFlanker
    Dans quel coin habites-tu?

  21. avatar

    @VintageFlanker – Bonjour,

    Disons que le 851C est un lecteur CD vraiment exceptionnel, mais comme vous pouvez le lire sur les mesures, j’avais déjà noté des performances en retrait sur la partie DAC. On peut voir un SNR de 100 dB environ, et une diaphonie de -95dB ce qui est trés loin des meilleurs DAC du marché qui peuvent proposer des SNR de 120 dB et une diaphonie de -115 dB voire moins.

    A l’heure actuelle, le meilleur DAC que j’ai pu écouter sont les OPPO HA-1, NAD M51 ou surtout M12 et j’ai eu un vrai coup de cœur pour les DAC Moon dotés d’une musicalité magnifique, d’un naturel et qui arrivent à mêler dynamique et douceur à la perfection ! Mais bon, on trouve d’excellents rapports qualité/prix plus abordables fort heureusement :)

    Pour ce qui est des personnes qui ont du mal a entendre les différences entre divers DAC, c’est très souvent que je lis ça, parce qu’ils s’amusent à switcher d’un DAC à l’autre avec des écoutes très courtes en espérant entendre une différence flagrante.

    Il ne faut pas faire ça, un DAC s’écoute de longues heures pour apprécier sa musicalité, toutes les subtilités sur tel ou tel passage, telle ou telle note, tel ou tel style de musique, de voix, ou instruments de musiques, etc.

    Et puis tout dépend aussi de la mise en oeuvre, des appareils utilisés, des conditions d’écoutes, la qualité acoustique de la pièce, bref, on lit de tout sur le net, sans savoir vraiment comment les tests sont réalisés, ni le niveau d’expérience des personnes…

    Je peux vous garantir qu’il y a une grosse différence d’écoute entre le Teac UD503 et la section DAC du 851C, ne serait-ce qu’au niveau de la séparation des canaux et donc de la spatialisation qui n’a strictement rien à voir ! Mais aussi au niveau du timbre, de la précision des notes, du rendu plus naturel et organique avec des voix plus charnelles, etc. Cela dit tout dépend des sensibilités de chacun et le leurs appareils. Ce que certains vont ressentir comme une grosse différence, sera ressenti comme tés subtil par un autre, voire même identique…

    Il n’y a qu’à lire les débats autour des câbles, interminables entre ceux qui disent q’un câble à 20 € donne les mêmes résultats qu’un câbles à 300 € et d’autres qui entendent une différence énorme.

    De plus le Teac UD503 offre d’excellentes prestations en DSD, mais là aussi un grand nombre de personne qui n’entende pas de différence entre un enregistrement PCM 44.1 khz / 16 bits et DSD 5,6 MHz…

  22. avatar
    VintageFlanker /

    @Tarantinord

    Dans le Val de Marne.

  23. avatar
    VintageFlanker /

    @Nicolas Bécuwe

    En ce qui concerne les cables, ma periode de cablosepticisme n’a pas duré bien longtemps: pour avoir switché cette dernière année entre des cables HP Qed XT40 (ou veritables bouchons de scene sonore, grosse deception) des Atlas Hyper 3.5 (doux et ouverts, très bonne association avec Monitor Audio Silver) et des Acoustic Revive Refence triple C (excellents sur tous les plans), il ya une différence certaine même sur un système milieu de gamme!

    Plus subtil concernant les câbles de modulation. Entre des Atlas Element integra en RCA et des Wireworld Eclipse 7 en XLR, la différence sur le couple 851 est significative bien que moins flagrante qu’entre 2 cables HP.

    Concernant le DAC. J’aurais un budget de 1000 euros environ, idéalement moins sans trop être exigeant. Mes exigences seraient idéalement une sortie XLR et si possible plusieurs entrées optiques afin d’y connecter ma TV ou mon Bluray suivant le cas et mon récepteur Bluetooth Auris bluMe (une perle que je recommande au passage!)

    Pour connecter le 851C à un DAC, recommanderais tu plutôt de l’optique ou du coaxial (éternelle question!) Et si cable coaxial peut être une perle à recommander disons autour de 100€?

    Merci!

  24. avatar
    robert /

    bonjour,
    avez vous essayé le cambridge cxc avec le dac teac ud501
    en lecture cd comparative avec le cambridge 851c
    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: