Facebook Tweeter Tweeter

Test Yamaha RX-A3010 Aventage : une référence dans sa gamme de prix ?

Suite au test de l’ampli Yamaha RX-A1010 de la gamme Aventage, je vous présente aujourd’hui un test du plus haut de gamme avec le Yamaha RX-A3010  Aventage . Cet ampli 9.2 (avec une possibilité de 11.2) propose une puissance confortable de 150 w / canal sous 8 ohms, embarque un processeur vidéo performant, le HQV VIDA VHD1900, des DSP propriétaires comme la nouvelle version du  Cinema DSP 3D, une calibration YPAO encore améliorée et une possibilité de contrôle réseau en plus de la lecture audio via UPnP et des radios internet.

L’ampli Yamaha RX-A3010 fait donc parti de la nouvelle gamme Aventage qui débarque en France cette année. Cette gamme propose un nouveau châssis plus rigide, en H, et un 5e pied, le tout est censé apporter un petit plus en musicalité, et une réduction des résonances et vibrations. Dans ce test j’aborderai donc toutes les facettes, fonctions, support réseau, upscaling, prise en charge multimédia et qualité audio de cet ampli Yamaha Aventage A3010.

Protocole de test :

  •     Lieu : salon et salle dédiée de 40 m²
  •     Ampli Yamaha RX-A3010 Aventage
  •     Lecteur Blu-ray 3D / S.A.CD OPPO BDP-95EU Reference
  •     DAC Asus Xonar Essence One (pour tester le Bypass analogique et le Pure Direct)
  •     Enceintes Magnat Quantum 807 5.1  + Vector Needle  pour la hifi (Quad Stéréo) et le home cinéma 7.1, et tester le Cinema DSP 3D
  •     TV LED 3D Sony KDL-55HX820
  •     Projecteur TriLCD 3D JVC DLA-X30
  •     Plusieurs Blu-ray 2D & 3D, DVD-Audio, S.A.CD, CD, FLAC, MKV
Présentation

Présentation de l’ampli Yamaha RX-A3010

Comme vous avez pu le découvrir en 2009, Yamaha avait revu entièrement le design de ses amplificateurs. La gamme Aventage continue de proposer ce superbe design bien plus classe qu’avant, mais apporte aussi des améliorations dans la stabilité du châssis, celui-ci étant renforcé et soutenu par 5 pieds pour apporter plus de stabilité, moins de vibration et résonance (technologie A.R.T. Wedge). L’apport est très faible, voir inaudible, mais chaque petit plus est toujours bon à prendre pour la qualité de restitution finale et du produit en lui-même.

Pour moi, les amplis Yamaha proposent la meilleure qualité de construction du châssis des amplis grand public actuels. L’amplificateur Yamaha RX-A3010 propose une qualité de fabrication particulièrement soignée avec un châssis tout en aluminium (façade comprise), des boutons de volume et sélections de sources très costauds, eux aussi entièrement en aluminium, une trappe épaisse montée sur vérins hydrauliques qui s’ouvre pour laisser apparaitre un panneau de sélection, avec des connecteurs et options, c’est très complet. On pourra notamment apprécier l’entrée AUX en façade avec une entrée HDMI, optique, S-Vidéo, composite vidéo et audio analogique, ainsi qu’une sortie casque et une entrée micro pour le calibrage automatique YPAO, toutes dorées. Sans oublier l’entrée USB qui permet de lire des fichiers audio, et connecter un smartphone ou tablette Android & IOS.

De cette console, pratiquement tous les réglages sont possibles, que ce soit l’accès à l’OSD, le réglage direct de la tonalité, la sélection des Zones, l’activation du mode Pure Direct (pour plus de musicalité) ou d’un traitement sonore DSP, le choix de la source, l’affichage des infos, le contrôle du tuner, etc, etc. L’affichage digital est large, mais plutôt basique. Un effort reste à faire de ce côté là sur tout le parc des amplificateurs actuels, mais il reste complet et affiche les informations essentielles (DSP, source, configuration enceintes, signal audio en entrée ou en sortie, information sur le signal vidéo et audio, nom du morceau en cours de lecture, ou de la station radio en cours d’écoute, etc). Par contre, il est impossible de configurer l’ampli sans allumer la TV (un peu gênant si vous écoutez de la musique).

La connectique est également très complète, de bonne qualité, même si elle reste perfectible. Et surtout, pas d’évolution qualitative par rapport au A1010. Il aurait été intéressant de disposer d’au moins une entrée analogique stéréo usinée de très haute qualité pour connecter un lecteur audiophile, voire de connecteurs or. Cependant, on pourra grandement apprécier les 2 sorties HDMI 1.4 avec la fonction ARC, les 8 entrées HDMI (dont celle en façade), l’entrée analogique 7.1 et la sortie PreOut 7.2, le port Ethernet, le port pour le dock iPhone de Yamaha, les Zone 2, 3 et 4 (audio et vidéo YUV, Composite ou S-Video) et les nombreuses entrées/sorties analogiques stéréo, S-Vidéo, YUV, composite, optique et coaxial.

Du côté des borniers, on en trouve 11 (soit 2 paires de plus que sur le A1010),  et il sera possible de préamplifier les 11 enceintes, ce qui offre beaucoup plus de possibilités de configuration en passant par un ampli de puissance externe. On peut par exemple profiter d’un 7.2 à plat avec deux enceintes Presence arrière, et 2 enceintes Presence avant. Les enceintes Presence se placent au-dessus des Frontales et des Surround pour offrir des effets verticaux grâce au mode Cinema DSP 3D , pour plus d’immersion, une image sonore plus large, voir rehausser les dialogues au niveau du centre de l’écran. Ce procédé similaire au Prologic IIz est très efficace, Yamaha maitrisant la spatialisation sonore et ses DSP à la perfection. On pourra également opter pour une biamplification des enceintes frontales avec un 7.1.  On peut également décider de confier les enceintes avant à un ampli de puissance externe pour pouvoir utiliser les Frontales autant en utilisation hifi qu’en utilisation home cinéma. Bref, les possibilités sont nombreuses !

La télécommande est bien plus évoluée que sur le A1010. Elle est énorme, peut-être trop grosse, mais justement Yamaha propose une petite télécommande fille pour les utilisations de tous les jours. La grosse télécommande est rétroéclairée, indispensable pour une utilisation en salle dédiée. À partir de cette dernière, tout est possible, contrôle tout son équipement (lecteur, TV, ampli), configurer des modes Scene pour chaque utilisation (il suffit ensuite de choisir son mode Scene pour que tous les appareils se mettent en mode adapté, que ce soit pour regarder la TV, utiliser le lecteur Blu-ray, son lecteur CD, etc.).

Réseau & DLNA

Fonctions réseau :

Le RX-A3010 est un ampli DLNA et certifié Windows 7, il propose les mêmes fonctions internet et prise en charge multimédia que son petit frère le Yamaha RX-A1010 déjà testé. Il sera donc possible d’accéder à toutes vos musiques stockées sur PC ou NAS via le réseau personnel (UPnP). Nous verrons plus bas dans a partie multimédia les possibilités de lecture de formats audio via UPnP et USB. Il propose également l’accès aux radios internet vTuner avec la possibilité de trier les stations, d’ajouter en favoris, d’écouter des centaines de podcasts. Cette fonction est devenue presque indispensable tant elle est intéressante et très bien structurée sur les Yamaha. On peut par exemple naviguer dans les services et dossiers réseau sans interrompre la musique en cours. La présentation est très bien pensée, avec l’affichage des logos de radios.

La lecture des fichiers audio via le réseau est également très bien présentée, avec une interface simple, mais en couleur et qui affiche quelques tags et les pochettes d’albums. Pour ma part, j’ai stocké plusieurs CD encodés en FLAC sur le RipNAS HFX qui rip automatiquement avec les infos, tags et jaquettes. Aucun souci de ce côté-là, tout à fonctionné à merveille à partir du moment où le format est reconnu. De plus, la qualité de décodage des FLAC est vraiment excellente ! Par contre, cette gestion audio reste limitée pour ceux qui s’intéressent aux formats plus exotiques, ou aux formats dits « audiophiles ».

Voici un récapitulatif de la prise en charge multimédia via UPnP & USB :

  • - Tous les formats lus via USB, le sont via UPnP, il en est de même pour les formats non pris en charge
  • - Pas de gestion de système NTFS via USB
  • - Affichage des tags et pochettes
  • - Navigation dans les dossiers possibles pendant la lecture d’une musique
  • - Lecture des FLAC stéréo 44.1, 48, 88.2 et 96 khz
  • - Pas de lecture des FLAC multicanal, ni 176.4 ou 192 khz (même pas de downsampling)
  • - Lecture des WMA lossless, MP3 et AAC sans problème
  • - Pas de lecture des Monkey’s Audio (.ape), ni des WAV-DTS (rips de CD-DTS), ni de WavPack, MPC, AIFF, Apple lossless.
  • - Pas de lecture des WAV/ LPCM 5.1, ou supérieur à 96 khz
  • - Pas de lecture de vidéos, ni photos
  • - Possibilité de naviguer dans les dossiers UPnP et USB TV éteinte (avec affichage sur l’écran digital de l’ampli des chemins dossiers et des titres musicaux)

La lecture est de très bonne qualité via UPnP et USB avec une fonction Enhancer qui apporte plus d’ampleur et une image sonore plus large sur la lecture des fichiers audio lossy (encodés avec perte), et même lorsqu’il s’agit de flux binaires comme le DTS et le Dolby Digital 5.1. Enhancer reconstruit virtuellement les données perdues et procure une nette amélioration ! Cela n’est pas au niveau d’un fichier lossless comme le FLAC, DTS-HD ou TrueHD, mais c’est tout de même très intéressant, surtout qu’il fonctionne également sur l’écoute des radios.

On regrettera tout de même que cette prise en charge multimédia soit trop limitée, surtout par l’absence de décodage du FLAC 192 khz et multicanal , du WAV DTS et du Monkey’s Audio. Cependant, cette prise en charge conviendra à 95% des utilisateurs et on ne peut qu’apprécier son ergonomie et son fun.

Mise à jour firmware

Dorénavant, la mise à jour du firmware est signalée dans l’OSD lorsqu’un nouveau firmware est disponible, et surtout elle se fait par simple pression d’une touche.

Connexion dock et smartphone

Malheureusement, je n’ai pas pu tester ces fonctions, mais sachez que cet ampli peut recevoir le dock iPhone Yamaha YDS-12 vendu en option. Il sera également possible de connecter un smartphone IOS ou Android directement via USB pour contrôler l’ampli et lire vidéo, photos et musiques depuis le smartphone. Enfin, on peut connecter une station d’accueil Bluetooth YBA-10 pour diffuser de la musique depuis un smartphone ou un PC / MAC sans fil.

Contrôle de l’ampli via internet

Fonction pas vraiment nouvelle, il sera possible d’accéder aux paramètres de l’ampli directement depuis un PC via un navigateur internet. Pour cela, il suffit d’accéder à l’adresse IP de l’ampli qui est indiquée dans les périphériques réseau accessibles depuis le PC (cliquez sur l’ampli Yamaha reconnu sur le réseau personnel et clic droit pour consulter ses propriétés, vous aurez un accès à l’interface Web Control de l’ampli via son IP).

Ce qui est par contre tout nouveau sur la gamme Aventage, c’est les possibilités énormes qu’offre cette interface avec un total contrôle de l’ampli, encore mieux que depuis la télécommande puisque tout y est et en illustration couleur. Une superbe interface Web !

Vous pouvez tout contrôler, que ce soit le volume, la sélection des modes « Scene », des DSP, de la source, de la connexion d’un smartphone, l’accuse aux radios internet, aux fichiers audio sur votre réseau personnel, la calibration, bref totalement tout y est possible en un clic !

Les Modes « Scene »

16 modes « Scene » sont disponibles. Le but est d’enregistrer une configuration pour chaque utilisation : TV, Blu-ray, DVD, CD, S.A.CD, Jeux, Vidéoprojecteur, accès aux services internet, etc. 16 au total, mais il sera tout de même plus judicieux que de n’opter que pour 4 modes Scene puisque seules 4 touches d’accès rapide sont proposées sur la télécommande.

En clair, il suffit d’enregistrer votre configuration dans l’OSD. Par exemple, le mode Scene 1 permettra d’activer automatiquement le lecteur blu-ray, l’entrée source adéquate sur l’ampli, le mode audio utilisé avec la lecture blu-ray (souvent Straight), la sortie HDMI utilisée avec la lecture des Blu-ray, etc. Le mode Scene 2 permettra par contre de sélectionner la source CD, un mode Pure Direct ou 7 Ch stéréo, ou stéréo simplement, le timbre audio (réglage des fréquences YPAO et tonalité, etc). Ainsi, plus la peine de passer plusieurs minutes à tout régler à chaque fois que vous changez d’utilisation, tout se fait en une touche.

Traitement audio

Traitement Audio du Yamaha RX-A3010

Passons au chapitre essentiel, et souvent controversé, la qualité audio de cet ampli. Controversé, car d’une part Yamaha a changé d’image sonore, certains apprécient grandement, d’autres moins, et d’autre part, la qualité audio ressentie est souvent une histoire de goût, et le résultat de telles ou telles associations avec des enceintes, ou lieux d’écoutes. Allons droit au but, le RX-A3010 propose la même signature sonore que la gamme RX-Vxx67 et RX-Vxx71 dans ses grandes lignes, et pour ma part je l’apprécie grandement, même si tout n’est pas parfait…

Par contre, le RX-A3010 est un 9.2 qui propose une tout autre alimentation, et même par rapport au RX-V3067 de l’an dernier, qui pour rappel était un 7.2. Sur le papier, il offre une puissance de 9 x 150 Watt/ 8 Ohms (soit exactement pareil que le Onkyo TX-NR5009 testé récemment). Sur le terrain, c’est par contre un peu plus mitigé, avec une alimentation de 490 w, contre 1060 w pour les Onkyo TX-NR5009 et  NR3009,  et forcément cela se ressent. Par contre, pour ma part, la puissance offerte par le A3010 de Yamaha m’a été largement suffisante, et en avait même à revendre, pour mon utilisation en salon de 30 m². En salle dédiée acoustiquement isolée, il se défend très bien également, même si j’aurais préféré une réserve de puissance un peu plus consistante, surtout avec des films d’action comme La Ligne Rouge, dans les passages de bombardement.

La grande force de ces Yamaha Aventage, réside en premier lieu  dans la qualité des DACs embarqués. Ils offrent une superbe musicalité, sûrement la meilleure écoutée sur un ampli AV cette année (je ne les ai pas tous testés…) et qui permet d’offrir des écoutes vraiment très riches et voluptueuses sur de la musique ou de belles bandes-son musicales, avec beaucoup de douceur dans les aigus, avec de très belles performances autant sur le Blu-ray, le DVD, le CD ou même le Super Audio CD. Le Blu-ray Tree of Life de Terrence Malick par exemple, offre un rendu particulièrement grandiose sur le Yamaha, notamment le passage sur la création de l’univers sur fond d’Opéra : tout simplement envoutant !

Ensuite, l’autre point fort des amplis Yamaha Aventage, c’est la qualité du DSP, et  des modes DSP. Yamaha a toujours fait preuve d’une grande maitrise de la spatialisation, et cela se retrouve encore bonifié sur cet ampli, que ce soit sur les effets surround, sur la scène frontale, ou même sur la précision et la tenue des dialogues qui sont exemplaires !

Je ne suis pas un grand fan des modes DSP, mais le Cinema DSP 3D s’est avéré très intéressant, surtout avec des Presence avant qui permettent de recentrer les dialogues à hauteur d’écran (très utile pour les amateurs de vidéoprojection). Il permet également d’élargir l’image sonore vers le haut et procure plus d’ampleur et une immersion sonore encore plus intense, avec plus de précision dans la localisation des effets verticaux. Deux scènes particulièrement prenantes avec des effets verticaux, la scène d’intro dans « Gladiator » lorsqu’ils décochent leurs flèches, vous les sentez arriver par le haut, c’est assez étonnant ! Ou encore la scène d’orage en intro du film « Le Pacte des Loups » où vous avez vraiment l’impression d’être sous la pluie. Il faut également savoir que contrairement au A1010, le A3010 permet d’exploiter le Cinema DSP 3D avec les pistes DTS-HD et TrueHD.

Si le Yamaha RX-A3010 propose assez de puissance pour l’utilisation que j’en ai eue, s’il propose un excellent décodage analogique, l’amplification mériterait tout de même d’être un peu plus musclée, ne serait-ce que pour apporter un peu plus de percussion et de rapidité sur l’attaque des notes. On ressent tout de même un gain en dynamique par rapport au RX-A1010, surtout sur des écoutes multicanales. J’ai essayé l’association avec des enceintes Soavo 2, mais l’ampli se présentait un peu trop doux pour exploiter ces enceintes qui manquent de rendement et qui sont assez difficiles à driver. Par contre, l’association avec les enceintes Magnat Quantum 807 s’est avérée très payante avec leur rendement de +93dB, et leur réponse en fréquence très large (20 – 60 000 Hz), le mariage offre un résultat tout simplement fabuleux de musicalité, de richesse, un bel équilibre tonal, des graves très profonds (mais qui manquent un peu de tonus et de percussion par moment), des médiums très soutenus ( qui mériteraient d’être légèrement plus ronds), plus de vivacité, et surtout une richesse et une douceur dans les aigus très agréable !

Calibration acoustique YPAO

La calibration YPAO fait parti de ce qu’il se fait de mieux actuellement en matière de correction acoustique automatique via microphone, surtout qu’elle évolue cette année avec la version YPAO-R.S.C. (Reflected Sound Control, contrôle de la réflexion du son) et permet aussi de bien gérer les salles dédiées traitées avec des panneaux acoustiques, de prendre en compte l’orientation des enceintes grâce à un socle fourni, de corriger d’éventuels échos et réverbérations dues au carrelage, ou autres matériaux, et de faire des mesures de 1 à 8 positions d’écoute. Lorsque vous utilisez le socle à 3 positions, il faudra faire trois mesures par positions pour gérer l’orientation des enceintes, passant à 24 relevés possibles sur 8 positions d’écoute !

Les résultats se sont avérés très bons, la distance, le crossover, la correction de l’égaliseur 10 bandes,  les levels des enceintes sont presque parfaitement appliqués. Je n’ai retouché que légèrement la centrale avec 2 dB supplémentaires. Cette calibration peut gérer un 11.2. Le seul petit bémol, c’est l’absence de prise en compte du volume du caisson avant calibration (certaines calibrations via microphone vous demandent d’ajuster le volume du caisson à tant de dB avant de lancer l’analyse…), mais contrairement au RX-A1010, la valeur du crossover n’est pas unique, il est  possible d’appliquer un crossover différent sur chaque enceinte. Une fois les mesures faites, le YPAO propose même plusieurs styles d’égalisations à partir de la correction de fréquence qui a été faite. On pourra opter pour un YPAO naturel, plat, ou avec une scène frontale plus marquée. Il sera même possible de paramétrer manuellement l’égalisateur, enceinte par enceinte avec une courbe d’égalisation des fréquences très bien conçue.

Plusieurs réglages importants pour optimiser l’écoute

Outre la calibration auto YPAO, le RX-A3010 propose des réglages audio très importants qui peuvent littéralement changé les sensations surround et d’ampleur de son image sonore. Un des premiers paramètres à désactiver, c’est le Dynamic Range contrôle qui offre de bons résultats en écoute nocturne, en égalisant le niveau sonore pour éviter les montées d’effets surround trop brusques tout en gardant tous les détails de la piste son, mais castre totalement la dynamique, surtout en écoute stéréo.

On pourra également prendre en considération la taille de la pièce pour élargir les effets surround, ou offrir plus de vivacité sur les effets spéciaux. On pourra modifier la tonalité, ou sélectionner le mode Bypass pour conserver la couleur du timbre de la source, surtout si c’est en connexion analogique, activer le mode Pure Direct, pour raccourcir le chemin audio et désactiver pas mal de sortie et fonctions qui peuvent interférer avec la qualité de restitution audio. Si le Prologic IIz n’est pas de la partie (remplacé par le Cinema DSP 3D), on trouve tout de même des procédés comme le Prologic IIx (écoute 7.2 à partir d’une source stéréo), ou DTS:Neo, deux procédés proposés en versions Cinema, jeux ou Musique. Le LipSync est de la partie pour synchroniser la vidéo avec les dialogues. Bref, les réglages sont vastes et complets, et surtout tous très efficaces.

L’ampli RX-A3010 et le Super Audio CD

C’est bien-sûr le grand avantage de la gamme Aventage, sa musicalité permet une utilisation musicale très convaincante, même si les plus exigeants préfèreront toujours passer par un ampli hifi, l’écoute des CD et surtout des S.A.CD est vraiment de belle facture. Dans le cas d’une connexion HDMI avec un lecteur S.A.CD qui ne propose pas de bons DACs ou de sorties analogiques intéressantes ou limitées à la stéréo, le RX-A3010 permet de recevoir le DSD (format numérique du S.A.CD) en bitstream (DST : Direct stream Transfert).

La A3010 gère donc le Super Audio CD en natif, et en multicanal et ces DACs offrent d’excellents résultats sur l’écoute du S.A.CD. Le S.A.CD est réputé pour son image sonore si particulière, plus naturelle que le CD ou le DVD-A, et qui offre surtout une meilleure spatialisation et localisation des musiciens. Et ces qualités sont mises en avant par la qualité du DSP et des DACs du Yamaha en offrant un résultat splendide ! En connexion HDMI, avec décodage en bitstream, c’est sûrement le meilleur résultat que j’ai eu, par contre, en connexion analogique, je garde un penchant pour le mariage OPPO BDP-95EU + Onkyo TX-NR5009.

Traitement Video

Traitement Vidéo du RX-A3010

S’il n’y a pas de changement avec les fonctions réseau, il y a par contre un circuit vidéo totalement différent que sur le A1010. Par contre, c’est exactement le même que sur le RX-V3067 de l’an dernier. Quelque part, ce n’est pas plus mal, car ce traitement vidéo était vraiment très performant, et doté de nombreuses fonctions dignes d’un véritable scaler externe ! On retrouve donc un processeur vidéo HQV VHD1900 avec un circuit IDT StreamClean.

Captures réalisées sur JVC DLA-X30 avec un Canon EOS 550D

Ce circuit vidéo permet l’upscaling 1080p mais aussi un processing ajustable manuellement (ou automatique) sur les vidéos SD, 720p ou même 1080p comme le Blu-ray. Pour ma part, c’est tout simplement le traitement vidéo le plus complet que j’ai pu voir sur un ampli ! Le seul point encore regrettable à l’heure actuelle, c’est que ce traitement n’est pas fonctionnel sur la 3D, contrairement au processeur Marvell des amplis TX-NR609 d’Onkyo, ou des lecteurs OPPO.

Un superbe upscaling 1080p, surtout aidé par les filtres HQV

En ce qui concerne la partie upscaling 10800p, on est clairement en face d’une des meilleures mises à l’échelle du marché.  Le résultat est spectaculaire et redonne clairement une deuxième vie à votre vieille vidéothèque DVD qui dort dans un coin pour les amateurs de Blu-ray. Il n’est peut-être pas aussi précis que l’upscaling Marvell Kyoto intégré aux lecteurs OPPO (entre autres), mais associé aux filtres HQV bien plus performants, le résultat peut être somptueux ! Il offre aussi un des meilleurs désentrelacements du moment, très utile pour retraiter les flux de la TNT en 1080i, les signaux vidéo analogiques (comme une console branchée en YUV ou composite), ou même certain Blu-ray en 1080i comme les concerts.

Ci-dessus, un désentrelacement avec jaggies : Failed

Ci-dessous le désentrelacement du RX-A3010 : la ligne est lisse, sans jaggies

Pour peu que la source SD ou 720p  soit tout de même de bonne qualité, cet upscaling permet d’apporter une nette amélioration des détails, apporte plus de relief, plus de précision, sans trop accentuer les traces de compressions. Il faudra tout de même le seconder avec les filtres, et leur nombre est impressionnant, avec la possibilité d’améliorer les détails, accentuer les contours, appliquer trois réducteurs de bruits différents, améliorer le contraste intra-image, ou même corriger la luminosité, le contraste, et la saturation des couleurs. Par contre, pas de certification ISF, donc pas de correction de couleur RVB, ni de teinte, ni de gamma.

Un point important, ce circuit ne souffre d’aucune dérive colorimétrique, ni de saccades en 24p, ni d’image qui devient plus sombre. Je dis ça, car ce n’est pas le cas de pas mal de modèles de la gamme Onkyo cette année…

Les filtres HQV VIDA en action : accentuation des détails, des contours et réduction du bruit.

Les filtres et améliorations proposés par le Yamaha RX-A3010 sont sûrement ce qu’il y a de plus impressionnant. Grâce au scaler HQV Vida et son circuit IDT Clear Stream, ces filtres  permettent donc d’améliorer considérablement la qualité des vidéos standard et DVD upscalés, ainsi que les Blu-ray et vidéos HD 720p et 1080p. Cette partie, se démarque largement du tous les amplis que j’ai pu voir, même du TX-NR5009.

Premièrement, l’ampli propose 6 programmes mémorisables. Vous pouvez donc ajuster les filtres et le processing vidéo sur chacun de ces programmes pour les associer à différentes sources. Par exemple, le programme 1 sera optimisé par vos soins pour traiter le Blu-ray, le programme 2 pour les vidéos 720p, le programme 3 pour le DVD, le programme 4 pour la TNT ou le Satellite, le programme 5 pour les MKV 720p ou 1080p, le programme 6 pour améliorer le rendu d’une console de jeu, etc. On peut changer de programmes très rapidement pendant le film avec le bouton « Option » qui affiche un petit menu en pop-up sur l’écran.

Vous pouvez choisir une gestion automatique des filtres par l’ampli, qui optimisera le rendu en fonction de la qualité de la source. Cette fonction Auto marche très bien sur pas mal de filtres, mais l’ajustement manuel permet d’aller plus loin en fonction de ses goûts.

Le premier paramètre concerne l’amélioration de la résolution. Si vous activez « Manuel », vous pouvez régler un renforcement des détails avec une échelle de 0 à 50, et une accentuation des contours avec la même échelle. Ces filtres sont TRÈS puissants, et surtout permettent d’ajuster précisément le rendu (à titre comparatif, les filtres des Onkyo TX-NR3009 ou 5009 proposent seulement 3 niveaux au lieu de 50 ici…).

Ci-dessous, maître Yoda sans filtres HQV, puis avec filtres HQV :

Le deuxième paramètre concerne 3 filtres réducteurs de bruit très efficaces. Nous avons un réducteur de bruit « Mosquito », un réducteur de bruit en blocs et un réducteur de bruit temporel. Chacun de ces filtres propose 3 niveaux, Aigu, Grave et Medium qui sont assez délicats à régler, mais la fonction Auto fonctionne très bien. Ces filtres arrivent à créer l’exploit de gommer parfaitement le bruit sans flouter l’image. Cependant, pour ma part, je ne les utilise qu’en dernier recours, préférant le plus possible conserver le piqué naturel de l’image et son grain pelliculaire.

L’amélioration de contraste qui n’est disponible qu’en « Auto », est par contre assez aléatoire, peut se montrer efficace sur certains scènes et avec quelques vidéos, mais peut aussi afficher des résultats vraiment pas terribles . J’ai trouvé qu’il avait tendance à brûler un peu les blancs et boucher un peu les noirs. Ce filtre peu tout de même s’avérer utile avec les vidéos délavées, au contraste intra-image très faible, ou avec des vidéos en connexion analogique.

Ci-dessous : sans, puis avec le Contraste Auto

Benchmark HQV

Voici les résultats du Benchmark HQV, cela se passe de commentaire, mais aujourd’hui beaucoup de bons processeurs vidéo « scorent » très haut sur le Benchmark HQV. Je tiens à préciser que les résultats peuvent sensiblement varier d’un testeur à l’autre, qu’une partie des notes est soumise à des appréciations personnelles. Je suis sûr que certains auraient pu donner la note maxi, mais les notes que je donne sont aussi en comparaison avec tous les traitements que j’ai testés. Je précise que pour réaliser le Benchmark, tous les paramètres sont en automatique.

Chaptitre Test Max Oppo
BDP-93EU
Onkyo
TX-NR5008
Yamaha RX-A3010 Yamaha
RX-V771
Conversion Vidéo
Video
Resolution
Dial 5 5 5 5 5
Dial with Static Pattern 5 5 5 5 2
Gray Bars 5 5 5 5 5
Violin 5 5 5 5 5
Film
Resolution
Stadium 2:2 5 5 5 5 0
Stadium 3:2 5 5 5 5 5
Overlay
On Film
Horizontal Text Scroll 5 3 3 5 0
Vertical Text Scroll 5 5 5 5 0
Cadence
Response Time
Transition to 3:2 Lock 5 5 5 5 5
Transition to 2:2 Lock 5 5 5 5 0
Multi-Cadence 2:2:2:4 24 FPS DVCam Video 5 5 3 5 0
2:3:3:2 24 FPS DVCam Video 5 5 3 5 0
3:2:3:2:2 24 FPS Vari-Speed 5 5 5 5 0
5:5 12 FPS Animation 5 5 0 5 0
6:4 12 FPS Animation 5 3 0 5 0
8:7 8 FPS Animation 5 3 0 5 0
Color
Upsampling Errors
Interlace Chroma Problem (ICP) 5 5 5 5 2
Chroma Upsampling Error (CUE) 5 5 5 5 2
Réduction du bruit et des artefacts
Random
Noise
SailBoat 5 5 5 5 2
Flower 5 5 2 5 2
Sunrise 5 5 2 5 2
Harbour Night 5 5 5 2 0
Compression
Artifacts
Scrolling Text 5 5 5 5 5
Roller Coaster 5 5 5 5 5
Ferris Wheel 5 5 3 5 3
Bridge Traffic 5 5 5 5 5
Upscaled
Compression
Artifacts
Text Pattern 5 5 3 5 5
Roller Coaster 5 5 0 5 3
Ferris Wheel 5 3 0 3 0
Bridge Traffic 5 3 3 3 0
Mise à l’échelle et amélioration de l’image
Scaling
and Filtering
Luminance Frequency Bands 5 5 5 5 2
Chrominance Frequency Bands 5 5 5 5 2
Vanishing Text 5 5 5 5 5
Resolution
Enhancement
Brook, Mountain,
Flower, Hair, Wood
15 15 15 15 15
Processing annexes
Contrast
Enhancement
Theme Park 5 5 5 5 5
Driftwood 5 5 5 5 5
Beach at Dusk 5 5 2 2 5
White and Black Cats 5 5 5 2 2
Skin Tone
Correction
Skin Tones 10 7 3 3 3
Total Score 210 197 157
190 107

Ce qui ressort de ce Benchmark, c’est une parfaite maitrise de la détection de cadence (pull-down) avec un sans faute. Les tests de désentrelacement affichent des résultats parfaits. Les résultats sur les filtres réducteurs de bruits sont excellents, avec juste une petite faiblesse pour réduire les bruits de blocs, mais la précision des images est parfaitement gardée tout en gommant le bruit. Cette difficulté à gommer les traces de compression upscalée se retrouve donc également dans le Benchmark, preuve que l’upscaling est un peu perfectible.

Autre petit point faible, la correction sur les teintes de peau et l’amélioration du contraste que je trouve un peu trop agressif en auto sur quelques scènes.

Conclusion

Le Yamaha RX-A3010 Aventage est vraiment un très bel ampli, doté d’une qualité de fabrication exemplaire et qui propose de nombreuses fonctions originales, performantes et exclusives puisque propriétaires. Notez qu’il est très profond, et peut nécessiter un meuble choisi en fonction.

Son alimentation mériterait d’être un peu plus musclée, mais il s’agit d’un ampli qui offre une des plus belles musicalités du marché des amplis AV grand public actuel. Douceur, ampleur,  spatialisation exceptionnelle, précision de la centrale, profondeur des graves sont les caractères les plus marquants d’une excellente image sonore.Cependant, il nécessite de bonnes associations d’enceinte pour offrir le meilleur de lui même, et peut s’avérer un peu trop tendre face à des enceintes au rendement faible et difficiles à driver.

Du côté des services réseaux, l’essentiel est là, de quoi profiter de bons fichiers audio en FLAC par exemple, sera largement suffisant pour 95 % des utilisateurs, mais pour ma part je regrette juste l’absence de gestion du FLAC et APE 192 kHz et multicanaux et de quelques services internet comme Spotify ou AUPEO!

Enfin, autre énorme atout de cet ampli, son traitement vidéo est digne d’un véritable scaler externe dédié, avec des modes précalibrés et paramétrables manuellement, qui offrent des ajustements d’une précision très appréciable. De quoi associer un traitement différent jusqu’à 6 sources différentes. On redécouvre vraiment ses DVD, son lecteur multimédia, on profite d’une meilleure restitution des Blu-ray, des MKV 720p ou 1080p, des vidéos analogiques comme une console de jeux.

Pour sa qualité audio et vidéo, ses fonctions propriétaires et très originales, et surtout efficaces, pour sa qualité de fabrication, il reçoit une double récompense avec 3 étoiles HDfever en qualité audio et vidéo, mais de de récompense ultime (Reference HDfever) pour son amplification qui aurait mérité d’être plus musclée. Je trouve dommage que la gamme Aventage n’offre pas un modèle encore au-dessus de RX-A3010, une sorte de successeur au Z11. Enfin, je trouve également qu’il ne propose pas assez d’évolution par rapport au RX-V3067 de l’an dernier …

Je remercie Univers HighTech pour le prêt de l’ampli Yamaha RX-A3010.

Les notes sont également en fonction du prix de l’ampli et par rapport à sa catégorie d’ampli AV:

  •     Qualité audio home cinéma : 
  •     Qualité audio musicale :
  •     qualité de l’amplification :
  •     Upscaling 1080p :
  •     Traitement de l’image :
  •     Services internet :
  •     Gestion multimédia :
  •     Connectique :
  •     Qualité de finition :
  •     Calibration acoustique :
  •     Fonctions et réglages :
  •     DSP / Spatialisation :
  •     Rapport Qualité/Prix :

Ce que j’ai aimé avec le Yamaha RX-A3010

  • La qualité d’écoute en home cinéma et en musique
  • Une belle musicalité qui change des autres amplis
  • Le traitement vidéo de très grande qualité
  • Un très bon décodage du DSD multicanal (Super Audio CD)
  • Une spatialisation superbe, une centrale précise, des effets surround au top !
  • La calibration YPAO très complète et efficace
  • La lecture du FLAC stéréo 96 khz, l’affichage des jaquettes et des tags
  • La possibilité de naviguer dans les dossiers TV éteinte
  • Des DSP très efficaces, les réglages audio, le Music Enhancer
  • Le design et la qualité de fabrication
  • L’OSD fun, graphique et en couleur, le Web Brower Control
  • La connectique très complète !
  • La possibilité de préamplifier un 11.2
  • L’ergonomie et le fonctionnement simple de l’ampli

Ce que j’ai regretté sur le Yamaha RX-A3010

  • L’amplification qui reste perfectible et manque de muscle
  • L’absence de gestion du FLAC 5.1 et 192 khz
  • Pas de services internet de musique à la demande
  • Pas de connecteur analogique haut de gamme
  • Pas de traitement vidéo sur la 3D
  • Pas assez d’évolutions par rapport au RX-V3067

[adfever type="product" value="19286253"]

111 commentaires

  1. avatar
    aliook /

    Pour ce qui est du YPAO je l’ai même pas testé vu que dans le notice c’est écrit que pour s’en servir il faut allumer sa télé numérique mais moi je suis pas encore branché sur une télé, juste sur mon ordi portable :biggrin:

  2. avatar

    @aliook – En fait le Yamaha NS-SW210 est un caisson actif :smile:

    Donc, il ne nécessite aucune alimentation de puissance de la part de l’ampli et ne « pompera » pas sur les autres canaux. Il est alimenter en PreOut je suppose ?

    Je pense que l’ampli sera en mesure d’alimenter un 5.1 sans problème, mais il faut vérifier tout de même les niveaux des enceintes.

    Ok pour YPAO, je pensais qu’il n’y avait même pas besoin d’allumer la TV, mais je me trompe peut-être. Essayes tout de même d’enclencher le micro pour voir si les directives ne sont pas affichées sur l’écran Digital de l’ampli… On ne sait jamais :wink:

  3. avatar
    Fred /

    Sur les derniers Yamaha on est obligé d’afficher l’OSD sur un écran externe malheureusement. Ça m’avait aussi embêté au début par rapport à mon ancien RX-V863 où tout s’affichait sur l’ampli :unsure:

    Quand je n’avais pas de TV j’étais obligé de brancher mon écran de PC pour pouvoir faire la calibration.

    Voilà, c’est juste pour l’info :wink:

  4. avatar
    Fred /

    Pas de quoi :wink:

  5. avatar
    aliook /

    Bonne nouvelle alors ! tant mieux que je me soit trompé et que le ns-sw210 est actif :biggrin: . Je pense qu’il vas convenir à mon système qui est en 7.1 mais en ce qui concerne le niveau des enceintes je pense que tu parles de la puissance : elle ont 100W pour les frontales avant et arrières, 130W pour la centrale et 100W pour les latérales, ça vas aller? j’ai zieuter cet ampli aussi parce que je voudrai un ampli discret enfin juste ce qu’il faut en basse fréquences.

    Aussi j’ai penser à vendre le rx-a810 pour le remplacer avec un rx-v1071 mais je sais pas si l’effort en vaut vraiment le coup, pour 10 petit W en plus :getlost:

  6. avatar
    aliook /

    je me suis trempé je voulais dire 130 W pour les frontales avant et arrières , 150 W la centrale et 100W les latérale :lol: :

  7. avatar

    @aliook – Non, je parle des Level dans l’OSD, paramètres YPAO, normalement ce Level va de -10 dB à + 10 dB sur chaque enceinte si mes souvenirs sont bons. Par défaut il est à 0, mais le YPAO peut les mettre à – 8 par exemple. Selon les besoins en puissance, acoustique de la pièce, ou le rendement des enceintes (sensibilité) on peut l’augmenter jusqu’à +10,

  8. avatar
    aliook /

    Bonjour Nicolas,

    Je suis en train de faire des gros changements dans mon système et je voudrais avoir votre avis. Tout d’abord j’ai reçus mes colonnes kef iq50 que j’ai pu comparer à l’ancien modèle que j’ai acheté 2 ans auparavant : les iq5 . J’ai tout de suite senti des aigus plus clairs, moins brouillon et des basses un peu plus prononcé et plus propre du coup on les entends mieux, même à un faible niveau sonore. Par contre je trouve qu’elle crachouille, qu’elles sifflotent un peu, pas comme si elle avaient un dysfonctionnement mais mais comme si il y avait trop d’aigus.

    Aussi j’ai décider de troquer mon rx-a810 fraichement acquis contre un rx-a1010, et je voulais vous demander (encore et encore ^^) au niveau de la puissance si ça peut poser problème, vous m’aviez déjà dis que ça dépendaient des enceintes. Le rx-a1010 fait 110 W sous 8 ohm donc 10 W de plus que mes enceintes surround . Mais dites moi si je me trompe en disant qu’entre 100W et 110W c’est + une amélioration qu’un véritable changement de puissance.

  9. avatar

    @aliook – Non, ce n’est pas 10 W supplémentaire qui vont abîmer les enceintes. De toute façon lorsqu’on atteint le point de rupture d’une enceinte, il faut vraiment le chercher, car on se rend compte bien avant que les enceintes commencent à afficher de la distorsion et à ne plus gérer les watts ennoyés.

    Par contre, il ne faut surtout pas oublier le rodage qui est extrêmement important sur les enceintes. C’est pas flagrant sur les appareils comme les amplis, mais sur les enceintes le rodage est primordiale !

    Je pense qu’il faut au moins une centaine d’heures de rodage pour commencer à avoir un son cohérent, surtout dans la finesse des aigus et dans la profondeur des basses, au niveau de l’ampleur, la clarté du son, etc..

  10. avatar
    aliook /

    haaaaa OK

    et bin j’en aurai vraiment beaucoup appris sur ce forum, merci Nicolas :smile:

  11. avatar
    yoko83 /

    Sans vouloir être médisant ni méprisant, il y a juste le fait que le rodage, c’est surtout celui de vos oreilles que vous réalisez… pas celui des enceintes, qui est un pseudo argument que certains vendeurs ou fabricants ont inventé pour expliquer le fait que vos enceintes chèrement payées ne rendent pas aussi bien dans votre salon que dans l’auditorium où vous les avez entendues…
    Après chacun pense ce qu’il veut :happy: :happy:

  12. avatar

    @yoko83 – Euuu oui, comme tu dis, chacun pense ce qu’il veut :smile:

    Mais là, permet moi de ne pas être du tout d’accord avec ce que tu dis :wassat:

    Je teste régulièrement des enceintes, et je peux te dire que même les Monitor Audio GX200 qui sont exceptionnelles ne volaient pas très haut les premiers jours d’écoutes. Le son était étouffé, plat, les aigus criards et durs, presque grésillant.

    Il faut juste écouter ce qu’elles donnent actuellement pour s’assurer que le rodage à été plus que bénéfique…

    Les membranes sont toutes rigides les premiers jours, elles ont besoin de s’assouplir pour reproduire plus d’ampleur, des graves plus profonds,et des aigus plus doux.

  13. avatar
    Fred /

    Perso j’ai entendu la différence après quelques temps sur mes enceintes. Un truc de dingue :tongue:

    Je confirme, le son est tendu au début, projeté et un peu agressif j’ai envie de dire.

  14. avatar
    aliook /

    Mouai, je cache pas que les vendeurs (enfin certains) sont des charlatant sans scrupule capables de tout pour vous faire acheter ^^ j’en ai fait l’expérience :pouty:
    Et puis le rodage ne ce voit pas, donc il y a, pour les incrédules qui ne crois que ce qu’il vois, une explication scientifique à cela : l’usure (faible) engendré par la mise en mouvement de matériaux permet à la membrane et à la suspension de devenir plus souple et donc de produire un son meilleur.
    Et si on y pense bien ça marche avec beaucoup d’objets dans la vie de tout les jours c’est normal car il faut un temps pour que la matière s’adapte au milieu qui l’entoure.

    En parlant de rodage je me demander qu’elle pourrait être la durée de vie d’une enceinte si on ne utilise pas comme un forcené ^^

  15. avatar

    @aliook – Pour ma part, j’ai de Vector Needle Magnat que j’ai depuis 2001, et elles sont encore excellentes. C’est comme le bon vin, plus ça prend de l’âge meilleur c’est (si il n’y a pas de casse, de déchirure ou d’oxydation évidemment).

  16. avatar
    aliook /

    ha c’est bon à savoir ça ^^
    heureusement qu’il y a encore des choses qui sont meilleure quand elle vieillissent dans ce monde moderne :p

    l’oxydation c’est à dire dans un appartement humide?

  17. avatar

    @aliook – Souvent les connecteur qui ne sont pas dorés ou argentés ont tendance à s’oxyder et ça peut abîmer les connecter, l’oxydation isole un peu, crée de petite micro étincelles. Bref ce n’est jamais très bon. C’est surtout pour ça que les fabricant mettent des connecteurs plaqué or, car le cuivre est meilleur conducteur que l’or, mais l’or ne s’oxyde pratiquement pas.

    Beaucoup pensent que les connecteurs or proposent une meilleure qualité audio, c’est faut, ça gagne juste en pérennité.

  18. avatar
    aliook /

    Alors je mettrai du jus de citron sur mes connecteur parce-que le citron a des vertus antioxydantes, en plus c’est jaune comme l’or :p ça se serra le « gold connector » du pauvre

    Au fait les kef que j’ai acheté ont une couleur que j’aime pas et je penser les repeindre et les vernir mais je me demandai si ça affecte la qualité du son vu que le coffre joue un role important un peu comme dans une guitare non?

  19. avatar

    @aliook – Du jus de citron, pourquoi pas, tous les 2 jours alors ! lol :biggrin:

    Sinon, pour les KEF, oui, ça peu changer un peu le timbre, mais peut-être pas en mal, qui sait … Les plus belles enceintes disposent souvent de plusieurs couches de vernis et de laque. Si c’est bien fait, je ne pense pas que ce soit mauvais.

  20. avatar
    Frederic /

    Bonjour
    Si quelqu’un passe par la et peut me conseiller, voilà mon problème avec cet engin…
    Depuis quelque jours, je n’ai plus accès à mon réseau… En fait il trouve toujours les différentes machines connectées mais il n’y trouve plus aucun contenu ! J’ai pour habitude de piloter ma musique depuis mon iPhone et ou iPad et ça me manque de ne plus pouvoir faire de la sorte… Autre petit problème: lorsque j’écoute de la musique via des sources Bluetooth il se produis des micros coupures sonores de façon intempestive ! Qu’elle peut en être la cause ?
    Merci…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: