Facebook Tweeter Tweeter

Test Panasonic DMP-BDT500 : le coup de coeur HDfever 2012 !

Je vous présente mon petit coup de coeur de l’année 2012, le lecteur Blu-ray Panasonic DMP-BDT500. Il s’agit du modèle haut de gamme du constructeur japonais. Malheureusement, il n’est ni compatible Super Audio CD, ni DVD-Audio, mais propose une lecture Blu-ray 2D & 3D et DVD très intéressante, de nombreuses fonctions de traitement audio et vidéo, et c’est le seul de la gamme à proposer une sortie analogique 7.1 pour une utilisation musicale, mais aussi home cinéma, d’autant plus intéressant qu’il intègre un DAC 192 kHz/32 bits. Il se démarque par une construction interne et externe bien plus soignée que ce qui se fait habituellement dans cette gamme de prix.

Avons-nous là un sérieux concurrent au lecteur OPPO BDP-93EU ? C’est ce que nous allons découvrir, car avec son prix indicatif de 449 euros, il reste accessible et peut devenir un lecteur Blu-ray vraiment intéressant. Dans ce test, je vous ferais une présentation complète du lecteur et de sa construction externe et interne, j’aborderai évidemment la qualité de lecture sur le Blu-ray, la mise à l’échelle des DVD et vidéos SD, mais aussi son posttraitement géré par le nouveau processeur LSI Uniphier et son Adaptative Chroma Processing. Enfin, toutes les fonctions Internet et surtout compatibilité multimédia seront analysées de très prêt.

Protocole de test :

  • Lecteur Blu-ray Panasonic DMP-BDT500
  • Diffuseurs testés : TV Samsung 55ES7000, Philips PFL9706H, projecteurs TriLCD JVC DLA-X3 et DLP Acer H6500
  • Amplificateurs : Onkyo TX-NR616, Rotel RMB-1576, Harman Kardon AVR365
  • Enceintes : Magnat Vector Needle, KEF Q500 & Q300, Caisson de grave SVS
  • Plusieurs DVD, Blu-ray 2D & 3D, fichiers vidéos et audio, CD
  • Benchmark : RMAA PRO (analyse du circuit analogique)
  • Filtre secteur SUPRA, Câble HDMI Oehlbach XXL Carb Connect, Câble analogiques Profigold
Présentation

Présentation du lecteur Panasonic DMP-BDT500

Pour commencer, le traditionnel petit tour du propriétaire. On découvre donc un lecteur assez slim (5.9 cm de hauteur), mais qui pèse tout de même son petit poids comparé aux lecteurs Blu-ray « grand public », avec 2.6 kg à la pesée. Son châssis est en effet tout en aluminium, couvercle y compris sauf qu’il y a une plaque en PVC collée par dessus. La façade qui se baisse lors de l’éjection du disque est également en PVC.

Il affiche un joli petit design sympa, avec cette petite bande en aluminium brossé en façade. Par contre, dès qu’il est présenté avec la façade baissée, il prend une apparence un peu plus cheap. Dommage, j’aurais préféré un lecteur avec tiroir classique, surtout qu’on est obligé de baisser cette façade pour connecteur un HDD externe ou un rack, car son port USB arrière ne reconnait pas les clés USB et HDD pour la lecture multimédia contrairement au port USB avant.

Petit regret aussi sur la qualité de la prise secteur, et de l’alimentation (consommation 12 Watts). Même si à l’image, les dégradations ne sont finalement pas vraiment visibles, même sur une TV de 55″ ou en vidéoprojection. Le courant envoyé dans le lecteur n’est pas d’excellentes qualités. Il est possible de corriger le tir en utilisant filtre secteur et un câble d’alimentation plus haut de gamme, mais ça alourdi la facture. Cela dit je pinaille un peu, car ce défaut est à peine visible, signe d’une alimentation très bien gérée, bien mieux que le lecteur ne peut le laisser transparaitre.

La découverte de l’électronique confirme un travail soigné, avec des composants bien agencés, un chipset Sharp pour la régulation à faible courant, un chipset Realtek pour la gestion réseau et le fameux SoC propriétaire Panasonic LSI Uniphier, un condensateur électrique haute capacité avec isolateur, et une horloge de contrôle pour réduire le jitter. Par contre, la signature du DAC 192 kHz/32 bits est inconnue.

La connectique est très complète et d’excellente qualité, encore une fois rare à ce niveau de prix. On trouve une sortie analogique 7.1, avec laquelle il est possible de configurer une sortie 5.1 + 2.0 ou une sortie 7.1. Il y a également deux sorties HDMI qui permettent diverses configurations : il est possible d’envoyer audio + vidéo via HDMI, ou audio + vidéo en simultanée via HDMI 1 et 2, ou seulement la vidéo via HDMI 1 et seulement l’audio via HDMI 2. Cela permet non seulement de restituer une meilleure qualité audio et vidéo, car plus de bande passante, mais aussi de profiter des pistes DTS-HD avec le Blu-ray 3D si l’ampli n’est pas 3D Ready.

Pour finir, on trouve un port USB à l’arrière qui permet de connecter une caméra Skype, et un port USB à l’avant pour les clés USB et HDD externes avec gestion des systèmes de fichiers NTFS et FAT32 et des HDD de 2 To. Un lecteur de cartes SD/SDHC/SDXC, une sortie Composite Vidéo, Coaxiale et Optique, et un port Ethernet viennent compléter cette connectique. Sachez également que le Wi-Fi est intégré et que le lecteur est certifié Wi-Fi Direct pour se connecter depuis un smartphone ou tablette sans passer par le réseau local.

Possibilité d’accéder directement aux différents posttraitement sous la trappe. Il s’affichent sur le film en cours de lecture pour juger du rendu en direct. Très pratique ! Chaque touche accède à un traitement différent.

Passons à la fameuse télécommande. Très sympa, cette dernière propose un touchpad d’une sensibilité exemplaire et très réactif. L’utilisation demande une petite prise en main, mais est plutôt ergonomique. Cependant avec certaines manipulations comme les fonctions en pop-up pendant la lecture, le lecteur ne réagit pas tout le temps comme on le voudrait. Il aurait été préférable de conserver une croix directionnelle en plus de ce touchpad. À part ça, pas de touches rétroéclairées, mais pas mal de raccourcis (accès aux réglages 3D, aux réglages image, à Skype et aux services Internet rapidement), une télécommande universelle et programmable, et une petite trappe qui s’ouvre en bas pour accéder directement à quelques réglages du traitement vidéo, upscaling 1080p, changer de modes image. Une télécommande sommes toutes pas mal du tout.

Caractéristiques techniques du lecteur en bref :

  • Lecteur Blu-ray 3D « audiophile »
  • Composants audio haut de gamme
  • Sortie analogique 7.1 avec DAC 192 kHz/32 bits
  • Processeur LSI Uniphier avec P4HD et Adaptative Chroma Processing
  • Conversion 2D/3D à la volée
  • DVD Super Resolution Processor  : Upscaling 1080p
  • Deux sorties HDMI 1.4 pour séparer le son de l’image
  • Technologie Clock Control pour réduire le jitter
  • 6 DSP avec un modes Digital Tube Sound, un High Clarity Sound et High Clarity Sound Plus (Pure Audio paramétrable)
  • Smartphone Remote Control & Touch Pad Remote Control
  • DLNA, UPnP, Samba, VIERA Connect, WiFi intégré, Wi-Fi Direct
  • Skype™3,  AceTrax, Viewster, YouTube™, Pandora, Facebook, twitter, Accuweather,  AP, Wall Street Journal, MLB, NBA, NHL and MLS4,  My Space, Disney Publishing, Flixster, AUPEO, iConcerts et plusieurs jeux, AUPEO!,
  • Démarrage et boot ultra rapides
  • Certfié Energy Star (mode éco)
Multimédia & Internet

Gestion Multimédia et Services Internet

Voici la partie décevante de ce lecteur. Dommage, car avec les qualités proposées en décodage vidéo et audio, analogique ou numérique  (comme nous le verrons plus loin), il aurait pu faire le carton plein avec une section multimédia plus aboutie. Il n’en est rien, ce lecteur affiche de grosses lacunes de ce côté. Il conviendra peut-être à une majorité de personnes pour une utilisation basique, c’est à dire lire du MKV, DivX, AVI ou MP3, mais les plus exigeants seront très déçus. Comparé à ce que propose un bon lecteur multimédia de nos jours, le Panasonic BDT500 est très en retard. Par contre, il gère non seulement le protocole réseau UPnP, mais aussi SAMBA, Wi-Fi Direct pour diffuser le contenu d’un portable ou tablette sur le lecteur.

Il est possible de changer l’image de fond

Un lecteur multimédia en retard sur son temps…

Sur le papier, cela s’annonçait prometteur, avec une certification DivX Plus HD, donc une meilleure gestion du conteneur MKV, la prise en charge de FLAC, un traitement vidéo et audio et un upscaling 1080p de très haute volée, tout était réuni pour en faire un lecteur polyvalent. Malheureusement, pour faire court, si la plupart de mes MKV ont été lus via USB, en revanche, le 24p n’est pas pris en charge, ni les formats audio HD comme le DTS-HD ou TrueHD multiplexés au sein des MKV, TS ou M2TS, ni les chapitres. Les ISO Blu-ray et DVD ne sont pas reconnues, ni les répertoires Blu-ray, même intégrés dans un dossier AVCHD, ni le WMV, ni le WMA (via USB). Avec cette absence de décodage 24p, les vidéos HD aux formats  MKV, AVI, TS et M2TS saccadent un peu.

Via UPnP c’est encore pire, car les MKV ne sont pas vraiment lus (pas de son). Quelques formats sont lus, mais avec une qualité exécrable, dégradée, downsamplés pour réduire la bande passante et rendre la connexion Wi-Fi plus fonctionnelle.

Protocoles DLNA, UPnP et Samba :

Par contre, la seule vraie satisfaction de cette gestion multimédia concerne la lecture du Flac qui est excellente avec des possibilités d’upsampling 88.2 ou 96 kHz (selon l’échantillonnage d’origine : 44.1 ou 48 khz). Les FLAC stéréo 192 kHz sont lus et même les FLAC 5.1 en 96 kHz, et avec une excellente qualité de lecture. Autre satisfaction, les rips de DVD et vidéos SD sont lus sans saccades, avec autoframerate sur les fps 49.9 ou 50 im/s et surtout un traitement vidéo exceptionnel qui permet d’améliorer de façon impressionnante les vidéos SD, même très compressé.

Je vous propose donc, comme d’habitude, un récapitulatif de cette gestion multimédia sous forme de listing, en essayant d’être le plus exhaustif possible :

Prise en charge multimédia vidéo :

  • Lecture multimédia possible via USB, carte SDHC, UPnP et même Samba, ou Wi-Fi Direct.
  • La qualité de décodage vidéo est excellente via USB et SAMBA, l’upscaling superbe, les réglages vidéos et audio tous fonctionnels. Par contre, via UPnP le traitement vidéo et l’upscaling n’est pas autorisé, les vidéos sont très dégradées.
  • Les MKV 1080p et 720p sont lus dans leur grande majorité via USB, mais il reste pas mal de mes MKV qui ne sont pas passés (environ 1 MKV /10 n’est pas lu). Par contre, via UPnP 1 MKV sur 2 ne passe pas, et surtout la piste audio des MKV n’est pas décodée, donc aucun intérêt.
  • Le décodage vidéo est assez sensible aux erreurs de muxing MKV, il n’a reçu que 5/20 aux tests de résistances aux erreurs d’encodage et de muxing MKV, mais sur le terrai c’est plus de 80% de mes MKJV qui ont été lus via USB.
  • Les déplacements dans les films sont rapides (avance/retour rapide), mais les chapitres des MKV, TS, M2TS ne sont pas gérés.
  • Les pistes DTS-HD et TrueHD ne sont pas gérées dans les MKV, TS et M2TS en bitstream, ni le Core DTS. Par contre, le décodage LPCM fonctionne et peut être upsamplé en 96 khz.
  • Pas d’autoframerate 24p (24 et 23.976 im/s) sur les MKV, TS et M2TS , mais l’autoframerate 25 et 30 im/s) fonctionne. Les rips de Blu-ray MKV, AVI, ou TS en 24p saccadent, pas les rips de DVD en 25p ou 30p.
  • Les ISO DVD, Blu-ray, ou DVD-Audio, S.A.CD, ne sont pas reconnus
  • Les multipistes audio et sous-titres sont gérées par simple N° de piste (la langue n’est pas affichée)
  • Les sous-titres PGS ne sont pas pris en charge dans les fichiers TS.
  • Il n’est pas possible de customiser les sous-titres : grosseur, repositionnement, couleurs, pas de synchronisation manuelle avec la vidéo.
  • Formats pris en charge (sauf exceptions et erreurs) via USB & SAMBA : MKV, VOB, AVCHD, TS, AVI, DivX HD et SD, MP4. (pas de WMV, ni MK3D, ni MKV SBS, ni FLV, ni répertoire Blu-ray, ni M2TS, ni ISO)
  • Formats pris en charge via UPnP : VOB, WMV9, WMV HD, AVCHD, TS, AVI, DivX HD et SD, MP4, MOV (pas de MKV, ni M2TS, ni FLV, ni ISO, ni répertoire Blu-ray, ni MK3D, ni MKV 3D SBS)
  • Synchronisation Audio/vidéo : manuelle, pas d’auto-Lipsync. De plus, il faut revenir au menu principal pour gérer la synchro. Ce n’est pas possible de le faire pendant la lecture d’un film.
  • Lorsque certaines vidéos ne passent pas, le lecteur plante souvent : redémarrage nécessaire.
  • les HDD et Rack HDD, clés USB sont gérés avec systèmes de fichiers NTFS et FAT32 jusqu’à 2TO.

Lecture audio et musicale

La lecture de musique n’est pas la fonction principale de ce lecteur, mais quelques formats sont gérés, dont le FLAC, le WAV-LPCM (pas de WAV-DTS), WMA (uniquement via UPnP), MP3, et AAC. Par contre, ne s’agissant pas d’un lecteur audio, des fonctions essentielles sont absents comme le Gapeless, l’affichage des pochettes n’est possible que via UPnP, la navigation dans les dossiers en cours de lecture n’est pas possible, les pistes et plages de lecture ne sont pas affichées sur l’affichage digital du lecteur, ni les chemins des dossiers.

  • FLAC : prise en charge des FLAC via USB, SAMBA et UPNP presque parfaite et d’excellentes qualités. Les FLAC 5.1 sont lus avec des échantillonnages en 44.1, 88.2 ou 96 kHz . Les FLAC stéréo 176.4 et 192 kHz sont parfaitement gérés avec tags et pochettes d’albums (via UPnP).
  • Notez que j’ai pu lire un fichier WAV LPCM en DXD (352.8 khz / 32 bits), mais dowsamplé en 176.4 kHz/ 32 bits d’excellente qualité. Impressionnant !
  • Les ID3 tags et les pochettes d’albums sont pris en charge sur tous les formats via UPnP.
  • Le lecteur n’est pas Gapeless (il y a un blanc à chaque changement de pistes audio)
  • Ces formats sont reconnus : FLAC, WMA (uniquement via UPnP), le MP3, le WAV LPCM (uniquement en 44.1 kHz), AAC multicanal et stéréo, le DTS et  AC3 5.1, le DTS 96/24
  • Ces formats ne sont pas reconnus : Le APE (Monkey’s Audio), WAV-DTS (5.1)(Il s’agit de rips de CD DTS), le WMA via USB, , MLP, DSD, le WavPack, le WAV 96 khz via USB,le MusePack, le DTS-HD et TrueHD.
  • Tous les formats audio HD ne sont pas lus en bitstream, ni même la partie Core. Il est possible de lire ces formats en décodage LPCM et Downmix stéréo (DTS-HD MA et HR, DTS EX 6.1, Dolby Digital/AC3, TrueHD, DD+, DTS-ES, etc), mais il y a pas mal de plantage en cours de lecture en décodage LPCM des DTS-HD. Évidemment, avec le Blu-ray le DTS-HD et TrueHD ne posent pas de problème.
  • Les ISO DVD-Audio ne sont pas reconnues

Un mot sur la gestion des vidéos et photos 3D

À ma grande déception, les MKV SBS en 3D Full HD (3840 x 2160px) ne sont pas lu, (ni en top&bottom 1920 x 2160 pixels), ni les MK3D, ni les WMV 3D, ni les répertoires Blu-ray 3D au sein des répertoires AVCHD, ni les photos JPS. Bref, la prise en charge multimédia 3D est quasiment inexistante. Seuls les MKV 3D en semi-définition (1920 x 1080 px, soit 2 images de 960 x 1080 px côté à côte) sont lus, comme tous lecteurs multimédias et Blu-ray sachant gérer le MKV. Par contre les photos MPO ((Multi Picture Object) .mpo sont lues et affichées en 3D sur un diffuseur compatible (passif ou actif, peu importe).

Par contre, sachez que le lecteur propose une conversion 2D/3D avec 3 niveaux de puissance. Cette conversion est assez agréable à regarder, ne propose pas d’effet de jaillissement, mais de la profondeur. Évidemment, le résultat est loin de ce que propose un contenu 3D natif. Il est également possible de régler la profondeur de l’image stéréoscopique avec plusieurs paramètres, mais pas de prise en charge du sens de lectrice des vidéos SBS.

Sur le Blu-ray 3D, le Panasonic propose un excellent décodage du AVC/MVC, comme c’était déjà le cas en 2011. En fait un des meilleurs décodages AVC/MVC du moment ! De plus avec un postprocessing paramétrable fonctionnel sur la 3D, il est possible d’accentuer encore plus la sensation de relief, de précision de l’image 3D. C’est tout simplement magnifique ! Notez enfin qu’il est possible de repositionner les sous-titres avec le Blu-ray 2D & 3D, une fonction très utile pour les amateurs de vidéoprojection en 2.35:1.

Viera Connect : un portail internet plus complet qu’avant, mais …

Panasonic a donc revu son portail internet Viera Connect et propose désormais plusieurs applications en tout genre,, agencées un peu comme le Smart Hub de Samsung avec les applications favorites mises en en avant sur l’interface et un accès à un store pour installer ou désinstaller des applications. On retrouve plusieurs catégories comme les applications de réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, ou encore les vidéos de Youtube, de la VOD HD assez cher en location ou même vente de vidéos HD avec AceTrax, des mini jeux en ligne, de la musique avec AUPEO! (entre autres) et plusieurs autres applications.

Je ne m’attarde pas dessus, sauf pour dire que ce n’est pour le moment pas très rapide, que les rares trailers que j’ai voulu lancer ont fait planter le lecteur avec redémarrage à la clé. Cela sera sûrement corrigé et amélioré au fil du temps. Ces applications pourront intéresser certaines personnes, mais ce n’est pas le plus important à mes yeux, mais encore une fois chacun ses attentes :)

Je vous présente quelques photos, suffisantes et plus parlantes qu’un long discourt…

Traitement Vidéo

Traitement vidéo du Panasonic BDT500

Abordons ce qui fait la grande force de ce lecteur, la qualité de décodage vidéo d’une part, mais aussi la qualité de son posttraitement. Ce lecteur embarque donc le fameux SoC LSI Uniphier WN864705KP qui gère donc plusieurs fonctions comme le traitement vidéo, la 3D, le décodage des Blu-ray, DVD et fichiers multimédia, et intègre un CPU Dual Core pour gérer le multitâche et les applications.

Je vous présente donc ses possibilités, ses fonctions, et mon avis sur ce traitement que j’ai pu tester sur divers diffuseurs. En effet, les résultats de tel ou tel traitement vidéo peuvent varier en fonction des diffuseurs. Comme pour l’audio, le traitement vidéo peut plaire plus ou moins en fonction des goûts de chacun. Donc à ce niveau là, difficile de dire si ce traitement est meilleur que celui de l’OPPO (puisque cette question revient souvent), ça dépend des goûts, mais ce qui est sûr c’est qu’il est très complet ! J’ai essayé d’être le plus objectif possible…

Panasonic BDT500: Quelles possibilités avec la gestion vidéo en sortie ?

Comme tous les lecteurs Blu-ray aujourd’hui, ce BDT500 permet de sortir en 1080p, 1080i, 720p, mais malheureusement pas de sortie Directe pour confier le traitement et l’upscaling à un scaler externe. Cela dit, ce qui est possible de faire sur ce lecteur est déjà très intéressant. On peut évidemment sortir en YCbCr 4:2:2 ou 4:4:4, en RGB Limited (15-235) ou RGB Etendu (0-255) et en Deep Color Auto (pas de choix sur la quantification du Deep Color, mais il peut sortir en 36 Bits), activer ou non la sortie 24p, activer ou non l’Adaptative Chroma Processing.

Ce traitement permet, selon Panasonic, de traiter avec précision chaque pixel de signaux vidéo dans les directions verticale et horizontale pour des couleurs plus riches et naturelles. Et il est vrai que le rendu colorimétrique est d’un naturel exceptionnel, mais les plus exigeants referont sûrement un calibrage de leur diffuseur avec le mode « Avancé » de ce traitement qui élargit sensiblement le gamut. Ça peut avoir du bon sur certains diffuseurs, mais pour ceux qui sont calibrés au poil via un CMS, il sera peut-être judicieux de refaire quelques petits relevés avec éventuelles corrections.

Comme déjà indiqué en introduction, il est donc possible de sortir uniquement la vidéo via HDMI 1 et l’audio via HDMI 2 Sub. Cela permet d’apporter un meilleur son et une image plus belle, sauf que sur le terrain ce n’est pas flagrant. De plus, on m’a signalé (merci Hugo S de HCFR) que le fait de séparer l’image et le son peut engendrer des problèmes de synchronisation audio/vidéo. Là aussi, ce n’est pas flagrant, mais j’ai effectivement remarqué quelques décalages sur la lecture de certains DVD …

Enfin, ce lecteur propose donc un posttraiment vidéo très complet, avec un filtre pour renforcer le Sharpness (netteté) de -6 à +6, un pour renforcer la clarté des détails de -6 à +6, deux réducteurs de bruit vidéo  et un Super Resolution qui va de 0 à +2 pour accentuer les détails lors d’un upscaling 1080p. Je reviens dessus dans le paragraphe ci-dessous…

Que vaut le traitement vidéo de ce lecteur ?

Ce lecteur fait vraiment très, très fort en matière de décodage du Blu-ray, même avec le traitement vidéo par défaut et les différents réglages à 0. Il atteint l’excellence en terme de fluidité, naturel des couleurs tout en étant vives, une image lumineuse avec des noirs fouillés, débouchés. Certains passages des films de Terrence Malick qui aime jouer avec les contre-jours et la luminosité sont tout simplement somptueux avec un rendu très dynamique.

Seul le mode USER permet de tout régler manuellement

De plus, l’image offre un superbe piqué et une texture riche avec cette sensation de gain de matière par rapport à beaucoup de lecteurs entrés de gamme qui offre une image plus douce et lisse, et donc moins de relief. C’est un des facteurs qui démarque ce lecteur du Sony BDP-S790 testé il y a quelques jours qui offre une image plus douce. Autant dire qu’à ce niveau-là il est très difficile de départager ce lecteur de l’OPPO, ce n’est plus qu’une question de goût et d’attentes. Je dirais que l’OPPO affiche légèrement moins de bruit sur certaines scènes bruitées, mais aussi légèrement moins de matière.

C’est aussi sur les réglages proposé par le posttraitement que ce lecteur Panasonic va se démarquer définitivement de tout ce qu’il se fait actuellement. La qualité de décodage associé à celle du processing offre un résultat absolument magnifique. Le Sharpness est très fin, jamais agressif, et si il met le bruit vidéo de certaines scènes plus en évidence, il offre surtout encore plus de piqué et de détails à l’image. Il faudra le doser subtilement en fonction de votre diffuseur, même si quelques gradations supplémentaires auraient été intéressantes sur certains diffuseurs.

Comparatif : Sans et avec posttraitement

(Blu-ray iRobot)

(Cliquez sur les images pour agrandir et comparer)

Ce n’est pas tout, puisqu’on peut associer un filtre « Clarté des détails » qui agit comme une accentuation des contours. Ce filtre offre un gain de relief exceptionnel, donnant une sensation de 3D naturelle à l’image. En vidéoprojection le résultat est assez bluffant, surtout que là aussi il n’en fait pas trop, ne crée que d’éventuels légers cisaillements si on dépasse les +4 ou +5 en fonction du diffuseur, mais est réellement efficace de 0 à +4. Par contre, vu l’efficacité de ce traitement, il sera conseillé de faire très attention de réduire, voire désactiver le traitement vidéo du diffuseur.

On trouve aussi deux réducteurs de bruit vidéo. Pour ma part, j’évite au maximum de me servir de ces filtres, surtout sur le Blu-ray ou vidéos HD pour conserver le grain original, mais sur quelques DVD ou vidéos de mauvaise qualité ils peuvent être très utiles. Encore une fois, ils sont efficaces. Ici, ces réducteurs arrivent à gommer le bruit vidéo et quelques artefacts de compression de manière efficace tout en conservant une image détaillée et c’est assez rare pour le souligner, car souvent ces filtres ont tendance à flouter l’image pour gommer les imperfections (forcément c’est plus facile).

Un Upscaling 1080p très puissant et paramétrable !

Le Super Resolution propose deux niveaux d’accentuation de la précision de l’upscaling 1080p des DVD, vidéos 720p et vidéos SD. C’est d’ailleurs le seul filtre qui peut être un peu trop agressif est aurait lui aussi gagné à proposer plus de gradations pour un dosage plus fin. Déjà par défaut, on pourra se rendre compte que cet upscaling est très puissant et rivalise avec les meilleures mises à l’échelle du moment. Le plus impressionnant concerne les DivX ou vidéos SD. Pour ma part je n’avais jamais vu une telle qualité d’amélioration sur des vidéos aussi compressées ! Les artefacts de compression MPEG sont retravaillés de la plus belle des manières, comme si le lecteur récréait la texture de la vidéo. Il ne fera pas de miracles sur l’irrécupérable, mais tout de même ! Impressionnant !

Comparatif upscaling + posttraitement

(DVD Hugfo Cabret (si, si un DVD :) )

Si on rajoute à cet upscaling les différents filtres qui se sont avérés également très efficaces sur une image upscalée, on arrive à un résultat bluffant avec certains DivX qui retrouvent une qualité proche du DVD et des DVD qui s’approchent d’une qualité HD. C’est une vraie redécouverte de ses vieux DVD laissés dans un coin ! Lorsqu’on commence à prendre du plaisir à revoir ses vieux films en DVD, c’est que le parie est gagné.

Au final, nous pouvons donc dire que ce Panasonic DMP-BDT500 offre ce qu’il se fait de mieux en matière de traitement d’image et d’upscaling. Il rivalise, voire dépasse les toutes meilleures platines haut de gamme. Seule sa construction milieu de gamme pourra poser quelques limites si on ne lui apporte pas d’amélioration de type filtre secteur, câble d’alimentation haut de gamme pour mieux gérer les scènes bruitées et apporter un peu plus de dynamique et fluidité à l’image.

Le seul reproche que je pourrais faire, c’est l’absence de plusieurs modes mémorisables pour régler différents traitements vidéo optimisés pour tel ou tel style de vidéos SD, Blu-ray ou DVD. Cela aurait permis d’éviter le temps à prendre pour parfaire ce traitement avant chaque film. À moins que vous ne lisiez que du Blu-ray. Autre regret, je trouve que les fonctions « Noir Net » et « Remastériser le Contraste » du Sony S790 était vraiment intéressantes pour déboucher ou accentuer les noirs de certains Blu-ray, ou améliorer le contraste intra image. Ici, aucun réglage dans ce sens si ce n’est un réglage du contraste que je n’utilise pas à part sur certaines vidéos SD un peu fades.

Traitement Audio

Traitement Audio Analogique et Numérique

Cette partie du test est tout aussi importante à mes yeux que la partie image. Il s’agit des qualités audio de ce lecteur, que ce soit numérique (via HDMI, Coaxial ou Optique) ou analogique grâce à une sortie 7.1 configurable en 5.1 + 2.0. Avec un DAC 32 bits / 192 kHz, et une horloge de contrôle pour réduire le jitter, un circuit numérique optimisé plus une sortie analogique 7.1 dotée de connecteurs or, ce lecteur semblait prometteur.

Et encore une fois je suis très impressionné par la qualité offerte par ce lecteur qui rivalise avec certains lecteurs « audiophiles ». Cela peut paraitre très étonnant, voire même difficilement compréhensible, mais le constat est là, ce lecteur offre une musicalité exceptionnelle et je pèse mes mots, la preuve avec ces mesures bien-sûr appuyées par quelques écoutes de films et musique en stéréo, Quadriphonie et 5.1.

IMPORTANT : ne pas utiliser la sortie stéréo dédiée mais la sortie Front, même en stéréo !

Présentation des possibilités offertes par le BDT500

Pas la peine de revenir sur les possibilités de la sortie HDMI Sub, déjà expliquées. Par contre, vous avez donc pu voir que ce lecteur propose aussi une sortie analogique 7.1 qui peut être gérée de deux façons. Soit vous laissez tel quel en 5.1 + 2.0, ce qui permet de relier la sortie 5.1 à une entrée multicanal sur un ampli AV et relier la sortie 2.0 pour une écoute stéréo vers un ampli Hi-Fi. En théorie ! Car malheureusement les tests ont pu mettre en évidence une faiblesse au niveau de la qualité analogique sur cette sortie 2.0 lorsqu’elle est utilisée en stéréo. Il est donc conseillé pour le moment, en espérant une correction firmware, de configurer la sortie analogique en 7.1 et d’utiliser les sorties Frontales pour la stéréo. Et vous allez le voir, la qualité du circuit analogique de ce lecteur, c’est la grosse surprise !

Au niveau du traitement audio, nous avons plusieurs DSP qui ne fonctionnent qu’en décodage LPCM (pas en Bitstream) comme un upsampling 96 kHz ReMaster sur 3 niveaux. Ce dernier est l’un des 2 DSP que je trouve intéressant, et qui apportent des graves plus profonds et des aigus plus nuancés même si on s’éloigne un peu du timbre naturel et qu’on n’atteint pas la qualité d’un vrai échantillonnage 96 kHz.

On trouve également les fameux DSP Digital Tube censés apporter un timbre qui se rapproche des électroniques à tubes. Pour le coup, je n’ai pas été très emballé, mais bon,  il s’agit d’une option à utiliser ou pas, chacun ses goûts. Par contre un DSP également intéressant, c’est l’optimiseur de dialogues qui permet donc de rehausser le gain des dialogues si le film est un peu faiblard de ce côté là. Et ça marche aussi après spatialisation 7.1 d’une piste stéréo.

Enfin, le lecteur propose un High Clarity Sound et High Clarity Sound Plus, deux traitements bien différents puisque le premier est réservé à améliorer le transfert HDMI en désactivant la sortie analogique stéréo et en optimisant le transfert numérique, et le deuxième se comporte comme un mode Pure Audio, donc pour améliorer le circuit analogique, avec plusieurs options comme désactiver le son via numérique ou même la sortie vidéo HDMI pour réduire les interférences et par la même le THD et le Jitter.

Par contre, il y a tout de même une déception, car ce lecteur ne propose pas de contrôle du volume, ce qui empêche la connexion directe sur un amplificateur de puissance. Dommage, car il y avait également les possibilités de configurer la sortie analogique 7.1 au niveau de la taille des enceintes (large bande ou Bibliothèque, ou même désactiver une enceinte), le niveau de chaque canal en dB, et le délai en milliseconde, même si ça reste plutôt limité et qu’on ne trouve pas de crossover, ni d’égaliseur.

Transfert numérique HDMI de très haut niveau !

La première surprise concerne le transfert audio numérique via HDMI (ou même via SPDIF mais ce dernier ne gère évidemment pas les formats audio HD), et même si ça en étonnera certains qui pensent qu’en bitstream tous les transferts numériques se valent (ce qui n’est absolument pas vrai), le Panasonic BDT500 en est la preuve vivante. En tant que fervent admirateur des lecteurs Blu-ray OPPO, je l’affirme sans concession, ce BDT500 est actuellement le lecteur non tweaké qui m’a offert la meilleure restitution sonore via HDMI !

On ressent de suite une qualité sonore d’une extrême fidélité, ample, intelligible, précise et un rendu sans jitter, très propre et d’une grande précision. L’image sonore gagne en musicalité, avec de la précision et d ela finesse dans le haut du spectre et des graves plus profonds et tendus. Très appréciable sur n’importe quel Blu-ray, DVD ou Blu-ray, cette qualité de transfert HDMI se ressent aussi grandement sur l’écoute de Pure Audio Blu-ray (version musicale du Blu-ray).

Qualité analogique : l’énorme surprise de ce lecteur !

En tant qu’amateur d’appareils Hi-Fi haut de gamme, je ne m’attendais pas à trouver une haute qualité de circuit analogique sur un lecteur comme ce Panasonic. Ce n’est pas qu’il soit Cheap, mais il faut bien avouer que sa construction n’a rien d’un appareil haut de gamme ou Hi-Fi, ne serait qu’avec ce châssis « light » et cette alimentation et construction très basiques à première vue. Et pourtant, dès les premières écoutes sur des enceintes Monitor Audio GX200 couplées avec un Harman Kardon AVR360, puis un Rotel RMB-1575 Class D, je prends une énorme claque ! Déstabilisant et le mot est faible …

C’est en écoutant l’album de la B.O de Gladiator, puis le superbe – Wish You Were Here , de Pink Floyd réédité en quadriphonie que je me rend tout de suite compte que ce lecteur propose une superbe dynamique et musicalité, un timbre chaleureux avec des aigus précis sans jamais agresser, des graves profonds, une réponse en fréquence superbe, pour des performances dignes des meilleurs lecteurs universels testés sur HDfever comme le Cambridge Audio 751BD, rien que ça !! L’attaque sur la note est rapide et douce à la fois, les médiums et les graves offrent une rondeur agréable, l’équilibre tonal est juste parfait !

Que dire de plus, à part que c’est une réelle révélation de retrouver une telle qualité sur un lecteur aussi abordable. Il dépasse de loin des lecteurs comme les OPPO BDP-93EU et même plus dynamique que le BDP-95EU. Il rivalise donc avec des DACs Cambridge Audio au niveau de la musicalité et du SNR. Le seul point légèrement en retrait qui fait que le Cambridge 751BD reste légèrement meilleur se situe au niveau du THD qui est très bon, mesuré à 0.0018% au lieu de 0.0007% sur le Cambridge. Autre déception, la sortie stéréo dédiée affiche un résultat très en retrait comparé à la sortie analogique 7.1, donc même en utilisation uniquement stéréo il sera conseillé d’utiliser les frontales de la sortie 7.1.

Les avis subjectifs c’est bien, mais pour ceux qui pourraient en douter, ce que je peux aisément comprendre, voici les mesures de ce circuit analogique effectuées avec le logiciel RMAA PRO sur des signaux à 44.1, 48 ou en 96 et 192 kHz. J’ai repris l’essentiel de ces mesures en les comparant avec des appareils plus haut de gamme avec quelques explications. Ce sont des mesures que j’effectue régulièrement et que je réalise avec la plus grande attention.

Mesures sur un échantillonnage 96 Khz

Sur ces premières mesures j’ai donc analysé un signal 96 khz en sortie analogique 7.1 sur les frontales puisque la sortie stéréo dédiée affiche de mauvais résultats, et ne doit donc pas être utilisée même pour de la simple stéréo. A réserver donc pour les surround back.

Ci-dessous, la réponse en fréquence sur 96 kHz très linéaire qui ne varie que de très peu au niveau du niveau sur le seuil audible par l’oreille humaine soit sur une fréquence en-dessous des 20 khz. Elle fait partie des meilleures mesurées, même si les OPPO Audiocom, ou le Cambridge 751BD font légèrement mieux, mais bon on est très au-dessus en terme de prix …

From 20 Hz to 20 kHz, dB
-0.14, +0.02
From 40 Hz to 15 kHz, dB
-0.07, +0.02

Ci-dessous le niveau de bruit : là aussi, très grosse performance, puisque avec -111dB, pour le coup le Panasonic fait mieux que les OPPO et Cambridge. Avec le Dynamic Range, c’est la mesure la plus étonnante de ce circuit analogique excellent ! Il atteint des performances très proches du DacMagic Plus ou encore des  carte son Asus Xonar mais en 7.1.

Left
Right
RMS power, dB
-98.0
-105.8
RMS power (A-weighted), dB
-108.2
-111.7
Peak level, dB FS
-57.4
-73.5
DC offset, %
-0.0
-0.0

Ci-dessous la Gamme Dynamique (ou SNR) : Tout comme le niveau de bruit, ces mesures vont d’ailleurs souvent de paire, le résultat est tout simplement exceptionnelle, parmi les meilleure dynamique jamais mesurée avec le DacMagic Plus et les cartes son Asus Xonar. Mais les plus étonnant, c’est qu’en plus le Panasonic affiche un signal extrêmement propre, avec très peu de pics. Ici, je vous ai mis le Dynamic Range de l’OPPO 93EU en premier (celui qui affiche le plus de pics), puis celui du DacMagic Plus de Cambridge (un peu moins de pics) et celui du Panasonic BDT500 (le plus propre de tous avec des pics très faibles).

OPPO BDP-93EU : Dynamic = 98 dB (pics importants)

Cambridge Audio DacMagic Plus : 108 dB (pics réduits)

Panasonic BDT500 : Dynamic = +111dB (pics ultra faibles)

Left
Right
Dynamic range, dB
+106.6
+106.8
Dynamic range (A-weighted), dB
+111.3
+111.8
DC offset, %
+0.00
+0.00

THD (Taux de Distorsion Harmonique) : le THD est très faible, mais ce n’est pas le meilleur. En effet, Cambridge propose bien mieux, ainsi que l’OPPO BDP-95EU, mais le Panasonic propose tout de même un THD jugé d’excellent avec 0.0018% de moyenne, ce qui reste vraiment anodin. Et encore une fois, le signal est d’une pureté étonnante ! Étrangement c’est surtout le canal droit qui dégrade cette moyenne avec 0.0028% de THD, car le gauche est mesuré à 0.0007% soit identique aux autres lecteurs cités.

Left
Right
THD, %
+0.0007
+0.0028
THD + Noise, %
+0.0018
+0.0033
THD + Noise (A-weighted), %
+0.0018
+0.0040

Distorsion d’Intermodulation

Left
Right
IMD + Noise, %
+0.0020
+0.0034
IMD + Noise (A-weighted), %
+0.0014
+0.0021

Aucune Diaphonie Stéréo

Left
Right
Crosstalk at 100 Hz, dB
-101
-102
Crosstalk at 1000 Hz, dB
-93
-93
Crosstalk at 10000 Hz, dB
-74
-73

Balayage de tonalité : petit déséquilibre ici, dans les basses fréquence un peu plus en avant sur le canal droit, mais rien de bien audible à l’oreille, sauf du matériel très haut de gamme et avec une oreille très experte…

Left
Right
IMD + Noise at 5000 Hz,
0.0019
0.0039
IMD + Noise at 10000 Hz,
0.0018
0.0030
IMD + Noise at 15000 Hz,
0.0032
0.0039

Benchmarks RMAA PRO

Pour finir, les benchmarks relevés en 44,1 khz / 16 bits, c’est à dire qualité CD, et sur un échantillonnage 96 khz / 24 bits ce qui correspond à la qualité offerte par le DVD-Audio, ou les FLAC Studio Master, rips de DVD-A ou S.A.CD avec conversion PCM. Les mesures des signaux 48 khz (Blu-ray et DVD) et 192 khz sont de qualité identique au 96 khz. Le Panasonic est légèrement moins performants sur le CD en 16 bits que sur les quantifications 24 bits, comme beaucoup de DAC multicanal.

Vous pouvez comparer ces résultats avec ceux déjà mesurés sur ce comparatif de circuits analogiques (OPPO, Asus), ou sur le test du DacMagic Plus, ou du Cambridge Audio 751BD.

Conclusion

Conclusion

Le lecteur Blu-ray Panasonic DMP-BDT500 est clairement un lecteur de référence et mon coup de coeur 2012. Il est de loin le meilleur lecteur testé depuis le OPPO BDP-93EU. Certes, on pourra avoir quelques regrets, comme la qualité de construction assez moyenne, mais loin d’être Cheap, un cordon d’alimentation de mauvaise qualité, mais les composants internes sont très bien intégrés, choisis avec soin et surtout parfaitement optimisés pour en tirer le meilleur malgré une alimentation à faible courant.

Sa partie multimédia est une vraie déception, sauf en ce qui concerne la lecture du Flac. Nous espérons donc que Panasonic apporte un suivi particulier sur ce modèle pour le faire évoluer dans le bon sens à ce niveau, car c’est un lecteur qui le mérite grandement ! Il propose un décodage du Blu-ray absolument magnifique, un des meilleurs, sinon le meilleur actuellement sur le marché, un posttraitement très efficace sur la 2D comme sur la 3D, puissant et subtile, qui rivalise avec des lecteurs bien plus haut de gamme et surtout très complet. Pour couronner le tout, son upscaling 1080p est capable de faire des miracles sur le DVD ety même sur des vidéos compressées.

Et comme si ça ne suffisait pas, il offre un des meilleurs transferts audio numériques via HDMI. Ce n’est pas tout, et c’est la partie la plus étonnante ! Il déjoue toutes les lois de la physique pour ses qualité audiophiles. Un circuit analogique digne des meilleurs lecteurs universels à tendance « audiophile », dépasse tout ce qu’il se fait actuellement sur lecteur Blu-ray, dépasse la qualité analogique de lecteurs référence comme le OPPO BDP-95EU (en connexion RCA), le Yamaha BD-A1010, et se hisse juste en dessous du Cambridge Audio 751BD ! Un véritable exploit pour un si « petit » lecteur. Je sais, cela est difficilement compréhensible au regard de sa construction très en-deça des lecteurs cités, mais les résultats sont là, autant au niveau des mesures qu’à l’écoute.

Quel dommage que Panasonic n’ait pas intégré la lecture du DVD-Audio et du Super Audio CD. Quel dommage également que ce lecteur soit si faible en lecture multimédia. Cependant, le but d’un lecteur Blu-ray est de lire des DVD et Blu-ray et sur ce terrain le pari est plus que réussi ! Un grand bravo à Panasonic pour cette excellente surprise. Je lui attribue donc la récompense ultime de Reference HDfever, une première pour un appareil à ce prix.

Les notes sont évidemment en fonction du prix des appareils :

  • Qualité de fabrication :
  • Qualité du décodage vidéo :
  • Qualité du postprocessing :
  • Qualité de l’upscaling :
  • Qualité de la 3D :
  • Prise en charge multimédia :
  • Qualité audio analogique :
  • Qualité du transfert audio numérique :
  • Fonctions et réglages :
  • Qualité de la connectique :
  • Rapport Qualité/prix:

Ce que j’ai aimé avec le Panasonic DMP-BDT500 :

  • Une référence en qualité de décodage vidéo (Blu-ray, DVD)
  • Le posttraitement vidéo très puissant et subtil
  • Le traitement vidéo fonctionnel en 3D
  • Un circuit analogique impressionnant de dynamique
  • Excellent transfert audio numérique
  • Un upscaling 1080p bluffant
  • Les réglages 3D :conversion 2D/3D, parallaxe, profondeur 3D
  • Silence de fonctionnement (juste un petit chuintement en veille)
  • Le Wi-Fi & Wi-Fi Direct intégré
  • Le protocole réseau SAMBA (à parfaire)
  • L’excellente gestion du Flac stéréo et multicanal
  • Le nombre impressionnant de réglages audio et vidéo
  • Upsampling 96 kHz/ 24 bits en LPCM
  • Une connectique complète
  • Et forcément son rapport qualité/prix !

Ce que je regrette avec le Panasonic DMP-BDT500 :

  • Un câble d’alimentation bas de gamme
  • Une gestion du bruit vidéo un peu en retrait
  • Pas de prise en charge du DVD-Audio, ni du Super Audio CD
  • Une gestion multimédia très décevante
  • Un seul mode de traitement vidéo mémorisable.
  • Quelques plantages, lenteur de fonctionnement un peu pénible
  • Une télécommande discutable : touchpad pas évident, pas de touche rétroéclairée
  • La trappe en façade un peu cheap est inutile
  • Un affichage digital des plus basiques (mais affichage des plages de CD)

[adfever type= »product » value= »15184120″]

361 commentaires

  1. avatar
    guillaume /

    Hello,
    J’ai une question à laquelle je n’ai pas encore trouvé de réponse… Je viens d’installer une BDP500 et je l’ai relié à mon ampli Cambridge 340R par les câbles RCA en 5.1direct. Par contre, j’aurai voulu le raccorder également à l’entrée CD de l’ampli, et apparemment les RCA stéréo à utiliser de préférence sont les Front (qui sont déjà utilisé par le 5.1 direct). Que puis-je faire?
    Merci et bonne journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: