Facebook Tweeter Tweeter

Test Panasonic VT50 : un excellent Plasma, mais quelques défauts …

Il y a quelques mois, je vous proposais le test du Plasma Panasonic ST50, un des meilleurs rapports qualité/prix actuels. Vous avez été nombreux à me demander un compte rendu de son grand frère, le VT50, maintes fois récompensé par la presse, mais dont les retours utilisateurs ne sont pas tous aussi élogieux. Je vous propose donc d’y voir plus clair et en tout objectivité, après plusieurs semaines passées avec ce monstre sacré de la technologie Plasma.

Au cours de ce test, j’ai utilisé mes outils habituels : une sonde pour mesurer et calibrer cet écran, plusieurs lecteurs Blu-ray dont l’OPPO BDP-93EU, plusieurs DVD, Blu-ray, fichiers multimédia, benchmarks en tout genre, mais surtout, de la passion et du temps pour bien appréhender toutes ses qualités et défauts qui ne sautent pas forcément aux yeux les premiers jours d’utilisation. Je vous propose donc un compte rendu de ses performances Smart TV, multimédia, sur sa qualité d’affichage avec la TNT et le Blu-ray et comme d’habitude des conseils pour bien calibrer ce Plasma. En tout objectivité, même si les qualités de ce Panasonic TX-P50VT50E sont très nombreuses, et sachant qu’il s’agit d’un modèle haut de gamme, 3D Ready, vendu au PPI de 1999 euros 3990 euros dans sa version 65″), le moindre défaut, si petit soit-il, devra être signalé.

Protocole de Test :

  • Plasma 3D Ready Panasonic TX-P50VT50E (127 cm)
  • Lecteur Blu-ray OPPO BDP-93EU Cinemike
  • Amplificateur Yamaha RX-A3020
  • Enceintes Magnat Quantum 1009
  • Sonde i1 Display 2  + Colorimetre HCFR & ChromaPure pour les relevés & calibrations – Blu-ray de mire AVForum
  • Benchmark HQV & FlatpanelsHD pour l’analyse de l’image
  • Plusieurs DVD/Blu-ray 2D & 3D, fichiers multimédias vidéos & audio
  • Conditions de test : salon de 30 m², 3.5 m de recul.
  • Câble HDMI Oehlbach XXL Carb Connect
Présentation du VT50

Présentation du Plasma Panasonic TX-P50VT50E

Présenté lors du salon CES 2012 à Las Vegas, le Panasonic VT50 est le téléviseur Plasma 3D Ready (3D active) phare de la gamme 2012 du géant japonais. Il se situe juste en dessus du ST50 en France (puisque le GT50 n’est pas commercialisé dans nos contrées). Ce Plasma est donc le seul à proposer la certification THX chez Panasonic. D’après Panasonic, ce modèle propose plusieurs améliorations comparé au VT30 de 2011 : une compensation de mouvement 2500 Hz FFD (Focused Field Drive) qui remplace donc le 600 Hz SFD pour améliorer la fluidité en 2D et en 3D,  un nouveau mélange à base de phosphore pour apporter plus de luminosité, un nouveau filtre Infinite Black Ultra Panel pour des noirs encore plus profonds, et 24576 niveaux de gradation pour améliorer les dégradés de couleurs et réduire la solarisation.

Tout ceci est évidemment alléchant en théorie, mais reste à savoir ce que ça donne sur le terrain. C’est ce que nous allons voir lors de ce banc d’essai. De plus, il intègre un nouveau portail Viera Connect très complet, de nombreuses applications, et une gestion multimédia améliorée par rapport à 2011, même si ce n’est pas encore très abouti. Notons par exemple la possibilité de lire la musique en Flac Lossless ou les répertoires Blu-ray.

Avant d’entamer ce test, petit tout du propriétaire, avec un design qui change radicalement. Il était déjà plus classe sur le ST50, mais le VT50 monte encore d’un cran. C’est tout simplement ce qui se fait de mieux en qualité de fabrication, robustesse avec l’utilisation de matériaux nobles, d’aluminium épais. La dalle est superbement assemblée, solide, épaisse, mais forcément bien plus lourde que les TV LED actuelles, ce qui n’est vraiment pas pour me déplaire (je n’aime pas cette course à la minceur et à la légèreté des dalles).

Le VT50 est robuste, offre une finition rigoureuse, avec un coffre en métal, un contour très solide en PVC dur et épais, et orné d’un cadre en en aluminium chromé qui ne plaira pas à tout le monde, puisqu’il peut générer des reflets en salle obscure. De plus, la façade est entièrement recouverte d’une dalle de verre épaisse, mais le téléviseur est tout de même plus fin qu’avant. Bref, je n’attends rien de plus, il est classe, vraiment très sympa et fait pour durer ! Si, peut être une meilleure gestion des reflets, mais pour une dalle brillante ils sont tout de même très réduits.

Le pied est également très costaud, même si du PVC est utilisé pour le cache, on trouve une armature en métal épais, un pied également en métal et rotatif et heureusement, car le téléviseur fait tout de même ses 30 kg avec le pied (25.5 kg sans pied) et on monte à prêt de 50 kg sur la version 65″ !

On trouve quelques touches sur le côté arrière de la dalle pour contrôler la TV, changer de sources, naviguer dans le menu et sélectionner. De quoi se passer de télécommande si jamais elle tombait en panne. Autre point non négligeable, le câble secteur trois broches est de très bonne qualité et il est détachable. Par contre, cela n’a pas empêché de retrouver un petit souci déjà présent en 2011, un bruit (Bzzzzz) lorsque le téléviseur est en marche, et ce bruit s’accentue lors des scènes lumineuses. Il est pour ma part totalement inaudible lorsque je regarde un film, et même à bas volume. Je l’ai trouvé bien plus faible que sur le 65ST50 (question de taille ? Peut-être…), il faut vraiment approcher l’oreille à 50 cm de la dalle pour l’entendre. Je me demande si le niveau de ce bruit n’est pas variable d’une dalle à l’autre…

À l’arrière, on retrouve donc cette qualité de fabrication et d’assemblage exemplaire, avec des connecteurs de qualité, solides, tous dirigés sur les côtés pour ne perdre aucune connexion lors d’une accroche murale. La connectique est fournie, avec un lecteur de cartes, un slot CI+ Canal Ready, trois ports USB dont un REC pour enregistrer les programmes de la TNT ou du Satellite, car il possède un tuner DVB-T, et DVB-C (TNT, Câble) et un tuner DVB-S2 (Compatible DiSEqC (Digital Satellite Équipement Control) version 1.0). Présents également, 4 entrées HDMI 1.4 dont une dotée de l’ARC pour renvoyer le son de la TNT ou des fichiers multimédias lus sur la TV vers un amplificateur compatible ARC. Toutes ces entrées HDMI sont compatibles 3D (1080/24p ou 720/60p), 1080/24p, Deep Color, et x.v.Colour.

Des adaptateurs sont fournis pour pouvoir entrer en YUV, Composite, RCA stéréo, ou même Péritel. Une sortie Optique est présente, ainsi qu’un port Ethernet. Sachez enfin que le Wi-Fi est intégré, et qu’il est compatible Bluetooth. On peut brancher un clavier, une souris, une manette de jeux, ou encore une caméra Skype 720p via USB. Par contre pas de Wi-Fi Direct (proposé sur les lecteurs Blu-ray Panasonic 2012 ou sur des TV concurrentes comme chez Samsung).

Contrairement au ST50, le VT50 est fourni avec deux paires de lunettes 3D nouvelles générations, actives, à pile (et non rechargeables via USB), légères et confortables et surtout, elles utilisent une synchronisation Bluetooth. Rien à dire, si ce n’est qu’elles sont pas mal du tout, mais on pourra aller plus loin avec les lunettes Samsung nouvelle génération, compatibles avec le VT50 et ultra légères ! Pour Rappel, Panasonic est membre du consortium Full HD 3D Glasses pour une intercompatibilité avec les autres TV et lunettes des membres comme Samsung.

Finissons par les télécommandes avec la principale qui propose des touches rétroéclairées, pas mal de raccourcis pour accéder à la conversion 2D/3D, aux réglages 3D, aux services internet, aux fonctions HbbTV, à l’EPG, aux sources connectées, pour lancer un enregistrement d’un programme TV, ou même pour contrôler le lecteur multimédia, voire un lecteur Blu-ray connecté via HDMI en CEC. La seconde, est une mini télécommande fille avec un Touchpad. Très utile une fois tous vos réglages faits, pour utiliser les fonctions de bases. Enfin, notez que des tores magnétiques sont fournis pour les protéger les câbles contre les interférences, sympa :)

Un écran magnifique, on regrette juste que Panasonic ne fournisse ni une sonde pour l’autocalibration, ni de caméra Skype pourtant présente avec les modèles phares de certains concurrents comme Samsung, Philips ou Sony.

Fonctions, Multimédia, et Internet

Compatibilité multimédia, services Internet et fonctions diverses

Les fonctionnalités que propose ce Plasma VT50 sont très complètes et strictement identiques à celles proposées par le ST50, donc vous retrouverez la même analyse. Comme tout Smart TV, on retrouve donc toutes sortes d’applications via le Viera Connect nouvelle génération, des possibilités de lecture multimédia très complètes, via USB ou un peu moins via DLNA, un capteur de luminosité ambiante, le Wi-Fi et le Bluetooth intégré, une Fonction PVR et TimeShift,  le HbbTV, un tuner satellite. Ce n’est pas le téléviseur le plus fonctionnel du marché, loin derrière les Smart TV de Samsung, mais c’est déjà pas mal du tout, plus stable et j’oserai dire largement suffisant pour une TV ! Ce qu’il fait, il le fait bien. Il manque juste la fonction Dual View Gaming qui permet de jouer à deux en plein écran sur la même TV grâce au mode 3D.

Lecteur multimédia via USB & UPnP : une bonne surprise !

Dans sa grande majorité, ces fonctions, ces applications et cette gestion multimédias sont très satisfaisantes et point essentiel, le système de fichier NTFS est reconnu, j’ai pu connecter mon rack HDD de 2To pour lire mes fichiers multimédias. Je n’ai rencontré que très peu de bugs et plantages (2 ou 3 sur plusieurs semaines). La bonne surprise vient de la gestion multimédia plus que satisfaisante pour une TV, même si la gestion des formats avancés comme les ISO Blu-ray, le MK3D, les vidéos 3D Full SBS 3840 x 1080p ou le Full Top&Bottom 1920 x 2160p, le bitsream DTS-HD et TrueHD et enfin l’autoframerate 24p ne sont pas de la partie.

En revanche, la grande surprise vient de la prise en charge des MKV avec DTS et Dolby Digital 5.1 (avec bitstream sur la fonction ARC) et la lecture des répertoires Blu-ray. Ils se lancent automatiquement, pour la plupart, sur le film principal sans même naviguer dans le dossier BDMV ! Par contre, quelques rares répertoires qui comprennent plusieurs M2TS ne se lancent pas directement sur le film, il faudra le sélectionner. La lecture est fluide, je ne rencontre aucune saccade, mais les MKV 24p sont affichés en 60 Hz. Le DTS est géré (ce n’est pas si fréquent sur une TV), tout comme le Dolby Digital 5.1 qui peuvent être envoyés en bitstream via HDMI ARC ou Optique vers un amplificateur ou système home cinéma externe. Par contre, les chapitres ne sont pas fonctionnels, mais on peut naviguer dans le film avec des avances/reculs rapides, changer les pistes audio, afficher les sous-titres et gérer les multipistes de sous-titres. En revanche, les sous-titres des répertoires Blu-ray ne sont pas reconnus, ni les PGS dans le M2TS. Notez également que les pistes DTS-HD sont lues, mais uniquement le noyau Core DTS ( du DTS classique en somme).

Du côté des MKV, c’est pareil, tous, absolument tous mes MKV ont été lus sans problème de façon fluide, avec les pistes DTS et AC3 décodées en stéréo sur la TV, ou envoyées en 5.1 vers l’ampli. On peut changer les sous-titres, les pistes audio, avancer rapidement dans le film, mais toujours pas de chapitres. Là aussi, les MKV avec DTS-HD sont lus mais c’est le Core DTS 5.1 qui est envoyé en bitsream.

Via UPnP, je suis passé par le serveur de Windows Media Player en installant les codecs Xiph pour le FLAC et Ffdshow pour le MKV. Les MKV 1080p de 15 Go sont été lus également sans souci, et de manière fluide via Ethernet. Par contre, le Wi-Fi ou CPL peuvent poser un souci de fluidité. Chose étonnante, même le FLAC 5.1 192 kHz est lu via USB, mais systématiquement dowsamplé en stéréo 48 kHz via UPnP et USB, et cela vaut aussi pour les Flac 4.0, stéréo 192 kHz, CDimage FLAC.

Je vous propose donc un petit résumé de toute cette prise en charge multimédia, avec ses points positifs et négatifs en essayant d’être le plus exhaustif possible, même si je n’ai pas pu tout tester :

  • Rack HDD, HDD 2TO et systèmes de fichiers NTFS ou FAT32 : OK !
  • Les formats suivants sont parfaitement pris en charge : MKV 1080p, 720p et SD, DivX HD & SD, AVI HD/SD, WMV HD et WMV9, FLV, TS, M2TS, AVCHD, MP4, VOB, répertoire Blu-ray, les photos 3D MPO, les vidéos 3D SBS et top&Bottom de 1920 x 1080 pixels (deux images en semi-HD, pas de vidéos 3D Full HD via USB).
  • Les formats suivants ne sont pas reconnus : ISO Blu-ray & DVD, le MK3D, le MKV 3D SBS de 1920 x 2160px ou 3840 x 1080 pixels, les photos 3D JPS, le AVC/MVC.
  • Les MKV et autres vidéo en 24p sont affichées en 60 Hz, mais restent très fluides, à part de rares micro-saccades, à part sur quelques rares film qui sautent…
  • Quelques rares MKV ont une lecture qui saute, avec des saccades métronomiques. C’est un souci de décodage avec certains paramètres d’encodage, ce qui devrait être corrigé par un firmware…
  • Les DTS, Dolby Digital 5.1 et 6.1 sont décodés en LPCM stéréo ou envoyés en Bitstream 5.1 ou 6.1 vers un ampli.
  • Le DTS-HD est lu, mais seul le DTS Core est envoyé en Bitstream. Le TrueHD n’est pas lu.
  • Le téléviseur est certifié DivX Plus HD et lit donc le DivX HD et SD
  • Pour la musique, les MP3, ALAC, WMA, FLAC et WAV/LPCM stéréo sont lus en 44.1/16 bits et downsamplé en 48/24 pour les échantillonnages 96, 492 ou 176.4 Khz. Même le FLAC 5.1 192/24 est lu, mais dowsamplé et downmixé en stéréo.
  • Le APE (Monkey’s Audio) n’est pas reconnu, ni le WAV-DTS
  • Le WAV/LPCM 96/24, le DXD 384 khz, sont lus mais downsamplé en 48 khz
  • L’upscaling 1080p des vidéos SD est mauvais et des MKV 720p pas mal …
  • Des images du film sont utilisées pour créer des illustrations dans le menu, les pochettes d’albums sont affichées, les tags sont pris en charge, mais pas tous. Certaines pochettes et tags ne sont pas affichés, ni via USB, ni via UPnP.
  • Le décodage des vidéos HD est excellent, offre une image très précise, et la lecture est très fluide (je pense que le MKV et le répertoire Blu-ray sont décodés en 24p, il n’y a pas de saccades, mais impossible de s’en assurer).
  • Les sous-titres SRT, SMI, SSA, sont gérés, même avec plusieurs pistes, ils sont lissés à l’écran, mais ne sont pas customisables (pas de repositionnement, pas de changement de couleur, ni de taille).
  • Les sous-titres de Blu-ray, les PGS ne sont pas reconnus
  • Il est possible de créer plusieurs styles de diaporamas photos et de choisir ses effets de transitions, sa musique en fond, etc. Très sympa !
  • Il est possible d’afficher une photo 3D à partir de deux photos JPEG en les assemblant avec les options de diffusion des photos dans le menu.
  • Le protocole réseau SAMBA/CIFS n’est pas pris en charge, seul l’UPnP est disponible, mais il est possible d’utiliser le VT50 comme client serveur.
  • Les FLAC 192 ou 96 kHz ne posent plus de problèmes de coupures sonores via UPnP (lecture parfaite via USB). Cela semble avoir été corrigé depuis le test du ST50…
  • Il est possible de naviguer dans les dossiers pendant la lecture d’une musique via USB, mais pas via UPnP
  • La lecture audio n’est pas Gapeless (il y a un blanc à chaque changement de pistes audio)

Un mot sur la gestion des vidéos et photos 3D

À ma grande déception, les MKV SBS en 3D Full HD (3840 x 2160px) ne sont pas lu (ni en top&bottom 1920 x 2160 pixels), ni les MK3D, ni les WMV 3D, ni les répertoires Blu-ray 3D au sein des répertoires AVCHD, ni les photos JPS. Bref, la prise en charge multimédia 3D est quasiment inexistante. Seuls les MKV 3D en semi-définition (1920 x 1080 px, soit 2 images de 960 x 1080 px côté à côte) sont lus, comme tous lecteurs multimédias et Blu-ray sachant gérer le MKV. Par contre les photos MPO ((Multi Picture Object) .mpo sont lues et affichées en 3D sur un diffuseur compatible (passif ou actif, peu importe). Autre info intéressante. Si vous prenez deux photos d’un même objet ou personne, mais décalées de 5 cm par rapport à l’axe, vous pouvez afficher ces deux photos en 3D sur le VT50.

Par contre, sachez que le lecteur propose une conversion 2D/3D avec 3 niveaux de puissance. Cette conversion n’est pas exceptionnelle, pas naturelle, propose plus rde relief que certaines, mais les images sont déformées. Évidemment, le résultat est loin de ce que propose un contenu 3D natif. Il est également possible de régler la profondeur de l’image stéréoscopique avec plusieurs paramètres, et de choisir le sens de lecture des vidéos 3D SBS (Side by Side ou Top&Bottom). Bref, pour moi, il s’agit d’un gadget, vous vous amuserez quelques jours avec pour définitivement laisser cette fonction.

Fonctions diverses : PVR, Wi-Fi, EPG, HbbTV

Le Wi-Fi marche très bien, mais peut rencontrer des problèmes de débit avec la lecture vidéo via UPnP, surtout avec les MKV 720p et 1080p, forcément. La fonction PVR, ne nécessite pas de HDD à grosse capacité comme les TV Sony ou Philips. Avec une clé USB de 15 Go, ça a marché parfaitement. La TV formate la clé dans un système de fichier propriétaire qui n’est pas reconnu sur PC, donc impossible de lire les programmes enregistrés sur un ordinateur ou un lecteur multimédia. L’EPG est tellement pauvre, les programmes du lendemain sont souvent indisponibles, que la programmation automatique n’a que très peu d’intérêt sauf pour le jour même. Il est possible de faire des programmations manuelles en renseignant la date et le jour, et même des programmations pour enregistrer une émission automatiquement tous les jours à la même heure. Cette clé placée sur le port USB REC permet également de profiter de la pause du direct (Timeshifiting), sans ça, la fonction ne sera pas disponible.

Par contre, tout récemment, l’application EPG by Rovi à fait son apparition et propose un EPG ultra complet sur deux semaines. Tous les programmes sont disponibles et consultables. On peu même accéder au synopsis, photos du film et e savoir plus sur les acteurs, réalisateur, accéder à leur biographie avec des photos, etc. C’est superbe, mais à ma grande déception, cet EPG n’est pas interactif avec la fonction PVR, comme ce que propose Philips avec l’EPG de Gracenote. Dommage …

HbbTV : des applications, une interaction avec le direct des chaînes

Enfin, ce téléviseur est compatible HbbTV, cela permet d’accéder à l’EPG de toutes les chaînes compatibles HbbTV. Cette fonction est en plein développement, et des chaînes comme Arte HD proposent déjà du Catch-up TV via leur portail HbbTV. Bientôt il sera possible de profiter de VOD 2D & 3D, de possibilités d’acheter des appareils en direct (Télé Achat), ou vu sur une pub), voter en direct, participer à des jeux, etc. Plusieurs chaînes proposent déjà cette fonction comme les chaines de France Télévision, M6HD, TF1HD, Arte HD, Direct 8, entre autres.

Viera Connect : un portail internet plus complet qu’avant, et réactif grâce au Dual Core

Panasonic a donc revu son portail internet Viera Connect et propose désormais plusieurs applications en tout genre, agencées un peu comme le Smart Hub de Samsung avec les applications favorites mises en en avant sur l’interface et un accès à un store pour installer ou désinstaller des applications. On retrouve plusieurs catégories comme les applications de réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, ou encore les vidéos de Youtube, de la VOD HD assez cher en location ou même vente de vidéos HD avec AceTrax, des mini jeux en ligne, de la musique avec AUPEO! (entre autres) et plusieurs autres applications.

Je ne m’attarde pas dessus. Ces applications pourront intéresser certaines personnes, mais ce n’est pas le plus important à mes yeux, mais encore une fois chacun ses attentes :) L’utilisation est assez fun, réactive grâce à l’intégration d’un Dual Core et propose pas mal de services intéressants. Ce portail internet ira en s’étoffant avec de plus en plus d’applications…

Image & Réglages

Abordons le chapitre le plus important de ce test, la qualité d’image que propose ce Panasonic VT50. Il dispose d’un affichage natif de 100/120 Hz, mais profite donc de cette nouvelle technologie 2500 Focused Field Drive qui permet de fluidifier l’image en 2D comme en 3D. La technologie Plasma a l’avantage d’avoir un contrôle total des émissions de lumière sur toute la surface de la dalle ce qui d’entrée limite pas mal de problèmes d’homogénéité, de colorimétrie, et permet de proposer un noir aussi profond lors de l’affichage d’une image toute noire que le noir relevé dans l’image. Le contraste intra-image s’en retrouve bien plus performant, donc l’image est plus dynamique, et offre plus de relief.

Le Plasma est également réputé pour son image très typée cinéma. Le VT50 étant certifié THX, il devrait proposer l’avantage de pouvoir se passer d’une sonde pour profiter d’une colorimétrie juste en sortie de carton. Mais est-ce que tout ceci se retrouve sur le terrain ? Regardons de plus prêts les qualités et les défauts de ce VT50…

Colorimétrie : décevante en sortie de carton, mais l’ISF pour l’excellence !

Commençons donc par mesurer et calibrer ce VT50 avant d’analyser sa qualité d’affichage. Et c’est l’une des mauvaises surprises. Je m’attendais à une belle colorimétrie en sortie de carton grâce aux modes THX, mais force est de constater que la certification THX n’est pas en gage de qualité, comme souvent. En effet, par défaut, les modes THX et THX Bright Room affichent une dérive verte assez étonnante. La température de couleurs est proche des 6250K ( au lieu des 6500K de référence), l’équilibre RVB de l’échelle de gris n’est pas du tout bon avec une grosse dominante verte. Encore une fois, une calibration sera fortement conseillée pour profiter pleinement des qualités de ce VT50.

Équilibre RVB de l’échelle de gris en mode THX : dans l’idéal, on devrait trouver les trois lignes Rouge, Verte et Bleue alignées sur la ligne de référence en pointillés. On en est loin ! On remarque clairement que la ligne du vert est bien plus haute que les autres, et le Bleu et Rouge en retrait.

Heureusement, le VT50 propose une certification ISF avec un Color Management System ultra complet. Difficile de faire mieux ! On peut corriger l’équilibre RGB, éditer le gamma par tranche d’IRE 10P, corriger l’espace colorimétrique avec des réglages de teintes, saturations et luminosité des couleurs primaires et secondaires, opter pour un Gamut REC.709 (HDTV), EBU (PAL), ou SMPTE-C (NTSC). Bref, en calibrant le VT50 au poil, c’est à dire en passant quelques heures à régler le téléviseur, on arrive à la perfection ni plus, ni moins. Le seul souci, c’est que peu de personnes sont en mesure de calibrer leur TV.  Quelques options activées par défaut devront être modifiées pour avoir un meilleur rendu. Je vous propose donc quelques conseils et mes réglages en fin de chapitre.

Le menu image du VT50 propose deux modes à retenir: le mode Normal avec un pic lumineux à 215 cd/m², mais pas d’ISF, et deux modes Professionnel avec un pic lumineux à 80 cd/m² et un menu ISF avec un Color Management System très complet. On poura donc utiliser le mode Normal pour regarder la TV la journée et le mode Pro pour les séances en salle obscure, avec une image ajustée aux petits oignons. Pour regarder ses films, le but est donc de s’aligner sur la norme colorimétrique « cinéma » (Température de couleur 6504K, blanc D65 et gamma 2.22). En revanche, pour les émissions, reportages, documentaires, je préfère opter pour d’autres réglages, avec une image un peu plus froide pour un blanc « plus blanc ». Je vous propose donc quatre sortes de réglages : un pour les films le jour, un pour les films en salle obscure, un pour la TNT et un pour la 3D.

Outre les habituels réglages de « Contraste », « Luminosité », « Couleur » et « Sharpness » (Netteté) on trouve un réglage « Couleur Vive » qui permet de donner des couleurs plus saturées, mais légèrement moins naturelles (intéressant pour le jeu, voire la TNT, mais pas top pour le Blu-ray). Notez que le choix de la température de couleur n’est pas proposé avec les modes Pro, vu qu’avec ce mode on essaye de se rapprocher d’une température de référence unique qui est de 6500K.

Un mode « Eco » permet de faire varier l’intensité lumineuse en fonction de l’éclairage ambiant, pour économiser de la consommation électrique, mais il est préférable de la désactiver pour une meilleure expérience. Un réducteur de bruit très efficace (contrairement à pas mal de TV) propose plusieurs niveaux d’intensité (sur « Auto » il est très bien!).

Dans les réglages avancés, on pourra activer/désactiver l’overscan. Ce mode permet de rogner les bords  de l’image. Utile avec la TNT, car les bords sont souvent de mauvaise qualité, il est déconseillé avec le Blu-ray, surtout qu’il réduit légèrement le piqué de l’image. On pourra également opter pour un mode de déplacement des pixels sur les images fixes, comme un logo de chaîne, ou un score de foot, qui engendre des marquages sur la dalle (Rémanence). Là aussi, ce réglage est surtout intéressant pour la TNT et le jeu. En effet, malgré un rodage de la dalle de plus de 200 heures, j’ai remarqué des marquages plus fréquents sur le VT50 que sur le ST50 (sûrement à cause de ce contraste plus puissant sur la TNT). Panasonic propose un outil pour faire disparaitre ce marquage qui marche bien (une barre noire qui défile sur un fond blanc), mais il faut le laisser un long moment avant de voir une réduction du marquage. Certains le laissent plusieurs heures …

Enfin, autre regret, il n’est pas possible de gérer manuellement les espaces couleurs Full RGB (0-255), ni RGB Limited (15-235), cela m’a posé des problème pour gérer certaines vidéos avec le lecteur multimédia Sidewinder 3 de Xtreamer qui ne propose pas non plus cette possibilité.

Comme vous pouvez le voir, le gamut est trop large avec le mode « Couleurs Vives », mais se rapproche de la référence dès qu’on désactive cette fonction  (le triangle référence HD TV  étant le Noir, le Blanc étant celui du VT50). Par contre, il est moins juste par défaut sur le VT50 que sur le ST50. Il dépasse un peu partout, trop saturé dans le bleu et le vert, les teintes ne sont pas très justes non plus. Cela se voit légèrement à l’œil, mais en corrigeant le plus possible ce gamut, cela facilite le réglage de l’équilibre RGB et une impression de couleurs justes et naturelles s’en dégage.

On recherche des courbes RVB parfaitement alignées à 100%, et un Delta E (courbe magenta) en dessous de +3 sur tous les % de gris, ce qui n’est pas le cas ici, avec le Mode Professionnel par défaut, c’est tout de même assez déséquilibré avec une grosse dominante verte, et là c’est assez visible à l’œil ! Encore une fois, le mode True Cinema du ST50 était un peu plus juste par défaut, mais affichait aussi une dominante verte.

L’échelle de gris est donc assez déséquilibrée sans faire de réglage, le Delta E totalement dans les choux (la courbe magenta de Delta E monte tellement haut qu’on ne la voit plus).
Le Gamma est mesuré à 2.17 au lieu des 2.22, là c’est correct, mais peu évidement mieux faire, car avec l’éditeur de gamme 101P on peut aligner cette courbe parfaitement.

Gamma du mode Pro par Défaut : le relevé en jaune, la moyenne en bleu, le gamma de référence en pointillé.

Température du mode Pro par défaut (le relevé en bleu, la courbe de référence en pointillée)

Enfin, la mesure de la température de couleur est pas mal elle est proche des 6500K recherché, mais le dosage du Rouge, Vert et Bleu n’est pas bon. Le gamma est assez bon par défaut également.

Pour corriger tout ça, et pour une utilisation Blu-ray, j’ai donc appliqué les réglages ci-dessous que je vous donne à titre indicatif. Ce calibrage a été fait avec des mires générées depuis le lecteur OPPO BDP-93EU, mais ils devraient également convenir à d’autres lecteurs Blu-ray vu que ce dernier est parfaitement neutre au niveau de sa colorimétrie. Les mesures ont été faites avec le Colorimetre HCFR (captures plus parlantes pour les non-initiés). Certains n’aiment pas les images trop cinéma pour leur teinte un peu trop chaude. Le plus important reste de se faire plaisir donc vous faites comme bon vous semble :) Par contre, pour la TNT ces réglages ne seront pas conseillés, la TNT nécessite une image plus lumineuse et plus froide.

Réglages utilisation Blu-ray en mode Professionnel

Attention, si vous êtes habitué à une image froide, ces réglages peuvent surprendre au premier abord  (Blanc D65 (norme cinéma) : blanc un peu teinté de jaune), mais il s’agit bien du standard utilisé dans au cinéma :

  • Mode Image: Professionnel
  • Contraste : 36 (cela permet d’avoir une luminosité de 78 cd/m², et de toute façon on ne peut pas aller plus haut, le VT50 est bridé, au delà de +36 en contraste, merci Panasonic Europe (ce n’est pas le cas sur les modèles US))
  • Luminosité : -1 (au-delà les noirs deviennent trop gris, et en dessous ils se bouchent)
  • Netteté : 1 (il est possible d’augmenter cette netteté, tout dépend de la puissance de traitement de votre lecteur Blu-ray. Le BDT500 ou BDT320 de Panasonic proposent une image très détaillée, et des filtres vidéos efficaces, au-delà de +5, la netteté entraine trop de bruit vidéo à mon goût).
  • Couleur : 30 (parfait par défaut)
  • Mode ECO : Désactivé (il influe sur le contraste en fonction de la luminosité de la pièce, donc dérègle les réglages de contraste)
  • Couleurs Vives : Arrêt (pour des couleurs plus naturelles. Ce mode affiche des couleurs légèrement trop saturées, même si ça reste convenable).
  • Filtre Bruit Numérique P-NR : Stop (peut être activé si le DVD ou Blu-ray est un peu trop bruité, mais réduit légèrement le piqué de l’image).
  • Balance des Blancs :
    • Gain Rouge : 5
    • G.Vert : -9
    • Gain Bleu : 7
    • Limite Rouge : 2
    • Limite Vert : -4
    • Limite Bleu : 1
  • IRE 10P
    • Gain Rouge : 0 / 3 / 4 / 3 / 2 / 3 / -2 / 0 / -3 / -4
    • Gain Vert : 0 / -4 / -5 / -4 / -3 / 0 / 0 / 0 / 0 / 1
    • Gain Bleu : -1 / -12 / -10 / -6 / -4 / 0 / 0 / 0 / 5 / 5
  • Gestion des couleurs :
    • Teinte Rouge : -4
    • Teinte Verte : -2
    • Teinte Bleue : 5
    • Satruration Rouge : 0
    • Saturation Verte : -3
    • Saturation Bleue : 2
    • Luminance Rouge : 0
    • Luminance  Verte : -1
    • Luminance Bleue : 3
    • Teinte Jaune : 0
    • Teinte Cyan : 0
    • Teinte Magenta : +4
    • Saturation Jaune : 1
    • Saturation Cyan : -1
    • Saturation Magenta : 0
    • Luminance Jaune : 3
    • Luminance  Cyan : 1
    • Luminance Magenta : 0
  • Gamma 2.2 (IRE 10P) :
    • -4 / 0 / 0 / 0 / -2 / -3 / -2 / 0 /-1 / 0
  • Pure Direct : Activé
  • 24 Smooth Film : Moyen pour annuler le scintillement (compensation de mouvement très performante en 24p, chacun ses goûts sur son intensité, à vous de voir).
  • Overscan (Blayage 16:9) : désactivé (dégrade le piqué de l’image en zoomant)
  • Déplacement des pixels : Auto (activé, cela permet de réduire les problèmes de marquage, mais réduit le piqué)

Voici les mesures faites après calibration de la dalle. Tous les paramètres sont parfaitement ajusté pour une superbe colorimétrie, juste, et naturelle.

Réglage Blu-ray en mode Normal

Je propose ce réglage pour ceux qui trouvent que le mode Professionnel est vraiment trop sombre. On ne pourra pas aller aussi loin dans la calibration, puisque le mode Normal ne propose pas l’ISF, mais on arrive tout de même à équilibre l’échelle de gris au niveau des trois couleurs primaires. L’image est vraiment très belle, mais pas aussi nuancée et naturelle qu’en mode Pro Calibré.

  • Mode Image : Normal
  • Contraste : 45 (voire 40 en salle obscure)
  • Luminosité : -1
  • Couleur : 30
  • Netteté : 1  (si votre lecteur Blu-ray propose un réglage du Sharpness, sinon laisser à +4, voire +5)
  • Température : Chaud
  • Couleur Vive : Désactiver
  • Remastériser la couleur : désactiver
  • Mode Eco : Désactiver
  • Balance des Blancs :
    • Gain Rouge : 5
    • G.Vert : -10
    • Gain Bleu : 10
    • Limite Rouge : 1
    • Limite Vert : -1
    • Limite Bleu : 0
  • Gamma : 2.2
  • Pure Direct : Activé
  • 24p Smooth Film : Moyen (chacun ses goûts sur ce paramètre de fluidité en 24p)
  • Overscan (Blayage 16:9) : désactiver
  • Déplacement des pixels : Auto

Réglages utilisation TNT

Donc, comme dit plus haut, pour regarder la TNT,  je préfère une image plus froide, pour un blanc un peu plus blanc, donc finit la référence du Blanc D65. De plus, le Sharpness devra être un peu plus accentué, puisqu’ici c’est le seul traitement de l’image dont on dispose. Ces réglages n’ont aucune référence, ne nécessitent pas une calibration aussi poussée que pour une utilisation Blu-ray. Ce ne sont que des conseils, à vous de voir…

  • Mode Image : Normal
  • Contraste : 45 (cela permet d’avoir une luminosité de 130 cd/m², plus confortable pour une utilisation en journée, on peut baisser à +40 le soir…)
  • Luminosité : -1 (au-delà les noirs deviennent trop gris avec plus de bruit vidéo dans le noir, trop bas ils se bouchent)
  • Netteté : 4 (il est possible d’augmenter cette netteté, mais ça risque d’entrainer trop de bruit vidéo).
  • Couleur : 30 (parfait par défaut)
  • Température des Couleurs : Froide (et oui, je trouve cette température idéale pour les documentaires, émission, reportages, etc avec un blanc plus blanc).
  • Mode ECO : Désactivé (il influe sur le contraste en fonction de la luminosité de la pièce, donc dérègle les réglages de contraste, mais par souci d’économie, car le Plasma consomme, vous pouvez l’activer, à vous de voir)
  • Couleurs Vives / Remasteriser la couleur : Oui  (pour des couleurs un peu plus fun, je trouve ça pas mal avec les émissions TV, le sport ou les reportages).
  • Filtre Bruit Numérique P-NR : Auto (réduis légèrement le piqué de l’image, mais corrige vraiment bien le bruit vidéo et les artefacts de compression Mpeg, surtout avec les chaînes de la TNT SD).
  • Gamma : 2.2
  • Balance des Blancs : Je laisse par défaut, vu que de toute façon on ne suit aucune norme de colorimétrie avec la TNT.
  • Intelligent Frame Creation  :  Maximum (compensation de mouvement très performante avec la TNT, chacun ses goûts sur son intensité, à vous de voir).
  • Overscan (Blayage 16:9) : désactivé (cela permet de remplir l’écran et de rogner les bords de l’image qui souffre de dégradation, mais l’activer baisse aussi le piqué, je préfère le désactiver, mais là aussi à vous de voir ^^)
  • Déplacement des pixels : Activé (pour réduire les risques de marquage avec les logos des chaînes ou émissions, scores des rencontres sportives, etc).

Contraste et homogénéité de la dalle

En ce qui concerne l’homogénéité de la dalle, c’est tout simplement parfait en utilisation Blu-ray. Ici, on oublie les problèmes récurrents des TV LED, comme le Clouding, le Blooming, le DSE (Dirty Screen Effect). Cela se ressent à l’image. Je n’ai pas relevé de petits problèmes de banding sur mon modèle de test, alors que j’en avais vu un tout, tout léger sur le 65ST50. Pas de green Blob, pas de tâche, rien…

Le VT50 embarque donc le tout nouveau filtre Infinite Black Ultra, plus performant que celui du VT30 et donc du ST50. À ce niveau, aucune mauvaise surprise, les noirs sont d’une densité impressionnante. Il n’y a pas une absence totale de lumière, je les ai relevés à 0.018 cd/m², mais lors d’un film, les bandes noires se confondent avec le bord de l’écran, sauf lors des génériques, on aperçoit encore un peu de gris, mais ça reste une référence dans ce domaine, surtout que les noirs sont fouillés, contrairement à certains Edge LED qui baissent la puissance du rétroéclairage pour approfondir les noirs et donc s’en retrouvent un peu bouchés. Ici, on perçoit tous les petits détails, même lors des scènes les plus sombres.

Luminosité sur le niveau IRE 100P est mesuré à 78 cd/m² en mode Pro calibré : c’est peu et on ne peut pas monter au-delà des 80 cd/m² !

Par contre, le pic lumineux de ce Plasma à été bridé sur certains modes image comparés aux modèles US si j’en juge les relevés de mes confrères. Ce n’est pas le cas du mode Normal : étonnamment, alors que le ST50 proposait un pic lumineux de 115 cd/m² sur ce mode, le VT50 propose plus de 200 cd/m² ! C’est une énorme différence, très appréciable pour regarder la TV en plein jour dans une pièce très éclairée. Le mode THX Bright Room également est très puissant en luminosité, mais avec la dérive verte, il n’est pas utilisable selon moi (enfin, chacun ses goûts).

Au regard des performances de ces deux modes, il est d’autant plus incompréhensible de mesurer un pic lumineux à 80 cd/m² sur les modes Professionnel 1 & 2, ou sur le mode THX. En fonction des goûts, même en salle totalement obscure, certains trouveront cette luminosité un peu juste, ou d’autres insuffisante comme moi, voire vraiment trop sombre. Pour rappel, le ST50 était déjà faible à ce niveau, mais proposait un pic lumineux à 90 cd/m² en mode True Cinema. C’est très regrettable, car seuls les modes Pro proposent les réglages ISF. On pourra utiliser le mode Normal pour regarder ses Blu-ray, mais la calibration est limitée à l’équilibre RVB de l’échelle de gris (donc pas d’éditeur de gamma, ni de réglage de l’espace colorimétrique en mode Normal).

Voici quelques mesures de contraste et de profondeur des noirs :

  • Mode Normal avec contraste à +50 : Contraste natif On/Off : 9750:1 (noir à 0.022 / Blanc à 195 cd/m²)
  • Mode Professionnel 1 Calibré : Contraste natif On/Off à 4500:1 (Noir à 0.018 / Blanc à 78 cd/m²)

Une image typée cinéma, toujours aussi sublime avec le Blu-ray !

Mis à part ce petit souci de luminosité et de dynamique, c’est un vrai bonheur de retrouver l’image typée cinéma des Plasma Panasonic. Avec le lecteur Blu-ray OPPO BDP-93EU Cinemike, c’est du grand art ! L’image offre une texture riche, un piqué fabuleux, de la matière, du relief et de la profondeur. Sur une dalle de grande diagonale, c’est encore plus bluffant, avec une sorte de 3D naturelle, des personnages qui se détachent de l’arrière-plan, et une belle profondeur de champ.

Par contre, le VT50 propose une image bien plus douce que certains téléviseurs LED. Un lecteur Blu-ray doté d’un bon traitement vidéo avec accentuation des détails et contours apportera un gros plus à cette image. Le réglage de netteté du VT50 est très bon, mais ne va pas aussi loin que des scalers comme le Marvell Kyoto, l’Anchor Bay ABT2010 ou le SoC Unifier des lecteurs Panasonic 2012 comme le DMP-BDT500. Une fois calibré, le VT50 m’a offert un spectacle grandiose. L’image délivrée est très naturelle, nuancée, fluide, propose un piqué et une précision magistrale, une homogénéité parfaite. Les noirs sont proches de la perfection et permettent de proposer une image dynamique malgré une luminosité un peu en retrait. Contre toute attente, je garde tout de même une préférence pour le ST50 qui proposait la même image, mais plus de luminosité, donc une image plus dynamique, même si les noirs sont légèrement moins profonds que sur le VT50. Carton rouge à Panasonic pour cette bride sur le pic lumineux des modes Professionnel 1 & 2.

Sur la TNT, en l’absence de traitement vidéo complet, en l’absence de filtres comme une accentuation des détails, des contours ou un lissage des diagonales ou des dégradés comme ce que proposent certaines TV, la TNT est plus douce que sur un LED Samsung ou Sony, surtout que le Motion Dithering engendre un tout léger flou dans les mouvements. L’image de la TNT HD est très belle, mais douce, et manque un peu de relief. De plus, le désentrelacement et l’upscaling sont assez moyens, et les chaînes de la TNT SD affichent une qualité mitigée, c’est meilleur que sur le ST50, mais simplement parce qu’ici j’ai un 50″ au lieu du 65″, forcément. Autre petit point à signaler, le VT50 est un peu sensible aux sources bruitées, mais propose un filtre réducteur de bruit vidéo très efficace !

Sans, puis avec le réducteur de bruit P-NR

Bref, pour ma part, j’ai largement gagné en qualité sur la TNT en passant par un lecteur multimédia doté d’un Tuner TNT et en sortant en 1080p 60Hz. Surtout que ce lecteur connecté à l’ampli RX-A3020 de Yamaha permet de profiter de l’excellent traitement vidéo HQV de ce dernier. Par contre, avec un pic lumineux à 215 cd/m² sur le mode Normal, la TNT profite d’une luminosité puissante et d’une image très dynamique.

Fluidité des images : un point fort, mais quelques défauts tout de même…

Le VT50 se comporte exactement comme le ST50, c’est l’un des téléviseurs que j’ai pu tester qui gère le mieux l’affichage 24p natif qui est fluide, sans la moindre saccade, mais peut manquer de fluidité dans les travellings. De plus, sans compensation de mouvement, je relève des soucis d’’image qui scintille, surtout sur les images très claires, fonds blancs, etc. Pour apporter plus de fluidité, le VT50 propose une compensation de mouvement Intelligent Frame Creation 2500 Hz et un 24p Smooth Film pour une des fluidités les plus naturelles que j’ai pu voir actuellement en 3D comme en 2D. Cette fluidité n’en fait pas trop, ne provoque pas d’effet « caméscope  » marqué comme sur certaines de TV LED, mais affiche tout de même quelques artefacts de mouvement très réduits autour des personnages. Ce n’est pas très visible et pas vraiment gênant. Le mode bas ne réduit pas entièrement l’effet de scintillement, la raison pour laquelle j’opte pour un IFC ou un 24p Smooth Film  sur moyen, même avec le Blu-ray.

Cette compensation propose plusieurs niveaux de fluidité, sur « Faible », ces artefacts ne sont quasiment plus visibles, mais comme dit, un léger scintillement est visible. Notez qu’il est évidemment possible de la désactiver et heureusement, car en utilisation jeu c’est plus que conseillé pour réduire l’inputlag qui est d’ailleurs très faible en mode Jeu (moins de 35 ms). Que ce soit avec la TNT ou avec le Blu-ray et DVD, cette compensation est donc très efficace. Notez tout de même que lors des tests HQV, la détection de cadences (images/sec) n’était pas performante avec tous les framerates, il se peut que des vidéos saccadent par exemple, par contre le 3:2 Pull Down est bien géré et fluide, intéressant pour afficher du 24p en 60Hz de façon fluide, la raison de la fluidité de lecture des MKV et répertoires Blu-ray …

Motion Dithering : Notez aussi, des petites sensations de flou par moment, sur les mouvements avec les programmes de la TNT (ce qu’on appelle dans notre jargon, le Motion Dithering : un effet de solarisation sur les visages et dégradés). C’est très peu visible, 90% des gens ne le remarquent pas, mais ça peut gêner les plus exigeants. Ce bug n’est visible que sur un affichage 50 Hz.

Phosphore Trails : Autre problème que l’on peut attribuer à la gestion des mouvements, le Phosphore Trails. Il s’agit de trainées de couleurs, surtout visibles sur les scènes avec des nuages, une tempête de sable (comme dans le film ‘Le Dernier Vol » où se problème est nettement visible lors de la tempête de sable) ou les films en noir et blanc. Là aussi, c’est un problème très léger que peu de personnes remarqueront et qui se produit assez rarement.

Qualité d’affichage stéréoscopique : une belle expérience, mais un choix : ghosting ou fluidité ?

Les nouvelles lunettes Panasonic sont bien plus légères et confortables qu’avant. Elles ne se rechargent pas via USB (contrairement à celles vendues en option), mais ne font pas trop mal au nez, largement supportable le temps d’un film et présentent l’avantage de couvrir la lumière sur les côtés des yeux et de fonctionner en Bluetooth (d’où la compatibilité avec les lunettes Samsung). Cependant, il est fortement conseillé de regarder la 3D dans le noir pour renforcer l’immersion et réduire les scintillements et interférences des sources lumineuses (lumières, volets, etc). En ça, des lunettes plus light, un peu comme celles de Samsung ou les nouvelles Sony sont bien mieux. De plus, il n’y a pas d’adaptateurs changeables pour le nez comme chez certains fabricants.

Ces lunettes proposent des verres encore un peu sombres. Par contre, le VT50 est bien plus lumineux que le ST50 avec la 3D, et cela offre une expérience 3D plus immersive, plus intéressante. Par contre, toujours aussi surpris par cette 3D qui m’a encore une fois un peu déçu. En fait, les réglages de ce VT50 permettent deux solutions : soit vous optez pour une 3D fluide et sans scintillement avec un 24p Smooth Film au maximum et un affichage 120 Hz et vous rencontrerez du ghosting (images fantômes), soit vous optez pour une 3D avec pratiquement pas de ghosting mais du scintillement et des saccades dans les travelings. Pour cela il suffira de baisser le 24p Smooth Film au minimum et opter pour un affichage 100/120Hz en Auto.

Malheureusement, je ne supporte pas ce scintillment et ces saccades et je préfère opter pour une image fluide et un peu de ghosting (appelé aussi images fantômes ou crosstalk). Bon, la qualité de cette 3D est très bonne, mais je suis surtout déçu car je m’attendais à une référence d’après les tests que j’avais pu lire. Il suffit de visionner plusieurs Blu-ray 3D pour se rendre compte de l’évidence, l’effet 3D est très bon, mais le ghosting trop présent, surtout sur les arrières plan, le scènes contrastées, les sous-titres, les films ou animations avec beaucoup de relief. Ce n’est pas non plus catastrophique, légèrement mieux que sur le 65ST50, mais bien plus présent que sur les Samsung ES7000 et ES8000 ou le Sony HX850. Tout comme avec le 65ST50, même sur le Blu-ray 3D de TRON, qui ne propose pas beaucoup d’effets de jaillissements, affiche du ghosting sur quelques scènes. Ce n’est pas tout le temps, ni flagrant, mais sur des films comme Tintin ou Hugo Cabret, le ghosting est visible dans la majorité des scènes et provoque également des flous sur les arrières plans. Par contre, j’ai visionné Titanic 3D qui offre une 3D tellement soft et naturelle que le ghosting est quasi absent.

Il y a plusieurs réglages 3D très intéressants, comme le réglage de la profondeur et des jaillissements, qui est très efficace, et permet de réduire le ghosting contre une perte de jaillissements. On trouve également un sens de lecture pour les vidéos 3D Side-by-Side ou Top&Bottom, un lissage des bords pour avoir moins de jaggies sur les vidéos 3D 720p (lisser les effets d’escalier sur les contours, mais contre une perte de précision de l’image). La conversion 2D/3D n’est pas terrible, certains diffuseurs proposent beaucoup mieux, mais c’est un simple gadget à mon sens.

Je suis plus que difficile en matière d’affichage stéréoscopique, surtout après avoir goûté à la vidéoprojection 3D avec des modèles DLP 3D comme les Optoma HD83, HD33 ou HD300X testés sur HDfever. Je suis donc un peu déçu, mais la 3D est tout de même agréable dans son ensemble, et un grand nombre d’utilisateurs la trouveront sûrement de bonne facture et certains de mon entourage ne voient même pas ce ghosting. En tout cas, cette 3D est fluide, l’image très détaillée, belle à regarder, et comme ça reste une option secondaire avec toujours aussi peu de films 3D intéressants, ce n’est pas si grave.

Avec le jeu, ces impressions se confirment encore. Il s’agit d’un écran certifié 3DTV Play de Nvidia, et j’ai donc pu tester plusieurs jeux 3D Vision Ready. En désactivant la compensation de mouvement, en passant la définition du jeu en 1280 x 720 pixels et 60 Hz, la qualité de l’effet 3D est encore une fois limitée par ce ghosting, encore plus avec le jeu, mais c’est fluide et la dalle n’affiche que très peu de retard en inputlag (moins de 35ms). Je ne suis pas un gros gamers, mais cette réactivité ne m’a posée aucun problème pour jouer, en 2D comme en 3D et surtout je l’ai trouvé plus réactif que le ST50.

Réglages pour l’affichage stéréoscopique

Je tiens à préciser que n’étant pas équipé de matériel de calibration 3D, c’est réglages sont fait à l’œil, et j’ai opté pour le mode 3D Normal pour avoir plus de luminosité.

  • Mode 3D Normal
  • Contraste : 45
  • Luminosité : +3
  • Couleur : 30
  • Netteté : +5
  • Température : Chaud
  • Couleur Vive : Désactivé
  • Remastériser la couleur : désactiver
  • Mode Eco : Désactivé
  • P-NR : Non
  • 24P Smooth Film : Max (ghosting plus présent, mais fluide et sans scintillement) Minimum (Ghosting pratiquement absent, mais scintillement et saccades sur les travellings)
  • Taux de rafraichissement : 120 Hz si vous optez pour un 24p Smoonth film au Max – Auto si vous optez pour un 24p Smooth Film au minimum
  • Lissage des contours : Désactivé
  • Balance des Blancs :
    • Gain Rouge : 1
    • G.Vert : -10
    • Gain Bleu : 2
    • Limite Rouge : 1
    • Limite Vert : -1
    • Limite Bleu : 1
  • Gamma 2.2

Conclusion

Conclusion

J’ai découvert un téléviseur qui s’approche de la perfection au niveau du design classe et sobre, de la qualité de fabrication (une référence, très costaud, tout en aluminium épais, un assemblage très solide). De ce côté, rien à dire.  De plus, il est fournie avec pas mal d’accessoires, deux paires de lunettes, une télécommande fille bien pratique, une télécommande principale rétroéclairée. Sa dalle brillante souffre de quelques reflets, mais ils sont tout de même bien maitrisés en comparaison avec ce que j’ai pu voir cette année.

La partie Smart TV et multimédia est étonnamment bonne, avec pas mal d’applications très intéressantes, une prise en charge multimédia de très bonne facture, même étonnante pour un téléviseur (je pense à la lecture du Flac, du MKV avec DTS et AC3, des répertoires Blu-ray, de la gestion des pochettes et tags, à la qualité de décodage vidéo). Le seul regret concerne l’absence de support de l’autoframerate 24p avec les vidéos MKV ou TS & M2TS.

La qualité principale de ce VT50 concerne l’image très lumineuse et le contraste énorme proposé en mode Normal, très intéressant pour regarder la TV en plein jour. Mais surtout, la qualité de l’image 1080p, avec le Blu-ray, est superbe avec du piqué, une texture riche, du relief, une image très typée cinéma, quel bonheur ! Les noirs sont noirs, très denses et frôlent la perfection, les couleurs sont naturelles et belles. Évidemment, l’ISF permet d’obtenir une justesse colorimétrique sans équivalent. Autre point fort, la compensation de mouvement qui est naturelle, fluide et respecte l’esprit et le type d’image « cinéma ». Beacoup de qualités, mais malheureusement tout n’est pas parfait …

Le premier regret concerne donc ce bridage du pic lumineux avec les modes Professionnel 1 et 2. Incompréhensible, alors que ce sont les seuls modes qui permettent de faire une calibration complète. Et ce n’est pas un petit bridage avec 80 cd/m² maximum contre plus de 200 cd/m² en mode Normal. Pour ma part, je calibre souvent mes dalles entre 100 et 120 cd/² pour visualiser mes Blu-ray en salle obscure, il ne manque donc pas grand-chose, 20 ou 30 cd/m² supplémentaires auraient été parfait…

Deuxième regret, le ghosting en 3D, certes pas énorme, mais tout de même, cette année les LED ont fait beaucoup de progrès en affichage stéréoscopique, et le VT50 ne sera pas la référence 3D de l’année : le Sony HX850 et le Samsung ES8000 & ES7000 font mieux ! Cependant, n’exagérons rien, la 3D reste très belle, fluide, détaillée, et lumineuse.

Enfin, finissons par de petits bugs, que tous ne remarqueront pas, mais qui pourrissent la vie de certaines personnes exigeantes qui, en achetant le modèle de référence Panasonic de la game 2012 auraient espéré avoir un écran parfait. Je pense bien-sûr au bug du 50 Hz qui refait son apparition (légers flous dans les mouvements, solarisation (Motion Dithering) et au Phophore Trails (des trainées qui changent de couleurs, comme un effet d’arc-en-ciel, surtout visible sur les films upscalés, ou en noir et blanc ou depuis certains lecteurs Blu-ray). En effet, j’ai remarqué avec le VT50 que la qualité de la source avait une grande importance, le lecteur OPPO BDP-93EU m’a offert de superbes séances home cinéma sur ce Plasma, alors qu’un lecteur LG BP420, ou un lecteur multimédia Xtreamer SideWinder 3 souffraient de pas mal de problèmes de piqués dans les mouvements, phosphore Trails et Motion Dithering, même sur le Blu-ray.

Le VT50 est un superbe Plasma ? Oui, sans douter, mais difficile de lui mettre une note maximum en prenant en compte qu’il s’agit d’un modèle haut de gamme, cher et à la vue de ces quelques défauts incompréhensibles, avec une dalle délibérément bridée sur sa luminosité par Panasonic.  Je lui attribue tout de même une médaille d’or (3 étoiles) en qualité d’affichage 1080p, mais il se contentera lui aussi d’une simple médaille d’argent (2 étoiles) en qualité d’affichage stéréoscopique. Les notes détaillées marqueront le coup pour les défauts rencontrés… Il ne reçoit donc pas la médaille ultime de « Référence HDfever ».

Je remercie grandement Futureland pour le prêt du téléviseur Panasonic TX-P50VT50E en vente chez eux à un prix canon pour les lecteurs de HDfever ;)

Les notes sont évidemment en fonction du prix de la TV :

  • Qualité de la TNT-HD :
  • Qualité de la TNT-SD :
  • Compatibilité multimédia (USB) :
  • Qualité de l’image avec le Blu-ray :
  • Qualité de la 3D avec le Blu-ray 3D :
  • Contraste réel intra-image (ANSI) :
  • Profondeur et qualité des noirs :
  • Luminosité, dynamique de l’image en mode Pro :
  • Qualité du système audio embarqué :
  • Connectiques proposées :
  • Fluidité en 24p :
  • Compensation de Mvt en 2D & 3D :
  • Colorimétrie après calibration :
  • Colorimétrie en sortie de carton :
  • Homogénéité de la dalle :
  • Qualité de fabrication  :
  • Rapport qualité/prix :

Ce que j’ai aimé avec le Panasonic VT50 :

  • La qualité d’affichage Full-HD vraiment superbe
  • L’image très typée cinéma : piqué, texture, relief, couleur
  • Des noirs abyssaux, fouillés, pour un très bon contraste intra-image
  • Compensation de mouvement très efficace en 24p, 50 Hz et en 3D
  • Colorimétrie parfaite une fois calibré – ISFccc très complet
  • Belle 3D, un peu gâché par le ghosting
  • Homogénéité de l’image
  • Une expérience cinéphile au top !
  • Très bonne expérience 3D, mais pas la meilleure
  • La luminosité du mode Normal pour la journée
  • Une gestion multimédia très bonne pour une TV
  • Fonctions PVR, Apps, VOD, HbbTV, Le Wi-Fi et le Bluetooth
  • Buzz de l’alimentation inaudible à plus de 50 cm de la dalle sur mon modèle de test
  • Le Design très classe, excellente qualité de construction

Ce que je regrette sur le Panasonic VT50

  • Un manque cruel de luminosité en mode Professionnel
  • Sensible aux sources et vidéos bruitées
  • Léger manque de précision dans les mouvements (TNT)
  • Motion Dithering (bug 50 Hz), Phosphore Trails
  • Léger Ghosting en 3D (images fantômes) avec le 24p SMooth Film sur moyen ou Max
  • Pratiquement pas de ghosting avec 24p Smooth film sur bas, mais saccades et scintillements
  • Une consommation assez élevée (moyenne de 350 Watts avec la TNT)
  • Dalle brillante, mais traitement antireflet pas mal
  • Pas de gestion manuelle du Full RGB (0-255) & RGB Limité (15-235)
  • Dalle qui marque pas mal (plus que le ST50) sur la TNT
  • Nécessité de calibrer la dalle pour en profiter pleinement
  • Mauvaise colorimétrie des modes THX (impossible à corriger)
  • Pas de gestion 24p en multimédia
  • Pas de gestion des vidéos 3D Dual Files, Dual Stream, ou MKV AVC/MVC

173 commentaires

  1. avatar
    rabah /

    slt tout le monde voila j’ai la meme tv sauf que j’ai perdu le cable qui permet de sortir en péritel et j’ai vraiment beaucoup de mal a trouver ce cable avec l adaptateur qui va avec quelqu’un peut m’aider svp? j’aimerai jouer a ma wii et mes ancienne console svp merci beaucoup
    voici mon mail bo.rabah@hotmail.fr
    :):):)

  2. avatar

    Salut, Nicolas. J’essaie de calibrer mon vt50 avec une sonde spyder 4 et le logiciel hcfr. J’ai une PS3 pour lire les mires avshd. Le problème est le reglage du gamma, je n’arrive pas a aplatir ma courge. En gros j’ai 2.4 entre 0 et 40 et 2.1 sur le reste. Je me pose une question, faut il mettre l’option super blanc de la PS3 sur oui ? .

  3. avatar

    @Ago – Salut,

    non, le gamma peut se corriger avec le contraste et la luminosité, ou plus finement avec la balance des Blancs (IRE 10P). Ce n’est pas simple …

  4. avatar

    Merci, y a pas un reglage particulier dans le logiciel hcfr que j’aurai oublier ..
    En fait la courbe gamma d’origine etait plutôt pas mal sauf dans les basses lum ou la je suis entre 2.3 et 2.4 et je n’arrive pas a descendre. Par contre ds les hautes lum ma courbe est descendue depuis que j’ai calé la courbe RVB .

  5. avatar

    @Ago – Si les courbes RVB sont bien alignées, essayes de baisser le contraste, ça devrait remonter la courbe de gamme dans les hautes lumières. Cela dit, il ne faut pas forcément que la courbe soit parfaitement rectiligne, si déjà la moyenne est sur les 2.22 c’est très bien :)

    Il ne faut pas être trop perfectionniste, sinon tu deviens fou avec ces softs, et puis des fois ça ne change rien de visible à l’image d’ajuster le gamma à ce point ;)

  6. avatar

    Merci Nicolas, j’ai baisse le contrast et la courbe est calée sur 2.2 ds les hautes lum. Impeccable.
    Pour info mon vt a bien plus de 1000h et en mode thx ou pro les courbes RVB sont plutôt pas mal, en fait il n’y a que le bleu qui est bas, le vert et rouge sont un poil au dessus de le ref et bien linéaire.

  7. avatar

    @Ago – Intéressant, peut être que la grosse dominante verte des débuts est voulue par Panasonic pour anticiper le rodage …

  8. avatar

    Je réussi a avoir une courbe RVB tres correct, la t° couleur est très proche des 6500k et la moyenne gamma est de 2.23 .. En mode thx car j’ai fais ces reglages avec le menu service.
    Je vais maintenant m’attaquer au mode pro ..

  9. avatar
    tetiaroa /

    Pourriez vous m’aider pour le calibrage de mon VT 50? Je ne comprends pas le reglage du gamma

    IRE 10P

    ?Gain Rouge : 0 / 3 / 4 / 3 / 2 / 3 / -2 / 0 / -3 / -4
    ?Gain Vert : 0 / -4 / -5 / -4 / -3 / 0 / 0 / 0 / 0 / 1
    ?Gain Bleu : -1 / -12 / -10 / -6 / -4 / 0 / 0 / 0 / 5 / 5

    Sur mon televiseur j’ai dans mes reglages :

    Gamma : 2.2
    Ajustement plus détaillé
    Niveau signal d’entrée : 10 IRE

    et enfin juste UNE ligne de gain!

    Comme puis je arriver à votre reglage?

    Seconde question basique : j’ai utilisé le mode normal pour le reglage de la TNT et le mode pro 1 pour le reglage des Blu Ray mais je ne trouve pas de mode 3D normal dont parle Nicolas

    Merci de votre aide

  10. avatar
    Ago /

    Bonjour Nicolas, une petite question . Pour le reglage des saturation luminance et teinte du mode pro, on commence par quoi ? J’ai calibre le mode pro , gamma nickel courbe RVB impeccable et la sur les saturation je n’arrive pas a cerner comment m’y prendre pour lisser la courbe. Merci

  11. avatar

    @tetiaroa – Bonjour,

    Pour le réglage 3D, il faut être en train de visionner une programme 3D pour faire les réglages (il bascule automatiquement de Pro à Pro 3D ou Normal à Normal 3D).

    Pour les IRE, il faut d’abord rentrer les valeurs Rouge, Vert et Bleu dans les IRE 10P, puis passer aux IRE 20P et rentrer la deuxième ligne verticale de chiffres, puis les IRE 20P et rentrer la 3e ligne verticale, puis les IRE 30P : 3e ligne verticale, puis ainsi de suite jusqu’au IRE 100P.

  12. avatar
    ivdes /

    Bonjour,

    Je viens d’acquérir un Panasonic TX-P55VT50J et là, grosse déception: par rapport à mon Plasma précédent qui ne faisait aucun bruit – un Pioneer (PDP-LX5090) – je trouve que le ventilateur du Panasonic est très bruyant: qu’en pensez-vous? Y aurait-il un moyen pour réduire le bruit du ventilateur ?

    Avec mes remerciements anticipés pour votre aide.

  13. avatar
    Gemxtrust /

    Bonjour Nicolas,(et les autres bien entendu)

    Je viens d’acquérir un 55VT50 et j’essaye de faire tes réglages et je deviens fou. Je savais que j’étais pas doué pour cela mais la ca fait des heures que je tourne en rond… je désespère.

    J’ai voulu commencer par la TNT (équivalent de Belgacom TV chez nous en Belgique).
    Ca se passe bien jusqu’au moment ou tu dis balance de blanc (moi je l’ai pas…) et Gamma en 2.2. Alors la je comprend plus rien je vais dans réglages avancés comme toi et toi tu as pour la même tv + d’options… Je n’ai pas Gamma …

    J’ose même pas imaginer pour le reste :(

    Si qqun a le même écran et peut m’aider se serait vraiment sympa.

    mon mail darky_darky2007@hotmail.com

  14. avatar

    @Gemxtrust – Salut,

    Tu as activé les réglages avancés dans le menu configuration ?

  15. avatar

    @ivdes – Non, malheureusement je ne connais pas de solution pour réduire le bruit de ce ventilateur :(

  16. avatar
    dave /

    moi je vais recevoir 65vt50 je souhaite savoir svp si une personne a reussi a faire le test sur les jeux video en ligne sur internet et l’enregistrement cela marche t il bien merci

  17. avatar
    dave /

    svp metter en ligne les reglage qui marche

  18. avatar
    john001987 /

    Bonjour, cela fait environ un an que je possede cet ecran. J’ai un probleme de black floating (presence de gris dans les images noirs). Quelqu’un a t’il les memes soucis, y a t’il des remedes?

  19. avatar

    @john001987 – Arf, c’est un problème connu sur les Plasma Panasonic. Je pensais que ce souci avait été corrigé car très peu de retours depuis deux ans, mais apparemment il reste.

    Il arrive que des problèmes apparaissent au bout de deux ans sur les Plasma. S’il est garanti il faut appeler le SAV je pense…

  20. avatar
    john001987 /

    C’est vraiment tres etrange comme phénomène, en effet le halo blanc ressort surtout quand je passe en mode pro avec vos reglages… en mode dynamique par defaut cela est invisible.
    Avez vous une idee? Y a t’il d’autres moyens plus efficaces que la bande de défilement pour effacer les problemes de rémanence? J’ai un tf1 qui coince en haut a droite :’(. Merci d’avance pour vos conseils et pour le travail que vous fournissez pour les internautes.

    Je vais contacter le sav (plus que 20 jours avant la fin de la garantie) et vous tiens au courant du problème. @Nicolas Bécuwe -

  21. avatar
    john001987 /

    Plus d’écran. Il est parti chez le depanneur pour inspection de la dalle. Apres, a panasonic de trancher si oui ou non ils remplacent la dalle, l’ecran complet ou considèrent que c’est un défaut acceptable…

  22. avatar
    john00198 /

    Pour la petite histoire, le défaut a ete confirmé par la station technique de panasonic. J’ai reçu un avoir du montant de l’achat que j’avais fait l’année dernière.
    J’ai utilisé cet avoir pour m’acheter un sony 55×9005.

  23. avatar
    zep380 /

    @rabah
    Bonjour,
    Je serai aussi intéressé pour trouver un adaptateur peritel sur cet écran.
    Merci
    Zep380

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: