Facebook Tweeter Tweeter

Test Onkyo TX-NR414 : un bon ampli 5.1 « musclé », mais pas d’Audyssey

Je vous présente le premier test de la gamme 2012 d’Onkyo avec l’amplificateur 5.1 entrée de gamme Onkyo TX-NR414. Cet ampli remplace le TX-NR509 que j’avais testé en 2011, mais il est pourtant vendu plus cher de 50 euros avec un prix indicatif de 549 euros. Il s’agit du premier ampli de cette gamme 2012 à proposer le support du réseau, et les nouvelles fonctions, c’est-à-dire la compatibilité MHL, InstaPrevue, un mode hybride Stand-by, l’accès au nouveaux services internet comme MP3tunes, mais aussi, c’est la première année que les amplis entrée de gamme accueillent la technologie WRAT censée apporter une réponse en fréquence plus large, une meilleure musicalité, et plus de dynamique.

Quelques nouveautés donc, insignifiantes pour certains, séduisantes pour d’autres comme la technologie WRAT, mais toujours pas d’upscaling 1080p. Alors, est-il vraiment plus intéressant que son prédécesseur le TX-NR509 ? Mérite-t-il ces 50 euros supplémentaires ? Gagne-t-il en qualité d’écoute et en puissance ? C’est ce que nous allons découvrir lors de ce test…

Protocole de test :

  • Amplificateur 5.1 Onkyo TX-NR414 (5.1 / 5 x 130 W / 6 Ohms)
  • Enceintes KEF Q500 et Q300, et Monitor Audio GX200
  • Lecteur Blu-ray Sony BDP-S790
  • Lecteur multimédia Dune HD TV-301 et Xtreamer Sidewinder 3
  • TV LED 3D  Samsung 55ES7000
  • Plusieurs Blu-ray, DVD, CD, fichier audio FLAC, MP3, WMA, APE, WAV, etc

Présentation de l’ampli Onkyo TX-NR414

L’ampli Onkyo TX-NR414 a beau être une entrée de gamme, il affiche tout de même une taille assez imposante avec 17.3 cm de haut, 43.5 cm de large et 32.8 cm de profondeur, pour un poids de 11.5 kg. Un bien bel ampli qui propose une belle qualité de construction, solide, comme souvent chez Onkyo. La façade est en PVC épais et brossée, le tout est bien assemblé, l’écran plutôt large affiche pas mal d’infos avec toujours ces écritures vertes (qui ne plaisent pas à tout le monde). Par contre, étonné de voir que la disposition des enceintes n’y apparait plus sur cet écran digital ! Le look et les dimensions sont strictement identiques qu’en 2011.

Depuis la façade, on peut tout contrôler, comme depuis la télécommande, que ce soit le choix de source, la navigation dans l’OSD, le choix des modes audio, la gestion de la zone 2, le tuner radio, l’accès aux services webs, ou aux fichiers audio via USB et deux petits contrôles intéressants, celui de la tonalité et le mode Pure Audio qui sert à désactiver des fonctions, les DSP, le crossover, certaines  entrées/sorties, ou affichages, pour perturber le moins possible le signal audio et gagner ainsi en musicalité, surtout intéressant avec un très bon lecteur audio ou DAC connecté en analogique. On remarquera donc le nouveau logo WRAT, absent des entrées de gamme 2011.

Au niveau des connectiques en façade, on trouve une sortie casque 6.5mm, une entrée auxiliaire RCA stéréo, un port USB pour connecter un iPad/iPhone, ou une clé USB avec la gestion des systèmes FAT et NTFS. L’entrée Composite, permet aussi de transférer la vidéo depuis un iPhone/iPad. Tout est donc identique au NR509, sauf un oubli, et pas des moindres, il n’y a plus d’entrée micro, et pour cause, le NR414 ne propose plus de correction acoustique via microphone, alors que le NR509 proposait l’Audyssey 2EQ, et il n’y a même pas d’égaliseur (EQ) dans l’OSD.

Passons aux connecteurs arrière. Et là aussi, première chose qui frappe, il n’y a plus port pour le dock iPhone, et surtout, plus de Pre-Out pour Surround Back. En effet, le NR509 proposait la possibilité de faire évoluer l’ampli en 7.1 en associant un ampli de puissance stéréo externe. Par contre, il gagne deux entrées HDMI, pour un total de 6 entrées HDMI 1.4 compatibles CEC, 3D, Deep Color, xvColor, Auto-LipSync, mais pas 4L passthrough. La sortie HDMI est évidemment compatible ARC pour recevoir l’audio de la TV.

Pour le reste, c’est identique, avec une Zone 2, et 4 entrées Composite vidéo et 1 sortie, une Pre-Out pour le subwoofer, 5 entrées stéréo RCA, un déport IR, 2 entrées Coaxiale 2 Optique, 2 entrées/1 sortie YUV Composante, les antennes AM/FM, et le port Ethernet. il manque cruellement de PreOut 7.1, et une entrée analogique 7.1, dommage.

Les accessoires sont donc limités, plus de micro, plus d’autocollants en couleur pour marquer les câbles, juste une télécommande, le manuel, et l’antenne radio .La télécommande reste identique avec des boutons pour l’USB et le réseau, et malheureusement toujours pas de touches rétroéclairées. La plupart des fonctions intéressantes sont accessibles via les raccourcis télécommande, mais on regrettera l’absence de contrôle direct des réglages de tonalité, et du mode Pure audio. On pourra y accéder via un OSD en pop-up qui reste assez rapide d’exécution et une petite touche raccourci « Set-up » permet d’afficher des infos et la fameuse technologie InstaPrevue qui permet d’afficher dans des petites fenêtres PIP (Picture in Picture) les images diffusées par les sources connectées en HDMI afin de les sélectionner plus rapidement (pratique si on ne se rappelle plus quel lecteur, console, Box TV est associée à quelle entrée HDMI).

Présentation des fonctions et interface

L’interface (OSD) change également, on peut dorénavant l’afficher entièrement en pop-up sur le film en cours de lecture. Pratique, cela permet de faire ses réglages sans arrêter le film. Par contre, je suis là encore très étonné de voir que cet OSD est plus basique qu’en 2011.  il n’y a plus d’icône, ni aucun graphique. L’OSD est on ne peut plus basique, plus de graphisme, et plus de modes Audyssey donc, puisque absence de correction acoustique Audyssey, mais il reste réactif, et bien pratique avec cette affichage en surimpression.

On devra donc configurer soit même les enceintes. Pour cela, on trouve donc la possibilité de de renseigner dans le menu « SP Config » la configuration d’enceinte (5.1, 5.0, 4.0 ou 3.1, stéréo, etc) et le type d’enceinte dont on dispose, « Large » pour les Colonnes disposant d’une large bande passante, surtout dans les grave, et « Petite » pour les enceintes qui ne descendent pas assez dans les graves ou les enceintes de type bibliothèque, afin de rediriger les graves vers le caisson grâce au Crossover. Notez tout de même que ce Crossover est unique et donc appliqué sur toutes les enceintes au même niveau de coupure en Hz. Il n’est pas possible d’appliquer ujn  crossover à 60 Hz sur les colonnes et à 80 Hz sur les surrounds par exemple. Par contre, on trouve une fonction « Double Bass » qui permet d’envoyer les graves à la fois sur les enceintes (malgré le crossover) et sur le caisson. Ça permet d’éviter les « trous » musicaux, et d’offrir plus de graves.

On peut aussi indiquer la distance des enceintes par rapport à votre position d’écoute (rien de plus simple, il suffit de mesure la distance de votre canapé à vos enceintes, une par une), et d’ajuster le « Niveau », ou « Level » des enceintes pour recevoir le même niveau sonore de chaque enceinte. C’est plus simple de le faire avec un décibelmetre, mais à l’oreille c’est largement jouable.

L’onglet « Hardware » vous permet de faire des mises à jour automatiques depuis le réseau très simplement et rapidement. L’Onglet « Source Setup » vous permet de synchroniser manuellement l’audio de l’image, même si une fonction autolipsync permet de gérer ça automatiquement, mais pas si le décalage vient de la vidéo elle-même, juste pour compenser le temps que met le son à nous parvenir des enceintes (moins rapide que l’image). Le « Network Setup » permet d’établir une connexion sous passerelle réseau bien particulière, mais en général tout est automatique.

Précision sur un dernier onglet de cet OSD, le « HDMI Setup » qui permet à la fois d’activer les fonctions CEC (RIHD ou HDMI Control) pour contrôler le lecteur, la TV et l’ampli avec la même télécommande, d’activer la fonction ARC qui ne marche que si le RIHD est activé, l’autolipsync donc, et la gestion de l’affichage des petites fenêtres en popup de l’InstaPrevue déjà expliqué plus haut.

Enfin, comme je vous le disais en introduction, un deuxième petit menu s’affiche en popup, le « Quick Setup » pour gérer les options comme le réglage de la tonalité, afficher des infos assez basique sur le signal audio et le mode audio utilisé et éventuellement le changer. On peut également relever rapidement le niveau sonore de la centrale si les dialogues ne sont pas très audibles, ou baisser/monter le niveau du caisson de graves. Puis un troisième menu s’affiche en appuyant sur la touche avec la petite maison pour accéder rapidement aux menus « Setup », aux services internet, à la clé USB, à la mise à jour firmware ou afficher l’InstaPrevue.

Comme vous pouvez le voir, il manque pas mal de choses regrettables comme un Equaliseur, les fonctions Audyssey (donc pas Audyssey Dynamic Volume qui est remplacé par un mode Late Night pour les écoutes nocturnes àç faible volume et conserver les détails de la piste son, mais moins efficace, ni de mode Audyssey Dynamic EQ pour la correction du Loudness (remplacé par un Cinema Filter), ni Audyssey 2EQ pour la correction de l’acoustique de la pièce). Tout ce beau monde était présent en 2011 sur le NR509.

Gestion de la Zone 2

La gestion de la Zone 2 est assez basique, on choisit la source diffusée via la zone 2 que ce soit un lecteur externe, un PC, ou même une clé USB en lecture multimédia. Par contre, pas de réglage de volume fixe ou variable (il reste donc fixe), pas de gestion de tonalité, ni de niveau des canaux droite et gauche… Bref, ça marche et la qualité analogique du lecteur source semble parfaitement conservée.

Fonctions multimédias et services internet

Le support du réseau est heureusement de la partie,  devenu si important de nos jours pour permettre dans un premier temps des mises à jour et faire évoluer l’ampli. Surtout qu’il dispose de fonctions multimédias, il donc primordiale de proposer un support réseau lorsque l’on connait les instabilités des appareils lors de leur lancement sur le marché. D’ailleurs, j’ai relevé quelques petits problèmes de lecture sur les fichiers 96 kHz et plus avec des petites interférences, mais très légères et assez rares. Sinon dans l’ensemble l’ampli est tout de même très stable. Normal, il bénéficie des travaux déjà effectués l’an dernier.

Tout se fait de la manière la plus simple, automatiquement, un simple raccord Ethernet et la prise en charge réseau est disponible (aucune configuration n’est requise, même si cela est possible). Par contre, cela reste du protocole UPnP assez limité sur les hauts débits. Une limite qui a dû influencer Onkyo à limiter les capacités de prise en charge multimédia de ses amplis comme l’impossibilité de lire du FLAC 5.1 ou 4.0. Par contre, la grosse nouveauté en lecture audio, c’est la gestion du FLAC 192 kHz/ 24 bits qui fonctionne mieux via USB, mais marche également bien via UPnP (hormis les petits défauts de légères coupures de son très rares). Pour le reste, MP3, WMA, FLAC, WAV, Ogg  tout est bien géré.

Autre nouveauté, c’est l’accès à tous les services internet, comme Spotify (service de musique en streaming sur abonnement, très sympa et qui dispose d’une base de données musiciens énorme), vTuner, AUPEO! (radio personnalisable à la demande, gratuite), MP3tunes qui est donc lié aux achats de musiques MP3 sur Amazon et qui permet d’accéder à votre espace de stockage sur le Cloud afin d’y lire toutes vos musiques achetées et uploadées. Tout marche parfaitement, tout est très intéressant, les radios internet presque indispensables, Spotify ne propose pas une qualité audiophile, mais largement suffisante avec ce genre d’ampli, surtout que la fonction Music Optimizer permet  d’améliorer de façon efficace la musique compressée lossy (avec perte) et même en streaming, ou avec les radios. Par contre, la présentation est très austère, pas de pochettes affichées, seuls les tags. Aucun effort de présentation de la part d’Onkyo !

Voici un résumé des points positifs et négatifs de cette prise en charge réseau et multimédia :

  • L’accès aux radios internet se fait de manière très simple et fonctionne très bien. Par contre, en France, seul vTuner est accessible (pas de Last fm), mais propose plusieurs milliers de radios du monde entier, des fois de qualité très intéressante. Ce qui est largement suffisant.
  • La musique à la demande de Spotify est excellente, propose une fonction de recherche par artiste ou album, ou présente les dernières nouveautés, avec la possibilité de se faire des PlayList. L’abonnement coute 10 euros/mois.
  • Les infos de navigation dans la clé USB ou dossier sur PC s’affichent sur l’écran digital de l’ampli, autorisant une navigation TV éteinte.
  • Il est possible de naviguer dans les dossiers (UPnP), les Radios internet, et la clé USB pendant qu’un morceau de musique est joué sans l’interrompre.
  • Affichage des infos d’échantillonnages et encodages, débits des fichiers audio et radio internet
  • Pas de gestion des pochettes, ni incrustées dans le fichier audio, ni même dans les dossiers audio, ni même les logos des radios internet
  • Gestion des tags un peu limite et austère, mais fonctionnelle
  • Prise en charge des MP3, WMA, FLAC, WAV, Ogg Vorbis, AAC, LPCM (tous ont été testés)
  • Pas de lecture WMA Pro 48 kHz ni les 2.0, ni les 5.1
  • Les FLAC stéréo sont pris en charge en 44.1, 88.2, 96, 176.4 et 192 kHz/ 24 bits que ce soit via UPnP ou via USB
  • Les FLAC 5.1 en 44.1, 88.2, 96 kHz sont downmixés en stéréo. Les Flac 5.1 en 192 kHz ou 176.2 khz ne sont pas lus.
  • Pas de lecture des WAV-DTS 5.1 (rips de CD DTS), ni de MLP, ni de APE, ni de MPC, ni de WavPack.
  • Le mode Pure Audio apporte une touche de naturel, chaleur intéressante, sans non plus faire de miracle. Le mode Music Optimizer est assez efficace sur les MP3 et les radios internet. Il apporte des graves plus profonds, des aigus plus précis, mais un peu artificiels. C’est toujours mieux que d’écouter du MP3.
  • Gestion des systèmes de fichiers FAT & NTFS : OK

Dans l’ensemble cela reste évidemment plus que satisfaisant pour un ampli aussi abordable. Cependant, comme tous les amplis actuels, la gestion multimédia des fichiers audio n’est pas aboutie, mais largement suffisante pour 90% des utilisateurs dans la prise en charge des formats. Je regrette vraiment ce manque de fun, et cette absence de gestion des pochettes.

Par contre, pour ceux qui ont la chance de disposer d’une tablette iPad, ou d’un iPhone, ils pourront profiter de la nouvelle application Onkyo Remote 2 qui est vraiment bien pensée, très complète, propose un contrôle total de l’ampli, et même des lecteurs ou téléviseurs connectés à l’ampli.

De plus, cette application réactive et fluide, au design très sympa, permet de visualiser les pochettes d’albums, que ce soit avec Spotify, depuis le port USB, les logos des radios internet, bref, c’est vraiment la grande classe et c’est clair que ça apporte un confort d’utilisation indéniable. De plus, on peut profiter d’une utilisation musicale complète sans allumer la TV.

L’ampli Onkyo TX-NR414 à l’écoute

Je crois que ce qu’il démarque vraiment cet ampli de la concurrence au même prix, c’est la puissance offerte qui est vraiment largement suffisante pour exploiter un petit ou même un salon de taille moyenne jusqu’à 20/25m². J’ai pu tester des amplis Yamaha, Denon, ou Marantz de même prix, et le TX-NR414 les surpasse largement au niveau de la puissance. L’arrivée de la technologie WRAT se ressent au niveau de la dynamique, bien meilleure qu’avant et surtout de la tenue en puissance. Par contre, je n’ai pas eu l’impression d’un gain de puissance brute, mais bon, le TX-NR509 était déjà très bien à ce niveau là.

On ressent également, de par ce gain en dynamique, que la musicalité est un peu meilleure, avec des attaques un peu plus rapides sur les notes, et des aigus moins dures. Mais ça reste un Onkyo, et la signature sonore ne change pas vraiment. Parfaite pour une expérience home cinéma, il dispose d’une superbe assise au niveau des graves qui sont puissants, et profonds. Les aigus manquent tout de même toujours de musicalité et de finesse. Les amateurs de musiques Classique, Jazz, musiques acoustiques pourront trouver l’ampli en retrait au niveau de sa musicalité. Par contre il est très démonstratif sur de la techno avec des graves biens percutants et un canal de grave toujours aussi démoniaque pour un ampli de cette gamme de prix !

Par contre, grosse surprise, cet ampli gère le S.A.CD (Super Audio CD), ce qui est très rare à ce prix, grâce à ses DAC Burr Brown qui permettent de convertir directement le DSD en analogique (format numérique du S.A.CD). L’écoute des S.A.CD n’est pas transcendante, mais c’est tout de même un peu plus chaleureux et très appréciable de pouvoir profiter de format si spécial.

Ce qui est certain, c’est qu’il offre de très bonnes prestations en écoute home cinéma, les DTS-HD et TrueHD sont très bien exploités, il arrive à driver des enceintes assez puissantes dotées d’un bon rendement. En home cinéma, autant dire qu’à ce prix-là c’est largement au-dessus de mes attentes. Le 5.1 est très bien géré dans sa spatialisation et offre ses meilleures partitions sur des bandes-son dynamiques avec un registre des graves très présent. Il est donc capable de mettre en valeur une scène d’action comme aucun autre ampli de sa gamme, notamment avec une démonstration à faire peur sur les  scènes d’explosions comme dans Apocalypse Now, ou La Ligne Rouge, même si sur des films dotés de superbes bandes-son avec des musiques riches, le manque de musicalité peut se faire ressentir. Il propose une meilleure tenue en puissance qu’avant, des dialogues plus détaillés, précis, et plus soutenus. D’ailleurs, c’est toute l’image sonore qui est plus précise, et cela se ressent jusqu’aux effets surround.

On ressent tout de même que l’image sonore ne dispose pas d’un bon équilibre tonal et qu’un égaliseur manque. Les graves sont un peu trop en avant, et couvrent un peu les médiums. Autant on peu largement se passer de l’upscaling, surtout avec un lecteur comme le Sony BDP-S790 testé lors de ce test qui est vraiment très bon, mais l’absence de correction acoustique restera sont plus gros défaut !

Écoute musicale en connexion analogique

C’est l’une des  satisfactions de cet ampli, le mode Pure Audio est efficace, plus efficace qu’en 2011 sûrement grâce à cet amplification dotée de la technologie WRAT un poil meilleure en tenue, en dynamique et en réponse en fréquence. Avec la carte son Asus Xonar HDAV 1.3 reliée en stéréo analogique vers l’ampli et en activant le mode Pure Audio le résultat est très satisfaisant. La qualité analogique de cette carte semble bien conservée avec un son beaucoup plus naturel et musical qu’en décodage numérique. On retrouve une parie de la superbe dynamique de l’Asus, et un son qui gagne en précision.

Bien-sûr le profil de l’amplification qui n’a rien d’audiophile posera ses limites. Dommage que l’ampli ne propose pas de PreOut Stéréo, j’aurais pu placer un ampli de puissance pour l’utilisation Hi-Fi.

Conclusion

Même si cet ampli Onkyo conserve toujours quelques faiblesses en musicalité, sa tenue en puissance et sa qualité audio restent de très bonnes surprises à ce niveau de prix. Sûrement un des deux amplificateurs AV le plus puissants de sa catégorie avec Pioneer. Le TX-NR414 n’est qu’un petit 5.1, mais un très bon 5.1 au profile très home cinéma qui permet de profiter des pistes audio HD du Blu-ray dans d’excellentes conditions. Il conviendra parfaitement aux amateurs de cinéma d’action grâce à ses graves de qualité, profonds et percutants, même en utilisation musicale, presque un peu trop en avant par rapport aux aigus et hauts médiums.

Il ne dispose pas d’un équilibre tonal très juste, il manque cruellement d’une bonne correction acoustique, mais affiche une belle spatialisation, des effets surround généreux, et des dialogues soutenus et précis. Il gagne indéniablement en qualité d’audio par rapport au TX-NR509, pas forcément en puissance, même peut-être un poil moins de puissance brute, mais une puissance mieux maitrisée. Il est donc d’autant plus regrettable que les procédés Audyssey soient absents.

Il est d’ailleurs incompréhensible qu’Onkyo est augmenté le prix de cet ampli alors qu’il ne propose plus de preamplification 7.1 , plus de fonctions Audyssey, plus d’OSD graphique (même si c’était très basique aussi en 2011, mais mieux). Un prix 50 euros plus cher pour des fonctions comme InstaPrevue, l’accès aux services internet, les connecteurs HDMI compatibles MHL (pour connecter les mobiles et transférer la vidéo 1080p et l’audio 7.1 lossless), la technologie WRAT, et la gestion des FLAC 192 kHz. Chacun pèsera le pour et le contre.

Le Onkyo TX-NR414 reste un très bon ampli home cinéma, un très bon rapport qualité/prix, qui aurait peu devenir le TOP dans cette catégorie si Audyssey n’avait pas disparu, ou si au moins un égaliseur 7 bandes minimum était présent. Je lui attribue donc deux étoiles audio dans sa gamme de prix (synonyme de médaille d’argent HDfever).

Je remercie Univers HighTech  pour le prêt de l’ampli Onkyo TX-NR414.

Les notes sont évidemment en fonction de sa catégorie d’ampli AV et son prix :

  • Qualité audio home cinéma :
  • Qualité audio musicale :
  • Puissance de l’ampli :
  • Upscaling 1080p :
  • Traitement de l’image :
  • Services internet :
  • Gestion multimédia :
  • Gestion du S.A.CD :
  • Connectique :
  • Qualité de finition :
  • Calibration acoustique :
  • Fonctions et réglages :
  • DSP / Spatialisation :
  • Rapport Qualité/Prix :

Ce que j’ai aimé avec l’Onkyo TX-NR414 :

  • Un design imposant, très sympa
  • Difficile de faire mieux niveau puissance à ce prix !
  • Très bonne expérience home cinéma d’action !
  • Le superbe rendu du registre des graves et hauts grave
  • Très bonne spatialisation, effets surround et dialogues
  • La prise en charge réseau et le port USB
  • Les fonctions multimédias intéressantes (FLAC 192 khz)
  • L’accès aux milliers de radios internet, Spotify, MP3tunes et AUPEO!
  • La compatibilité 3D, ARC et Windows 7
  • L’efficacité du mode Pure Audio en analogique
  • Un très bon rapport qualité/prix

Ce que j’ai regretté :

  • Le manque de musicalité en utilisation HiFi
  • Les aigus pas assez précis et un peu dur
  • Pas de correction acoustique Audyssey
  • Un peu déséquilibré au niveau de la tonalité et pas d’égaliseur
  • Pas de gestion des fichiers Flac 5.1 et Stéréo Quadro 4.0
  • Pas de gestion des fichiers Monkey’s audio, ni Wav-DTS
  • Lecture UPnP encore un tout petit peu instable avec le 88.2 kHz et au-dessus
  • Pas d’entrée analogique 7.1, ni de PreOut stéréo ou 7.1
  • Pas de possibilité d’évoluer en 7.1 comme en 2011
  • Pas d’upscaling 1080p
  • Une télécommande non rétroéclairée
  • Le prix revu à la hausse !

[adfever type= »product » value= »21157119″]

16 commentaires

  1. avatar

    Sympa déja les tests de la gamme 2012 !

    D’ailleurs est-ce que tu vas tester le moyenne gamme et haute gamme d’Onkyo par la suite?

  2. avatar

    @GeaR – Oui, c’est reparti pour un tour !

    Le prochain c’est TX-NR615, puis après vais attendre la sortie de la série 1000 et 5000. Il semblerait que certains constructeurs d’amplis vont proposer la lecture vidéo sur le haut de gamme cette année. Je ne sais pas si Onkyo est de la partie.

    Je ne sais pas non plus si c’est une bonne nouvelle pour tout le monde que les amplis se détournent trop de leur objectif principal, la restitution audio …

  3. avatar

    @Nicolas Bécuwe

    Oui c’est vrai pour l’objectif principal des amplis, ils devrait poursuivre la qualité audio avant toute chose !!!

    Je trouve que Onkyo fabrique des amplis correct, je lâcherai bien mon Pioneer pour un nouveau Onkyo :wub: Mais pas pour de suite… :ermm:

    Mais lecteur vidéo en nouveauté cette année, tu veux dire quoi exactement par la ?!

  4. avatar

    @GeaR – Je veux dire que chez certains fabricants d’amplis, sur les modèles haut de gamme qui seront dévoilés en août/septembre pour l’IFA 2012, certains proposeront la lecture vidéo via USB ou UPnP… :wink:

  5. avatar
    Stéphane DURAND /

    Est-ce-que le 818 est au programme car il semble prometteur (HQV, Audyssey MultEQ XT32) et au dessus du TX NR1009 de 2011 :cheerful:

  6. avatar

    C’est vrai qu’il à l’air intéressant ! il faudrait des tests des TX-NR616, NR818, NR1010 et NR5010…. pourquoi pas :)

    Je vais étudier tout ça ;)

  7. avatar

    Mais pourquoi on t’il supprimé les « universal port » les ports universels ?
    Comment brancher un module DAB par exemple ?

  8. avatar

    On ne peut plus, mais les iPad et iPhone se connectent directement sur le port USB.

  9. avatar

    Ah mais c’est dingue ça, du coup si on veut mettre un accessoire universal port, on ne peut pas.
    Exit le DAB. (apres est ce qu’il y a d’autres accessoires ?)

    Alors OK me direz vous, cette ampli connecté à internet n’a pas forcement besoin du DAB… mais bon dans ce cas autant integré ce type de tuner directement dans l’ampli.
    J’en ai marre de la FM Analogique ! maintenant que l’on a supprimé la TV analogique, il serait peut etre temps de se dépecher pour la radio.

  10. avatar
    stephen /

    Bonjour, j’ai des questions :
    1 – Ce menu OSD est qu’en anglais ?
    2 – Le calibrage se fera donc manuellement, mais étant novice, comme le régler ? :s

    Merci d’avance pour vos réponses.

  11. avatar

    Bonjour,

    Le menu OSD peut se mettre en français.
    Le calibrage se fait manuellement oui. Il faut pour ça mesurer la distance « position d’écoute » aux enceintes et appliquer les distances dans le menu, ensuite il faut bien connaitre la réponse en fréquence de ces enceinte pour établir un crossover idéal, et égaliser le niveau de chaque canal. Pour cela, un son est émis de chaque enceinte et vous pouvez régler celui-ci pour qu’il soit au même volume sur chaque enceinte. Le mieux est d’avoir un sonomètre pour mesurer les décibels, mais on peut essayer de le faire à l’oreille…

  12. avatar
    Yerin /

    Bonsoir, je voit que la dernière réponse commence a daté un peut mais j’ai une petite question… j’ai récupéré l’ancien home cinéma de mon oncle composé de 4 HP 70W 8ome, d’un centrale de 120W et d’un caisson de basse (ou j’ai été plus que surpris !) 30W…
    Je souhaite savoir si cette amplis peut m’apporter quelque chose, l’ancien envoi un grésillement au HP quand on augmente le volume et puis l’analogique je n’en veux plus le sont et trop mauvais… Ce kit de mon oncle a environ 10 ans je crois !
    Au besoin d’info supplémentairement je reste a votre disposition vous avez mon e mail ;)

    P.S.: je viens de le découvrir http://www.amazon.de/gp/product/B00790L5W6/ref=noref?ie=UTF8&psc=1&s=home-theater au prix de 239€+8€ livrable en France… sa vaux le coup ?

  13. avatar
    Yerin /

    Personne pour aiguiller mon ignorance ??!!

  14. avatar
    Hewlett13 /

    Merci pour le test, mais après avoir lu l’article et cherché sur tout le site j’aimerais bien savoir quel est le top pour vous dans cette catégorie.
    Votre site est très bien mais si je puis me permettre une remarque, une sorte de conseil d’achat par catégorie serait le bienvenue.

  15. avatar
    xetl /

    Excellent article, je suis nouveau en audio et je n’avais pas realisé que les formats (wav flac) audio 5.1 n’étaient pas supportés ou convertis en 2.0.
    les SACD en 5.1 sont-ils lus en 5.1 ?
    est-ce que via l’upnp il est possble d’ecouter de l’audio en 5.1 ?
    merci

  16. avatar

    Bonjour.
    Désolé pour le déterrage mias je cherche une info. Cet ampli étant sans Upscaling 1080p ni traitement d’image, si je lis un DVD sur un lecteur Blu-ray avec upscaling 1080p, via cet ampli branché en HDMI, sur une télé FHD toujours en HDMI, quelle qualité d’image vais-je avoir : 720p ou 720p upscalé 1080p ?

    Dans le cas ou celà ne sorte qu’en 720p non-upscalé, comment profiter de l’upscale 1080p du lecteur BR (et/ou de la télé) ? Analogiquement (RCA jaune) ?

    En espérant être suffisamment clair et avoir une réponse car je suis paumé là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: