Facebook Tweeter Tweeter

Dossier : La 3D Stéréoscopique

3D Relief : de Las Vegas à notre salon ...

Le CES 2010 à Las Vegas aura été le feu vert pour le  Home-Cinéma 3D, pratiquement toutes les grandes marques se sont lancées à l’unisson dans cette nouvelle ère de divertissements à domicile en nous présentant des tonnes de nouveaux produits. Je vous propose donc un dossier complet pour y voir plus clair. Un petit historique sur l’évolution du cinéma, des explications sur la 3D et ses différentes technologies, les critères de qualités à retenir et  une présentation de tous les nouveaux produits compatibles 3D. Je rédige et test des produits toute l’année pour plusieurs sites, je met donc ma petite expérience dans ce domaine à votre service, sans prétention, tout simplement pour partager cette formidable passion et essayer d’entrer dans cette nouvelle ère de divertissement à domicile le plus simplement possible.

Avant propos

Petit historique

Pour remettre les choses dans leur contexte, les premiers travaux autour de la 3D ont débuté en 1922 avec un premier film, « The Power of Love » qui utilisait le procédé 3D anaglyphe que je vous expliquerai plus loin. Depuis longtemps nous avons essayé de retranscrire à l’écran une image la plus proche de la réalité possible, car n’oublions pas que nos yeux sont faits pour voir en 3D. L’évolution de l’image est toujours allée dans ce sens, avec une définition de plus en plus élevée, 576p, puis 720p, 1080p, 2K, 4K et maintenant 8K dans les salles spécialisées, grâce au format IMAX.

Caméra IMAX

On commence à le savoir, pour arriver à retranscrire la 3D, le diffuseur (projecteur ou téléviseur) doit afficher deux images superposées et décalées, ou en alternance, une pour chacun de nos yeux. Notre formidable processeur, le cerveau, se chargeant de reproduire l’image en 3D. Le fait de recevoir 2 images en provenance de 2 points différents nous permet d’apprécier les distances et donc la profondeur de l’image et les effets de relief. Pour s’en convaincre, il suffit de demander à quelqu’un de nous jeter une balle et d’essayer de l’attraper avec un œil fermé, vous verrez que ce n’est pas évident du tout, car on apprécie plus les distances de la même façon. Qui ne se rappelle pas des visionneuses 3D, avec lesquelles ont faisait défiler 2 diapositives de la même photo pour apprécier un rendu 3D. Ce système est la base de la 3D stéréoscopique exploitée par les lunettes polarisantes ou à obturateur actif.

Les deux bobines d'un film en IMAX 3D

Camera IMAX 3D

Pour rendre à César ce qui est à César, c’est à IMAX que l’on doit le plus pour ces travaux autour de la 3D. Jusqu’en 2005 la grande majorité des salles 3D était IMAX avec une projection de grande qualité, mais analogique (sur bobine). Avec ce procédé très coûteux, il est nécessaire d’employer 2 bobines, une pour l’œil gauche, l’autre pour le droit. Les caméras, projecteurs et le matériel IMAX en général, est lui aussi très cher et l’arrivée de la 3D numérique à facilité les choses pour beaucoup de salles de cinéma…. et maintenant, pour le home cinéma. Comme pas mal d’innovations dans le monde du cinéma, le premier à avoir annoncé la projection numérique en salle de cinéma publique, c’est George Lucas avec l’épisode I de Star Wars, « La Menace Fantôme ».

Le cinéma numérique

Du cinéma analogique au numérique

Le cinéma numérique apporte plusieurs avantages, des machines plus légères, plus faciles à installer, une distribution des oeuvres moins coûteuse, des copies qui ne s’abîment pas, une qualité d’image saisissante, mais qui demande de bons composants et du matériel assez cher. Le problème vient du fait que la grande majorité des salles sont encore équipées en analogique. On prévoit qu’en 2013, seulement 50% des salles seront équipées en numérique. Donc beaucoup de films sont encore réalisés sur pellicule analogique. Pour passer d’une pellicule analogique au format numérique, on scanne chaque image, donc plus l’image est grande, plus la résolution et la qualité seront élevées. Une pellicule de 35 mm fait 48 × 22 mm et passe à une surface record de 69 × 48 mm en IMAX 70 mm pour une image équivalente à une résolution de 10 000 x 7 000 pixels, ce qui permet de la scanner au format numérique 8K soit une définition Ultra HD de 8192 x 4096 px ! Pour arriver à ce format d’image, la bande sonore qui prenait de la place sur la pellicule a été déportée sur un support numérique sans compression (procédé Dolby Numérique, une sorte de TrueHD sans compression). Toute la pellicule est donc réservée au support de l’image.

Suite au scannage de tout le film, on se retrouve avec un master numérique 2K, 4K ou 8K en fonction de la pellicule utilisée au format JPEG 2000 en 4:4:4 (12bits). Plus le master sera de qualité, plus les transferts sur supports proposeront une image magnifique. Le poids de ce fichier sera en fonction de la définition, il peut atteindre plus de 200 Go en 2D et plus de 300 Go en 3D. C’est ensuite que l’on compressera en H264, VC1 ou MPEG-2 pour le transposer sur support Blu-ray ou DVD. Malheureusement, cette compression se fait avec pertes, car le Blu-ray n’utilise « que » le High Profil de H264, seul le profile Hi444P du H264 compresse sans perte, mais il est très peu utilisé pour l’instant…Patience.

Salle IMAX

Seulement, la 3D numérique via un seul projecteur ne propose que 4:2:2 (10bits), donc pour profiter de la 3D HD en 12 bits il faut passer par deux projecteurs, bande passante oblige. Le système IMAX Numérique, quant à lui, repose sur des principes de calibrages, de traitements et re-masterisation de l’image (Digital Re-Mastering (DMR)), de normes de construction visant à offrir des salles IMAX numériques d’une qualité exceptionnelle. Le film doit toujours être projeté avec 2 projecteurs 2K ou 4K en 4:4:4 (12 bits) sur un écran gigantesque et très proche du télespectateur. Autre acteur majeur du cinéma numérique, Texas Instrument et sa technologie DLP Cinéma qui est la plus répandue à l’heure actuelle avec quelque 1000 salles en France. Sony a adopté la technologie DLP Cinéma en version 4K intégrée au processeur SXRD (Silver X-Tal Reflective Display) de ses vidéoprojecteurs. Cette puce pouvant contenir une image 4K est donc capable d’offrir 2 images 2K pour de la 3D 2K. Ce système repose sur les principes de polarisation de la lumière.

  • Plus d’informations sur le DLP Cinema de Texas Instrument avec une interview chez mes confrères de Cinenow, c’est ici.

Le Blu-ray 3D

Le Blu-ray, support officiel de la 3D

Le codec AVC (H264) vient d’intégrer une extension à sa norme d’encodage, le MVC pour Multiview Video Coding. Le AVC/MVC permet d’encoder de la 3D en augmentant le taux de compression sans perte supplémentaire. Ainsi, une vidéo 3D se compose donc de 2 vidéos HD 1080p ; sans l’extension MVC, une vidéo HD 3D serait deux fois plus lourdes qu’une vidéo HD 2D, avec le AVC/MVC on arrive à un poids de seulement 1.5 fois supérieur. Le AVC/MVC est rétrocompatible avec le AVC, si un lecteur n’est pas compatible 3D, la deuxième couche sera ignorée. En attendant que Microsoft propose un codec VC1 compatible 3D, c’est donc le AVC (H264) qui sera utilisé exclusivement par les Blu-ray 3D.

Même si on rencontrera beaucoup de 3D 720p, 1080i, voir même SD disponibles sur des chaines 3D ou avec de la VOD 3D, le Blu-ray 3D sera la seule façon dans l’immédiat de profiter de « vraie » 3D 1080p au format 24p True Cinéma. Cependant, la qualité de la 3D proposée par le Blu-ray sera aussi sujette à plusieurs niveaux de qualité qui dépendra de la qualité du Master 3D original. Si un Blu-ray à été numérisé à partir d’un master IMAX 4K ou 8K, par exemple, il offrira une meilleure qualité.

Les Blu-ray réalisés à partir de master IMAX 8K, et même 4K, sont rares, mais on en trouve ; la collection de reportages IMAX par exemple (Mummies Secrets of the Pharahos, Grand Canyon Adventure), Sea Monster, ou des titres comme BARAKA, Blade Runner, La Mort aux Trousses. Avec une telle révolution de l’image, le passage à la 3D était enfin venu, car pour pallier à la fatigue visuelle et offrir une 3D digne de ce nom cela passe par une image 2D parfaite et des avancées technologiques allant dans ce sens. Il est vrai qu’en IMAX 3D, ce sont beaucoup de documentaires et de spots à sensations qui ont été proposés. (voir mon dossier sur les qualités d’encodage du Blu-ray).

Monsters vs Aliens sera le 1er Blu-ray 3D

Bien que quelques films ont été diffusés en 3D avant 2009, dont certains proposant de l’anaglyphe très peu convaincant, c’est surtout Monstre vs Aliens diffusé en salles IMAX 3D qui marque un tournant décisif du cinéma 3D Stéréoscopique, et c’est logiquement que ce titre sera le premier Blu-ray 3D de l’histoire. Je ne parle pas du procédé anaglyphe, bien-sûr, car de nombreux Blu-ray proposent cette 3D affreuse. Depuis les titres en IMAX 3D au cinéma se sont multipliés, comme Transformers 2 : La Revanche, Harry Potter Et Le Prince De Sang-Mêlé et Le Drôle de Noël de Scrooge de Disney avec Jim Carrey qui ne sont pas sortis en France, puis finalement le blockbuster AVATAR qui aura pulvérisé le box-office avec la plus grosse recette de l’histoire du cinéma. C’est le premier film à avoir été tourné en IMAX du début à la fin (à peine 12 min sur le dernier Harry Potter). Aujourd’hui on annonce de nombreux films 3D, et un premier documentaire filmé dans l’espace en IMAX 3D sur pellicule de 65mm (équivalent à du 8K), « HUBBLE 3D » (voir l’article).

Plusieurs films seront également remastérisés en 3D à partir de la version 2D. Même si ce principe ne propose pas une qualité équivalente à un film entièrement tourné en 3D, la qualité sera tout de même meilleure qu’une conversion à la volée 2D/3D comme quelques téléviseurs 3D le proposent. Remastérisé un film demande un travail minutieux et de longues haleines, les studios IMAX le font très bien et le projet de George Lucas de retravailler les Star Wars en 3D devrait aboutir sur quelque chose d’excellent.

Comme on l’a vue pour les films HD, l’informatique est prête pour accueillir la 3D. Des logiciels comme PowerDVD 10 ou encore Total Media Theater 3 via son plugin Sim3D proposent une mise à jour avec le support de la 3D, les dernières cartes graphiques sont déjà 3D Ready, MkvMerge intègre aussi un module pour ripper les Blu-ray 3D (voir le tutoriel du Blu-ray (3D) au MKV) et n’en déplaise aux éditeurs, les réseaux P2P partageront le MKV 3D comme c’était le cas avec les MKV HD.

Enfin, on pourra également profiter de la 3D sur de nouvelles chaînes télévisées comme Canal+ 3D qui prépare sa chaîne pour la fin de l’année et Orange qui devrait diffuser Roland Garros en 3D en mai 2010. Ceci sera juste un essai, mais servira de test pour le lancement de leur future chaîne 3D. Comme pour la TNT HD, la qualité ne sera pas celle du Blu-ray et ne sera même pas en 1080i 3D, apparemment la qualité proposée sera ce que l’on appelle de la 3D Split d’une résolution de 960 x 1080 px à cause de la bande passante nécessaire. On pourra également bénéficier de VOD 3D mais là encore attendons pour voir quelle qualité sera proposée. Sony et son service de VOD pour la PS3 proposera de la VOD 3D ainsi que CinemaNow qui semble l’offre la plus prometteuse avec du 1080p au programme et même des pistes audio HD en DTS-HD et TrueHD.

La 3D Relief, explications

Les différentes technologies de 3D stéréoscopique

2010 sera l’année de l’avènement de la 3D à domicile, le CES 2010 nous en a mis pleins les yeux de nouvelles technologies, LED 3D, Plasma 3D, projecteurs 3D, lecteur Blu-ray 3D, lunettes polarisantes ou à active, etc. Pour ne pas nous faciliter les choses, on aura le droit à plusieurs technologies 3D, une nouvelle norme HDMI 1.4 et tout son lot d’interrogations sur comment ça marche ? Quelles compatibilités ? Faut-il obligatoirement passer par du HDMI 1.4 pour la 3D ? Quelles lunettes pour quelle qualité ? Et toujours l’éternelle question, qui revient comme pour la HD, quelle technologie de rétroéclairage sera la plus efficace avec la 3D ?

Pour commencer, la 3D anaglyphe, c’est quoi ? Je serais bien tenté de vous dire passez y a rien avoir tellement ce procédé offre une image affreuse, mais il faut tout de même y apporter des explications. Avec la 3D anaglyphe, tous les diffuseurs sont compatibles, même une vieille télé à tube cathodique. Des sites proposent des vidéos gratuites en anaglyphe (voir l’article). Sur la même image, deux images sont légèrement décalées, une pour chaque oeil, et avec une colorimétrie différente, une image avec une dominante de vert et l’autre avec une dominante de rouge. Les lunettes anaglyphes se composent donc de deux verres de couleurs différentes, comme pour l’image, un vert et l’autre rouge. Le verre rouge ne laisse pas passer la couleur rouge, le vert ne laisse pas passer la couleur verte. Deux images différentes et d’angles différents parviennent jusqu’à notre cerveau qui pourra apprécier une image en 3D. Le problème c’est que toutes les couleurs se mélangent, on a l’impression par moment de visionner un film en bichromie. Le rendu 3D est lamentable et fatigant plus d’un quart d’heure avec des images fantômes qui gâchent le spectacle (ghosting). Ce procédé existe depuis plus de 90 ans.

Le procédé 3D Anaglyphe

Lunette Dolby

Ceci dit, les laboratoires Dolby ont mis au point leur système Dolby 3D en se basant sur le système de l’anaglyphe, mais en l’améliorant grandement. Le Dolby 3D est exploité en salle de cinéma, une roue est placée devant l’objectif, elle composée d’une moitié teintée de cyan qui en tournant va filtrer les couleurs primaires d’une image sur deux, une pour chaque oeil. Ce procédé ne superpose pas les deux images comme l’anaglyphe standard et de plus les lunettes sont beaucoup plus élaborées avec des verres traités, la teinte ne se voit presque pas, les verres sont même plus transparents que les polarisés. Ces lunettes sont passives donc n’embarquent pas de batterie comme les actives et sont beaucoup moins cher. Ce système est très simple à installer, ne nécessite qu’un seul projecteur, la roue est par contre synchronisée avec les données du film grâce à un boitier externe.

Le système Dolby 3D

La 3D stéréoscopique que l’on nous a présentée au CES 2010 pour nos écrans, sépare aussi les deux images, mais avec d’autres techniques et en conservant l’intégralité du spectre colorimétrique pour chaque œil. Si on faisait un arrêt sur image et que l’on avancerait image par image, un coup l’œil droit n’aurait pas d’image, un coup ça serait l’œil gauche. Pour arriver à filtrer les images destinées à chacun de nos yeux, on utilise deux procédés, celui avec de lunettes polarisantes et celui avec des lunettes actives. Le label 3D Ready spécifié par la BDA (Blu-ray Disc Association, voir l’article) stipule qu’un lecteur Blu-ray 3D Ready devra employer un procédé 3D active, que je vous explique plus bas. Cela ne veut pas dire que toutes les TV 3D Ready offriront de la 3D active, certaines déjà présentées dans les pubs Anglais utilisaient des lunettes passives grâce à l’ajout de filtres.

Les lunettes polarisantes

Le système de polarisation de la lumière permet d’envoyer des images avec des orientations différentes pour chacun de nos yeux. En simplifiant un peu, la lumière nous est renvoyée par l’écran TV ou cinéma avec un rayonnement vertical pour l’oeil gauche et horizontal pour l’oeil droit, les lunettes filtrent les rayons pour chacun de nos yeux comme sur le visuel. Comme pour le Dolby 3D, un seul objectif est nécessaire contre 2 pour l’IMAX 3D mais du coup le nombre d’images/s est multiplié par deux et atteint les 144 im/sec (2 x 72 Hz) pour être compatible avec le 24p True Cinéma (144 est un multiple de 24). Un filtre est aussi placé devant l’objectif du projecteur, il va orienter différemment une image sur deux grâce à son panneau de cristaux liquide qui fonctionne comme les lunettes actives. Ce filtre est synchronisé avec les données du film. Sur les TV 3D, c’est la dalle qui orientera les rayons lumineux à la verticale ou à l’horizontale.

Les lunettes n’embarquent pas de batterie, chacun des verres possède un filtre différent de l’autre qui reçoit certaine orientation du rayonnement lumineux, elles sont légères, plus design, mais légèrement teintées ce qui nécessite une luminosité de l’image plus puissante au risque de voir l’image trop sombre. Les constructeurs de TV et vidéoprojecteurs utilisant les lunettes polarisantes doivent proposer de puissants contrastes pour remédier à l’assombrissement des lunettes. La technologie LED et le plasma sont donc plus appropriés pour les lunettes polarisées que le LCD classique. Certains fabricants comme Gunnar Optic commencent à proposer des lunettes polarisées très stylées et qui peuvent même être montées sur mesure avec des verres correcteurs pour ceux qui portent des lunettes.

Lunettes Polarisantes de chez Gunnar Optic

Les lunettes actives

Avec les lunettes à obturateur ou dites « actives », ce sont elles qui font tout le travail. On peut en profiter au cinéma comme à la maison, le verre reçoit des injections de cristaux liquides en alternance sur chacun des verres. il laisse passer la lumière, et il la coupe à une vitesse allant jusqu’à 400 fois par seconde (144/sec en salle de cinéma, elles sont ainsi en parfaite synchronisation avec la fréquence de projection en salle qui est aussi de 144 im/s pour de la 3D). Elles sont synchronisées grâce à un récepteur infrarouge  placé dans les branches des lunettes avec le diffuseur qui lui même possède un émetteur (cet émetteur est livré à part sur les TV 3D de Philips mais intégré aux autres marques). Si le téléviseur affiche une fréquence de 100 Hz, les lunettes clignoteront 100 fois/seconde (50 fois sur chaque œil), si le téléviseur propose du 400 Hz, elles clignoteront 400 fois/sec (200 fois par œil). Plus épaisses et plus contraignante, on retrouve une batterie qui se recharge ou se change au bout de x heures en fonction des fabricants (300 heures d’autonomie en général) elles offriraient cependant le meilleur rendu observé, mais attendons les tests pour en juger réellement. Les verres sont moins sombres que les polarisés et l’anaglyphe. Elles coûtent en général environ 100 euros.

Lunette actives de Panasonic

Explication des divers procédés de 3D en vidéo

Les produits 3D Ready

Les produits 3D Ready

Si vous suivez HDfever régulièrement, vous avez pu découvrir une bonne partie de ce que les firmes vont nous proposer tout au long de l’année 2010. pour profiter de la 3D vous avez donc besoin, d’un lecteur Blu-ray 3D Ready (voir le chapitre suivant), d’un téléviseur 3D Ready et des lunettes associées (actives ou passives suivant les modèles). Le HDMI 1.4 sera obligatoire sur les lecteurs, mais pas sur la TV (lire le dossier HDMI 1.4). Pratiquement tous les écrans 3D Ready que l’on nous propose nécessitent des lunettes actives. Seules quelques dalles réservées aux professionnels ou quelques vidéoprojecteurs utilisent des lunettes passives. Il semblerait que certaines TV seront compatibles avec les deux procédés, mais encore une fois attendons les tests. Toutes ces nouvelles télés proposent également une grosse interactivité avec internet pour profiter de VOD, de services météo, infos, récupérations de vidéos et musiques stockées sur son PC, etc. Je n’ai pas encore annoncé tous les produits mais vous trouverez des liens vers l’essentiel. Si ce n’est pas sur HDfever, ce le sera sur AVHD, un site pour lequel je travaille également.

Kit 3D de Panasonic : Plasma NeoPDP VT20 + Lecteur Blu-ray DMP-BDT300

Panasonic

Parmi les téléviseurs 3D très attendus, le Plasma 3D VT20 de Panasonic, certifié THX et ISF,  a rencontrés un gros succès se basant sur ses dalles NeoPDP avec l’intervention d’ingénieurs de chez Pioneer pour offrir un contraste natif de 5 000 000:1. Le procédé d’impulsions électrique a été amélioré grâce à un nouveau procédé à base de phosphore et de gaz Xenon pour apporter la forte luminosité que la 3D a besoin. C’est apparemment le téléviseur qui a le plus séduit d’après les retours de presse, mais un hall de démonstration au CES n’est pas le lieu idéal pour tester des écrans. Le seul défaut de cette dalle est sa fréquence native qui est de seulement 100 Hz. Panasonic a dévoilé pas moins de 46 nouvelles références de téléviseurs avec des LED ce qui est une première pour le géant nippon, seul le VT20 sera 3D Ready.

Samsung

C9000 Samsung LCD LED 3D

La firme Coréenne propose plusieurs écrans 3D avec 3 LED Edge, les C9000, C8700 et C7700 + 2 Plasma, le PNC8000 et PNC7000. Si on se base sur les LED 2009, la qualité de ces écrans semble très prometteuse 200 Hz, un fort contraste jusqu’à 10 000 000:1 sur les Plasma, avec un design soigné, très slim, des fonctions très intéressantes comme la conversion 2D/3D à la volée et la fonction  PVR (Magnétoscope numérique). Samsung à également sorti un vidéoprojecteur 3D 1080p le CF3D qui embarque le procédé SXRD de Sony, sûrement le meilleur présenté encore abordable. Beaucoup de projecteurs 3D présentés n’étaient malheureusement que 720p.

  1. Le Plasma 3D Ready PNC8000 de Samsung
  2. Le Plasma 3D Ready PNC7000 de Samsung
  3. Le LED Edge 3D Ready C9000 de Samsung, en savoir plus
  4. Le Dynamique LED Edge 3D Ready C8700 de Samsung
  5. Le LED Edge 3D Ready C7700 de Samsung
  6. Le LCD C770 3D Ready de Samsung
  7. Le vidéoprojecteur 3D Ready CF3D de Samsung

Sony

LCD LED Sony LX900

Sony est sûrement la firme à avoir présenté le plus de téléviseurs avec là aussi des LED et des TV 3D. La célèbre dalle Bravia se met donc au LED et à la 3D. Même si les goûts et les couleurs ne se discutent pas, le nouveau design monolithique minimaliste de Sony a frappé fort dans les esprits. Épurée, sobre et classe ces nouvelles dalles promettent avec une évolution de son traitement de l’image, le Bravia Engine 3 couplé au LED et quelques améliorations du contraste et antireflets.

  1. Le LED Edge 3D Ready LX900 de Sony
  2. Le LED à Local Dimming 3d Ready HX900 de Sony
  3. Le Dynamic LED Edge 3D Ready HX800 de Sony

LG

LG Infinia LED 3D Ready LE9500

LG Infinia LED 3D Ready LE9500

Sur le papier c’est sûrement les écrans les plus prometteurs de toute la concurrence que nous propose là LG ! Reste à savoir si les traitements de l’image propriétaires de la firme suivent. Car c’est bien là le plus important au-delà des chiffres ! Sinon, nous avons là des LCD LED certifié THX, une première pour des LCD, qui offre un fréquence de rafraîchissement jusqu’à 400 Hz sur le LE9500 qui sera sûrement décliné en LX9500 en France. Les Plasma de LG sont aussi certifiés THX, ISFccc mais aucun ne propose de la 3D. Un design sobre, une épaisseur très fine, de grosses performances, des fonctions intéressantes, une télécommande à la Wiimote, un détecteur de lumière ambiante, etc.

  1. Le Full Slim LED à Local Dimming 3D Ready LE9500 de LG
  2. Le Full Slim LED à Local Dimming 3D Ready LE6500 de LG

Toshiba

Toshiba Cell TV LED 3D ZX900

Ha Toshiba ! Sa TV Cell 3D est vraiment un monstre de puissance, un produit hors norme. Malheureusement, cette TV sera réservée aux portefeuilles bien garnis, car on l’annonce à plus de 6000 euros. 9 000 000:1 de contraste, 400 Hz, Processeur Cell 43 fois plus puissant qu’une TV classique, 4 tuners TNT HD, un DD de 3TO, fonctions PVR et conversion 2D/3D à la volée, panneau Kira 2, LED à Local Dimming avec 512 zones, bref le best of best…

Philips

Philips PFL9705

Philips a été la dernière firme à présenter ses solutions 3D et à l’heure à laquelle j’écris ces quelques lignes, sa nouvelle gamme n’a toujours pas été présentée officiellement. Je sais quand même que le PFL9705 et le PFL8705 seront 3D Ready. Là aussi la gamme semble prometteuse avec du 400 Hz, un excellent processeur vidéo qu’est le Perfect Pixel HD Engine et une qualité audio embarquée qui semble au-dessus de la concurrence. On retrouve également un système Ambilight très sympa et amélioré par rapport à l’an dernier. Philips doit également présenter sa nouvelle version 3D de son géant LCD Cinema 21:9.

Je vous propose également un dossier pour en savoir plus sur les différentes techniques de rétroéclairage LED ou sur HDfever ou sur AVHD.

Les lecteurs Blu-ray 3D Ready

Le lecteur Blu-ray 3D C6900 de Samsung

Là aussi, la nouvelle génération de lecteurs Blu-ray propose une interactivité totale avec internet. Contrairement aux TV 3D, le HDMI 1.4 est obligatoire pour pouvoir transférer son HD et images 3D HD. Le seul inconvénient est que pour profiter du DTS-HD Master Audio et du TrueHD il sera donc obligatoire de posséder un ampli avec HDMI 1.4 si l’on décide de passer par l’ampli le son et l’image 3D. Heureusement, Panasonic a eu l’excellente idée de proposer un lecteur Blu-ray 3D Ready avec deux sorties HDMI 1.4 ceci pour envoyer l’image 3D vers une TV 3D et le son en DTS-HD ou TrueHD vers un ampli avec HDMI 1.3. Ceci afin d’éviter aux consommateurs de devoir tout renouveler. Simple et très utile, il fallait y penser. On relèvera aussi le nombre important de lecteurs Blu-ray 3D Ready et universel de Sony. Le plus de ces lecteurs, ils lisent également le Super Audio CD et disposent d’un traitement audio de grande qualité.

  1. Voir tous les lecteurs Blu-ray 3D Ready présentés sur HDfever
  2. Voir les systèmes home cinéma 3D Ready tout-en-un.

Tout le monde sait que Sony proposera une mise à jour du firmware de la PS3 qui la rendra 3D Ready. Elle pourra donc à la fois lire le Blu-ray 3D et profiter de la VOD 3D que Sony proposera prochainement. Tout le monde attend de voir quelle qualité proposera la PS3 3D car disposant d’un port HDMI 1.3 elle devra forcément faire des concessions, soit sur la qualité de l’image, on parle de 1080i 3D, soit sur la qualité de l’audio qui pourrait très bien ne sortir que par la sortie optique pour laisser plus de bande passante au flux vidéo 3D pour ne pas trop dégrader la qualité. Suspens, à suivre ….

Conclusion

Conclusion

Il est vrai qu’il est un peu tôt pour se prononcer quant à l’intérêt et la qualité qu’offrira la 3D dans nos salons. Mais, pour donner mon avis, la 3D est une évolution du Home Cinéma qu’on ne peut ignorer et comme la HD s’est imposée, la 3D aussi finira par devenir populaire. Lorsque l’on voit les avancée technologique faites ces dernières années sur la qualité de l’image et des téléviseurs, oui ! Les produits que l’on nous propose sont de bonne qualité et les travaux faits pour offrir de la 3D de qualité ne sont que bénéfiques pour l’affichage 2D.

Le problème se situe surtout par rapport aux prix. Même si les prix annoncés sont moins onéreux que l’on pouvait le penser, il ne faut pas oublier que la 3D nécessite une grosse taille de diagonale pour être agréable. Qui dit grande diagonale dit produits plus chers ! Je pense que l’idéal c’est un minimum de 50″ et au mieux du 60″. Pour du 60″ il faudra compter au moins 5000 euros, le Plasma 3D Ready PNC7000 de 63″ de Samsung est attendu à environ 6000 euros !

De plus, on rapporte ici et là que la 3D fatigue les yeux, crée des maux de tête, réduit considérablement l’angle de vision, nécessite des lunettes pour chacun des téléspectateurs soit à 100 euros la paire cela fait 500 euros pour 5 si vous invitez des amis. La fluidité, c’est-à-dire une fréquence élevée en Hertz semble offrir un meilleur confort visuel, car n’oubliez pas que c’est divisé par 2 pour de la 3D. Un fort contraste semble conseillé pour offrir une forte luminosité et pallier aux verres sombres des lunettes 3D.

Mon conseil est forcément d’attendre un peu, au moins les premiers tests qui seront publiés assez rapidement. Le Web a ce formidable avantage de rendre tout transparent et de nous offrir plusieurs avis et tests très utiles pour faire les bons choix. Oui, la 3D sera forcément passionnante, mais pour ma part, rien n’enlèvera le plaisir de regarder un bon film en 2D, comme je prends toujours du plaisir à regarder un vieux film sans effets spéciaux. Je suis plus attiré par l’Ultra HD qui arrivera sûrement d’ici 2 ans que par la 3D mais cela n’empêche pas que  de voir un match ou un documentaire en 3D m’intéresse beaucoup, un film peut être moins… mais qui sait ! Surprenez moi messieurs les réalisateurs ! Je n’attends que ça :-)

__________________________________________________________________________________

[adfever type= »top-category » value= »12″]

16 commentaires

  1. avatar

    Bon article de synthèse qu’il faut compléter par l’article de Nicholas sur le H264 si on veut approfondir le sujet …

    Le plus dur pour la vidéo en 3d en ce moment est d’avoir une vue d’ensemble réaliste pour pouvoir anticiper et savoir les équipements qui seront incontournables bientôt. La révolution de la 3d stéréoscopique pour le grand public, comme le fut celle de la Hd en commencant par le Hdv, est enfin en marche et il semble bien que rien ne la stoppera plus.

  2. avatar

    Dossier hyper complet. Du bon boulot.

    Finalement, tout est prêt pour que la 3D envahisse nos salons … sauf les films en 3D. Même Avatar ne sort pas en 3D cette année. Voir :
    http://3d-tv-et-3d-ready.blogspot.com/2010/03/avatar-pas-de-version-3d-cette-annee.html

  3. avatar

    Dossier très intéressant et complet (comme toujours !)

    Je pense que je vais aller dévaliser une banque, ou infiltrer le gouvernement (il semble que l’on ait plein d’avantages quand on fait parti du gouvernement)
    hum… pardon !
    Plus sérieusement, il va falloir que j’attende « un peu » que les prix baisses pour me mettre à la 3D…

  4. avatar

    @fabien Ferr̬re РSalut Fabien !

    Quand tu auras dévalisé ta banque, fais moi signe, je peux t’avoir des prix ! Mdrrr :)

    Merci pour ton commentaire ;)

  5. avatar
    mononokehime /

    Les premiers modèles de TV 3D se trouvent maintenant a moins de 1200€ sans lunette, en décembre je pense que ça va etre une vrai folie avec des prix plus qu’intéressant.

  6. avatar

    Oui, il y a même le LCD 3D Samsung LE40C750 aux alentours de 1000 euros

  7. avatar
    gamma /

    Nous sommes en 2011, la 3dvision de Nvidia est devenue mature.
    Alors que dire de mes premières impressions sur un 24 pouces Acer 3D?

    Pour les films c’est pas mal. N’importe quel film fait pour la 2D peut être transmis en 3D et sur les films HD ça rend très très bien.

    Pour ce qui est des jeux vidéo, c’est encore mieux et en 1080p c’est extra.

    Concernant la fatigue visuelle et les maux de tête, je ne ressens aucun de ces symptômes même après 5 heures de jeu. Évidement, il faut régler la profondeur au départ (se fait très facilement par un raccourci clavier) pour ne pas loucher et par conséquent ne pas avoir mal aux yeux j’imagine.

    Faudra que je teste avec iz3d et tridef mais concernant 3dvision c’est tout à fait au point :smile:

  8. avatar

    Oui, c’est vrai, cet article date un peu….

    Depuis, j’ai fais pas mal de tests (qui sont en ligne sur HDfever) comme celui du VP 3D Vision Acer H5360, ou l’Optoma HD67n, et plusieurs test avec le 3DTV Play de Nvidia, et c’est clair que c’est LA technologie qui m’a le plus bluffées en 3D, sur un vidéoprojecteur DLP 3D c’est tout simplement fabuleux, ça enterre tout ce que j’ai pu voir sur TV 3D !!

  9. avatar
    gamma /

    Je ne sais plus sur quel forum j’avais vu ça, mais il y en a qui ont profité de l’offre de CDiscount pour jouer et regarder des films en 3 x 24 pouces côte à côte et en 3D.
    Ça doit être génial.

  10. avatar

    Merci pour toutes ces infos.
    Mon problème: ma tv samsung (convertit side by side en 1 suele image 3d pour ynchro lunettes) ok avec les demo et les films loués en VOD 3D. :smile:
    Par contre, je n’arrive pas à envoyé le signal en side by side par powerdvd10 ou Total Media Theater sur la TV par HDMI, le pc envoie déjà les 2 images fusionnées et la tv sait pas envoyer synchro aux lunettes. :sad:

    Merci

  11. avatar

    As-tu activer le mode Stereoscopic dans le gestionnaire de la carte graphique. D’ailleurs quelle est ta carte graphique ? Les Nvidia sont bien plus stables en mode 3D qu les ATi …

  12. avatar
    chris /

    Bonjour, avant d’acheter un lecteur Blu-ray interne pour mon PC j’ai vu que pour être compatible 3D, il suffisait qu’il soit 2X, c’est tout ce qu’il faut contrôler? Une recommandation de produit? Merci.

  13. avatar

    @chris – Exact, autant dire que tous les lecteur Blu-ray pour PC sont compatibles avec les Blu-ray 3D. Il suffit d’avoir le logiciel pour (PDVD 11 est tout de même le plus conseillé), une carte graph assez récente avec un décodeur AVC/MVC, ou un CPU puissant capable de décoder le AVC/MVC sans l’aide du GPU…

  14. avatar
    chris /

    Encore merci pour vos réponses toujours très professionnelles qui font trop souvent défaut chez les vendeurs de hardware!

  15. avatar
    vincent /

    @Nicolas Bécuwe
    Bonjour je possède un optoma hd 67n (d’ailleurs j’en profite pour vous remercier vos conseils mon bien aidé dans mon choix) et je voudrais profiter de la 3D mais surtout pour les films et de manière assez épisodique. A force de parcourir ce site je pense que la meilleur solution dans mon cas est de passer par un pc pour plusieurs raisons:
    _1: je dois changer de PC (l’ancien va finir sa vie dans l’entreprise, bureautique++)
    _2: la solution optoma 3dxl nécessite quand même un lecteur type ps3 (donc l’ensemble est quasi aussi cher qu’un pc. Et de toute façon il me faut un PC)
    _3: Je pense que le PC servira surtout dans le bureau est que je ne le déplacerais que les soir de film 3D (donc pas 15 fois par semaines)

    J’en viens a ma question: Je pense m’orienter vers la technologie DLPlink (donc que les lunettes a acheter= économie par rapport nvidia 3D, d’autant plus qu’il me fraudai 5 ou 6 pairs et même 7 quand le petit dernier aura grandit) quel config pour le PC me conseillez vous? (processeur ? carte graphique?) Question bête est ce qu’une carte nvidia (ex:Geforce GT 520) est compatible dlp link + stereoscopic player ? Derniere question: Savez vous si un HTPC (style zotac, asrock vision 3D…) peut lire des video 3D via stereoscopic player + dlp link?

    Voila j’espère ne pas avoir été trop long!!!

  16. avatar

    @vincent – Bonjour,

    Désolé pour cette réponse tardive.

    Oui, un HTPC de style Zotac ou AsRock Vision 3D peut suffire pour profiter des vidéos 3D et même des Blu-ray 3D, mais pourquoi prendre un Vision 3D si vous voulez profiter du DLP Link. Cela dit je vous coneille plutôt la solution 3D Vision mais c’est vrai qu’elle est plus couteuse.

    Si vous vous sentez d’optimiser le HTPC, le logiciel Stereoscopic Player est super en DLP Link, mais ça reste une solution complexe qui n’est pas très stable. C’est un peu énervant à la longue qd ça plante…

    Pour profiter des vidéos 3d et blu-ray 3D, le CPU n’a pas beaucoup d’importance, pour ma part mon HTPC 3D intègre un Core i3 et cela me suffit amplement ! Même la carte graphique, si vous ne jouez pas, une simple GT 520 suffit amplement pour profiter du DLP Link, 3d Vision, Blu-ray 3D, MKV 3D, etc…

    Je vous conseille juste d’éviter les Radeon et le logiciel TotalMedia Theater pour la 3D.

    Après, si vous désirez aussi optimiser les qualités de décodage sur les vidéos 2D, 1080p, un décodage logiciel peut faire la différence en utilisant MPC HC + ffdshow et en optimisant les filtre de posttraitement, mais cela demande plus de ressources CPU (un Core i5 serait suffisant cependant).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: