Facebook Tweeter Tweeter

Test SVS PB12-NSD DSP : un caisson de grave démentiel !

Le caisson de grave SVS PB12-NSD DSP en test aujourd’hui fait parti de ces appareils d’exception, avec un rapport qualité/prix défiant toute concurrence. Le fabricant est basé aux USA, mais il est distribué en France exclusivement par Futureland. Il ne convient peut-être pas à toutes les installations de par sa carrure très imposante et sa demande en préamplifcation de qualité, mais livre des performances hors normes pour son prix, s’il est bien associé. Je vous propose un retour sur les quelques semaines que j’ai pu passer avec lui, sur différentes associations, différentes utilisations (musicales ou home cinéma), et différents lieux d’écoutes.

Protocole de test :

  • Caisson SVS PB12-NSD (849 euros chez Futureland)
  • Enceintes Magnat Quantum 1009 & KEF Q500
  • Amplificateurs : Onkyo TX-NR616, Harman Kardon AVR-365, Sony STR-DA5700ES
  • Lecteurs : Panasonic DMP-BDT500, OPPO BDP-93EU
  • Divers Blu-ray, CD, S.A.CD & DVD-Audio
  • Lieux d’écoutes : Salon 30m² & Salle dédiée 50 m²
  • Câble Subwoofer  Oehlbach NF 214

Câble Subwoofer Oehlbach NF 214

Présentation du SVS PB12-NSD DSP

La première chose qui frappe (et c’est peu de le dire) lors de la réception du caisson de graves SVS PB12-NSD DSP, c’est évidemment la taille du colis. Au déballage de ce monstre, on se rend tout de suite compte qu’un tel caisson nécessite une salle assez conséquente pour pouvoir s’exprimer pleinement. Cependant, j’ai tout de même voulu faire quelques écoutes dans mon salon de 30m² pour apprécier son rendement à volume modéré, et son éventuelle facilité d’intégration. La bête fait 30 kg, ce qui passe encore, mais affiche surtout des dimensions de 43,18 x 53,34 x 55,88 cm, soit un bon gros cube bien imposant (au moins, il pourra servir de table basse pour les téquilas frappées, car ça secoue sévère :) Et encore, il a été amélioré sur ce point par rapport à la version précédente qui était encore plus imposante.

Il offre une finition très sobre, sans fioriture. Un bloc, carré, mais qui propose une excellente finition ! Le coffre est épais, massif, le revêtement mat et rugueux (du vinyle noir), très bien assemblé. Le haut-parleur de 30 cm est très bien fixé, épais et rigide, entouré d’une jointure souple, mais toujours épaisse qui offre un grand débattement à la membrane. Le saladier est en aluminium moulé et utilise une bobine mobile de haute puissance (2″ de diamètre). On remarquera le petit tatouage SVS sur un cône fait d’aluminium et recouvert d’une texture anti-poussière.  Et bien sûr, le large évent circulaire placé juste au-dessus qui joue presque un rôle de soufflerie sur certains passages avec beaucoup de graves (une forte expulsion d’air assez impressionnante). Pour couvrir cette façade, une grille magnétique « curve perf » en métal très épais et solide est fournie.

À l’arrière c’est un peu moins impressionnant, les réglages sont limités au gain de volume, crossover et réglage de phase 0-180°. Au niveau connectique on trouve une entrée et une sortie RCA ainsi qu’une sortie filtrée (passe haut) qui permet d’associer ce caisson de grave à un platine et un ampli stéréo. Un interrupteur est évidemment disponible. Je trouve que les connecteurs manquent un peu de solidité. En effet, en utilisant un câble Sub Oehlbach NF 214 de très haute qualité, très serré au niveau du connecteur RCA, les capuchons des connecteurs RCA du caisson se sont désolidarisés. J’ai donc dû les (re)fixer, ce qui est tout de même étonnant pour un caisson de cette qualité !

Enfin, un mot sur l’électronique. Le SVS PB12-NSD DSP intègre un nouvel amplificateur Class D de forte puissance, 400 Watts RMS et 800 Watts en crête. Il s’agit d’un STA-400D SVS Sledge DSP. De quoi largement animer une très grande salle dédiée. En tout cas, même avec une salle de 50 m², je n’ai jamais utilisé sa puissance maximale, loin de là ! Avec une réponse en fréquence annoncée de 18-150 Hz à +/- 3 dB, il y a de quoi espérer taquiner les plus basses fréquences audibles. Et vous le verrez, ces chiffres sont très proches de la réalité…

Caractéristiques Techniques en bref :

  • Caisson de basses – 12″ – 400W – DSP
  • Nouveau haut-parleur de 30cm en Aluminium NSD
  • Bobine mobile de haute puissance (2″ de diamètre)
  • Saladier en aluminium moulé
  • Finite Element Analysis (FEA)- Structure optimisée du moteur
  • Deux aimants en ferrite de haute qualité
  • Haut-parleur en façade avec grille magnétique « curve perf »
  • Nouvel amplificateur STA-400D SVS Sledge™ DSP – Class D
  • Amplification encastrée – Construction & conception assistée par ordinateur
  • EQ et DSP customisés spécialement pour le SVS PB12-NSD DSP
  • Livré avec pointes de sol caoutchouc
  • + /-3dB 18Hz-200Hz d’extension anéchoïque
  • Évents propriétaires haut débit de 4″
  • Connectiques :
  • 1 x line In stéréo
  • 1 x Line Out stéréo
  • 1 x High pass Out (filtrée à 80 Hz)
  • Dimensions (LxHxP) : 43.18 x 53.34 x 55.88 cm
  • Dimensions du carton ; 56 x 68 x 77 cm
  • Poids : 29.94 kg

Le caisson SVS PB12-NSD DSP en action !

D’un point de vu technique, mesures des performances de ce caisson SVS, c’est tout simplement parfait. Les relevés ci-dessous montrent que SVS ne triche pas avec les chiffres. La courbe de réponse en fréquence est quasiment identique à celle qu’affiche SVS. On peut donc clairement affirmer que le PB12-NSD DSP fait parti des rares caissons à descendre vraiment à 20 Hz, et pour ma part je n’en demande pas plus à un caisson. C’est même un véritable exploit pour le prix proposé avec une courbe linéaire, qui ne s’effondre pas.

La première mesure est donc la mesure officielle de SVS, la deuxième très similaire a été mesurée par mes confrères de Audioholics. On se rend compte que ce caisson descend donc réellement dans les 20 Hz et que sa réponse en fréquence est très linéaire.

Je n’ai jamais ressenti des graves aussi bas ! Par moment, j’avais l’impression d’avoir un Buttkicker sous le canapé. Tout vibre, vous le ressentez dans les jambes, sous les fesses, vous prenez des percussions en plein abdomen, et au plus profond des entrailles. C’est vraiment bluffant et ça permet de renforcer le réalisme et les sensations physiques sur certains passages d’explosions, de tonnerre, de tremblement de terre, pour une immersion totale.  C’est même étonnant comme le fait de descendre de 15 Hz supplémentaires peut apporter une autre dimension à l’expérience home cinéma !

Descendre très bas c’est une chose, mais encore faut-il proposer une qualité de basses intéressante. Là aussi, le SVS se démarque nettement des caissons que j’ai pu tester jusqu’à présent, même face au Soavo 900SW qui est déjà un bien bel engin. Les graves sont vraiment tendus, ils percutent, et sont très rapides et précis ce qui est un atout non négligeable pour une utilisation musicale. Je dirais même qu’on ressent de la musicalité dans ces graves. Il peut assister une colonne même assez haut dans les graves.

La Colonne Magnat Quantum 1009

Par contre, il n’est pas facile à driver. Même si cela ne dépend que de la qualité de la préamplification de votre ampli, on se rend tout de suite compte qu’il nécessite une préamplification de qualité. J’ai par exemple eu bien du mal à l’exploiter avec un ampli Onkyo TX-NR616 qui ne s’est pas montré assez percutant et précis sur son canal de grave. Avec le Harman Kardon AVR365 s’était beaucoup mieux, mais c’est avec l’amplificateur Sony STR-DA5700Es que le SVS s’est vraiment révélé. Je pense qu’il faut au moins taper dans du Onkyo NR1010 ou NR1009 (pour ne citer que les nouvelles gammes), du Pioneer (des amplis qui proposent un excellent canal de grave) ou encore mieux du Rotel, pour driver correctement ce caisson SVS. En effet, un égaliseur fonctionnel sur le canal de grave comme le propose le Rotel RSP-1572 déjà testé peut être un sérieux atout.

La salle dédiée de mon frère, là où je réalise une grande partie de mes tests, surtout en vidéoprojection.

En toute logique, un salon ou une salle dédiée de grande taille seront nécessaires pour qu’il s’exprime pleinement. Cependant, du fait de la précision de ses graves, même à faible volume le SVS est capable d’apporter sa contribution, mais il est tout de même dommage de n’exploiter qu’en partie ses capacités. C’est exactement ce que j’ai ressenti dans mon salon de 30 m² qui ne permettait d’exploiter qu’un cinquième de ses capacités, dont les murs et mobiliers vibraient, sans parler des bibelots à droite à gauche. Un vrai éléphant dans un magasin de porcelaine :) C’était évidemment le jour et la nuit dans la salle dédiée de mon frère, totalement isolée, sans vibration, avec une surface de 50m²  le caisson pouvait s’exprimer pleinement, même si je n’ai jamais utilisé toute sa puissance.

Blu-ray La Ligne Rouge : Ce film est exceptionnel, tout le monde le sait. La qualité de ses images, de sa bande-son, des passages musicaux, de la narration des acteurs, la touche artistique, la façon de filmer de Terrence Malick, la luminosité des plans, nous transporte déjà au cœur des films de ce réalisateur d’exception. C’est bien sûr, sur le passage de la première salve d’explosion sur le haut de la colline lorsque les soldats US vont lancer leur premier assaut sur les Japonais que le caisson SVS contribue pleinement à la claque qui va s’en suivre. La scène déjà, très impressionnante, gagne vraiment en intensité, c’est presque à faire peur ! On ressent chaque coup d’explosion physiquement, comme si on été propulsé sur le champ de bataille. Le canapé tremble, les infrabasses vous font vibrer de la tête aux pieds et je n’en rajoute pas ! Les invités étaient tous très impressionnés :)

Blu-ray Tron Legacy : grâce à l’exceptionnelle musique de Daft Punk, qui sollicite beaucoup les bas du spectre audio, ce Blu-ray est juste une démo pour les graves, et le caisson SVS nous livre là des prestations tout à fait remarquables avec percussion, précision, et musicalité. Encore une fois je n’avais jamais regardé (écouté) TRON avec autant d’immersion et de sensation. La musique prend une autre dimension, vous êtes totalement immergé, bercé, envouté par cette BO. Le film fini en apothéose avec la dernière scène de combat dans les airs à bords des vaisseaux, sous les feux des sulfateuses et à coup d’explosions intenses. Tout ça en 3D, avec des scènes tournées en IMAX de toutes beautés : SPLENDIDE ! J’ai vraiment redécouvert TRON par cet énorme apport dans les graves.

Blu-ray This is it : C’est avec ce titre que je me suis rendu compte de la rapidité étonnante et de la précision des basses que le caisson SVS est capable de livrer. Ce n’est pas baveux, et encore moins mou, les graves ne trainent pas et répondent au tac-o-tac à la musique rythmée de titres comme Beat it ou lors des répétitions des danseurs de hip-hop. Le SVS montre qu’il est capable d’offrir d’excellentes partitions musicales.

Open Range : Je ne sais pas si vous avez vu ce film avec un superbe orage en intro. J’adore les scènes d’orage sous la pluie. Encore une fois c’est donc un pur bonheur de pouvoir réécouter cette scène orageuse avec le SVS à la baguette. Lors du passage où les acteurs sont sous leur toile qui les protège de la pluie, j’ai déjà les enceintes Magnat Quatum 1009 qui reproduisent la pluie avec une spatialisation impressionnante de précision. Nous avons la sensation que la pluie nous tombe dessus et tout autour. Si on rajoute à ça le grondement ravageur du tonnerre, la scène gagne en réalisme c’est vraiment bluffant. Un passage d’une intensité rare !

Conclusion

Vous l’aurez compris, pour moi ce caisson est tout bonnement le meilleur rapport qualité/prix que j’ai pu écouter. Certains caissons vendus au même prix (849 euros) et même plus, sont très loin des prestations offertes par le SVS PB12-NSD DSP. Le seul défaut que je relève, c’est donc ces connecteurs arrière qui manquent de qualité et solidité. Il n’est pas normal d’avoir un connecteur qui nous reste dans les doigts en retirant le câble Sub. J’aurais aimé une connectique plus fournie et plus de possibilités de réglages, mais à ce prix là c’est déjà au-delà de mes attentes.

À part ça, c’est donc un sans faute : énorme puissance et superbe maitrise, basses précises, tendues, rapides, rondes, et musicales, tout est joué à la perfection. C’est donc sans hésitation que j’offre un Award Référence « Best Choice » HDfever au caisson SVS PB12-NSD DSP. Il s’agit du meilleur rapport qualité/prix passé entre mes mains à ce jour. Pour ceux qui auraient « peur » de ses dimensions, sachez qu’il existe aussi une déclinaison moins imposante avec le SVS SB12-NSD (un cube de 35.6 cm de côté).

Les notes sont attribuées en fonction de la catégorie et du prix de l’appareil :

  • Qualité de fabrication :
  • Performance en home cinéma :
  • Performance en écoute musicale :
  • Plage de réponse en fréquence efficace :
  • Puissance du caisson :
  • Fermeté et précision des graves :
  • Profondeur des graves :
  • Rapidité des graves :
  • Qualité des connecteurs :
  • Qualité de l’Auto-EQ :
  • Fonctions (modes, réglages, configuration, connecteurs ) :
  • Rapport qualité/prix :

Ce que j’ai aimé avec le SVS PB12-NSD DSP :

  • L’énorme puissance développée !
  • Des graves très profonds, tendus, précis et rapides
  • Très bon en utilisation cinéma, mais aussi musique
  • Très bonne qualité de fabrication d’ensemble
  • Un Super rapport qualité/prix !

Ce que j’ai regretté avec le SVS PB12-NSD DSP :

  • Dimensions assez imposantes
  • Nécessite un préamplificateur avec égaliseur fonctionnel sur le canal de grave pour en tirer le meilleur
  • Pas d’égaliseur et manque de réglages
  • Connecteurs de mauvaise qualité

Je remercie Futureland pour le prêt du SVS PB12-NSD DSP en vente chez eux.

46 commentaires

  1. avatar

    @Nicolas Bécuwe – Ah, la phase je ne peux pas dire. C’est vrai que ça ils n’en ont pas parlé :tongue: C’est clair que c’est important.

    Merci pour ta réponse :wink:

    Ça me serait utile un truc comme ça plus tard. C’est dommage qu’ils n’intègrent pas de trucs comme ça directement dans les amplis. Ça pourrait se faire non ? :happy:

  2. avatar

    @Fred – Il y a quelques rares amplis qui proposent un bass management comme le Yamaha RX-A3020, les Onkyo haut de gamme, mais ça reste loiin des possibilités offerte par l’Antimode. C’est clair que ça serait un gros plus sur un ampli :)

  3. avatar

    @Nicolas Bécuwe – Surtout dans ma petite pièce. Bon, je n’ai pas eu d’autre choix que de limiter la descente dans le grave à environ 30 Hz. J’ai 3 positions sur mon caisson : 20, 25 et 30 Hz. Heureusement qu’il y a ça, sinon ma chambre vibrerait à chaque fois :tongue: Puis je n’entendrais que du grave. C’est clair qu’un Antimode ça me serait utile :happy:

    Au fait, à propos de déphasage, ça en créé un important avec l’Antimode ? Si par exemple avec un ampli Yamaha, celui-ci te donne une certaine distance pour le caisson, donc un délai on va dire, est-ce que ça va changer cette distance ou pas ? Enfin je veux dire par là, est-ce que l’ampli arrivera encore à trouver la bonne phase ? En tout cas, chez moi mon Yamaha ne s’est jamais trompé :smile: C’est pour ça que ça m’intéresse :happy:

  4. avatar
    christophe /

    @Fred
    chez moi le svs et antimode sont parfait. tu peux allez encore plus loin si tu as l’occasion d’associer des cables yarbo sp8000 ou wm tornado sur ton ampli, svs et oppo 93 (pour moi)
    la combinaison des 3 repousse encore plus loin les performances de chacun :w00t: :w00t:

  5. avatar

    @Fred – Je parle surtout du réglage de phase 0°-180°. Si c’est mal réglé il peut y avoir contreréaction avec les HP des enceintes, et ça fait des trous dans la réponse en fréquence (les graves s’annulent) et ça donne une impression de graves mou. En général, avant la correction de fréquence, on s’assoit dans son canapé pendant que quelqu’un fait le réglage de phase au niveau du caisson, à l’oreille on arrive à entendre si c’est 0 ou 180° qui offre le meilleure rendu. Avec des réglages progressifs de 0 à 180° c’est un peu plus complexe….

  6. avatar

    @christophe – Ah ben ça fait rêver :tongue: Mais perso avec mon portefeuille d’étudiant, va encore falloir que j’attende pour la qualité supérieure. Mais je suis déjà plus que content de ce que j’ai, sérieusement :happy:

    @Nicolas Bécuwe – Ah OK. Ouai donc si ce n’est que la phase 0-180° ça va :happy: C’est clair, ça s’en ressent sur l’impact. Perso j’utilise de la musique qui cogne bien pour la régler, style The Prodigy. Là, la phase ne t’échappe pas :lol:

  7. avatar
    Thibaut /

    Très tentant ce SVS PB12-NSD!
    Il me fait beaucoup hésiter avec le Klipsch SW-115!
    Le SW-115 est accessible à 550€ FDPIN.
    Est ce que quelqu’un a déjà pu les comparer?
    Quelles peuvent bien être les différences?
    Est ce que la différence entre un heut parleur de 12″ et 15″ se ressentirait?
    PI: c’est pour une pièce non-dédié de 60m², et pour le relier à un Onkyo TX-NR5007.

  8. avatar
    abdel /

    Bonjour tout le monde, j’ai quelque question sur les caissons de basse svs si vous pouvez me conseiller que je ne fasse pas de bêtise…
    Pour commencer je possède un Ampli Denon AVR-3312 et le pack 5 enceintes Jamo S608, tout cela dans un salon d’environ 27m2 (appartement).
    Maintenant la question consiste à savoir lesquels des enceintes semblent mieux adaptées pour mon utilisation en HC afin qu’il n’étouffe pas trop mes Jamo.
    Les SVS PB 1000 ou PB12 NSD ou carrément autre chose ?
    Merci pour vos réponses.

  9. avatar
    Abdel /

    Rebonjour,
    Toujours personne meme toi Nicolas ? lol

  10. avatar

    @Abdel – Bonsoir Abdel,

    Dificile à dire, car je n’ai pas testé le SVS PB 1000, mais j’aurais pourtant tendance à dire qu’il est largement suffisant, connaissant les caissons SVS et sûrement moins profond, mais plus ferme et rapide.

    Par ce que le PB12 est quand même énorme, et dans 27 m² il ne sera exploité qu’à 1/4 de ses possibilités, au maximum. Cela dit il est tout à fait capable de s’associer au Jamo car même à volume modéré il n’est pas envahissant, tient sa place, sait être subtile et autoritaire quand il le faut.

  11. avatar
    Abdel /

    Ok ca marche je vais suivre tes conseils et prendre les pb-1000 et donnerais mes impressions….
    Merci pour de ta réactivité et de tes conseils!

  12. avatar
    Arnaud /

    Je vas faire comme Abdel et prendre le SVS pb-1000 je pense. En fait j’hésite avec le vélo eq Max 10. Le SVS descend plus bas c’est claire mais j’ai peur que ça fasse trop vibrer la pièce.

  13. avatar
    Arnaud /

    Auteur du commentaire ArnaudJe vas faire comme Abdel et prendre le SVS pb-1000 je pense. En fait j’hésite avec le vélo eq Max 10. Le SVS descend plus bas c’est claire mais j’ai peur que ça fasse trop vibrer la pièce.

    Par contre Nicolas puisque tu dis que le eq Max 15 rivalise avec le PB12, ça voudrais dire que le PB1000 rivalise avec le eq Max 12 non ?

  14. avatar
    darmon /

    Bonjour,

    Voila j’aimerais avoir un conseil, après votre test j’hésite entre un JBL es250PW car je possède des JBL studio L820 et LC2, et un SVS PB12-NSD DSP (celui qui est en édition limité en charge close), lequel vous me conseillez pour du home cinéma ? (je n’écoute pas de musique)

    Le JBL m’intéresse pour son prix 350 euros mais je le trouve un peu gros et l’event à l’arrière me dérange…

    Quand aux SVS c’est la taille qui m’intéresse (cube de 36 cm de coté) et sa charge close et son prix en baisse sur certains site.

    Lequel vous me conseillez pour du HC…

  15. avatar

    @darmon – Bonjour,

    Désolé de cette réponse tardive, mais sans la moindre hésitation, je choisi le SVS et de loin :)

  16. avatar
    kastas /

    bonjour

    entre le pb12 nsd et le pb2000 quel est le meilleur puisque il sera distribué en quantités limités chez futurland ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: